Skip to main content

Full text of "Annales de la Société entomologique de Belgique"

See other formats


A 









J 



ANNALES 



r / 



SOCIETE ENTOMOLOGIQU 



BELGIQUE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 




BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 





AVIS. 



Le prix de tomes I à VII des Annales a élé fixé à cinq francs, 
celui des tomes VIII à XIV à dix francs, celui des tomes XV à XX 
à quinze francs, celui des tomes suivants à dix-huit francs (sauf 
le tome XXIV, dont le prix est de quatorze francs). 

Le prix de la Table générale des 50 premiers volumes des 
Annales est fixé à 3 francs. 

Le prix de la collection des tomes I à XXX avec la Table 
générale de ces volumes est fixé à 250 francs. 

Le prix du tome I des Mémoires est fixé à 10 francs. 

Les membres de la Société désirant obtenir les volumes 
antérieurs à l'année de leur récepiion jouissent d'une réduction 
d'un tiers de !a valeur. 



La cotisation des membres de la Société est fixée à seize francs. 
Les membres étrangers peuvent se libérer en une fois de toute cotisa- 
tion, moyennant un versement de deux cents francs. 



ANNALES 



' r 



SOCIETE ENTOMOLOGIQD 



BELGIQUE 



to.mi-: T 1 \ !•; N T E - S 1- P T I È \J È 



Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



ANNALES 



E ENTOMOLOGIQUE 

DE BELGIQUE 






DÉPOSÉ AUX TERMES DE LA LOI, 



Les opinions émises dans les Annales de la, Société sont 
propres à leurs auteurs. La Société n'en assume aucunement 
la responsabilité. 



Gand, imprim. C. Annoot-Braeckman, Ad. Hoste, suce. 



ANNALES 



' ^z. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE 



BELGIQUE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 



BRUXELLES 
AU SIEGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



ORGANISATION ADMINISTRATIVE 

POUR L'ANNÉE 1893. 



Conseil <l administrai ion. 

MM. Tosquinet, président. 
Lameere, vice-président. 
Berge, secrétaire-bibliothécaire . 
Fologne, trésorier. 
Kerremans, secrétaire-adjoint. 
Duvivier. 
Robbe. 

* 

M. Coubeaux a été désigné par le Conseil pour remplir les 
fonctions de bibliothécaire-adjoint. 



COMMISSIONS SPÉCIALES. 

Commission de vérification des comptes. 

MM. L. Coucke. 
Dubois. 

Van Nerom. 

Commission de surveillance des collections. 

MM. Tosquinet, président. 
coubeaux. 
Van Nerom. 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



Compte -rendu de l'assemblée mensuelle du 
9 janvier 1893. 

Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. Bertrand, Ed. Coucke, Crahay, de Crom- 
brugghe, Fologne, Giron, Hippert, Kerremans, Lameere, Robbe, 
Rousseau, Séverin, Thirot et Berge, secrétaire. 

MM. Candèze, de Selys-Longchamps et Jacobs ont fait excuser 
leur absence. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

Le procès-verbal de la séance du 3 décembre 1892, est approuvé. 

Décisions du Conseil. 

Le conseil a nommé : vice-président : M. Lameere; secrétaire- 
bibliothécaire : M. Berge; trésorier : M. Fologne; secrétaire- 
adjoint: M. Kerremans. 

M. Coubeaux a été désigné en dehors du conseil pour remplir les 
fonctions de bibliothécaire-adjoint. 

Admissions de membres nouveaux. Le Conseil a admis en qualité 
de membres effectifs : 

M. P. Chrétien, de Paris, membre de la Société entomologique 
de France, présenté par MM. Giron et Lameere. 

M. J. Crahay, ingénieur agricole, garde général des eaux et forêts, 
présenté par MM. Tosquinet et Séverin. 

M. Ch. M. Heller, docteur en philosophie, conservateur au 
Musée Royal de Zoologie à Dresde, présenté par MM. Tosquinet et 
Séverin. 

M. Paul Dognin, membre de la Société entomologique de France, 
à Auteuil (Paris), présenté par MM. Mabille et Lameere. 

Démission : Le Conseil a reçu en outre la démission de M. de 
Gouve de Nuncques, membre associé. 

Rapport. L'assemblée, après avoir entendu la lecture des rap- 
ports de MM. Candèze et Séverin sur le travail de M. Van de Poil, 
décide de les communiquera l'auteur. 



6 

Correspondance. L'Académie royale de Turin informe la Société 
qu'un prix de dix mille quatre cent francs sera décerné au savant 
qui aura fait la plus éclatante et la plus utile découverte dans 
n'importe quelle branche de la Science. Le concours sera clos le 
31 décembre 1894. 

M. Scudder fait hommage à la Société d'un intéressant travail sur 
les Insectes fossiles de l'Amérique du Nord; il y décrit une élytre 
de Curculionide trouvée dans le Crétacé. C'est le deuxième 
Coléoptère crétacé du Nord de l'Amérique. — Remerciements. 

M. Lameere, au nom de M. Dognin, fait hommage des deux 
premières livraisons d'un travail sur les Lépidoptères de l'Equa- 
teur. Remerciements. 

M. Chrétien remercie pour sa nomination de membre effectif. 

Communications . M. Hippert dépose pour les archives une note 
sur ses captures de Lépidoptères en Belgique. 

M. le D r Tosquinet donne lecture de la note suivante : 

Tous les entomologistes qui se sont occupés des Coléoptères 
savent quels immenses services le catalogue de Gemminger et 
Harold a rendu en facilitant les recherches et en établissant 
l'ordre dans le chaos qui existait avant sont apparition ; chez les 
Hyménoptères, les difficultés sont peut être plus grandes encore. 
Une quantité d'espèces ont été décrites dans des notices publiées 
dans les mémoires peu répandus de sociétés locales, et ont donné 
lieu à des doubles emplois nombreux et à une synonymie presque 
inextricable. 

Pour remédier autant que possible à ces inconvénients, un savant 
professeur d'Insbruck, M. le D r C. G. De Dalla Torre a con- 
sacré presque vingt années à ces recherches si difficiles et si ardues 
et vient de publier le premier volume (le sixième de la série, Chry- 
sidides) du Catalogus Hymenopterorum Mijnsque descriptorum 
systematicus et synonymicus. 

Cet ouvrage qui est fait sur le modèle de celui de Gemminger et 
Harold comprendra onze volumes. Les dix premiers contenant 
l'énumération et la synonymie des espèces connues, le onzième la 
bibliographie complète des ouvrages ayant traité de ces insectes à 
un point de vue quelconque. 

Il contiendra toutes les améliorations que l'usage du catalogue 
des Coléoptères a pu suggérer et en plus beaucoup de renseigne- 
ments spéciaux. C'est ainsi que M. De Dalla Torre a donné en 
note pour les phytophages le nom des plantes nourricières et pour 
les parasites celui des espèces aux dépens desquelles les larves se 
développent. 

Ce catalogue très complet et remontant autant que possible à 



l'origine du nom de chaque espèce sera sans aucun doute d'une 
très grande utilité pour l'étude de cet ordre d'insectes; il devra 
faire partie de la bibliothèque de tous les hyménoptéristes et c'est 
à ce titre que j'ai cru devoir vous le signaler. 

— M. Fleutiaux demande l'impression d'une note rétrospective 
sur quelques espèces de Cicindèles du Chota Nagpore. 

En 1890, le Musée de Bruxelles me confia la détermination des 
Cicindélides recueillis au Bengale par les missionnaires belges, et 
la liste des espèces a paru dans les Comptes-Rendus des séances 
de la Société entomologique de Belgique (4 octobre 1890). Tout 
récemment (Annales de la même Société, 1892, p. 537) M. Wal- 
ther Horn de Berlin a publié une liste des nouveaux envois et ses 
remarques m'ont amené à comparer à nouveau les C. multiguttata 
et cancellata aux types de Dejean. 

En effet, l'espèce citée comme étant la multiguttata Dej. est bien 
la striolata 111. (semiviitata Fab.). Il ne peut subsister aucun 
doute à ce sujet. 

D'autre part, je maintiens que la C. cancellata Dej. a été bien 
nommée par moi la première fois, et qu'il est impossible de la con- 
fondre avec la C. striatifrons Chaud. 

— M. Lameere demande la parole et s'exprime comme suit : 
J'ai l'honneur de présenter pour la bibliothèque de la Société, de 

la part de M. Eugène Simon, le premier fascicule du tome premier 
de la deuxième édition de Y Histoire naturelle des Araignées, de 
notre collègue. 

C'est en réalité un ouvrage complètement nouveau dans lequel le 
savant arachnologiste se propose de passer en revue l'anatomie 
extérieure, la classification et l'histoire des familles, la biologie et 
la distribution géographique des Araignées. 

Ce sera même un véritable Gênera du groupe des Aranéides fait 
avec le soin méticuleux que M. Simon met dans tous ses travaux ; 
il deviendra indispensable à ceux qui s'occupent de ces animaux, 
et sa place est dès à présent marquée dans les bibliothèques 
zoologiques. 

Dans ce premier fascicule, l'auteur passe d'abord en revue 
l'anatomie extérieure des Araignées ; on peut regretter l'absence 
de l'anatomie interne et de la physiologie qui sont d'importance 
supérieure pour la compréhension complète de ce qu'est l'Araignée : 
mais M. Simon nous avertit qu'il ne s'est pas occupé lui-même de 
ces questions ; à mon point de vue il a bien fait de les passer sous 
silence; son œuvre étant due entièrement à des recherches 
originales, en acquiert ainsi une valeur plus homogène. Il est 
inutile d'ajouter que l'anatomie extérieure est traitée de main de 
maître et laisse peu de prise à la critique. 



8 

Ce premier fascicule comprend encore le commencement de la 
classification et de l'histoire des familles, du Gênera en un mot. 
Les Aranex tlieraplwsœ et la première section des Araneœ verœ 
y sont étudiées. J'aurais voulu voir en tête de cette deuxième 
partie un aperçu général de la classification et un tableau d'ensem- 
ble de groupe, d'autant plus que la loi de priorité a fait modifier 
le nom de certaines familles, au point qu'il est difficile de les 
retrouver dans la simple énumération qui en est donnée ; nous 
aurions pu également nous rendre mieux compte des motifs 
qui ont engagé M. Simon à proposer une nouvelle classification 
des Aranex verx : j'avoue ne pas être du tout convaincu qu'il 
faille opposer les Orïbellates aux Ucribellates, cette division me 
paraissant contraire à ce que nous pouvons actuellement concevoir 
de la généalogie de ces organismes, la généalogie seule devant 
servir de base à la classification. 

Peu importe d'ailleurs la disposition donnée aux familles dans 
un pareil ouvrage, dont le mérite principal réside en une description 
soignée des caractères des genres ; des tables dichotomiques très 
bien faites précèdent les diagnoses, le tout étant rédigé en latin. 

De nombreuses figures au trait intercalées dans le texte mettent en 
relief les caractères extérieurs distinctifs et viennent aussi rehausser 
l'intérêt de la première partie. 

C'est dans son genre un livre excellent. 

— M. Hippert donne lecture de la note suivante sur une variété 
du Polyommatus xanlhe Fabr. 

L'exemplaire a été capturé aux environs de Bruxelles; il se rap- 
proche beaucoup du P. xanthe Fabr. var. subalpina Spr.,dont il dif- 
fère par les deux points discoïdaux plus accusés, l'absence complète 
d'autres points noirs sur le dessus des ailes et la présence de quel- 
ques taches fauves marginales à l'aile supérieure. Les taches mar- 
ginales deviennent confluentes au verso, et sont alors représentées 
par des lignes assez étendues, atteignant leur plus grande longueur 
aux ailes supérieures. La frange des ailes est grisâtre et les antennes 
ne sont pas annelées de blanc comme dans le type et la variété 
subalpina. 

Travaux présentés pour les Annales. 

L'assemblée arrête la composition du présent numéro des 
Annales. 

Une note sur les coléoptères du Choa par M. L. Fairmaire et 
un travail de M. P. Mabille sur des lépidoptères nouveaux. 

Il est en outre décidé qu'une note de M. G. Albers sur les 
Curculionides du Bengale sera publiée dans le prochain numéro. 

La séance est levée à 9 heures. 



NOTE SUR LES COLÉOPTÈRES DU CHOA 
par M. L. Fairmaire. 

Bien que leChoa appartienne à la région Abyssinienne, sa situa- 
tion plus méridionale, plus ouverte, le rend intéressant comme 
transition entre la faune Ethiopique et la faune Zanguebarienne. 
Grâce à l'obligeance de notre collègue et ami M. Dollé, j'ai eu 
communication d'insectes récoltés par M. Hénon, officier démis-^ 
sionnaire, qui a fait, il y a plusieurs années, un voyage au Choa. 
En outre notre collègue M. Gestro, a bien voulu me confier un 
certain nombre de Coléoptères rapportés par feu Antinori et 
M. Ragazzi, ce qui me permet de dresser une liste des Coléoptères 
du Choa aujourd'hui connus. Cette liste eut été plus complète si 
l'on connaissait les localités exactes des insectes décrits par 
Guérin et Reiche dans les voyages de Lefèvre, Verret, Rochet et 
Galinier qui ont tous visité le Choa, mais les descriptions n'ont 
rien indiqué. 

Pour compléter cette liste j'ai ajouté aux espèces nouvelles les 
diagnoses de celles déjà publiées par M. Gestro et autres dans 
plusieurs volumes des Annales du Musée de Gènes. 

Callisthenes Antinorii Gestro, Annal. Orectochilus semisericeus Gestro, 1. c, 

Mus. Nat. Genova, 1882, 384. 1881, 202. — Mahal-Uonz, 

= Calosoma Antinorii Gestro, Let-Maréfia (Antinori). 

Le, 1878, 318. — Argu-Agher. Philonthus africanus Fauv., Le, 1881, 
Polystichus inornatus Gestro, Annal. 202.— Mahal-Uonz (Antinori). 

Mus. Nat. Genova, 1882, 658. Se trouve aussi au Gabon. 

— Let-Maréfia (Antinori). Belonuclms abyssinus Fauv., 1. c.,203. — 
Homorocerus robustus Gestro, Le, 1881, Mahal-Uonz, Let-Maréfia(^«- 

658. — Let-Maréfia (Antinori). tinori). 

(*)*Polyhirma semidorsatan. sp. *Silpha micans. — Répandu dans toute 
*Clivina grandis Dej. — Se trouve au l'Afrique intertropicale et aus- 

Sénégal. traie. 

*Tefflus Raffrayi Chaud., Pet. Nouv. Paussus Antinorii Gestro, 1. e, 1881, 

Ent., n° 94 (1874); Rev. et 658. — Arramba (A ntinori). 

Mag.ZooL, 1876, 25. — Trouvé *Eister robustus Er. (obscurus Reiche). 

primitivement à Adoua par — Abyssinie, Cap de Bonne 

M. Raffray. Espérance. 

*Melxnus elegans Dej. — Trouvé aussi * — Qehini Mars. — Décritdu Sénégal 

à Adoua par M. Raffray; Scarabxus (A teuchus) politifrons Fairm 

Egypte. — Gherba (Ragazzi). 

*Harpalus subcylindricus Reiche. — *Heliocopris Diltonii Reiche = H. Me 

Abyssinie. nelikii Gestro, 1. e, 1878, 318 

*Bembidium basistriatum n. sp. — Une $. 

*Dineutes truncatus Reiche. — Aussi Coptorhina seminitida n. sp. — Farré 

en Egypte. (Ragazzi). 

(') Toutes les espèces marquées d'un * ont été rapportées du Choa par 
M. Hénon, mais sans indication de la localité précise. 



10 



Onitis Ragazzii n. sp. — Gherba (Ra- 
gazzi). 

— Choensis Reiche. — Choa (Ra- 

gazzi). 

— bidentulus n. sp. — Choa (Ra- 

gazzi). 

* — obscur atus n. sp. 

* — crenatus Reiche. 
Onthophagus quadriarmatus Fairm. — 

Daimoli (Ragazzi). Trouvé 
d'abord à Obock. 

* — gazella Fab. — Répandu dans 

toute l'Afrique intertropicale. 
*0mticellus immaturus n. sp. 
*Aphodius ruguMcollis n. sp. 

* — brunneus Klug. — Nubie, Egypte, 

Algérie. 

* — lividus 01. — Presque cosmo- 

polite. 

* — lucidus Klug. — Egypte, Abys- 

sinie. 

* — pallicolor Fairm., Ann. Ent. 

Fr., 1886, 442. — Trouvé 

d'abord à Obock. 
*Mendidius biangulatus n. sp. 
*Hybosorus Illigeri Reiche. — Toute 

l'Afrique etle suddel'Europe. 
*Trox incultus Fahr. — Caffrerie. 

* — squamiger Roth. — Abyssinie. 

* — radula Et. —Gherba. (Ragazzi). 
Schizonycha intégra n. sp. — Gherba 

(Ragazzi) . 
Anomala obscuripes Fairm., Rev. d'Ent. 
1892, 97. — Talbâba (Ra- 
gazzi). — Trouvé d'abord à 
Obock. 

* — breviorn. sp. 

A doretus pumilio Cast. — Sénégal. 

* — grisescens n. sp. 

* — convexicollis n. sp. 
Eeteronychus obtusifrons n. sp. — Cia- 

lalaka (Ragazzi). 

— rudestriatus n. sp. — Antoto 

(Ragazzi). 

— tenuestriatus n. sp. — Sciotalit 

(Ragazzi) ; aussi en Abyssinie 

(Raffray). 
Phyllognathus stricticeps n. sp. — Let- 

Maréfia (Ragazzi). 
Astaborus Antinorii Gestro, 1. c. 1881, 

203. — Let-M&rêû& (A ntinori). 
*Gtiathocera trivittata Schaum.— S'étend 

sur la côte Est jusqu'à Natal. 
*Elaphinis tigrina 01. — Jusqu'au Cap 

de Bonne Espérance. 
*Oxythyrea Mulsanti Guér. — Abys- 
sinie. 

* — ruficauda Lansb. — Sômalis. 



*Pachnoda Stœhlinii Schaum. — Abys- 
sinie. 

— Massajx Gestro, 1. c, 1881, 204. 

— Ambo-Karra (Antinorï). 
*Anûkracophora Choana n. sp. 
Myoderma rufipennis Gestro, 1. c, 1881, 

204. — Let-Marétia (A ntinori) . 

Psiloptera rugosa Pal. Beauv. — Daimoli 
(Ragazzi). — Très variable ; 
répandu dans toute l'Afrique 
au nord de l'équateur jusqu'au 
sud de l'Algérie. 

Chrysobothris abyssinica Fairm., Ann. 
Ent. Fr., 1891, 243. —Antoto 
(Ragazzi). 

Selasia pulchella Gestro, 1. c, 1878,319 
(Drillus). — Mahal-Uonz (An- 
tinorï). 

* — asperulipennis n. sp. 
*Lycus Bremei Guér. — Abyssinie. 
Planeteros ochropterus Gorh., Annal. 

Mus. Nat. Genova, 1883, 

592. — Djagagué (Antinori). 
*Lampyris Zenkeri Germ. (diluatia 

Cast.). — Abyssinie ; Eur. mér. 
Silis Scioensis Gorh.. 1. c, 593. — Let- 

Maréfia (Antinori). 

— fossulatus Gorh., 1. c, 594. — 

Let-Maréfia (Antinori). 

— erythrodera n. sp. — Cialalaka 

(Ragazzi) . 
Silidius xthiopicus Gorh., 1. c, 595. 

— Mahal-Uonz, Let-Maréria 
(Antinori). 

*Attalus decolor n. sp. 
*Dasytes apicatus n. sp. 

* — parniformis n. sp. 

*Melyris pectoralis Reiche. — Abys- 
sinie. 

— corrosa Reiche. — Mahal-Uonz, 

Let-Maréfia {Antinori). 

— festiva Reiche. — Mahal-Uonz, 

Let-Maréfia (Antinori). 

* — bicolor Fab. — Mahal-Uonz; 

Egypte, Arabie, Aden. 

*Idgia Henonii n. sp. 

*Oyponyx abyssiniens Gorh. — Djagagué 
Let-Maréfia (Antinori). 

Apate francisca Fab. — Gherba (Ra- 
gazzi). Toute l'Afrique jusqu'à 
l'Algérie. 

* — tétraodon Fairm. (Rostrychus), 

Naturaliste, J 883, 205 et Ann. 
Soc. Fr. 1883, 96. — Choa 
(Antinori). 

* — Zickerli Mars. — Obock, Abyssi- 

nie, Algérie méridionale. 

* — discicollis n. sp. 



11 



*Zophosis abyssinica Deyr. — Abys- 
sinie. 

*Adesmia reticulata Klug. — Arabie. 

*Rhytinota Cecchii Gestro, 1. c, 1878, 
319. — Mahal-Uonz (Anti- 
nori). 
— Martinii Gestro, 1. c, 320. — Kaka 
(Antinori). 

*Himatismus variegatus Fab. — Afri- 
que équinoxiale. 

Vsammodes nanus n. sp. — Talbaba 
(Ragazzi). 

Amiantus P/cte^'Haag,Col.H., 1S71, 16 
= Melanolophus septemcostatus 
Fairm. — Arramba (Anti- 
nori). 

*Eutochia amaroides Gestro, 1. c, 1878, 
321. — Mahal-Uonz [Anti- 
nori). 

*Opatrummicans Germ. — presque toute 
l'Afrique iuter tropicale. 

* — strigosum Reiche. 
*Hypophlœus txsicollis n. sp. 
*Lyphia abyssinica n. sp. 

*Clitobius ovatusEr. — D'Angola, jus- 
qu'en Sicile; Algérie, Séné- 
gal. 

*Micrantereus rugulosus Gestro. — 
Aussi à Obock. 

*Paramarygmus byrrhinus n. sp. 

Hoplonyx protensus n. sp. — Gherba 
(Ragazzi). 

Praogena abyssinica Gestro, 1. c, 1878, 

321. — Arramba (Antinori). 
Cistela Scioana Gestro, 1. c, 1881, 204. 

— Mahal-Uonz (Antinori). 

* — piceocastanea n. sp. 

Lagria analis Thoms. — Sciotalit 
(Ragazzi) ; aussi au Gabon. 

— xrea Reiche. — Malavona 

(Ragazzi). 

* — violacea P. B. — Gabon, Guinée. 
Mylabris flavoguttata Reiche. — Sciota- 
lit (Ragazzi). 

— Dillonii Reiche. — Farre (Ra- 

gazzi). 

* — bifasciata 01. — Sénégal. 
Dices apicicornis Guér. — Farré (Ra- 
gazzi). 

*Epicauta hydrocephala n. sp. — Let- 
Maréfia (Ragazzi). 

* — politicollis n. sp. 

— albovittata Gestro, 1. c, 1878, 

322. — Cantharis Eildebrandi 
Haag, Deut. ent. Zeit., 1880, 
64. — Mahal-Uonz, Argu- 
Agher, Arramba ; se trouve 
aussi à Zanzibar (Révoil). 



Microcerus abyssiniens n. sp. — Farré 

(Ragazzi). 
* Hippocolobus choensis n. sp. 
Brachycerus longulus n. sp. — Ambo- 

carra (Ragazzi) . 
Hipporhinus tenuegranosus n. sp. — 

Sciotalit (Ragazzi). 
*Systates Dollei n. sp. 

* — apicipennis n. sp. 

* — pellucidus n. sp. 

* — fuscicornis n. sp . 

* — pilosulus n. sp. 

* — simplicicollis n. sp. 

* — interstitialis n. sp. 

* Dixcodercs fortipes n. sp. 

* Cleonus(Leucomigus)contractusF&irm. 

— Gherba, Farré (Ragazzi) . 

* — senectus Fâhr. — Egypte. 
CantharocnemusObockianus Fairm., Ann. 

Ent. Fr., 1891, 549. —Talbaba 
(Ragazzi). — Trouvé primiti- 
vement à Obock. 

*Aganissus calopoides n. g. n. sp. 

*Rhopalizus nigrans n. sp. 

*Aromia? lugubris n. sp. — Gherba 
(Ragazzi), A.byssime(Gamelle) . 

*Phanis armicollis n. g. n. sp. — Choa 
(Traversi). 

Ceroplesis xnescens n. sp. — Cialalaka 
(Ragazzi). 

* Tritomicrus marmoreus Fairm., Rev. 
d'Entom., 1892,125.— Trouvé 
d'abord à Obock, aussi à Zan- 
zibar. 

Nupserha strigicollis n. sp. — Let- 
Maréfia (Ragazzi). 

Oberea atricilla n. sp. — Let-Maréfia 
(Ragazzi) . 

Gynandrophthalma miochiroides Lef., 
Rev. Zool., 1877,331— Mahal- 
Uonz (Antinori) ; Abyssinie. 

Corynodes compressicomis Fab. — Ma- 
hal-Uonz (Antinori). 
— abyssinica Jac. , Annal. Mus. 
Nat. Genova, 1886, 123. — 
Mahal-Uonz, Let-Maréfia (An- 
tinori). 

Cryptocephalus decoratus Reiche. — Let- 
Maréfia (Antinori). 

*Chrysomela limbolata Reiche. 

Melasoma discolor Stal. — Mahal-Uonz 
(Antinori) ; Cap de Bonne 
Espérance. 

*Galerucella geniculata Har. — Zan- 
guebar. 

Dirhabda maculiceps Jac, 1. c, 124. — 
Let-Maréfia, Djagagué (Anti- 
nori), 



12 



Pachytoma abyssinica Jac, 1. c, 125. — 

Let-Maréfia (Antinori). 
Megalognatha abyssinica Jac, 1. c, 126. 

— Lac Cialalaka (Antinori). 

— metallica Jac, 1. c, 127. — Lac 

Cialalaka (Antinori) . 
*Aulacophora vinula Er. — Afrique 
équatoriale. 

— albicans Chap , Annal. Mus. Nat. 

Genova, 1879, 17. — Agu- 
Agher (Antinori). 
*Hyperacantha verticalis n. sp. 

— fenestrataCha.p. , 1. c.,1879, 19.— 
Mahal-Uonz (Antinori) ; aussi 
chez les Bogos. 

— colorata Chap. , 1. c. , 20. — Mahal- 

Uonz (Antinori). 
*Hatita choensis n. sp. 
Diacantha Lacordanei Chap., 1. c, 17. 

— Mahal-Uonz (Antinori). 
Gastrida abdominalis Chap.,1. c, 1879, 

21. — Mahal-Uonz (Antinori); 
aussi au cap de Bonne Espé- 
rance et Agaos. 
Paraleptafossulala Chap., 1. c, 26. — 
Mahal-Uonz (Antinori)', aussi 
au cap de Bonne-Espérance et 
Agaos. 

— ornata Reiche. — Mahal-Uonz; 

Abyssinie. 
*Monolepta cavidorsis n. sp. 

* — puncticeps Chap., 1. c, 23. — 

Mahal-Uonz (Antinori). 

* — cruciata Guér. — Abyssinie. 

* — longivscula Chap., 1. c, 23. — 

Aussi en Abyssinie (Raffray) . 

* — parvicollis n. sp. 

— postrema Chap., 1. c, 22. — 

Mahal-Uonz, et Let-Maréfia 
(Antinori) ; aussi en Abyssi- 
nie (Raffray). 
*Candezea occipitalis Reiche. — Mahal- 
Uonz (Antinori) ; aussi chez 
les Agaos (Rafray) . 

* — parumimpressa n. sp. 



Blepharida nigrotessellata Baly. — 
Mahal-Uonz(4«^«on); décou- 
verte à Natal. 

Nisotra testacea Chap., 1. c, 13. — 
Mahal-Uonz (Antinori); aussi 
chez les Bogos (Beccari). 

Crepidodera corrusca Chap., 1. c, 14. — 
Mahal-Uonz (Antinori). 

* Haltica indigacea 111. — Commune 

avec de nombreuses variétés ; 
Mahal-Uonz (A ntinori); Abys- 
sinie (Raffray) ; répandue dans 
toute l'Afrique, sauf le Nord. 

Aspidomorpha hy brida Boh. — Ciala- 
laka (Ragazzi) ; décrite du 
Cap de Bonne Espérance. 

*Cassida Choana n. sp. 

*Adonia mutabilis Scriba. — Répandue 
dans toute l'Europe, le Nord 
de l'Afrique, l'Asie Centrale. 

Chilomenes lunata Fab. — Let-Maréfia 
(Ragazzi) ; répandue dans 
toute l'Afrique sauf le Nord. 

— vicina Muls. — Ced-Biet (Ra- 

gazzi); Dongola et toute l'Afri- 
que intertropicale. 

— poshcalis n. sp. — Ced-Biet 

(Ragazzi) ; Dongola et toute 
l'Afrique intertropicale. 
Alesia biarcuata n. sp. — Ced-Biet 
(Ragazzi) ; Dongola et toute 
l'Afrique intertropicale. 

* — annulata Reiche. — Abyssinie. 

* — litterata (JEnopia) Reiche. 
*Epilachna hirta Thunb.— Toute l'Afri- 
que, sauf le Nord. 

— Scioensis Gorh., Annal. Mus. 

Nat. Genova, 1892, 910. — 
Let-Maréfia (Antinori). 

— xgrota Gorh. 1. c. 911 . — Let- 

Maréfia et Mahal-Uonz (Anti- 
nori). 
Chnootriba Antinorii Gorh., 1. c.,911. — 
Let-Maréfia et Djagagué (An- 
tinori). 



Callisthenes Antinorii Gestro. — Long. 12 1/2 à 15 1/4 mill. 
— JVigrum, nitidum, elytris lœvigatis, mridi-metallico margi- 
natis, singulo mtta Jlavo-testacea pone médium %sque ad apicem 
oblique directa. 

Cet insecte est très remarquable par la coloration des élytres 
qui est sans doute unique dans ce groupe. 

Homorocerus robustus Gestro. — Long. 14 1/4 mill. — 
Niger, nitidus, jlavo-pubescens, capite orbiculato, protloraceque 
in lateribus tantum grosse et inœqualiter punctatis; elytris rujis, 



13 

fortiter punctatis , abdominis segmenlis punclis transversis medio 
sparsis, lateribus crebrioribus . 

Polystichus inornatus Gestro. — Long. 9 1/4 mill. «— 
Niger ,pilis flavis undique teclus,palpis, antennis, abdomine supra 
pedibusque ferrugineis; elytris punctato-striatis, immaculatis; 
suMus nigropiceus. 

Polyhirma semidorsata. — Long. 21 à 27 mill. — Elon- 
gâta, parum convexa, nigra, parum convexa, parce cinereo-pilo- 
sula, capite vittis duabus anticis et occipite, prothorace vitta média, 
elytris mtta suturali post médium abbreviata et vitta marginali 
apice dilatata cinereo-pilosis ; capite brevi, lato, antice medio 
carinulato, oculis valde globosis, antennis crassis ; prothorace bre- 
viter ovato, cordato, lateribus basi sat fortiter sinuatis, dorso 
dense punctato, medio late parum profwn.de canaliculato , lateribus 
poslice sulcatulis; elytris oblongo-ovatis, postice leviter ampliatis, 
apice obtusis, haud sinuatis, dorso utrinque costis 5 acutis, 
externa breviore, costula brevi postice inter 4 am 5 am que, interstitiis 
grosse et prof unde fovealis , foveis post médium obliteratis série 
suturali e foveis majoribus minus numerosis composita; subtus 
subliliter punclata, pectoris lateribus pedibusque fortins punctatis. 

Ressemble assez à la P. grisescens Fairm., mais plus petite et 
plus courte, avec les antennes plus épaisses, la tête plus large, les 
yeux plus saillants, le corselet bien plus court, plus cordiforme 
et les élytres plus larges, à côtes plus saillantes, moins parallèles, 
à fossettes plus grandes, surtout celles de la série suturale qui 
sont bien plus grandes, mais moins nombreuses, à bande suturale 
ne dépassant qu'un peu le milieu et à bandes latérales plus mar- 
quées, plus dilatées à l'extrémité. La P. Jiamifera Har. doit s'en 
rapprocher d'après la description, mais elle est bien plus grande 
(30 mill.), les bandes sont blanches et non d'un gris cendré, les 
marginales sont dilatées à l'extrémité en angle aigu. 

Se trouve aussi chez les Sômalis, d'après un bel individu obli- 
geamment communiqué par M. Gestro. 

Bembidium basistriatum. — Long. 4 mill. — Extrêmement 
voisin du B. bipunctatum L., mais d'une coloration bronzée plus 
verdâtre avec les pattes d'un roux testacé, la tête moins ponctuée, 
moins rugueuse de chaque côté, le corselet plus lisse sur le disque 
avec les impressions de la base plus profondes, les élytres un peu 
plus larges, avec des stries plus profondes et surtout plus forte- 
ment ponctués, disparaissant presque après le milieu, sauf la sutu- 
rale; les deux points enfoncés près de l'écusson, les deux impressions 
discoïdales sont les mêmes, les deux points postérieurs sont beau- 



14 

coup plus petits; les antennes sont d'un brun foncé avec le 1" article 
roussâtre. — Choa [Hènon). 

Orectochilus semisericeus Gestro. — Long. 8 1/2 mill. — 
Supra œneus, violaceo-micans, iestaceo-limbatus , dense albido- 
sericeus; capite prothoraceque medio lœvibus, glabris, elytris 
costa suturali communi lata, elevata, glabra, nitida,pone médium 
biftda, ante apicem terminata; subtus nigro-œneus, pectore medio 
abdomineque favo-testaceis; pedibus favo-testaceis, anticorum 
tarsis nigris. 

Fhilonthus africanus Fauvel, Annal. Mus. Natur. Genova, 
1881, 202. — Long. 8 1/2 mill. — Niger, nitidus, antice vix 
œnescens, ab domine vix cyaneo cincto, thorace antice parum atte- 
nuato, vix ferrugineo-sericeo, seriebus dorsalibus (puncto antico 
excepta) 4-punctatis, elytris hoc vix breviorïbus, sutura ru/a, 
dense asperatim, abdomine sublilius punctatis, pedibus picescen- 
tibus. P. agili vicinus, sed antennis paulo breviorïbus, articulis 
ultimis paulo brevioribus, elytris brevioribus, sutura sat late rufa 
bene distinctus. 

Se touve aussi au Gabon. 

Belonuchus abyssinus Fauv., I. c, 203. — Long. 9 à 
10 1/2 mill. — Convexior, nigerrimus, nitidissimus, capite sub- 
quadratus, thorace serribus dorsalibus [puncto antico excepto) tri- 
punctatis, elytris parce fortiter, abdomine transversim ianium 
uniseriatim, segmentis 2 ultimis biseriatim subtiliter punctatis; 
çf fade parum Philonthi immundi, 9 P« ebenini. 

Paussus Antinorii Gestro. — Long. 7 mill. — Castaneo-testa- 
ceus, nitidus; capite fere piano, inter oculos spina erecta acuta 
setigera armato, antennarum clava capite multo majore, ovali, 
lenticulari, subtilissime granuloso, basi rolundato-truncata et 
extus in dentem curvatum producta; 2^othorace parte antica 
convexa et lateribus rotundata, a postica sulco recte prqfundo, 
medio in foveola dilatato separata, parte postica angusiiore; 
pedibus gracilibus. 

Coptorhina seminitida. — Long. 11 mill. — Brevissime 
ovata, postice attenuata, valde convexa, nigro-œnescens, capite 
prothoraceque subopacis, elytris nitidis; capite sat subtiliter dense 
rugoso-punctato, lato, antice fortiter et angulatim emarginato, 
utrinque lobo triangulari, apice paulo obluso et leviter refexo 
arm#tis, inter oculos linea transversali parum elevata, antennis 
palpisque squalide ferrugineis; prothorace elytris haud angus- 
iiore, transverso, antice vix angusiiore, lateribus leviter arcîiatis, 
marginatis, angulis anticis brevibus, rotundatis, dorso densissimc 
granulato, lateribus paulo strigosulo, disco antice transversim 



15 

breviter biplicato et versus marginem anticum oblique reluso; 
elytris brevibus, fere a basi postice attenuatis, apice rotundalis, 
dorso parum profunde striatis, striis satfortiter punclatis, crena- 
tulis, intervallis planis, subtïliler punctulatis, suturali angusto, 
2°-3°que céleris basi lalioribus; subtus nigra, modice nitida, 
peclore dense granulato, abdomine fere basi, pygidio dense sat 
subtiliter punclato, tibiis anticis late tridentatis, calcare apice 
oblique acuiissimo, larsis nigris. 

La description de C. nitidipennis Boh.,de Cafrerie, conviendrait 
bien à cet insecte ; mais il est plus petit, noir, sans teinte métal- 
lique, la tête est granuleuse, non ponctuée, l'échancrure est forte, 
non aiguë, et les tarses sont ferrugineux ; les côtés du corselet sont 
dilatés en avant. 

Onitis Eagazzii. — Long. 38 mill. — Oblongo-subquadratus, 
fusco-œnescens, elytris magis œneis, modice nitidus; capite anlice 
triangulari, dense sat subtiliter granulato, apice obtuso, carina 
clypeali utrinque abbreviata, frontali magis elevata, utrinque 
bifurcata, vertice tenuiter carinato, medio triangulariter dentato, 
genis redis, antice rotundato-angulatis ; prothorace amplo, elytris 
haud breviore, lateribus antice et postice rotundato, dorso dense 
punctato-strigoso antice aspero- granulato, ad angulos posticosfere 
rotundatos lœvi, margine postico medio angulatim lobato et 
impressionibus duabus sat profundis vix obliquis signato, margine 
antico rufo-mlloso, stria dorsali postice obsoleta, antice évidente; 
scutello angusto: elytris apice sat longe rufo-villosis , parum for- 
mer striatis, striis vix punctulatis , intervallis planiusculis , sutura 
et intervallis 5°-5°que paulo convexis, subtiliter punctulatis, extus 
evidentius, ad humeros et marginem externum, postice prœsertim 
rugulosis, Jiumeris sat acute dentatis, sutura basi impressa; 
pygidio scdbriusculo ; subtus dense rufovillosus, prosterno postice 
late anclioriformiproducto,femorïbusvalidis, anticis subtus paulo 
cavatis, grosse rugosis et lobo lato,fortiter angulato, intus concavo 
armatis, tibiis anticis medio arcuatis, supra carinulatis, subtus 
fortiter bidentatis, mucrone apicali incîirvo, tibiis intermediis basi 
tenuibus, sed mox angulatim dilatatis ; ç$. 

Ce bel Onitis, dont le nom rappellera celui de l'éminent explo- 
rateur, D r Ragazzi, qui l'a découvert, est très voisin de YO. Cas- 
telnaui Har. Il en diffère par la teinte plus vert-bronzé, la carène 
du chaperon assez faible, étroite, les joues moins anguleuses, les 
3 e et 5 e intervalles des élytres un peu convexes, mais non carénés, 
pas plus brillants que les autres, les tibias antérieurs ayant 2 dents 
en dessous, et non une lame apicale assez large, et les fémurs 
antérieurs concaves, fortement plissés, munis d'un Jobe concave 
large, fortement angulé au lieu d'un tubercule spiniforme. 



16 

Onitis bidentulus. — Long. 15 à 17 mill. — Ovalo-subqua- 
dratus, satconvexus,fuscus, leviter œnescens, sat nitidus ; capite 
summo vix perspicue punctiilato , antice levissime rugosulo, margine 
antico obsoletissime sinuato, carinis verticali etfrontali medio laie 
interruptis , tuberculo frontali minuto, genis rotundatis, haud 
prominulis ; protliorace basi tanium inter foveas marginato, late- 
rïbus rotundato, dorso subtiliter laxe punctato, vitta discoidah 
Ixvi, angulis posticis rotundatis, foveis prof undis, ovatis ; sculello 
oblongo, sat acuto, lœvi ; elytris modice slriatis, slriis lœvibus, 
basi et apice prof undioribus, intervallis planis , subtiliter alutaceis, 
duobus externis leviter plicatulis, carina exierna intégra; pygidio 
Ixvi ; prosterna lateribus aspero-punctato, metasterno laxe punc- 
tato, medio cum ab domine fere lœm et obsolète sulcato, pectore 
medio rufo-villoso ; femoribus anticis sublus medio dente sat 
minuto acuto et denticulo, posticis dente compresso, basi lato, apice 
extus acutissimo armatis, tibiis anticis armatis, sat elongatis, 
subtus haud dentatis, apice mfopilosis ç$ ; Q minus nitida, proiho- 
race fortius punctato, elytris paulo opaculis subtilius striaiis, 
tibiis anticis armatis, subtus denticulalis. 

Ressemble à YO. crenatus, mais les fémurs antérieurs ç$ 
ont 2 petites dents, la moins petite assez aiguë, non tronquée, 
les postérieurs sont armés d'une dent très large à la base et dont 
l'extrémité très aiguë se dirige en dehors obliquement; le tuber- 
cule frontal est peu distinct et le bord antérieur du chaperon est 
à peine visiblement sinué. 

Onitis obscuratus. — Long. 21 mill. — Subquadrato-ovatus, 
sat convexus, nigrofuscus, parum nitidus, nage œnescens ; capiie 
subtiliter coriaceo, antice rotundato, vertice transversim plicato, 
medio crassiore, carina frontali arcuata, intégra, sat elevata, 
carinula clypeali brevi, fere recta, minus elevata ; protliorace 
amplo, transverso, lateribus sat fortiter rotundato, parum dense 
punctato, disco laxe et plagulis lœvibus parum distinctis, basi 
crenulato et inter foveas marginato, Tiis modice prof undis, sat latis; 
scutello minuto, lœvi ; elytris parum fortiter striatis, slriis 
subtiliter et vix transversim punctatis basi et apice paulo prof un- 
dioribus, intervallis fere planis, subtiliter laxe punctatis et obsolète 
laxe strigosulis, satura medio sat elevata, costa submarginali 
margini approximata et parallela ; pygidio planiusculo, obsolète 
coriaceo ; subtus subtilissime asperulo, pectore rufo-villoso, femo- 
ribus anticis subtus valde carinatis et medio dente acuto armatis, 
tibiis sat elongatis, apice incurvis, extus â dentatis, subtus 
crenulatis , femoribus intermediis valde compressis, sublus carina 
ante apicem denticulata et valde emarginata. 

Voisin de YO. Fabricii, mais la carène clypéale est très courte, 



17 

étroite, le vertex aune carène transversale épaissie au milieu, les 
fémurs antérieurs ont au milieu, une dent assez aiguë, les inter- 
médiaires sont crénelés en dessous, puis fortement échancrés, ce 
qui détermine une dent plus saillante à l'extrémité des crénelures ; 
le métasternum est faiblement impressionné en arrière, mais ne 
présente aucune trace de sillon. 

Oniticéllus immaturus — Long. 8 1/2 mill. — Otatus, 
parum convexus, squalide piceolo-fermgineus, parum nilidus, 
pallido-selosulus, capite et protlioracis parte anlica paulo obscurio- 
ribus et vage œneo-micanlibus ; capite rugosulo, aulice attenuato et 
levissime sinuato,fronte transversim laminato-carinata et utrinque 
ad oculos arcuatim crishdata, clypeo carinula minus elevata 
signato ; protàorace amplo, sat convexo, laleribus leviier rotundato, 
dorso densissime ruguloso-piinclato , medio sulcatulo, postice pro- 
fundius, antice retuso et medio bituberoso, parte declivi dihiliore, 
sat Ixvi, angulis posticis obtusis, anticisfere rotiindatis ; scuiello 
sat magno, lœvi ; clytris striatis, striis lœvibus, intervallis dense 
subtiliter asperaiis, altematim convexiusculis, basi evidentius, 
sutura paulo elevata ; pygidio asperulo ; subtus cum pedïbus 
nilidior, subtiliter asperatus, abdomine subtilissime ac densissime 
rugosulo-punctato ; Ç. 

Ressemble assez au mïlitaris 111., du Cap, mais la tête est diffé- 
remment armée, le corselet est plus densément ponctué-rugueux, 
et les élytres sont couvertes de fines aspérités avec les intervalles 
alternes moins saillants. La coloration paraît être celle d'un 
insecte assez immature. 

Aphodius rugulicollis. — Long. 4 mill. — Oblongus, con- 
vexus, castaneus, niodice nitidulus , protliorace capiteque obscurio- 
ribus, lateribus dilulioribus ; capite sat lato, antice late leviter 
sinuato, utrinque angulato, sat dense subtiliter rugosulo, medio 
convexiore et lœviore; prothorace transverso, elytris Mud angu- 
stiore, lateribus fere redis, ad angulos anticos tantum paulo 
arcuatis, dorso dense rugosulo-punctato, basi liaud marginato, 
angulis posticis obtusis; scuiello triangulari-ovato, fere lœvi; 
elytris. ad lmmeros angulatis, dorso cosiulatis, costulis Ixvïbus, 
inlerstiliis subtiliter tristriatis, medio subtiliter crenulatis ; 
pedïbus dilutioribus , tibiis anticis valde iridentatis, posticis medio 
biangulatis. 

Voisin des A . ZenAeriet liirtipennis à raison de la sculpture des 
élytres; en diffère par la taille plus faible, le corps bien plus étroit, 
la tête à peine relevée sur les bords, n'ayant pas un tubercule 
distinct, mais seulement plus convexe et plus lisse au milieu. La 
coloration est à peu près la même. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 2 



18 

Mendidius biangulatus. — Long. 4 mill. — 8at elongatus, 
fere parallelus,modice convexîis, totusrvfus, nilidus ; capite sub- 
tililer dense punctato-rugosulo ,margine antico late leviter sinuato, 
utrinque -angulato ; prolliorace paulo transverso, elytris Tiaud 
angusiiore, aniice Jiaud angustiore, lateribus leviter arcuatis, basi 
liaud marginato, dorso subtiliter taxe punctato ; scutello Ixm, longe 
acuto ; elytris ad liumeros angulatis, apice rotundatis , parallelis , 
sat fortiter striatis, striis subtiliter punclulatis, intervallis vix 
convexiusculis, lœmbus, sutura et margine anguste et vage obscu- 
rioribus ; tibiis anticis r aide et acute tridentatis. 

Cet insecte me paraît bien se rapporter au genre Mendidius, 
mais la coloration et la forme presque parallèle du corps le font 
ressembler aux Aplwdiusferrugineus et ru/us. Il diffère en outre 
du granulifrons Fairm. par le corselet bien moins ponctué et par 
la tête moins grossement rugueuse, plus ponctuée; l'écusson est 
aussi plus acuminé et lisse. 

Schizonycha intégra. — Long. 15 à 17 mill. — S. africanae 
simillima, tantum clypeo antice integro, arcuato, vertice lœviore, 
pygidio laxe parum fortiter punctato, subtus pectore subtilius 
punctato, albido pubescente, Jiaud squamoso, et tibiis anticis extus 
tantum bidentatis distinguenda, 

Anomala brevior. — Long. 12 mill. — Ovata, postice leviter 
ampliata, convexa, rufo-testacea, nitida, clypeo piceo, genubus, 
tibiarum apice, tibiis et tarsis posterioribus rufo-piceis, antennis 
dilute testaceis ; capite sat dense punctulato, clypeo strigosulo, 
antice late rotundato et leviter rejlexo ; protliorace brevi, longitu- 
dine duplo laliore, antice a medio rotundalim angustato, dorso 
subtiliter punctulato, basi subtiliter marginato, angulis posticis 
obtusiusculis, anticis tix obtusis; scutello lato, obtuse ogivali, 
parce subtiliter punctato, laterïbus subtiliter marginato; elytris 
ovatis, sub striai o-punct atis , punctis basi sat grossis , sed mox obso- 
lescentibus, intervallo 2!° lato, sat dense punctato , ceteris r>ix con- 
vexiusculis, l&vibus, callo subapicali sat convexo, nitidiore, 
liumeris et regione scutellari rage picescentïbus; pygidio parum 
fortiter punctato; pectore mlloso, laxe punctato, abdomine laxe, 
segmenta ultimo dense punctato. 

Paraît se rapprocher beaucoup de Y Anomala Lucasii Guér. mais 
cette dernière a 20 mill. de longueur, les élytres n'ont que des 
lignes de points tandis qu'ici il y a de faibles stries avec les inter- 
valles faiblement relevés et lisses ; l'écusson est légèrement dépri- 
mé au milieu, les tibias antérieurs sont bidentés en dehors, l'épine 
apicale assez large, longue, obtuse à l'extrémité, faiblement arquée, 
les crochets des tarses sont un peu inégaux; aux antérieurs la 



19 

division la plus longue est faiblement fendue à l'extrémité. 

Adoretus grisescens. — Long. 9 1/2 mill. — Ovatus, medio 
paulo ampliatus, modice convenus, castaneus aut brunneo-casta- 
neus, modice nitidus, pube albido-grisea vestitus, elytris lineis 
alternis maculoso-interruplis •; capite paulo obscuriore, sîibtiliter 
punctulato, margine antico subliliter marginato, medio obsolète 
sinuato, utrinque rotundato, oculis magnis, antennis pallide 
testaceis; prothorace brevi, elytris paulo angustiore, lateribus 
rotundato, basi subliliter marginato . angulis posticis valde obtusis, 
dorso subtiliter asperato; sculello ogivali, punctulato; elytris ad 
liumeros angulatis, medio paulo ampliatis, subtilissime coriaceis, 
satura et utrinque lineis 4 obsolète elevatis, tessellalis, liis lineis 
utrinque punctis majoribus piliferis comitatis, callo postico denu- 
dato, convexo, sutura postice elevata; pygidio convexo, subtiliter 
coriaceo, basi subtilissime strigoso, albido-setosulo ; subtics subti- 
liter coriaceo-punclatus, albiclo-pilosulus , pedibus validis, tibiis 
posterioribus crassis, tarsis validis, subtus spinosulis. 

Ressemble à l'A. obscurus, du Sénégal, en diffère par le bord 
antérieur du chaperon très légèrement sinué, le corselet très fine- 
ment ponctué, l'écusson plus triangulaire et plus aigu, les élytres 
plus finement sculptées, les côtés n'ayant que des places faiblement 
dénudées, les intervalles uniformes, les pattes plus robustes et les 
tibias postérieurs beaucoup plus épais. 

Adoretus convexicollis. — Long. 9 mill. — Oblongo-ovatus, 
valde convexus, rufo-testaceus, modice nitidus, capite obscuriore, 
subtiliter albido-pilosîdus ; capite dense subtitiler, clypeo subtilius 
asperato, sutura clypeali recta, tenui,fuscala, margine antico late 
rotundato, auguste fusco ; protliorace elytris haud angustiore, 
longitudine duplo latiore, valde convero. lateribus rotundato , 
angulis posticis subrotundalis, dorso dense forliter punctato, 
lateribus macula brunnea impresso ; scutello apice late obtuso, 
punctulato ; elytris medio ampliatis, apice cum angulo sulurali 
rotundatis, dorso for titer sat dense punctatis, sutura et utrinque 
lineis 3 paulo elevatis, intervalle subtiliter rugosulis; pygidio 
punctato, pilosulo ; pedibus brevibus, crassis, posterioribus crassio- 
rïbus, tibiis transversimbicarinatis. 

La forme convexe de cet insecte et le corselet très arrondi laté- 
ralement avec les angles postérieurs le rendent un peu anormal 
dans le genre Adoretus, mais c'est le seul où je puisse le classer. 
Malheureusement son état ne permet pas de voir la bouche ni les 
antennes ; les crochets des tarses sont très inégaux. 

Heteronychus obtusifrons. — Long. 14 mill. — H. aratori 
simillimus , sed capite sîibtilius rugosulo-punctato, summo lœvi, 



20 

clypeo antice f ère truncalulo, leviter refexo, liaud denlato,fronle 
medio sutura biarcuata, leviter impressa et leviter marginata, 
protliorace lateribus magis arcuatis, augulis poslicis minus 
obtusis, elytris fortiter striatis, striis minus punclalis , apice rufo- 
piceis, pygidio basi late suUïliter asperulo-ptinctato, tibiis anticis 
tridentatis^ inter dentés 1 et 2 obsoletissime denliculatis, tarsis 
gracilibus unguibus simplicibus; Ç. 

Près de cette espèce vient se ranger la suivante, trouvée en 
Abjssiniepar M. Raffray. 

H. densatifrons. — Long. 12 mill. — Prxcedenti affinis sed 
minor, elytris brevioribus, postice ampliatis, capite antice angus- 
tato,densissime ruguloso, clypeo apice obtuso,vix refexo, et obtusis- 
sime leviter biangulaio, sutura clypeali nulla; protliorace hevi, 
angulis posticis obtusis; elytris fortiter striatis, striis subtilius 
punctatis, apice mgoso-punctato ; pygidio média parte basali dense 
subliliter punctato-asperulo ; meiatliorace et ab domine lateribus 
dense subliliter rugosulis; tibiis anticis medio incrassatis, extus 
breviter sat acule tridentatis, tarsis crassis, ariiculo ultimo 
infato, ungue interno majore et latiore. 

Heteronychus rudestriatus. — Long 9 à 11 mill. — Ovatus, 
postice paulo ampliatus, piceo-niger ', nitidus ; cajnte dense rugo- 
sulo, antice anguslato. margine clypei antico obtuse rotundato, 
liaud dentato, fronte medio tuberculis 2 approximatis , postice 
arcuatis signato ; protliorace transverso, lœvi, angulis poslicis f ère 
redis, vix apice rotundatis ; elytris sat brevibus, sat fortiter 
striatis, striis grosse p>unctatis,f ère crenatis, intervallis convexius- 
culis, punctatis, parte marginali et ajnce sat dense jmnctalis et 
paulo rugosulis ; pygidio modice convexo, Ixvi ; subtus cum 
pedibus castaneus, metasterno lateribus subtiliter rugosido, tibiis 
anticis late tridentatis, liaud denticulalis, tarsis gracilibus, sat 
elongatis, ungue interno apice fisso ; Q. 

La grosse ponctuation des stries élytrales et la sculpture du 
front rendent cette espèce facile à reconnaître. On ne peut la 
confondre avec VU. parumpunctatus Burm., de Nubie, dont le 
corselet est ponctué en avant et dont le front présente une fine 
carène transversale largement interrompue ; ni avec YH.fossor 
Reiche, d'Abyssinie, dont le front ne présente qu'une fine carène 
ondulée. 

Heteronychus tenuestriatus. — Long. 11 à 17 mill. — 
Piceo-niger, nitidus ; capite dense rugosulo, clypeo antice obtuse 
biangulato, carina frontali sat elevala, medio interrupta, vertice 
lœvi; protliorace transverso, angulis anticis brevissimis, obtusis, 
dorso Id'vi, angulis posticis r oUindaii s ; elytris postice liaud sensim 



21 

amplialis, punctato-substrialis , striis tix impres&is, intervallis 
plants, lœvibus aut tantum extus parce punctulatis, parte margi- 
nali impunctata, apice subtiliter punctato ; pygidio transverso, 
valde convexo, polito ; subtus nitidus, lœvis, metasterno laterïbus 
dense subtiliter rugoso-punctato, tibiis anticis extus sat obtuse 
tridentatis^ ante deniem primum et inter primum secundumqiie 
denticulatis, tarsis piceis ; $ pygidio basi subtiliter dense asperulo, 
tarsis anticis apice incrassatis, articulo ultimo infiato, imgue 
externo multo latiore. 

Espèce bien distincte par ses élytres très faiblement striées ; la 
carène clypéale est interrompue au milieu et plus relevée de 
chaque côté de cette interruption, le front étant légèrement impres- 
sionné en travers derrière cette carène, le bord antérieur du 
chaperon est à peine biangulé au milieu et les angles antérieurs 
du corselet sont très courts. 

Astaborus Antinorii Gestro. — Long. 18 à 23 mill. — 

Castaneus, subtus pilis longis flavis Jiirlus ; capite, protJiorace, 
scutello, sutura et margine laterali elytrorum pedibusque obscurio- 
ribus. Ab A. Armato Th. prœcipue differt : proiliorace antice 
latiore, parte antica porrecta lala, supra convexa, subtus profunde 
excavata, apice semicirculariter emarginata. 

Phyllognathus strîcticeps. — Long. 20 à 28 mill. — Ovatus, 
convexus, rufocasta?ieus, nitidus, capite prolJioraceque paulo obs- 
curioribus ; capite brevi, subtiliter dense asperulo-punctato, ante 
oculos sat acute angulato, clypeo angusto, antice attenuato, apice 
truncato, mandibulis fere coclileatis, concavis, extus rottcndatis ; 
prolhorace lato, transverso, sat brevi, antice valde rotundatim 
angustalo, parum dense et parumfortiter punctato , antice densius ; 
scutello lato, punctato ; elytris subquadratis basi sat fortiter, 
medio minus punclatis, apice fere lœvibus, stria suturali sat 
profunda, disco utrinque lineis 2 vel 5 geminatis, punctatis, regu- 
laribus ; subtus sat longe sat dense riîfo-villosus et dense parum 
fortiter punctatus, tibiis anticis late tridentatis ; $ minor, capite 
dente sat brevi, incurvo, basi compresso armato, protJiorace latiore, 
antice late sat fortiter imptresso, pygidio nudo, subtïlissime dense 
punctulato ; Ç major, capite inermi, antice transversim carinato, 
protJiorace minus lato, antice Jiaud impresso, pygidio sat dense 
rufovilloso. 

Ressemble aux Q du P. BaccJius, mais facile à reconnaître par 
la conformation de la tête carénée transversalement avec le chape- 
ron fortement rétréci, tronqué à l'extrémité, ainsi que par la 
villosité rousse, assez longue et assez serrée, qui couvre le dessous 
du corps et le pygidium des Q. 



22 

Pachnoda Massajœ Gestro. — Long. 26 mill. — Supra 
opaca, capite nigro, prothorace lœte flavo ; elytris rufs, fascia 
basali, vitta lala sulurali in mndio lobata, postice utrrnque in fas- 
cia obliqua desinente maculuqne apicali uigris, pygidio nigro, 
maculis â albidis notato, subtus nitida, nigm, segmentorum 
abdominaliiim lateribus lineola albida ornatis, pedibus nigris. 

Voisine de Vabyssinica, en diffère, outre la coloration, par le 
corps plus large. 

Anthracophora choana. — Long. 19 mill. — Ovato-subqua- 
drata, parum convexa, piceo-fusca, modice nilida, elytris rufo- 
testaceis, maculis fusais, in disco niinulis, ad latera majoribus, 
plusminus'ce confuentibus , quasi marmoratis ; capite antice qua- 
dralo, margine antico paulo reflexo, recto, ad angulos roiundato, 
verlice fornter punctaio, ad oculos elevato et lavi, medio linea 
lœviore pav.lo détala, clypeo parce punciulato, medio leviter 
conrexo ; antennis basi iestaceis ; protliorace transxerso, a medio 
antice angusiato, lateribus marginalis, margine postico ad scutel- 
lum vix sensim sinuato, angulis obtuse redis dorso subtiliter parce; 
lateribus et postice foriiier parum dense punctato, medio baseos 
fere lx r ci ; scutello acuie triangulari, uirinque subseriatim pmnc- 
talo; elytris medio levissime amplialis, postice vix attenualis, apice 
sat abrupte rohindaiis, angulo suiurœ sat producto, sutura paulo 
convexa, uirinque costulis 2 latis, parum conrexis, lœtibus, inter- 
stitiis angusiis, biseriatim puncialis, puncîis anie callum subapi- 
calem obsolescentibus, parte externa irregulariter punctata, parte 
apicali rugosa; pygidio convexo, subtiliter tramncrsim striolalo , 
subtus ma gis fusca, paulo nitidior, pectore et femoribus fufoo- 
pilosis, pectore levissime rugosulo,prostemo antice dentiformi- 
producto, incurvo, compresso, pedibus validis, tïbiis anticis 
tridenlatis. 

Cet insecte ressemble extrêmement à VA . msticola de Chine ; 

il n'en diffère que par la saillie du mésosternum bien plus étroite 

et plus pointue, le chaperon moins fortement arrondi aux angles, 

l'écusson plus long et plus aigu ; la coloration est un peu différente, 

le corselet étant unicolore et les macules des élytres se réunissant 

sur les côtés de manière à les marbrer. Le genre Antliracopliora 

n'était encore indiqué que de la Chine et de l'Inde, et il est bien 

curieux ds ie retrouver en Afrique. 
'% 

Myoderma rufipennis Gestro. — Long. 12 à 15 mill. — 

Nigra, pihsfulvis undique Mria ; elytris rufs, fortiter sulcatis, 
punctaio-rugosis. À M. alutacea corpore latiore, clypeo angustiore, 
protliorace grossius puvclalo, elytrorum inlerstitiis haud aciculato- 
striolatis prœcipue differt. 



23 

Selasia asperulipennis. — Long. 5 mi 11. — Rufa, sat 
nilida, fulvo-pilosula ; capite sat dense subtiliter punclato, ad 
oculos evidentius, medio impressiusculo ; antennis sat brevibus, 
articulo 3° sat late triangnlari, apice acute angulato, céleris Jl al el- 
latis, 4° sequentïbus breviore ; prot7i or ace transverso, capite liaud 
latiore, elytris parum angustiore, dorso subtilissime punctulato, 
paulo inœquali, basi medio recto, utrinque impresso, angulis 
posticis redis ; scutello acute triangnlari, nix punctulato ; elytris 
convexis, ante médium lateribus paulo compressis, dorso sat dense 
coriaceo-asperulis, striaiulis, intervallis mx convexiusctdis, basi 
ad scutellum paulo elevatis, ad humeros oblique plicatis. — 
Choa {Hênon). 

Ressemble beaucoup à la G. rhipiceroïdes Cast., en diffère par 
la taille plus faible, le corselet plus large, non rétréci en avant, 
les élytres moins fortement striées, à intervalles moins convexes, 
sans coloration brune sur les côtés, avec un pli ou faible côte 
oblique partant de l'épaule, se dirigeant obliquement vers la suture 
et s'effaçant avant le milieu. 

La S, fufoa Gorham paraît s'en approcher beaucoup, mais la 
description indique le 3 e article comme prolongé en dedans, les 
angles postérieurs du corselet aigus et les élytres striées seulement 
à la base, tandis que chez notre espèce les angles postérieurs sont 
simplement droits et les élytres striolées dans leur longueur avec 
un pli peu saillant, se dirigeant obliquement de l'épaule vers la 
suture, ce qui les fait paraître un peu comprimées latéralement. 

Selasia pulchella Gestro (Brilus). — Long. 7 1/4 mill. — 
Flavo-testacea, nitida, pube erecta flava sparsim ornata, anten- 
nis [articulis % primis exceplis) elytrisque nigris, capite parce 
obsoleteque punctulato, fronte inter oculos longitudinaliter valde 
impressa, antennis fortiter peclinatis ; prothorace transverso, 
nndique parce subtissime punctulato, lateribus antrorsum leviier 
rotundatis, angulis anticis deflexis, posticis acutis extrorsum 
aliquando productis, basi fortiter bisinuata medio subforeatim 
impressa ; scutello triangulari, elongato ; elytris elongatis, protho- 
race latioribus apicem versus modice angustatis, irregulariter 
yunctulatis , subrugosulis ; subtus p>iceo-testacea, pedibus lœte 
flavotestaceis. 

Planeteros Gorh., Annal. Mus. Nat. Genova, 1883, 592. — 
Antennœ snbjilif ormes , articulo 2° brevi, 3° quam quarto sesqui~ 
breviori, sequentïbus subœqualibus . ProtJiorax disco subhexi, in 
medio antice carinatum, poslice fossulatum ; scutellum subquadra- 
tum, canaliculatum, apice liaud frofunde, mx fisso. Ehjtra 
decemstriata, ptibescentia. 



24 

Ce genre renferme des espèces africaines très voisines des Pla- 
teros et qui paraissent en différer par la proportion des articles des 
antennes. 

P. ochropterus Gorh., I. c. — Long. 8 mill. — Niger, 
subnitidus, elytris pallide ochraceis, striis punctatis, punctis 
quadratis. 

Silis scioensis Gorh., I. c, 595. — Long. 8 à 10 mill. — 
Niger, subnitidus , elytris fiavo-ochraceis, opacis, tenuiter pubes- 
centibus, creberrime obsolète punctatis \ prothorace postice fossulato . 
cf antennis quam corpus paulo brerioribus, prothorace suborbi- 
culato, margine lalerali in medio plicato-interrupto ; abdominis 
segmento ullimorentralifisso,dorsali bilobalo; Q nitidior, antennis 
brerioribus ; prothorax transrersus, abdominis segmento ultimn 
ventrali utrinque impresso, mcdio canaliculato. (Gorham.) 

Silis fossulata Gorh., I. c, 594. — Long. 8 à 10 mill. — 

Rufoteataceus , subnitidus ; antennis, palpis, geniculis, tibiis 
tarsisque fuscis, protlioracis disco jmstice profunde fossulalo, 
utrinque elevato. ç? 2 )ro ^ lorace subqiiadrato, lateribus sinuatis 
juxta angulos posticos processu duplici, inter se excisionem quasi 
prxbente. Abdominis segmento uliimo rentrait fissura mediana 
utrinque acute mucronata, dorsali bilobalo. (Gorham.) 

Silis erythrodera. — Long. 7 à 8 mill. — Cœrulescenti-nigra, 
modice nitida, prothorace rufo, nilidiore, abdomine pallidius 
rvfulo ; capite lœri, inter oculos obsolète impresso, mandibulis 
pallide rufis, antennis gracilibus fuscis, elytrorum médium superan- 
tibus, articulo 5° quarto œquali, prothorace transverso, elytris 
angustiore, angulis anticis late rotundatis , lateribus an le basin 
levissime emarginatis et ante angulos obliquatis, his ralde obtusis, 
dorso postice medio fortiter impresso, impressione fundo sulcata, 
et utrinque fortius conrexo ; scutello subtililer punclato, fere 
truncato ; elytris dense princlato-rugosulis, sutura et utrinqiie 
lineolis 2 (mox obliteratis) leriter elevatis ; unguibus simpli- 
cibus 

Le bord latéral du corselet est coupé obliquement avant l'angle 
postérieur et avant cette rentrée il présente une faible échancrure 
qui détermine une petite saillie au dessous ; sur 4 individus que 
j'ai examinés il y en a 2 où cette échancrure est tout à fait 
indistincte. 

Silidius Gorh., Annal. Mus. Nat. Genova, 1883, 505. — 
Caput exsertum, postice aiigustalum, antenne filiformes, oculi 
prominentes. Prothorax tf snborbiculatus, Uderibus pone médium 
denticulatis plicatis, Ç minute plicatis. Abdominis segmenhm 



25 

ultimum {$ sextum) fissum, quam pygidiale breviore. Ungues 
aniicifissi. 

Ce genre forme un lien entre les genres Silis, Discodon et 
Rliagonyclia. 

S. aethiopicus Gorh., Le. — Long. 9 à 12 mill. — Sordide 
lividus, capite, antennis, palpis, protlioracis disco maculis 2 , pedi- 
bus [basi excepta) elytrorumque macula basali Jiaud bene discreta, 
nigro-fuscis . 

Var : elytris nigro-fuscis, ienuiler Jlavo-marginatis . 

Espèce assez variable pour la coloration. La tête est rétrécie en 
arrière comme chez plusieurs Podabrus et Discodon. 

Attalus decolor. — Long. 4 mill. — Ovatus, postice amplia- 
tus, modice convexus, dilute castanescens,nitidus,protliorace, ore, 
antennis pedïbusque sat dilute r%fis; capite sat lato, convexiusculo, 
oculis prominulis, antennis parum gracilibus, protlioracis basin 
attingenlibus,paulo serratis, articulis 5-1 1 œqualibus.2° breviore ; 
prot/iorace transverso, elytris angustiore, laleribus cum angulis 
posticis rotundato, margine anticofere recto, angulis valde obtusis, 
lateribus et basi subtiliter marginato, clorso parce subtiliter 
punctato ; scutello valde obluso, pmnctulalo ; elytris ad humeros 
rotundatim angulatis, postice ampliatis, apice rotundatis, dense 
subtiliter rugosulis, basi paulo fortius ; pedibus gracilibus, posticis 
paulo longioribus , unguibus posticis intus membrana sat lata 
munitis. 

L'unique individu que j'ai examiné est probablement un peu 
immature, et à l'état parfait, les éljtres et la tête doivent être 
d'un brun ou d'un bleu foncé métallique. 

Dasytesparniformis. — Long. 5 mill. — Elliptico-oblongus, 
convexus, cxrulescenti-ater , sat nitidus, nigro^liirtus , et pallido- 
pubescens, capite punchtlato, /route lalefere triangulariter leviter 
impressa ; antennis parum gracilibus, prothoracis basin paulo 
superantibtis ; protliorace transverso, elytris angustiore, antice 
paulo angustato, lateribus leviter rotundato, dorso subtiliter 
rugosulo ; elytris medio levissime ampliatis, postice angustatis, 
apice conjunctim obtusis, dorso sat subtiliter dense punctato- 
rugosulis et obsoletissime lineatis. 

Ce Dasytes présente un peu le faciès d'un Parnus; il ressemble 
assez au D. striatulus, mais les éljtres sont plus rétrécies en 
arrières, plus acuminés, et leur surface est plus rugueuse, sans 
stries, n'en présentant que des traces à peine distinctes. 

Dasytes apicatus. — Long. 4 1/2 mill. — Elongatus, postice 
attenuatus, sat convexus, viridi-œneus . nitidus, pallido-pubescens 



26 

et fusco-hirtus, elytris ante apicem macula obscure rufa signatis, 
antennis basi, ore, tibiis tarsisque rvfis; capite sat magno, protho- 
race haud angustiore, punctulato ; antennis parnm gracilibus, 
prothoracis basin paulo superantibus , articulo 4° supra fusco 
signato, 2° brevissimo, 5° quarto œquali, prothorace transverso, 
medio elytris liaud angustiore, sed basi et antice anguslato, lale- 
ribus rotundato, margine antico laie arcuato, angulis rotundatis, 
dorso subtiliter punctalo-asperulo, basi subtiliter marginato, 
medio transversim et utrinque impresso, angulis 2^osticis subro- 
tundatis; scutello sat lato, rugosulo, obtuso; elytris sat elongatis, 
postice leviter altenuatis, apice subtruncatis, dorso subtiliter punc- 
tato-rugosulis, punctis majoribus pilifeois sparsutis, basi post 
scutellum transversim impressiusculis; subtus fusco-œneus . 

C'est avec doute que je place cet insecte parmi les Basytes; sa 
tête et son corselet sont trop larges, les antennes sont trop 
longues, non dentées ; les élytres sont tronquées à l'extrémité et 
la tache antéapicale n'est guère visible que par transparence. 

Idgia Henonii. — Long. 10 mill. — Elongata, dorso pla- 
niuscula, fusco-cxrulescens aul cxrulescenti-picea, sat niiida, 
subtiliter pubescens ; capite punctulato, inler oculos transversim 
fortiter impresso, antennis sat elongatis, médium corporis fere 
attingentibus, sat gracilibus, apicem versus paulo crassiorïbus ; 
prothorace subquadrato, elytris fere dimidio angustiore, laleribus 
vix arcuatis, angulis omnibus rotundatis, dorso paulo in&quali, 
laterïbus late impresso;- scutello brevi, sat lato, fere truncato; 
elytris postice vice ampliatis, apice separatim obtuse rotundatis, 
dense subtiliter transversim punctato-sirigosulis , suturam versus 
lineis obsolète elevatis, laleribus cilialis ; subtus fere Ixvis. 

Forme et grandeur del' 1 '. fuhicollis , en diffère, outre la colora- 
tion, par les yeux bien plus écartés, le corselet plus court, large- 
ment impressionné sur les côtés. 

Gyponyx abyssinicus Gorh., Ann. Mus. Gênes 1883,604. — 
Long. 10 mill. — Elongatus, convexus, postice vix amplialus, 
fusco-brunneus , nitidus , griseo-villosus, elytris basi testaceo- 
rufescentïbus , medio fascia transversa, ad suturam vix interrupta, 
postice arcuata, antice intus producta dilutefulvida, post médium 
brunneis, ante apicem fascia dilute fnlvida signatis ; capite 
fortiter punctato, labro, palpis antennisqiie testaceis ; prothorace 
basi sat constricto, disco obsolète depresso et paulo punctato, antice 
postieeque lœviore, basi sat abrupte transversim depresso ; scutello 
valde obtuso ; elytris ad humeros angulatis, parte basali grosse 
subseriatim punctata, punctis medianis brunneis, intervallis piceolo 
leviter tinctis, parte postica subtiliter rugosula et parce pwictulata; 



27 

snbius rufeseens, pedibus fuscis, tibiis larsisque pallide villosis. 

Ressemble assez à Opilo brunneotinctus Fairra., de Mada- 
gascar, mais plus petit, plus étroit, plus brillant et d'une coloration 
différente. 

On trouve au Soudan une autre espèce à' Opilo plus voisine du 
gigas : 

O. densatus. — Long. 12 mill. — Elongatus, subparallelus, 

parum convexus,fusco~brunneus, nitidulus , longe fulvo-villosus, 

elytris minus nilidulis, posé médium vitta transversali pallide 

fulvida, ad suturam vix interrupta, haud dentata ornatis; capite 

dense subtïliter asperato, inter oculos tranversim sulcato, antennis 

fuscis, rubiginoso-pubescentibus, basin prothoracis paulo superan- 

tibus, clava elongata; prothorace convexo, basi constricto et trans- 

versim fortiter depresso, dorso convexo, subtïliter coriaceo-asperulo, 

medio subtïliter striato; scutello obtuso, basi angustato, elytris 

parallelis, ad humeros angulatis, apice conjunctim rotundatis, dorso 

parum prof unde strialis, striis dense ac fortiter punctatis, inter- 

vallisfere plants, parce punctatis , extus magis convexis, apice 

cum striis sat confusis ; subtus cum pedibus subtïliter asperulus, 

tarsis paulo piceis. 

Bien distinct par ses élytres parallèles, son corselet couvert de 
fines aspérités, ayant au milieu un sillon peu distinct et les stries 
des élytres peu enfoncées, se prolongeant presque jusqu'à l'extré- 
mité, à ponctuation plus fine et très serrée. 

Sinoxylon discicolle. — Long. 5 1/2 mill. — Oblongus, 
cylindricus, rufus sat nitidus, capite, prothoracis plaga magna 
discoidali basin attingente et metasterno fuscis ; capite subtiliter 
densissime rugosulo-pmnctato, labro rufo ; prothorace subquadrato, 
antice leviter angusiato, antice a medio valde declivi et asperato, 
inlervallis subtiliter rugatis, laterïbus acute sed br éviter quadri- 
denlatis, dorso medio subtiliter coriaceo et laterïbus rugoso, mar- 
gine postico medio sat fortiter sinuato, angulis posticis rotundatis ; 
scutello truncalo ; elytris sat subtiliter sat dense punctatis , apice 
abrupte declivibus, sutura ante apicem elevata et utrinque dente 
fusco, crasso, paulo compresso, le citer divergente armato, parte 
declivi utrinque br éviter bidenticulata et apice marginata ; pedibus 
rufis, tibiis vix obscuriorïbus. 

Assez voisin du conig erum Gerst., mais bien plus allongé, plus 
grand et beaucoup moins ponctué; les dents postérieures sont 
moins triangulaires et plus rapprochées à la base. 

Rhytinota Cecchii Gestro. — Long. 13 mill. — JVigra, 
parum nitida, capite dense subtiliter, lateribus et antice densius 
punctato, epislomo dentato, prothorace lato, transverso, depresso, 
antrorsum parum angusiato, angulis posticis late rotundatis, basi 



28 

recta; elytris ovalihus brevibus, sutura depressis subtilissime 
obsoleteque punctulatis , obsoletissime subrugosis, basi, ad humeros 
fortins, marginata, apice attenuatis. 

Rhytinota Martinii Gestro. — Long. 12 1/2 mill. — Nigra 
nitida, capite obsolète punctulato, prothorace lato, transverso, 
depresso, antrorsum valde angustato, angulis posticis late rotun- 
datis, basi leviter declivi; elytris ovalibus, brevibus, tenuissime 
punctulatis, basi obsolète marginata, apice attenuatis. 

Espèce voisine de la précédente, mais distincte surtout par la 
forme très différente du corselet qui est plus large, rétréci en 
avant, presque en forme de trapèze, et par les élytres non 
déprimées sur la suture, plus larges et plus arrondies à la base qui 
est légèrement marginée. 

Psammodes nanus. — Long. 10 mill. — Ovatus, sat for- 
titer convertis, piceus, parum nitidus, pilis brevissimis pallidis 
vestitus ; capite sat subtiliter asperulo-granulato, inter oculos late 
leviter impresso, antennis sat brevibus, crassiusculis, basin pro- 
thoracis vix attingentibus , articulo 5° tribus sequentibus con- 
junctis fere œquali, penultimis panim latiorïbus, ultimo mi- 
nore; 2^'olàorace elytris angustiore, transverso, laterïbus antice 
sat fortiter rotundatis, basi leviter sinuatis, dorso dense punctato, 
punctis ocellatis, intervallis asperis, ai latera fortius; elytris 
brevissime ovatis, apice obtusis, punctis scabrosis basi majoribus 
seriatis, sutura anguste elevata et angustissime nigricante, subtus 
cum pedibus valde nitidus, peclore subtiliter, abdomine subtilis- 
sime et taxe asperulo, prosterno inter coxas late canaliculato, 
pedibus valde rugosis. 

Ce Psammodes est un des plus petits du genre; il est en outre 
remarquable par sa vestiture de poils très courts et assez serrés; 
sa forme le rapproche du P. cordiformis qui est de même taille, 
mais dont la sculpture est très différente. 

Eutochia amaroides Gestro. — Long. 7 1/2 mill. — Nigra, 
nitida, prothorace tenue sat crebre punctulato, antice parum 
angustato, laterïbus rotundatis, a7igulis posticis fere rectis, mar- 
gine postico leviter bisinuato disco utrinque foveolato ; elytris 
oblongis, basi prothorace œque lalis, postice aliquanto magis am- 
pliatis, sat convexis, fortiter punctato -striatis, inUrstitiis con- 
vexiusculis; pedibus nigro-piceis, tïbiis anticis armatis, dimidio 
apicali dilatatis. — Mahal-Uonz. 

Hypophlœus lsesicollis. — Long. 2 1/4 mill. — Sat elon- 
gatîis, parallelus, modice convexus, rufus, sat nitidus ; capite 
subtiliter dense punctato, clypeo utrinque fortiter impresso, anten- 
nis crassiusculis, médium prothoracis parum super antibus, apicem 



29 

versus vix crassioribus ; protkorace transversim subquadrato, 
lateribus fere parallelis, dorso sat dense punctato, utrinque ad 
marginem profunde oblonge foveato, basimarginato, angulis acute 
redis ; scutello lato, brevissimo, truncato ; elytris ad liumeros sat 
acute angulatis, apice rotundaiis, dorso substriato-punctatis , 
intervallis planiusculis , indistincte pundulatis, stria suturait 
postice profundiore. 

Se rapproche du depressus à raison de sa forme peu convexe et 
du corselet presque carré, bien distinct par la profonde fossette 
oblongue placée près des bords latéraux du corselet. 

Lyphia abyssinica. — Long. 6 mill. — L. ficicolae simillima, 
sed major, sutura clypeali medio Jiaud impressa, antennis Ion- 
giorïbns, arliculis ultimis minus brevibus, protkorace paulo angus- 
tiore, angulis posticis minus redis, elytris ad humeros minus 
angulatis, striis minus impressis et intervallis liaud transversim 
cicatricosis . 

Paramarygmus byrrhinus. — Long. 6 mill. — Ovalis, 
valde conveccus, piceo-subviolascens, parum nitidus, protliorace 
sculelloque nitidioribus ; capite dense subtiliter asperulo, ad oculos 
impresso ; protliorace brevi, a basiantice angustato ,margine postico 
utrinque late sinuato, angulis posticis fere redis, dorso lœvi ; 
scutello triangulari lœvi, elytris breviter ovatis, basi truncatis, 
sat acute parum profunde striatis, striis Jiaud pundalis, inter- 
vallis planis lœvibus ; subtics cum pedibus antennisque piceo- 
rufescentibus . 

Très voisin du P '. piceonitens Fairm., mais plus petit, plus étroit, 
à élytres plus ovalaires avec les stries non ponctuées, et avec le 
front couvert de très fines aspérités serrées, ayant une légère 
impression à chaque œil. 

On trouve à Zanzibar une autre espèce du même genre, mais 
bien plus grosse : 

P. tibialis. — Long. 10 mill. — Brevissime ovatus, fere 
liemisplixricus , œneus, nitidus, capite protlioraceque fere opacis, 
tibiis tarsisqueferrugineis ; capite late leviter depresso, subtilissime 
vix perspicue asperulo, suhira clypeali recta, antennis fuscis ; 
protliorace brevi, a basi antice angustato, angulis anticis acutis, 
dorso lœvi, margine postico utrinque vix sensim sinuato; scutello 
triangulari, sat acuto, lœvi; elytris subglobosis, sat fortiter 
striatis, striis pundati, cœrulescentibus, intervallis planis, lœvi- 
bus ; subtus fasco-cœrulescens, lœvis, metasterno basi et lateribus, 
fortiter punctato, abdomine subtilissime striolato. — Zanzibar 
(Raffray). 

Ressemble assez au P.femoralis, mais plus gros, moins brillant, 



30 

avec les élytres bien plus finement striées à intervalles plans, et 
les pattes colorées d'une manière inverse. 

Le Tetraphyllus testaceipes Th. doit rentrer dans le genre Pa- 
ramarygmus et se place à côté du femoralis . 

Hoplonyx protensus. — Long. 16 mill. — Oblongus, con- 
nexus, niger, sat nitidus ; capite dense punctato-rugoso, oculis 
œqualiter sat approximaiis, antennis gracilibus, apicem versus 
picescentibas , articulo 3° quarto plus dimidio longiore ; prothorace 
brevi, longitudine duplo latiore, lateribus fere paralellis, antice 
tantum sat fortiter rotundato-angustatis , angulis obtusis sed sub- 
tiliter prominulis , dorso densissime punctato, basi transversim 
obsolète impresso, angulis posticis fere rectis ; scutello acute ogivali, 
fere Ixvi; elytris oblongis, postice vix ampliatis, apice obtusis, 
modice punctato-siriatis , striis basi fere crenatis, sed punctis 
ante médium jam decrescentibus, ad latera longius impressis, 
intervallis vix convexiusculis, subtilissime transversim coriaceis, 
ad latera evidentius; subtus cum pedibus nitidior, fere lœvis, 
pedibus punctato-scabriusculis, femoribus anticis subtus dente 
triangulari acuto armatis. 

Ressemble à Y H. alleculoïdes, mais plus brillant avec les 
élytres plus longues et le corselet plus fortement ponctué, presque 
ruguleux, les côtés parallèles en arrière, nullement rentrants à la 
base ; la dent des fémurs antérieurs est plus triangulaire, à pointe 
moins fine. 

Praogena abyssinica Gestro. — Long. 11 mill. — Obscure 
viridi-metallica, nitida, elytris rubris; cap>ite crebre, epistomo 
minus dense punctato , hoc convexo ; prothorace lateribus rotundato, 
antice parum eœcavalo, basi leviter bissinuato, sat convexo, crebre 
punctato, linea Ixvi média longiludinali tenuissima; elytris 
elongatis, parallelis ,punctato-striatis , interslitiis parum convexis; 
pectore medio rufescente, lateribus punctatis ; abdominis segmentis 
obsolète longitudinaliter strigosis; pedibus imnclulatis. 

Diffère de scabripennis Mâkl. par la taille plus faible, les 
antennes plus courtes, le corselet plus court, plus large, à ponctua- 
tion plus serrée, les élytres moins larges à la base avec les inter- 
valles moins convexes. 

Cistela scioana Gestro. — Long. 8 mill. — Oblongo-ovaia, 
convexa, brunneo-picea, griseo-pubescens, antennarum basi tarsis- 
que rufo-ferrugineis; capite iwothoraceque crebre subtiliter punc- 
tulalis, hoc lateribus rotundatis antrorsum convergentïbus ; elytris 
elongatis, basi protJwracis latitudine, pone médium paullo dila- 
tatis, punctulato-rugulosis . — Mahal-Uonz. 

Cistela piceocastanea. — Long. 5 mill. — Oblonga, convexa, 



31 

mfo-castanea, nitidula, elytris pedibusque {femoribus exceptis) 
piceo-castaneis, abdomine obscuriore, antennis, ore femoribusque 
dilutioribus , testaceis ; capite sat brevi, dense punctato, antice 
fere rugosulo et transversim impresso; antennis crassiusculis , 
basi protJioracis paulo superanlibus, basi dilutis, articulis 3 -H 
paulo obscurioribus ; protliorace transverso, basi elytris ferelatiore, 
antice arcualim anguslato, densissime punctato, subtiliter rugu- 
loso, margine postico recto, medio subtiliter marginato, angulis 
redis, antice val de rotundatis; sculello brevi, dense punctato; ely- 
tris oblongo-ovaiis, basi truncatis, apice oblusis, ad liumeros sat 
angxilatis, subtiliter striatulo-punctatis, intervallis dense punc- 
tulatis, subtiliter rugosulis; subtus punctata. 

Voisine de la fusciventris Fairm., d'Abyssinie, mais plus petite, 
avec la tête moins étroite, non sillonnée en travers au dessus des 
yeux, ceux-ci moins rapprochés, moins globuleux, plus échancrés, 
les antennes plus courtes, le corselet plus large et plus court, à bord 
postérieur droit, à ponctuation plus forte, et les élytres plus courtes, 
à stries plus fortement ponctuées. 

Lagria analis Th. — Long. 12 mill. — Oblongo-ovata, postice 
ampliata, capite protlioraceque œneo-viridibus, metallicis, elytris 
cyaneis aut cxruleis, subtilissime pubescens ; capite protlioraceque 
dense fortiter punctatis, subrugosis, illo inter oculos sat forliter 
transversim sulcato, clypeo brevi, subtiliter punctato, antennis 
basis protJioracis liaud superantibus, fuscis, fere ad apicem nitidis, 
ap>icem versus crassiorïbus, articulis 7- 10 paulo transversis \ullimo 
duobuspirœcedentïbus conjunciis œqnali, obtuse acuminalo, 5° quarto 
paulo longiore; protliorace transversim quadrato, lateribus vix 
rotundalo, medio postice subsulcato, angxilis anticis obtuse rectis; 
scutello œneo, lato, punctato, apice obtuse truncalulo; elytris 
amplis, ad liumeros rotundatim angulalis, sat fortiter dense 
punctatis, intervallis transversim rugosulis sutura et utrinque 
lineis 5 obsoletissime elevatis; subites valde nitida, fusco-cxrulea, 
cupreo-micans , abdomine laxe punctulato, segmento ultimo rufo, 
dense pimctato, metapleuris dense rugosîdo-punctalis, tibiis 
levissime arcualis ; Q. 

Epicauta politicollis. — Long. 16 mill. — Elongata. con- 
vexa, squalide fulva, vix nitidula, protliorace dilutiore, valde 
nitido ; capite rufo-castaneo , subtus nitidior; capite convexo, dense 
sat fortiter punctato, inter oculos lineola longiludinali lœvi, inter 
antennas transversim sulcato, clyjoeo etlabro fere lœvibus, mandi- 
bulis apice fuscis; antennis médium corporis fere attingentibus, 
parum gracilibus, articulo 2° brevi; protliorace elytris dimidio 
angusliore, lalitudine longiore, antice gradatim angustato, dorso 
lœvi, antice, lateribus et basi parce punctulato , antice obsoletissime 



32 

transversim impresso, basi medio foveato ; scutello punctato, apice 
paulo elevato et obtuso ; elytris elongatis, apice rotundatis, dorso 
sat subtiliter dense coriaceo-punctatis , ad humeros rotundatim 
angulatis ; subtus subtilius coriaceo-punctata, pectore medio mx 
perspicue, segmento ventrali ultimo apicee marginato, pedibus sat 
elongatis. 

Très voisine des E. fuhicollis et spurcaticollis , mais la colora- 
tion est différente; se distingue en outre de la seconde par le cor- 
selet lisjse et de la première par la taille plus grande, le corselet 
un peu plus étroit et les élytres plus longues, un peu plus finement 
coriacées. 

Epicauta hydrocephala. — Long. 10 à 15 mill. — Oblonga, 
convexa, postice compressa, nigra au brunneta, mx nitidula, post 
oculos albido-pubescente, subtiliter ac brevissime pilosula ; capite 
magno, infiato, subtiliter densissime rugosulo-punctato, medio 
linea tenuiter elevata, sutura clypealifere recta ; antennis parum 
gracilibus, basin proihoracis paulo superantibus, articulis % primis 
rufo-ferrugineis, 4° et 5° longioribus, œqualibus; prothorace brevi, 
capite et elytris angustiore, antice a medio angustato, medio lineola 
obsoleia, postice medio impresso ; scutello sat magno, apice obtuso et 
impresso; elytris sat brevibus, apice rotundatis et paulo compressis, 
subtilius et paulo transversim rugosulis ; subtus nitidior, dense 
punctata, pedibus sat validis , femoribus anticis subtus medio vittula 
brevi aureo-sericea ornalis, tïbiis et tarsis omnibus subtus rufo- 
sericeis, tarsis articulo 1° elongato. — Let-Maréfia [Ragazzi); Choa 
(Sénon) . 

La forme assez courte, la grosse tête et le petit corselet donnent 
à cet insecte un faciès particulier. Un individu rapporté par 
M. Hénon est immature, entièrement d'un roux marron et notable- 
ment plus petit. 

Zonitis Henonii. — Long. 9 mill. — Oblonga, crassa, modice 
convexa, pallide Jlavo-lutescens, sat nitida, elytris plaga magna 
transversali fere mediana brunnea ; capite sat lato, inter oculos 
biimpresso, mandibulis apice fuscis ; prothorace transverso, elytris 
valde angustiore, antice utrinque leviter impresso, medio sulcato, 
basi subtiliter marginato, angulis omnibus rotundatis ; scutello 
magno, punctulato, apice rolundato, basi medio puncto oblongo 
profunde impresso ; elytris parum elongalis, subparallelis, postice 
parum angustatis, apice paulo divaricalis et obtuse rotundatis, 
dense sat subtiliter rugosulis, utrinque coslulis % levissime elevalis, 
externa valde sinuata. 

Ce Zonitis est assez remarquable par son corps épais, ses élytres 
assez larges jusqu'à l'extrémité où elles sont rétrécies et brièvement 



33 

déhiscentes et par sa coloration d'un fauve jaunâtre pâle avec une 
large bande brune sur les élytres. 

Microcerus abyssinicus. — Long. 15 mill. (rostr. incl.). — 
Oblongus paulo compressus, fuscus, cinereo-squamosus, elylris medio 
fascia transversa communi brunneo-velutina, interdum paulo 
obsoleta signatis ; rostro crasso, oblonge quadrato, inœquali, 
rugoso-punctalo, medio canaliculato et basi utrinque sulco lato 
obliquo a capite separato; oculis modice convexis, callis verticis 
parum elevatis, transversis, superciliis parum convexis ; prothorace 
elytrorum medio dimidio angustiore, longitudine haud laliore, basi 
et antice œqualiier angustato, sed co?istricto, lateribus medio sat 
rotundato, dorso antice transversim, medio longitudinaliter sulcato, 
hoc sulco paulo ante médium utrinque ramoso, utrinque irregu- 
lariter impjresso ; elylris basi fer e truncatis, ad Jiumeros obliquis, 
deinfere parallelis, apice val de declivibus et sat rotundalis, dorso 
convexis , grosse substriato-punctatis, intervallis elevatis, 4° postice 
ad suturam tuberculo ovato, 5° post médium tuberculo ovato, 
majore, 5° post médium bituberculato, marginali luberculis conicis 
numerosis obsilo, inlervallis externis transversim plicatulis, parte 
epi pleur ali seriatim grosse punctata ; subtus dense rugoso-punctatus, 
femoribus inermibus. — F arré [Ragazzi). 

Ce Microcerus paraît se ranger dans la 2 e division de M. Aurivil- 
lius; il diffère des M. annuliger et albiventer par l'absence de tache 
sombre sur les élytres, du premier par les tubercules postérieurs 
moins saillants, le corselet plus sillonné au milieu; ce dernier 
caractère et la forme des élytres le séparent du second. Il ressemble 
au subcaudatus, mais le rostre n'a pas de sillons et la sculpture du 
corselet est plus forte, les tubercules apicaux et latéraux sont 
moins pointus, et l'extrémité des élytres est très obtuse. 

Hypocolobus Choensis. — Long. 8 mill. — Ovalus, valde 
conrexus, fuscus, indumento terreno vestitus; capite summo pluri- 
impresso, inter oculos bifoveolato, Iris occitltis; rostro brevi, 
crasso, basi vix afronte separato, paulo inxquali, breviler fusco- 
setoso ; protliorace elylris angustiore, parum transverso, lateribus 
angulatim dilatato, antice et basi f ère xqualiter angustato, punctis 
grossis foveatis impresso, antice utrinque sinualo, lobis ocularibus 
valde productis et oculis occultantibus, dorso antice transversim 
forliter impresso, hac impressione medio interrupla; elytris bre- 
viter ovatis, ad Jiumeros oblique truncatis, apice abrupte declivibus , 
dorso seriatim foveolatis, foveolis parum impressis, inlervallis 
angustis, paulo convexis, 2° basi fere cristato, denudalo, céleris 
inxqualibus , externis et posticis nodulosis, inlervallo marginali 
tuberculis 4 magis conicis instruclo, parte reflexa foveolis paulo 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 3 



34 

profundioribus seriatis impressa; subtus asperatus, abdomine 
medio leviter concavo, pedibus validis, setosulis. 

Les espèces de ce genre sont propres à la région du Cap de Bonne 
Espérance, on en trouve aussi au Bengale, mais c'est la première 
que l'on rencontre aussi haut dans le nord. Elle n'a pas de renfle- 
ment transversal à la base du rostre et les yeux sont presque com- 
plètement cachés par les lobes prothoraciques. 

Brachycerus longulus. — Long. 29 mill. (rostr. incl.). — 
Oblongus, paulo compressas, val de convexus, fus eus, opacus, sat 
dense tuberculatus •, hiberculis nitidis, poslice br éviter setigeris; 
capite grosse laxe punctato, rostro brevi, crasso, laterïbus bicostato, 
utrinque basi oblique costulato, medio inœquali, laxe punctato, 
antice dilatato, margine antico medio fortiter impresso, laterïbus 
elevatis, antennis crassis,fere cylindricis, squalide lutescentibus, 
apicem versus paulo crassioribus , articulo ultimo truncato ; pro- 
tliorace longitudine Iiaud latiore, antice vix magis quam basi 
angustalo, medio laterïbus ampliato, dorso grosse tuberculato, 
tuberculis anticis paulo confusis, medio sulco antice latiore im- 
presso; elytris oblongo-ovatis, apice obtuse subacuminatis, dorso 
subseriatim parum regnlariter tuberaclatis, dorso vittis Ixvïbus 
vage indicatis, laterïbus fortins tuberculatis ; subtus laxe grosse 
punctatus, pedibus ferrugineo-pubescentïbus, femoribus alulaceis, 
laxe punctatis, tibiis asperatis. — ■ Ambocarra (Ragazzi). 

Ce Brachycerus esttrès distinct par sa forme allongée, comprimée, 
et par les fins tubercules serrés qui recouvrent les élytres, formant 
en arrière des bandes peu régulières séparées par d'autres bandes 
sans tubercules, effacées en avant, sauf le long de la ligne tuber- 
culée suturale. 

Les espèces du genre Brachycerus , si nombreuses au Cap de Bonne 
Espérance et en Cafrerie, de même que dans la région méditer- 
ranéenne, sont au contraire fort rares dans la zone intertropicale. 
Chevrolat en a décrit deux espèces (Soc. Entom. Belg., 1882, 
C. R., lxxix) qui n'ont guère de ressemblance avec la précédente. 

B. maculipes. — Long. 22 mill. — Elongato-ovalis, niger, 
opacus; rostro crasso, subcylïndrico, antice crasso, recto, supra 
piano, cinereo, denticulato, fovea conica ante oculos, antice posti- 
ceque costato ; protliorace laterïbus mediis obtuse spinoso, tubercu- 
lato, plaga antica plana, longitudine sulcata, nodulis 2 ochraceis, 
in margine postico canaliculato ; elytris globosis, minute granosis, 
granis ochraceis, in singulo seriebus, 2 tuberculorum rotundato- 
rnm supra planorum et irolosericeorum 5 lateralibus arcuatis, 
subspinosis ; femoribus macula aiorantiaca signatis. — Abyssinie 
(Rafray). 



35 

B. Raffrayi. — Long. 23 mill. — Prxcedenti affinis, niger, 
rostro crasso, antice piano, antennis oculisque nitidis, nigris , fovea 
conica ante ociilos; prothorace lateribus acute spinoso, tuberculis 
piliferis signato, antice canaliculato , basi transversim sulcato; 
elytfis ovalibus, minute granulosis ; in singnlo seriebus j? tubercu- 
loram, série interna elenatorum planorum, externa elevatorum, 
externa elongatorum ; femoribus nitidis, minute et vage granosis, 
tibiis redis, anticis in margine intemo pilosis, apice biangulalis . 
— Abyssinie [Raffray]. 

Hipporhinus tenuegranosus. — Long. 23 mill. (rostr. 
excl.). — Elongatus, compjressus, convexas, fusais, opacus, 
setis squamosulis ferrugineis adpressis sat dense testitus, tuber- 
culis glabris; capite summo pundato, antice f ère lœvi, medio puncto 
impresso, rostro sat longo, basi angustato, apice paulatim ampliato 
etforiiter incurvo, medio late, apice latius parum fortiter canali- 
culato, îitrinque costulis 2, apice spatio triangulari convexiusculo, 
antennis sat gracilibus, scapo recto, funiculo nitido, piloso, articu- 
lis subxqualïbus, data opaca, rufopubescente sat elongata, acuta; 
prolltorace elytris val de angustiore, longitudine liaudlatiore, lateri- 
bus medio dente valido satacuto armato, dorso parum dense grosse 
tuberculalo, tuberculis plus minusve umbilicatis, medio carina 
parum elevata, basiet antice abbreviata; elytris oblongo-ovalis ,postice 
attenuatis, apice obtuse bilobatis, lobis brevibus, paulo divaricatis, 
dorso subtiliter striatulis, intervallis planis, alternatim laxe irré- 
gularités tuberculatis, lateribus densius ac subtilius tuberculatis ; 
subtus cum ])edibus nitidior, subtiliter aspero-jmndatus, pedibus 
sat magnis, tibiis inius cilialis et subtiliter denticulatis , mesos- 
terno inter coxas angusto et tuberculalo. — Sciotalit [Ragazzi). 

Ressemble à Y H. tuberculatus Boh., surtout pour le corselet, 
mais les tubercules dorsaux sont bien plus fins, moins saillants, 
surtout sur les côtés presque en séries séparées par de larges 
bandes unies, assez régulières et les lobes terminaux sont obtus, 
un peu inclinés en dessous. 

Il est intéressant de voir un représentant du genre Hipporhinus 
remonter jusqu'en Abyssinie, car on n'en signale pas, je crois, au 
dessus de la Cafrerie. 

Systates Dollei — Long. 9 mill. — Flongato-ellipticus, sat 
convexus, fusco-œnescens aut œneo-metallicus, nitidus; capite 
summo lœvi, inter oculos punctulato et transversim sulcato ; rostro 
crasso, punctulato, lateribus sat acute, medio leviler carinato; 
antennis gracilibus, médium corporis fere attingentibus, fuscis, 
scapo gracili, vix arcualo, apice tantum incrassalo, funiculi arti- 
culo 4° elongato, duobus sequentibus conjundis œquali, clava 
oblonga, apice parum acuminala; protliorace elytris plus dimidio 



36 

angustiore, paulo transverso, lateribus postice leviter rotundatis, 
antice obsolète sinuatis, basi haud marginata, dorso subtiliter 
dense rugoso; scntello punctiformi; elytris ovato-oblongis, ad 
Immeros nalde rotundatis, medio leviter amplialis, postice com- 
pressis, apice sat abrupte declivibus, dorso late parum profunde 
striato-crenatis, intervallis convexiusculis , subtiliter rugosulis, 
apice pilosulis; subtus cum pedibus obscurior et pubescens, tibiis 
infuscatis ; $ angustior, obscurior. 

Cet insecte a une certaine ressemblance avec le genre Tanycerus 
Lac. [Nematocerus Reich.) qui pourrait bien être identique avec le 
genre Systates. Mais les deux espèces ont un faciès fort différent, la 
nôtre étant atténuée et naviculaire en arrière, ce qui la rapproche 
du S. approximans Fairm. ; elle est remarquable par sa coloration 
métallique très brillante chez la Ç, moins chez le $. Les antennes 
sont médiocrement grêles, le scape est grêle, épaissi tout à fait à 
l'extrémité et le 1 er article du funicule est de moitié plus long que 
le2d. 

Systates apicipennis. — ■ Long. 7 1/2 mill. — Elongatus, 
convexus, antice et postice fere simïliter attenuatus , piceus , elytris 
paulo dilutioribus , parum nitidus, griseo-pubescens, antennis 
pedihisoue dilutioribus ; fronte punctala, medio sulculo brevissimo 
notata, rostro punctulato, apice laie emarginato, medio et lateribus 
leviter caiinulato ; antennis gracilibus, medmm corporis longe 
superantibus, scapo fere recto, apice clavato, funiculi arliculo 
4° tribus sequenlibus conjunctis fere œquali, clava elongata, parum 
crassa, acuta ; protliorace anguslo, longitudine vix laliore, antice 
angustiore, lateribus leviter arcuatis, dorso dense rugosulis, fere 
granulatis, linea média parum distinctal xviore ; elytris elongatis, 
medio vix ampliatis, postice attenualis, apice fere truncatis et 
utrinque tuberculo brevi, obtuse conico, compressiusculo inslruclis, 
dorso leviter striatis, striis fortiter crenato-punctatis, parum 
profundis intervallis convexiusculis, subtiliter dense coriaceis, 
sat dense pubescentibus et apicem versus pilis longioribus suberectis 
sparsulis ; tarsis subtus dense sat longe albido-pubescenlibus. 

Par sa forme, sa pubescence et la terminaison des élytres, cet 
insecte ressemble beaucoup à un Brachyderes. 

Systates pellucicLus. — Long. 6 mill. — Oblongus f convexus, 
piceus, sat nitidus, elytris, antennis pedïbusque dilutis; capile 
summo lœvi, inter ocnlos ruguloso-punctato et puncto medio im- 
presso ; rostro crasso , subtiliter punctulato , carinulis mediana et late- 
ralibns lenuïbus, apice parum emarginato ; antennis elongatis, scapo 
recto, apice tantum clavato, médium prolhoracis. fere attingente, 
funiculi articulo i° secundo longiore, clava elongata; protliorace 



37 

iransverso, elytrorum medio dimidio angustiore, antice liaudangu- 
stato, lateribus fere redis, dorso subtiliter granuloso, basi medio 
leviler foveolato; elytris ovatis, ad liumeros late rotundatis, ante 
médium ampliatis etpostice sat fortiter attenuatis, apice conjunctim 
rotundatis, dorso subtiliter substriato-punctatis , striis post médium 
multo tenuioribus et punctis obsoletis, intervallis planis, lœvibus ; 
subites alutaceus, femoribus apice et tibiis punctatis. 

Ressemble assez au pilosulus pour la forme des élytres qui sont 
élargies vers la base et le rétrécissent assez rapidement en arrière, 
mais leur sculpture est différente ; le dessus du corps est glabre et 
le corselet est bien différent, ayant les côtés presque droits. 

La coloration de cet insecte est très probablement due à son état 
immature. 

Systates fuscicornis. — Long. 6 mill. — Oblongo-ovatus, 
sat fortiter convexus, fusco-niger, nitidus, glaber ; capite summo 
lœvi, inter oculos punctato et medio puncto impresso, rostro subti- 
liter strigosulo, carinulis mediana et lateralibus tenuibus; antennis 
elongatis, scajm crasso, basi arcuato, apice sat abruptte clavato, 
marginem ptrotlioracis parum superante, funiculo elongato, parum 
gracili, articulis S primis fere œqualibus, clava elongala, acte- 
minata; protliorace transverso, ehjtrorum medio plus dimidio 
angustiore, subtiliter granuloso-punctato, medio subcarinulato, 
lateribus fere rectis; elytris ovatis, ad humeros late rotundatis, a 
medio postice angustatis, dorso striato-punctatis , striis parum 
prof tondis, sed basi sat latis et fortiter punctatis, post médium obso- 
lescentibus, intervallis lœvibus, basi sat fortiter convexis, postice 
planis ; subtus cum jjedibîis subtiliter coriaceus et subtiliter griseo- 
pubescens. 

Ressemble beaucoup au pellucidus pour la forme générale et 
la sculpture de la tête et du corselet ; mais les élytres sont plus 
larges, plus convexes, à stries bien plus fortement ponctuées avec 
des intervalles convexes à la base. 

Systates pilosulus. — Long. 6 mill. — Oblongo-ovatus, 
jwstice attenuatus, convexus, sat dense griseo-pilosus et Mrsutus, 
piceoxnescens , sat nitidus ; capite inter oculos ptonctalo, rostro com- 
presso sat elongato, lateribus vix carinulato, antennis ferrugineis, 
gracilibus, scapofere recto, apice tantum incrassato,funiculi arti- 
culo 1° duobus sequentïbus conjunctis œquali, clava elongata, sat 
acuminata ; prot/iorace parvo, transverso, lateribus valde rotun- 
dato, antice vix angustiore, dorso pimctato; elytris ovatis, a 
medio postice angustatis, apice obtusis, dorso sat fortiter substriato- 
punctatis, intervallis p>lanis,fere lœvïbus; subtus parce imnctatus , 
pedibus ferrugineis, femoribus clavalis, apice infuscatis. 



38 

Remarquable par son rostre assez allongé, à peine caréné latérale- 
ment, son corselet fortement arrondi sur les côtés, ses élytres 
ovalaires, rétrécies en arrière du milieu et la villosité assez longue 
et hérissée qui couvre le dessus du corps. 

Systates ruficornis. — Long. 8 mill. — Elongatus, postice 
attenuatus,fusco-submetallescens, moclice nitidus, antennis piceo- 
rufis; capite vixpunctulato, medio sulcato, oculis sat magnis, pro- 
minulis, rostro brevi,parallelo, crasso, vix punctulato, apice Ixvi, 
impresso et sinuato, medio carinato; antennis sat gracilibus, scapo 
vix arcuato, parum gracili, apice tantum incrassato, médium pro- 
tlioracis liaud altingente, funiculi articwlis elongatis, i° duobus 
sequentibus conjunctis vix breviore, clava elongata; proihorace 
longitudine liaud latiore, medio ampliato, lateribus leviter rotun- 
datis, dorso transversim sat subtiliter plicatulo ; elytris ovato- 
oblongis, ante médium ampliatis et postea atlenuatis, apice sat 
compressas, dorso substriato-punctatis, punctis basi crenatis, 
postice obsoletis, intervallis fere planis, alutaceis, alternatim, 
basi prœsertim paulo convexis; subtus cum pedibus griseo-pubes- 
cens. 

La coloration des antennes, la sculpture du corselet et la forme 
des élytres qui sont élargies peu après la base, puis atténuées et 
comprimées, rendent cet insecte facile à reconnaître. 

Systates interstitialis. — Long. 7 à 9 mill. — Flongatus, 
postice leviter atténua tu s, convexus,fusco-picescens, vageœnescens, 
vix nitidulus; squamulis griseo-albidis sat dense subtiliter vesli- 
tus; capite inter oculos breviter striato, rostro medio subtiliter 
cariimlaio, antennis gracilibus, médium corporis attingentïbus, 
ferrugineis, scapo obscuriore, apice infuscalo, minus gracili, arti- 
culis apice infuscatis, articulo 1° secundo duplo longiore, clava 
infuscata; prothorace vix transverso, elylrorum medio plus duplo 
angustiore, lateribus paulo rotundato, antice paulo angusliore, 
dorso sat dense granulato, interdum linea média sat lœm; elytris 
ovato-oblongis, ante médium paulo ampliatis, deinde paulatim 
angustatis, apice paulo compressis, dorso striatulo-crenatis , striis 
basi sat impressis, lateribus obsoletis et tantîi?n punctis i?idicatis, 
intervallis alutaceis, alternatim paulo convexis ; subtus pubescens, 
p>edïbus parum elongatis, sat validis, tibiis tarsisque interdum 
rufopiceis. 

Par la forme des élytres cet insecte se rapprocherait du prolixus 
Fairm. ; mais chez ce dernier les antennes sont bien plus épaisses, 
plus courtes, le scape notamment est épais dès la base et grossit peu 
à peu vers l'extrémité. 



39 

Dioecoderus fortipes. — Long. 6 1/2 mil). — Oblongus, 
antice leviter attenuatiis, sat fortiter convexus, piceofuscatus, 
modice nitidus; cavité summo lœvi, fronie rugosulo-ymnctata, 
medio fortiter sulcata, rostro crasso, satfortiter-punctato, medio 
sulcato,laterïbns paxdo oblique carinulatis [antennis?]; protlio- 
race transverso, elytris liaud angustiore, antice a basi angustato, 
lateribus levissime arcuatis, dorso granulis umbïlicatis dense ins- 
tructo, basi recta, angulis posticis acute rectis, anterioribus sat 
obtusis ; elytris oblongo-ovatis, medio leviter ampliatis, basi 
tenuiter sed sat acute marginato-plicatis ,unde Jmmeris acutis,apice 
obtusis, dorso fortiter substriato-crenatis ', intervallis planis , snbti- 
liter coriaceis ; subtus punctulatus et cum pedibus albido-setosulus, 
Ais validis, tibiis posteriorïbus leviter arcuatis. 

A l'état frais cet insecte doit être revêtu de petites soies squami- 
formes blanchâtres, d'après quelques vestiges sur la tête et les 
côtés du corselet. La forme du rostre, celle du corselet, ainsi que sa 
sculpture le rapprochent du D. hamaticollis, mais les angles posté- 
rieurs ne sont pas épineux et la sculpture les élytres est bien 
différente, les pattes sont aussi plus robustes. 



AGANIPUS n. g. 

Ce nouveau genre est voisin des Hesperoplianes et des Gnatliolea 
dont il diffère par la tête aussi large que le corselet, les yeux plus 
gros, plus saillants, très rapprochés en dessus, les antennes non 
ciliées, le corselet bien plus étroit que les élytres, subcylindrique, 
aussi long que large, ayant de chaque côté au milieu un tubercule 
ou dent très obtuse, les élytres plus longues, les pattes plus grêles, 
les postérieures plus longues que les autres, les 4 fémurs postérieurs 
grossissant légèrement vers l'extrémité; le prosternura est très 
étroit et ne sépare qu'à peine les hanches antérieures, le méso- 
sternum est assez étroit, mais sépare nettement les hanches inter- 
médiaires. 

La forme des yeux etducorseletrappelleassez bien les Obriaccum, 
mais le 1 er segment ventral est de longueur normale et le 3 e article 
des antennes est plus long que le 4 e . 

A. calopoides. — Long. 17 mill. — Elongatus,fere paral- 
lelus, parum convexus, piceo-brunneus, nitidulus, pallido-fulvo- 
villosus, submaculosus , subtus paulo dilutior, subtilius pubescens, 
pedibus ferrugineis, femorïbus apice sat longe infuscatis; capile 
sat brevi, fere lœxi, inter antennas sulcato, labro pallidiore et 
nitidiore, mandibulis fuscis ; antennis gracilibus, corpore paulo 
longioribus, glabris, articulo h crasso, paulo aracato, %° brevi. 



40 

ceteris œqualibus, 3° quarto paulo longiore ; protJirorace longitu- 
dine liauÀ latiore, elytris angustiore, laterïbus meclio dénie obtusis- 
simo armatis, dorso inxquali, antice transversim depresso, linea 
média paulo elevata, ad marginem anticum magis pvoducta, disco 
utrinque triturer cul ato ; scutello piano, semirotundo ; elytris elon- 
gatis, parallelis, apice tantum angustatis et f ère rolnndatis dorso 
sat for ti 1er dense asperulo-punctatis, ad scutellum paulo convexis, 
utrinque costulis 2, discoidali et submarginali sat lalis, parum 
convexis. 

Le faciès de cet insecte rappelle le Galopvs serralicornis. 

Aromia lugubris. — Long. 26 mill. — Elongata, postice 
attenuata, convexa, fusca, inter dum nage amescens, subopaca, 
antennis pedibusque leviter cœrulescentibus ; capite rugoso, 
inter oculos transversim depressiusculo, antennis corpore paulo 
brevioribus <3\ médium elytrorum vix superantïbus Q, articulo 
h crasso, $ injlato, apice exius acute spvioso, articulis 3-10 
apice breviter acuminatis, 3° quarto œquali <3\ parum longiore Ç; 
protliorace transverso, utrinque medio, angnlatim ampliato, 
angulo breviter dentiformi, dorso irregulariter dense vermiculato- 
rugoso, antice transversim depressiusculo; scutello triangulari, 
apice aculissimo, medio sulcato; elytris elongatis, ad humeros 
angulatis, postice attenuatis, apice séparation rotundalis, dorso 
subtiliter densissime coriaceo-punctatis , utrinque lineis 2 subti- 
lissime elevalis ; subtus cœrulea , nitida , pectore densissime 
subtiliter ruguloso-punctato, abdomine lœviore; pedibus sat bre- 
vibus, validis, subtiliter asperulis, femoribus omnibus clavatis, 
anticis $ magis infiatis, tïbiis posticis compressis, sed non 
laminatis. 

Cet insecte est difficile à classer et nécessiterait un nouveau 
genre ; si je le range avec les Aromia c'est à cause de ses antennes 
épineuses comme chez VA. Faldermanni et bleuâtres comme chez 
VA. Bungii; mais les pattes sont bien plus robustes et les fémurs 
plus claviformes. Il rappelle beaucoup, pour la coloration, le Rhopa- 
lizus nigrans, mais il est plus grand, plus large, plus robuste, ses 
pattes sont bien différentes et les antennes plus courtes, plus épi- 
neuses. 

Rhopalizus nigrans. — Long. 25 mill. — Ulongatus, pos- 
tice leviter attenuatus, supra planiusculus et nigro-subopacus, 
subtus cum antennis fusco-cœrulescens, nitidior, pedibus rufo- 
piceis; capite paulo rugosulo, inter antennas transversim elevato et 
medio sulcato, antennis elytris paulo longioribus, artictilo 4° apice 
sat acute angulato, articulo 3° quarto longiore et basi breviter 
sulcatulo ; protliorace transverso, laterïbus medio dilatato et dente 
brevi armato, dorso dense transversim strigosulo; scutello acute 



41 

triangulari; elytris alutaceis, apice f ère rotundatis ; subtus griseo- 
sericans. 

Forme du R. sansibaricus, mais bien plus déprimé, d'une colora- 
tion sombre, presque complètement mate, avec le corselet densement 
strié en travers, les élytres à sculpture presque indistincte et les 
fémurs beaucoup moins épais. Les articles des antennes sontinermes, 
le 1 er forme à l'extrémité un angle pointu mais non épineux. Les 
fémurs postérieurs dépassent à peine l'extrémité des élytres. 

Ceroplesis aenescens. - Long. 26 à 31 mill. — Parum elon- 
gata, convexa, fusco-xnescens, nitida, selulis brevissimis fulvidis 
parum dense vestita, elytris magis xneis, ritta transversali corn- 
muni ante médium, et xitta marginali postica, suturam arcuatim 
attingente, antice longe ante médium abbreviata rubris ; capite 
subtililer punclato , medio sat subtiliter striato; antennis sat gra- 
cilïbus, dense alutaceis, subtiliter taxe asperulis; prothorace trans- 
verso ,hteribus utrinque bituberculato ,tuberculo medio majore, sat 
conico, dorso vix punctulato, medio transversim elevato, inxquali, 
basi transversim sat late depresso; sculellofusco, apice obtuse rotun- 
dalo,fere Ltvi; elytris ad liumeros sat forliter angulatis dense sat 
fortiter punctatis, paulo rugosulis, basi grossius punctatis et ralde 
riigatis ; subtus nigro-fusca,fere opaca, densius et longe setulosa, 
segmentis ventralibus apice politis, nigris, ultimo apice nigro- 
ciliato, pedibus sat subtiliter rugosulis, tibiis anticis intus oblique 
impressis. 

Ressemble à un G. œstuans où manquerait la bande postmédiane, 
mais plus étroit, d'un brun foncé bronzé, la tête, le corselet et 
l'écusson ne sont pas recouverts d'une tomentosité rouge, le disque 
du corselet est plus inégal, les élytres sont plus fortement rugueuses 
à la base, le dessous du corps est très différent et les tibias antérieurs 
ne sont pas notablement allongés et arqués. 

C'est peut-être cette espèce qui est signalée par Gredler [Zur 
Kdfer-Fauna Central-Afrikas , p. 521) comme trouvée à Gondo- 
koro, sous le nom de C. militaris Gerst. 

Mais ce dernier est plus court, plus noir et plus mat, bien qu'un 
peu bronzé à la base des élytres, et le disque du corselet présente 
de chaque côté, des plis plus ou moins transversaux se rattachant en 
arrière, au milieu, à un relief oblong; le tubercule antérieur des 
côtés est aussi moins saillant; enfin il y a une bande postmédiane et 
une tache antéapicale qui ne se retrouvent pas chez les 3 $ que j'ai 
examinés. Malheureusement, en fait de C. militaris, je n'ai que 
des 9. 

On trouve aussi en Abyssinie [Rajfray) et dans le pays des Bogos 
(Beccari) une variété du G. œstuans, un peu plus petite que les 



42 

individus provenant du Sénégal, et ayant la bande postmédiane des 
élytres décomposée en demi taches. 

PHANIS n. g. 

Genre voisin des Crossolus, ayant des cavités cotyloïdes inter- 
médiaires ouvertes en dehors, les tibias intermédiaires entiers, la 
saillie prosternale arrivant à peu près au niveau des hanches 
antérieures et les élytres avec quelques touffes de poils en avant; 
mais la tête n'est nullement concave entre les antennes, qui sont 
glabres avec le 1 er article rétréci vers la base, non cicatrisé au 
sommet, le 4 e à peine moins long que le 3 e , le corselet court, 
tricaréné sur le disque, ayant de chaque côté 2 grosses dents très 
saillantes, l'antérieure obtuse, la médiane plus longue et plus 
pointue, les élytres à épaules très saillantes, ayant à la base, de 
chaque côté, une carène courte, rugueuse ; le mésosternum est 
presque tronqué et la saillie intercoxale très aiguë; les pattes sont 
courtes, robustes avec les tarses assez épais. 

P. armicollis. — Long. 15 mill. — Oblongo-ovatus, sat 
convexus, parum nitidus, fusco-metallescens, pube rubiginosa 
in depressionïbus vestitus , subtus lateribus densiore ; capite 
verticali, sat lato, sat dense rugosulo-punclato ; protJiorace trans- 
verso, lovgitudinefere diiplo latiore, elytris angustiore, rugosulo- 
punctato, dorso costa mediana basi dilalata, et utrinque costula 
breviore, laterihis medio ampliatis et utrinque triangulariter 
fortiter biangulatis; scutello triangulari ; elytris sat brevibus, 
postice îeviter angustatis, basi utrinque sat fortiter sinuatis, 
angulis productis, dorso val de inœqvalibus, grosse sat laxe 
punclalis, basi rugatis et utrinque costa brevi elevata rugosa, 
postice rufovillosa signatis, postice costulis paulo elevatis, brunneo 
ptibescentibîis, sat irregulariter clathralis, angulo suttirali sat 
obtuso; subtus fere lœvis, pubescens, pedibus sat validis. 

Cet insecte rappelle un peu le Cedemon tristis Gah., de Mada- 
gascar, mais les côtés du corselet sont bien différents, le 1 er arti- 
cle des antennes est bien plus court, la tête est plus large et le 
lobe inférieur des yeux bien plus petit. 

Nupserha strigicollis. — Long. 15 mill. — E long ata, postice 
atténuât a, supra rufulo-Jlava, densissime pubescens, subopaca, 
subtus cum pedibus nigra, nitidula, capite post ocxdos nigro pla- 
giato, mandibulis et palporum articulo ultimo apjice nigris , anten- 
nis nigris , po'otliorace vitta média nigra ; capite post oculos glabro 
et fortiter piunctato, vertice medio costula nigra glabra vix elevata 
breviter signato; prothorace elytris valde angustiore, siibquadrata, 



43 

parnm transverso, antice et postice ï éviter constricto et transversim 
impresso; scutello obs euro, satlato, medio impressiusculo; elytris ad 
Immeros valde angulatis, a basi postice gradatim attenuatis, apice 
oblique paulo sinnatis, angulo suturali obtuso, externo acuminato, 
dorso fortiter punctatis , sutura elevata et utrinque costis 2 externis 
carinatis, i l intégra, % i paulo ante apicem abbreviata, disco leviter 
concavo ; subtus cum pedibus sericans, femoribus anticis subtus 
panlo rufescentïbns . 

Ressemble au N. lineigera Chevr., mais bien plus grand, avec le 
corselet pas plus long que large et les élytres n'ayant chacune que 
2 côtes, l'extrémité n'étant qu'unidentée. 

Chez un individu, trouvé en Abyssinie par Raffray, une tache 
noire occupe presque le tiers postérieur des élytres. 

Oberea atricilla. — Long. 13 mill. — Elongata, rufo-flava, 
nitida, capite fusco metallico micante, ore rufo, antennis oculis- 
que nigris, elytris parum nitidis, fuscis, scutello et macula 
basali, postice prolong ata, cum macula humerali conjuncta fiavis ; 
capite prothorace vix sensim latiore, medio sulcato, antice sat for- 
titer punctato, summo fere lœvi; protliorace qaadrato, paulo inx- 
quali, antice et justice transversim fortiter impresso, basi et parte 
antica parce punctato; scutello hevi; elytris ad Jiumeros angnlatis, 
medio levissime angustatis, postice panlo dilatatis, apice rotun- 
datis, dorso fortiter parum dense punctatis , sutura anguste elevata 
et utrinque costa parnm elevata, apice obliterata signatis; seg- 
mento ventrali ultimo apice sinuato et utrinque fusco late signato. 

Ressemble beaucoup à YO. scutellaris Gerst., de Mozambique, 
mais cette dernière est un peu plus grande, la tête est jaune comme 
le corselet qui est un peu plus long que large, les élytres sont 
tronquées un peu obliquement et les tibias postérieurs sont noirâtres. 

Corynodes abyssinica Jac, Annal. Mus. Nat. Genova, 1886, 
123. — Long. 11 à 12 i/â mill. — Violaceous-blue ; labrum, antennx 
and tarsi blach ; thorax closely covered with larger and smaller 
punctures; elytra very closely punctured, tlie interstices finely 
transversely rugose ; clams bifid. 

Le thorax de cette espèce n'est pas plus long que large, mais 
beaucoup plus densément ponctué que chez le G. compressicornis ; 
les antennes sont plus grêles et les derniers articles sont moins 
dilatés. 

GalerucellagenicnlataHar.,Sitz.Phys.Math.Cl.Akad.Berl., 
1880, 270. — Long. 10 mill. — Oblonga parum convexa, lurido- 
testacea, dense griseo-pubescens, capite tuberculis frontalibus cana- 
culaque triangulari ad marginem posticum nigris; tliorace tr ans- 
verso , parvo , margine laterali medio angulato, dorso nigro fasciato , 



44 

elytris dense distincte punctatis non costulatis, pedibus testaceis, 
femorum medio, tibiis post basin tarsisque piceis , antennis nigris, 
artieulis 1-5 testaceis dorso infuscalis, 5° sequenti nonnihil 
breviore. cf articulo 7° apice hamato. — G. trilobas obscura et 
parvicollis xalde simïles et discedunt : triloba elytris nitidioribus 
et subcostatis, thorace ad latera medio rotundato-prominulo, 
obscura thorace breviore. scutello latiore elytrisque minus con- 
fluenter fortins punctatis, parvicollis angulis posticis thoracis 
oblique tmncatis, angulo marginali longe ante médium posito, 
elytris minus distincte punctatis. 

Diorhabda? maculiceps Jac.,1. c.,124. — Long. 11 1/2 mill. 
— Obscure testaceous; a spot at the vertex, one ai each femora, 
Jive at tlie thorax and the underside piceoîis ; elytra obscure metallic 
greenish,finely punctured and pubescent, the latéral margin tes- 
taceous. 

Var. : Elytra pale testaceous, indistinctly marked with metallic 
œneous longitudinal stripes. 

L'auteur ne dit pas pourquoi il a mis un point de doute au nom 
de genre. 

Pachytoma abyssinica Jac, 1. c, 125. — Long. 10 mill. — 
Obscure fultous, jinely pubescens; antennœ, a spot at the head, 
the disk of the thorax and the legs fuscous or piceous; terminal 
joints of the anlenna short. 

Ressemble à P. clavicornis Karsch par la brièveté du dernier 
article des antennes, en diffère par les côtés angulés, peu arrondis, 
du thorax et la coloration. 

Megalognatha abyssinica Jac, 1. c, 126. — Long. 9 à 10 
mill. — Elongate black; head impunctate; thorax square-shaped, 
closely and finely punctured; elytra Dery closely andfnely punc- 
tured and wrinkled, longitudinally depressed at the sides. 9 head 
impmictate ; the frontal tubercles trigonate, divised by a fine 
groove; antennx black, half the length of the body, 5-7 joints 
equal, the following ones shorter. 

M. metallica Jac.,1. c.,127. — Long. 9 mill. — Black; head 
and thorax metallic dark, greenor Mue, finely punctured; elytra 
cupreous, margined with metallic green, very closely and finely 
punctured. 

Le 9 a des antennes simples et les élytres ont une courte 
impression longitudinale sur les côtés. 

Aulacophora albicans Chap. — Long. 6 1/2 mill. — Oblongo- 
ovalis, nitida, albo-fiavescens ; capitis vertice, labro et antennarum 
articulo nltimo nigris ; pronoto transverso, nigro et marginibus 



45 

anguste albis, lateribus et margine postico subundulatis ; angulis 
anticis distinctis, vix productis, disco pone médium transversim 
impresso, ad latera punctato; sciUello nigro; elytris subtilissime 
punctulatis , favo-albis ,fasciis 2 nigris, obliquis, angustis ornatis, 
altéra pone basin, altéra pone médium. 

Hyperacantha fenestrata Chap. — ■ Long. 7 mill. — Oblonga, 
convexa, posterius subampliata, flavo-f erruginea, capitis vertice 
vix distincte punctato, nigro; pronoto pallide flavo, plaga trans- 
versa juxta marginem anteriorem utrinque ad latera extensa et 
medio postico paulisper dilatata nigra ornato, utrinque ad angulos 
anlicos congregatim punctato ; scutello Ixvi, nigro; elytris confuse 
tenuiter punctatis, atris, utrinqtce plagis 2 magnis favo-pallidis 
ornatis, altéra basali subquadrata, altéra subapicali triangulari ; 
corpore sublus pedibusque flavo-f errugineis . 

H. colorata Chap. — Long. 8 mill. — Oblonga, convexa, 
posterius subampliata, flavo-f erruginea ; capitis vertice vix punc- 
tulato, nigro; pronoto pallide flavo, plaga transversa juxta 
marginem anteriorem utrinque ad latera externa et medio postico 
patâisper dilatata nigra ornato, utrinque ad angulos anticos 
punctato; scutello Ixvi, Jlavo, interdum nigro; elytris confuse 
tenuiter punctatis, flavo-f errugineis, fasciis 2 nigris, altéra basali 
latissima, altéra pone médium angustiore et utrinque abbreviata ; 
corpore sublus pedibusque flavo-f errugineis , metatliorace nigro. 

Le genre Hyperacantha Chap. (1. c, 18) se compose de Galéru- 
cides africaines comme le genre DlacantJia; il diffère de ce dernier 
par les crochets des tarses qui sont appendiculës et les 4 tibias 
postérieurs seulement mucronés, tandis que chez les Diacantha 
les crochets sont bifides et tous les tibias mucronés. 

Hyperacantha verticalis. — Long. 7 mill. — Ovata , postice 
late ampliata, convexa, flavo-fulva, niticla, capite summo et ely- 
trorum parte quarta basali et vitta post médium transversa an- 
gusta violascenti-fusca; capite sumno Ixvi inter oculos transversim 
sulcato et medio carinato, labro apice puncto minuto fusco ; antennis 
gracilibus, articulo 5° quarto vix longiore ; prothorace elytris an- 
gustiore, longitudine duplo latiore. laterïbus obtuse angulato, 
aniicepaulo angustalo et cum angulis rotundato, angulis p>osticis 
obtusis, dorso lœvi, medio transversim impresso ; scutello apice 
truncato, lœvi; elytris ante médium val de a?nplialis et late margi- 
natis, apice valde rotundatis, dorso indistincte punctulatis, basi 
evidentius, ante apicetn ad suturam impressione communi, fundo 
foveato cavato ; subtus lœvis, metasterno violascenti, segmento ven- 
trali penultimo medio basi sulcatulo, apice utrinque late sinuato, 
ultimo medio quadratim lobato, ulrmqice prof unde sulcato . 



46 

La description de Y H. inœquali? Cliap. (Mus. Civ. Gênes, 1879, 
19) conviendrait bien à notre espèce, mais elle ne parle pas de la 
fossette suturale, elle indique les élytres comme un peu élargies 
en arrière et ne parle pas de la couleur du métasternum. Voici du 
reste cette description. 

H. insequalis Chap. — Long. 7 i/s mill. — Oblonga, convexa, 
postice paulisper ampliata, ficha ; capite breviori, vertice impunc- 
tato, afronle sulco transverso utrinque obliquato separaia ; pronoto 
Ixvi, ad latera parce punctato ; scutello fulvo ; elytris siibtiliter et 
parce p>unctulatis, fulvis, fasciis duabus nigris ornatis, altéra basali 
latiori, altéra porte médium angusliori. 

Entre Goundet et Adoua (Raffray). 

Hatita choensis. — Long. 8 mill. — Ovata, postice ampliata, 
sat convexa, supra ru fa, nitida, elytris plaga magna fusco-œnea, 
discoidali, antice bifida, scutello fîisco, subtus cum pedibus fusco- 
picea, nitida, ano rufo; capite summo sulcalulo, antennis graci- 
libus, ô/t corporis attingentibus, apicem versus vix obscurioribus, 
articulis ctqualibus 2" breviore ; protJiorace elytris angustiore, lon- 
gitudine fere duplo latiore, antice et postice œquilato, lateribus 
medio vix sensim angulatis, dorso l<evi basi et lateribus margi- 
nato, paulo ante médium transversim impresso; scutello triangu- 
lari, apice obtuso, lœvi ; elytris dense sat forliter punctatis, basi 
multo minus, lateribus costula parum elevala, antice abbreviata, 
signatis; subtus sublililer punctata, segmento ventrali ultimofor- 
titer imnctalo. 

Cette espèce diffère de H. limbatella Fairm., par le corselet 
impressionné transversalement; lacoloration est assez différente et 
la ponctuation des élytres beaucoup plus forte. 

Diacantha Lacordairei Chap. — Long. 10 mill. — Elongato- 
cylindrica, convexa, parallela, subtus nigra, supra Jlavo-ferru- 
ginea; capite majusculo. impunctato, mandibulis apice palpisque 
fuscis; antennis nigro-fuscis, basi ferruginea ; pronoto medio 
convexo, utrinque pone basin transversim impresso, disco nigro 
bimaculato ; scutello elongato, triangulari; elytris sat dense 
punclatis, pone basin tumidulis, lœ.vibus, tuberculo obtuso ornatis, 
maculis 2 subrotundis , altéra pone Immeros, altéra discoidali pone 
médium et striga marginali poslica métal lico-viridibus ; Ç. 

Gastrida abdominalis Chap. — Long. 4 1/2 mill. — Oblongo- 
ovalis, opaca, subtus nigra, supra nigro-violacea, snbtiliter coriacea 
et subtilissime pubescens ; antennis pedibusque nigris vel interdum 
nigropiceis ; <$ abdominis segmentis 5 ultimis Ixte fiavis et 
segmento iillimo medio late, parum profunde foveolato ; 9 ab do- 
mine tolo Ixte fiavo, segmento îcltbno œquali. 



47 

Le genre Qastrida Chap. (1. c, 20) est voisin de Diabrotica, mais 
rien, dans le faciès et la coloration, ne rappelle ce dernier type; 
les antennes sont presque moniliformes, amincies vers la base et 
légèrement dilatées vers le bout et dépassent peu la base du 
corselet. La surface de ce dernier est convexe, sans impression 
marquée, finement chagrinée et pubescente comme la tête ainsi 
que les élytres; les épipleures sont apparentes et très rétrécies 
au delà du milieu ; le prosternum est nul entre les hanches, les 
pattes sont grêles, tous les tibias mucronés, les tarses postérieurs 
ont le I er article un peu moins long que les 2 suivants réunis, les 
crochets sont bifides un peu en deçcà de l'extrémité. 

Paralepta fossulata Chap., 1. c, 26. — Long. 4 1/2 à 5 i/amill. 
— Oblonga, nigro-picea, subnitida; antennarum articulis 4 vel 
5 basi fulvis; jwothorace fulvo, punctulato, pone médium disco 
fossula impresso, lineaque longitîidinali média angusta nigra 
notato; elytris nigris, utrinque maculis 21 obscure Jlavis, altéra 
pone basin, altéra anleapicali prœditis, tenuiter sat dense punc- 
tatis; corpore subkcs pedibusque nigris, tibiis basi subtestaceis . 

Var. A : Pronoli fossula tantum nigra. 

Var. B : Elytrorum maculis plus minusve conjluenlibus . 

Var. C : Elytris obscure Jlavis, sutura, margine laterali fascia 
basali latiori nigris. 

Le genre Paralepta Chap. (I. c, 25) est très voisin des Monolepta 
par la fermeture des cavités eotyloïdes, la brièveté des épipleures et 
les crochets appendiculés; il en diffère par son faciès moins massif, 
ses tibias inermes, sauf les intermédiaires, et la longueur relative 
des articles des tarses, le 1 er un peu plus long que les 2 suivants 
réunis. 

Monolepta postrema Chap. — Long. 5 1/2 mill. — Oblongo- 
ovalis, convexa, nitida, sordide flava ; capite nigro, sublxni ; 
fronte antica fiava ; antennis fiavis, articuln 2 ultinlis apice 
nigris ; pronoto transverso, parce tenuiter punctulato ; scutello 
obscure rufo; elytris sat dense subtiliterque punctulatis, Jlaris et 
fasciis % nigris omatis, altéra basali latiori et margine postico 
inxquali; altéra apicali; corpore subtus sordide flavo , melathorace 
et interdum femoribus rufescentibus. 

M. puncticeps Chap. — Long. 4 1/2 mill. — Oblongo-ovata, 
convexa, nitida ; capite rufo-fiaw, distincte punctulato ; antenna- 
rum articulo ultimo ajnce nigro ; pronoto longitudine fere duplo 
latiori, ferrugineo, nitidulo, tenuiter sat dense punctulato ; scutello 
nigro, lœvi; elytris densius subtiliter punclatis Jlavis, margine 
omni, suturali et externo, nigro , fasciaque angusta pone médium, 
ornatis ;pectore, abdominefemoribusque, apice exceplo, nigris. 



48 

Var. A : Gapite et pronoto saturatim rufo-favis ; elytrorum 
signaturis favo-ferrugineis. 

Le type de l'espèce se trouve en Abyssinie et la variété dans le 
Choa. 

Monolepta cavidorsis. — Long. 4mill.— Ovata, valde con- 
vexa, supra fulvo-testacea, nitida, elytris plaga basali transversa 
fusca, subtus cum pedibus nigra, nitida, albido-pubescens ; capite 
lœvi, summo dense punctulato, supra oculos transversim sulcato, 
labro mandibulisque ftiscis , antennis rufopiceis, opacis, articulis 
3 primis nitidis 5° quarto xquali; protliorace transverso, elytris 
angustiore, antice via; angustato, lateribus vix arcuatis, dorso sub- 
tilissime vix perspicue pîinctalato, angulis omnibus fere rotun- 
datis ; scutello Ixvi, obtuso; elytris postice Jiaud ampliatis, ad 
humeros sat rotundatis et plicatis, dorso densissime subtilissime 
punctulalis, basi evideniius, ad suturam ante médium prof tende 
cavato, excavatione rJiomboidali, communi; subtus subtiliter punc- 
tulata, pedibus fortius punctatis, â anticis piceis ; ç$ paulo major, 
elytris ante médium ad suturam val de excavatis, ad liumeros for- 
titer plicatis et intus sat longe oblique impressis, Q V os ^ scutellnm 
obsolète impressis, humeris vix plicatis . 

L'excavation assez profonde qui se trouve sur la suture un peu 
avant le milieu rend cette espèce facile à reconnaître. 

Blepharida nigrotessellata Baly, Ann. Nat. Hist., 3 e sér., 
XVI, 186, 404 [Podonlia). — Long. 5 à 6 raill. — Ovata, 
convexa, pallide picea, nitida; tliorace subremote punctato, basi 
biimpresso , antice utrinque longitudinaliter sulcato ; elytris 
sordide fulvis, sat profunde punctato-striatis, punctis piceis, 
interspatiis remote nigro-tessellatis, ad apicem convexiusculis ; 
femoribus posticis valde incrassatis ; ç? xdeagus vix curvatus, 
lateribus parai lelis, apice lanceolato-ovato. 

On trouve aussi en Abyssinie la B. evanida Baly., 1. c, 403. — 
Long. 7 à 9 mill. — Oblongo-ovata, convexa, subtus pallida 
fulvo-picea, nitida, supra sordide flav a; tliorace remote punctato, 
pallide rufo-piceo variegato, apice utrinque longitudinaliter 
sulcato; elytris sat profunde striato-punctatis , punctis pallide 
piceis, interspatiis ad apicem convexis, puncto liumerali nigro, 
limbo inflexo nigrotessellato ; femoribus posticis valde incrassatis . 
— Damara Land. 

Nisotra testacea Chap. — Long. 3 1/2 mill. — Oblongo- 
ovata, convexiuscula, nitida, favo-testacea ; capite tenuiter punc- 
tato, antennis fuscis, articulis 4 primis fl avis ; pronoto transverso, 
dense tenuiter punctato, margine antico pone oculos subsinuato, 
basi utrinque sulco longitudinali brevi ornato ; elytris subtiliter 
punctato-striatis, striarum punctis geminatis ; corpore subtus 



49 

flavo-testaceo, metathorace, abdomine [apice excepto)femoribuspie, 
infuscatis. 

Crepidodera corrusca Chap. — Long. 4 mill. — Oblonga, 
ovalis, pallide fiava; capitis vertice fusco-œneo-virescente, labro 
palpisque piceis; antennis Jlavis, articulis ultimis apice fusco ; 
pronoto transverso, nitidissimo, impunctato , basi sulco transverso 
et sulcis longitudinalibus profimâis ; scutello parvo, nigro; elytris 
oblongis, œneo-viridibus , regulariter et profonde striato-punctatis, 
interstitiis subtiliter punctnlatis ; corpore subtus cum pedibus 
pallide Jlavis , metathorace et abdomine levier infuscatis. 

Cassida choana. — Long. 6 mill. — C. nebulosse valde affinis 
et f ère similiter colorata, sed maculis fuscis destituta; statura 
paulo minore, prothorace basi medio subtiliter striolato, elytris 
ad humeros magis angulatis,dorso irregulariler punctatis, punctis 
haud transversis. 

Malgré la grande ressemblance de cette Casside avec la nebulosa, 
elle s'en distingue facilement par la sculpture des élytres dont la 
ponctuation est irrégulière, de sorte qu'entre les 3 côtes élevées 
on ne voit pas d'intervalles longitudinaux légèrement saillants. 

Chilomenes posticalis. — Long. 5 mill. — Orbicularis ', sat 
fortiter convexa, supra nigra, nitida, capite et protJwracis macula 
utrinque sat magna pallidis, elytris ante apicem macula oblongo- 
ovata rnfoxestaceasignatis, subtus cum pedibus rufotestacea,pectore 
nigro ; clypeo profunde emarginato et labrum includente, utrinque 
acute exciso ; protliorace brevi, elytris angusliore, antice angustato, 
lateribus rotundato ; scutello triangulari; elytris sat rotundatis, 
basi conjunctim emarginatis, ad humer os angulatis, lateribus sat 
auguste marginatis, apice rotundatis, subtilissime dense puncln- 
latis. — Ced-Biet. 

Cet insecte ressemble beaucoup plus à un Chilocorus qu'aux 
Chilomenes, mais la forme du chaperon et des tibias antérieurs est 
bien caractéristique. 

Epilachna scioensisGorh,, 1. c, 1892, 910. — Long. 8 mill. 
— Oblonga, postice ovata, nigra, sericea, capite, prothorace elytris- 
que pallide ferrugineis, his margine laterali tenuiter, ad angulos 
anticos latins subexplanatis , limbo maculisque 7 in singulis nigris, 
callo humerali tnberculiformi, antennis palpisque ferrugineis, 
apicïbus nigris. 

Très voisine de Yhirta, mais le bord marginal des élytres plus 
fortement développé, leur surface à pubescence plus soyeuse et 
les 7 taches distinctes indiquent une espèce différente. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVil. & 



50 

E. segrota Gorh., 1. c. — Long. 7 à 8 mill. — Oblonga, postice 
ovata, nigra, sericea; capile, protliorace elytrisque sordide testaceis 
margine vix expia nato. 

Extrêmement voisine de la précédente, mais moins convexe et 
plus longue. Sur de nombreux exemplaires on ne voit aucune trace 
de taches sur les élytres, 

Chnootriba Antinorii Gorh.,1. e.,911. — Long. 6-7 mill. — 
Oblonga, nigra, griseo-pubescens, elylris singulis annulis 6 irre- 
gularibus flavis, uno basilari [sœpe sine nucleo), 2 pone callum 
Tiumeralem plerumque conjunctis, i? pone médium distinctis, uno 
subapicali transverso antice dentato, cum macula subapicali quasi 
binucleato. 

Cette belle espèce a été abondamment trouvée par Antinori. 
G. similis Thumb. est très largement répandue mais cette espèce 
est plus robuste et moins acuminée en arrière, les élytres sont 
plus finement ponctuées. C. assimilis, de Sierra Leone, paraît lui 
ressembler beaucoup , mais sa ponctuation serait beaucoup plus forte. 



DESCRIPTION DE LEPIDOPTERES NOUVEAUX 
par M. I*. Hlabille. 

Nous donnons ici la description de quelques Lépidoptères qui 
seront figurés plus tard et que nous possédons depuis longtemps. 
Plusieurs aussi appartiennent aux collections de nos amis et cor- 
respondants, et nous sommes heureux de pouvoir les remercier de 
nous avoir communiqué des espèces intéressantes. 

Parmi les Diurnes il y a un certain nombre d'Hespérides que 
nous devons à l'obligeance de M. Fruhstorfer qui en ce moment 
même parcourt encore l'Ile de Java. Ce naturaliste a déjà décou- 
vert des espèces précieuses, et il faut espérer que la science lui 
sera redevable de bien d'autres trouvailles. 

Eurytela Alinda n. sp. 

Presque le double ftE. Dryope. Dessus des ailes d'un brun 
noirâtre, traversé par une bande commune d'un jaune terne, à 
bords étroits commençant au rameau 6 des supérieures, étroite aux 
inférieures et passant par le milieu de l'aile; bords noirâtres, 
avec un dessin terminal, composé d'une bandelette sinuée, brun 
jaunâtre, limitée par une ligne blanche, doublée d'un liseré noir 
intérieurement. Frange blanche dans les échancrures. 

Dessous avec la base jaunâtre et l'espace médian jaunâtre sale. 
Aux supérieures il y a d'abord à la base deux traits bruns superpo- 
sés ; puis deux bandes de traits d'argent, séparés par du brun 
chocolat. La bande extérieure très nette composée de 7 traits, 



51 

l'intérieure double et placée sur le bout de la cellule qui est fermée 
par une ligne noire doublée d'argent, et appuyée sur un croissant 
de même couleur. 

Ce dessin se continue sur les ailes inférieures : sur la base est 
une raie brun rouge, faiblement doublée d'argent et sur le milieu 
une bandelette semblable sinuée, interrompue, doublée d'argent des 
deux côtés. 

La bordure est sombre avec un dessin terminal blanc à grandes 
dents, la pointe tournée vers la base de l'aile. 

9. Assinie, à la côte de Guinée . 

Astictopterus obliquans n. sp. 

Noir, ailes supérieures portant une éclaircie rouge, allant en 
oblique depuis le rameau 6 jusqu'au milieu de l'intervalle 2. La 
tache ainsi formée est mal limitée, rayée par les nervures avec 
beaucoup d'écaillés delà même couleurqui semblent la continuer vers 
l'apex, et d'autres répandues le long de la côte vers la base. Le 
dessous est du même noir; la bande rouge est encore plus diffuse 
et rayonne entre les rameaux. La côte est suivie par une série 
assez épaisse d'écaillés rouges, formant bandelette. Les ailes infé- 
rieures sont entièrement couvertes d'un semis d'écaillés rouges. 

Le corps est noir de part et d'autre. 

ç$. 20 raill. Java. Découverte par M. Fruhstorfer. 

Carystus albescens n. sp. 

Noir ou cendré noirâtre. Frange des ailes supérieures un peu 
plus pâle que le fond. Ailes inférieures noirâtres passant gra- 
duellement au blanc depuis le rameau 4 jusqu'à l'angle anal. 
Dessous des supérieures noirâtre mat, tournant au gris à l'apex. 

Inférieures blanches, ombrées à la base, avec un point noir dans 
la cellule, une tache noire sur le pli abdominal et quatre petits 
points mal marqués à sa suite en demi-cercle. Frange blanche. 

Corps noir en dessus, blanc jaunâtre en dessous. Palpes cendrés. 

Java. 

Cette espèce se rapproche beaucoup des Acleros africains. 

Carystus singularis n. sp. 

Noir; ailes supérieures traversées par un groupe de taches 
blanches rapprochées, formant sur le milieu du disque une bande- 
lette courte, oblique, semi transparente. Les taches sont ainsi 
placées : une en carré long au bout de la cellule, puis une au 
dessus, ovale presque égale dans l'intervalle 3, une petite dans 
le 2 e , et un point allongé dans l'angle du 4 e . 

Dessous d'un noir roussàtre : la bande des supérieures n'a plus 
que trois taches bien arrêtées : celle du 2 e est fondue dans une 



52 

éclaircie blanche qui s'étend sur le bord interne jusqu'à l'angle. 

Envergure. 42 mill. — Java. Une 9. 

Espèce remarquable découverte par M r Fruhstorfer. 

Plastingia Fruhstorferi n. sp. 

Noire, à grandes taches jaunes, lavées d'orangé. Ailes supé- 
rieures avec une bande costale orangée, dépassant un peu le 
milieu de la cellule ; une petite tache allongée au bout de celle-ci 
et deux points apicaux contigus ; une large tache part de la base 
et couvre tout le milieu du limbe et est composée de trois taches 
unies en une seule, l'intermédiaire jaune pâle, hyaline, les deux 
autres orangées, puis lui faisant suite deux autres taches super- 
posées et se touchant par en haut dans les intervalles 4 et 5; frange 
jaune orangé. Ailes inférieures noires, avec une tache assez large, 
dentée, érodée inférieurement et remontant jusqu'à la base par une 
liture, ou rayon assez large. Il y a une raie orangée sur le milieu 
de l'espace abdominal. Frange orangée, plus large à l'angle anal. 
Dessous d'un orangé fauve aux supérieures, avec l'intervalle des 
nervures ombré de noir. Inférieures du même orangé, avec un 
rayon noir entre chaque nervure ; un dans la cellule, une tache 
marginale noire à l'extrémité de l'espace abdominal, et le rayon 
qui suit la nervure 8 continu de la base au bord externe. Bord 
antérieur rayé de noir. 

Corps noirâtre, hérissé de poils fauves. Les anneaux de l'abdo- 
men zones de jaune orange ; ventre jaune, avec quatre points noirs 
sur les anneaux du milieu. 

Poitrine et palpes d'un blanc jaunâtre. Antennes avec les deux 
tiers terminaux de la massue jaune vif. 

Très belle espèce que je me fais un plaisir de dédier à M. Fruhs- 
torfer de qui je l'ai reçue. 

Proteides zalates n. sp. 

Noir; ailes supérieures portant sur le milieu un groupe de trois 
taches blanches placées en triangle et rapprochées, une carrée dans 
la cellule, une presque semblable dans le 3 e intervalle, et une dans 
l'angle du 4 e . En outre une tache blanc terne dans l'intervalle 2, 
appuyée sur la nervure, et trois petits points apicaux en ligne obli- 
que. Inférieures sans taches. 

Dessous semblable. Sur les ailes supérieures les taches sont con- 
tinuées en forme de bande jusqu'à la côte par une tache faiblement 
jaunâtre et jusqu'au bord interne par une éclaircie blanchâtre où se 
confond la tache de lintervalle 2. Inférieures noires avec le bord 
externe blanc jaune, depuis l'intervalle 1 jusqu'au milieu du 4 e . 
Frange blanchâtre, très étroite. 

Corps concolore. 

cf. 41 mill. Java. 



53 

Pamphila sodalis n. sp. 

Très semblable par ses taches à JavanaMab. et kNeo)>liyles Mab. 
et aussi à Nirwana PL, mais différant par les caractères suivants. 

<ff d'un brun noir comme Assamica. Base des quatre ailes cou- 
verte de poils serrés, fins et jaunâtres. Frange jaune, un peu plus 
sombre à l'apex des premières ailes ; celles-ci ayant deux taches 
allongées au bout de la cellule, trois points apicaux petits et trois 
autres au-dessous en ligne oblique, suivis sur l'intervalle 2 d'un 
long trait blanc, étroit, opaque qui va de la tache de l'intervalle 3 
au rameau 1. Ailes inférieures sans aucun point. 

Dessous des premières ailes fuligineux avec une petite éclaircie 
blanchâtre dans l'intervalle 2, correspondant au trait du dessus. 
Inférieures d'un r.oir uniforme, sans aucun point. Corps concolore. 

9 à poils jaunâtres plus denses et plus étendus. Taches un peu 
plus fortes et le trait blanc remplacé par une tache triangulaire 
semblable aux autres. Dessous des ailes inférieures d'un noirâtre 
plus clair. 

Java. — Envoyée par M. Fruhstorfer. 

Pamphila Scortea n. sp. 

Très voisin de P. Eltola Hew. et de la même taille. 

Ailes d'un brun foncé avec la base couverte d'écaillés et de poils 
jaunes. Ailes supérieures offrant une raie jaunâtre sur la côte à 
sa base et 9 taches ou points d'un blanc jaunâtre et transparents : 
deux dans la cellule, presque accolés, trois petits points apicaux et 
quatre taches inégales leur faisant suite; celle du 3 e intervalle 
longue et grande, celle du 2 e triangulaire. Ailes inférieures offrant 
deux points allongés et juxtaposés dans l'intervalle 6 et un autre 
le plus souvent invisible dans l'intervalle 5. 

Dessous des ailes supérieures avec la moitié interne noirâtre, la 
côte et le reste de l'aile jaunâtre. Ailes inférieures avec les trois 
petites taches du dessus distinctes sur un fond plus jaunâtre. 
Frange brun clair. 

Corps concolore. 

Java. 

Pamphila Mormo n. sp. 

Taille et port de P. CaMra Moore. D'un noir foncé, avec le 
bord externe sinué aux ailes supérieures. Celles-ci portent une 
rangée oblique de trois petits points blanc jaunâtre, dans les 
intervalles 3, 4 et 5. En outre un seul point apical aligné avec 
les précédents, dans l'intervalle 7. Frange noirâtre, blanchissant 
à l'extrémité aux ailes inférieures. Dessous d'un noir plus terne. 
Intervalles 1 et 2 gris jaunâtre ou roux clair aux ailes supérieures. 
Corps entièrement brun noirâtre. 



54 

Pourrait être une forme* de Caliira : mais il n'offre aucun 
point dans la cellule, et un seul à l'apex au lieu de deux. 

Java. 

Pamphila perfusca n. sp. 

Taille et port du précédent. D'un brun noir luisant avec un reflet 
roux clair sur les deux ailes. Aucune tache ni dessin. Franges 
brun clair. Dessous des ailes supérieures brun de suie avec un 
nuage gris-cendré sur les intervalles 1 et 2, et n'atteignant pas 
l'angle. Inférieures plus foncées avec un reflet rougeâtre assez 
prononcé. 

Corps entièrement noir. 

Java. — J'ai reçu cette espèce comme les précédentes de 
M. Fruhstorfer. 

Pamphila biseriata n. sp. 

D'un noir foncé en dessus avec la frange des quatre ailes jaune 
orangé. Les ailes supérieures traversées par une très large bande 
fauve depuis l'origine des rameaux costaux sous l'apex jusqu'au 
milieu du bord interne. Cette bande est élargie supérieurement et 
reçoit une tache noire carrée partant de la côte et couvrant le bout 
de la cellule, où le fauve pénètre sous forme de tache carrée entre 
cette tache et la base qui est noire et limitée par la nervure médiane. 
La base de l'aile est noire avec quelques poils jaunes et la côte tein- 
tée de fauve. Les ailes inférieures ont une tache transversale jaune 
orangé finissant en pointe courte vers la base. Le dessous des 
quatre est d'un jaune fauve. Les supérieures offrent une longue 
tache noire sur la base, une carrée au devant de la cellule, surmon- 
tée de deux petits points noirs et une bordure sombre qui devient 
noire à l'angle interne. Les inférieures sont jaune d'or avec deux 
séries de petits points noirs limitant la tache du dessus qui est plus 
claire. Il y a un point noir à la base de l'intervalle 7. La série supé- 
rieure a 4 points et l'inférieure est double, chacun de ses rangs 
ayant 4 à 5 points. L'espace abdominal est taché de noir près de la 
frange dans l'intervalle 2. 

31 mill. 9 Zanzibar. 

Voisin de P. Morantii Trim. 

Pamphila Lycorias n. sp. 

Noir, avec une bande jaune clair longitudinale, ailes supérieures 
noires avec la côte suivie d'une bande jaune citron presque jusqu'au 
bout de la cellule; puis une bande de la même couleur part de la 
base et remonte vers l'apex où elle s'arrête sur les intervalles 7 
et 6. Elle est composée des taches ordinaires aux Pamphila, mais 
réunies en série complète : à la base de l'aile il y a une bandelette 
jaune suivant le premier tiers du bord interne. Franges jaune clair. 



55 

Ailes inférieures noires, avec une longue tache du même jaune 
sur le milieu du limbe. Frange orangée. 

Dessous d'un jaune pâle : aux supérieures deux taches noires, 
l'une longue à la base, et l'autre triangulaire à l'angle interne, 
frange coupée de noirâtre aux premières ailes; jaune et précédée 
d'un liseré noir aux inférieures. 

Corps noirâtre, front à poils jaunes, ptérjgodes à poils jaunâtres; 
anneaux de l'abdomen bordés de jaune. Dessus du corps et pattes 
jaune clair. 

28 mill. Java. 

Pamphila Zetus n. sp. 

Noirâtre avec des taches hyalines sur les deux ailes. Aux pre- 
mières deux taches dans la cellule, allongées et séparées, puis 
quatre en ligne oblique entre les rameaux : celle de l'intervalle 2 
presque opaque, celle du 3 e grande et carrée, la suivante petite, 
sagittée et celle du 5 e ponctiforme. Il y a parfois un point obsolète 
au bout de la cellule. A l'apex trois points qui s'allignent avec la 
série du disque et dont les deux supérieurs sont rentrants. 

Ailes inférieures avec trois taches hyalines jaune très pâle, 
comme toutes les autres, entre les rameaux de la médiane ; la plus 
rapprochée de l'espace abdominal très grande. Frange gris sale aux 
quatre ailes. 

Dessous des supérieures noirâtre autour et. au dessous des 
taches, et couvert d'écaillés jaunâtres à la côte et à l'apex. Infé- 
rieures entièrement couvertes d'écaillés jaunes, et les taches cer- 
clées de noir intérieurement. 

Corps noirâtre en dessus. Dessous gris jaunâtre. Les deux pre- 
miers tiers de la massue jaunes en dessous. 

cf. 28 mill. — Java. 

Pamphila Vulso n. sp. 

Noir olivâtre avec des taches hyalines. Sur les ailes supérieures 
il y a d'abord deux taches dans la cellule, dont la supérieure plus 
petite. Puis deux points apicaux et quatre taches en ligne oblique 
leur faisant suite sur le disque jusqu'au bord interne : celle du 
3 e intervalle est en carré long et échancrée â l'extrémité : celle 
du 4 u est sagittée et celle du 5 e est ponctiforme. Enfin sur le 2 e il 
y a une tache ronde presque opaque. La frange est gris sale, plus 
claire aux inférieures. Dessus des supérieures plus jaunâtre, avec 
la tache du 2 e intervalle continuée vers la base par du gris sale, 
et se fondant en une grande éclaircie. 

Ailes inférieures sans taches hyalines, comme en dessus, cou- 
vertes d'écaillés jaunes et offrant près du bord de l'espace abdo- 



56 

minai une ou deux mouchetures plus foncées limitées par des 
écailles jaunâtres plus denses. 

Corps concolore en dessus. Ventre jaune clair. Palpes hérissés 
de poils écailleux blancs. 
30 mill. cf et 9. Java. 
-ZEgocera elegantula n. sp. 

Ailes supérieures d'un gris noirâtre, couleur produite par des 
écailles gris jaunâtre très serrées qui couvrent le fond noir de 
l'aile. Celle-ci portant deux grandes taches blanches, une à la base, 
longue, à bord inférieur rectiligne, et le supérieur échancré en 
avant, ce qui empêche la tache d'être un triangle allongé. 

La deuxième en ovale irrégulier, située au delà du milieu, à bord 
extérieur droit, puis coudé au dessous de la cellule ; il y a une liture 
blanche au bord interne au dessous de la tache basilaire. Les deux 
taches sont bordées d'un liseré noir, suivi extérieurement d'une 
bandelette d'un ocracé tanné, bordée elle même d'un liseré noir. 
Entre les deux taches blanches il y a deux taches contigues de ce 
même ocracé séparées par un liseré noir et traversées chacune par 
une raie noire. Frange un peu plus claire, blanche à l'angle interne 
et précédée d'un liseré noir. Ailes inférieures d'un beau noir avec 
une grande tache basilaire, dépassant le milieu, d'un blanc pur. 
Frange blanche. 

Dessous noir avec les taches du dessus et la base des ailes 
supérieures blanches jusqu'au milieu. Corselet noirâtre, avec une 
raie blanche sur chaque épaulette, et deux autres sur la tête, 
gagnant le corselet. Abdomen blanc, avec les 1 er , 2 e et 4 e anneaux 
lavés de roux pâle, une raie dorsale et le dernier anneau noir. 
Ventre noir avec une tache blanche sur chaque anneau. — 
(Collect. du D r 0. Staudinger). 

Espèce très voisine iïdE. Trimenii Feld., mais distincte. 
.ZEgocera obliqua n. sp. 

Ailes supérieures noires avec deux bandes d'un jaune pâle, la 
première longitudinale comme dans JE. magna Bull, et rectili- 
nea Bdv., partant de la base et s'arrêtant avant l'angle interne; 
elle est coupée de deux traits noirs, un au milieu et l'autre presque 
à son extrémité, puis une deuxième bande va de la côte, naissant 
un peu au-dessous de l'apex jusqu'au milieu du bord interne. La 
frange est jaune orangé. Les ailes inférieures sont orangées avec 
une grosse tache roux sombre au bout de la cellule et une large 
bordure du même roux, sinuée intérieurement, décrivant un sinus 
profond sur les rameaux de la médiane. Frange jaune orangé. 
Dessous semblable sauf la base et la côte des supérieures qui sont 
jaune sale. 



57 

Corselet noirâtre avec une raie blanche partant de la tête et 
s'arrêtant sur le collier, palpes jaunes avec la base du 3 e article 
noir. Poitrine, ventre et abdomen jaunes. Les dos des anneaux 
est marqué d'une moucheture brune. Pattes et cuisses jaunes. 
Antennes noires, blanches en dessous. 

C?. 38 mill. — Loko. Afrique occidentale, (Collect. D r Stau- 
dinger). 

Zygsena Cyanoxantha n. sp. 

Ailes d'un noir bleu à reflet bleu d'acier. Les supérieures à cinq 
taches jaune orangé, bordées de noir; une première tache trans- 
versale sur la base, allant de la costale au bord interne, deux sur 
le milieu très espacées, une plus grande que les autres à l'apex et 
une petite à l'angle interne. Ailes supérieures noir à reflet bleu 
d'acier. Dessous noir à reflet bleu métallique. 

Taches des ailes supérieures oblitérées, peu distinctes, excepté 
l'apicale et celle de l'angle interne. Corps et abdomen du même bleu 
métallique. Palpes et face externe des tibias rouge cramoisi. 
Epaulettes avec une ligne du même rouge du côté interne. 

1 cT- 17 mill. — Abyssinie (Collect. D r Staudinger). 

Eusemia triangularis n. sp. 

Robuste, noire, ailes supérieures traversées obliquement de la 
côte qui n'est pas atteinte, à l'angle interne par une bande, 
droite, jaune pâle. Ailes inférieures noires avec un triangle 
jaune pâle partant de la base et dont la pointe touche presque 
le bord postérieur et la base le bord antérieur : son côté externe 
est un peu convexe. Dessous semblable avec la base des ailes 
supérieures t-intée de jaune pâle et un trait triangulaire au 
milieu de la cellule. Franges noires aux quatre ailes, mais jaune 
pâle en face de la pointe du triangle aux inférieures. 

Corps noir en dessus, 2 e article des palpes avec une tache 
blanchâtre au bout. Poitrine, abdomen et tibias jaune orangé. 

Antennes longues, renflées à l'extrémité, qui se courbe en arc 
de cercle, noires. 

45 mill. Cameroons infér. (Coll. D r . Staudinger). 

Spilosoma Robleti n. sp. 

Taille de fuliginosa L. Ailes supérieures d'un brun de bois, 
avec une raie noire médiane, longitudinale, allant de la base jus- 
qu'au bout de la cellule. Frange plus claire. Ailes inférieures d'un 
blanc jaune, avec l'espace abdominal et la frange jaune-clair. 
Dessous des supérieures gris jaunâtre, avec le milieu blanchâtre et 
la raie faiblement reproduite. Ailes inférieures semblables, mais 
lavées de jaune au bord antérieur. Corselet concolore. Abdomen 
jaune doré, avec une tache noire dorsale sur chaque anneau et une 



58 

autre plus faible sur leur flanc. Antennes courtes, pectinêes. Pattes 
jaune foncé; tarses noirâtres. 

Madagascar. — Dédié au R. P. Roblet, missionnaire à Mada- 
gascar, auteur de la carte de cette île et lauréat de l'Institut. 

Areas Colini n. sp. 

Taille iïaspersa Mab. Ailes d'un blanc uniforme et pur. Frange 
blanche. Nervures indiquées en gris cendré. Dessous semblable. 
Corps blanc de neige. Dos des anneaux d'un jaune pâle. Pattes 
blanches. Antennes à tige blanche et à lames rousses. 

9. 52 mill. Madagascar. 

Dédié au R. P. Colin, directeur de l'Observatoire Royal de Mada- 
gascar. 

Collect. des RR. PP. de Joannis. 

Nadia tristigma n. sp. 

Ailes d'un brun roux. Les supérieures élargies à l'apex et portant 
trois grosses taches semi transparentes d'un rouge orangé; deux 
superposées au milieu ; la costale plus petite, l'inférieure traversée 
par la nervure sous médiane; la troisième au delà du milieu, coupée 
par le 2 e rameau de la médiane. Ailes inférieures concolores avec 
une tache diffuse rougeàtre, sur la cellule. Dessous semblable, mais 
plus roussàtre. 

Corps brun en dessus, avec des pinceaux de poils à la base du 
corselet et l'abdomen rougeàtres; celui ci porte trois rangées de 
taches orangées, une dorsale et deux latérales. Dernier anneau 
orangé. Dessous brun clair. 

Antennes rougeàtres, finement crénelées, à lames fines, noires. 

9- Sierra Leone, (Coll. D r Staudinger). 

Pachypasa directa n. sp. 

Ailes supérieures brun chocolat, plus clair au bord; frange 
noire précédée d'un liseré clair ou cendré. Une raie noire, doublée 
en dehors de cendré lilas part de la côte avant l'apex et atteint le 
bord interne pour se relever et remonter vers la base où elle se 
brise en un angle avant de rejoindre l'attache de l'aile. L'espace 
compris entre cette ligne et le bord interne est d'un brun tanné 
très clair ainsi que la côte vue par la tranche. On voit sur l'espace 
terminal une série de traits courts et noirâtres, partant de la 
nervure et allant en oblique s'appuyer chacun sur un rameau. Un 
peu avant le milieu de l'aile une raie noirâtre doublée de gris 
descend de la côte jusque sur le milieu de la ligne brisée. La base 
de l'aile est teintée de roux plus vif. Les ailes inférieures sont 
d'un jaune clair lavé de roussàtre, surtout aux bords. 

La frange est noirâtre. Le dessous des quatre ailes ainsi que le 
corps est jaune tanné. Les épaulettes sont brun chocolat teinté de 



59 

rouge. Le dessin de cette espèce est presque le même que celui de 
0. Graberii Dew., qui est noirâtre et dont la ligne n'est pas brisée 
au bord interne des ailes supérieures, et aussi du C. scapularis 
Feld. 

Afrique occidentale, Gabon. 

Gonometa argibasis n. sp. 

Ailes supérieures d'un brun roux avec les bords un peu plus 
foncés. Une raie noire ondulée part de l'apex et descend en oblique 
jusque vers le premier tiers de l'aile, près de la base ; elle est 
doublée de gris en dehors. Les ailes inférieures sont noirâtres 
sans dessins avec la base d'un blanc pur. Cette couleur n'occupe 
que le tiers du limbe et forme une grande tache basilaire à bords 
lacérés par des rayons noirâtres qui suivent les nervures. Les 
franges sont teintées de rougeàtre. Le dessous est semblable au 
dessus avec les nervures très saillantes, mais la raie des supé- 
rieures n'est pas reproduite. 

Le corps est d'un brun noirâtre, plus foncé en dessous. Le dos 
et le flanc des trois derniers anneaux est fauve brûlé. Les anten- 
nes sont crénelées, courtes, à lames courtes et noirâtres. 

Une 9« Afrique occidentale, Guinée. 

Cette espèce ressemble un peu â G. bicolor Dew. 

Catephia Cazeti n. sp. 

Ailes supérieures d'un gris foncé avec la moitié basilaire plus 
sombre. Sur ce fond on distingue deux lignes noires, une basilaire 
précédée d'une autre, près du corps et s'affaiblissant jusqu'au bord 
interne; puis une autre passant sur les rameaux, brisée en trois 
angles bien accusés, le dernier près du bord interne est double et 
forme un M, une liture noire part du premier angle de la ligne brisée 
et va jusqu'à la côte en oblique, sur l'espace terminal il y a une 
ombre brune qui finit par doubler la ligne brisée. Les ailes inférieures 
sont blanches, fortement ombrées de noirâtre aux bords, et la 
moitié terminale des rameaux est épaissie de noir. La frange est 
blanche et coupée de gris. 

Le dessous des ailes est tout blanc avec la moitié apicale des 
premières ailes d'un gris plombé et une tache mal arrêtée plus 
sombre au bout de la cellule. 

Le corps est du même gris que les ailes supérieures ; l'abdomen 
un peu plus clair et presque blanc en dessous. Les antennes sont 
sétacées et épaisses. 

50 mill. cf. Madagascar. 

Dédiée à Mgr. Cazet, vicaire apostolique à Madagascar. — Col- 
lect. de Joannis. 



60 

Penicillaria pyrospila n. sp. 

D'un brun gris et rougeâtre. Ailes supérieures traversées par 
une raie noire très droite allant de la côte au bord interne un peu 
avant le milieu. Cette raie asssez large est marquée d'une fine 
linéole blanche ; au bout de la cellule il y a deux petits points noirs 
écartés. Puis vient une lignenoire très fine passantsur les rameaux, 
peu sensible sur le limbe où elle est indiquée par de petits points, 
et venant aboutir au bord interne où se trouve entre elle et la raie 
précédente une tache assez grande, brune contrela ligne et marquée 
de deux arcs noirs doublés de plus clair et d'un rose feu contre la 
raie. L'apex est teinté de carné; il en descend une ligne fine 
oblique qui s'efface sur les rameaux de la médiane près d'une 
tache en point allongé d'un blanc pur, surmontée d'une petite 
tache rougeâtre. Frange presque blanche. 

Ailes inférieures brun rougeâtre avec la base d'un blanc jau- 
nâtre, les nervures marquées en brun et un commencement de raie 
blanchâtre, double et ombrée de noirâtre à l'angle interne. Frange 
blanchâtre. Dessous des supérieures à bord interne jaunâtre, le 
milieu gris carné, une éclaircie lilas à l'intérieur et la tache blanche 
très nette. Inférieures d'un rose carné, strié de brun avec un rang 
de traits blancs sur le milieu des rameaux et au-dessous une tache 
rougeâtre sur le milieu. 

Poitrine blanche. Palpes liserés de blanc. 

C?. 30 mill. Madagascar. 

Collect. de Joannis. 

Anthophila subolivalis n. sp. 

D'un gris blanc avec des taches d'un gris olivâtre très pâle. 
Toute la côte gris blanchâtre, striée de gris olivâtre. Une grande 
tache de la même couleur occupe tout le bord externe et s'avance 
en pointe arrondie en remontant jusqu'au bout de la cellule, 
et correspond à une des stries ou hachures de la côte. Sur cette 
tache on distingue une ligne fine, noirâtre, subterminale, courbée 
à l'angle interne. Le bord interne est occupé, sauf la base, par 
une grande tache en ovale irrégulier, plus pâle que la précédente 
et divisée par trois lignes ondées correspondant avec les inter- 
valles plus clairs des hachures de la côte, et semblent des lignes 
interrompues sur le disque. Ailes inférieures blanc jaunâtre, avec 
un liseré plombé avant la frange qui est blanche. 

Dessous des ailes supérieures gris jaunâtre, ombré de brun avec 
la côte jaunâtre, et le bord interne blanchâtre, un point diffus brun 
dans la cellule. Ailes inférieures blanches avec un fin liseré ter- 
minal brun. Corps gris jaunâtre. Abdomen plus clair, presque blanc 
en dessous. 

20 millira. Tamatave, paraît vivre sur les Pliaseolus. 



61 

Seletiis dimidiaria Mab. 

Eupithecia dimidiaria Mab . 

Nous avions décrit cette espèce comme une Géomètre d'après un 
exemplaire privé de tête et de corps, c'est une selenis voisine de 
l'espèce suivante et la plus petite de toutes. 

Selenis semiscripta n. sp. 

Un tiers plus grande que dimidiaria, et la moitié de S. aflulgens 
Saalm. Ailes d'un brun rougeâtre. 

Les ailes supérieures portant une bande longitudinale commen- 
çant àl'apex, s'élargissant vers la base et couvrant tout le corselet ; 
près de l'apex une raie blanche commence sur l'apex, et s'avance 
jusqu'au rameau 5, d'où elle n'est plus annexée que par un filet 
noirâtre qui va au bord interne. Une deuxième ligne, plus fine 
décrit un angle sur la bande blanche costale et va en oblique 
rejoindre le bord interne, là elle passe sur les ailes inférieures où 
elle est peu visible, et, relevée d'écaillés grises, va toucher le bord 
abdominal au dessus de l'angle. 

Le dessous des quatre ailes est d'un gris luisant, uniforme, avec 
une ombre vague sur le milieu; les inférieures ont avant la frange 
une série de points noirs, moins visibles aux supérieures. La tête 
et l'abdomen sont bruns. Le corselet et le 1 er anneau blancs. En 
dessous le corps est gris blanc. 

9- — 20 mill. Landana, côte occid. d'Afrique. 

Marmorinia argyrographa n. sp. 

Ailes supérieures d'un brun rougeâtre ou violet clair ; côte 
suivie par une bandelette blanche avec les rameaux costaux rayés 
de la même couleur. Trois ânes lignes blanc d'argent les 
traversent, une droite sur la base, une deuxième sur les rameaux 
décrivant un angle, une troisième sinuée part de la côte près de 
l'apex et se continue par quelques points noirs, une rangée de 
petits points semblables précède la frange; enfin la cellule est 
fermée par un trait blanc. Ailes inférieures bicolores, la partie 
basilaire jaune fauve, la postérieure concolore aux supérieures et 
traversée par 4 petites lignes blanches correspondant aux deux 
extrêmes des premières ailes. Frange des quatre ailes brun rouge 
vif. Corps concolore. 

Dessous d'un jaune rougeâtre, plus clair à la base,]avec un petit 
point cellulaire noir et les franges noirâtres. 

Corps et abdomen jaunâtres. Antennes et une raie entre les 
yeux blanc d'argent. 2 e article des palpes triangulaire, très 
développé. 

cf. 15 mill. Madagascar. 



62 

Micronia albidiorata n. sp. 

Taille et port de semifasciata Mab., mais plus blanche, à reflet 
nacré; sur les ailes supérieures la bandelette blanche qui traverse 
l'aile obliquement est moitié moins large, droite et non courbe. Sur 
l'espace terminal les stries grises délimitent en outre une autre 
bandelette blanche très nette, finissant en une pointe supérieurement. 
Les ailes inférieures sont à peu près semblables à celles de l'espèce 
citée. La frange des ailes supérieures est brune, précédée d'un fort 
liseré noir: aux inférieures le liseré s'arrête avec le lobe qui est 
caudiforme et marqué d'un point noir sur son extrémité. Le dessous 
offre une différence capitale : il est entièrement d'un blanc nacré, 
et non plombé ou teinté de noirâtre. La côte des supérieures est 
seulement marquée de hachures ou stries noirâtres, comme en 
dessus. 

Le corps est blanc. 

Congo. 

Amaurinia erythraria n. sp. 

Ailes supérieures d'un gris rougeàtre ou violet clair, tirant sur le 
rose, et couvrant toute l'aile jusqu'à l'espace terminal où cette cou- 
leur s'arrête suivant une ligne brisée pour laisser le bord d'un jaune 
vif. La première brisure a lieu sous l'apex avec le 4 e rameau; la 
bordure s'élargit ensuite et se retient de nouveau près de l'angle. 
Ailes inférieures rouge aurore jusqu'au premier tiers à la base, puis 
jaune strié de rouge, avec une bordure rouge comme la base et la 
frange jaune. Dessous plus pâle mais avec les mêmes dessins, sauf 
les ailes inférieures qui sont en entier d'un blanc jaunâtre lavé de 
rose pâle à la base et sur les bords. 

Corps rosé; abdomen jaunâtre en dessous; antennes pectinées 
jusqu'aux deux tiers à pointe filiforme. La femelle semblable, 
cf et 9- 17 mill., Madagascar. 

Collect. de Joannis. 

Hemerophila Mauritiaria n. sp. 

Le dessus des ailes est d'un brun de bois avec des lignes et des 
dessins empâtés de noir. Les ailes supérieures ont sur la base deux 
lignes, un peu obliques, l'extérieure dentée; puis une autre ligne 
passe au-delà du milieu, atteignant le bord interne près des deux 
précédentes. Ces lignes sont empâtées de noir inférieurement, ce 
qui forme comme une bande longitudinale sur le disque, qui va 
jusqu'au bord externe où elle produit deux taches un peu confon- 
dues. Toute la partie supérieure de l'aile est plus claire, ainsi que 
l'apex. Les ailes inférieures sont plus sombres et marquées sur le 
milieu d'une raie noire, dentée qui s'affaiblit vers la côte. Cette 
ligne est doublée inférieurement d'une bande noirâtre où se 



63 

détache une bandelette formée d'écaillés bleu cendré. Le bord est 
fortement crénelé. 

Le dessous est d'un gris jaunâtre avec les bords largement 
ombrés; la ligne transversale dentée est marquée en noir et il y a 
un point cellulaire aux quatre ailes. Les antennes sont pectinées à 
lames brun noirâtre. 

La femelle est très différente : elle est d'un gris jaunâtre terne 
avec les dessins du mâle, mais indiqués seulement par des ombres 
ou réduits à trois lignes de points. 

C? et 9- 35mill. Ile Maurice. 

Tephrosia griseoalbata n. sp. 

Ailes supérieures d'un gris de poussière, parsemées de petits 
atomes plus foncés, surtout à la base; elles ont en outre des dessus 
confus où l'on distingue une subterminale noire, dentée, parallèle 
au bord et marquée en blanc, puis sur les rameaux, une ombre 
noirâtre parallèle à la ligne dentée, marquée par une série de points 
noirs, et doublée intérieurement d'une ligne noire, part du bord 
interne et va en s'oblitérant vers la côte. Enfin sur la base encore 
une raie transversale peu marquée. 

Ailes inférieures blanchâtres, sur le milieu la ligne de points 
noirs se continue très distincte, doublée en dehors d'une ombre 
roussâtre très faible. La frange est grise aux quatre ailes et pré- 
cédée d'une ligne de points nuirs, placés entre les rameaux. Le 
dessous des ailes supérieures est d'un gris foncé, sous la partie 
apicale ombrée de noirâtre et un petit point cellulaire aux quatre 
ailes. Les inférieures sont blanches avec le bord antérieur semé 
d'atomes foncés. 

Le corps est gris et les antennes sétacées. 

cf. 27 mill. Madagascar. 

Boarmia atrilunaria n. sp. 

Dessin des ailes d'un gris noirâtre à dessins noirs ombrés de 
noirâtre foncé. Les ailes supérieures sont traversées par plusieurs 
lignes allant de la côte au bord interne : d'abord une basilaire 
commençant par une tache costale; un gros anneau noirâtre dans 
la cellule avec le centre gris; au delà une ombre vague, rousse, 
marquée vers la côte d'une moucheture noire; puis une raie 
noire, interrompue et limitant l'espace terminal qui est beaucoup 
plus noir que le reste de l'aile, et sur lequel se détache une raie, 
mal écrite â grosses dents, blanchâtre, appuyée intérieurement à 
une tache noire subapicale, et à une deuxième plus forte que 
traverse le rameau 5. Il y a un rang de points noirs avant la 
frange. Ailes inférieures foncées avec un anneau noir cellulaire, 



64 

et les deux raies extérieures bien marquées en noir, doublées de 
gris jaunâtre; frange précédée d'une série d'arcs noirs. 

Dessous des quatre ailes d'un jaune roussâtre ombré de noirâtre, 
avec une large bordure brun foncé aux supérieures, laquelle est 
interrompue parla couleur du fond au-dessus de l'angle; une grosse 
tache noire cellulaire, précédée d'une autre moins foncée sur la 
base. Les inférieures plus jaunes, avec un arc cellulaire, et la 
bordure presque concolore. 
9 50 mill. Ile Maurice. 
Boarmia Antelmaria n. sp. 

Ailes d'un gris blanchâtre, nuage de gris et de roussâtre avec 
les dessins suivants mal arrêtés et confus : sur la base une double 
ligne dentée, peu distincte, se perdant sur les inférieures. Sur le 
milieu deux raies, limitant une bande assez large, évasée à la côte 
et dont l'intérieur est ombré de gris et de roux clair ; elles passent 
sur les ailes inférieures, l'interne est droite, et l'autre dentée 
décrit un grand sinus. Un point cellulaire noir. Une raie noirâtre 
subterminale dentée, blanche, est marquée aux premières ailes 
par des taches noirâtres qui y sont accolées intérieurement : il y 
en a une double â l'apex, deux plus fortes, traversées par le 
rameau 5, et deux plus faibles à l'angle. Aux secondes ailes on 
voit la même ligne moins nette, noyée dans les stries et le 
roussâtre qui recouvrent l'aile, mais occupée en dessus de l'angle 
anal par une bandelette noire assez forte. 

Dessous d'un gris jaunâtre; ombré de noirâtre à l'apex des pre- 
mières ailes, un peu moins au bord postérieur des secondes. Un 
fort point noir cellulaire sur les quatre. 

Antennes du mâle pectinées jusqu'aux deux tiers. La Q plus 
grande à dessins plus confus, 
cf 45; 9 48 mill. Ile Maurice. 

Nous l'avons dédiée à M. Antelme de qui nous la tenons. 
Boarmia subocularia n. sp. 

Ailes à fond blanc, traversées par des bandes noirâtres, réduites 
à des taches assez fortes. D'abord à la base une raie brune angu- 
leuse, ombrée de noirâtre intérieurement, et portant de deux taches 
noires costales. Au bout de la cellule sur la côte, une tache noire 
et lui correspondant près de l'angle interne une tache brune com- 
posée d'une raie noire et de deux mouchetures qui lui sont accolées 
en dehors entre les rameaux 2 et 3 et 3 et 4. Au-dessous de l'apex 
deux mouchetures brunes. Bord externe suivi d'un rang de petites 
taches noires placées entre les nervures. Apex rembruni. 

Ailes inférieures avec une raie noire, droite jusqu'en face de la 
cellule, puis retournant au bord abdominal par un angle obtus ; 
près du bord elle est doublée d'une bandelette maculaire noirâtre. 



65 

Il y a en outre un point noir au-dessous du sommet de l'angle. Base 
parcourue par une raie sinuée interrompue au milieu. Les quatre 
ailes étant couvertes d'atomes noirâtres épars. Dessous blanc avec 
la reproduction des mêmes dessins, mais affaiblis. 

Corps blanc. Antennes pectinées. 

cf. ôOmill. Afrique occidentale. 

Hypochroma signifrontaria n. sp. 

Ailes blanches imagées de gris plombé très léger, surtout aux 
bords. On voit les lignes suivantes fines et noires : une basilaire 
faisant un angle ouvert sur 1 et 2, une deuxième traversant la 
cellule et s'arrêtant sur la médiane, une troisième courant sur les 
rameaux, et décrivant un grand sinus, à grandes dents, dont le 
sommet se prolonge en pointe sur les rameaux ; enfin une fine 
ligne blanche sur l'espace terminal. Ailes inférieures semblables, 
avec les mêmes lignes, sauf celle de la cellule. Un liseré gris 
cendré avant la frange. 

Dessous d'un blanc pur avec une bordure commune d'un noir 
foncé : aux supérieures elle s'épaissit à Tapex, et ne touche pas 
le bord, puis se rétrécit au dessous du premier rameau de la 
médiane, s'écartant tout à fait du bord et s'arrête un peu avant 
l'angle. Un trait noir ferme la cellule. Aux extrémités elle se 
divise en deux parties par un étranglement peu coloré entre les 
rameaux 2 et 3, et ne touche pas le bord. Antenues crénelées à 
longue pointe nue. Front blanc avec une bande noire allant d'un 
œil à l'autre, plus forte que dans les autres espèces. 

cf. 36 mill. Mayotte. 



ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE IlELGIQl'E, T. XXXVII. 



A VENDRK 



Tome I, des Annales : Catalogue des Buprestides, par Ch. Kerremans. 
Prix : 10 fr. 
S'adresser Place du Musée, 20, Bruxelles. 



ANNALES 






r / 



SOCIETE ENTOMOLOGIQU 



J_J 



BELGIQUE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 



II 



Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOG-IQUE DE BELGIQUE. 



II 



Compte -rendu de l'assemblée mensuelle du 
4 février 1893. 



Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. L. Coucke, de Crombrugghe, de Selys-Long- 
champs, Fologne, Hippert, Kerremans, Ledrou, Michels, Robbe, 
Séverin, Thirot, Van Nerom et Berge, secrétaire. 

MM. Becker, Candèze et Lameere ont fait excuser leur absence. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

M. Tosquinet nous faitpartde lamortde M. Westwood, président 
d'honneur de la Société Entomologique de Londres, professeur de 
Zoologie à l'Université d'Oxford et membre honoraire de notre 
Société. Les services rendus à la Science par le défunt sont consi- 
dérables. Ses nombreux travaux font autorité en entomologie ; tout 
le monde a présent à l'esprit les magnifiques publications dont il 
est l'auteur, parmi lesquelles il faut citer les Arcana Entomologica. 

Sa perte laisse un grand vide parmi nous, si éprouvés déjà par 
la mort de plusieurs de nos membres honoraires. 

Une lettre de condoléances sera adressée à la famille du défunt et 
à la Société Entomologique de Londres. 

Admissions de membres nouveaux. Le Conseil a admis en qualité 
de membres effectifs : 

M. Martin Jacoby, de Londres, membre de diverses sociétés 
entomologiques, présenté par MM. Séverin et Kerremans. 

M. Alexandre Bau, naturaliste à Berlin, présenté par MM. Séve- 
rin et Kerremans. 

Et M. Paul Roelofs ; ce dernier était déjà membre associé de 
notre Société. 

Démission. Le Conseil a reçu d'autre part, la démission de M. le 
D r Hallez, membre effectif. 

Correspondance. M. Thomson remercie pour sa nomination de 
membre honoraire ; il fait hommage de son portrait à notre Société. 

ANNALES DE LA SOC. ENÎOM. DE BELGIQUE, î. XXXVII. 6 



68 

— M. Dognin remercie pour sa nomination de membre effectif. 

— MM. Candèze et Forel font don à la Société de divers tirés à 
part de leurs travaux. — Remerciements. 

Communications. M. Hippert dépose pour les archives une note 
complémentaire sur ses captures de Lépidoptères en Belgique. 

— M. Berge informe l'Assemblée que le Conseil organise une 
série de conférences ayant pour but de vulgariser l'Entomologie; la 
date et l'ordre du jour de ces dernières seront réglés ultérieurement. 

— M.Séverin demande la parole et fait la communication suivante: 

La direction du Musée Royal d'Histoire Naturelle m'a chargé 
de vous faire connaître que la famille Reiber, en exécution du vœu 
exprimé par feu Ferdinand Reiber de Strasbourg, vient de faire 
don au Musée de la collection d'Insectes recueillis par le regretté 
entomologiste. 

Cette collection comprend environ 6500 espèces représentées par 
25722 exemplaires d'une conservation et d'une préparation 
parfaites. 

Elle se compose notamment des Hémiptères ayant servis au 
catalogue de l'Alsace et de la Lorraine de MM. Puton et Reiber. La 
collection locale de Cicindèles, Carabiques et Curculionides contien- 
nent de beaux et rares spécimens. 

Nous nous réjouirons certainement de voir ces précieuses séries 
s'ajouter aux éléments d'études réunis chez nous. 

Je me propose de présenter prochainement une note plus étendue 
sur la valeur scientifique du don qui nous est fait. 

Travaux présentés. L'Assemblée vote l'insertion au présent 
numéro des Annales de notices dont il est donné lecture; elle décide 
en outre de publier, dans un des prochains numéros, un essai de 
groupement des Buprestides par M. Ch. Kerremans et un travail 
sur les Chrysomélides de Belgique par M. de Moffarts. 

Excursion. L'assemblée décide, sur la proposition de M. Hippert 
de se rendre le Dimanche, 12 mars prochain, à Auderghem. 
Départ de la gare du Luxembourg à 8 h. 14 m. du matin. 
La séance est levée à 9 heures. 



INSECTES DU BENGALE 
26 e mémoire. 

LUCANIDEN, 
von G. Albers. 

1. Pseudolucanus atratus Hope Kurseong. 

Ein tf. 

2. Lucanus luni/er Hope Kurseong. 

Ein grosses Mânnchen. 

3. L. Mearsesi Hope . . . . , Kurseong. 

Mehrere grosse und kleine Mânnchen und 
Weibchen. 

4. L. Cantori Hope Kurseong. 

5. L. Smithi Parry Kurseong. 

6. L. Westermanni Hope Kurseong. 

7. Cladognathus Giraffa Fais Kurseong. 

DieersteSendungen enthielten mehrere Exemplare 
von diesera schonen Kàfer. Die Mânnchen gehOrten 
zu den grossten aber es fand sich auch die var. 
Giraffoides var. In den letzten Sendungen wûrde 
dièse Species durch die folgende ersetzt. 

8. Cladognathus Gonfucius Hope Kurseong. 

Einige $ und Ç. 

9. Metopodonlus castaneus Hope Kurseong. 

Dièses Thier scheint immer selten und kommt in 
vereinzelten Exemplare vor. 

10. M. biplagiatus Westw Kurseong. 

Seltea. 

11. Prosopocœlus Buddha Hope Kurseong. 

Sehr selten. 

Zwei grossere und zwei kleine Mânnchen und 
zwei Weibchen. Die grossere Mânnchen sind etwas 
grosser als das von Parry, auf Tab. XII, f. 3 der 
Trans. of tlie Entom. Soc. of London, 1870, abge- 
bildete Stùck und weichen dadurch ab, dass ihre 
Mandibeln unregelmâssig gezâhnt sind. Der kleine 
Zahn, welcher in der Abbildung auf die stumpfe 
Basalzahn folgt ist nâmlich an der linken Mandibel 
mehr nach vorn geruckt und krâftiger entwickelt, 
fehlt dagegen an der rechten Mandibel vbllig, 
•wâhrend bei ihr die Zâhnchengruppe vor dem Gabel- 
zahn am Ende mit einem krâftigeren Zahn beginnt. 



70 

Das noch unbeschriebene Weibchen gleicht dem 
Mâunchen in der Fârbung vollig, ist jedoch auf Kopf 
und Vorderrûcken glànzend, indera die feine Granu- 
lirung des Mànnchens auf dem Kopfe durch eine 
grobe auf dem Vorderrûcken durch eine feinere 
Punctirung ersetzt wird. Die Hinterwinckel des 
Vorderrùckens sind breit abgerundet, die Vorder- 
schienen am Ende etwas nach aussen gebogen, der 
Gabelzahn dreispitzig mit kurzer hervortretender 
Mittelspitze und die Bedornung der vier hinteren 
Schienen auf der Aussenkante nur schwach. 

12. Odontolabis cuvera Hope Kurseong. 

Zwei kleinen Mânnchen, von denen das Eine der 
periodonten Form angehort, das Andere aber schon 
den Uebergang zur amphiodonten Form bildet. 

13. 0. Siva Hope Kurseong. 

Ein der telodonten Form und ein der amphiodonten 
Form angehoriges Mânnchen. 

14. Heolucanus lauca Oliv Kurseong. 

Mehrere Exemplare Mânnchen sowohl wie 
Weibchen. 

15. JV. castanopterus Hope Kurseong. 

Scheint nicht selten. Einige Exemplare hatten auf 
den Hùgeldecken eine schon hellgelbrothe Farbe, 
wogegen andere, wie auch sonts wohl vorkommt, 
kastanienbraune Flugeldecken hatten. Kein Uber- 
gang zwischen dièse Farben fand sich vor. Da die 
helle Farbe hâufiger vorkommt, ist es moglich dass 
die Kâfer sich durch Faulung verfârben. Es wiirde 
intéressant sein, wenn uns der Herr P. Braet ùber 
dise Farbenânderung etwas nâheres mittheilen 
konnte. 

16. Eemisodorcus nepalensis Hope Kurseong. 

Ein grosses Mânnchen und ein Q. 

17. Eurythachelus Tityus Hope Kurseong. 

Mehrere Mânnchen verschiedener Grosse und 
einige Weibchen. 

18. E. Reichei Hope Kurseong. 

Eine Anzahl Mânnchen verschiedener Grosse. 

19. Dorons Antxus Hope Kurseong. 

Ein Mânnchen. 

20. D. De Eaani Hope Kurseong. 

21. D. ? rudis Westw Kurseong. 



71 



DieStellung dièses interessanten Kâfers itn System 
ist noch eine zweifelhafte und wird darch die Kennt- 
niss des vorliegenden Stiickes nicht weiter auf- 
geschloszen, da dasselbe auch nur ein Weibchen ist. 

Das vorstehendes Verzeichniss giebt gewiss nur 
eine noch lùckenhafte Uebersicht der bei Kurseong 
vorkommenden Lucaniden. Hoffentlich gelingt es 
weitere eifrigen Nachforschungen der dortigen 
Sammler noch manches Fehlende herbeizuschaffen. 
Namentlich wùrde die Entdeckung des Mànnchens 
zu n° 21 {Dorons ruais West.) hochst intéressant 
und dankeswerth sein. 



INSECTES DU BENGALE. 
27 e Mémoire. 

PASSALIDES. 

Les Passalides, qui sont peu nombreux, ont été déterminés par 
M. Kuwert de Wernsdorf. Il n'y a reconnu que les trois espèces 
suivantes : 

Taeniocerus biens pis Kaup Kurseong 

Basilianus Gantori Kurseong 

Tïberius caucrus Kurseong 

Verzeichniss der von Herrn Jean van Volxem 
in Japon und bei Manilla gesammeten und in 
Musée Royal d'Histoire Naturelle de Belgique 
aufbewarteten Lucaniden ('). 

I. Lucaniden von Japon. 

1. Lucanus maculifemoratus Motsch. Yesso. 

Ein grosses çf und mehrere Weibchen. 

2. Psalidoremtis inclinâtes Motsch Yesso. 

Stiicke verschiedener Grosse und mehrere 
Weibchen. 

3. Priomognathus angularis Waterh .... Nipon-Nord. 

Zwei groszere Mânnchen. 

4. Macrodorcus rectus Motsch . . . . . . Nipon-Nord. 

Eine Anzahl Mânnchen und Weibchen aller 
Grossen. 

(') Voyez dans les Annales de la Société Entomologique de Belgique, l'itinéraire 
suivi par M. Jean van Volxem dont nous déplorons la mort récente. Ses collec- 
tions d'Articulés qu'il avait réunie pendant son tour du monde, ont été géné- 
reusement données au Musée par sa famille. 



72 

5. M. rubrofemoratus v. Vollenh Nipon. 

Einige $ und 9 verschiedener Grosse aus Nipon 
ohne nàhere Angabe des Fundorts. Nur bei einem 
Weibchen ist Nord-Nipon angegeben. 

Die von Snellen van Vollenhoven (Tijdschrift 
voor Entomologie, Jahrg. VIII, 1865, Tab. II, p. 2) 
abgebildete Kàfer ist sicher nient das Weibchen 
seines Eurytrachelus rubrofemoratus ; sondern wohl 
das Weibchen von Macrodorcus striatellus Motsch. 
Das Weibchen des rubrofemoratus hat dieselben 
rothen Schenkel wie das Mânnchen und keine pùnct- 
streifigen Flùgeldecken. Auch sind seine hinterste 
Schienen an der Aussenkante ohne Dorn. Daneben 
zeichnet es sich dadurch besonders aus, dass der 
Gabelzahn am Ende seiner, etwas mit der Spitze gebo- 
genen Vorderschienen, dreispitzig ist. Dabei reichen 
die beiden ausseren Spitzen gleich weit vor, wâhrend 
die mittlere, etwas hoher liegende Spitze ein wenig 
zurûckbleibt. 

6. M . striatellus Motsch Nipon-Sud u. Nord. 

Mehrere Mânnchen und Weibchen verschiedener 
Grosse sowohl aus dem Nordl. wie aus dem Sùdl. 
Nipon. 

7. M. montiragus Lewis Nipon-Nord. 

Einige Weibchen. 

8. Eurytrachelus platymelus Saunders Kioto. 

Ein einzeln Mânnchen. 

II. Lucaniden von Manilla. 

1. Odonlolabis Alces Fahr. Mehrere sowohl der raesodontea, als 

auch der amphiodontea und der priodontea Form angehôrige 
Stùcke und ein Weibchen. 

2. Eurytrachelus Titan Boisd. Das einzige, sehr grosse vor- 

liegendes Mânnchen gehort der Form an, bei welchem der 
erste Zahn der Mandibeln nahe der Basis steht und nach 
innen gerichtet ist. Ob dièse Forme aber von der andern 
Form, bei welcher, mindestens bei den grosseren Stùcken, 
der gedachte Mandibùlzahn mehr nach vorn gerùckt 
und mit der Spitze nach vorn gerùstet ist, ist mir noch 
zweifelhaft. Fur die Verzahung der Frage spricht der 
Umstand dass bei der ersteren Form der Oberlippenkiel 
bestândig schmâler ist. Auch habe ich nur dièse Form 
bisher von den Philippinen gesehen. Weibchen, deren 



73 

Kenntniss die Frage wohl entscheiden kônnten, habe ich mir 
von den Philippinen noch nicht verschaffen konnen. 

3. E. cribricollis Chevr. Eine grôssere Anzahl Mânnchen verschie- 

dener Grosse und einige Weibchen. 

4. Prosopocodus lateralis Hope. Ein Weibchen. 

5. Aegus philippensis Deyrolle. Mehrere Mânnchen verschiedener 

Grosse und einige Weibchen. 

6. Figulus manillarum Hope. Ein einzelnes Stùck. 



INSECTES DU BENGALE. 
26 e mémoire. 

NOTES ON A SMALL COLLECTION OF LANGURIID^ FROM 
BENGAL IN THE ROYAL BELGIAN MUSEUM 

by W. W. Fowler. 

I hâve lately received from M. Se vérin a small collection of 
Languriidse collected in Kurseong, Bengal, by the R. P. Braet and 
in Barway by the R. P. Cardon; it contains only six species, but 
of thèse the rare and interesting Pentelanguria elateroides is repre- 
sented by a large séries of more than eighty examples ; there are 
three spécimens of Pachylanguria metasternalis Crotch, one of the 
largest and finest of the Langtiriidae, fîve of Tetralanguria pyrami- 
data, which appears to be a somewhat widely distributed insect, and 
one of a Languria which is perhaps L. nigrina Wied.; the other 
two species are new, one being a tricolorous banded Languria, and 
the other a somewhat small but handsome Doubledaya. Of thèse 
I append the descriptions : 

Languria virgata n. s. 

Elongata, parallela; capite nigro, thorace rufo, elytris tricolo- 
ribus, ad basin cœruleis, ad apicem nigris, média parte rufa ; capite 
triangulari, distinctius punctato, antennis rufis, apicem versus 
nigris, articulis 1-8 leviler dilatatis, 9-ii latioribus, clava minus 
compacta , triarticulata ; thorace latitudine paullo long ior indistincte 
remotius punctato, lateribus antice leviter rolundatis, ad basin 
sensim contracte, basi depressa, depressione utrinque striola brevi 
instructa; scutello rufo ; elytris fortiter seriatim punctatis, 
apicibus rotundatis, stria suturali ad apicem fortiter impressa ; 
pedibus ferrugineis, parlim nigris ; corpore subtus rufo, tribus 
ultimis segmentis abdominis abrupte nigris; lineis coxalibus 
nullis vel obsoletissimis. — Long. 5 1/2-6 mm. 



74 

Elongate, parallel, variegated, the head being black, the thorax 
red, and the elytra tricolorous, blue at base, black at apex and red 
in the middle, the proportions being almost equally divided; the 
underside of the body is red with the three apical segments of the 
abdomen black; head triangular, rather strongly punctured; 
antennae half red and half black, with a rather loose three-jointed 
club, joints 7-8 somewhat dilated; thorax a little larger than broad 
with sides gently rounded in front and gradually narrowed behind, 
distinctly punctured, impressed at base, the basai impression being 
coarsely punctured and furnished with a small longitudinal stria on 
each side; scutellum red; elytra with regular rows of large and deep 
punctures, interstices narrow and indistinctly sculptured; legs fer- 
ruginous, with the apical half of the femora black, and some- 
times the anterior tibiae partly fuscous; coxal lines wanting or 
very obsolète. 

Barway, Bengal (P. Cardon) : three spécimens. 

The only two species at ail resembling this are Languria 
trifasciata- Say ; from North America and Dasydactylus sellatus 
{Languria sellata Crotch.), from Mexico. 

Doubledaya Severini, n. sp., Mas. 

Elongata, niticla; capite, thorace, corporeque subtus lœte rufis, 
elytris cxruleo-cyaneis, abdominis ultimo segmentofusco, anlennis 
pedibusque nigris; capite triangulari, asymmetrico, lœvi; antennis 
teretioribus , clava lata, compressa, 4-articulata ; thorace vix 
transverso, antice valde rotundato, postice sinuatim contracto, 
subtilissime vix evidenter punctato, ad basin depresso, impres- 
sionibus utrinque longitudinalibus divergentibus ; scutello rufo ; 
elytris apicem versus sensim contractis, seriatim punctatis, 
interstitiis alutaceis ; tribus penultimis segmentis abdominis late 
utrinque impressis, punctatis; prosterno levissime iransversim 
rugoso; pedibus anticis sat elongatis, tarsis {maris) valde 
dilatatis, compressis. — L. 14 mm. 

Elongate, shining, gradually narrowed behind; head, thorax and 
underside of body bright red, last segment of abdomen fuscous ; 
antennae and legs black, the former with a large compressed four- 
jointed club; head triangular, asymmetrical (asis so often thecase in 
Doubledaya), almost smooth; thorax transversely cordate, scarcely 
punctured, with a dépression at base, bounded on each side by a 
distinct longitudinal impression, the impressions being divergent; 
scutellum distinct, red; elytra with rows of rather large, but not 
deep, punctures, interstices alutaceous, apices truncate, apparently 
reflexed ; underside almost smooth in front, with the three penul- 
timate segments of the abdomen furnished wiht large and broad 



75 

dépressions and rather strong scattered punctures, which are thicker 
on the dépressions ; anterior legs elongate, tarsi with yellowish 
spongy sides. 

Kurseong, Bengal (P. Braet) ; one spécimen. 

As, in ail probability, no large séries of Pentelanguria elate- 
roides has before been collected, it may be of use to add a fresh 
description : 

Pentelanguria elateroides Crotch (Cistula Entomologica, Vol. I, 
page 350). 

Elongate, broadest at about the base of the elytra, narrowed 
behind, greenish œneous, but varying in colour, some spécimens 
being greener, and some more brassy than others ; occasionally the 
thorax is more or less coppery ; the metasternum and part of the 
segments of the abdomen are more or less red, but this appears to be 
a very variable character ; head triangular, rather strongly and 
not very closely punctured, eyes somewhat prominent, finely 
granulate; antennae short and black with a flat 5-jointed club, 
basai joints moniliform; thorax subquadrate, very slightly 
narrowed in front, anterior angles produced and bluntly rounded, 
posterior slightly produced, base bisinuate, produced in a blunt 
point before scutellum, upper surface closely and rather strongly, 
and (especially at sides) rugosely punctured ; in some spécimens 
however the rugosity is more noticeable than in others ; base with 
a very âne, scarcely évident margin and with the usual basai 
dépression scarcely marked ; on each side there is a small but 
distinct impression corresponding to the usual longitudinal stria ; 
scutellum smooth, cordiform, set in a deep dépression; elytra 
finely alutaceous, with 8-9 rows of small punctures, internally 
excised at apex ; thoracic epipleurae very coarsely rugose, abdomen 
sparingly, but distinctly, punctured; legs moderately long, anterior 
tarsi (especially of maie) spongy beneath. — Long. 14-19 mm. 
Lat. 3-5 mm. 

Kurseong, Bengal (P. Braet) : about eighty spécimens; originally 
described by Crotch from « India, Himalayas (Hooker, coll*. 
Janson). » 

I am indebted to the Rev. H. S. Gorham for help in the identifi- 
cation of the above species. 

Besides the insects above mentioned, M. Severin sent me a 
number ofother species; several of thèse are new, amongthemone 
or two species of my genus Crotckia, but they cannot be described 
as the localities are either wanting or indefinite. 



76 



DESCRIPTIONS OF FOUR NEW SPECIES OF CICADID^E 
CONTAINED IN THE BRUSSELS MUSEUM 

t>y "W. L<. Distant. 

Fœcilopsaltria Stormsi n. sp. 

9- Body above brownish ochraceous or pale castaneous. Head 
with an undulating black fascia between the eyes and a black 
fascia near anterior angles of vertex ; eyes golden yellow. Pronotum 
with the latéral and posterior margins ochraceous, the edges of 
the latéral margins broadly black and a black spot at centre of 
inner edge of posterior margin. Mesonotum with four faintly 
marked basai spots, the central pair of which are largest ; basai 
cruciform élévation olivaceous. Abdomen very dark castaneous, 
posterior segmentai margins ochraceous. Head beneath, sternum 
and opercula dull greyish ; apex of face and area between face and 
eyes black; pronotal angles as above; legs pale castaneous, the 
tarsi piceous; abdomen beneath ochraceous. 

Tegmina pale hyaline, the venation brownish ochraceous; the 
base as far as extremity of basai cell, base of upper ulnar area, 
an irregular fascia extending from costa to apex of third ulnar 
area, apex of fourth ulnar area, a double séries of outer marginal 
spots situate near the apices of the longitudinal veins to apical 
areas and a spot at base and apex of upper apical area, dark 
fuscous. Wings pale ochraceous, the base, claval and inner apical 
margins dark fuscous, outer margin pale hyaline. 

The opercula are broad and slightly overlap at centre ; the 
rostrum reaches the posterior coxae ; the latéral margins of the 
pronotum are very prominent and angularly produced, the apices 
slightly directed backwardly. 

Long. excl. tegm. 30 millim. Exp. pronot. angl. 23 millim. 
Exp. tegm. 95 millim. 

Hab. : East Africa « Reg. du Tanganika » (Capt. Storms). 

A very distinctly marked species. 

Pœcilopsaltria Severini n. sp. 

Body above brownish-ochraceous. Head with a fascia on front, 
a curved fascia between the eyes and a transverse spot at anterior 
angles of vertex, black. Pronotum with the anterior margin, a 
central longitudinal fascia, the fissures and the latéral angular mar- 
gins — excluding extrême edge — black. Mesonotum with four 
obconical spots on anterior margin of which the central pair are 



77 

smallest, three central lanceolate spots on disk of which the central 
one is largestand a spot at each anterior angle of the basai cruciform 
élévation, black. Abdomen dark castaneous with the posterior 
segmentai margins ochraceous. Anterior margins of tympana ochra- 
ceous. Head beneath, sternum, opercula and legs ochraceous; base 
and apex of face, space between face and eyes, streaks and spots to 
coxae and femora, and prosternai latéral angles, black ; abdomen 
beneath as above, posterior half of apical segment ochraceous. 

Tegmina pale hyaline; the basai half, a broad sinuated fascia 
extending from near apex to lower apical area and again connected 
withcesta at end of radial area. and a double séries of small spots at 
outer margin dark fuscous ; in the basai fuscous area are contained 
three pale spots in the radial area, two in the fourth ulnar area and 
one at base of the fifth ulnar area. Wings pale hyaline, the basai 
half ochraceous outwardly margined with fuscous. 

The head including outer margins of eyes is about equal in width 
to the base of the mesonotum; the pronotal latéral margins are 
angularly and subacutely produced ; the opercula slightly overlap 
at centre, their outer margins straight for about one third from 
base and then obliquely angulated to apex ; rostrum passing the 
posterior coxae. 

Long. excl. tegm. 20 millim. Exp. tegm. 65 millim. 

Hab. : West Africa, Congo. 

Pomponia Horsfieldi n. sp. 

cf. Body above ochraceous. Head with the area of the ocelli 
black ; eyes castaneous. Pronotum with a transverse spot at 
anterior margin, a linear fascia from behind each eye nearly 
meeting on disk and thence continued to posterior margin, and 
the fissures black. Mesonotum with six linear spots, of which 
four are near anterior margin and two on disk, sometimes with a 
central linear fascia and a small spot in front of each anterior 
angle of the basai cruciform élévation, black. Abdomen with the 
basai margin of the first segment, a séries of small latéral segmentai 
spots and the apex pitchy. Body beneath ochraceous ; two curved 
spots at base and a central fascia to face, sternal spots and apical 
segment to abdomen, black. 

Tegmina and wings hyaline ; venation basally ochraceous and 
apically fuscous ; tegmina with a black costal spot at base of 
upper ulnar area and the transverse veins at the bases of the 
second and third apical areas slightly infuscated. 

The rostrum reaches the posterior coxae and has its apex black ; 
the opercula are somewhat rectangular and moderately and obli- 
quely directed inwardly. 



78 

Long. excl. tegm. 17 millim. Exp. tegm. 52millim. 
Hab. : Java. 

A species to be recognised by its small size and distinct mar- 
kings to the pronotum. 

Melampsalta Denisoni n. sp. 

(5 1 . Body and legs black ; eyes pale ochraceous; opercula and anal 
appendage beneath sanguineous ; ocelli and a spot on each side of 
the basai cruciform élévation to mesonotum ochraceous. 

Tegmina and wings pale hyaline ; tegmina with the costal mem- 
brane and venation black ; basai cell ochraceous ; claval and basai 
area sanguineous; wings with the venation more or less ochraceous 
on basai half. 

Upper and lower ulnar areas almost equal in length; first, third, 
fourth, fifth and sixth apical areas about equal in length. Rostrum 
about reaching the base of the posterior coxse. 

Long. excl. tegm. 24 millim. Exp. tegm. 62 millim. 

Hab. : Australia, Port Denison (Coll. Van Volxem). 

A species allied to M. melete Walk and M. abdominalis Dist. 



Description d'un genre nouveau de la sous-famille des 
HOLOPTILINES (REDUVIHLE) 

par E. Bergrotti. 

THYSANOPUS nov. gen. 

Corpus pilosum. Caput transversum, antice deflexum, posterius 
haud tuberculatum, gula inermi, oculis valde prominulis, renifor- 
mibus, ocellis magnis late distantibus, articulo primo rostri crasso, 
capiti aequilongo, articulo primo antennarum subcurvato, basi 
subito coarctato, secundo dense et longe piloso, tertio clavato, in 
ipsum apicem secundi inserto, quarto fusiformi, apici tertii affixo, 
huic subsequilongo. Pronotum apice quam caput cum oculis paullo 
angustius, basi rotundatum, disco postice longitudinaliter tri-im- 
presso, marginibus timbriatis sed non spinulosis, angulis lateralibus 
rotundatis, reflexis. Heraelytra abdomine multo latiora et apicem 
hujus longissime superantia, corio pellucido, margine laterali 
breviter curvato-fimbriato, membrana intus vena simplici prsedita, 
pone arearn exteriorem postice vena transversa distinctissima occlu- 
sam cellula oblongo-ovali compléta postice clausa apicem areae 
interioris longe superante extus venulas paucas emittente instructa. 
Abdomen subtus valde convexum, lateribus subreflexo-explanatum, 



79 

spiraculis magnis, fere in medio segmentorum sitis. Tibise posticae 
femoribus posticis fere duplo longiores, curvataB, extus per totam 
longitudinem longe et dense pilosse. 

Voisin du genre Ptilocerus Gray (' ), mais bien distinct par les 
deux derniers articles des antennes de la même longueur, par le 
troisième article inséré à l'extrémité du second, par la membrane 
pourvue d'une cellule complète derrière la cellule extérieure et par 
les tibias postérieurs beaucoup plus longs. 

Thysanopus lynx n. sp. 

Lsevis, nitidus, testaceus, ferrugineo-pilosus, membrana basi 
excepta opaca, parte apicali infuscata guttas paucas pallidas inclu- 
dente. Caput utrinque pone ocellos fasciculo seta- 
rum aliquot longarum instructum Pronotum mar- / /N 

ginibus lateralibus anticis leviter sinuatum. Heme- 
lytra (vide fig.) abdomine plusquam duplo longiora, 
membrana extus late levissime sinuata. Abdomen 
marginibus posticis segmentorum ventralium ad- 
presse fîmbriatum. Long 4,8 mm., cum hemelytr. 
7,8 mm. 

Patria : Congo. Ad cataractam Samlia detexit 
D. Mocquerys. — Mus. Bruxelles. 

On connaît actuellement des Holoptilines six 
genres bien distincts : Ptilocnemus Westw., Ptilocerus Gray, 
Thysanopus Bergr., Orthocnemis Westw., Aradellus Westw. et 
Holoptilus Lep. et Serv. Dans la région éthiopienne ils sont 
représentés par les cinq espèces suivantes : 

Thysanopus lynx Bergr Congo. 

Holoptilus ursus Lep. et S Cap. 

— vulpes Stâl Caffraria. 

— lupus Wall Transvaal. 

— nebulosus Stâl Caffraria. 

(') C'est à tort qu'Amyot. et Serville disent que ce nom est préoccupé. Wiede- 
mann a nommé son genre Ptilocera. Ces noms ne sont donc pas identiques. 




80 

HÉTEROCÈRES NOUVEAUX DE LOJA 

ET ENVIRONS (EQUATEUR) 
par Paul Dognin. 

Cirsodes Puntiaguda n. sp. 

cT 44, 9 48 millimètres. Dessus des ailes d'un blanc crémeux, 
semé d'atomes roux; les supérieures avec la côte ombrée, une tache 
rousse avant l'apex, deux ou trois points noirs extrabasilaires sur 
les nervures, une ombre cellulaire, enfin une série de taches noires 
subterminales placées sur les nervures et se rapprochant du bord 
à l'apex. Les inférieures avec une ombre rousse au centre du 
bord abdominal et quelques petits points noirs subterminaux. 

Dessous également blanc crémeux, les supérieurs avec un gros 
point cellulaire et une tache subapicale bien indiqués, d'un roux 
ferrugineux; les inférieures avec des points de même nuance. 
Franges blanc crémeux coupées de roux à l'extrémité des nervures. 

Antennes filiformes. Tête, corps et pattes blanc crémeux. 

La 9 av ec l'apex des supérieures plus pointu et le coude du 
bord terminal plus accentué que le cf. 

Loja, une paire, août 1886. 

Azelina Galbanata n. sp. 

40 à 42 millimètres. Ailes à bord terminal arrondi, avec la 
frange légèrement dentée, d'un fauve ochracé, plus pâle aux 
inférieures. Les supérieures sont divisées en trois parties à peu 
près égales par deux lignes plus sombres, irrégulières ; la 
première formant demi cercle ; la seconde, coudée intérieurement 
vers le bord interne et faisant saillie à la hauteur de la cellule. 
Dans celle-ci une ombre noire à la place du point. Inférieures 
traversées par une ligne double formant une petite saillie juste en 
face du point cellulaire. Les deux ailes avec une série de petits 
points terminaux noirs entre chaque nervure et la frange con- 
colore. 

Dessous d'un fauve plus pâle, les supérieures avec le point 
cellulaire et un commencement de ligne au delà de la cellule ; les 
inférieures avec un très gros point cellulaire noir et immédiate- 
ment après une ligne noire dentée bien indiquée. Les quatre ailes 
possèdent des petits points terminaux comme en dessus, mais à peine 
visibles. 

Antennes filiformes, tête et corps couleur du fonds, palpes à 
extrémité arrondie, plus pâle. 

Loja, trois exemplaires, 1889 et 1892. 



81 



Racheospila Puutillada n. sp. 



24 à 34 millimètres. Les quatre ailes d'un vert d'eau plus ou 
moins foncé suivant les individus, semi transparentes dans mes 
trois spécimens les plus grands. Les supérieures avec trois doubles 
lignes principalement composées de petits traits ou points de teinte 
lilacée, savoir ; une extrabasilaire et une subterminale, toutes 
deux assez tourmentées et traversant les ailes entièrement dans 
le plus grand nombre de mes spécimens, puis une médiane ne 
dépassant guère la cellule et contournant en compagnie de plu- 
sieurs autres petits traits confus, le point cellulaire, d'ordinaire 
bien indiqué. Inférieures traversées par une extrabasilaire, une 
centrale fort tourmentée et une subterminale double et zigzaguée. 
Ces lignes des inférieures ne sont clairement distinctes que dans 
un seul de mes cinq spécimens, lequel possède aussi un petit point 
cellulaire peu distinct. Dessous des ailes blanchâtre, à reflets vert 
d'eau et avec quelques dessins du dessus se voyant par transpa- 
rence. Franges concolores finement coupées de lilacé à l'extrémité 
des nervures. 

Antennes blondes, pectinées, à extrémité filiforme ; tête brune, 
front blanc, thorax vert d'eau. Dessus de l'abdomen vert avec un 
point noir sur le premier anneau ; dessous du corps et pattes 
blanchâtres. 

Loja, cinq &, 1889 et 1891. 

Corycia Luteocephalata n. sp. 

31 millimètres. Dessus des quatre ailes d'un blanc luisant 
uniforme, finement soupoudré d'atomes, plus sombres et traversé 
aux supérieures de trois, aux inférieures de deux lignes très 
légèrement teintées. La première ligne des supérieures traverse 
l'aile au premier tiers, les deux autres sont à peu près également 
espacées entre celle-ci et le bord terminal. Les trois sont à peine 
infléchies. La première ligne manque aux inférieures, les deux 
autres traversent l'aile, arrondies comme le bord terminal. 

Franges concolores. 

Dessous blanc pur sans aucun dessin. Trompe, palpes, front et 
tête jaunes; thorax et corps blancs; pattes blanches, les premières 
paires légèrement teintées. 

Quatre tf, Loja, 1890 et 1891. 

Marmopteryx Jaspeata n. sp. 

29 à 32 millimètres, dessus des quatre ailes d'un gris ardoisé 
brillant; aux supérieures la côte est teintée de ferrugineux et 



82 

coupée d'abord par deux petits traits bruns puis par une ligne 
pâle qui contourne la cellule et s'évanouit peu après. Dans beaucoup 
de spécimens ces dessins disparaissent plus ou moins, et parfois 
même complètement sauf la ligne dont les traces s'aperçoivent 
toujours. Dessus des inférieures sans autre dessin qu'une ligne 
transversale, arrondie pâle et plus ou moins distincte. 

Dessous des supérieures avec le fond gris ardoisé la côte et la 
pointe de l'aile d'un beau brun ferrugineux. La côte est générale- 
ment coupée par une fine ligne blanche correspondant à celle du 
dessus, une grosse tache blanche borde la pointe de l'aile juste au 
dessous de l'apex et donne naissance à une ombre blanche qui 
rejoint ensuite le bord terminal et se continue jusqu'à l'angle 
interne. Certains spécimens n'ont aucun de ces dessins. 

Dessous des inférieures gris, strié de brun ferrugineux, parfois 
sur la surface entière ; quelques spécimens ont une large bordure 
terminale d'un brun plus foncé, quelques autres ont deux fortes 
taches ferrugineuses, l'une à la côte au dessus de l'apex, l'autre au 
bord interne au dessus de l'angle anal. Les traces de la ligne 
transversale du dessus paraissent parfois. Un petit point cellulaire. 
Franges généralement plus pâles et coupées de gris à l'extrémité 
des nervures. 

Antennes pectinées, à un seul rang de lames et avec l'extrémité 
filiforme; palpes très proéminents. 

Loja, 27 spécimens, tous cf. Cette espèce se place à côté des 
Marmopteryx Strigularia et Marmorata Pachard. 

Cambogia Azafranata n. sp. 

20 à 22 millimètres. Ailes supérieures allongées, inférieures 
arrondies. Dessus des quatre ailes d'un beau jaune et traversé par 
une foule de lignes ondulées et parallèles d'un rouge lilas sombre 
semé d'atomes argentés. On distingue six à sept lignes complètes 
sur les supérieures, cinq sur les inférieures ainsi qu'une rangée 
de petits traits terminaux sur les quatre ailes. Les lignes centrales 
sont géminées. Franges jaunes. 

Dessous d'un jaune plus pâle; les supérieures avec les lignes 
confluentes et n'atteignant pas le bord interne ; les inférieures avec 
les lignes généralement à peine indiquées. Palpes courts, antennes 
fortement pectinées à extrémité filiforme, jaunes ainsi que le front, 
les pattes et le corps ; ce dernier avec quelques stries rappelant les 
lignes des ailes. 

Loja, 16 cf. 

Cette espèce se place tout à côté ftHeliaàaria g. n. dont elle se 
distingue par sa taille plus grande, les ailes supérieures plus 



83 

allongées, enfin le nombre plus grand de lignes formant les dessins. 
Elle semble varier par le plus ou moins d'épaisseur des lignes, 
celles-ci devenant confluentes dans deux de mes spécimens. Je 
possède en outre un individu dont le dessus est presqu'entièrement 
rouge lilas et ne serais point surpris qu'il soit à rapporter à cette 
espèce, variant ainsi par la confluence de toutes les lignes. 

Cambogia Golosata n. sp. 

Taille et port de la précédente, dont elle a, à peu près, les 
dessins. Elle en diffère par sa teinte jaune citron et en ce que les 
dessins sont composés de traits séparés les uns des autres. A la 
côte des supérieures, un peu avant l'apex et au centre de ces 
mêmes ailes, ces petits traits s'agglomèrent le plus souvent et 
forment taches; toutefois l'un de mes spécimens n'offre rien de 
semblable. 

Dessous plus pâle et analogue à celui de l'espèce précédente. 
Franges couleur du fond, uniformes aux quatre ailes. Palpes et 
antennes comme dans Azafranata, front jaune, vertex lilacé; 
pattes et corps jaunes, ce dernier tacheté de lilacé. 

Loja, 12 tf. 

J'ai aussi reçu de Loja une espèce fort voisine, Cambogia Numida 
Druce {Biol. Centr. Am., pi. 52, fig. 3). Elle diffère de Golosata 
par sa plus petite taille, ses inférieures plus allongées et anguleuses 
ainsi que par certains détails de ses dessins. 

Cambogia Yvata n. sp. 

18 millimètres. Cette espèce d'un jaune safran a des analogies 
avec Azafranata ; mais elle est plus petite et ses premières ailes 
sont moins élancées et plus arrondies. Les supérieures ont à la base 
plusieurs séries de petits traits formant lignes et dans la moitié 
extérieure une énorme tache couvrant tout l'intérieur de l'aile 
depuis la côte mais n'atteignant ni le bord terminal ni le bord interne 
qui sont tous deux garnis de points. Inférieures comme chez Azafra- 
nata. Tous ces dessins et lignes d'un brun lilas foncé semé d'atomes 
argentés. Dessous semblable au dessus mais de tons effacés. Franges 
jaune uniforme. Palpes, antennes, corps et pattes comme dans Azafra- 
nata. 

Loja, deux c? exactement pareils. 

Cambogia Escamata n. sp. 

cT 20 Q 19 millimètres. Fond des ailes jaune pâle, dessins rouge 
lilas. La base des quatre ailes garnie de lignes, plus épaisses aux 
supérieures ; la seconde moitié presqu' entièrement recouverte de 

ANNALES DE LA SOC. ÏMÛM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 7 



84 

taches et de points avec des éclaircies aux centres et aux angles 
interne et anal. 

Dessous très pâle et avec les mêmes dessins. Franges jaunes 
coupées de rouge lilas. Antennes jaunes, pectinées, à extrémité 
filiforme dans le cf; entièrement filiformes dans la 9, pattes jaunes, 
corps jaune et rouge lilas. 

Une paire provenant des environs de Loja, la Q prise en 
novembre 1887. 

Cambogia Tertulia n. sp. 

20 millimètres. Cette remarquable petite espèce ne se rapproche 
d'aucune autre à ma connaissance. Les supérieures sont élancées 
et toute leur moitié costale est d'un beau brun lilas foncé depuis 
l'apex jusqu'à la base qui est entièrement de cette couleur. Le reste 
de l'aile est jaune pur. La côte est coupée de plusieurs points 
jaunes, elle est en outre le point de départ d'une série de lignes 
ondulées transversales, argentées dans la partie brune, brunes 
semées d'atomes métalliques dans la partie jaune. 

Dessus des inférieures jaune, traversé par une ligne centrale, 
géminée, garnie d'atomes bruns vers le bord abdominal puis par 
deux fines lignes extérieures parallèles. 

Dessous comme le dessus mais plus pâle et avec les dessins 
effacés. Franges jaunes brunes à l'apex des supérieures. 

Palpes courts, antennes pectinées à extrémité filiforme, annelées 
de brun et de jaune. Tête et thorax bruns, corps et pattes jaunes. 

Loja, un $ bien frais. 

Cambogia Borrata n. sp. 

Toute petite espèce (15 millimètres) qui rappelle la Cambogia 
Tertulia par ses dessins ; les premières ailes ont toute leur moitié 
supérieure d'un violet lilacé pâle, le reste ainsi que les inférieures, 
jaune paille. Quatre lignes transversales, irrégulières et séparées 
les unes des autres traversent chaque aile (les supérieures dans 
leur partie jaune). Côtes coupées de jaune paille. Franges égale- 
ment jaune paille. 

Dessous plus pâle, pareil au-dessus. Antennes pectinées à - 
extrémité filiforme, palpes courts. 

Loja, deux $. 

Cambogia Cobardata n. sp. 

18 millimètres. Les quatre ailes envahies de vineux clair 
uniforme avec la côte des supérieures et le bord terminal des ailes 
jaunes. Côte des supérieures coupée de vineux avec deux éclaircies 



85 

jaunes au dessus de la cellule. Bord terminal des quatre ailes avec 
une double série de points vineux. Des traces de lignes argentées 
se distinguent sur les ailes. Franges jaunes. 

Dessous à teintes effacées mais avec une proportion plus grande 
de jaune et les points terminaux du dessous reparaissant en 
grande partie. 

Palpes et antennes comme dans les espèces précédentes, les an- 
tennes jaunes ainsi que les pattes; tête et corps jaunes ou vineux. 

Loja, deux cf. 

Cambogia Bermellada n. sp. 

19 millimètres. Espèce très voisine de la précédente. Le fond des 
quatre ailes est d'un beau brun vineux parcouru par de fines lignes 
indistinctes d'atomes métalliques lilacés. Cote des supérieures avec 
deux petites éclaircies. Bord terminal des ailes d'un jaune éclatant 
avec une série simple de petites taches brunes mais aux supérieures 
seulement. Franges jaunes. 

Dessous d'un vineux plus pâle avec la bordure jaune immaculée. 

Palpes courts, antennes pectinées dans leur première moitié 
(l'autre manque) d'un jaune vif ainsi que la tête et les pattes. 
Dessus du corps brun vineux. 

Loja, un cf. 

Cambogia Amarillada n. sp. 

19 millimètres. Supérieures jaune fauve strié de jaune paille sur 
les deux premiers tiers avec une ombre subterminale gris lilacé. 
Côte et bord terminal jaune paille. Un point cellulaire noir. 

Dessus des inférieures jaune paille, traversé par deux bandes 
gris lilacé, savoir, une première bande extrabasilaire droite puis 
une bande subterminale arrondie. Franges jaune paille. 

Dessous comme le dessus mais en teintes eifacées, le jaune des 
supérieures remplacé par du gris lilacé. 

Palpes courts, antennes pectines à extrémité filiforme, vertex 
blanc, thorax et dessus du corps jaune fauve, pattes jaune paille. 

Loja, deux <fp dont un bien frais. 

Cambogia Rubiada n. sp. 

19 millimètres. Dessus des supérieures rose carmin avec 
quelques fines stries jaunâtres, bord terminal jaune. Le long de 
cette bordure jaune, la teinte du fond devient plus vive. Un petit 
point cellulaire carmin. 

Dessus des inférieures carmin traversé par une bande jaune, 



86 

centrale et presque droite. Bord terminal jaune. Franges des 
quatre ailes jaunes. 

Dessous comme le dessus mais avec les teintes plates et plus 
pâles. 

Palpes, antennes et pattes comme dans l'espèce précédente, 
dessus du corps carmin et jaune. 

Loja, un cf. 

Nipteria Manchata n. sp. 

34 millimètres. Dessus des ailes d'un fauve très clair avec le 
centre semi transparent et le point cellulaire. Aux supérieures la 
côte est marquée, au delà de la cellule, d'un commencement de 
ligne puis immédiatement après, vers l'apex, d'une assez large 
tache brune triangulaire. Inférieures marquées d'une double tache 
brune à l'angle anal, Franges concolores très finement ponctuées de 
brun aux nervures, notamment en dessous. 

Dessous des ailes comme le dessus mais les dessins plus vivement 
colorés et le fauve parsemé de fines écailles brunes. La ligne de la 
côte se dessine assez nettement au travers des deux ailes; elle 
limite la partie intérieure diaphane des quatre ailes. 

Antennes pectinées. Tête, thorax, corps et pattes couleur du fond. 

Loja, un c?t 1887. 

Nipteria Apicilineata n. sp. 

34 millimètres. Dessus des quatre ailes fauve mordoré clair, la 
partie centrale des supérieures avec les écailles plus clairsemées et, 
par suite, semi transparente. Un petit point cellulaire à chaque 
aile; enfin les supérieures avec une ligne brune, oblique, partant 
de la côte presqu'immédiatement avant l'apex, se dirigeant dans 
l'aile à égale distance de la côte et du bord terminal et se perdant 
peu après la cellule. Frange des quatre ailes concolore, coupée de 
brun à l'extrémité de chaque nervure. 

Dessous comme le dessus, mais la ligne des supérieures ne se 
voyant que par transparence, les franges plus fortement ponctuées 
de brun, enfin l'apex et le bord terminal des, supérieures et toute 
la surface des inférieures finement striés de brun. 

Antennes (ciliées), tête, corps et pattes couleur du fond. 

Un 3\ Loja, 1887. 

Phibalapteryx Emanata n. sp. 

21 à 23 millimètres. Cette espèce, très voisine à'FJluata Snellen, 
s'en distingue par sa plus grande taille puis en ce que la ligne 



87 

extérieure de la bande centrale des supérieures s'arrête à la côte, 
assez loin de l'apex, comme dans Polygrammata Bkh. 

Le dessus des premières ailes est d'un gris fauve traversé par un 
grand nombre de lignes parallèles, parmi lesquelles se distinguent 
l'extrabasilaire et une large bande centrale parfois entièrement 
comblée de brun sauf à la côte, le plus souvent simplement ombrée 
aux bords et contenant alors diverses autres lignes ainsi que le point 
cellulaire mais toujours bordée d'une fine ligne blanche de chaque 
côté. Un trait brun bien indiqué se détache de cette ligne médiane 
à la hauteur de la cellule et atteint l'apex en ligne droite. Bord 
terminal finement liséré de brun. Franges comme le fond de l'aile. 

Dessus des inférieures gris fauve uni traversé par des lignes 
pâles, parallèles, légèrement et finement indiquées. 

Dessous d'un gris uniforme, avec un point cellulaire à chaque 
aile et sans autres dessins que quelques lignes vaguement indiquées 
et quelques petites stries aux inférieures. 

10 tf et 2 9, Amaluza, août 1886, Loja, 1890 et 1891. 

Cidaria Arcillata n. sp. 

39 millimètres. Dessus des supérieures brun (verdâtre chez 
la Q), teinté de marron et traversé par plusieurs bandes, assez 
larges, peu distinctes et se fondant plus ou moins dans le fond 
des ailes. 

La première, tout près de la base et la seconde au premier 
tiers de l'aile, sont assez droites ; la troisième, de suite après la 
cellule, n'est indiquée qu'au départ de la côte puis disparaît dans 
l'aile ; la dernière enfin longe le bord terminal avec un renflement 
au départ de l'apex. Frange concolore finement coupée de clair au 
bout de chaque nervure. Dessus et frange des inférieures gris 
ardoisé uni. 

Dessous des quatre ailes d'un gris uni, noirâtre dans le cf, ver- 
dâtre chez la 9» sans dessin mais avec le point cellulaire bien 
marqué à chaque aile. Franges comme en dessus. 

Palpes droits, bruns ; antennes filiformes. 

Loja, une paire, 1889 et 1891. 

Cidaria Penicula n. sp. 

39 millimètres. Dessus des supérieurs brun foncé, traversé par 
quatre lignes plus pâles : la basilaire presque droite, l'extrabasilaire 
coudée extérieurement, la centrale arrondie à son centre, enfin la 
subterminale fortement zigzaguée. De ces quatre lignes, la première, 
la seconde et la quatrième sont lisérées de clair et de rouge, la 
centrale est bordée de jaune extérieurement. Trois autres lignes, 



toujours lisérées de rouge partent de la côte mais se perdent peu 
après dans le fond de l'aile; celle-ci a, en outre, les nervures 
marqées de rouge entre la deuxième et quatrième ligne, enfin un 
trait jaune se détache du haut de la centrale, s'infléchit et atteint 
l'apex à son extrême point. Bord terminal liséré de rouge; frange 
noire coupée de rouge. 

Dessus des inférieurs rouge vineux à la base et le long du bord 
abdominal, gris de fer dans la partie apicale. La cellule au lieu 
d'être poilue est rugueuse et d'un rouge plus brique et les longs poils 
en brosse et formant comme un repli le long du bord abdominal 
donnent à cette espèce un aspect très particulier. Frange grise. 

Dessous des quatre ailes gris brun uniforme, les supérieures avec 
sept coupures ferrugineuses à la côte, un trait jaune à l'apex et un 
commencement de ligne au dessus de la cellule. 

Antennes filiformes, tête et thorax noirs semés de poils rouges, 
abdomen noir, pattes grises, la première paire partiellement marquée 
de ferrugineux en dessous. 

Trois spécimens dont un très frais pris à San Francisco près 
Loja; l'un d'eux capturé en août 1886. 

Cidarià Cazadora n. sp. 

Cette espèce a les plus grands rapports avec la Cidaria Penicïila, 
mais elle est un peu plus petite (34 à 36 millimètres) et les supé- 
rieures ont le bord et l'angle internes beaucoup plus arrondis. 

Les supérieures ont le fond des ailes brun foncé et les lignes 
comme dans l'espèce précédente mais celles-ci sont moins nettement 
marquées et délimitées. Les mêmes lignes partielles partent de la 
côte et les nervures du centre de l'aile sont également marquées 
de rouge. 

Dessus des inférieures gris de fer uniforme avec le centre et le 
bord abdominal recouverts de poils concolores brillants. Frange grise. 

Dessous comme dans Penicula mais sans ligne au dessus de la 
cellule. 

Trois $ provenant des environs de Loja, 1889. 



NOTE SUR LES CHRYSOMÉLIDES DE BELGIQUE 

par Baron Paul de Mofl'arts. 

Mes chasses et celles de mon frère ainsi que celles que m'ont 
communiquées plusieurs de mes collègues me permettent d'indiquer 
quelques espèces et variétés non encore citées comme ayant été 
rencontrées en Belgique, je mentionnerai également quelques cap- 
tures rares et intéressantes au point de vue de notre faune. 



89 



ESPÈCES ET VARIÉTÉS NOUVELLES POUR LA BELGIQUE. 



Donacia thalassina Germ. v. porphyrogenita Westh. Houchenée 
près Nandrin Nieuwenhoven près de St Trond ('). 

Donacia vulgaris Zschach v. concolor Westh. M. Félix de 
Hemptinne a trouvé cette variété à Ledeberg-lez-Gand parmi un 
grand nombre d'exemplaires typiques. 

Lema Erichsoni Suffr. Collection Wesmael. 

Zema lichenis Voet v. obscura Steph. Strée, Hockai. 

Lema melanopus L. v. atrata Waltl. Strée. 

Clythra lœviusctcla Ratzeb. Nous l'avons rencontré au Sart 
Tilman près Liège. 

Cryptocephalus distinguendus Schneid v . humeralis Ws . 
M. Poncelet a trouvé à Orsinfaing (Luxembourg) deux exemplaires 
de cette espèce qui n'est citée dans aucun des catalogues des régions 
voisines de notre pays. 

CryptocepJialus marginatus F. v. terminâtes Germ. Beaufays 
(Gérard). Strée. 

CryptocepJialus 40 maculât us L. v. scenicus Ws. Villers-le- 
Temple. 

CryptocepJialus labiaius L. v. digrammus Suff. Cointe. 

CryptocepJialus Morœi L. v. mttiger Mars. Bauguée (B " Edm. 
de Moffarts). 

CryptocepJialus mttatus F. v. négligeais Ws. Baugnée, près 
Nandrin. 

Pachybrachys tessellatiis 01. Villers-le-Temple. 

Adoxus obscurws L. v. epilobii Ws. Hockai (Gérard). 

Adoxus obscwrush. v. vitis F. Collection Wesmael. 

Chrysomela gottingensis L. v. Sticrmi Westh. Strée. Herstal. 

Ohrysomela carnifex F. Maeseyck (Verheggen). 

Chrysomela hyperici Forst v. privigna Ws. Strée . 

Phytodecta Linnxana Schrk v. decostigma Duft. Hermeton 
(Rousseau). 

Phytodecta Linnaeana Schrk v. nigricollis Westh. Hermeton 
(Rousseau). Stoumont (Gérard). 

Phytodecta 5 punctata F. v. unicolor Ws. v ; Jlavicollis Duft. v. 
sorbi Ws. v. obscura Grimm. Nous avons pris cette espèce et toutes 
ses variétés au Hockai où elle était extrêmement commune. 

Phyllodecta tibialis Suff. v. cœrulea Ws. Tavier (B on Edm. de 
Moffarts). 

Phyllodecta tibialis Suff. v. Cornelii Ws. Sprimont. 

(*) Les espèces pour lesquelles je ne cite pas le nom de la personne qui^a fait 
la capture, ont été trouvées par mon frère ou par moi. 



90 

Phyllodecta laticollis Suff. Pas rare aux environs de Liège. 

Melasoma %0 punctata Scop. Nous avons pris cette espèce en 
nombre à Bleyberg; M. Gérard l'a trouvée aux Aguesses. 

Lupems pinicola Duft. v. sylvestris Ws. Nous avons trouvé le 
type et la variété en énorme abondance à Villers-le-Temple, sur de 
jeunes tiges de pin. 

Luperus niger Goeze Cointe. 

Lochmsea suiuralis Thoms. Commune aux environs de Liège 
notamment à Angleur. 

Gàlerucella nymphaex L. v. aquatica Fourcr. Commune à 
Ledeberg (Félix de Hemptinne). Tronchiennes. 

Gàlerucella calmariensis L. v. lythri Gyll. Fleurus (Bivort). 
Bornhem. 

Gàlerucella pusill a Duft. Tamise. 

Chalcoides splendens Ws. v. gaudens Steph. Fleurus (Bivort). 
Hockai (Gérard). 

Chalcoides helxines L. v. fulmcomis F. Tamise. Hockai. 

Chalcoides chloris Foud. v. Foudrasi Ws. Ile Monsin (Séverin). 

Mantura Matthewsi Curt. Collection Wesmael. 

Mantura obtusata Gyll. Collection Wesmael. 

Chœtocnema arida Foud. Pas rare. Strée. Kerkom (B on Edm. 
de Moffarts.) Carnières (Séverin) Mariemont. (Séverin). 

Chœtocnema Salhbergi Gyll. v. cyanescens Ws. Hockai (B on Edm. 
de Moffarts.) 

Psylliodes cucullata 111. Tamise. 

Psylliodes attenuata Koch v. picicomis Steph. Kinkempois 
(Séverin.) 

Psylliodes obscura Duft. Fleurus (Bivort.) 

Psylliodes picina Marsh. Aguesses. Villers-le-Temple. 

Psylliodes picina Marsh, v. melanophtalma Duft, avec le type, 
mêmes localités. 

Haltica lythri Aube v. œnescens Ws. Strée. 

Haltica oleracea L. v. nobilis Ws. Mariemont (Séverin). 

Haltica oleracea L. v. higtobris Ws. Ougrée. 

Phyllotreta eosclamationis Thunb. v. nibex Ws. Houchenée. 

Phyllotreta fiexuosa 111. v. fenestrata Ws. Baugnée (Baron 
Edm. de Moffarts). Saint-Éloi (Séverin). 

Aphtona venustula Kutsch. Colonster. 

Longitarsus mbiginosus Foud. Saint-Éloi (Séverin). Stoumont 
(Rousseau) Tamise. 

Longitarsus gracilis Kutsch. Carnières (Séverin). 

Cassida stigmatica Suff. Groenendael. Hockai. 



91 



ESPÈCES RARES POUR LA BELGIQUE. 



Donacia obscura Gyll. Rouge Cloître (Rousseau). 

Donacia impressa Payk. Boitsfort (Rousseau). Argenteuil 
(F. de Hemptinne). 

Donacia appendiculata Ahr. Tongrinne (Bivort). 

Donacia tomentosa Ahr. M. F. de Hemptinne a trouvé cette 
espèce en grande quantité à Ledeberg et à Maltebrugghe près de 
Gand. 

Zeugopliora scutellaris Suff. Bornai (Hamal). 

Chrysomela fuliginosa 01. v. gain Ws. Clermont. 

Clirysomela oriclialcia Mull. Assez commune aux Aguesses dans 
les détritus d'inondation. Strée. 

Phytodecla fla/vicornis Suff. Orsinfaing (Poncelet). 

Melasoma lapponica L. Tavier (Baron Edm. de Moffarts). 

Pliyllobrotica 4 maculata. L. Commun cet été à Houchenée 
(Baron Edm. de Moffarts). Groenendael (Coucke). Villers-le- 
Temple. 

Hefmxopliaga mercurialis F. Commun à Colonster. 

Apteropeda globosa 111. Mariemont (Séverin). 



~^=>o<^^Oo< 



ANNALES DE LA SOCt ENTOM. DE BELGIQUE* T. XXXVII. 



A VËNDRK 



Tome I. des Annales : Catalogue des Buprestldes, par Ch. Kekremans. 
Prix : 10 fr. 
S'adresser Place du Musée, 20, Bruxelles. 



yïvQ 



ANNALES 



' f 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE 



BELGIQUE 



* FEB5-1949 * 



^H» 



TOME TRENTE-SEPTIEME 



III 

Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



III 



Compte-rendu de l'assemblée mensuelle du 
4 mars 1893. 



Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. L. Coucke, Fologne, Hippert, Kerremans, 
Lameere, Ledrou, Robbe, Séverin, Thirot, Van Nerom, et 
Berge, secrétaire. 

MM. Candèze, de Crombrugghe, de Sélys-Longchamps et Giron 
ont fait excuser leur absence. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

Admissions de membres nouveaux. Le Conseil a admis en qua- 
lité de membres effectifs : 

M. A. Montandon, de Bucarest, présenté par MM. Tosquinet 
et Séverin; et M. W. Horn, de Berlin, présenté par MM. Tosqui- 
net et Séverin. 

Conférence. M. Berge annonce que M. le Dr Robbe donnera 
le mardi 4 Avril, à 8 1/2 h. du soir à la salle de l'Union 
Syndicale une conférence sur les Lépidoptères. 

Mémoires. L'Assemblée décide l'impression des mémoires pré- 
sentés. 

Communications. M. Hippert communique à l'Assemblée quel- 
ques exemplaires de Nemeopliila Russata présentant quelques 
variations de coloration. 

Excursion. L'Assemblée sur la proposition de M. Hippert 
décide de se rendre à Stokel. Départ de la Gare de Luxembourg à 
8 h. 14 m. 



ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 



94 



ESSAI DE GROUPEMENT DES BUPRESTIDES 
par CI», Kerremans. 

L'historique de la classification de la famille qui nous occupe a 
été suffisamment développé, de Linné à Lacordaire, par M. de 
Marseul dans la Monographie des Buprestides de l'Europe, du 
Nord de V Afrique et de l'Asie^)', je crois donc inopportun d'y 
revenir encore. 

Bien que datant d'une trentaine d'années, la méthode de Lacor- 
daire (*) est encore généralement adoptée aujourd'hui pour le 
groupement des Buprestides; mais cette méthode, basée sur la 
situation et la disposition des pores antennaires sépare des formes 
tellement voisines, tant au point de vue de certains caractères 
qu'à celui du faciès, telles que, par exemple, les Julodis et les 
Acmœodera que je me suis mis à examiner si, tout en maintenant 
les tribus très naturelles établies par l'auteur du Gênera, l'on ne 
trouverait pas un moyen de les grouper dans un ordre tel qu'on 
ne verrait plus les Cathoxantha suivre immédiatement les Julodis 
et les Sphenoptera, qui me paraissent être le passage des Aurigena 
aux Dicer cites, aller se ranger entre les Acmœodérides et les 
Chrysobothrides 

Depuis Lacordaire, aucune tentative de groupement systémati- 
que des Buprestides n'a été faite, à part la remarquable étude de 
MM. Le Conte et Horn ( 3 ),qui n'embrasse que la faune coléoptéro- 
logique Nord-Américaine. Mais l'Amérique du Nord, relativement 
pauvre en insectes de cette famille, du moins quant au nombre des 
espèces et des genres, ne nous fournit pas le moyen, dans l'œuvre 
des deux maîtres américains, de trouver le placement de la 
majeure partie des genres actuellement connus. 

Il convient néanmoins d'examiner d'abord comment, MM. Le 
Conte et Horn groupèrent les Buprestides de l'Amérique du Nord, 
ou plutôt, à proprement parler, des États-Unis, et je ne puis 
mieux faire que de reproduire leurs tableaux, tels qu'ils les ont 
établis. 

A. — Plaques des hanches postérieures distinctement dilatées intérieurement, 
coupées extérieurement par le prolongement de l'abdomen; leur marge anté- 
rieure droite, leur marge postérieure oblique ; 
Mésosternum divisé; 
Pièces latérales du métathorax étroites ; quatrième article des tarses non 
lobé Buprestini. 

(') L'Abeili.e, t, II, (1865). 
(*) Gênera des Coléoptères, t. IV, (1857). 

( 3 ) Classification of the Coleoptera of North America (Smithsonian Insti- 
tution, 1883). 



95 

Pièces latérales du métathorax larges ; quatrième article des 

tarses lobé Schizopini. 

Mésosternum émarginé, non divisé Thrincopygini. 

B. — Plaques des hanches postérieures peu dilatées intérieurement ; 

Front non rétréci à l'insertion des antennes ; pronotum tronqué à la 
base; 

Mésosternum émarginé, non divisé Julodini. 

Mésosternum peu apparent Mastogenini. 

Front rétréci à l'insertion des antennes ; pronotum lobé à la 
base Agrilini. 

TriBU I. — BUPRESTINI. 

Épimères métathoraciques triangulaires, découvertes ; prosternum obtu- 
sément anguleux entre les hanches ; 

Mésosternum et métasternum soudés Chalcophorae. 

Suture mésosternale distincte ... Buprestes. 

Épimères métathoraciques en partie couvertes par l'abdomen ; 
prosternum formant un angle aigu entre les hanches ; 

Front non rétréci à l'insertion des antennes Anthaxiee. 

Front rétréci à l'insertion des antennes Chrysobothres. 

Groupe 1. — Chalcophorse. 

Antennes insérées sous une carène ; menton arrondi antérieurement ; 

premier article des tarses postérieurs allongé Gyascutus. 

Antennes insérées dans une fossette étroite ; menton largement émarginé 

antérieurement ; premier article des tarses postérieurs allongé . Chalcophora. 
Antennes insérées dans de larges fossettes ; menton largement arrondi 

antérieurement ; le premier article des tarses postérieurs semblable aux 

suivants Psiloptera. 

Groupe 2. — Buprestes. 

Prosternum obtusément arrondi en arrière ; 
Menton entièrement corné ; 
Écusson étroit, arrondi ; 

Tarses élargis, plus courts que les tibias Dicerca. 

Tarses amincis, aussi longs que les tibias. . . . Traehykele. 

Écusson très transversal, tronqué Pœoilonota. 

Menton membraneux antérieurement Buprestis. 

Prosternum très aigu en arrière Cynira. 

Groupe 3. — Anthaxise. 

Menton coriace en avant; pronotum sinué à la base Melanophila. 

Menton entièrement corné ; 

Pronotum tronqué à la base; front non émarginé sur les côtés; 

antennes dentées en scie dans les deux sexes Anthaxia. 

Pronotum sinué à la base; front légèrement émarginé au dessus de 
l'insertion des antennes qui sont fiabellées chez le a* et en scie 
chez la $ Xenorrhipis. 

Groupe 4. — Chrysobothres. 
Troisième article des tarses tronqué; premier article allongé . Chrysobothris. 
Troisième article des tarses prolongé sur les côtés; le premier et le 

deuxième article des tarses postérieurs égaux; écusson petit. Acten.od.es. 

Tribu II. — SCHIZOPINI. 

Antennes amincies, presque filiformes Dystaxia. 

Antennes ayant les articles 5-10 triangulaires Schizopus 

Tribu III. — THRINCOPYGINI. 

Thrincopyge 



Tribu IV. - JULODINIC). 

Marge antérieure des hanches postérieures légèrement concave ; pièces laté- 
rales du métathorax non recouvertes par les épipleures des élytres ; 

écusson distinct; crochets des tarses simples Polyoesta. 

Marge antérieure des hanches postérieures droite ; 
Crochets des tarses dentés à la base; 

Écusson invisible; pièces latérales du métathorax en partie 

visibles Actnaeodera. 

Écusson visible; pièces latérales du métathorax cachées par les 

épipleures ély traies Ptoaima. 

Crochets des tarses simples ; écusson visible ; pièces latérales du métatho- 
rax visibles Chrysophana. 

Tribu V. - MASTOGENINI; 

Mastogenius. 
Tribu VI. — AGRILINI. 

Antennes libres au repos Agrilini. 

Antennes reçues dans des sillons thoraciques Braches. 

Groupe 1. — Agrilini. 

Premier article des tarses postérieurs à peine allongé . . . Eupristocerus. 
Premier article des tarses postérieurs aussi long que les trois suivants 

réunis Agrilus. 

Groupe 2. — Braches. 

1. — Tarses beaucoup plus courts que les tibias 2. 

Tarses peu allongés; corps très allongé Rhaeboscelis. 

2. — Écusson étroit ; tibias linéaires 3. 

Écusson large 4. 

3. _ Corps allongé ; prosternum aigu au sommet Taphrocerus. 

Corps ovalaire ; prosternum obtus au sommet Brachys. 

4. — Corps triangulaire ; prosternum très large, presque tronqué au 
sommet; tibias dilatés Paehyseelus. 

Bien que l'on ne puisse se rendre compte de ce que serait, établie 
sur de telles bases, une classification générale des Buprestides, 
qui se répartissent aujourd'hui dans 190 genres environ, alors 
que l'énumération qui précède n'en comprend que 27, il y a lieu 
de considérer le groupement méthodique des auteurs américains, 
comme un progrès réel, si on le compare aux classifications anté- 
rieures. 

La disposition des pores antennaires, tantôt diffus sur les deux 
faces des articles, tantôt concentrés dans une fossette dont la posi- 
tion varie, bien que souvent elle soit constante dans certains 
groupes, n'est pas aussi immuable que semble l'affirmer Lacor- 
daire et l'on serait bien embarrassé, par exemple, en examinant 
la majeure partie des genres appartenant aux groupes des Cliryso- 
dèmides [sensu H. Deyrolle) et des Psiloptèrides, de décider si les 

(') MM. Le Conte et Horn font remarquer que les quatre genres de cette tribu 
pourraient constituer chacun un groupe à part. 



97 

pores sont diffus sur les deux faces ou concentrés dans une fos- 
sette. En réalité, certaines espèces de ce groupe possèdent un 
système porifère double, comprenant d'une part, une série de 
pores diffus, donnant aux deux faces des antennes cette apparence 
spongieuse si caractéristique et d'autre part, une, deux et même 
trois fossettes que l'auteur du Gênera nous prie de ne pas con- 
fondre avec les vraies fossettes porifères, bien qu'examinées au 
microscope, les premières ne puissent, dans certains cas, être 
différenciées des secondes. Les genres Cyria, Epistomentis, Dia- 
doxus et Prosplieres, classées jusqu'ici à la fin des Chrysocliroides, 
bien qu'ayant les articles dentés des antennes spongieux ou, pour 
mieux dire, porifères sur leurs deux faces, laissent distinctement 
apercevoir, à la face inférieure de ces organes, une large fossette 
en tous points semblable à celle des autres groupes, les Bupres- 
tides vrais, par exemple. 

Sur quelles raisons se basait Lacordaire pour décider que ces 
fossettes ne sont pas destinées au même but que les autres ? Sait- 
on seulement quelles fonctions leur sont dévolues? Les biologistes 
nous diront peut-être un jour si les pores antennaires sont les 
organes de l'olfaction, de l'audition ou d'un autre sens inconnu 
des humains, comme celui de la direction que possèdent, pense- 
t-on, les animaux inférieurs, mais quand on se trouve dans 
l'impossibilité de distinguer à première vue des organes pres- 
qu'identiques, n'est-il pas préférable d'en rechercher d'autres de 
nature à satisfaire, dans une plus juste mesure, les exigences 
systématiques ? 

Il n'entre pas toutefois dans ma pensée de rejeter à priori les 
pores antennaires pour différencier certains groupes chez lesquels 
ces caractères sont constants, mais j'estime qu'il serait prudent 
de ne plus accorder à ces organes l'importance que leur a donnée 
Lacordaire. 

Sans aller rechercher des caractères nouveaux, je me suis 
contenté de reprendre ceux que découvrit l'auteur du Gênera et 
d'utiliser le travail de MM. Le Conte et Horn, et je pus m'assu- 
rer qu'en me basant sur le mode d'insertion de la partie inférieure 
du prosternum dans une cavité méso- ou métasternale, j'étais tout 
naturellement conduit à grouper d'une façon qui me parut ration- 
nelle tous les genres que j'avais à ma disposition; j'avais ainsi le 
moyen de réunir certaines tribus, et de créer même des sous- 
familles, vu l'importance du caractère, si je n'étais systématique- 
ment hostiles aux subdivisions à l'infini. 

On remarque tout d'abord une série de Buprestides chez lesquels 
le mésosternum est divisé, c'est à dire que la partie inférieure du 
prosternum vient s'insérer entre les branches latérales du mésos- 




Fig. 1. 




Fig. 



ternum, son extrémité venant s'adapter contre la marge supé- 
rieure du métasternum qui est, au milieu, droite ou plus ou moins 
concave; la suture méso-métasternale consiste, 
dans la plupart des cas, en une petite raie 
oblique que l'on remarque des deux côtés de 
l'extrémité inférieure du prosternum (fig. 1). 
Dans cette division entrent cinq tribus : Clial- 
cophorini, SpJienopterini, Buprestini, Antha- 
xini et Chrysobothrini. 

Une deuxième série de Buprestides nous 
montre une disposition différente des pièces 
thoraciques; le mésosternum n'est plus divisé, 
il est entier, c'est à dire que le prosternum vient encore se 

placer entre ses branches, mais le méta- 
sternum ne concourt plus en aucune 
façon à la formation de la cavité ster- 
nale ; la suture méso-métasternale est 
donc entière et le plus souvent droite 
(fig. 2) et le mésosternum peut être très 
large, ainsi qu'on le remarque chez les 
Polycestites. Les Acmœodérides , les 
Julodides et certains groupes à faciès 
particulier, comme les Thrincopyge et les Schizopus font partie de 
cette série. 

Enfin la troisième catégorie nous offre une 
disposition analogue à la première (fig. 3), mais 
avec cette différence que la cavité servant à 
l'insertion de l'extrémité du prosternum, au lieu 
d'être formée dans son fond seulement par le 
métasternum, est formée presque en entier par 
celui-ci, les branches latérales du mésosternum 
étant très courtes et comme refoulées sur les côtés. Quatre tribus 
font partie de cette série, les Stigmoderini, les Mastogenini, 
les Agrilini et les Trachyni. 

Rangées dans cet ordre, les tribus établies par Lacordaire me 
paraissent se suivre naturellement et, s'il existe encore des inter- 
ruptions, ce qui doit inévitablement se produire dans toute clas- 
sification, elles ne nous offrent plus un caractère aussi tranché 
que par la méthode anciennement suivie. 

J'ai essayé, dans mes tableaux, de choisir des différences faciles 
à trouver au premier abord, me réservant, dans une étude ulté- 
rieure, lorsque j'aurai à ma disposition les éléments pour faire un 
Gênera détaillé, le soin de déterminer pour chaque genre tous ses 
caractères distinctifs. 




99 

J'ai reconnu, comme MM. Le Conte et Horn, la nécessité de 
maintenir les tribus nouvelles créées par eux pour les Thrinco- 
pygini, les Schizopini et les Mastogenini, et si je n'ai pas utilisé, 
en tant que caractère primordial, la forme des plaques des hanches 
postérieures, qui sont plus ou moins dilatées intérieurement d'une 
façon constante dans un ensemble de tribus, c'est que les Stig- 
modêrides ne me le permettaient pas. Les insectes de cette tribu 
ont les plaques des hanches postérieures élargies intérieurement, 
mais à un degré moindre que ceux des cinq premières tribus ; ils 
seraient, par ce caractère, le lien entre ceux-ci et ceux des tribus 
qui suivent les Stigmodêrides si certains groupes ne venaient 
s'intercaler entre eux à cause de la disposition de la cavité ster- 
nale. Du reste, toutes les classifications ont un sort commun et 
sont destinées à disparaître devant les découvertes ultérieures et 
je n'ai eu d'autre but, dans la présente étude que de faire un essai 
de groupement des genres dans un ordre plus naturel qu'on ne l'a 
fait jusqu'ici. 

Bien que j'aie cité dans mes tableaux tous les genres actuelle- 
ment connus, il n'entre pas dans ma pensée de les maintenir 
comme tels, et certains d'entre eux sont destinés à disparaître et 
à passer en synonymie; je ne les ai mentionnés que pour mieux 
exprimer la liaison des différentes coupes, sans vouloir, pour le 
moment, entrer dans un examen critique sur la validité générique 
des divisions établies. 

Un certain nombre de ces genres me sont malheureusement 
inconnus en nature et j'ai dû me guider, pour leur classement, 
sur des descriptions le plus souvent fort incomplètes et ne donnant 
pas la majeure partie des caractères indiqués dans mes tableaux. 
J'ai dû forcément procéder par analogies et il y aurait lieu de faire 
un examen minutieux des genres mentionnés comme n'ayant pas 
été vus en nature et précédés d'un astérisque dans les tableaux. 

BUPEESTID-ffl. 

Tête courte, verticale, insérée dans le thorax jusqu'au bord 
extérieur des yeux. 

Yeux elliptiques, le plus souvent parallèles, parfois obliques et 
rapprochés antérieurement ou postérieurement, jamais émar- 
ginés. 

Antennes de onze articles, insérées généralement au bord inté- 
rieur et antérieur des yeux, mais plus ou moins rapprochées de 
l'extrémité de l'épistome, dentées en scie d'une façon variable 
partant du troisième au huitième article; les articles dentés garnis 
de pores diffus sur leurs deux faces ou sur l'une d'elles seulement 



100 

ou dans une fossette située sur la tranche interne [fossettes pori- 
fères internes), à la face inférieure et antérieure (fossettes pori- 
fères inférieures) ou à la troncature antérieure (fossettes porifères 
terminâtes). 

Labre étroit, proéminent; palpes labiaux courts, de trois arti- 
cles ; mandibules courtes et épaisses. 

Mâchoires inférieures, leurs lobes lamelliformes, ciliés et iner- 
mes ; palpes maxillaires courts, de quatre articles. 

Menton médiocre, carré ou triangulaire, parfois transversal, la 
région antérieure membraneuse dans plusieurs genres ; languette 
sans paraglosses, rarement proéminente. 

Pronotum le plus souvent transversal ; la marge antérieure 
droite, échancrée ou bisinuée; les côtés arrondis ou séparés de 
l'épisternum par une arête plus ou moins longue et tranchante, 
lisse ou rugueuse ; la base tronquée ou bisinuée. 

Ecusson très variable, parfois invisible. 

Prosternum fixe et immobile, prolongé en arrière, sa pointe 
terminale insérée entre le mésosternum ou contre le métaster- 
num ; épisternum prosternai séparé du prosternum par une suture 
le plus souvent oblique; cavités cotyloïdes antérieures largement 
ouvertes en arrière et séparées par le prosternum ; bord pectoral 
antérieur tronqué, échancré ou sinué, parfois muni d'une men- 
tonnière entière ou échancrée et s'avançant plus ou moins sur la 
bouche. 

Mésosternum court, excavé au point que les parties visibles 
sont souvent séparées en deux tronçons qui complètent les cavités 
cotyloïdes antérieures; épisternum mésosternal large, sa suture 
diagonale; èpimères mésoslernales rappochées des hanches média- 
nes ; cavités cotyloïdes médianes largement ouvertes en arrière et 
séparées. 

Métasternum transversal ; èpisternum métasternal le plus 
souvent étroit et rectangulaire ; èpimères mètasternales visibles ou 
cachées en partie par un prolongement latéral de l'abdomen; 
cavités cotyloïdes postérieures très élargies, ovalaires et presque 
contiguës. 

Hanches antérieures petites, globulaires, insérées entre le pro- 
et le mésosternum, leurs trochanters distincts; hanches intermé- 
diaires séparées, insérées entre le méso- et le métasternum, leurs 
trochanters distincts ; hanches postérieures lamelliformes en dessus, 
transversales, ordinairement presque contiguës, dilatées etconcaves 
sur leur bord postérieur de façon à former une excavation per- 
mettant aux fémurs de s'y insérer lorsqu'ils sont au repos ; le bord 
antérieur droit ou ondulé, le bord postérieur oblique. 

Élytres recouvrant l'abdomen ou laissant seulement le pygi- 



101 

dium à nu, le plus souvent denticulés sur leurs bords latéraux 
postérieurs ou épineux à l'extrémité; épipleures étroites; ailes 
inférieures larges, repliées longitudinalement à la base, transver- 
salement au sommet. 

Abdomen de cinq segments, le premier et le deuxième soudés, 
le cinquième souvent émarginé chez le $ et laissant voir un 
sixième petit segment rétractile. 

Jambes courtes; tibias le plus souvent amincis et terminés par 
deux petites épines; tarses de cinq articles, les deux ou quatre 
premiers appendiculés en dessous, l'appendice consistant en une 
lamelle membraneuse de forme variable; crochets inermes, appen- 
diculés ou dentés ; onychium nul. 

Insectes de taille variable, de forme allongée, naviculaire ou 
triangulaire, presque toujours atténuée à l'extrémité, leur plus 
grande largeur résidant communément à l'épaule; ornés le plus 
souvent de couleurs métalliques très brillantes et presque toujours 
couverts d'une efflorescence blanche, jaune ou rougeâtre, attribuée 
par erreur au pollen des fleurs, mais formée par une sécrétion 
spéciale de nature encore inconnue. Ils sont répandus dans le 
monde entier, hormis les régions polaires et deviennent plus 
abondants à mesure que l'on se rapproche de la zone torride, où ils 
pullulent. 

1. Cavité sternale formée dans son fond par le métasternum et 

latéralement par le mésosternum; plaques des hanches 
postérieures distinctement dilatées intérieurement, leur 
marge postérieure oblique 2. 

Cavité sternale formée en entier par le mésosternum . . 6. 

Cavité sternale formée presqu'en entier parle métaster- 
num ; branches latérales du mésosternum très courtes . 9. 

2. Epimères mètathoraciques découvertes 3. 

. Epimères mètathoraciques recouvertes en partie par le 

prolongement latéral de l'abdomen 5. 

3. Pores antennaires concentrés dans une seule fossette 

sur les articles dentés 4. 

Pores antennaires à découvert et diffus sur les deux 

faces des articles I. Chalcophorini. 

4. Ecusson large et acuminé en arrière; menton grand, 

triangulaire II. Sphenopterini. 

Ecusson au plus médiocre, jamais élargi ni acuminé en 
arrière ; menton très transversal, arrondi en avant. 

III. Buprestini. 

5. Front non rétréci à l'insertion des antennes; yeux à 

peine rapprochés, parfois distants sur le vertex. 

IV. Anthaxini. 



102 

Front rétréci à l'insertion des antennes ; yeux très 
rapprochés sur le vertex .... V. Chrysobothrini. 

6. Hanches postérieures peu dilatées intérieurement. . . 7. 
Hanches postérieures distinctement dilatées intérieu- 
rement VI. Thrincopygini. 

7. Pièces latérales du métathorax étroites 8. 

Pièces latérales du métathorax très larges. VII. Schizopini. 

8. Pores antennaires concentrés dans une fossette; 

tarses peu élargis VIII. Acmaeoderini. 

Pores antennaires diffus sur les deux faces des arti- 
cles, couvert d'une fine pubescence; tarses très 
élargis, leurs articles rectangulaires . . IX. Julodini. 

9. Front rétréci à l'insertion des antennes; cavités 

antennaires grandes et situées aune notable distance 
des yeux; plaques des hanches postérieures peu ou 
point dilatées intérieurement, leur marge antérieure 

concave 11. 

Front non rétréci à l'insertion des antennes, cavités 
antennaires médiocres et situées près des yeux . . 10. 

10. Mésosternum apparent X. Stigmoderini. 

Mésosternum peu apparent XI. Mastogenini. 

11. Hanches médianes non écartées; marge antérieure 

des hanches postérieures très concave, leurs bran- 
ches latérales remontant entre les côtés du méta- 
thorax et le prolongement latéral de l'abdomen ; 
tarses plus ou moins allongés .... XII. Agrilini. 
Hanches médianes sensiblement plus écartées que les 
hanches antérieures ; marge antérieure des hanches 
postérieures peu concave ; tarses très courts. 

XIII. Trachyni. 

Tribu I. — CHALCOPHORINI. 

Cavité sternale formée dans son fond par le métasternum et 
latéralement par le mésosternum ; épimères métathoraciques 
découvertes; pores antennaires diffus sur les deux faces des 
articles; hanches postérieures presque contiguës, dilatées intérieu- 
rement, coupées extérieurement par le prolongement latéral de 
l'abdomen, leur marge antérieure sinueuse, leur marge postérieure 
oblique dans sa plus grande longueur et tronquée intérieurement. 

Cette tribu se subdivise en trois groupes : 

A. Premier article des tarses postérieurs plus longqueledeuxième : 



103 

a) Ecusson invisible .... 1. Chrysochroites. 
à) Écusson visible (') .... 2. Chalcophorites. 
B. Premier article des tarses postérieurs semblable au 

deuxième 3. Psilopterites. 

Groupe 1. — Chrysochroites. 

Premier article des tarses postérieurs plus long que le deuxième; 
écusson invisible ; pores antennaires diffus sur les deux faces des 
articles, jamais concentrés dans des fossettes. 

1. Antennes porifères à partir du troisième article. ... 2. 
Antennes porifères à partir du quatrième article ... 5. 

2. Tête fortement excavée entre les yeux 3. 

Tête sillonnée entre les yeux 4. 

3. Prosternum bisillonné longitudinalement, dessous vil- 

leux, la villosité molle et lâche. . . . Steraspis Sol. 
Prosternum plan et uni, quelquefois faiblement ru- 
gueux au milieu ; dessous à peine villeux. 

Chrysaspis nov. gen. (*). 

4. Tibias antérieurs droits ; métasternum saillant. 

Callopistus H. Deyr. 
Tibias antérieurs recourbés; métasternum normal. 

Philocteanus H. Deyr. 

5. Articles porifères des antennes aussi longs que larges . 6. 
Articles porifères des antennes courts, très élargis et 

transversaux Agelia Cast. et Gory. 

6. Elytres tronqués à l'épaule; pronotum trapézoïdal et 

atténué antérieurement 7. 

Elytres arrondis à l'épaule, beaucoup plus larges que 

le pronotum ; celui-ci presque carré. Demochroa White. 

(') Deux espèces font exception: Chaîcopkora japonica Gory et Chalcophoropsis 
quadrifoveolata Cast. et Gory ; leur écusson est invisible. 

( 2 ) Dans une note précédente (Bull. Soc. Ent. Belge, t. XXXV (1891), p. 308-10), 
je ne voyais pas la nécessité de séparer du genre Steraspis certaines espèces que je 
range dans une nouvelle coupe générique établie, mais non caractérisée, par 
M. H. Deyrolle. Les matériaux que j'ai aujourd'hui à ma disposition ont modifié 
mes vues et ont fixé mon opinion quant à la nécessité de fonder le genre Chrysaspis 
(H. Deyr. mss.) qui se distingue des Steraspis par les caractères suivants : dessus 
lisse et finement pondue ou a peine chagriné; articles dentés des antennes en forme de 
triangle curviligne et tronqués au sommet ; prosternum surmontant les hanches, plan et 
lisse, à peine rugueux au milieu, dessous presque glabre, a peine villeux, la villosité 
très courte, très éparse et peu sensible à Vceil nu. Dans ce genre viennent se ranger : 
aurata Fab., propinqua Saund., armata Kerr., viridipennis et auricauda S&und. , 
cuneafaH&r., aurovittata Saund. et brunneipennisYaXrm., propres à l'Afrique inter- 
tropicale. J'estime qu'il y a lieu de réunir les Chr. aurata Fab. et elongata Oliv. ; je 
possède deux exemplaires types de cette dernière espèce qui ne m'offrent aucune 
différence avec ce que l'on trouve dans toutes les collections souslenomd'aw/'^rtFabr. 



104 

Troncature de l'épaule inerme. . . . Chrysochroa Sol. 
7. Troncature de l'épaule armée d'une petite dent. 

Catoxantha Sol. 

Groupe 2. — Chalcophorites. 

Premier article des tarses postérieurs plus long que le deuxième; 
écusson petit, punctiforme; pores antennaires variables, le plus 
souvent diffus sur les deux faces des articles ('). 

1. Pores antennaires nus • . . . .2. 

Pores antennaires villeux Euchroma Sol. 

2. Yeux très obliques et rapprochés en dessus 3. 

Yeux à peine obliques, faiblement rapprochés en dessus. 9. 

3. Tarses plus ou moins déprimés 4. 

Tarses comprimés Pelecopselaphus Sol. 

4. Elytres à peine plus larges que le pronotum ; corps allongé. 5. 
Elytres élargis à l'épaule, corps écourté, triangulaire. . 7. 

5. Bords postérieurs des elytres finement crénelés ... 6. 
Bords postérieurs des elytres fortement dentelés. 

Chrysesthes Sol. 

6. Crochets des tarses normaux; elytres présentant des 

côtes *Agaeocera Waterh. ( a ). 

Crochets des tarses dilatés; elytres sans côtes. 

*Mixochlorus Waterh. 

7. Front médiocrement concave et rugueux 8. 

Front très concave, profondément sillonné au milieu. 

Epidelus H. Deyr. 

8. Tête plane sur le front et l'occiput, parcourue en 

arrière du front par un court sillon. 

*Asemochrysus H. Deyr. 
Front uni, rugueux, non sillonné . . . Evides Thoms. 

9. Marge antérieure du prosternum unie 10. 

Marge antérieure du prosternum bordée d'un bour- 
relet 14. 

10. Bord supérieur des cavités antennaires court et oblique 11. 
Bord supérieur des cavités antennaires allongé, 

(') Les articles porifères, bien qu'affectant dans la plupart des cas l'apparence 
spongieuse qui se remarque dans le groupe qui précède, laissent voir en outre une 
ou plusieurs fossettes, inférieures ou supérieures, disposées très irrégulièrement et 
qui ne peuvent servir à l'établissement des coupes génériques sauf pour quelques cas 
spéciaux, comme par exemple, le genre Evides qui a les articles des antennes 
porifères le long de leur marge externe, les deux faces restant lisses et seulement 
ponctuées. 

(-) Les noms précédés d'un astérisque sont ceux des genres qui me sont inconnus 
en nature et que j'ai dû classer suivant les caractères donnés par les auteurs. 



105 

transversal et séparant presqu'entièrement le front 

de l'ëpistome Hippomelas Cast. et Gory( J ). 

11. Antennes dentées à partir du quatrième article . . . 12. 
Antennes dentées à partir du troisième article. 

Scaptelytra nov. gen.(*). 

12. Prosternum sillonné longitudinalement 13. 

Prosternum uni Halecia Cast. et Gory( 3 ) 

13. Écusson carré .... Hypoprasis Fairm. et Germ. 
Écusson nul. *Trachykele Mars. 

14. Marge antérieure du prosternum légèrement inflé- 

chie sur les côtés 15. 

Marge antérieure du prosternum très échancrée au 
milieu et saillante de chaque côté 23. 

15. Tarses concolores 16. 

Tarses testacés au jaune clair. Pseudochrysodema Saund. 

16. Prosternum uni 17. 

Prosternum sillonné et rugueux 19. 

1 7. Le troisième article des antennes semblable au quatrième 18. 
Le troisième article des antennes globulaire et sem- 
blable au deuxième Parataenia Kerr. 

18. Tibias antérieurs courbes à la base et carénés exté- 

rieurement *Aprosopus H. Deyr. 

Tibias antérieurs normeaux . . . Iridotaenia H. Deyr. 

19. Pronotum silonné longitudinalement 20. 

Pronotum caréné longitudinalement 

Ohrysodema Cast, et Gory. 

20. Antennes médiocrement allongées, leur extrémité 

n'atteignant pas la base du pronotum 21. 

Antennes allongées, leur extrémité atteignant au 
moins la base du pronotum 22. 

21. Ecusson situé à une certaine distance du pronotum. 

*Periorisma H. Deyr. 
Ecusson touchant le pronotum . . . Chalcophora Sol. 

22. Pronotum rugueux et convexe . . Chalcotaenia H. Deyr. 
Pronotum plan, profondément sillonné au milieu. 

Chalcophoropsis Thoms. 

23. Métasternum et abdomen normaux; tarses testacés, 

leurs crochets métalliques 24. 

(') Gyascutus Le Conte, ne me paraît pas pouvoir être séparé des Hippomelas . 

(-) Scaptelytra (H. Deyr. mss.), nov. gen. —Antennes dentées à partir du 
troisième article, le deuxième presqtï aussi long que le suivant; prosternum à peine 
sillonné; marge antérieure des hanches postérieures sinueuse, pronotum sillonné 
longitudinalement au milieu; élytres bordés d'un large sillon latéral, longeant la marge 
extérieure à une certaine distance de celle-ci : sulphureovittata Fahreus. 

( 5 ) Acantha Cast. et Gory. 



106 

Métasternum ou abdomen anormal 25. 

24. Écusson touchant le pronotum . . . Paracupta H. Deyr. 
Écusson situé à une certaine distance du pronotum. 

*Callistroma Fairm. 

25. Métasternum saillant; pas de plaque au milieu du 

premier segment abdominal ; tarses testacés. 

Pleiona H. Deyr. 
Métasternum plan; une plaque saillante au milieu du 
premier segment abdominal; tarses obscurs. 

Cyphogastra H. Deyr. 

Groupe 3. — Psilopterites. 

Premier article des tarses postérieurs aussi court que le sui- 
vant ; écusson médiocre ; pores antennaires variables, jamais 
uniquement concentrés dans une fossette, le plus souvent diffus 
sur les deux faces des articles et concentrés en outre dans une ou 
plusieurs fossettes situées sur la face inférieure des articles; cavi- 
tés antennaires très grandes, ouvertes au côté interne et trian- 
gulaires. 

1. Dernier segment abdominal semblable dans les deux 

sexes 2. 

Dernier segment abdominal différent dans les deux sexes . 5. 

2. Des tubercules frontaux 3. 

Pas de tubercules frontaux .... Cyphosoma Mann.( 4 ). 

3. Tarses médiocrement larges 4. 

Tarses très élargis Capnodis Eschs. 

4. Le troisième article des antennes court et globulaire. 

Psiloptera Sol.( 2 ). 

(') Cœculus Cast. et Gory ; Phelix Mars. 

(*) Lampetis et Polybothris Spin., Œdisterna Lac. ; Monosacra et Damar- 
sila Thoms. — Le genre Psiloptera nécessite des subdivisions difficiles à établir. Si 
l'on ne devait tenir compte que de l'habitat, il serait facile de le répartir en espèces 
américaines {Psiloptera), cosmopolites [Lampetis) , africaines (Damarsila, Œdisterna, 
Monosacra) et malgaches (Polybothris) ; mais si l'on examine la marge antérieure du 
prosternum des espèces de ce dernier groupe, caractère qui a servi de base à 
M. J. Thomson pour la création de ses sous genres, on sera bien embarrassé de 
laisser certaines espèces dans le groupe malgache, qui constitue le genre Polybothris, 
dont les espèces ne me paraissent être que des Psiloptera, sans que rien vienne les en 
distinguer. Les caractères, très vagues, qui limitent les Polybothris : élytres plus ou 
moins dilatés, amples ou foliacés ; abdomen très souvent laminé, ne peuvent servir de 
base à l'établissement d'un genre aussi polymorphe, et bien que toute classification 
soit une question déplus ou moins, je laisserai provisoirement dan6 le genre Psilo- 
ptera lesLampetis, les Damarsila, les Œdisterna, les Monosacra et les Polybothris, 
dont les noms peuvent être maintenus pour distingner certaines coupes ou sous- 
genres, assez difficiles à délimiter d'une façon absolue, si l'on en excepte les 
Psiloptera vrais et peut-être les Œdisterna, ces derniers offrant une certaine cons- 
tance dans le faciès et les premiers ayant une saillie prosternale antérieure très 
caractéristique. 



107 

Le troisième article des antennes allongé. *Chalcoplia Thoms. 
5. Dernier segment abdominal du çf échancré à l'ex- 
trémité Latipalpis Sol. 

Dernier segment abdominal du $ tronqué à l'ex- 
trémité Perotis Spin.('). 

Tribu IL — SPHENOPTERINI( 2 ). 
Cavité sternale formée dans son fond par le métasternum et 
latéralement par le mésosternum ; épimères métathoraciques 
découvertes; pores antennaires concentrés dans une fossette 
terminale; hanches postérieures presque contiguës, dilatées inté- 
rieurement, coupées extérieurement par le prolongement latéral de 
l'abdomen, leur marge antérieure presque droite, leur marge 
postérieure oblique sur les côtés et tronquée en avant; écusson 
large et acuminé en arrière; menton grand, triangulaire; cavités 
antennaires très grandes, triangulaires et terminales. 

1. Écusson acuminé à l'extrémité 2. 

Écusson tronqué à l'extrémité . . . Strobilodera Fairm. 

2. Articles des antennes d'aspect spongieux. *Armenosoma Wat. 
Articles des antennes lisses. . . . Sphenoptera Sol( 3 ). 

Tribu III. = BUPRESTINI. 

Cavité sternale formée dans son fond par le métasternum et 
latéralement par le mésosternum ; épimères métathoraciques 
découvertes; pores antennaires concentrés dans une fossette sur 
chaque article; écusson nul où très petit, rarement élargi ou 
acuminé en arrière ; menton très transversal, arrondi en avant. 

Premier article des tarses postérieurs sensiblement plus long 
que le deuxième ; écusson variable .... 1. Dicercites. 

Premier article des tarses postérieurs sensiblement 
plus long que le deuxième; écusson nul ou très petit. 

2. Buprestites. 

Groupe 1. — Dicercites. 

1. Écusson grand ; prosternum saillant entre les hanches. . 2. 
Écusson médiocre, transversal ou arrondi ; proster- 
num aplani 3. 

(') Aurigena Cast. et Gory. 

( 2 ) La forme des cavités antennaires et celle des hanches postérieures rapprochent 
les Sphenoptermi des Psiloplcrini; leur place me paraît être ici plus naturelle, eu 
égard à ces caractères, qu'entre les A cmxodermi et les Chrysobothrini, avec lesquels 
ils n'ont qu'une parenté douteuse. Ils me semblent plutôt former un trait d'union 
entre les Psilopterini et les Dicercites, dont certaines espèces rappellent, par le 
faciès, plusieurs formes asiatiques du genre Sphenoptera. 

( 5 ) Evagora Cast. et Gory (Pars). 



108 

2. Écussoncordiforme, aussi large que long. Cardiaspis Saund. 
Écusson triangulaire, allongé. *Pseudhyperanth.a Saund. 

3. Élytres avec des impressions ou des fossettes tomen- 

teuses ; les interstries non interrompues par des 

plaques lisses 4. 

Élytres sans impressions ni fossettes tomenteuses ; les 

interstries offrant souvent des plaques lisses. ... 5. 

4. Élytres tronqués à l'extrémité. Dicercomorpha H. Deyr. 
Élytres arrondis à l'extrémité; leurs bords postérieurs 

dentelés Chalcopœcila Thoms. 

5. Pronotum à peine sillonné au milieu 6. 

Pronotum largement déprimé au milieu Ectinogonia Sol. 

6. Écusson transversal, tronqué en arrière; élytres à 

peine acuminés au sommet 7. 

Écusson petit, arrondi ; élytres très accuminés au 

sommet Dicerca Eschs. ( f ). 

7. Métasternum et premier segment abdominal sillonnés. 

Pœcilonota Eschs. 
Métasternum et premier segment abdominal non 

sillonnés Lampra Lac. 

Groupe 2. — Buprestites. 

1. Écusson invisible ou à peine apparent 2. 

Écusson visible . 5. 

2. Front sillonné ou caréné 3. 

Front uni et convexe 4. 

3. Front caréné Cyria Sol. 

Front concave, rugueux et sillonné. . Epistomentis Sol. 

4. Pronotum droit sur les côtés, à peine convexe en dessus. 

Diadoxus Thoms. 
Pronotum arrondi sur les côtés, plan en dessus. 

Bulis Cast. et Gory. 

5. Fossettes porifères des antennes inférieures 6. 

Fossettes porifères des antennes terminales 10. 

6. Pronotum tronqué à la base 7. 

Pronotum sinué à la base 8. 

7. Élytres atténués et arrondis àl'extrémité. Nascio Cast. et Gory. 
Élytres bidentés à l'extrémité. *Pterobothris Fairm. etGerm. 

8. Élytres épineux à l'extrémité, les épines divergentes 

et recourbées en dehors . . . Astrseus Cast. et Gory. 
Élytres tronquées et faiblement épineux au sommet . . 9. 

9. Écusson petit, arrondi ou subcarré . . Buprestis Linné ( 2 ). 

(') Stenuris Kirby ; Arûante Gistl. 

(*) Ancylocheira Eschs. ; Anoplis Kirb. 



109 

Ecusson transversal, élargi et arrondi au sommet. 

Eurythyrea Sol. 

10. Antennes insérées à la base et contre les yeux . . . 11. 
Antennes insérées sur le front, à une certaine 

distance des yeux Philanthaxia H. Deyr. 

11. Pronotum faiblement sinué à la base 12. 

Pronotum tronqué à la base . . . Cynira Cast. et Gory. 

12. Premier article des tarses postérieurs à peine plus 

long que le suivant 13. 

Premier article des tarses postérieurs aussi long que 
les deux suivants réunis .... *Peronsemis Wat. 

13. Antennes dentées à partir du quatrième article ... 14. 
Antennes dentées à partir du sixième article. 

Euryspilus Lac. 

14. Corps cylindrique; pronotum allongé, convexe. 

Bubastes Cast. et Gory. 
Corps parallèle, allongé; pronotum carré, transversal. 

'Isophœnus Wat. 

Tribu IV. — ANTHAXINI. 

Cavité sternale formée dans son fond par le métasternum et 
latéralement parle mésosternum; épimères métathoraciques recou- 
vertes en partie par le prolongement latéral de l'abdomen; front 
non rétréci à l'insertion des antennes; yeux à peine rapprochés, 
parfois distants sur le vertex ; plaques des hanches postérieures 
distinctement dilatées intérieurement. 

1. Tête plane ou légèrement convexe . ........ 2. 

Tête concave ou longitudinalement excavée 21. 

2. Cavités antennaires terminales, recouvertes 3. 

Cavités antennaires petites, arrondies et découvertes . . 8. 

3. Élytres inermes sur les côtés postérieurs; fortement 

bidentés au sommet 4. 

Élytres dentés sur les côtés postérieurs 5. 

4. Pronotum tronqué à la base .... Aglaostola Thoms. 
Pronotum fortement bisinué à la base. *Exagistus H. Deyr. 

5. Dernier segment abdominal bidenté 6. 

Dernier segment abdominal arrondi et inerme. 

Torresita Thoms. 

6. Écusson, transversal, tronqué à la base, arrondi au 

sommet 7. 

Écusson petit Melobasis Cast. et Gory. 

ANNALES DE LA »0C. BNTOM. DE BELGIQUE, T. XXXV11. 10 



110 

7. Dentelure marginale de la moitié postérieure des ély- 

tres médiocie Briseis nov. gen.('). 

Dentelure marginale de la moitié postérieure des 
éljtres très prononcée. . . . *Diceropygus H. Deyr. 

8. Pronotum distinctement bisinué à la base 9. 

Pronotum tronqué à la base 14. 

9. Cavités antennaires largement closes en avant . . . 10. 
Cavités antennaires très étroitement closes en avant. . 11. 

10. Antennes ilabellées chez le mâle . . *Xenorhipis Le C. 
Antennes semblables dans les deux sexes. Phaenops Lac. 

11. Fémurs antérieurs semblables dans les deux sexes . . 12. 
Fémurs antérieurs dentés chez le mâle. Merimna Thoms. 

12. Prosternum sans mentonnière ........ 13. 

Prosternum muni d'une mentonnière. *Kisanthobia Mars. 

13. Élytres recouvrant le pygidium . Melanophila Eschs. ( 2 ). 
Elytres écourtés, laissant le pygidium à découvert. 

*Tetragonoschema Thoms. 

14. Côtés postérieurs du pronotum arrondis 15. 

Côtés postérieurs du pronotum droits 16. 

15. Soudure du premier et du deuxième segment ab- 

dominal invisible Notographus Thoms. ( 3 ) 

Soudure du premier et du deuxième segment abdo- 
minal visible . Anilara Thoms. 

16. Elytres non dentés sur les côtés postérieurs .... 17. 
Élytres dentés sur les côtés postérieurs. 

Chalcogenia Thoms. 

17. Pronotum arrondi et élargi sur le milieu des côtés . . 18. 
Pronotum atténué au sommet et élargi à la base. 

Aristosoma Thoms. 

18. Menton non acuminé au milieu • 19. 

Menton accuminé au milieu. 

Trigonogenium Gemm. et Har. {") 

(') Bkiseis (LaFerté mss) nov. gen. — Tête plane, vertex sillonné; antennes à 
article 1 allongé, 2 court, globulaire, 3 aplani et allongé, les suivants transversaux, 
aplanis et dentés; les pores antennaires agglomérés sur la tranche externe des 
articles. Pronotum trapézoïdal; la marge antérieure sinueuse, son lobe médian 
large et arrondi; la base bisinuée. Écusson semicirculaire, transversal. Élytres 
striés, les stries ponctuées, séparément arrondis et dentelés à l'extrémité. Pros- 
ternum uni, large, trifide à l'extrémité. Dernier segment abdominal échancré au 
sommet et armé de deux épines latérales. Premier article des tarses postérieurs 
aussi long que les trois suivants réunis. 

Melobasts conica Cast. et Gory, d'Australie. 

I 2 ) Apatura Cast. et Gory ; Trachypteris et Oxïpteris Kirb. 

( s ) Notograptus Mac Leay. 

(*) Trigonophorus Sol. 



111 

19. Dernier segment abdominal arrondi à l'extrémité . . 20. 
Dernier segment abdominal échancré.' *Pachypyga Steinh. 

20. Fémurs des mâles renflés Cratomerus Sol. 

Fémurs des mâles non renflés .... Anthaxia Eschs. 

21. Élytres non dentés sur les côtés posiérieurs. 

NeocurisBlackb. 
Élytres dentés sur les côtés postérieurs. 

Curis Cast. et Gory ('). 

Tribu V. — CHRYSOBOTHRINI. 

Cavité sternale formée dans son fond parle métasternum et laté- 
ralement par le mésosternum ; épimères métathoraciques recou- 
vertes en partie par le prolongement latéral de l'abdomen ; front 
rétréci à l'insertion des antennes; yeux très rapprochés sur le vertex. 

Troisième article des tarses profondément échancré et terminé 
par deux longues épines 1. Actenodites. 

Troisième article des tarses inerme, ses côtés ne 
dépassant pas le quatrième .... 2. Chry sobothrites. 

Groupe 1. — Actenodites. 

1. Écusson médiocre, triangulaire 2. 

Écusson très allongé et fortement acuminé en 

arrière Belionota Eschs. 

2. Le premier article des tarses médians et postérieurs 

semblable aux suivants 3. 

Le premier article des tarses médians et postérieurs 

aussi long que les suivants réunis PseucLactenodes Kerr. 

3. Armature du troisième article des tarses divergente . . 4. 
Armature du troisième article des tarses parallèle. 

*Chalcangium Wat. 

4. Fémurs antérieurs inermes . Megactenodes nov. gen.( 2 ). 
Fémurs antérieurs dentés Actenodes Lac. 

( 4 ) Cylindrophora Sol. 

( * ) Je fonde ce genre aux dépens des Actenodes pour une série d"espèces africaines 
dont le jades rappelle celui des Belionota, et qui se distingue de ce dernier genre 
par V écusson toujours 'petit et triangulaire et par des différences sexuelles t'-ès mar- 
quées, caractère qui ne se retrouve jamais chez les Belionota dont il est très difficile 
de reconnaître les o* des $. Le genre Actenodes ne serait donc plus représenté, en 
Afrique, sauf dans l'île de Madagascar, toutes ses autres espèces se trouvant dans 
l'Amérique du Sud et au Mexique. Les espèces actuellement connues du genre 
Megactenodes sont : reticulata Klug., punctata Silo, (levior Qued.), Westermanni 
C.G. {Bokemanni Fâhr.), laticomis C. et G., tenuecostata Qued., ebenina Qued.; 
et chrysifrons Qued. Une prochaine étude des Chrysobothrides africaines donnera 
les caractères détaillés de ce genre. 



112 

Groupe 2. — Chrysobothrites. 

Trois ou quatre lamelles distinctes aux tarses antérieurs, trois 
aux tarses postérieurs ; 

Fémurs antérieurs inermes .... Colobogaster Sol. 
Fémurs antérieurs dentés. . . . Chrysobothris Eschs. 

Tribu VI. — THRINCOPYGINI. 

Cavité sternale formée en entier par le mésosternum ; hanches 
postérieures dilatées intérieurement; pores antennaires diffus sur 
la face inférieure des articles ; 

Thrincopyge Le C. 

Tribu VII. — SCHIZOPINI. 

Cavité sternale formée en entier par le mésosternum ; hanches 
postérieures peu dilatées intérieurement; pièces latérales du 
métathorax très larges. 

Antennes amincies, presque filiformes . . *Dystaxia Le C. 
Antennes ayant les articles 5-10 triangulaires. 

Schizopus Le C. 

Tribu VIII. — ACM^EODERINI. 

Cavité sternale formée en entier par le mésosternum; hanches 
postérieures peu dilatées intérieurement; pièces latérales du méta- 
thorax étroites, parfois cachées en tout ou en partie par les épi- 
pleures des élytres; pores antennaires concentrés dans une fos- 
sette sur chaque article; tarses peu élargis. 

Crochets des tarses simples . . . . 1. Polycestites. 
Crochets des tarses dentés .... 2. Acmaeoderites. 

Groupe 1. — Polycestites. 

1. Écusson touchant le pronotum 2. 

Écusson situé à une certaine distance du pronotum. 

Acherusia Cast. et Gory. 

2. Fossettes porifères inférieures 3. 

Fossettes porifères terminales 4. 

3. Élytres inermes Prospheres Thoms. 

Élytres dentés sur les bords postérieurs. Blepharum Thoms. 

4. Pronotum bilobé à la base 5. 

Pronotum tronqué Chrysophana Le C. 

5. Prosternum anguleux ou arrondi au sommet .... 6. 
Prosternum trilobé au sommet . . . *Pasiphae Thoms. 



113 

6. Yeux saillants, tête plus large que le sommet du pronotum 7. 
Tête normale, de la largeur du pronotum à son sommet 8. 

7. Corps allongé, parallèle et linéaire . *Phrixia H. Deyr. 
Élytres plus larges que le pronotum à la base. 

Paraphrixia nov. gen. ('). 

8. Base des élytres et du pronotum séparément arrondie 

sur les côtés. . . . , 9. 

Base des élytres et du pronotum juxtaposées . . . .10. 

9. Antennes dentées à partir du sixième article. 

*Tylauchenia Burm. (*), 
Antennes dentées à partir du cinquième article. 

Polycesta Sol. ( s ). 

10. Élytres inermes au sommet 11. 

Élytres pluridentés au sommet 12. 

11. Prosternum très court, arrondi au sommet. 

Julodimorpha Thoms. 
Prosternum allongé, accuminé au sommet. 

Microcastalia Heller. 

12. Élytres présentant des côtes élevées. Castalia Cast. et Gory. 
Élytres unis, ponctués, sans côtes. *Xenopsis Saund. 

Groupe 2. — Acmaeoderites. 

1 . Épisternummétasternalrecouvertparlesépipleuresélytrales2. 
Épisternum métasternal visible 6. 

2. Pronotum inégal, bossue, sillonné et caréné 3. 

Pronotum normal, uni, finement ponctué 4. 

3. Tibias élargis et tranchants en dehors Xyroscelis Thoms. 
Tibias normaux Notomorpha Thoms. 

4. Premier article des tarses postérieurs à peine plus 

long que le deuxième 5. 

Premier article des tarses postérieurs sensiblement 
plus long que le deuxième Ptosima Sol. 

5. Bord postérieur du deuxième segment abdominal 

anguleux au milieu *Acylotela Waterh. 

(') M. Edw. Saunders fonde ce genre (Cat. Bupr., 1871, p. 46), mais sans le 
caractériser, pour une espèce de l'île Maurice très anciennement connue, le Bupr. 
purpureus Oliv., qu'il range parmi les Anthaxides. La forme et le mode d'insertion 
du prosternum ne permettent pas de l'y laisser. Voici les principaux caractères de 
ce genr j -.front légèrement convexe, vertex faiblement sillonné; cavités antennaires 
terminales; antennes dentées à partir du 3 e article ; fossettes porifères terminales ; 
pronotum bilobé à la base ; prosternum très aigu au sommet; cavité mésosternale pro- 
fonde ; fémurs renflés; crochets des tarses non dentés, mais lobés à la base ; élytres 
fortement bidentés au sommet. 

(*) Ocypetes Thoms. 

( s ) Nemaphorus Sol, 



114 

Bord postérieur du deuxième segment abdominal 

arrondi au milieu Tyndaris Thoms. 

6. Yeux distants en dessus 7. 

Yeux parallèles 8. 

7. Articles des tarses subégaux . . . *Hilarotes Thoms. 
Premier article des tarses aussi long que les trois 

suivants réunis *Sponsor Cast. et Gory. 

8. ÉJcusson visible Polyctesis Mars. 

Écusson invisible Acmaeoclera Eschs. 

Tribu IX. — JULODINI. 

Cavité sternale formée en entier par le mésosternum ; hanches 
postérieures peu dilatées intérieurement; pores antennaires diffus 
sur les deux faces des articles et couverts d'une pubescence 
soyeuse ; tarses très élargis, leurs articles rectangulaires ; écus- 
son invisible. 

1. Crochets des tarses lobés à la base 2. 

Crochets des tarses simples . . . Amblysterna Thoms. 

2. Pas de saillie sternale Julodis Eschs. (') 

Une forte saillie sternale Sternocera Eschs. 

Tribu X. — STIGMODERINI. 

Cavité sternale formée presqu'en entier par le métasternum ; 
branches latérales du mésosternum très courtes ; front non rétréci 
à l'insertion des antennes ; cavités antennaires petites et situées 
près des yeux. 

1. Antennes dentées à partir du 4 e article 2. 

Antennes dentées à partir du 5 e article 7. 

2. Fossettes porifères terminales 2. 

Fossettes porifères internes. . . Calodema Cast. et Gory. 

3. Prosternum bombé, saillant à sa partie antérieure. . . 4. 
Prosternum plan ou très légèrement convexe .... 5. 

4. Saillie prosternale conique. . *Metaxymorpha Parry( 2 ). 
Saillie prosternale arrondie .... Conognatha Esch. 

5. Antennes plus larges au milieu qu'à leur extrémité, 

le dernier article sensiblement plus petit que les 

précédents 6. 

Antennes normales Pithiscus Sol. 

6. Crochets des tarses lobés à la base. . Temognatha Sol. 
Crochets des tarses simples . . . Stigmodera Eschs ( s ). 

(*) Saccosoma Motsch. 
(') Semnopharus Poil. 
{*) Castiarina Cast. et Gory. 



115 

7. Élytres brusquement lobés à la base des épipleures ... 8 
Élytres peu ou à peine lobés à la base des épipleures 

Hyper antha Mann. 

8. Article premier des tarses postérieurs aussi long que 

les deux suivants réunis. . . . Zemina Cast. et Gory. 
Article premier des tarses postérieurs semblable 

au suivant Dactylozodes Chev. 

Tribu XI. — MASTOGENINI. 

Cavité sternale formée en entier par le métasternum ; mésoster- 
num peu visible ; plaques des hanches postérieures peu dilatées 
intérieurement; épimères métathoraciques découvertes; crochets 
des tarses largement dentés. 

1. Yeux légèrement rapprochés en dessus 2. 

Yeux distants en dessus Mastogenius Sol.('). 

2. Antennes dentées à partir du cinquième article. 

Exœsthetus Wat. 
Antennes dentées à partir du quatrième article. 

Micrasta nov. gen. ( 2 ). 

(') Haplost^tus Le C. 

(-) Micrasta nov. gen. — Cavités antennaires petites, insérées près de la partie 
inférieure des yeux. Antennes courtes, atteignant à peine la moitié de la marge du 
pronotum, les deux premiers articles subégaux, assez élargis, le troisième cylin- 
drique, aminci, aussi long que le deuxième, les suivants subégaux entre eux, épais, 
triangulaires avec l'angle extérieur arrondi. Front légèrement convexe et faiblement 
sillonné. Pronotum très grand et très convexe, fortement rebordé latéralement, la 
marge antérieure à peine échancrée, la postérieure tronquée. Écusson triangulaire, 
aussi large que long. Élytres subparallèles très convexes, tronqués à la base, la 
marge latérale droite, l'extrémité arrondie. Prosternum plan, tronqué au sommet, 
son extrémité venant s'adapter contre le métasternum ; branches mésosternales 
invisibles ; sutures épisternales droites ; épisternum prosternai triangulaire. Hanches 
médianes et antérieures presque oontiguës ; hanches postérieures obliques, rectan- 
gulaires, à peine dilatées intérieurement Soudure des deux premiers segments 
abdominaux invisible, ces deux segments n'en paraissant former qu'un, aussi large 
à lui seul que les trois suivants réunis ; le dernier faiblement échancré à l'extrémité. 
Fémurs légèrement renflés, fusiformes ; tibias droits ; tarses courts, leurs crochets 
lobés à la base. 

Genre aberrant dont le faciès rappelle les espèces du genre Meligethes Kirby . 

M. typica nov. sp. — Niger, nitida tenuissime pundata; thorace globoso, punc- 
tato, lateribus anlicis rotundati-, posticis rectis; elytns adbasin transversim sulcahs, 
apice separatim rotundatis, margine laterali elevata Subtus pundata. —Long., 2,5 ; 
lat., 1 mm. — Du Mexique. 

M. cyanipennis nov. sp. — Niger, nitida, tenuissime pundata, elytris cœruleis ; 
tho ace globoso, punctato, lateribus anticis rotundatis, posticis redis ; elytris convexis, 
punctatis, ad basin utrinque transversim sulc^ tis, apice sinuatis et unispinosis. 
Subtus pundata- — Long., t i/i ; lat., 1 mm. — Du Mexique. 

M. amplithorax nov. sp. — Nitida, pundata, nigro aenea, elytris nigerrimis, 
ad basin subcyaneis; thorace maximo, conoexo, ad latera rotundato ; elytns convexis, 
punctatis, ad basin transversim sulcatis ; apice subsinuatis, longe suturant ad apicent 
tulcatis ; subtus pundata, — Long., 3 ; lat., 1 mm. — Du Mexique. 



116 



Tribu XII. — AGRILINI. 



Cavité sternale formée presqu'en entier par le métasternum ; 
branches latérales du mésosternum très courtes ; front rétréci à 
l'insertion des antennes ; cavités antennaires grandes et situées à 
une notable distance des yeux; hanches médianes non écartées ; 
marge antérieure des hanches postérieures très concave, leurs 
branches latérales remontant entre les côtés du métathorax et le 
prolongement latéral de l'abdomen ; tarses plus ou moins écourtés. 

1. Crochets des tarses dentés on appendiculés 2. 

Crochets des tarses simples. . . . Discoderes Chev. ('). 

2. Menton découvert ( 2 ) 3. 

Menton caché par le prolongement antérieur du pros- 
ternum , 22. 

3. Marge antérieure du prosternum droite ou faiblement 

émarginée 4. 

Marge antérieure du prosternum sensiblement émar- 
ginée au milieu, lobée sur les côtés 18. 

4. Joues inermes 5. 

Joues armées d'une forte épine saillante 9. 

5. Pronotum et ély très entièrement juxtaposés à la base. . 6. 
Pronotum et élytres séparément arrondis sur les côtés 

à la base 8. 

6. Antennes peu allongées .... Ethon Cast. et Gory. 
Antennes robustes, allongées . . Eupristocerus H. Deyr. 

7. Tibias antérieurs et médians recourbés 7. 

M. m eligethoid.es nov. sp. — Aenea, subrugosa ', puncfata ; thorace undulatim 
lœvissime transversim striolato, convexo, ad latera antica rotundato et postica 
subrecto ; elytris granulosis et punctatis, ad basin transversim sulcatis, apice subro- 
tunditer truncatis. — Long., 3 ; lat., 1 î/imm. Du -Mexique. 

(') Jusqu'ici on avait rangé parmi les Discoderes des espèces polymorphes qu'un 
examen minutieux ne permet pas de laisser dans ce genre. Le fait d'avoir les 
crochets des tarses simples est aberrant pour les Agrilini et n'existe que chez un 
petit nombre d'espèces. Ce nom a été appliqué, par M. Chevrolat, au Disc. Salzmanm 
Sol., type du genre et convient également à Yvmpetigiosus Gory. Ce sont les deux 
seules espèces que je connaisse. Peut être, parmi celles qui ont été décrites de 
l'Afrique, y en a-t-il d'autres qui peuvent rester dans ce genre, mais quelques-unes 
doivent en être retranchées, comme on le verra par la suite. 

(*) J'emploie ces termes de préférence à ceux dont se sont servi plusieurs auteurs : 
mentonnière du prosternum absente ou présente, pour caractériser ce prolongement 
très accentué de la région antérieure du prosternum qui s'avance nettement sous les 
organes buccaux de façon à les masquer en partie (Agrilus). Si, dans ce dernier cas, 
le doute n'est pas possible, il n'en est pas de même dans certains autres, et l'on 
serait tenté de considérer également comme une mentonnière la disposition anté- 
prosternale que nous offre une grande partie des agrilini, c'est-à-dire une marge 
très courte séparée du prosternum par un sillon transversal et souvent prolongée de 
chaque côté en un lobe arrondi ou subtriangulaire, parfois très peu accentué (Cisseis, 
Evimantius), parfois.très prononcé [Melibmus) . 



117 

Tibias antérieurs droits Corydon H. Deyr. 

8. Marge antérieure du pronotum anguleusement avan- 

cée au milieu et masquant en partie la tête. 

Strigulia nov. gen.('). 
Marge antérieure du pronotum arrondie, tête 

découverte Toxoscelus H. Deyr. 

9. Des lamelles aux quatre premiers articles des tarses 

ou au moins aux trois articles intermédiaires . . . 10. 
Le quatrième article des tarses seul pourvu d'une 

lamelle Stenogaster Sol . 

10. Des lamelles aux quatre premiers articles des tarses . .11. 
Des lamelles aux articles 2, 3 et 4 seulement. 

Cyphothorax Wat. 

11. Pronotum non sillonnéau milieu ou inégal et bossue . . 12. 
Pronotum sillonné longitudinalement au milieu. 

Trypantius Wat. ( 2 ). 

12. Pronotum uni, parfois muni d'une carène latérale . . 13. 
Pronotum inégal et bossue . . . Alyssoderus H. Deyr. 

13. Deuxième article des antennes plus petit que le troisième. 1 4. 
Deuxième article des antennes épais, plus grand que 

le troisième Corsegrilus Fairm. 

14. Front uni, faiblement silonné 15. 

Front inégal, excavé ou tuberculeux 17. 

15. Antennes dentées à partir du quatrième article. . . 16. 
Antennes dentées à partir du cinquième article. 

*Neospades Blackb. 

16. Prosternum tronqué; pronotum finement crénelé sur 

les côtés Coraebus Cast. et Gory. 

Prosternum faiblement bilobé antérieurement. 

Cisseis Cast. et Gory. 

(*) Strigulia nov. gen. — Corps allongé ; front silloné, marge frontale antérieure 
bisinuée, épistome trapézoïdal : antennes dentées à partir du 5 e article, les articles 
dentés triangulaires et transversaux ; pronotum très grand, circulaire, sa marge 
antérieure fortement bisinuée, le lobe médian très aigu et masquant en partie la 
tête, les côtés arrondis, la base bisinuée; écusson triangulaire; élytres subparal- 
lèles, légèrement sinueux sur les côtés, atténués, séparément arrondis et armés de 
quelques petites dents à l'extrémité; marye antérieure du prosternum droite: 
prosternum anguleux au sommet; fémurs et tibias antérieurs et médians très 
recourbés ; tibias postérieurs ciliés sur la tranche extérieure ; tarses très courts, 
leurs articles globulaires et subégaux; crochets dentés à la base. — Str. laeerta 
nov. sp. — jEnra, nitida, subrugosa et subsquamosa ; thorace circulatim rugato, 
amplissimo ; elytris transvers im rugatis; subtus subsquamosa, abdomtnis segmentibus 
duabus primis subsjuamosis, sequentibus punctatis. — Long., 7; lat., 2 mm. — 
Borna (Congo), M. Tschoffen. 

(*) Trypanidius Waterh. (Biol. Cent. Amer., t. 3, pt. 1 (1889), p. 186). Lors de 
la création du genre, son fondateur l'avait nommé Trypantius [Trans. Ent. Soc, 
1887), p. 179) ; j'estime qu'il y a lieu de s'en tenir à ce nom, le premier en date. 



118 

Prosternum fortement bilobé antérieurement, 

Melibseus H. Deyr. 

17. Tibias postérieurs armés de deux épines vers le 

milieu de la tranche externe. Cisseoides nov. gen. ('). 
Tibias postérieurs inermes . . HypocisseisThoms. ( 2 ). 

18. Front bituberculé 19. 

Front quadrituberculé .... Phlocteis nov. gen. ( 3 ). 

19. Marge latérale du pronotum non dentée en scie . . . 20. 
Marge latérale du pronotum fortement dentée en scie. 

Amorphosoma Cast. 

20. Côtés inférieurs du pronotum non échancrés . . . .21. 
Côtés inférieurs du pronotum échancrés. 

Evimantius H. Deyr. 

21. Côtés inférieurs du pronotum droits. 

*Amorphosternus H. Deyr. 
Côtés inférieurs du pronotum subarrondis. 

Asymades nov. gen. ( 4 ). 



(') Cisseoides nov. gen. — Corps élargi et sensiblement écourté, parallèle au 
milieu, légèrement atténué aux extrémités; vertex sillonné; front profondément 
creusé et séparé du vertex par une carène oblique ; épistome fortement émarginé, 
sa partie antérieure rétrécie par les cavités antennaires qui sont très grandes et 
oblongues; antennes dentées à partir du quatrième article, leurs articles dentés 
transversaux, arrondis à l'extrémité; joues armées d'une épine saillante et épaisse: 
pronotum convexe sur le disque, aplani sur les côtés, la marge latérale sinueuse ; 
écusson élargi, cordiforme ; prosternum faiblement émarginé et transversalement 
sillonné en avant, largement arrondi en arrière; tibias postérieurs ciliés sur leur 
tranche externe dont le milieu est armé de deux dents émoussées. 

C. murlna nov. sp. — Coriacea, capite antennisque aeneis, thoracis medio subvio- 
laceo-nigro, lateribus grisei-tomentosis ; scutello aeneo; elytris nigris, subviolaceis, 
griseo variegatis, sutura apiceque aeneis, summo subdenticulato ; subtus coriacea, 
nigra, abdomine griseo tomentoso . — Long., 11; lat., 4,5 mm. — Australie (Coll. 
Chevrolat). 

(*) Maschalix Wat. 

( 8 ) Phlocteis nov. gen — Tète quadrituberculée, front sillonné; cavités anten- 
naires arrondies; antennes plus larges au milieu qu'aux extrémités, dentées à par- 
tir du cinquième article, les articles dentés transversaux, triangulaires et acuminés 
au sommet; pronotum inégal, bossue, la marge latérale échanerée à la partie posté- 
rieure; élytres aplanis au milieu, infléchis sur les côtés avec une côte médiane et 
longitudinale élevée, séparément arrondis à l'extrémité; prosternum fortement 
émarginé et transversalement sillonné en avant, anguleusement acuminé en 
arrière; fémurs et tibias droits; tibias postérieurs ciliés sur leur tranche externe; 
tarses légèrement comprimés; crochets des tarses dentés à la base. 

Le Disc, exasperatus Schonh et les espèces affines rentrent dans cette nouvelle 
coupe générique. 

(') Asymadks nov. gen. — Tète faiblement tuberculée; front sillonné ; cavités 
antennaires petites ; épistome émarginé ; antennes dentées à partir du deuxième 
article, les a-ticles presque égaux, subglobulaires et légèrement transversaux ; 
joues armées d'une forte épine ; pronotum inégal, bossue, bombé sur le disque, 
déprimé et caréné sur les côtés ; élytres convexes, allongés, séparément arrondis à 
l'extrémité ; prosternum court, émarginé et sillonné antérieurement, arrondi au 
sommet ; tibias postérieurs ciliés ; crochets des tarses dentés. 



119 

22. Cavité sternale de grandeur normale ...... 23. 

Cavité sternale profonde, fortement prolongée en 

arrière des cavités cotyloides intermédiaires. 

Paragrilus Saund. ('). 

23. Tibias normaux 24. 

Tibias élargis et tranchants en dehors, sillonnés en 

dedans pour loger le tarse au repos. 

Cryptodactylus H. Deyr. 

24. Fémurs postérieurs renflés 25. 

Fémurs postérieurs non renflés, tibias non ciliés au milieu. 26. 

25. Fémurs postérieurs d'un rouge métallique, non dentés. 

Pseudagrilus Càst. 
Fémurs postérieurs armés en dessous d'une petite dent. 

Sambus H. Deyr. 

26. Premier article des tarses postérieurs court, à peine 

plus long que le suivant 27. 

Premier article des tarses postérieurs très allongé . . 34. 

27. Antennes libres au repos 28. 

Antennes reçues au repos dans des sillons latéraux 

du prothorax 33. 

28. Tarses postérieurs courts, légèrement déprimés . . . 29. 
Tarses postérieurs allongés, subcomprimés . . . . 30. 

29. Écusson petit, triangulaire . . Polyonychus Chev. ( 2 ). 
Ecussonencarréarrondi, prolongé en pointe en arrière. 

Pareumerus H. Deyr. 

30. Ely très convexes, élargis au tiers supérieur . . . . 31. 
Elytres plans, presque parallèles, graduellement 

amincis à partir de la base. . Chloricallanov. gen. ( 3 ). 

A. transvalensis nov. sp. — Elongatus, supra convexus ; capite thoraceque 
aenescenti aureo fomentons ; elytris nigris, undulatim allido fasciatis rufo variegatis, 
subfus cyaneoniger ; capite sulcato, vertice bituberculato ; thorace antice lobato, 
postice valde sinuato, lobo medio lato producto et sinuato ; latenbus rotundatis et 
crenulatis, disco elevato, inxquali et tuberculato ; elytris utrinque longitudinaliter 
vage bicostatis, apice separatim rotun/at/s et levissime denticulatis ; prosterno 
xnescenti aureo tomentoso. Subus punctatus, brevisstme griseo tomentosus . — 
Long,, 14; lat., 4,5 mm. — Transvaal. 

(') Clinocera H. Deyr. 

(*) Je crois utile de maintenir ce genre, établi par Chevrolat, pour les espèces qui 
suivent, rangées jusqu'ici parmi les Discoderes • tricolor Saund., mucidus Chev., 
nigropictus Cast. et Gory, proximus Kerr., et les formes affines qui me sont 
inconnues. 

(*) Chloricalla nov. gen. — Tète fortement excavée entre les yeux, cavités 
antennaires arrondies, grandes, presque contiguës ; épistome uniquement formé, 
sur les côtés, par les bords abruptes des cavités antennaires ; antennes courtes, le 
premier article épaissi, allongé ; le deuxième, plus long que le premier, cylindrique 
et aussi long que les deux suivants réunis, le troisième allongé, obconique, les 



120 

31. Écusson triangulaire 32. 

Écusson cordiforme. . . . Eumerus Cast. et Gory.('). 

32. Élytres non dentés sur les bords postérieurs *Amyia Thoms. 
Élytres dentés sur les bords postérieurs. 

*Callipyndax Waterh. 

33. Abdomen arrondi à l'extrémité. . . Rhseboscelis Chev. 
Abdomen fortement biépineux à l'extrémité. 

Geralius Har.( 2 ). 

34. Yeux séparés du front par un sillon 35. 

Yeux non séparés front par un sillon 36. 

35. Région supérieure de l'abdomen visible en dessus. 

Mychommatus Murray. 
Région supérieure de l'abdomen invisible en dessus. 

Autarchontes Waterh. 

36. Antennes robustes, les articles dentés transversaux. . 37. 
Antennes médiocres 38. 

37. Front profondément sillonné .... Engyaulus Wat. 
Front quadrituberculé .... Paradomorphus Wat. 

38. Tête inégale, sillonnée ou tuberculée ; corps plus ou 

moins aplani en dessus 39. 

Tête simple; corps cylindrique . . Paracephala Thoms. 

suivants triangulaires dentés et transversaux ; pronotum en trapèze, atténué et lobé 
au sommet, faiblement sinué à la base, les côtés presque droits, la marge latérale 
lisse ; écusson médiocre, triangulaire, tronqué à la base, très acuminé au sommet ; 
élytres allongés, à peine convexes, déprimés à la base, lobés à l'épaule, presque 
droits sur les côtés, séparément arrondis et multidentés au sommet ; prosternum 
très large en avant, sa marge antérieure très avancée et tronquée au milieu, légère- 
ment infléchie sur les côtés , le sommet arrondi, les angles intercostaux très obtus ; 
mésosternum très court ; métasternum très finement sillonné longitudinalement ; 
hanches postérieures séparées par un large lobe formé par le premier segment 
abdominal, et dont le sommet vient s'implanter dans une cavité de la pièce 
antécoxale. Soudure du premier et du deuxième segment abdominal visible 
seulement sur les côtés, ces deux segments très larges, subégaux entre eux, et 
aussi larges ensemble que les suivants réunis : dernier segment bilobé ; fémurs 
peu renflés, tibias droits, tarses courts, leurs articles subégaux ; crochets bifides. 

Chl. gratiosa, nov. sp. — Elongata, nitida, Uvissima, subtus viridi aurata, capite 
thoraceque viridibus, elytris cœruleis, ad basin splendide aureo tinctis, disco purpureo 
micanti, apice viridibus . capite profunde sulcato ; thoracts medio leviter, latertbus 
grosse et confertim punctatis; elytris regulariter punctatis, medio longitudinahter vage 
unicostatis . Subtus punctata, femoribus medio Ixvibus, vix punctalis. — Long., 22 ; 
lat., 7 mm. — Madagascar. 

Cette jolie espèce présente certaines variations quant à l'ornementation des 
élytres. En général, ceux-ci sont dorés à la base, bleu violacé sur le disque et vert 
métallique au sommet, mais ils offrent en outre quelques fossettes d'un blanc pur 
au maximum au nombre de quatre sur chaque élytre et placées en ligne droite le 
long de la suture, à égale distance de celle-ci et de la marge extérieure. 

(') E. Chryselytrius Perty. 

(*) ACANTHOPYGUS H. Deyr. 



121 

39. Éljtres saillants à l'épaule et brusquement élargis en 

spatule à l'extrémité *Omoehyseus Wat. 

Élytres non saillants â l'épaule .... Agrilus Steph. 

Trbiu XIII. — TRACHYNI. 

Cavité sternale formée presqu'en entier par le métasternum; 
branches latérales du mésosternum très courtes; front rétréci à 
l'insertion des antennes; cavités antennaires grandes et situées à 
une notable distance des yeux; hanches médianes sensiblement 
plus écartées que les hanches antérieures; marge antérieure des 
hanches postérieures peu concave; tarses très courts. 

1. Épistome plus ou moins fortement rétréci à la base . . 2. 
Épistome large, peu rétréci à la base; corps aplati, 

en carré long .... 'Anthaxomorphus H. Deyr. 

2. Antennes libres au repos, au moins à leur extrémité ; 

cette dernière parfois logée dans une simple 

dépression du pronotum 3. 

Antennes reçues au repos dans de profonds sillons 
prothoraciques 11. 

3. Corps plus ou moins allongé, mais jamais cylindrique. 4. 
Corps cylintrique, tête subsphérique. 

Cylindromorphus Kiesw. 

4. Tibias reçus au repos dans un profond sillon du fémur. 5. 
Tibias libres au repos 9. 

5. Antennes terminées en massue 6. 

Antennes non terminées en massue 7. 

6. Massue des antennes formée par les articles 5-1 1 . 

*Germarica Blackb. 
Massue des antennes formée par les articles 8-11. 

Aphanisticus Latr.('). 

7. Antennes dentées à partir du 3 e article 8. 

Antennes dentées à partir du 5 e ou du 6 e article. 

Endelus H. Deyr. 

8. Yeux écartés en dessus .... *Semianthe P'airm. 
Yeux parallèles en dessus. . . . Galbella Westw. ( 2 ). 

9. Corps cunéiforme ; tibias médians droits 10. 

Corps allongé; tibias médians recourbés. Taphrocerus Sol. 

10. Pronotum tronqué à la base . . . *Paratrachys Saund. 
Pronotum sinué à la base Trachys Fab. ( 3 ). 

(') Goniopthalma Chevr. 

(*) Janthe Mars. — Onco^ema Saund. 

( a ) Habroloma Thoms. 



122 

11. Pattes reçues au repos dans des impressions du corps. 12. 
Pattes libres au repos; tibias droits, non aplatis . . 14. 

12. Tibias non aplatis, les médians droits 13. 

Tibias aplatis, tranchants et élargis au milieu. 

Pachyscelus Sol. ('). 

13. Tibias médians droits Brachys Sol. 

Tibias médians recourbés Lius H. Deyr. 

14. Corps aplati Liopleura H. Deyr. 

Corps subcylindrique Callimicra H. Deyr. 

Appendix. 

Quelques noms de genres n'ont pas été mentionnés, dans les 
tableaux qui précèdent, pour des causes diverses, ce sont : 

Lamprocheila (H. Deyr. mss.) cité par Edw. Saunders [Cat. 
Bupr., 1871, p. 15) pour le Chrysod. Maillei Cast. etGory, de 
Chine. Espèce insuffisamment caractérisée pour pouvoir y décou- 
vrir des différences génériques et dont je n'ai pas vu le type. 

Lachesis (H. Deyr. mss ) cité par Edw. Saunders [Cat. Bupr., 
1871, p. 21), pour le Bupr. abyla Gory, du Cap de Bonne Espé- 
rance. Espèce insuffisamment caractérisée pour pouvoir y décou- 
vrir des différences génériques; le type m'est inconnu. 

Evagora Cast. et Gory. — Genre créé par les auteurs de la 
Monographie pour un groupe d'espèces qui viennent aujourd'hui 
se ranger dans d'autres coupes génériques, notamment parmi les 
Sphenoptera. 

Il ne reste à caser que YE. amorpha Cast. et Gory, que je ne 
connais que par la description et la figure, toutes deux insuffi- 
santes pour pouvoir me fixer sur la place à assigner à cette espèce 
et pour décider s'il y a lieu d'en faire un genre. 

Entomogaster (La Ferté mss.), cité par Edw. Saunders [Cat. 
Bupr., 1871, p. 102) pour Anthaxia sexpunctata Cast. et Gory, de 
Madagascar, espèce qui m'est inconnue. 

Synechocera et Alcinous H. Deyr., créés par cet auteur 
dans son tableau des Agrilides [Ann. Soc. Ent. Belge, 1864, 
p. 115), respectivement pour YAgrilus deplana Gory, d'Amboine 
et pour un Agrilus inédit d'Australie nommé nodosus par La 
Ferté. Ces espèces me sont toutes deux inconnues, et les caractères 
donnés par M. Deyrolle sont insuffisants pour fixer mon opinion 
quant à la place à leur assigner. 

(') Metomus Say. 



123 



Quelques mots sur le Groupe des DIPTÈRES EREMOCH^ETA 
de M. OstenSacken, 



MATÉRIAUX POUR UNE ÉTUDE DES LEPTIDES DE BELGIQUE, 
Y COMPRIS LES GENRES XYLOPHAGUS ET CŒNOMYIA 

par Louis Coucke. 



PREMIERE PARTIE 



I. 

QUELQUES MOTS SUR UN NOUVEL ARRANGEMENT D'UNE PARTIE 
DES DIPTÈRES ORTHORRHAPHA, PROPOSÉ PAR M. OSTEN-SACKEN. 

M. Osten-Sacken a publié en 1892 dans le Berliner Entomolog. 
Zeitschrift (Bd. XXXVII, Heft IV), une nouvelle classification 
d'une partie des Diptères Orthorrhapha. — Il y forme un groupe 
dans lequel il comprend les familles des iStratiomyidœ, Tabanidœ, 
Acanthomeridœ et Leptidx (plus Xylophagidœ) et auquel il donne 
le nom de : groupe des Eremocliœta. 

Nous allons donner quelques indications sur les idées qui ont 
amené M. Osten-Sacken à la formation de ce groupe. 

Parmi les Diptera Orthorrhapha l'ancienne classification dis- 
tingue les JVemocera et les Brachycera. M. Osten-Sacken conserve 
ces divisions. Il les caractérise par les formules suivantes : 

1 . Palpes généralement de 4 ou 5 articles, pendulaires et 

plus ou moins filiformes; antennes composées d'un 
grand nombre d'articles (plus de 6) généralement fili- 
formes (rarement pectinées) ; majorité des articles 
constituant le flagellum antennaire disposés de 
même l'un par rapport à l'autre, de forme sem- 
blable et à peu près de mêmes dimensions (le flagel- 
lum antennaire est formé par l'antenne non compris 
les 2 premiers articles basaux) .... JVemocera Latr. 

2. Palpes de 1 ou 2 articles, non pendulaires, second 

article plus ou moins en crochet, plus grand que le 
1 er qui dans ce cas ne paraît que comme un manche 
du second ; articles du flagellum antennaire non 
semblables, sauf dans des cas très rares . . Brachycera. 

Reprenant les Nemocera en particulier l'auteur les divise en 
2 grands groupes. 

Le 1 er forme un groupe naturel. Il est caractérisé par la tête 



124 

qui n'est jamais excavée en arrière de manière à présenter en 
creux la forme de la face antérieure du thorax chez les çf et par 
d'autres caractères dérivant également de la conformation de la tête. 

Ce groupe comprend les 5 grandes familles répandues dans le 
monde entier des Cecidomyidse , Mycethopliilidx, Culicidx, CMro- 
nomidx et Tipulidx. Les PsycJiodidx forment une 6 me famille 
plus petite qui vient s'y joindre. Enfin M r Osten-Sacken ajoute 
au groupe les Dixa en attendant que de nouvelles découvertes 
viennent montrer leur véritable place dans la classification. 

M. Osten-Sacken donne à ce groupe le nom de Nemocera vera 
qui en indique l'existence bien naturelle. 

Le second groupe des Nemocera comprend le restant des Nemo- 
cera, c'est à dire les 5 familles des Bibionidœ, Simulidse, Blepha- 
roceridœ, RhypMdx i , Orphenphilidœ . Ces familles ne présentent 
aucun caractère général de liaison. M. Osten-Sacken les considère 
comme les restes d'une ancienne faune. Il donne au groupe le 
nom de Nemocera anomala pour en indiquer la constitution pure- 
ment artificielle. 

Passant aux Brachycera M. Osten-Sacken y forme un premier 
groupe naturel par la réunion des Stratiomyidx, Tabanidœ, Acan- 
thome rida?, Leptidœ (plus Xylopliagidœ) . Il lui donne le nom de 
Eremoclixta. 

C'est ce groupe que nous allons examiner d'un peu plus près. 

IL 

GROUPE DES EBEMOCEMTA. 

M. Osten-Sacken caractérise comme suit le groupe des 
Eremoclixta : 

Absence de macrochxtx ; trois pelottes (pulvilli) bien dévelop- 
pées à l'extrémité des tarses ; chez les $ la tête est très 
fortement excavée.en arrière et les yeux sont très souvent com- 
posés de deux parties distinctes; l'une inférieure formée de petites 
facettes, l'autre supérieure formée de facettes plus grandes ; dans 
les 2 sexes les yeux sont souvent multicolores; la structure du 
flagellum antennaire (3 rae article des antennes) est plus variable 
ici que dans aucun autre groupe de diptères ; les tegulae (c'est à 
dire ces membranes concaves attachées au thorax près de l'aile, 
mais d'ailleurs tout à fait indépendantes de l'aile, et qu'il ne faut 
pas non plus confondre avec les balanciers) ne sont pas développés 
chez les Leptides et les Acanthomérides ; ils sont très petits chez 
les Stratiomyides. Il n'y a que chez les Tabanides qu'ils sont bien 
développés. 



125 

Le bord postérieur de l'aile, en marchant de la pointe de l'aile 
vers son point d'insertion, offre d'abord une échancrure bien 
développée, puis une première saillie courbe [alula] et ensuite une 
seconde saillie [antitegula) bien distinctes. La cellule discoïdale 
existe toujours ; elle a un axe rectiligne. Les cellules postérieures 
sont au nombre de 5 (voir sur les schémas I, II, III de la 2 e partie 
du travail les cellules comprises entre les nervures 6 et 11); parfois 
il n'en existe que 4, mais c'est alors par suite de l'oblitération par- 
tielle ou totale d'une nervure. Les jambes sont presque toujours 
lisses, dépourvues d'épines ou de dentelures. Les larves ont des 
têtes allongées, composées de plaques cornées; leurs mandibules ne 
sont pas placées directement l'une en face de l'autre, ne pouvant 
se mouvoir que dans le sens horizontal comme chez les JVemocera, 
mais elles ont une mobilité plus ou moins grande suivant la verti- 
cale, ce qui constitue un échelon intermédiaire entre les mandi- 
bules de Nemocera et les mandibules insérées à angle des larves des 
Cyclorrhapha. 

Le groupe ainsi caractérisé comprend les familles des Straiio- 
myidcE, Tabanidœ, Acantliomeridx et Leptidx. Les Stratiomyidœ 
et les LeptidcB doivent y être pris dans un sens très large, c'est à 
dire en incorporant dans chacune de ces familles quelques genres 
de l'ancienne famille des XylophagidéE . 

Dans une note publiée dans le Berliner Entomolog. Zeitsclirift, 
1882 (Bd.XXVI,HeftII),parM. Osten-Sacken, celui-ci développe 
en détail les raisons pour lesquelles il propose une réforme des 
Xylophagidx comme les comprenait Brauer dans son travail : 
Versucli einer Characteristik der Gattungen der JVotacanlhen, 
1882. 

Nous nous restreindrons aux genres représentés en Belgique. 
Nous justifierons les raisons qui nous ont poussé à ajouter à la 
famille des Leptides, comprise dans son ancien sens, les genres 
Xylophagus, Cœnomyia et pas le genre Subida. 

Nous indiquerons pour cela ce qui a conduit M. Osten-Sacken 
à séparer les Subula des Xylophagidx comme les comprenait 
Brauer, à les incorporer dans les Stratiomyid.v , et à rapprocher 
des Leptidx les genres Xglop/tagus et Cœnomyia. Ces 3 genres à 
eux seuls représentent en Belgique la famille des Xylophagides 
de Brauer. 

Considérons les familles formant le groupe des Eremochœta. 
Examinons l'espace compris entre les hanches antérieures et 
l'orifice antérieur du thorax. 

Cet espace peut présenter deux formes : 

La première forme est à peu près celle d'un triangle allongé dans 
le sens de l'axe du corps et dont les côtés sont constitués par les 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XX.WII. 1 1 



126 

hanches qui sont longues et cylindriques. — Cette forme se 
présente chez les Tabanides et les Leptides. 

La seconde forme au contraire est à peu près celle d'un trapèze 
large dont les côtés sont les hanches qui sont courtes. — Elle se 
présente chez les Stratiomyides. 

Or si nous examinons une Sufoila, nous voyons la seconde forme 
se présenter. De plus la larve de la Subula ressemble à celles de 
plusieurs Stratiomyides. — Cela conduit donc à rapprocher le 
genre Subula des Stratiomyides. 

Pour les genres Xylophagus et Cœnomyia c'est la première 
forme qui se présente, ce qui au contraire les rapproche des 
Tabanidx et Leptidœ. 

De plus l'examen des systèmes nerveux a montré que la répar- 
tition des ganglions céphaliques, thoraciques et abdominaux est 
représentée par les formules suivantes : 

iLeptis scolopacea. 
— tringaria. 
Xylophagus cinctus. Tabanidae. Stratiomyidœ . 

2 2 6 2 14-6 2 14. 

Ce fait montre la grande analogie atomique qui existe entre les 
Xylophagus et les Leptides. Il écarte toute idée de faire entrer 
les Xylophagus dans les Tabanides ou les Stratiomyides et montre 
que le genre Xylophagus est bien près des Leptides. 

Enfin pour le genre Cœnomyia nous ferons savoir qu'on a trouvé 
une espèce présentant un corps de Leptide avec des aniennes de 
Cœnomyia, ce qui raccorde naturellement le genre Cœnomyia 
à la famille des Leptides. 

Ces faits conduisaient M. Osten-Sacken en 1882: 
1° à incorporer le genre Subula dans les Slratiomyidœ ; 
2° à conclure à un grand rapprochement entre les genres Xylo- 
phagus, Cœnomyia et les Leptides. Depuis lors M. Osten-Sacken 
n'a fait qu'avancer en ce sens, puisque dans son travail de 1892, 
cité plus haut, quand il énumère les familles du groupe des Eremo- 
chœta, il n'y cite pas de famille des Xylophagidœ, mais se con- 
tente de mettre ce nom entre paranthèses après celui de Leptidse. 

Nous croyons que ces quelques renseignements justifieront 
pourquoi nous traitons comme une seule famille les anciens genres 
des Leptides, le genre Xylophagus et le genre Cœnomyia. 

En résumé nous considérons chez nous les Eremochœta comme 
représentés par 3 familles qui se distinguent comme suit : 
1. Espace compris entre les hanches antérieures et 
l'orifice thoracique antérieur en forme de triangle 
allongé. Banches antérieures longues et cylindriques. . 2. 
Espace compris entre les hanches antérieures et 
l'orifice thoracique antérieur en forme de trapèze 
élargi. Hanches antérieures courtes. . . Stratiomyidx. 



127 

2. Tegulœ bien développés Tabanidœ. 

Tegulœ absents Lcptidx. 

Nous avons traité les Tabanidœ en 1892. 
Nous allons examiner ici les Leptidœ. 
Les Stratiomyidx paraîtront bientôt. 

DEUXIÈME PARTIE. 



CARACTÈRES DISTINCTIFS APPLICABLES AUX LEPTIDES BELGES, Y 
COMPRIS LES GENRES XTLOPHAQUS COENOMTIA. 

Nous allons chercher à donner un moyen pratique, qui permette 

de reconnaître facilement et rapidement si un diptère capturé en 

Belgique rentre dans cet ensemble : 

A. On examinera si la nervure qui entoure l'aile (nervure costale), 
enveloppe celle-ci sur tout son pourtour ou au moins au delà de la 
nervure 11 (voiries schémas 1, II, III) et cela en restant d'une 
épaisseur à peu près constante. 

Cette condition devra toujours être satisfaite. 

B. On examinera la nervulation des ailes comme suit : 
Partant de la nervure qui se détache de l'angle supérieur de la 

cellule discoïdale (nervure 6) et va se noyer dans le bord de l'aile, on 
comptera en marchant vers l'arrière le nombre de nervures qui vien- 
nent aboutir dans ce bord. Ou comptera pour 2 les éléments de ner- 
vures qui seraient formés près du bord par la jonction de 2 nervures 
ou qui, autrement dit, formeraient ou prolongeraient l'angle saillant 
d'une cellule. 

Le nombre ainsi évalué devra toujours être égal à 6. La seule 
anomalie à cette règle se présente pour la Spania nigra chez qui la 
nervure qui se détache de l'angle inférieur de la cellule discoïdale ne 
se prolonge pas tout à fait jusqu'au bord de l'aile (nervure 8). 

3 schémas montreront les formes principales de nervulation qui 
se présentent. 




128 

Le schéma I représente d'une façon générale la répartition des 
nervures dans l'aile des Leptides. 

Les seules modifications un peu importantes qu'il peut subir sont: 

1° Les nervures 10 et 11 peuvent aboutir en un même point du 
bord. La cellule anale est alors fermée. 

2° La nervure 8 peut ne pas s'étendre jusqu'au bord de l'aile. Ce 
fait ne se présente chez nos Leptides que dans le genre Spania. 

Le schéma II représente la répartition générale dans le genre 
Xylophagus . 

Le schéma III représente la répartition dans le genre Cœno- 
myia. Il est caractéristique. 

C. On examinera ensuite les antennes. Elles ne peuvent avoir 
plus de 3 articles. Le dernier peut paraître formé de plusieurs 
segments accolés. 

1 er cas. — Le troisième article des antennes paraît formé de 
plusieurs parties accolées. 

Dans ce cas, si nous avons la nervulation du schéma III, nous 
pouvons affirmer avoir devant nous le genre Gœnomyia. 

Mais si nous avons la nervulation du schéma II, nous devrons 
examiner si la longueur de l'élément de nervure compris entre a et b 
n'est pas double ou même plus de la longueur comprise entre b et c 
et si de plus la nervure 5 aboutit dans le bord près du sommet de 
l'aile et pas plus près de 6 que de 4. Ces conditions écartent les 
Tabanides et permettent de reconnaître les Xylophagus. 

2 m6 cas. — Le troisième article des antennes ne paraît pas formé de 
plusieurs parties accolées. Il est muni d'un seta terminal ou dorsal. 
Dans le genre Spania le seta est remplacé par un style épais 
prolongeant l'article. 

La nervulation dans l'hypothèse d'un troisième article de l'antenne 
ainsi formé sera celle du schéma I, sauf les 2 modifications que nous 
avons indiquées plus haut. On regardera si la nervure 5 vient se 
fondre dans le bord à peu près à égale distance de 6 et de 4. C'est 
là un caractère qui se présente pour tous nos Leptides proprement 
dits et qui les distingue immédiatement des Tabanides, chez lesquels 
la distance de 5 à 4 est au moins double de celle de 5 à 6. 

On écartera les Asilides qui peuvent avoir la même nervulation 
par l'examen de la tête. Chez les Asilides les yeux sont largement 
séparés dans les 2 sexes et le front et vertex fortement déprimés 
entre les 2 yeux. — Chez les Leptides au contraire le front et le 
vertex ne sont pas déprimés entre les yeux. Chez les çf les yeux 
sont accolés. 

Pour écarter les Thérévides et encore les Asilides, qui peuvent 
avoir la même nervulation, on examinera l'extrémité des tarses. 
Si cette extrémité porte 3 pelottes (pulvilli) à peu près identiques 



129 

et bien développées (ne pas confondre avec les crochets des tarses), 
le diptère est Leptide. 

Chez les Therevides, Asilides, il n'y a jamais plus de 2 pelottes. 
Il peut y avoir en outre des crochets. 

Il sera utile de faire remarquer dans la pratique que chez nos 
Leptides les nervures 8 et 9 n'aboutissent jamais au même point. 

Les ouvrages principaux qui ont été consultés sont : 

Meigen. — Systematische Beschreibung der bekannten Euro- 
paischen Zweiflugeligen Insecten. Halle 1851 . — Zweiter 
Theil, pages 7, 12, 65, Hamm. 1830. — Sechster Theil, 
page 335. 

Macquart. — Diptères du Nord de la France. — 2 me partie, 
pages 71, 141. 

Histoire naturelle des Insectes Diptères, tome l« r , 
page 422. 

Schiner. — Fauna austriaca. — Tome 1 er (Vienne 1862). 

Brauer. — Die Zweiflùger des Kaiserlichen Muséums zu Wien. 
Tome 1" (Vienne 1880). 

Gobert. — Revision des espèces françaises de la famille des 
Leptides (Amiens 1877). 

Vander Wulp. — Nieuwe Naamlijst van inlandsche Diptera 
(Leyde 1862). 

De plus M. Van der Wulp a bien voulu me faire con- 
naître les espèces de Leptides à ajouter à la faune hollan- 
daise depuis la publication de cette liste. 

Zetterstedt. — Diptera Scandinavie disposita et descripta. — 
Lund 1842-1860. 

Les personnes qui nous ont aidé et que nous remercions sont 
MM. Van der Wulp, Tosquinet, Candèze et Severin. 



TABLE DES GENRES. 

1. 3 me article des antennes paraissant formé de plusieurs parties accolées . . 2. 
3 me article des antennes ne paraissant pas formé de plusieurs parties 

accolées, muni d'un seta dorsal ou terminal, très rarement d'un style 
terminal 3, 

2. Nervulation du schéma III CœnomyiaLa,tv. 

Nervulation du schéma II XylophagusMelg. 

3. Nervures 10 et 11 du schéma I, aboutissant au même point du bord 

de l'aile. Cellule anale par suite fermée 6. 

Nervures 10 et 11 n'aboutissant pas au même point du bord de l'aile. 

Cellule anale ouverte 4. 

4. 3 me article des antennes conique ou ellipsoïdal muni d'un seta terminal 

souvent courbé 5, 



130 

3 me article des antennes plus ou moins réniforrae toujours muni d'un 
seta dorsal Ptiolina 




Seta terminal. Seta dorsal. 

L er article des antennes allongé, 2 me court. Corselet rétréci en avant. Tête 

bien détachée du corselet par une espèce de cou .... Vermileo Macq. 
1 er et 2 me articles des antennes à peu près de même longueur. Tète 

courte dans la direction de l'axe de du corps et s'appliquant bien contre 

le corselet Leptis Fabr. 

Taille de3à3 1/2 mill. — 1 er article des antennes très réduit, paraissant 

absent. — Nervure 8 ne s'étendaut pas jusqu'au bord de l'aile. Spania Meig. 
Antennes de 3 articles bien visibles. Nervure 8 s'étendant jusqu'au bord de 

l'aile 7. 

3 me article des antennes à peu près conique ou ovoïde, muni d'un seta 

terminal . Chrysopila Macq. 

3 me article des antennes plus ou moins réniforme, muni d'un seta 

dorsal Atherix Meig. 



Genre Vermileo Macq. 

Ce genre ne comprend qu'une seule espèce, le Vermileo Degeeri 
Macq. 

Face blanche. Front gris marqué de noir chez la 9- Antennes 
brunes. — Corselet gris jaunâtre à bande longitudinale brune 
chez le ç^ fauve chez la 9- Abdomen jaune à taches noires 
dorsales et latérales qui se réunissent parfois en bandes. — 
Jambes jaunâtres. — Métatarse des jambes postérieures blanchâtre. 
Ailes vitreuses. — Taille de 9 à 10 mill. 

La larve a été observée par Degeer dans le Midi de la France. 
Macquart dit quelques mots de ses mœurs intéressantes dans 
son travail sur les Diptères du Nord de la France (2 me Partie, 
page 74). 

Genre Leptis Fabr. 

1. Ailes marquées de dessins cendrés bien nets, et d'un 
stigmate foncé près de l'extrémité de la nervure 3 
(schéma I). Extrémité de l'aile rembrunie sous 

forme de tache bien tranchée 2. 

Ailes sans dessins cendrés. Stigmate tantôt noirâtre, 
tantôt jaunâtre, parfois absent. Extrémité de 
l'aile jamais rembrunie sous forme de tache bien 
tranchée 3. 



131 

2. Stigmate de l'aile noyé dans une tache cendrée qui 

s'étend vers le point de bifurcation a de la nervure 
cubitale (voyez ce point sur le schéma II). Lon- 
gueur de 12 à 14 mill Scolopacea L. 

Stigmate de l'aile complètement isolé. Longueur de 

10 à 11 mill SlrigosaMeig. 

3. Stigmate formé de deux taches séparées dont la posté- 

rieure toujours très tranchée 4. 

Stigmate formé d'une seule tache ou complètement 

absent 5. 

4. Corselet noirâtre sur le dos, jaune à la base, orné de 

deux bandes longitudinales d'un brun jaunâtre. 
Écusson jaune rougeâtre. Tache antérieure du stig- 
mate parfois très peu visible. Long, de 10 à 11 mill. 

immaculata Meig. 
Corselet gris noirâtre, orné de deux bandes dorsales 
d'un blanc grisâtre. Ecusson grisâtre. Les deux 
taches du stigmate toujours bien visibles. Longueur 
de 8 à 10 mill maculata Deg. 

5. Stigmate noir ou brun foncé 6. 

Stigmate jaunâtre ou nul. Longueur de 10 à 12 

mill tringaria L. 

Dans l'espèce type, l'abdomen est jaune marqué de 
taches dorsales noires. Les exemplaires à abdomen 
entièrement jaune ou jaune avec les 2 derniers 
segments seuls noirâtres forment la . var. vanellus Fabr. 

6. Toutes les cuisses complètement jaunes 7. 

Certaines cuisses noires ou tout au moins marquées d'anneaux 

foncés 8. 

7. Deux premiers articles des antennes d'un brun noir. 

Ailes vaguement entachées de jaunâtre à leur extré- 
mité. Bords latéraux de la cellule discoïdale un peu 
rembrunis. Long, de 10 à 11 mill. . . vitripennis Meig. 
Antennes entièrement jaunes. Corselet jaune sur les 

côtés. Long d'environ 8 mill .... Jlamcornis Macq. 

8. Cuisses antérieures et postérieures marquées d'anneaux 

foncés à leur extrémité. Taille de 6 à 8 mill.. lineola Meig. 
Cuisses postérieures seules marquées d'anneaux foncés 

à leur extrémité. Taille de 14 à 15 mill. . conspicua Meig. 

Genre Chrysopila Macq. 

1. Corps de couleur foncière noire ou noirâtre, recouvert 

de pubescences variant suivant les espèces .... 3. 



132 

Corps de couleur foncière fauve sur presque toute son 

étendue 2. 

2. Corps presque entièrement fauve ferrugineux. Dernier 

article des antennes large et arrondi . . . luteola Fall. 
Corps fauve ferrugineux, mais avec les extrémités du 
thorax et de l'abdomen noires. Dernier article des 
antennes petit et coniforme. Taille de 8 à 10 mill. 

bicolor Fabr. 

3. Ailes marquées près de l'extrémité de la nervure 3 d'un 

stigmate jaune ou brun formant toujours tache bien 

nette 4. 

Ailes marquées près de l'extrémité de la nervure 3 d'un 
entachement très pâle, à peine visible. Taille de 
6 mill jlaveola Meig. 

4. Jambes entièrement d'un jaune très pale. Corps gris- 

noirâtre, recouvert d'une pubescence cuivreuse 
très courte et serrée. Abdomen du mâle marqué de 
bandes noires étroites. Taille de 4 à 4,5 mill. 

aurea Meig. [diadema Linn). 
Jambes fauves à cuisses rembrunies ou d'un brun 

noirâtre avec les tibias seuls plus pâles 5. 

5. Abdomen grisâtre recouvert d'une pubescence dorée, 

serrée et courte, couchée sur le corps. Ailes hyali- 
nes. Taille de 5 à 6 mill nigrita Fabr. 

Abdomen noir, recouvert d'une pubescence dorée ou 
argentée, très peu serrée et dressée normalement au 
corps. Ailes très légèrement fauves. — Taille de 6 
à 7 mill atrata Fabr. 

Genre Atherix Meig. 

1. Jambes entièrement noires. Ailes rembrunies, d'un 

noir de suif à la partie supérieure, marquées de 2 
bandes transversales de taches blanches. Longueur 

de 8 à 9 mill marginata Fabr. 

Jambes jaunes en entier ou en partie 2. 

2. Ailes à bandes transversales brunes, sinueuses, très 

tranchées et formées en partie de taches brunes 

juxtaposées. Taille de 8 à 10 mill Ibis Fabr. 

Ailes sans bandes transversales brunes bien tran- 
chées, marquées simplement de deux rembrunisse- 
ments très faibles et très vagues, l'un sous le 
stigmate, l'autre à l'extrémité de l'aile. Longueur 
de 6 à 6 i/a mill crassipes Meig. 



133 



Genre Ptiolina Staëg. 



Ailes très légèrement grisâtres sans stigmate. Corps 
d'un gris jaunâtre dans les 2 sexes. Jambes d'un brun 
de poix à genoux plus clairs. Taille de 2 à 3 mill. 

immaculata F. 

Ailes très légèrement fauves marquées d'un stigmate. 
Corps recouvert d'une épaisse pubescence noire chez 
le <3\ d'une pubescence fauve grisâtre chez la 9- L es 
2 premiers articles des antennes recouverts de poils 
longs et denses. — Pieds noirâtres chez le $, d'un 
fauve testacé chez la 9 Taille de 2 à 3 mill. nîgra Zett. 

Macquart dans son travail sur les Diptères du Nord de la France, 
dit avoir pris dans le Nord de la France un couple à'Atherix 
nebulosa F. — Il ne faut pas croire qu'il s'agit ici de la Ptiolina 
nebulosa F. C'est pourquoi nous ne parlons pas de cette espèce. 
Le caractère d'une cellule anale fermée et pédiculée que donne 
Macquart, montre qu'il ne s'agit pas d'une Ptiolina, Du reste 
M. Gobert dans sa Revision des espèces françaises de la famille des 
Leptides, dit n'avoir jamais vu la Ptiolina nebulosa F. Il dit ne 
faire que transcrire la description de Macquart. Nous croyons 
pouvoir affirmer que la description que Macquart donne sous le 
nom de Atlierix nebulosa F., est celle de X Atlierix crassipes Meig. 
Jusqu'à preuve du contraire nous la considérons comme telle. 

Genre Spania Meig. 

Le genre Spania ne comprend qu'une seule espèce, la Spania 
nigra Meig. 

Noire à yeux rouges. — 1 er article des antennes tellement réduit 
que celles-ci paraissent de 2 articles. — Dernier article des anten- 
nes allongé, finement pubescent, terminé par un style court et 
pointu. Balanciers et jambes noirs. 

Taille de 3 à 3 1/2 mill. 

Genre Xylophagus Meig. 

Longueur de la 3 me nervure longitudinale (schéma II) 
beaucoup plus grande depuis le point c jusqu'au point d, 
que depuis le point «£ jusqu'au bord de l'aile. Corps entiè- 
rement noir. Thorax de la femelle à 3 bandes grises. Pieds 
fauves à tarses obscurs, ainsi que l'extrémité des cuisses 
et des tibias postérieurs. — Long, de 10 à 12 mill. ater Fabr. 



134 

Longueur de la 3 m0 nervure longitudinale, à peu près la 
même depuis c jusqu'en d que depuis ^jusqu'au bord de 
l'aile. Corps noir. Abdomen à large bande rouge chez la 
9- Pieds fauves. Long, de 10 à 12 mill cinctus Deg. 

Genre Cœnomyia Latr. 

Le genre ne comprend qu'une seule espèce , la Cœnomyia 
ferruginea Scop. 

D'un brun ferrugineux. Thorax à deux bandes d'un blanc chan- 
geant. Abdomen plus foncé antérieurement portant une tache 
blanche de chaque côté du 2 me segment. Pieds ferrugineux. L'écus- 
son porte à son bord postérieur et de chaque côté une épine 
dirigée vers l'arrière. Longueur de 12 à 14 mill. 



RENSEIGNEMENTS LOCAUX. 



1 . — Vermileo Degeeri Macq. 

Monsieur Gobert donne l'espèce comme rare dans le 
Nord et se trouvant principalement dans le centre et le 
midi de la France. 

Je n'en connais pas d'exemplaire pris en Belgique. 

2. — Leptis scolopacea L. 

Ixelles 27-5-92, Watermael, Louette-St-Pierre, 
Rixensart 7-6-71, Genck 3-7-77, Carlsbourg. 

3. — Leptis strigosa Meig. 

Membach 10-8-92. — Hertogenwald. 

4. — Leptis maculata Deg. 

Coll. Wesmael. 

5. — Leptis immaculata Meig. 

Macquart le donne comme assez rare dans le Nord de 
la France. — M. Van der Wulp dans les Bouwstofen 
(1862) en cite plusieurs localités de capture en Hollande. 

6. — Leptis mtripennis Meig. 

Forest, Louette-S'-Pierre , Carlsbourg (en juin et 
juillet). 

7. — Leptis lineola Meig. 

Rouge-Cloître 13-7-92, Petite-Espinette 28-8-92. 
Hertogenwald 10-8-92. Brasschaet 30-7-92. 

8. — Leptis tringaria L. 

Watermael, Laeken 6-6-81, environs d'Izel, Herto- 
genwald 11-8-92. 



135 

La variété vanellws Fabr. est représentée dans la 
collection Wesmael par un exemplaire 9- — M. Can- 
dèze la possède de Visé. 
9. — Leptis conspiciia Meig. 

Coll. Wesmael. 

Macquart, dans ses Diptères du Nord de la France, 
donne cette espèce comme rare dans les bois. 

10. — Leptis flavicomis Macq. 

Je n'en connais pas d'exemplaire pris en Belgique. 

— M. Van der Wulp ne le connaît pas des Pays-Bas. 

— Macquart donne l'espèce comme assez rare dans le 
Nord de la France. 

11. — Chrysopila aurea Meig. 

Lixhe 25-6-74. 

12. — Chrysopila nigrita Fabr. 

Coll. Wesmael. 

M. Van der Wulp l'a trouvé une seule fois à Bilt 
dans la province d'Utrecht. 

13. — Chrysopila atrata Fabr. 

Rouge-Cloitre 28-5-82, Molenbeek St-Jean, Dieghem, 
La Hulpe, Aerschot, Genck 3-7-77, Arlon, Carlsbourg, 
Awenne, Bauche, Silenrieux, Bilsen, Orval, Houffalize 
(Candèze). 

14. — Chrysopila luteola Fall. 

Je ne connais pas encore cette espèce de Belgique. 

— M r Vander Wulp en possède trois exemplaires, l'un 
pris autrefois près d'Heemstede, les deux autres cap- 
turés à Utrecht. Macquart n'en parle pas dans les 
Diptères du Nord de la France. 

15. — Chrysopila Jlaveola Meig. 

Je ne connais pas encore cette espèce de Belgique. — 
Elle a été trouvée à Venlo. Macquart donne l'espèce 
comme rare dans le département du Nord. 

16. — A therix Iris Fabr . 

Aerschot 25-5-82. — Kinkempoix (mai), Chênée 
(Candèze). 

17. — Atherix marginata. Fabr. 

Environs d'Izel 1 9-7-9 1 . —Houffalize, j uillet (Candèze) . 

18. — Atherix crassipes Meig. 

Coll. Wesmael. 

L'espèce a été prise en Hollande à Amersfoort. 

L'espèce dont Macquart a pris un couple dans le 
département du Nord et qu'il donne sous le nom à? Athe- 
rix nebulosa Meig. dans son travail sur les Diptères du 



136 

Nord de la France nous semble être Atlienx crassipes 
Meig. 

19. — Ptiolina immaculata F. 

Macquart donne l'espèce comme très commune au mois 
de Mai sur les fortifications de Lille. 

20. — Ptiolina nigra Zett. 

Dave, 20-6-77. — Cet exemplaire qui fait partie de la 
coll. du Musée royal est en mauvais état. — M. Van 
der Wulp qui l'a vu, croit que c'est bien la, Ptiolina 
nigra Zett. 

21. — Spania nigra Meig. 

Macquart dans son « Histoire naturelle des Diptères » 
dit qu'elle a été prise à Bruxelles par Wesmael. — 
Or, les deux exemplaires déterminés comme Spania 
dans la coll. Wesmael, ne sont pas des Spania. — 
M. Severin les a envoyés à M. Van der Wulp qui 
les a déterminés comme Ptiolina. Comme il très 
probable, et même pour ainsi dire certain que ces 
exemplaires sont ceux qui ont servi à Macquart pour 
renseigner la Spania comme prise à Bruxelles, il y a 
lieu de considérer la Spania nigra Meig. comme 
n'ayant pas encore été prise en Belgique. 

M. Meigen croit avoir reçu ce diptère de Hambourg. 
— M. Gobert en a reçu un exemplaire pris à Bar-sur- 
Seine. 

22. — Xylojphagus ater Fabr. 

Je ne connais pas cette espèce de Belgique. M. Vander 
Wulp ne la connaît pas de Hollande. Macquart dans les 
Diptères du Nord de la France la donne comme rare. Il 
n'en cite aucune localité de capture. 

23. — Xylophagus cinctus Deg. 

Comme pour le Xylophagus ater. 

24. Cœnomyia ferruginea Scop. 

Etterbeek, Auderghem, Stockel, Boitsfort 20-6-90. 
Mariemont, Fleurus, Kinkempoix (Candèze). 



137 



Listes des Leptides connus de Belgique en 4893, des Pays-Bas a la même date, 
et du Département du Nord vers 4825, y compris les genres Xylophagus et 
Cœnomyia. 



i « g 



s- a • 

■£ .£, 4J Oi 



0*û^ 



<a E> h ,£- 

X « ff _ 



p. a ta 



S d " s 
p-,3 » £. 



Sa* 



S" S 



13 a «a 
^ ce £ 



i ci ,-J 

i.«a 






Leptis scolopacea L. • . 

— strigosa Meig. . 

— maculata Deg. . 
annulata Meig. ol. 
nigrofasciata Meig. ol. 
distigma Meig. 

— immaculata Meig. . . 
stigmatica Ztt. 

— vitripennis Meig. . 
stigma Schum. 

— lineola Fabr. Meig. 
albifrons Meig. ol. 

— tringaria L. ... 
simplex Meig. 
punctata Lw. 

— var. varie lus Fabr. . 

— conspicua Meig. . . 

— flavicornis Macq. . 
Chrysopila aurea Meig. . . 

diadema Fabr. Meig. 
tipuliformis Schrk. 

— nigrita B'abr. . . . 
splendida Meig. 

— atrata Fabr 

crislata Fabr. 
totnentosa Fabr. 
aurata Fabr. Meig. 
holosericea Wlk. 
cingulata Don. 

— luteolaFall. . . . 

— flaveola Meig. . . . 
genius Pz. 

Atherix Ibis Fabr. 
titanus Fabr. 
maculatus Latr. 

— marginata Fabr. . . 

— crassipes Meig. . 
Ptiolina immaculata Fabr, . 

— nigra Zett. 
nigrina Wahlb. 

Xylophagus ater Fabr. . 

— cinctus Deg. 
Cœnomyia ferruginea Scop 

Total. . 



12 



17 



16 



18 



A VËNDRK 



Tome I, des Annales : Catalogue des Bwprestides, par Ch. Kerremans. 
Prix : 10 fr. 

S'adresser Place du Musée, 20, Bruxelles. 



/ 



ANNALES 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE 



s^SSmiï* -BELGIQUE 
FEB3-1949 *) 




TOME TRENTE-SEPTIEME 



IV 

Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



IV 



Compte rendu de l'assemblée mensuelle 
du 1 avril 1893. 

Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. Coubeau, L. Coucke, de Crombrugghe, de Selys- 
Longchamps, Giron, Hippert, Robbe, Séverin, Van Nerom et 
Berge, secrétaire. 

MM. Becker, Candèze, Jacobs, Kerremans et Lameere ont fait 
excuser leur absence. 

Admissions de membres nouveaux. Le Conseil a admis en qualité 
de membres effectifs : 

M. H. F. Wickham,de Iowa (États Unis d'Amérique), présenté 
par MM. Tosquinet et Séverin ; 

M. H. E. Andrews, de Londres, présenté par MM. Kerremans 
et Séverin; 

M. le D r Schmiedeknecht, de Blankenburg am Schwarzathal, 
présenté par MM. Tosquinet et Séverin. 

Correspondance. L'Assemblée décide l'échange de nos publica- 
tions contre celles de l'Académie des Sciences de Rochester. 

M. Berge attire l'attention de la Société sur une brochure d'en- 
tomologie appliquée, publiée par M. Mohr et dont l'auteur a 
envoyé un exemplaire pour notre bibliothèque. — Remerciements. 

Travaux présentés pour les Mémoires. L'Assemblée décide 
de soumettre un travail sur les Mélolonthides, présenté par 
M. Brenske, à l'examen de deux commissaires. MM. Candèze et 
Berge sont désignés à cet effet. 

Travaux présentés pour les Annales. L'Assemblée décide l'im- 
pression des travaux dont il est donné lecture. 

Communications. M. Hippert communique une série d'observa- 
tions relatives à des Lépidoptères, il constate l'apparition hâtive 
de diverses espèces. 

ANNALES DK LA SOC. BNTOJU . I>l HKI.IJIIII K. T. XXXVII. I 'J 



140 

Excursion. Sur la proposition de M. Hippert, l'Assemblée décide 
de se rendre le dimanche 7 avril à Linckebeek, départ à la gare 
du Midi à 7 h. 24 du matin. 



COLEOPTERES DU BENGALE. 
Mémoire 2. 

NEUE ADORETUS ARTEN VON OST-BENGALEN 

AUS DER AUSBEUTE DES HERRN L. CARDON S. J. 
besclirieben von JE. Brenske in Potsdam. 

Da die Adoretus Arten nicht zu den Melolonthiden gerechnet 
werden mit denen zusammen sie mir ùbersandt wurden, so gebe 
ich die Beschreibung der Arten hier gesondert von den ùbrigen 
Resultaten der Ausbeute an Melolonthiden. 

Ausser den uachstehend beschriebenen Arten, ist von bekannten 
nur der Adoretus limbatus Bl. in Konbir erbeutet worden. 

1. Adoretus Renardi. 

Ovatus, testaceus, subtititer pilosus ; clypeo rufo, fronte ver- 
ticeque piceis, granulato punctatis; thorace angulis posticis late 
rotundatis, elytris subrugutoso punctatis, subcostatis, pygidio 
maris globoso, piloso sublilissime aciculato, labro longitudinaliter 
carinato, margine fortiter crenulato, ruguloso punctato, setoso ; 
fiabello brevi. 

Long. 8 i/2-lO; lat. 5-6 mm. ç?9- Tetara, Konbir. 

Blassgelb mit rôthlichem Clypeus und Tarsen, angedunkeltem 
Hinterhaupt; ùberall àusserst fein, kurz anliegend behaart Der 
ganze Kopf ist kornigaber nicht dichtpunctirt; der Thorax màssig 
stark punctirt mit vorgezogenen Vorder- und breit gerundeten 
Hinterecken. Die Flùgeldecken sind gleichmàssig ziemlich grob, 
fast genabelt punctirt, mit schwach angedeuteten Streifen ; der bei 
allen Arten vorhandene in der Regel kurz beborstete Rand- 
streifen ist hier zu einer stark erhabenen Lângsleiste ausgepràgt, 
welche mit kràftigen kurzen Borsten besetzt ist. Die kurzen, 
gleichmàssig vertheilten, anliegenden Hàrchen stehen nicht in 
den groben Puncten sondern auf den Zwischenrâumen, was auch 
bei einigen der nachfolgenden grober punctirten Arten der Fall 
ist. Das Pygidium ist beim ç$ sehr stark gewolbt, glatt, kurz 
abstehend behaart, die ganze Oberflâche mit fein geritzter, waben- 



141 

artiger Zeichnung, kaum nadelrissig. Das Abdomen ist glatt, 
sehr fein und weitlâuftig punctirt, leicht behaart, der letzte 
Ring sehr kurz. Die Brust ist wabenartig geritzt wie das Pygi- 
dium.Die Hinterschienen sind schmal, vor der Spitze wie gewohn- 
lich eingeschnùrt. Die Oberlippe hat einen deutlichen Làngskiel, 
die Seiten sind bis zur Spitze grob gekerbt, mit einer schwàeher 
gekerbten Parallel-Leiste, die Fiàche ist grob gerunzelt; der 
umgeschlagene Rand des Clypeus ist nicht breiter als die Lippe. 
Der Fùhlerfàcher kaum von der Lange der 6 vorhergehenden 
Glieder. — In grosser Anzahl erbeutet. 

2. Adoretus Cardoni. 

Sitbovatus, piceus, subtiliter pilosus ; antennis , pedibus,scutello, 
thoracis lateribns late testaceis ; clypeo rufescente, rotundato, gra- 
nulato punctato, fronte verticeque subtiliter granulosis ; thorace 
elytrisque fortiter puvctatis; thorace angtUis posticis rotundatis ; 
elytris subcostatis ; pygidio piloso, fere glabro ; labro fortiter 
carinato, margine fortiter crenulato, ruguloso, ciliato ; Jlabello 
fere stipite longitudine , feminœ parum breviore. 

Long. 10; lat. 5; 9 l° n g- 1 1 ; lat- 6 mm. Tetara, Konbir. 

Mit boops verwandt, kleiner und durch die blassgelbe Farbe 
der Extremitâten und des Schildchens leicht zu unferscheiden. Der 
Clypeus ist gleichmàssig gerundet, nicht verjiïngt, kôrnig punctirt, 
der ùbrige Kopftheil ist leichter kornig punctirt und ùberall dùnn 
behaart. Der Thorax ist ziemlich grob punctirt, die Flùgeldecken 
etwas dichter mit kaum angedeuteten Làngslinien, der Seitenrand 
etwas heller gefàrbt in unbestimmter Ausdehnung, die kurzen 
anliegenden Hârchen stehen nicht in den Puncten, sondera auf 
den Zwischenràumen, ganz vereinzelt stehen dazwischen etwas 
kràftigere abstehende Borsten, beim 9 bàufiger als beim ç^, oft 
ganz fehlend. Das Pygidium beim 9 bedeutend kùrzer als beim cf, 
bei diesem fast glatt, abstehend behaart, beim 9 wenn auch sehr 
matt doch deutlicher punctirt. Ebenso sind die abdominal Segmente 
sehr matt punctirt, zerstreut behaart; die Brustseiten dicht mit 
flachen grossen Puncten besetzt und wie das Abdomen gleichmàssig 
kurz und dùnn behaart. Die Uuterseite ist im ganzen heller wie die 
Oberseite. Die Hinterschenkel und Schienen sind verdickt, beson- 
ders beim 9» die Schienen vor der Spitze eingeschnùrt, auf der 
Fiàche ohne oder mit vereinzelten Borstenpuncten. Die Oberlippe 
ist stark làngs gekielt, fast bis zur Basis, der Rand grob gekerbt 
bis zur Spitze des Rùssels, der innere parallèle Rand jedoch nur 
durch wenige schwache Kornchen angedeutet, die Fiàche punctirt 
behaart, nicht breiter wie der umgeschlagene Clvpeus Rand. Der 
Fâcher ist fast von der Lange des Stiels, zugespitzt, besonders das 



142 

erste Glied làuft in eine schmale Spitze aus und ist sehr dicht kurz 
behaart. Der Fâcher des 9 ist sehr wenig kûrzer. 
In grosser Anzahl erbeutet. 

3. Adore tus bengalensis. 

Prœcedenti simillime, breviter ovatus, piceus, marginibus 
pedibusque testaceis ; clypeo rufescente, granuloso ; supra breviter 
pilosus; elytris ruguloso punctatis snbcostatis, labro subtiliter 
carinato; Jlabello parvo. 

Long. 7; lat. 3 i/a mm. Tetara, Konbir. 

Unterscheidet sich von dem vorigen durch folgende wesentliche 
Puncte : geringere Grosse, dichtere Punctirung und Behaarung des 
Halsschildes mit schwach fahlgelben Seiten, dichter gerunzelten 
Flùgeldecken mit schwachen aber deutlichen Streifen, deutlich 
punctirter Brust und mit sehr kurzem, zierlichem Fâcher. Die 
Oberlippe ist fein gekielt, jedoch nur auf demRùssel ; grobgekerbt, 
gerandet mit schwach angedeuteter Parallelreihe ; auf der Flâche, 
welche kaum so breit ist wie der umgeschlagene Clypeus Rand, 
stehen einige grobe Puncte. Die ganze Unterseite ist sehr dùnn 
behaart. Der Fâcher der $ ist kaum langer als der des Ç, der 
ausgepràgteste Geschlechtscharacter ist das beim Q sclimâlere 
Pygidium. 

In mehreren Exemplaren erbeutet. 

4. Adore tu s bicolor. 

Ovatus, testaceus; capite, thoracis medio, pedibusque obscuriori- 
bus ; clypeo parabolice rotundato, margine piloso ; capite granuloso 
punctato piloso, ihorace densissime punctato piloso, pilis squamuli- 
feris, elytris punctato striatis, 4-costatis, squamuloso-pilosis; 
abdomine subtilissime pwnctato-piloso, segmentis medio spinosis; 
labro longitudinaliter carinato, Jlabello elongato. 

Long. 11 ; lat 5 1/2 mm. Kurseong, $, Unicum. 

Dièse Art ist blassgelb bis auf die angegebenen Kôrpertheile, 
welche dunkler sind, Clypeus rothbraun, Kopf schwarz-braun. Der 
ganze Kôrper ist kurz anliegend behaart, oben und unten gleich 
dicht. Das etwas verjùngte Kopfschild ist am aufgeschlagenen 
Innenrande dicht mit kurzen greisen Hàrchen besetzt, die 
Hinterecken des Thorax sind breit gerundet, die Streifen auf 
den Flùgeldecken sind deutlich, wenig erhaben, punctfrei, von 
Punctreihen eingefasst. Auf dem Pygidium ist keine Punctirung 
wahrnehmbar; die Abdominal-segtnente tragen neben der dùnnen 
Behaarung vereinzelte Borstenhaare. Das 3 te bis 5 le Glied des 
Fùhlerstiels ist sehr schmal, undeutlich gegliedert. Die Oberlippe 
ist scharf gekielt, grob aber nicht sehr stark gekerbt mit sehr feiner 



143 

Parallelkante, auf der Flâche fein behaart, nicht runzlig; der 
umgeschlagene Clypeus-Rand ist breiter wie die Lippe. Dièse Art 
scheint mit caliginnsus Brm. verwandt zu sein, welcher eine nicht 
behaarte Oberlippe, hellere Beine und Flûgeldecken hat. 

5. Adoretus minutus. 

Ferrugineus, pilosus, antennis pedibusque testaceis, abdomine 
fusciore; clypeo brevissimo rotundato, fortiter marginato, umbili- 
cato punctato, sutura elevata, fronte verticeque fortius punctatis, 
thorace profunde punctato, angulis posticis rotundatis, elytris 
subtilité?' punctatis, substriatis, pygidio fere glabro longius piloso, 
apice calloso, abdomine subtilissime aciculato; labro carinato, 
margine fortiter crenulato, grosse punctato ; Jlabello elongato. 

Long 7 1/2; lat. 4 mm. Tetara, tf, Unicum. 

Dièse kleine Art hat die Gestalt und Fârbung des sciurinus 
Brm. von Java, ist aber nicht lang behaart sondern nur kurz. 
Das kurze Kopfschild ist vorn hoch aufgeworfen gerandet, flach 
punctirt; die Puncte auf dem Kopf und besonders die auf dem 
Thorax sind tiefer. Die Flùgeldecken haben glatte, schwach 
erhabene Streifen, das schwielige Pygidium bildet vor der Spitze 
eine narben artige Erhabenheit. Der umgeschlagene glatte Rand 
des Clypeus ist breiter wie die Oberlippe; dièse hat einen bis zur 
Mitte reichenden Lângskiel, der Seitenrand ist grob gekerbt, mit 
einem grob punctirten Parallel streifen, die Flàche ist mit einigen 
groben Puncten besetzt. Der Fuhlerfâcher ist langer wie die 
vorhergehenden sechs Glieder des Stieles, die ersten drei Glieder 
sind deutlich begrenzt, die tetzten 4 verschwommen. 

Ausser den aufgefùhrten 6 Arten liegen noch 3 in einzelnen 
Exemplaren vor; es sind die nachfolgenden, zu deren Beschrei- 
bung mehr Materialerwùnscht wâre : 

6. Eine Art in zwei Exemplaren von Tetara undKonbir, beides çf ; 
9 und 9 1/2 mm. lang, rothbraun, der concolor Bl. wohl ver- 
wandt. 

7 Ein Exemplar, 10 mm. lang, kastanienbraun mit Metallglanz, 
helleren Beinen ; von Asansol. 

8. Ein (5, 8 1/2 mm. lang, dem minutus âhnlich, braunroth, von 
Kurseong. 

Potsdam, 26 Mârz 1893. 



144 



NOTE SUR QUELQUES COLEOPTERES DES PAYS SOMALIS, 



par M. L. Fairmaire. 

M. le D r Keller, de Zurich, qui a accompagné M. le prince 
Ruspoli dans son voyage aux pays Sômalis du Sud, a bien voulu 
me communiquer quelques coléoptères recueillis par lui, tant à 
Ouebbi qu'à Banan-Abdallah. Cette dernière localité, située entre 
Ouebbi et le Choa, est assez montagneuse et bien arrosée, et 
promet d'intéressantes découvertes au prince Ruspoli qui y fait 
un nouveau voyage. 

Je donne ci-après la liste des Coléoptères recueillis par M. le 
D r Keller, avec la description des espèces nouvelles. Il y a parmi 
elles quelques types nouveaux remarquables, notamment un 
Gymnopleums, deux Sepidium, un Micrantereus , etc. 



Cicindela alboguttata Kl.— Lafaveur, près 
Ouebbi. 

— aulica Dej. — Ouebbi. 

— rectangulnris Kl. 
Pheropsophus senegalensis Dej. — id. 
Coscinia rufotestacea n. sp. — Banan- 
Abdallah. 

Chlxnius dorsopictus n. sp. — Ouebbi. 

Cybister africanus Cast. — Lafaveur. 

Hydrophilus convexus Cast. — id. 

Spercheus crenulatus n. sp. — Banan- 
Abdallah. 

Hister val/dus Er. — Ouebbi. 

Saprinus speciosns. Er. — id. 

Heterocerus cribrateilus n. sp. — Banan- 
Abdallah. 

Scarabxus œgyptiorum Latr. — Ouebbi 

— œratusGer>t. — Décrit deZanzibar. 

— cornifrons Cast. — Ogadeen. 

— lœvtstriatus n. sp. — Banan-Ab- 

dallah, Ouebbi. 

Qymnopleurus œneipes n. sp. Ouebbi. 

Chalconotus cupreus Fab . — Banan-Ab- 
dallah. 

Onitis sphinx Fab. Ouebbi. 

Aphodius armatulus n. sp. — Banan- 
Abdallah. 

— minusculus n. sp. — id. 
Chiron Kelleri n. sp. — id. 
Hybosorus nitidus Lamb. — Ouebbi. 
Trox denticulatus < 11. — id. 
Anomala piebeja 01. — id. 

— obacuripes Fairm. — Banan-Abdal- 

lah. 



Pachnoda virginea Kl. — id. 
Oryctes Boas 01. — id. 
Me lyris pleur alis n. sp. — id. 
Zophosis plicatipennis Deyr — id. 
Rhy'inota angulicollis Fairm. — Ouebbi. 
Homala cyclodera n. sp. — id. 
Penseptus Gestroi Haag. — id. 
Pimelia densegranata n. sp. — Oduma. 
Hepidium Kelleri n. sp. — Ouebbi. 

— Ruspoliixv. sp. —Ogadeen. 
Opatrum sexcostulatum n. sp. — Ouebbi. 
Micrantereus timarchoides n sp. — Oga- 
deen 

— asidoides n. sp. — id. 
Praogena crrulans n. sp. — Banan- 
Abdallah. 

Mylabris rutilicollis n. sp. — id. 
Cantkaris cribricollis n. sp. — id. 

— leucophthalma n. sp. — id. 
Microcerus tuberifrom n. sp. — Ogadeen. 
Tanymecus niloticus Sch. — Ouebbi. 
Brachyderes somaHus n. sp. — Ogadeen. 
Plocvderus derdicornis Fab. — Ouebbi. 
Ceroplesis Pauli Fairm. — Banan-Abdal- 
lah. 

Ceratites jaspideus 01. — Ogadeen, Lafa- 
veur. 

Lasiodactylus rufodorsatus Fairm. — 
Onebbi. 

Crossotus saxosicollis n. sp. — Ogadeen. 

Liniscus fasciolatus n. sp. Ouebbi. 

Aulacophora abdominalis Fab. — id. 

Cassida inconstans n. sp. — Ouebbi 

Epilachna chrysomelina Fab. — id. 



Cicindela rectangularis Klug. — Long. lOmill. — Oblonga, 



145 

modice, convexa, subparallela, supra brunneo-cuprascens, vage 
œneo tincta, subopaca, elytris pallido signatis, vittula arcuata 
humer ali, cum puncto discoidali, post médium vittula, margi- 
nali sat angnsta, antice inlus fere recte liamata, cum puncto dis- 
coidali, et vittula apicali angusta, antice, intus angnlata et 
clavatim terminata, subtuspurpurea, cijaneo mixta, albido-pilosa, 
palpis pallidis, articulo ultimo plus minusve fusco-œneo ; capite 
dense strigoso, cum oculis protliorace latiore, labro pallido, utrin- 
qne impresso, margine antico utrinque leviter sinuato ; protlio- 
race latitndine parum longiore, lateribus fere rectis, dorso vix 
perspicuesw btilissime coriaceo, antice et basi transversim fortiter , 
impresso, extus sulcalo, disco postice medio obsolète sulcatulo ; scu- 
tello triangwlari; elytris pwnctis viridibus mimctis ocellatis dense 
impressis, suUira micante, apice breviter spinosula ; stobtus subti- 
lissime cariacea, segmento ventrali ultimo medio emarginato, coxis 
et trockanteribus fiavo-testaceis . 

Ressemble à la perplexa, en diffère par la tête nettement et densé- 
ment striolée, le corselet plus droit sur les côtés, les élytres à 
bande marginale médiane tronquée en avant, non dilatée en 
arrière, le point discoïdal rond, et la bordure apicale tronquée en 
avant, prolongée intérieurement en massue; l'extrémité oblique 
des élytres est droite, nullement arquée et l'extrémité de la suture 
est nettement épineuse. 

Cette Cicindèle est peu connue ; découverte en Nubie, elle a été 
trouvée aussi dans l'Yémen, d'après une communication de 
M. R. Oberthur. 

Coscinia rufotestacea. — Long. 3 1/2 à 4 mill. — Elongata, 
depressa, rufotestacea, nitida, pedibus vix diluliorïbus, dense 
punctala, haud pilosa, elytris irregulariter punctatis. 

Cet insecte paraît ressembler à la C. Semelederi Ch. (collaris 
Baudi), mais il est bien plus petit, la coloration est uniforme, les 
élytres de même couleur que le reste, assez grossement et irrégu- 
lièrement ponctuée sans traces de stries vers la suture, sauf la 
strie suturale. Les antennes sont robustes, presque moniliformes, 
les articles, renflés vers l'extrémité, sont brièvement mais assez 
brusquement resserrés à la base ; elles sont hérissées d'assez longs 
poils et le dernier article est presque aussi long que les 2 précé- 
dents réunis; le 2 e article est brièvement ovalaire et à peine plus 
court que le 3 e . La tête est finement carénée le long des yeux, 
cette carène s'arrête à la base des antennes. Le corselet est calici- 
forme, rétréci vers la base, puis brusquement rétréci; il est 
fortement et assez densément ponctué comme la tête, avec 
un sillon médian. Les élytres sont ponctuées de même et en outre 
légèrement ruguleuses. 



146 

Chlsenius discopictus. — Long. 19. mill. — Oblongo-ovatus, 
parum convexus, fuscus, parum nitidus, capite, prothoraceque 
cupreis, nitidulis viridi tinctis, elytris vage metallescentibus ^ ad 
humeros leviter cœruleis, disco medio macula dentata, apice 
macula transversa et ante apicem puncto pallide ochraceis, subtus 
nitidus, cœruleo-micans , antennis fuscis, articulis 3 primis et 
ore pedibusque pallide jlavidis tarsis obscurioribus, genubus 
breviter fuscis; capite sat lato, subtiliter dense punctato, subrugo- 
sulo, ad oculos striolato, antennis compressis, sat brevibus, 
arliculo 3° quarto vix longiore; prothorace elytris angustiore, 
valde transverso, lateribus rotundato, subtiliter marginato et 
fiavidolimbato, dorso dense punctato-rugoso, postice utringue late 
sat fortiter impresso, angulis posticis obtusis, antice fere rotun- 
datis ; scutello triangulari, acuto, subtiliter rugoso; elytris ovatis, 
ad humeros rotundatis, apice obtuse rotundalis, ante apicem 
leviter sinuatis, punctato-striatis, punctis minutis, densatis, inter- 
vallis vix convexiusculis, subtiliter dense asperulo-coriaceis, stria 
marginali basi obliterata; subtus lateribus punctalus, abdomine 
medio glabro et Ixvi, lateribus vix punctulato et impresso, seg- 
menti ultimo apice anguslissime fiavido marginato. 

Voisin du transversalis, mais plus grand, plus large, plus 
métallique, avec le corselet moins grossement et plus densément 
rugueux et les élytres plus granuleuses, sans bordure jaune ; les 
antennes sont un peu plus courtes, le corselet a les impressions 
basilaires plus grandes et le sillon médian un peu effacé à la base. 

Spercheus crenulatus. — Long. 3 mill. — S. Senegalensi 
simillimus, sed minor, prothorace lateribus obsolète crenulato, 
elytris utrinque quadricostatis, prima paulo magis, postice prœser- 
tim, elevata, apice prolongata sed apicem haud attingente, 
2*-4 % que apicem attingentibus, costa sutarali postice paulo elevata, 
antice fere planata, intervallis obsolète rugosis. 

Diffère de l'espèce sénégalienne (') par la taille un peu plus 
faible, les bords latéraux du corselet très légèrement festonnés et 
la 2 e côte des élytres bien marquée, au lieu d'être presque effacée, 
la I e côte parait un peu moins saillante et moins brusquement 
terminée en arrière. 

(') Spercheus Senegalensis Lep. — Long. 2 lig. — Pallide cinereus, sutura et 
costis 4 longitudinalibus alternatim elevatis. 

Plus petit que le S. emarginatus, entièrement d'un gris clair; élytres avec la 
suture élevée et quatre côtés sur chacune, alternativement très fortes et plus faibles. 
— Sénégal. 

La figure du règne animal de Guéri n-Mèneville, à laquelle n'est jointe aucune 
description, est fort insuffisante et ne fait pas assez ressortir la forte saillie de la 
l re côte élytrale, ainsi que sa brusque terminaison, les autres côtes sont très faibles, 
surtout la 2 e . Cette espèce se retrouve au Dahomey. 



147 

M. Raffray a trouvé à Bagamoyo un Spercheus bien voisin 
[S, distinguendus) qui est plus grand (4 1/2 mill.), avec les bords 
latéraux du corselet plus nettement festonnés, parfois avec une 
strie longitudinale sur le disque; la I e côte élytrale est très sail- 
lante, ainsi que l'extrémité de la 3% les intervalles paraissent 
aussi plus ruguleusement ponctués. Le même insecte se retrouve 
à Nossi-Bé avec la ligne dorsale du corselet presque invisible. 

Heterocerus cribratellus — Long. 3 à 3 1/2 mill. — 
Castaneus, pubescens, prothorace elytris haud sensim angustiore, 
antice angustato, angulis posticis subtililer marginatis, dorso 
densissime ac subtilissime punctulato, elytris dilute teslaceo- 
rufulis, brunneo fasciatis aut maculosis, dense sat fortiter 
punctatis, subtiliter rugosulis, vage striatulis, pube rufula erecta 
sat dense vestitis. 

Ressemble assez à Yobliteratus, de Mésopotamie, mais les angles 
du corselet sont finement marginés ; la tête est couverte d'une 
pubescence roussâtre serrée, surtout en avant ; la coloration des 
élytres est fort variable, tantôt 3 taches isolées sur chaque élytre, 
tantôt ces taches se développent et forment des bandes dentées, 
tantôt le fond de la coloration est brun avec des taches oblongues 
rousses, la partie apicale toujours rousse avec une tache brune 
ayant souvent la forme d'un V. 

Cet insecte est remarquable par la ponctuation assez forte, serrée 
et un peu rugueuse des élytres. 

Scarabœus lœvistriatus. — Long 30 à 40 mill. — 

S. Lamarcki simillimws, sed paulo magis convenus et piceo-niger, 
nitidior, prothorace similiter granulato-asperata, vitta média 
et plagis posticis transversis lœvibus, sed parte basali asperulo- 
punctata, haud granulata, lateribus similiter crenulatis sed ad 
angulos anticos haud dente armatis, elytris similiter tenuiter 
striatis, sed striis lœvibus, intervallis convexiusculis indistincte 
alutaceis, punctis minutis raris ad strias sparsutis, humeris 
nitidioribus , paulo magis punctatis, clypei densibus intermediis 
paulo longioribus et magis distantibus, tibiis anterioribus acute 
quadridentatis dente superiore minuto, céleris magnis, corpore 
subtus cum tibiis posterioribus rufo-piloso, antennarum data 
squalide ferrugineo pubescens. 

Gymnopleurus œneipes. — Long. 8 à 9 1/5 mill. — Brevis, 
convexus, splendide cupreus, pedibus œneis, aut cserulescentibus ; 
capite dense subtiliter dense asperato, medio carinato, clypeo 
antice emarginato et ulrinque plus minusve angulato, interdum 
fere obtuse rotundato, auguste œneo marginato; prothorace sat 
a,mplo, antice angustato , lateribus rotundatis , dorso valde convexo; 



148 

subtiliter parum dense punctato, angulis posticis obtusis; elytris 
lateribus valde emarginatis , dorso subtiliter striaiis, striis apice 
profundioribus , intervallis pïanis, subtiliter alutaceis, basi tuber- 
culosis, 2° paulo impressiusculo ; pygidio punctato, medio cari- 
nulato ; pectore lateribus rugosulo et sericante, ab domine fer e lœvi, 
lateribus sericante, femoribus posticis apice intus rugosulis et 
albido-sericeis , tïbiis antice acute tridentatis, posticis apice vix 
arcuatis, extus denticulatis. Ouebbi. 

Voisin du sericeifrons Fairra., d'Obock, en diffère, outre la cou- 
leur, par la tête plus finement carénée au milieu, sans pubescence 
argentée, à peine sinuée de chaque côté, par le corselet sans fos- 
settes latérales, par les élytres alutacées, non ponctuées, et le 
dessous du corps sans pubescence argentée. 

Aphodius armatulus. — Long. 2 1/2 mill. — Oblongus, 
convexus, rufo-testaceus , sat nitidus; capite subtiliter dense rugu- 
loso-punctalo, margine antico late sinuato, angulis prominulis, 
acutiusculis, genis angulatis ; prothorace transverso, elytris haud 
angustiore, antice mx attenuato, lateribus vix arcuatis, dorso dense 
punctato, fere rugosulo, basi subtilissime marginato, angulis 
posticis rotundatis, anticis obtuse productis ; scutello oblongo, 
parce punctato , apice obtuso ; elytris paulo brevibus, postice leviter 
ampliatis, apice rotundatis, ad liumeros fere recte angulatis, 
parum profunde striato-crenulalis, intervallis fere planis, dense 
subtiliter punctato-rugulosis ; tibiis anticis acute et fortiter 
dentatis, metatarso duobus sequentibus conjunctis paulo breviore. 

Ressemble au bidentulus d'Obock pour l'armature du chaperon 
et la taille, mais plus convexe, d'une coloration brillante, à ponc- 
tuation plus marquée sur le corselet, avec les élytres plus forte- 
ment striées, à intervalles ruguleux. 

Le disque du corselet et la tête sont parfois un peu rembrunis. 

Aphodius minusculus. — Long. 2 1/4 mill. — Prœcedenti 
valde similis, sed minor, ma gis favescens, angulis clypei minus 
acutis, prothorace minus dense punctato, elytris minus fortiter 
striatis, intervallis obsolète et parce plicalulis, metatarso latiore. 

Chiron Kelleri. — Long. 5 à 7 mill. — Blongatus, subcylin- 
dricus, rufopiceus aut castanescens, nitidus; capite grosse parce 
punctato, clypeo medio triangulariter impresso et antice â-tuber- 
culato, labro magno, medio sinuato, mandibulis validis, sat brevi- 
bus, striatis, antennis concoloribus ; prothorace subquadrato, 
angulis anticis sat angulatis, posticis rotundatis. dorso fortiter 
taxe punctato, basi et lateribus fere lœvi; scutello elongato, con- 
vexo, elytris fortiter punctato-striatis , crenulatis, intervallis sat 
convexis, lœvibus; subtîis fortiter punctatus \ 



149 

Paraît différer du Senegalensis par la forme plus étroite, le 
chaperon à tubercules avec une impression transversale à peine 
triangulaire, le corselet plus grossement ponctué et les élytres à 
stries plus fortement ponctuées, à intervalles plus convexes. Le 
G. digitatus Fab., des Indes orientales, est plus grand avec la 
tête plus grosse, plus ponctuée, n'ayant en avant que 2 tubercules 
avec un fort sillon transversal, le corselet est plus ponctué et les 
tibias antérieurs sont plus fortement dentés. 

Melyris pleuralis. — Long. 10 mill. — Oblonga, convexa, 
viridi-œnea, modice nitida, fere glabra, subtus cum pedibus anten- 
nisque rufofava, Tiis apice fumatis, metapleuris nigris ; capite 
dense ocellato-punctato; protkorace valde convexo, antice angu- 
stato, parum dense ocellato-punctato, medio sat fortiter sulcato, 
basi medio leviter sinuato, ad angulos profonde impresso, his 
elevatis, paulo obtusis ; scutello truncato, vix punctulato; elytris 
sutura et utrinque costis 3 acute elevatis, concoloribus , interstitiis 
qrosse sat dense punctalis, paulo rugulosis; subtus parum nitida. 
— Ouebbi. 

Ressemble à M. semihirta Fairm., de la même région, en dif- 
fère par la teinte du dessus qui est d'un vert bronzé, la tête et le 
corselet moins rugueux, ce dernier plus convexe, à angles posté- 
rieurs plus saillants, la poitrine jaune, sauf les métapleures, et le 
corps non villeux. 

Homala cyclodera. — Long. 18 mill. — Oblonga, modice 
convexa, nigra sat nitida, subtus cum pedibus nitidior ; capite 
lœvi, clypeo antice subtiliter punctulato, margine antico subtiliter 
rejlexo, et utrinque sat laie impresso ; antennis médium protkoracis 
vix attingentibus, fere cylindricis, arliculis penultimis paulo 
brevioribus, 5° duobus sequentibus conj une tis fere xquali; protho- 
race transverso, elytris vix angusliore, lateribus cum angulis 
posticis late rotundato, angulis anticis obtusis, dorso Ixvi, basi 
medio sat fortiter, utrinque subtiliter marginato, marginibus late- 
ralibus haudplanatis et subtilissime marginatis ; scutello rugosulo ; 
elytris ovatis, postice a medio angustatis , basi haud sensim plicato- 
marginatis, ad humeros obtuse angulatis, dorso ad suturam 
haud depressis, subtilissime cicatricosis , nullo modo granulatis, 
apice subproductis et separatim acnminatis, paulo divaricatis ; 
subtus Ixvis, capite profunde excavato, abdomine lateribus impres- 
siusculo. — Ouebli. 

Cette espèce est la plus grande du genre et remarquable par la 
forme du corselet à peine plus étroit en avant, avec les côtés forte- 
ment arrondis en arrière ainsi que les angles. 

Pimelia densegranata. — Long. 20 mill. — Brevis, sat con- 



150 

vexa, nigra, subopaca, granulis nitidis sparsa; capite subtiliter 
laxe granuloso, clypeo truncato, labro transverso, leviter concavo, 
punctato ; prothorace elytris angustiore, longitudine fere triplo 
latiore, laterïbus satfortiter rotundato, angulis anticis productis, 
dorso granis numerosis, sed parum densatis asperato, medio paulo 
lœviore; elytris fere rotundatis, ad humeros haud angulatis, 
sutura (subtilius) et utrinque costis quatuor valde granulatis, 
his 4 prœsertim apice subserralis, intervallis planis, parum 
regu tarifer fere triseriatim granatis, pube ferruginea adpressa 
laterïbus et apice evidentius vestitis, parte rejlexa similiter gra- 
nulata; subtus sat subtiliter punctata et asperula, tibiis posterio- 
ribus valde prismaticis etferrugineo-setulosis. 

Paraît très voisine de la P. Raffrayi, mais plus grossement 
granulée, avec les pattes robustes, assez courtes, les tibias antérieurs 
terminés par une forte dent saillante en dehors, et lecusson 
étranglé à la base, tronqué à l'extrémité. Les tarses et les antennes 
manquent malheureusement chez les 2 individus que j'ai examinés. 

Toutes les côtes des élytres, sauf la suture, sont également 
saillantes et crénelées. 

Sepidium Euspolii. —Long. 28 mill. — Elongatum,fortiter 
convexum, fuscum, indûment o cretaceo vestitum, corpore subtus 
cum pedibus, capite, antennis et prothoracis disco postico dilute 
rufulis; capite piano, sutura clypeali distincta, profunda, fronle 
utrinque lobata, oculorum orbitis elevatis ,postice obtuse angulatis , 
palporum articulo ultimo et antennarum articulis 2 ultimis nigris , 
his basi sat cr assis, apicem versus paulo tenuioribus ; prothorace 
laterïbus medio obtuse rotundatim angulato, antice et postice, 
emarginato, angulis anticis obtuse dentiformibus, disco postice, 
compresso elevato, antice tuberculo crasso prominente, pilis 
depressis longis sericeo-albidis adpressis dense vestito, summo 
profundesulcato. rotundato, haud bilobo, magine postico cretaceo, 
medio obtuse angulator, scuiello distincto, brevi, apice angulato; 
elytris ad suturam anguste planis, utrinque crista denudaio 
nigro-fusca, basi latiore reticulata, medio angusta. extus lacerai a, 
postice ampliata, et extus costis 2 denudatis, interna intus 
multiramosa, apice acute elevata, angulata et cum prima con- 
juncta, 3 a angustiore, margine externo apice latiore, intervallis 
subtiliter cicatricosis , granulis minutis fuscis sparsutis, carina- 
rumfoveolis pube rufula impletis. — Ogadeen. 

Ce bel insecte est le géant du genre; il ressemble assez au crisla- 
tum d'Arabie, dont il diffère, outre la taille, par le corselet dont les 
angles latéraux sont plus courts, plus arrondis, les côtés échancrés 
avant les angles antérieurs qui forment une dent obtuse, le disque 



151 

sans bandes dénudées et par les élytres ayant chacune 3 côtes, 
moins noires, moins largement dénudée et formant à l'extrémité un 
angle saillant non tronqué transversalement; lacarènejuxta-suturale 
est droite du côté de la suture, mais de l'autre elle émet de petites 
branches courtes, transversales ; l'abdomen n'a pas de petites taches 
dénudées. Ressemble aussi au S . obtusanyulum Fairm., de la même 
région, mais ce dernier est plus petit, le lobe prothoracique est tri- 
sillonné et la côte externe des élytres est obtuse à l'extrémité, sans 
saillie anguleuse aiguë, les angles antérieurs du corselet sont sail- 
lants, la carène dorsale est également élevée en avant et en arrière. 
Dans notre espèce les élytres sont plus oblongues, la côte interne 
est plus rapprochée de la suture, plus rameuse en dehors et non en 
dedans, se réunissant, avant l'extrémité, à la côte latérale par un 
angle très aigu. 

Sepidium Kelleri. — Long. 19 mill. — Flongatum, con- 
vexum, fuscum, indumento rufescente-lerreo indutum ; capite 
piano, labro et palpis denudatis, fuscis, nitidulis ; prothorace 
latitudine fere latiore, lateribus ante médium sat obtuse angulato, 
irregulariter asperulo, postice medio vitlula obscura obsoleta et 
utrinque punctulo obscuro signalo, antice cornubus 2 crassis, 
paulo oblique erectis ,fusco-selosis, crassis, apice rotundatis, paulo 
divaricatis; scntello indistincto ; elytris oblongis, grosse ac laœe 
punctatis, sutura crassiuscula, paulo rufescente, utrinque costis 
3 piceis, parum regulariter undulatis et dentalis, costa 1 a post 
médium abbreviata, 3 a apice compressa et obtuse angulata, 3 a externa 
inœqualiter interrupta; abdomine medio denudato, subtilissime 
coriaceo. — Ouebbi. 

Ressemble assez au S. brevicaudatum, mais plus grand, plus 
roux, à corselet obtusément angulé de chaque côté, avec les cornes 
antérieures bien séparées, plus saillantes en avant et les élytres 
ayant chacune 3 côtés au lieu de deux. 

Opatrum sexcostulatum. — Long. 8 1/2 mill. — Oblongum, 
modice convexum, fuscum, fulvo-setulosum, vix nitidulum ; capite 
asperato, antice sat late arcuatim emarginato, antennis validius- 
culis, médium prolhoracis superantibus, apice vix crassioribus , 
articulis 2 ultimis brevioribus ; prothorace transverso, basi elytris 
fête latiore, medio leviler ampliato, lateribus arcualis, dorso 
dense punctato-asperato, lateribus depresso, margine postico utrin- 
que sinuato, angulis paulo retroversis, acutis; scutello parum 
distinclo, obtuso ; elytris ad hwmeros valde angulatis, apice con- 
junctim obtusis, punctato-substriatis , inter val lis for titer punctatis, 
alternis costulatis, sutura leviter, postice magis elevata, marginibus 
bicostulatis , costula externa majore; subtus dense punctatum et 
fulvo-setîtlosum. — Ouebbi. 



152 

Ressemble à YO.fuscum, en diffère, outre la taille plus forte, 
par les angles du corselet plus aigus, plus prolongés, embrassant 
presque les épaules, par les intervalles des stries relevés alter- 
nativement en côtes assez larges et assez convexes et par l'échan- 
crure du chaperon plus large, plus arrondie. 

Micrantereus timarchoid.es. — Long. 11 mill. — Ovatus, 
valde convexus, niger.parum nitidus; capite indistincte punctulato, 
antice fortiter transversim impresso, margine anticofere truncato, 
obsoletissime sinuato, antennis [fractis] articulis 2 primis rufo- 
piceis ; prothorace transverso, longitudine fere duplo latiore, dorso 
lœvi, basi subtiliter marginato, antice paulo quam basi angustiore, 
lateribus sat fortiter rotundato; elytris breviter ovatis, medio 
amplialis, postice angustatis, valde declivibus et apice subpro- 
ductis, dorso taxe punctatis, extus et disco obsolète costulatis, 
costulis postice nullis, subtus cum pedibus nilidior, dense punc- 
tulato-rugosulis; prostemo inter coxas sulcato, metaslerno medio 
longitudinaliter impresso. — Ogadeen. 

Ressemble assez au M. externecostatus mais en diffère essen- 
tiellement par l'absence de l'arène latérale tranchante aux élytres, 
leur disque est parsemé de points assez fins et écartés, le proster- 
num n'est pas angulé à l'extrémité, la coloration en dessus est 
plus terne, l'abdomen est plus ponctué. 

Micrantereus asidoides. — Long. 19 mill. — Ovatus, 
elevato- onvexus , fusco-piceus . vix nitidulus. capite prothoraceque 
obscurioribus ; capite subtiliter densissime punctato, inter oculos 
obsoletissime transversim impresso, sutura clypeali parum 
distincta; antennis gracilibus, prothoracis basin paulo supe- 
rantibus, articulis ultimis paulo brevioribus ; prothorace brevis- 
simo, longitudine duplo latiore, antice, angustiore, lateribus valde 
rotimdatis, dorso densissime subtiliter punctulata, paulo inœquali, 
margine postico, angulis posticis subrectis; scutello brevissimo, 
oblusissime angulato ; elytris ovatis, postice valde declivibus, 
satura paulo elevata, utrinque tricostulata, I" sat intégra, 2 a valde 
interrupta, justice fere nulla, 3 a externa latiore, multogranata, 
spatio externo parce granulato, interstitiis obsolète cicatricosis 
et impressiusculis , parte refexa magis picea, similiter, impres- 
siuscula; subtus cum pedibus sat nitidus, dense subtiliter rugoso, 
punctatus, prostemo lato, valde arcunto, metasterno apice medio 
profunde foveolato, pedibus valde aspero-nigalis, simplicibus, 
tarsis subtus dense aureo-villosis . — Ogadeen. 

Ressemble à une grosse Asida silphoides Ç, ce qui lui donne un 
faciès assez différent des autres Micrantereus. 

Praogena caerulans. — Long. 12 mill. - Elongata, con- 
vexa, postice vix ampliata, cœrulea, nitida, capite prothoraceque 



153 

sericeis, parum nitidis, elytris sat late rnfo marginatis ; capite 
prothoraceque dense sat subliliter punctatis, fronte oblonge 
impressa, oculis approximatis , antennis fuscis, sat validis,protho- 
racis basin paulo superantibus , opacis, arliculis 3 primis nitidis, 
A-iO sat latis , fortiter angulatis; prothorace subquadrato, elytris 
angustiore, lateribus antice levissime arcuatis angulis anticis 
rotundatis, basi haud impresso, sat fortiter marginato ; scutello 
ovato-triangulari impressiusculo ; elytris fortiter slriato-crenatis , 
intervallis sat convexis, lœvibus; subtus nitidior, subtilissime 
punctulata, metapleuris virescentibus , pedibus cyaneis, dense 
punctato-rugosulis , tarsis fusco-cxruleis. 

Voisine de P.festiva Gerst., de Mozambique, mais plus bleue 
avec les antennes n'atteignant pas le milieu du corps, un peu 
comprimées du 4 e au 10 e articles, les 3 premiers seuls un peu bril- 
lants, les côtés du corselet non sinués vers la base, ce dernier sans 
impression vers les angles postérieurs, les élytres sans reflet d'un 
doré bronzé à la base, assez largement bordées de rouge un peu 
testacé. 

Mylabris rutilicollis. — Long. 21 mill. — Nigra ; nitida, 
nigro-pilosa, prothorace sanguineo, antennis ochraceo-flavis, arti- 
culis 2 primis nigris, elytris utrinque macula fere basali trans- 
versa, suttcram haud attingente, ad marginem latiore, plagn 
magna transverso-mediana et macula anteapicali inclusa pallide 
flavis, subtus griseo-villosa, abdomine auranliaco, subtus nigro, 
lateribus et apice exceptis ; capite convexo, fortiter rugoso-punctato. 
antennis apice incrassatis , articulo 3° sequenti valde longiore ; 
prothorace elytris angustiore, paium transverso, a medio antice, 
sat fortiter angustato, dorso fortiter pnnctato-ragoso, basi obsolète 
transversim impresso, medio lineavix elevata signato ; scutello lato, 
apice rotundato , fere Uevi; elytris fortiter punctato-rugosis, obsolète 
nervosis, apice late rotundatis ; subtus dense subtiliter coriacea. 

Voisin du M. tricolor et surtout du latefasciata, diffère des deux 
par la coloration du corselet et de l'abdomen, se rapproche davantage 
du second par la coloration des élytres, mais la tache basilaire esi 
une bande qui s'étend jusqu'au bord externe, la tache postérieure 
est bien plus petite et l'écusson très arrondi à l'extrémité. Quand 
l'insecte est dans l'alcool, il conserve ses belles couleurs, le corselet 
et l'abdomen sont d'un rouge orangé et la teinte jaune des élytres 
est presque dorée. 

Cantharis leucophthalma. — Long. 11 mill. — Sat elon- 
gata, nigra, nitida, elytris opaculis, oculis albis; capite breviter 
ovato, poslice convexo et rotundato, parce punctato, verlice leviler 
impresso, fronte inter oculos biimpressa, antice sat abrupte 
truncalOj sutura clypeali valde impressa, labro sat magno t arcua- 



154 

tim sinuato; antennis sat validis, Mrtis, médium corporis supe- 
rantibus, articulis 3 et 3 bremssimis, 3° paulo majore, céleris 
œqualibus ; prothorace ovato, antice angustato, capite et elytris 
multo angustiore, laxe punctato, antice et basi valde impresso, 
basi subliliter marginato ; scutello ogivali, punctulato, medio sat 
f or titer impresso; elytris ad humeros rotundatim angulatis, dense 
punctato-coriaceis ; subtus sat nitidula, Dix punctulata, pedibus 
sat gracilibus, tarsis gracilioribus \ posterioribus articulo i* basi 
pallido. — Ouebbi. 

Cette Cantharide est remarquable par ses yeux d'un blanc de 
porcelaine et le 1 er article des tarses postérieures ayant la base 
d*un roussàtre très pâle; cette teinte se voit aux tarses inter- 
médiaires, mais très peu distincte. Cette particularité ainsi que la 
forme du corselet et la coloration, rapproche cette espèce de la 
chalybea Er., mais les antennes sont plus longues, le 3 e article 
est bien plus court, la tête est à peine ponctuée avec des impres- 
sions distinctes, le corselet est à peine ponctué et les pattes, sur- 
tout les tarses, sont plus longues et plus grêles. 

Cantharis cribricollis. — Long. 13 mill. — C. strangulatae 
simillima, sed paulo minor, elytris minus nitidis, antennis bre- 
vioribus, et prxsertim prothorace fortiter punctato antice minus 
angustato et minus impresso, elytris subtilius coriaceis, oculis 
minus approximaiis et corpore subtus cum pedibus fusco-cœru- 
lescente. 

Par la ponctuation du corselet cette Cantharide se rapproche de 
la spurcaticollis , mais cette dernière a la tête fortement ponctuée, 
les antennes plus courtes et plus épaisses, le corselet plus fortement 
ponctué, brun sur le disque, avec une étroite ligne médiane lisse. 

Microcerus tuberifrons. — Long. 15 mill. — Cette espèce 
ressemble extrêmement au spiniger ; elle en diffère par une sorte de 
crête transversale entre les yeux, un peu interrompue au milieu, le 
rostre beaucoup plus court, presque carré, plus largement sillonné 
au milieu, mais sans sillons latéraux, le corselet un peu moins étroit, 
plus vermiculé, à canal médian plus étroit, les côtés assez fortement 
sinués avant la base, les élytres moins convexes, plus larges, la 
partie oblique près des épaules plus tuberculée, avec la dent moins 
saillante, la partie dorsale plus tuberculée, les stries bien plus 
interrompues. Le dessous du corps est également recouvert d'un 
enduit terreux ; l'individu unique ne présente pas d'impression 
médiane. 

Brachyderes Somalius. — Long. 13 mill. — Flongatus, 
convexus,ferefusiformis,fuscus, nitidus ; capite sat lalo,fronte 
et rostro basi medio profunde sulcatis, hoc antice allenuato et 



155 

subtiliter rugosulo, medio emarginato ; prothorace vix transverso, 
medio amplialo, antice et basi xqualiter angustato, dorso subtiliter 
dense transversim plicatulo , interstitiis subtiliter punctatis ,postice 
medio oblonge impresso; scutello dense albido-pubescente ; elytris 
oblongo-ovatis, apice obtusis, dorso sat fortiter linealo-punctatis, 
fere substriatis basi fortius punctatis, intervallis planiusculis, 
subtiliter dense coriaceis; subtus dense punctatus etgriseopubescens. 
— Ogadeen. 

Ressemble assez au B. suturalis Q, mais les élytres ont des 
lignes bien plus fortement ponctuées, la tête est profondément 
sillonnée et le corselet est marqué d'une impression à la base. 

Crossotus saxosicollis. — Long. 25 mill. — Robustus, 
fusco-piceus , nitidus, pube pallido-grisea vestitus ; cajnte inter 
oculoslate canaliculato ,fronte subtiliter sulcatul a, vertice utrinque 
plicatulo; antennis rufo-piceis , elytrorum apicem parum superan- 
tibus, basi et arliculo ultimo dense cïliatis ; prothorace transverso, 
basi elytris fere dimidio angustiore, basi transversim bisulcato, 
disco paulo post medio transversim elevato-plicato, ante basin 
quadrituberoso, tuberculis 2 medianis fere contiguis, lateribus 
ante médium dente sat valido, apice obtuso armatis et antice obtuse 
tuberosis ; scutello fere lœvi, apice truncato, medio impressiusculo ; 
elytris brevibus, sat fortiter convexis, ad humeros angulatis, apice 
fere truncatulis, basi grosse, profonde ac dense punctatis, rugo- 
sulis et utrinque tuberculo sat grosso sed planato, haud rugoso 
signato, punctis medio minoribus et apice obsoletis, stria suturait 
impressa; subtus dense vestitus, segmento ventrali ultimo late 
sinuato, pedibus punctis denudatis sparsutis. — Ogadeen. 

L'unique individu de ce Crossotus est malheureusement dépouillé 
de sa vestiture dont il ne reste des traces en dessus que dans les 
points et les dépressions, mais qui est intacte et plus grossière 
en-dessous; il est remarquable par les 2 gros plis ou tubercules 
transversaux du corselet, la base étant munie de 3 tubercules 
dont le médian est fortement bilobé; l'écussion est nettement 
tronqué. 

liiniscus fasciolatus. — Long. 4 à 4 1/2 mill. — Ovatus, 
modice convexus, piceo-œnescens, modice nitidus, elytris pedibus- 
que testaceis, Mis disco et ad suturam piceo fasciolatis ; capile dense 
punctulato, oculis magnis, valde approximatis ; prothorace elytris 
paulo angustiore, antice angustato, lateribus rotundato, dorso 
dense sat fortiter punctato, utrinque medio breviter transversim 
sulcalulo; basi subtiliter marginato ; scutello ogivali Ixtiusculo ; 
elytris ovatis, ad Jiumeros rotundatis, dorso punctato -substriatis, 
punctis basi sat grossis, postice obsoletis, striis vix impressis, 

»NNALES DE LA SOC. ENTOM. t.E BELGIQUE, T. XXXVII. 13 



156 

postice obliteratis, suUirali sat profunda, quinta basi profunda, 
intervallis planiusculis , fere lœvïbus. — Ouebbi. 

La coloration des élytres est variable, tantôt réduite à quelques 
traits, tantôt envahissant le disque et la suture, ne laissant le tes- 
tacé que sur les côtés et à l'extrémité. 

Cassida inconstans. — Long. 7 mill. — Ovala, sat convecca, 
coloratione valde variabilis ', Jlavo-testacea, nitida, dorso rufulo, 
lateribus dilutis, translucidis, disco interdum nigro marginato, 
sutura, vitta média transversa et basi utrinque macula nigris, 
sxpius unicolor aut vage maculosa, subtus nigra, abdomine late- 
ribus et apice pedibusque flavidis ; capite antennisque flavidis, 
his apicem versus leviter crassioribus, articulo 2° quarto viœ 
breviore, 5° sequenti paulo longiore, ullimo acuminato et supra 
apice infuscato : prothorace basi elytris viœ angnstiore, antice 
angustato et laie rotundato, angulis posticis obtuse rotundatis, 
dorso polito, lateribus hyalinis, reticuiatis ; scutello ogivali, Ixni ; 
elytris apice rotundatis, dorso sat subtiliter punctato-lineatis , 
sutura elevata, parte marginali sat lata, hyalina, reticulata et 
inlus punctis sat grossis seriatis limitata; subtus lœms. 

Voisine de la mulabilis, mais plus convexe, noire en dessous, 
sauf les bords et l'extrémité de l'abdomen, avec les antennes 
jaunes sauf l'extrémité supérieure du dernier article, les élytres à 
lignes ponctuées, non striées, les intervalles plans, lisses, et à 
coloration très différente. 

Les individus à dessins noirs sont très rares, les autres sont ou 
unicolores, ou n'ayant que des traces assez vagues de points bruns 
sur les élytres. 



LÉPIDOPTÈRES NOUVEAUX DE LOJA ET ENVIRONS 

(Equateur) , 

par M. Paul Dogain. 

Mesosemia Agnilata n. sp. 

34 millimètres. Dessus d'un bleu profond, les supérieures avec 
la côte noire, un gros point cellulaire noir pupille de blanc, deux 
lignes transversales et une large bordure terminale noire. Infé- 
rieures avec le point usuel tout noir, un commencement de ligne 
extraba>-ilaire et au second tiers de l'aile, une ligne toute droite, 
enfin une large bordure terminale noire. Par le dessus cette 
espèce se rapproche tout à fait de Mesosemia Zorea Hew. 
(pi. 9, n° 85) toutefois les deux lignes transversales des supé- 
rieures ne sont pas placées de même et sont du double plus écar- 



157 

tëes au bord interne. En outre les dessins du dessous sont fort 
différents. 

Celui-ci est brun, avec le gros point cellulaire noir pupille de 
blanc et une auréole fauve. De chaque côté de ce point une ligne 
plus sombre, l'intérieure irrégulière, l'extérieure arrondie; immé- 
diatement au delà de la cellule une large bande blanche partant 
peu après la côte, arrondie, et devenant grise un peu avant d'at- 
teindre le bord interne. Enfin une ligne subterminale bordée de 
clair. Dessous des inférieures brun, traversé par deux lignes, une 
extrabasilaire saccadée puis une seconde ligne au delà du milieu, 
presque droite et bordée de clair intérieurement. Entre les deux 
un petit point cellulaire noir pupille de blanc. Enfin une fine ligne 
subterminale surmontée de chevrons bruns. Antennes annelées 
de blanc et de brun. — Loja, un cf 1889. 

J'ai reçu de Palanda (Equateur) la Mesosemia Zorea absolu- 
ment conforme au type figuré par Hewitson. 

Sabulodes Polvoreata n. sp. 

31 et 35 millimètres. Ailes arrondies. Dessus jaune strié de 
brun rouge et semé de quelques atomes noirs. Aux supérieures 
deux lignes : une extrabasilaire assez droite et une subterminale 
fortement coudée avec la pointe en dehors. Aux inférieures une 
subterminale zigzaguée. Toutes ces lignes d'un vert pâle et peu 
marquées. Chaque aile possède en outre un petit point cellulaire 
noir et quelques points nervuraux noirs subterminaux. Franges 
jaunes, plus foncées aux nervures. Dessous d'un jaune plus pâle, 
les lignes du' dessus indiquées en brun, la subterminale bien mar- 
quée; les points cellulaires à peine visibles. 

Antennes finement crénelées, palpes longs à dernier article 
très distinct; tête, corps et pattes concolores. 

Deux <$. San Francisco près Loja, l'un des exemplaires capturé 
en août 1886. 

Heterolocha Saeta n. sp. 

23 à 25 millimètres. Dessus des ailes jaune finement pointillé 
de ferrugineux; les supérieures traversées par trois lignes; deux 
droites et parallèles, placées aux premier et second tiers de l'aile; 
puis une troisième, coudée extérieurement, dans le dernier tiers. 
Un petit trait cellulaire et deux ou trois points noirs, subterminaux, 
complètent les dessins des premières ailes. Les secondes sont tra- 
versées par une seule ligne, subterminale en forme de V dont la 
pointe se dirige extérieurement; elles possèdent le point cellulaire 
et un ou deux points noirs subterminaux. Les franges, la tête et 
le dessus du corps sont absolument concolores. 



158 

Le dessous, jaune bois semé d'atomes bruns, possède les mêmes 
dessins. Antennes filiformes. 

Huit cf et une Q. Loja 1891 et 1892. 

Heterolocha Olorosa n. sp. 

28, 30 et 36 millimètres. Dessus des ailes jaune pointillé 
d'orangé, les supérieures avec un petit point cellulaire et deux 
lignes (d'un gris violàtre) à peu près droites : la première, extra- 
basilaire; la seconde, au delà du milieu se dédoublant avant 
d'atteindre la cote peu avant l'apex. Une série de petits points gris 
terminaux sur les nervures, parfois atrophiés. Les inférieures 
avec cette même série de points et une seule ligne transversale, à 
peu près au centre de l'aile et continuant la seconde des supé- 
rieures. Franges et dessus du corps concolores, tête jaune. Dessous 
jaune paille avec les lignes du dessus paraissant comme par trans- 
parence et une série de points non plus subterminaux mais accom- 
pagnant la seconde ligne au travers des quatre ailes. Un petit 
point cellulaire aux supérieures. Antennes filiformes. 

Quatre tf. Loja 1887 et 1892. 

Heterolocha Albarita n. sp. 

30 millimètres. D'un beau jaune serin pointillé d'atomes bruns. 
Cette espèce, fort voisine à' Heterolocha Apricaria H. Sch. que j'ai 
également reçu en nombre de Loja, a les mêmes dessins mais les 
lignes sont moins nettes et moins droites, la seconde notamment 
est arrondie tout particulièrement dans les inférieures. Les quatre 
ailes possèdent une rangée subterminale de points, d'ordinaire bien 
indiquées, ainsi qu'un point cellulaire, fondu parfois dans le fond. 
Les franges sont jaune serin avec l'extrémité des nervures brune. 
Dans quelques exemplaires les lignes diminuent jusqu'à ne plus 
être composées que de la série des petits points nervuraux blancs et 
noirs qui les accompagnent toujours. 

Dessous comme le dessus mais d'un jaune plus uni, les dessins 
parfois effacés. Tête, corps et pattes concolores. Antennes filiformes. 

Huit $ et une Q. Loja, 1890 à 1892. 

Cette espèce est également voisine de Rumia Inquietaria 
Maassen (Stûbel, pi. 7, fig. 23) et celle-ci me semble devoir se 
rapporter à Y Heterolocha Rumiaria de Guénée. 

Anisodes Verbena n. sp. 

32 milimètres. Supérieures à apex pointu, inférieures arron- 
dies, bords terminaux dentés. Dessus des ailes d'un gris crémeux, 
les supérieures traversées par trois lignes saccadées, teintées de 



159 

vert pâle; les inférieures par deux lignes semblables (l'extrabasi- 
laire manquant). Un petit point cellulaire gris aux supérieures, 
un point cellulaire beaucoup plus gros, noir et placé sur la ligne 
centrale, aux inférieures. Les deux ailes avec une rangée de 
petits points internervuraux bruns. Franges grises coupées de 
brun aux nervures. 

Dessous des supérieures blanc sale teinté de gris, avec le point 
cellulaire, un commencement de ligne (coudée), une subterminale 
très tourmentée, enfin l'extrême bord terminal brun. Dessous des 
inférieures crémeux avec un petit point cellulaire, une subtermi- 
nale chevronée enfin le bord terminal brun. 

Antennes à lames longues jusqu'aux deux tiers, puis filiformes ; 
tête et thorax verdâtres. 

Deux cf; Loja, 1891. 

Anisodes Pintada n. sp. 

30 à 32 millimètres. Supérieures allongées. Dessus des quatre 
ailes d'un jaune terreux semé d'atomes rougeâtres, traversé dans 
la partie extérieure par plusieurs lignes brunâtres à pourtours 
indécis et plus ou moins fondues l'une avec l'autre ; les supérieures 
striées en outre de brunâtre longitudinalement. Chaque aile avec 
un point cellulaire blanc, cercle de brun et deux séries de petits 
points noirs très fins, l'une subterminale, l'autre terminale. En 
outre les supérieures ont quelques petits points semblables sur 
l'emplacement de l'extrabasilaire. Franges concolores. Dessous 
jaune pâle, les supérieures envahies de la base parfois jusqu'au 
milieu par une teinte rosée, puis traversées par une ligne centrale 
et une subterminale double, également rosées. Les inférieures 
avec des ligues analogues mais souvent effacées. Les points 
cellulaires tout blancs, atrophiés parfois, surtout aux inférieures. 

Antennes à lames longues jusqu'aux deux tiers, puis filiformes; 
tête, corps et pattes concolores. 

Parmi les individus que j'ai reçus, deux exemplaires diffèrent 
des autres en ce que les points cellulaires en dessous comme en 
dessus sont noirs, finement pupilles de blanc. 

15 cf. Loja, 1890 à 1892. Cette espèce se place à côté iï Anisodes 
Lancearia, Feld. et Rog. mais elle est d'un jaune plus foncé, ses 
inférieures sont plus fortement dentées enfin ses dessins sont 
moins nets. J'ai d'ailleurs également reçu de Loja l'espèce de 
Felder. 

Anisodes Granillosa n. sp. 

30 à 33 millimètres. Cette espèce est très voisine de la précé- 
dente dont elle a le port et la taille ; ses ailes ne sont pas jaunes 



160 

comme chez Pintada mais d'une teinte bois tirant sur le fauve, 
uniforme, finement semée d'atomes rouges bruns, avec l'indication 
de deux lignes ondulées (la centrale et la subterminale) se perdant 
dans le fond, un petit point cellulaire blanc, parfois minuscule, 
enfin une série subterminale de petits points noirs. 

Quelques petits points extrabasilaires, noirs, aux supérieures. 
Franges concolores coupées par de petits points terminaux bruns. 

Dessous des supérieures jaune teinté de vineux avec une ligne 
centrale épaisse, une subterminale plus fine et ondulée et des 
taches terminales vineuses; un petit point cellulaire blanc. Des- 
sous des inférieures jaune pâle avec les lignes comme aux supé- 
rieures mais plus fines et plus nettes. Les quatre ailes avec des 
petits points terminaux intranervuraux en dessous comme en 
dessus. Franges jaune pâle. Antennes comme chez Pintada. Tête 
et corps concolores. 

11 tf. Loja, 1890 et 1891. 

Anisodes Mezclata n. sp. 

38 millimètres. Les quatre ailes arrondies, assez fortement den- 
tées, les inférieures surtout. Dessus gris noisette divisé en trois 
parties par deux lignes, une extrabasilaire tourmentée, peu nette 
et une subterminale bien marquée, assez droite. Extérieurement à 
cette seconde ligne se trouvent quatre taches brunes terminales; 
aux supérieures une en dessous de l'apex puis une seconde à 
l'angle interne; aux inférieures, une apicale et une plus petite à 
l'angle anal. Chaque aile possède en outre un point cellulaire, 
brun pupille de blanc, une rangée de points terminaux placés 
dans les creux des dentelures enfin quelques stries brunes irré- 
gulières. Dessous comme le dessus mais plus pâle de ton et de 
dessins. 

Antennes filiformes, palpes très proéminents et longs ; tête, 
corps et pattes concolores. 

Une Q ; Loja, 1891 . Cette espèce se place tout à côté à' Aniso- 
des Prunelliaria H. Sch. 

Ephyra Aguzata n. sp. 

28 millimètres. Supérieures à apex pointu, inférieures un peu 
coudées au milieu, les quatre ailes à bords terminaux ondulés. 
Dessus d'un gris rosé uniforme avec deux rangées de petits points 
noirs, l'une extrabasilaire, l'autre subterminale; chaque aile possé- 
dant un assez gros point cellulaire noir finement pupille de blanc. 
Bords terminaux coupés de points noirs, franges concolores. 

Dessous comme le dessus mais d'une teinte plus pâle et sans la 



161 

rangée extrabasilaire de points. Antennes à lames longues, le der- 
nier quart filiformes; tête, corps et pattes concolores. 
Un ^; Loja, 1891. 

Ephyra Ladrilla n. sp. 

35 millimètres. Ailes non dentées, les inférieures coupées assez 
carrément à l'angle anal. Dessus d'un rouge testacé uni, traversé 
par une centrale et une subterminale plus sombres, fines et ondulées, 
les supérieures ont en outre une extrabasilaire à peu près droite. 
Chaque aile possède un point cellulaire blanc cerclé de noir, très 
petit aux supérieures beaucoup plus gros aux secondes ailes. 
Franges concolores. 

Dessous d'un jaune pâle uni, teinté de rosé, avec les franges de 
même tonalité, les lignes du dessus se retrouvant partiellement et 
l'indication de petits points cellulaires sombres. Antennes pectinées 
à extrémité filiforme; tête, thorax et dessus du corps concolores; 
extrémité de l'abdomen et pattes jaune pâle rosé. 

Un tf; Loja, 1890. 

J'ai trouvé au British Muséum sous le nom d 1 ' Heterephyta 
Plenorbis Warr. une espèce très voisine mais distincte de celle-ci. 

Paul Dognin. 



SUR LA CLASSIFICATION DE LA FAMILLE DES FORMICIDES, 

AVEC REMARQUES SYNONYMIQUES, 

par 4ug. Forel. 

Dans les « Verhandlungen der Gesellschaft deutscher Natur- 
forscher und Aerzte zu Bremen, September 1890; p. 162, 1891 ; 
Neber die Ameisen Subfamilie der Doryliden », j'ai exprimé l'opi- 
nion que les genres Myopopone, Amblyopone, Mystrium etc. sont 
la souche primitive des Formicides, et dérivent des Thymides et 
groupes voisins d'Hyménoptères non sociaux (genres Spterogyma et 
autres). Chez ces genres, en effet, le pédicule s'attache largement à 
l'abdomen, et tombe en avant, verticalement, pour s'attacher au bas 
du métathorax, comme chez les Th} mides etc. Les ç^ ressemblent 
tout à fait à ceux de ces hyménoptères non sociaux. Les cellules des 
ailes sont aussi très voisines. 

La présence des ouvrières aptères et la vie sociale, peu développée 
du reste, sont les principaux caractères qui rattachent ces genres 
aux Formicides. Je crois qu'ils sont assez caractérisés pour être 
séparés des Ponérides (Ponerinœ) et pour former une sous-famille à 
part, de valeur surtout phylogéuétique, sous-famille que je propose 



162 

d'appeler Amblyoponinx . Je veux par la même occasion donner une 
esquisse de la subdivision des sous-familles des Formicidesen tribus, 
telle que je la crois utile et juste au point où en sont nos connais- 
sances actuelles. Je n'en fais qu'une esquisse, car l'avenir viendra 
sans nul doute la modifier et la préciser. 

I ère Sous-famille AMBLYO PONINAE n. subf. 

Pédicule d'un article qui est vertical devant, attaché au bas 
du métathorax, élargi en arrière où il s'attache largement au 
premier segment abdominal. Ouvrières aveugles ou presque 
aveugles. Les çf ont deux éperons aux tibias postérieurs, comme 
divers genres de Ponerinae du reste, et sont très parents des 
Apterogyna, des thymides etc. Du reste comme les Ponerinae. 
Yeux très petits ou nuls. Vie très souterraine, mais sédentaire. 

Genres Amblyopone Erichson. Stigmatomma Roger, Myopopone 
Roger, Mystrium Roger ', Prionopelta Mayr. 

II me Sous-famille PONERINAE Lep. 

1ère Tribu. — Myrmeeii. 

Genre Myrmecia F. Ce genre aberrant, avec ses mandibules 
d' Amblyopone et son pédicule voisin de celui des Myrmicinae, 
tandis que les larves se filent une coque et que les mâles ont 
l'aspect des Ponerinae, mérite de former une tribu à part. Il n'a 
cependant pas de caractère distinctif assez profond pour former une 
sous-famille à part, car le rétrécissement du 2 me segment abdominal 
varie beaucoup chez les Ponerinae. 

2me Tribu. — Cerapaehysii. 

Comprend un groupe de genres à corps cylindrique, à carène sur 
les joues, à forme aberrante de l'abdomen, groupe que j'ai réuni 
comme sous-genre du genre Orapachys dans mes Fourmis de 
Madagascar. Faut-il conserver aux sous-groupes le titre de genres? 
Faut-il au contraire réunir encore les genres SpinctomyrmexMdLyr., 
et Syscia Roger? 

Quoiqu'il en soit, je crois devoir réunir les genres et sous-genres 
suivants à la tribu des Cerapaehysii : 

Gerapachys Smith, Par asy scia Emery, Lieponera Magr., 
Simopone Forel, Cylindromyrmex Mayr., Sphinctomyrmex Mayr., 
Syscia Roger, Ooceraea Roger, Acanthostichus Mayr. 

3 me Tribu. — Loptogenysii. 

Comme M. Emery l'a fait remarquer, la 9 des genres Leptogenys 
Roger, Lobopelta Mayr. et Diacamma Mayr. est demeurée incon- 



163 

nue jusqu'ici, malgré toutes les recherches qu'on a faites, et il 
présume, avec raison sans doute, qu'elle est aptère et aveugle. Le 
genre Lobopelta, et évidemment aussi le genre Leptogenys est 
termitophage (M. Wroughton). Peut-être en est-il de même des 
Diacamma. Ces trois genres si particuliers me semblent mériter de 
former une tribu à part. 

4 me Tribu. — Ponerii. 

Les autres genres de la sous-famille des Ponerinae, sauf le 
groupe suivant. Probablement que certains groupes, comme Pro- 
ceratium, devront former plus tard des tribus à part. 

5 me Tribu. — Odontomachii. 

Genres Odontomachus Latr. avec le sous-genre Tkempsomyrmex 
Emery et Anoclietus Mayr. avec le sous-genre Slenomyrmex Mayr. 
(ancienne sous-famille des Odontomachidœ de Mayr.) 

III™ Sous-famille DORYLIN^E Shuck. 

l re Tribu. — Dorylii. 

Les ouvrières ont un seul article au pédicule, comme les Q 
et les cf. 

Genres : Dorylus Fab., Rhogmus Shuck, Anomma Shuck, 
Cheliomyrmex Mayr.(?) 

Il ne me paraît pas certain que le genre Cheliomyrmex soit un 
Dorylide. La connaissance des c? et des Q éclaircira ce point. 

2 me Tribu. — Ecitonii. 

Les ouvrières ont deux articles au pédicule, comme les Myrmi- 
cides. Les cT n'en ont qu'un. 

Genres Eciton Latr., JEnictus Shuck-, Pseudodichshctdia 
André (?), 

IV™ Sous-famille MYRMICINAE Lep. 

Je renvoie à ma note « Attini und Cryptocerini. Mittheil. 
d. Schweiz. entom. Gesellsch., Bd. VIII, Heft9., 1892. * 

l re Tribu. — Attii. 

Genres mycophages (voir les études biologiques du Docteur 
Moeller). 
Genres Atta Fab. avec les sous-genres Acromyrmex Mayr. et 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. ! { 



164 

Mycocepurus Forel in litt., Myrmicocrypta Smith, Sericomyrmex 
Mayr., Glyptomyrmex Forel, Cyphomyrmex Mayr., Apterosiigma 
Mayr. 

2 me Tribu. — Daeetonii. 

Genres Daceton Pertg., Acanthognalhus Mayr., Strumigenys 
Smith, Orectognathus Smith, Epitritus Emery, Hypopomyrmex 
Emery, Ceratobasis Sm., Rhopalothrix Mayr., Cataulacus Smith. 

3">» Tribu. — Cryptoeerii. 

Genres Cryptocerus Latr. et Procryptocerus Emery. 

4 me Tribu. — Myrmieii. 

Les autres genres de la sous-famille des Myrmicinse. On peut 
cependant risquer d'en détacher encore les quatre tribus suivantes : 

5 m » Tribu. — Cremastogastrii. 

Second article du pédicule attaché sur le dos du 1 er segment 
abdominal. 

Genre Cremastog aster Huud. 

6 me Tribu. — Solenopsisii. 

Massue des antennes le plus souvent de deux longs articles chez 
les Ç> et les 9- Epistome des Ç> et des cf plus ou moins bicaréné. 

Les ailes ont une seule cellule cubitale et la nervure transverse 
s'unit au rameau cubital externe, loin du point de partage. Les 
ouvrières sont en général petites, avec les yeux peu développés et 
la vie souterraine, tandis que les 9 et 1© S (5 sont grands ou même 
énormes relativement aux Ç> est très aériens. Chez quelques genres 
il existe des Q major à têtes énormes. 

Genres : Solenopsis Westw , Oligomyrmex Mayr., JEromyrma 
Forel, Carebara Westw. , Tranopelta Mayr. , Melissotarsus Emery, 
Pheidologelon Mayr. 

7 me Tribu. — Pseudomyrmii. 

Genres Pseudomyrma Lund et Sima, Roger, caractérisés par la 
forme de l'épistome, les gros yeux, le corps filiforme etc. 

8 me Tribu. — Formicoxenii. 

Genres parasites, à mâles aptères, autant qu'ils sont connus. Le 
genre Cardiocondyla Emery se rapproche certainement beaucoup 
de ce groupe (voir Forel, Verh. zool, Bot. Ges. Wien, juni 1892), 
si même il ne doit pas y être réuni, quoiqu'il ne soit pas parasite. 



165 

Genres Auergates Forel, Formicoxenus Mayr, Xenomyrmex 
Forel (?), Tomognathus Mayr. et un nouveau genre des Etats-Unis 
découvert par M. Pergaude et qui sera prochainement décrit par 
M. Emery. 

Je laisse pour le moment les genres aberrants Myrmicaria Saund. 
et Pheidole Westw., dans la tribu des Myrmicii, mais on pour- 
rait fort bien faire une tribu à part pour chacun, les Myrmicarii 
à antennes de 7 articles et à <$ avec l'abdomen aplati et cordiforme, 
et les Pheidolii à soldat distinct et à massue des antennes de trois 
grands articles subégaux. 

On pourrait aussi détacher en groupe à part les genres Tetra- 
morium Mayr., Triglypliathrix Forel, Oalyptomyrmex Emery et 
Meranoplus Smith. Mais ces groupes me paraissent encore trop peu 
solidement assis. 

V™ Sous-famille DOLICHODERIN^E. 

Sans changement ni tribus, à moins qu'on ne veuille séparer le 
genre Dolichoderus des autres. 

VI- Sous famille CAMPONOTIN^E. 

l re Tribu. — Plagiolepisii. 

Genres Plagiolepis Mayr., Acropyga Roger, Acantholepis 
Mayr., Melophorus Lubbock, Brachymyrmex Mayr., Myrmela- 
chista Roger. Gésier réfléchi devant en parasol. 

2 me Tribu. — Formicii. 

Genres Prenslepis Mayr., Pseudolosius Emery, Lasius Fab., 
Formica L., Myrmecocystus Wsm., Polyergus Latr. Antennes 
insérées aux extrémités postérieures de l'épistome. 

3 me Tribu. — Camponotii. 

Genres OecopJiylla Sm., Myrmecopsis Sm., Gesomyrmex Mayr., 
Dimorpliomyrmex André, Mayria Forel, Rhinomyrmex Forel, 
Camponotus Mayr. et sous genre Colobopsis Mayr. Polyrhachis 
Sm. et Echinopla Smith. 

Antennes insérées sur les côtés des arêtes frontales, plus ou 
moins en arrière des extrémités postérieures de l'épistome. Il est 
possible qu'il faille faire une tribu à part des genres Becophylla, 
Gesomyrmex et Dimorpliomyrmex. Je ne connais pas de vue ces 
deux derniers. 

Qu'on me permette ici quelques remarques sur le nouveau cata- 



166 

logue des Formicides de M. le professeur Dalla Torre. Je ne veux 
pas dire du mal de l'œuvre encyclopédique magistrale de mon hono- 
rable collègue. Mais comme il a changé plusieurs choses à notre 
nomenclature il me permettra d'émettre certaines opinions diffé- 
rentes des siennes. 

Qu'en parlant latin on veuille être correct, rien de plus justifié. 
Si par exemple un auteur écrit Formica longus on a bien le droit 
et le devoir de corriger en Formica longa, car on doit décliner 
exactement, et M. Dalla Torre a par conséquent le droit de corriger 
Myrmecocystus hortus deorum Mac Cook en Myrmecocystus 
horti deorum. Par contre je conteste à un auteur le droit de faire 
du purisme étymologique et de modifier les noms de genre, sous 
prétexte que l'étymologie en a été mal faite. Si l'on commence à 
s'aventurer sur ce terrain-là, il n'y a pas de raison pour en finir. 
Une foule de barbarimes sont admis dans le langage et ne font 
aucun mal aux noms de genres que l'auteur a le droit de baptiser 
comme bon lui semble, sans qu'on ait celui de venir les changer 
ensuite sous prétexte d'étymologie. Certainement Mayr. a eu tort 
d'écrire Vollenhovia en dédiant son genre à Snellen Van Vollenhoven 
et M. Dalla Torre a raison en disant qu'il aurait dû écrire 
Vollenhovenia. Mais le nom de genre (bien assez long comme il est) 
Vollenhovia a la priorité, et je me refuse absolument à admettre 
qu'on ait maintenant encore le droit de le changer. Partant de ce 
principe je me permets de proposer les modifications suivantes au 
catalogue de Dalla Torre en restituant le nom situé après le signe =. 

G. Amblyopopone Dalla Torre = Amblyopone Erichson. 
G. DrepanognatJius Smith à DalleTorre = Harpegnathos Jerdon. 

En effet Harpegnathos n'est pas Earpognathus. Or le genre de 
Wesmael (Col.) est Harpognathus et non Harpegnathos. Le latin a 
aussi des noms en os dérivés du grec. Si cela a fait plaisir à 
M. Jerdon d'appeler sa fourmi ainsi, qui a le droit de l'en empêcher 
40 ans plus tard et de le mettre en synonyme à cause d'un genre 
de Coléoptères dont deux lettres sont différentes. 

G. Vollenhovenia Dalla Torre = Vollenhovia Mayr. 

Pourquoi M. Dalla Torre pour être conséquent n'a-t-il pas sup- 
primé le barbarisme Formicoxenus Mayr.? On voit où ce système 
peut conduire. Par contre M. Dalla Torre laisse subsister un Cre- 
mastogasler difformis Smith, lors même que diformis ne signifie 
rien du tout en latin et que Smith lui a donné ce nom en confondant 
le mot latin avec le mot anglais. 

M. Dalla Torre met un ? pour l'étymologie de Messor Forel. Or 



167 

Messor signifie en latin moissonneur. Si cela me couvient de pren- 
dre une fois un nom de genre au latin au lieu de le prendre au grec, 
qui pourra m'en empêcher? Formica, Lamia etc. sont des noms de 
genre empruntés au latin et de bon aloi. 

Gaesomyrmex Dalla Torre = Gesomyrmex Mayr. 

Opislhopsis Emerj. Le genre de Mutillides créé par Guérin 
s'écrit Myrmicopsis et non Myrmecopsis. Je conviens qu'il n'y a 
qu'une lettre de différence et qu'un puriste accusera Guérin de bar- 
barisme. Mais tout cela ne me suffirait pas pour que je crusse per- 
mis de changer un nom de genre. Par contre il existe un genre de 
Lépidoptères Myrmecopsis Newm., datant de 1850, ce qui justifie 
la création du nom à'Opisthopsis. 

L'étude de la synonymie des genres m'amène à d'autres collisions 
qui ne sont pas permises dans la même classe d'animaux : 

Le nom de Dolichoderus Lund, 1831 (Formicide) a été employé 
de nouveau deux ans plus tard par Klug pour un genre de Coléop- 
tères qui subsiste toujours et n'a donc plus le droit de vivre. 
Je propose pour ce genre de coléoptères le nom de Stierlinius 
nov. gen. 

Le nom à'Odontomachus Latr. 1804 (Formicide) a été employé 
de nouveau en 1843 pour un genre de coléoptères par Schônherr, 
ce qui est tout aussi inadmissible. Je propose pour ce genre de 
coléoptères le nom de Machodon nov. gen. 

Le nom de Carebara Westw., 1841 (Formicide) a été employé 
de nouveau par Le Conte en 1862 pour un genre de Coléoptère 
pour lequel je propose le nom de Rushia nov. gen. (von D r Benja- 
min Rush aus Philadelphia). 

Le genre de Formicides Ceratobasis Smith. 1861 devrait tomber 
devant le genre de Coléoptères Ceratobasis Lacordaire. Mais ce 
dernier genre est tombé lui-même comme synonyme de Coptoce- 
phala, à ce que m'écrit mon collègue le D r Stierlin de Schaffouse, 
ce qui redonne droit de vie au genre Ceratobasis de Smith. 

Le genre Tomognathus Mayr. (Formicides, 1861) devrait céder 
le pas au genre de poissons Tomognathus Dixon (1850). Mais ici la 
question est plus ardue, et il est permis de se demander si dans des 
embranchements différents un double emploi n'est pas licite. Si les 
autorités en cette matière considèrent le double emploi comme 
illicite, je propose le nom de Harpagoxenus pour le genre de For- 
micides Tomognathus , mais ici, il me paraît préférable de ne pas 
changer. 



168 



ADDITION AUX ÉLATÉRIDES DES INDES ORIENTALES, 
par E. Candèze. 

M. H.E. Andrewes, qui a séjourné pendant plusieurs années dans 
le Sud de la province de Bombay, y a recueilli une grande quantité 
de Coléoptères. Attaché au Service forestier et en résidence à 
Belgaum, la nature de ses fonctions lui a permis de parcourir les 
districts voisins de la ville en question, au grand profit de ses col- 
lections entomologiques. 

Il a en outre reçu beaucoup d'insectes de deux naturalistes de 
ses amis, remplissant les mêmes fonctions, l'un, M. Bell, dans le 
Kanara, l'autre, M. Corbett, dans le Pégu, en Birmanie. 

Belgaum (ou Belgaom ou Belgâm), se trouve à l'extrémité méri- 
dionale de la province de Bombay, 400 kilom. de la ville de ce nom, 
15°50' de latitude nord, 762 m. d'altitude. 

Le district, dont elle est le chef-lieu, est principalement agricole 
et la forêt, là ou elle existe, ne consiste qu'en fourrés ou bien en 
taillis peu serrés. 

Le Kanara, plus méridional encore et dépendant de la Prési- 
dence de Madras, consiste en une longue bande de terres de 
300 kilom,, très variable en largeur, située le long de la mer, 
entre celle-ci et les montagnes des Ghattes occidentales, limitée au 
Nord par le territoire de Goa, au Sud par le Malabar. 

Cette région est, au contraire du district précédent, très boisée et 
ses vastes forêts qui renferment des essences recherchées, telles 
que le Sandal, le Teck, etc. couvrent la majeure partie du pays. 
Le climat y est chaud et la saison des pluies, qui est celle ou l'on 
trouve le plus d'insectes, commence en mai et dure six mois. 

Les lieux explorés par M. Corbett sont Promé, Tharrawaddy, 
Paungdé, etc. , dans la partie inférieure de l'Irrawaddy, c'est à dire 
dans le Pégu. 

Cette collection d'Elatérides réunie par M. Andrewes consiste 
en 107 espèces, où je n'ai pas été peu surpris de rencontrer 33 espè- 
ces nouvelles. 

Ayant eu, dans ces dernières années, l'occasion d'étudier les 
Elatérides si soigneusement recherchés au Bengale par le P. Cardon, 
et en Birmanie par M. Leonardo Fea, j'étais loin de m'attendre 
à trouver dans la collection de M. Andrewes une aussi grande pro- 
portion d'espèces inédites, soit près du tiers. 

Je donne, ci-après, un aperçu rapide de ces insectes, accompagné 
des observations faites sur leur plus ou moins de rareté, l'époque et 



169 

le lieu de leur capture, ainsi qu'une diagnose des espèces nouvelles. 
Le temps n'est plus où, pour désigner le pays originaire d'une 
espèce, on se contentait d'une simple mention telle que : Indes 
orientales ou Amérique méridionale. Ces désignations vagues ne 
sont plus employées que faute de mieux. M. André wes a eu soin de 
noter minutieusement des renseignements sur chaque espèce récol- 
tée, ce qui permet d'entrer ici dans quelques détails concernant leur 
genre de vie. Il serait vivement à désirer que tous les collecteurs 
en fissent de même pour ce qui regarde les insectes des pays 
chauds, qu'ils se bornent à recueillir, et sur les habitudes des- 
quels on n'a généralement aucun renseignement. 

Agrypnus Andrewesi. — Obscure castaneus, subopacus, 

flavo-pilosulus ; antennis brevibus, articulo tertio quarto fere 

longitudine aequali ; prothorace latitudine paulo longiore, apice 

parum attenuato, lateribus redis, aequaliter convexo ,crebre punc- 

tato ; elytris punctato-striatis. — Long. 24 mill., lat. 7 1/2 mill. 

Belgaum; 1 ex. en avril. 

D'autres espèces ont été recueillies par M. Andrewes : YA.fus- 
cipes, qui paraît commun dans toute la presqu'île hindoue et à 
Ceylan, et Y A. punctatus, dont l'habitat est encore plus étendu. 
Celui-ci, plus local, a la forme parallèle de certaines espèces afri- 
caines {parallelicollis) . Son prothorax plus long que large et peu 
atténué en avant le distingue de la plupart de ses congénères. Je 
le possédais depuis longtemps, mais sans indication de patrie, ce 
qui m'avait empêché de le faire connaître. 

Un troisième, YA. mœstus, lui a été envoyé de Madura (10 me 
degré) en deux ex. pris à l'époque des pluies par M. Somers- 
Smith. 

Une dizaine d'espèces de Lacon ont été capturés, en avril et 
mai, soit sous les pierres, soit volant le soir. Ce sont les L. ajîic- 
tus, melancholicus , tostus, nebulosus, adspersus, demissus, et en 
outre les espèces nouvelles suivantes : 

Lacon turbatus. — Crassus, ater, opacus, brevissime 
pilosulus, prothorace latitudine mx breviore, convexo, crebre et 
fortiter punctato, sulcato, profunde quadriimpresso , angulis 
posticis rectis ; elytris prothorace paulo latioribus, ultra médium 
parallelis, subcylindricis , rugosis, slriatis; subtus sulcis quatuor 
profundis et abrupte deUnitis. — Long. 10-12 mill., lat. 3 i/2-4 
mill. 

Belgaum; à l'époque des pluies. 

Deux individus de taille un peu différente. Bien caractérisé par 
sa couleur d'un noir mat, ses téguments presque glabres, son pro- 
thorax sillonné au milieu et présentant quatre impressions, les deux 



170 

antérieures profondes, à angles postérieurs à peu près droits. Sa 
place est à la suite du melancholichus . 

L. abreptus. — Latus, fiiscus, opaculus, brunneo-vestitus ; 
prothorace transverso, convexo, medio dorsi transversim tumido, 
inaequaliter punctalo, angulis posticis brevibus, truncatis; elytris 
brevibus, punctato-slriatis, apice acuminatis; subtus sulcis quatuor 
femoralibus latis et tarsalibus angustioribus sed bene et abrupte 
definitis. — Long. 11 mill. lat. 4 1/2 mill. 

Kanara, Belgaum, S. Bombay. 

Plusieurs exemplaires pris, volant le soir, à la lumière. Les poils 
d'un brun rougeàtre, sont assez serrés pour communiquer leur 
coloration à tout l'insecte, ce qui lui donne l'apparence d'un Lacon 
australien, soit d'un petit L. caliginosiis . 

Dans la série, il vient auprès du L. Delesserti, des Neelgherries* 

L. muscosus. — Fuscus, opacus, rufo-maculatus, brunneo- 
vestitus ; prothorace latitudini longitudine fere aequali, convexo, 
punctato, margine laterali fere crenulato, angulis posticis fere 
redis, apice obtusis; elytris tlioracis latitudine, brevibus, convexis, 
punctato-substriatis ; infra sulcis quatuor definitis. — Long. 7-8 
mill.. lat. 3-3 1/4 mill. 

Kanara et Belgaum. 

Forme du précédent, mais plus petit. Marbré de taches rou- 
geàtres plus prononcées sur les élytres que sur le pro thorax. J'en 
ai vu une huitaine d'exemplaires. 

L. holosericeus. — Brevis, convexus, fuscus, squamulis 
brunneis pallidisque marmoratus ; prothorace longitudine paulo 
latiore, convexo, inaequaliter punctato , angulis posticis fere rectis, 
apice obtusis; elytris thorace paulo latioribus, versus médium 
sensim dilatatis, convexis, punctato-substriatis ; subtus sulcis 
quatuor distinctis. — Long. 7 mill., lat. 2 3/4. 

Kanara. 

Pris en grand nombre par M. Bell. 

Il a les côtés du corselet peu arrondis, contrairement à ce qui se 
voit chez le plus grand nombre des Lacon indiens. 

En outre, sa vestiture, composée de poils squamiformes bruns et 
blanchâtres formant marbrure et lui donnant un aspect moiré, le 
caractérise bien. 

L. libellus. — Angustus, subpar allelus,fuscus,br éviter fulvo- 
pilosus ; prothorace latitudine paulo longiore, parum convexo, 
medio non gïbboso, subtilissime canaliculato, sat crebre inaequa- 
liter punctato, latei*ibus ante médium curvilinealiter ampliato, 
angulis posticis divaricatis, apice obtusis; elytris thoracis latitu- 



171 

dine, seriatim punctatis, subparallelis ; subtus sulcis tarsalibus 
destitutus. — Long. 11 mill., lat. 3 mill. 

Kanara; un exemplaire. 

De la forme et de la taille du desquamatus, près duquel il se 
place; son prothorax ne porte pas, comme lui, de saillie transver- 
sale. Le dessous est dépourvu de sillons tarsaux. 

L. sulcifrons. — Subcylindricus,fuscus,fuho sordide pilosu- 
lus; fronte concava; prothorace latitudine haud longiore, lateribus 
medio ampliato, tumido, postice canaliculato, fortiter punctato, 
angulis posticis brevibus, acuminatis ; elytris punctato-strialis, 
sat convexis, ultra médium parallelis; subtus, sulcis tarsalibus 
destitutus. — Long. 11 mill., lat. 3 mill. 

Kanara ; un exemplaire. 

De la section du précédent; plus convexe, plus cylindrique, les 
angles postérieurs du prothorax très courts, acuminés. 

L. madurensis. — Fuscus, dense submarmoratim, bremssime 
fulvo-pilosulus ; fonte quadrata, antice triangnlariter impressa; 
prothorace latitudine haud longiore, ante médium paulo dilatato, 
parum convexo, creberrime punctato, juxta marginem deplanato, 
angulis anlicis prominulis, posticis divaricatis, apice obttisis ; 
elytris versus médium tliorace latioribus, œqualiter convexis, 
punctato-substriatis, interstitiis subconvexis ; subtus sulcis tarsali- 
bus nullis. — Long. 12 mill., lat. 3 2/3 mill. 

Madura, un seul spécimen trouvé par M. Somers-Smith. 

A la suite, également, des desquamatus et précédents dont il a 
la forme générale allongée. Il est surtout caractérisé par la 
saillie, en avant, des angles antérieurs du prothorax. 

L.luctuosus. — Niger, opacus ,brevissime pilosulus; fronte sub- 
rotundata ; prothorace latitudine longiore, basi apiceque angustato, 
dorso xqualiter convexo, dense punctato, angulis posticis brevissi- 
mis apice truncatis; elytris thoracis latitudine, haud duplo longio- 
rïbus, dorso depressis, seriatim punctatis, interstitiis pla?iis, dense 
punctatis ; subtus sulcis tarsalibus nullis. — Long. 10 mill., lat. 
3 mill. 

Kanara; un exemplaire. 

D'un noir mat, rendu un peu grisâtre par des poils squamifor- 
mes très petits, le prothorax allongé, très régulièrement convexe, 
sans sillon au milieu, les angles postérieurs obtus et tronqués à 
l'extrémité, les élytres relativement courtes, le dessous dépourvu 
de sillons tarsaux; ces caractères placent l'espèce à la suite du 
musculus. 

L. pistorius. — Latior,fusco-brunneus, dense albicanti vesli- 
tus pallide brunneo-marmoratus ; prothorace latitudine haud 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 15 



172 

longiore, apice anguslato, crebre inxqualiter punctato, medio 
bituberculato, angiilis posticis brevibus, apice obtusis ; elytris 
medio dilatatis, convexis, seriatim punctatis; subtus sulcis 
tarsalibus nullis. — Long. 15 mm., lat. 5 mm. 

Kanara; une demi douzaine d'exemplaires. 

Forme et taille de murinus d'Europe, seulement un peu plus 
étroit et plus acuminé en arrière. Densément revêtu de poils squa- 
miformes blanchâtres et varié de taches irrégulières d'un brun 
clair. Son prothorax porte, au milieu, deux petites saillies assez 
rapprochées. Il se place à côté de L. gypsatus. 

Pericus sanguinolentus. — Obscure sanguineus , parum 
nitidus, glaber ; prothorace longitudine latiore, tumido, crebre 
punctato, disco nigricante; elytris sat fortiter punctatis, dorso 
nigricantibus. — Long. 7 mm.', lat. 3 mm. 

Belgaum : Sampgaon; Avril. Un ex. 

Forme du nitidus (qui a été rencontré également dans les mêmes 
localités par M. Andrewes) mais bien moins brillant, ce qui tient à 
sa ponctuation beaucoup plus forte. Il diffère des rubicundus et 
discedens, aussi bien que du nitidus, par l'absence complète de 
pubescence. 

Campsosternus Corbetti. — Castaneus, leviter œneo-micans , 
dense cinereo-pïlosnlus ; antennis nigris, opacis; fronte valde 
concava; prothorace trapeziformi, deplanato, medio ïongitrorsum 
paulo tumido, utrinoue cute subinœquali, angulis posticis diva- 
ricatis; elytris elongatis, apice acuminatis, crebre punctulatis 
subtilissime striatis; subtics pedïbnsaue concoloribus. — Long. 
34 mm., lat. 9 mm. 

Birmanie. 

Les espèces de Campsosternus qui ne sont pas franchement métal- 
liques forment exception. Celui-ci est châtain rougeâtre et ne 
possède qu'un fort léger reflet bronzé. Il ressemble pour la cou- 
leur au C. Nietneri de Ceylan, mais il est beaucoup moins grêle. 
M. Corbett, à qui je le dédie, en a découvert deux exemplaires, de 
même que le G '. parallelns , en assez grand nombre. 

Note. — A mesure que les spécimens de ce beau genre vont en se 
multipliant dans les collections, leur spécification devient de plus en 
plus chose difficile. Les formes decontour et de surface sont instables 
et les teintes, surtout quand elles sont métalliques, ce qui est le cas 
général, le sont encore plus. J'ai sous les yeux, dans ma collec- 
tion, 20 spécimens du C. rosicolor, de Java, qui ne présentent pas 
deux individus identiques, bien que cette espèce soit l'une des mieux 
caractérisées du genre, et qu'il soit impossible de la confondre avec 
une autre. Le cas n'est pas le même pour certaines formes voisines 



173 

des G. Cantori et sobrinus, qui ne doivent recevoir de noms spécifi- 
ques qu'à la condition d'en pouvoir examiner un nombre d'exem- 
plaires suffisant. 

D'autres espèces, les G. splendidus, dont une belle variété 
dorée que j'ai appelée V. auruleula et Iris, ont été trouvées en mai 
et juin, ce dernier sur Y Acacia arabica. 

Heterocrepidius indicus. — Fusco-niger subopacus, griseo- 
pubescens ; fronle rejlexa, rugose punctata ; antennis longiusculis , 
brunneis, arliculis 2 et 3 parvis fere xqualïbus ; prothorace 
latitudine liaud longiore, subquadrato, convexo, punctis umbilica- 
tis, rugose et creberrime adsperso ; angulis poslicis divarieatis, 
gracilibus; elytris tliorace latioribus.parallelis, brunneis, punctato- 
striatis, interstitiis convexis, rugose punctatis ; subtus pedibusque 
brunneis. — Long. 12-13 mm., lat. 2 3/4-3 mm. 

Belgaum, Kanara, 4 spécimens pris en avril sur des buissons, à la 
lisière des champs cultivés. 

Le genre est essentiellement américain. Il en a été signalé, 
toutefois, deux espèces africaines. Celle-ci représente ce groupe de 
Dicrépidûte aux Indes orientales, ou il n'avait pas encore été 
trouvé. Elle forme une sorte de trait d'union entre le genre en 
question et les Sphenomerus qui, en outre d'autres différences, 
ont le 3 me article des antennes semblable au quatrième. 

Elius birmanicus. — Subcylindricus, brunneus, nitidus, 
helvolo-pilosulus ; antennis longis; prothorace trapezoideo, punctis 
umbilicatis crebre notato, basi tantum leviter sulcato, angulis 
posticis brevibus, extus carinatis ; elytris tliorace paulo latioribus, 
punctato-striatis, interstitiis rugose punctatis, convexis. — Long. 
13 mm., lat. 4 mm. 
Birmanie. 

Peu différent du stuppeus, du Siam ; autrement ponctué et à 
intervalles des stries des élytres convexes. 

E. sericeus. — Latus, fusco-brunneus, pube rufescente, 
sericea, dense vestitus; f fonte lata, plana, quadrala, rugosa; 
prothorace latitudini longiliidine xquali, trapezoideo, convexo 
creberrime fortiterque punctato, postice sulcato, angulis posticis 
extrorsum carinatis ; elytris parallelis, fortiter punctato-striatis 
interstitiis convexiusculis , subtiliter granulatis ; pedibus dilutio- 
ribus. — ■ Long. 18 mill., lat. 5 mill. 

Belgaum, Nagargali; un exemplaire. De la forme générale des 
dilatatus, et stappeus, espèces plus orientales. Sa pubescence plus 
soyeuse; son front moins proéminent. 

A noter, parmi les autres Dicrépidiites Indiens, VAdriahorus 
modestus, commun en avril et mai, volant le soir; le Dicronychus 
cinnamomeus, pris à Madura, pendant les pluies. 



174 

Melanthoides suturalis. — Obscure rufescens, subopacus, 
brevissime pilosulus ; fronte nigra, antice biimpressa ; prothorace 
latitudine longiore, basi apiceque xqualiter angustato, medio 
sulcato ; elytris depressis, sutura nigra, pedibus Jiavis. — Long. 
11 mill., lat. 2 1/4 mill. 

Birmanie, Tharrawaddi; un exemplaire. 

De la forme, de la taille et de l'aspect général du relegatus de 
Bornéo. Autrement coloré : rougeàtre opaque, la tête et la suture 
des élytres noires, très brièvement poilu. 

M. tristis. — Niger, parum nitidus, cinereo-pilosulus, 
depressus; fronte porrecta, subquadrata, impressa; prothorace 
latitudine longiore, basi apiceque angustato, creberrime punctato, 
angulis poslicis validis, carinatis; elytris regulariter sat profonde 
punctato-striatis ; pedibus Jiavis. Long. 17 mill., lat. 4 1/2 mill. 

Birmanie; Tharrawaddi; un exemplaire. 

Le plus grand du genre connu jusqu'ici, entièrement noir, 
déprimé, saupoudré d'une courte pubescence blanchâtre, les pattes 
d'un jaune clair. 

C'est la neuvième espèce d'un petit genre très homogène, dont la 
première, sur laquelle il a été établi, est originaire de Grand- 
Bassam, en Guinée. On en connaît deux autres du Zanguebar. Le 
reste provient de l'Indo-Chine et de Bornéo. Aucune n'est commune. 

Monocrepidius captiosus. — Cylindricus, fuscus, opacus, 
dense fusco-pubescens ; prothorace latitudine longiore, parallelo, 
xquali, confertissime punctato, angulis posticis relrorsnm produc~ 
Us, carinatis ; elytris thoracis vix latitudine, punctato-striatis ; 
pedibus pallidioribus. — Long. 8 à 10 mill., lat. 2 à 2 1/2 mill. 

Pégu; Tharrawaddy. Une vingtaine d'exemplaires. 

Voisin du scutulatus à corselet plus long; en outre, tout à fait 
opaque et plus densément pubescent. 

MM. Andrewes et Bell ont aussi capturé le Monocrepidius prio- 
nurus, en mai, avant les pluies, volant le soir à la lumière. 

Parmi les autres Monocrèpidiites je mentionnerai Y Heteroderes 
spinicollis Madura (Somers Smith) pendant les pluies; H. lenis, 
1 ex. a Khanapur, volant le soir, en juin; enfin H. Brachmanna, 
mars. 

Parmi les Élatérides à noter de nombreux Drasterius indus et 
sulcatulus pris communément dans beaucoup de localités depuis 
février jusqu'en octobre 

Megapenthes umbilicatus. — Rufo-brunneus , parum niti- 
dus, pube rufescente vestitus ; fronte convexa, rugose punctis 
umbilicatis, cribrata, antennis longinsculis ; prothorace latitudine 



175 

paulo longiore, confertissime punctis umbilicatis notalo, angulis 
posticis brevibus, unicarinatis ; elytris punctato-striatis, inter- 
stitiis subconvexis. — Long. 8 à 10 mill., lat. 2 à 2 1/2 mill. 

Belgaum, Kanara, avril; une dizaine d'exemplaires. 

De la taille et de la couleur du M. birmanicus, autrement ponctué 
et à angles postérieurs du prothorax ne portant qu'une seule carène. 

Assez commun en avril et mai, volant le soir, le M. macer, 
des mêmes régions, et mœstus, à Belgaum, pendant les pluies. 

Melanoxanthus pyronothus. — Subcylindricus , opacus, 
niger, pubescens ; fronte antice acnminata, carinata; antennis 
brevibus, nigris ; prothorace quadrato, aurantiaco, crebrepunctato, 
margine poslico depresso, angulis posticis brevibus, retrorsum 
productis, unicarinatis ; elytris ad suturam depressis, postice 
parum angustatis, striis siibtilibus pimclatis ; pedibus nigris. — 
Long. 12 mill., lat. 3 1/2 mill. 

Pégu; Tharrawaddy; 1 exemplaire. 

Même système de coloration qu'une espèce des Iles Andamans, le 
M. amplicollis. Ce dernier, toutefois, a le dessous du corps et les 
antennes rouges et est plus petit. 

M. aurantiacus. — Totus aurantiacus, opacus, pube sericea 
concolore vestitus ; antennis lalis, brevibus, nigris ; fronte convexa, 
antice brevissime marginala, prothorace latiludine paulo longiore, 
apice arcuatim angustato, œqualiter convexo, crebre punctato, 
angulis posticis retrorsum produclis, acide carinatis ; elytris 
brevibus, fortiter punctato-striatis interstitiis , antice prxsertim, 
rugose punctatis. — Long. Il mill., lat. 3 mill. 

Nagargali, près de Belgaum; un seul exemplaire, en mars, sous 
l'écorce d'un Lagerstronia lanceolaia. 

La brièveté et la construction des antennes place cette espèce 
parmi les premières du genre, à la suite des M. melanocephalus 
et dimidiatipennis. 

M. carinifrons. — Angustus, parallelus, caslaneus, subni- 
tidus, pubescens ; fronte convexa, medio longitrorsum fortiter 
carinata; prothorace subquadrato, apice tantum angustato, minus 
dense punctato, angulis posticis fortiter et longe carinatis, basi 
flavescente ; elytris punctato-striatis, interstitiis subconvexis, basi 
granulatis ; pedibus favis. — Long. 8 mill., lat. 2 mill. 

Belgaum; Nagargali; un exemplaire, volant le soir. 

Caractérisé par la forte carène du front. Il a le faciès d'un 
Megapenthes, ce qu'il doit à sa coloration brune. 

M. pusillimus. — Angustissimus , flavus, pubescens, parum 
nitidus ; fronte concolore ; antennis longiusculis ; prothorace 



176 

latitudine longiore, a basi sensim angustato, subrugulose punctato, 
punctis p arum prof undis, minus densis, angulis posticis retrorsum 
produclis, carinatis; elytris thoracis latitudine, punctato-striatis, 
basi rugosis. — Long. 3 mill., lat. 2/3 mill. 

Belgaum, Nagargali; mars-avril; 3 exemplaires pris volant à la 
lumière, le soir. 

La plus petite espèce du genre. Entièrement jaune flave. Elle ne 
pourrait être confondue, à cause de sa petite taille et sa couleur 
uniforme, qu'avec le M.flavidus; mais ce dernier, originaire de 
l'île Bintang, a le front noir. 

Les Gryptohypnites sont représentés par le Gr. ovalis; 3 exem- 
plaires à Belgaum, pendant les pluies et Arrhaphes opacus, un 
exemplaire du Kanara. 

Les Elatérides appartenant au G. Cardiophorus sont nombreux: 
une vingtaine d'espèces, parmi lesquelles cinq nouvelles qui sont : 

Cardiophorus lepidus. — Niger, nitidus, pubescens; pro- 
tliorace rufo, basi apiceque angustato, fere indistincte punctulato ; 
elytris punctato-striatis, pnncto basali, macula rotundata antica 
fasciaqueobliquaultr a médium, luleo-aurantiacis , ornatis ;pedibus 
nigris, unguiculis simplicibus. — Long. 4 mill., lat. 1 1/4 mill. 

Belgaum; un exemplaire, pris au filet. 

Petite espèce à placer à la suite de Vanaticus. Sa coloration 
et la ponctuation à peine visible du prothorax le feront facilement 
reconnaître. 

C. bigeminatus. — Niger, nitidus, pubescens, prothorace 
basi apiceque angustato, convexo, inœ qu aliter punctato ; elytris 
punctato-striatis , lateribus arcuatis, macutis oblongis, duabus, 
sxpe conjunctis flavis ; pedibus fiavis, unguiculis simplicibus. — 
Long. 5 mill., lat. 1 1/2 mill. 

Belgaum et Kanara, mai ; une huitaine d'exemplaires. 

Il ressemble au conductus, mais il est beaucoup plus petit et s'en 
distingue essentiellement par les ongles des tarses nullement den- 
tés. Voisin de Yobliquus. 

C. spadiceus. — Latiusculus, badius, pubescens ; prothorace 
longitudine laiiore, postice paulo angustato, dupliciter punctato; 
elytris brevibus, depressis, striis fortiter punctatis ; unguiculis 
simplicibus. — Long. 7 mill., lat. 2 1/2 mill. 

Belgaum; un exemplaire. 

Entièrement d'un brun rougeâtre plus ou moins clair. Il se 
distingue par les bords latéraux du prothorax qui sont tranchants, 
comme chez les Horistonotus, où cette espèce pourrait être placée 
si le genre n'était pas tout spécialement américain. Ses ongles sont 



177 

simples. Il se place à côté du fuscipennis qui est lui-même retiré des 
Horistonotus. 

C. nuntius. — Brunneus, parum nitidus, aureo-pubescens ; 
prothorace latitudine longiore, basi apiceque angustato, subinx- 
qiialiter punctulato ; elytris prothorace latioribus, elongatis, ultra 
médium par allelis, dorso depressis, sal fortiter punctato-striatis, 
interstitiis apice Jiaud carinaiis; pedibus pallidioribus, unguiculis 
crassiusculis sed non dentatis. — Long. 7 i/a mill., lat. 1 2/5 mill. 

Pegù; Promé, Tharrawaddy ; huit spécimens. 

Etroit et allongé, de la forme des nombreuses espèces indiennes 
qui terminent le genre, avec les C. vulneralus, macer, oxypterus, 
etc., mais bien distinct par les ongles de ses tarses qui, bien que 
plus épais que d'habitude chez les espèces de la l re section, sont sim- 
ples, sans dent à l'intérieur. Sa place est à la suite du C. nuptus. 

C. erinaceus. — Niger, nitidus, parce pilosulus; prothorace 
longiludine latiore, basi apiceque angustato, sanguineo, margine 
aniico nigrescente, disperse punctato ; elytris brevibus, depressis, 
punctato-substriatis ; unguiculis dentatis. — Long. 6 mill. , 
lat. 2 mill. 

Moulmein. Un seul exemplaire. 

Coloré comme le melanopterus à côté duquel il doit se placer. 
Plus petit, beaucoup moins densément ponctué, et la pubescence 
des élytres plus éparse et à demi redressée. 

A mentionner, en outre, les C. anaticus, eximius \stolatus •, fusci- 
pennis, umbraculatus, contemptus, trouvés à Belgaum; tetradicus, 
servilis, sobrinus et anceps, du Kanara, argutulus, nuptus de 
Madura, capturés, en général, avant ou pendant la saison des 
pluies, enfin, du Pégu, les vulneratus et Doriœ. 

Melanotus rufinus. — Obscure ru fus, parce et non dense 
pilosulus ; fronte nigra, rugose jmnctata ; antennis brunneis, 
serratis, articulo tertio secundo longiore ; prothorace latitudini 
longitndine évquali, parum convexo, œqualiter punctato, angulis 
posticis brevibus, retrorsum productis , apice intusjîexis; carinaiis, 
nigris ; elytris punctato-striatis, apice nigricantibus. — Long. 
12 mill., lat. 3 mill. 

Belgaum; en fauchant au filet dans un jardin; août. 2 ex. 

Il se place à côté du rubidus, de Java. 

Un individu du 31. luemorrhous a été pris à Nagargali le soir à 
la lumière, en mars. 

Les M. fuscus et comatus récoltés communément, le premier 
surtout, de mars à mai. 

Une belle espèce de Ludius, le L. Ceylanicus 1 a été rencontrée 



178 

également au Kanara, sur les arbres. Même observation pour 
le L. Mrtellus. 

Agonischius Belli. — Niger, nitidus , pube longa et tenuis- 
sima vestitus; f ronte rufa, punctata; antennis nigris ; prothorace 
sanguineo, parce subtiliter punctato, angulis posticis extus 
carinalis; elytris seriatim punctatis, basi tanlum striis impressis; 
subtus cinereo-pubescens, pebibus /lavis. — Long. 7 mil!., lat. 
2 j/s mill. 

Var. a Totus niger. 

Kanara. 

M. Bell, à qui je dédie cette jolie espèce, a recueilli une ving- 
taine de spécimens des deux formes, en nombre égal, les uns à 
corselet rouge, les autres entièrement noir. Se distingue par sa 
pubescence extrêmement fine, longue, à demi redressée, à reflet 
blanchâtre vers la suture des élytres. En dessous, la pubescence 
est cendrée, courte et couchée. 

Sa place est à côté du suturalis. 

A. salebrosus. — Vires centi-niger, opacus.. vix pubescens; 
antennis brunneis, basi pallidioribus ; f ronte convexa antice haud 
marginata ; prothorace latitudine paulo longiore, confertissime 
fere conjluenter punctato, angulis posticis divaricatis rufescen- 
tibus; elytris gramUatim punctatis, singulatim dorso Jlaves- 
centïbus; pedibus rnfo-testaceis. — Long. 5 mill., lat. 1 1/2 mill. 

Belgaum; 3 ex. mai. 

Faciès de Melanoxantlms , avec un front sans rebord antérieur, 
ce qui ne permet pas de le ranger dans ce genre. 

Il a tout à fait la tête des Agonischius, avec un aspect opaque 
qui n'est pas habituel chez ces derniers. 

A. pumilus. — Sordide flamis , parum nitidus, albido-pubes- 
cens ; f ronte crebre et grosse punctata; prothorace subquadrato, 
convexo, profunde ptinctato, angulis posticis apice extrorsum 
fiexis; elytris thoracis latitudine , fortiter punctato-striatis , inter- 
stiliis convexiusculis, punctatis; subtus pedïbusque concoloribus. 
— Long. 6 mill., lat. 1 1/2 mill. 

Kanara, 2 ex. Avril. 

De la forme normale àesjfmitimus , cardiorhinulus , etc. Unicolore 
et l'un des plus petits du genre. 

Se rencontrent aussi à Belgaum et au Kanara VA. prymneus 
(juin), VA. tenuivittis Belgaum, pendant les pluies, VA. limbatus 
Madura, id. 

Hemiops nigripennis. — Ru/us, sparsim hirsuius ; antennis 
longis, serratis, nigris; prothorace brevi, lumido, discrète punc- 



179 

taio, angulis posticis parvis, divaricatis ; elytris tliorace latiorïbus , 
mgosis, nigris ; tibiis tarsisque obscuris. — Long. 10 mill., 
lat. 3 1/2 mill. 

Kanara. 

Petite espèce se rapprochant de Y H. Semperi pour la disposition 
des couleurs. Plus large, en proportion, et les élytres tout à fait 
noires. 

Le Plectrosternus rufus, genre voisin des Hemiops, est commun 
au Kanara, en octobre. 



LES CHRYSOMÉLIDES DE BELGIQUE. 
par le Baron Paul de Moifarts. 

La liste présente ne doit pas être considérée comme définitive; 
ce n'est que rénumération des chrysomélides dont la capture a été 
signalée dans nos annales ou dont j'ai constaté moi-même la 
présence en Belgique. Je compte publier plus tard une étude 
détaillée des espèces belges de cette famille, en indiquant pour 
chacune sa répartition géographique dans notre pays. Afin de 
rendre ce travail aussi complet que possible je prie tous mes collè- 
gues de vouloir bien m'aider en me communiquant les chrysomélides 
de leurs chasses, je serai heureux de les leur retourner après 
détermination. 

Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont déjà communiqué leurs 
collections et m'ont ainsi permis d'indiquer quelques espèces 
nouvelles pour notre faune. Je remercie tout spécialement 
MM. Everts, A. Bivort, E. et L. Coucke, J. Gérard, J. Hamal, 
F. de Hemptinne, Baron Edm. de Moffarts, C. Poncelet, E. Rous- 
seau, G. Séverin. 

Aux espèces observées en Belgique j'ai ajouté celles qui ont été 
rencontrées près de nos frontières et dont l'existence chez nous est 
probable, leurs noms sont imprimés en caractères italiques. 

D'autres espèces trouvées en Belgique ne semblent cependant 
pas appartenir à notre faune, leur capture, toujours isolée d'ail- 
leurs, paraît ne devoir être considérée que comme purement 
accidentelle; j'ai fait précéder leurs noms d'un*. Enfin j'ai fait 
suivre des signes (C. M.) et (C. W.) les espèces dont je ne connais 
de capture belge que d'après le catalogue Mathieu ou la collection 
Wesmael. 

Dans les tables dichotomiques que j'ai dressées dans le but de 
faciliter la détermination des espèces belges de cette famille, je 
me suis efforcé de donner les caractères les plus faciles à saisir, 
négligeant, d'autres plus scientifiques, mais souvent plus difficiles 



180 

à constater ; si par suite de ce système il y avait doute sur l'iden- 
tité d'un individu, je renverrais aux ouvrages spéciaux et complets 
dont je cite ci après quelques uns. 

En ce qui concerne la classification et la synonymie je n'ai fait 
que suivre celles adoptées par M r Weise dans son ouvrage sur les 
chrysomélides d'Allemagne et son catalogue de 1891. 

OUVRAGES TRAITANT DES CHRYSOMÉLIDES. 

J. Weise. — Naturgeschichte der Insecten Deutschlands. 

Band VI. 
M. Kraus. — Les Chrysomélides de l'Europe centrale d'après 

Redtenbacher et Gutfleisch. 
M. Bach. — Kâferfauna fur Nord- und Mitteldeutsehland. 

Band III. 
Fr. Westhoff. — Die Kâfer Westfalens. II. 
Ed. Lefevre. — Synopsis des Eumolpides d'Europe et confins. 
de Marseul. — Monographie des Cryptocéphales du Nord de 

l'ancien Monde. 
1d. — Monographie des Chrysomélides de l'ancien 

Monde. 
de Joannis. — Monographie des Galerucides d'Europe. 
Foudras. — Altisides. 

Allard. — Monographie des Alticides. 

Kutschera. — Alticidse. Wiener entomologische Monats- 

schrift, 1860-1865. 
Desbrochers. — Monographie des Cassida de France. 



LISTE DES CHRYSOMELIDES DE BELGIQUE. 



EUPODA. 

Sagrini. 
Orsodacne Latr. 

cerasi L. 

— v. lineola Lac. 

— v. melanura F. 

— v. limbata 01. 

— v. glabrata Panz. 

— v. cantharoides F. 

— v. Duftschmidi Ws. 

Donaciini. 
Haemonia Latr. 

appendiculata Panz. (C. M.). 

— v. flavicollis Belle v. 

— v. Chevrolali Lac. 

— v. lineata Chevrol. 



mutica F. 
— v. Curtisi Lac. (C. M.). 

Donaeia Fabr. 

crassipes F. 
dentata Hoppe. 

— v. autumnalis West. 

— v. phellandrii Sahlb. 
versicolorea Brahm. 
aquatica L. 

sparganii Ahr. 
limbata Panz. 

— v. vittata Panz. 

— v. unicolor Westh. 
bicolora Zschach. 

— v. collaris Panz. 
obscura Gyll. 
thalassina Germ. 

— v. porpbyrogenita Westh. 
brevicornis Ahr. 

impressa Payk. 



181 



antiqua Kunze. 
appendiculata Ahr. 
clavipes F. 
semiouprea Panz. 

— v. tenebrans Westh. 
vulgaris Zschach. 

— v. concolor Westh. 
simplex F. 

— v. sanguinea Westh. 

— v. pulcherrima Hummel. 
cinerea Herbst. 

tomentosa Ahr. 

Plateumaris Thoms. 

serica L. 

— v. festucse F. 

— v. micans Panz. 

— v, armataPayk. 

— v. nymphaeee F. 

— v. tenebricosa Westh. 
discolor Panz. 

braccata Scop. 
consimilis Schrank. 
rustica Kunze (C. M.) 
abdominalis 01. 
* — v. pallipes Kunze. 

Criocerjni. 

Zeugophora Kunze. 

scutellaris Suff. 

— v. frontalis Suff. 
subspinosa F. 
flavicollis Marsh. 

— v. australis Ws. 

Lema Lac. 

cyanellaL. 

Erichsoni Suff. (C. W.) 
septentrionis Ws. 
lichenis Voet. 

— v. obscura Steph. 
melanopus L. 

— v. atrata Waltl. 

Crioceris Geoff. 

lilii Scop. 
merdigera L. 

— v. rufipes Herbst. 

— v. Sufnani Schmidt. 

— v. collaris Lac. 
12 punctata L. 
asparagi L 

— v. campestris L. 



CAMPTOSOMATA. 

Clytrini. 

Labidostomis Lac. 

tridentata L. 

humeralis Schneid. 

*lucida Germv. axillaris Lac. (C. W). 

longimana L. 

Lachnaea Lac. 

6 punctata Scop. 

Clythra Laich. 

4 punctata L. 
laeviuscula Ratzeb. 

G-ynandrophtalma Lac. 

salicina Scop. 
flavicollis Charp. 
aurita L. 
affinis Hellw. 

Coptocephala Lac. 

unifasciata Lac. 
scopolina L. 

Cryptocephalini. 

Cryptocephalus Geoff. 

coryli L. 
cordiger L. 
8 punctatus Scop. 
6 punctatus L. 

— v. thoracicus Ws. 

— v. pictus Suff. 

— v. separandus Suff. 

— v. Gyllenhali Ws. 
distinguendus Schneid. 

— v. humeralis Ws. 
bipunctatus L. 

— v. sanguinolentus Scop. 

— v. Thomsoni Ws. 
biguttatus Scop. 
sericeus L. 

— v. pratorum Suff. 

— v. cœntleus Ws. 
aureolus Suff. 
hypochaeridis L. 
violaceus Laich. 

— v. smaragdinus Suff. 
nitidus L. 



182 



pundiger Payk. 
janthinus Germ. 
parvulus Miïll. 
cœrulescens Sahlb. 

— v. flavilalris Thoms. 
marginatus F. 

— v. terminatus Germ. 
pini L. 

— v. abietis Suff. 
10 maculatus L. 

— v. solutus Ws. 

— v. scenicus Ws. 

— v. moestus Ws. 

— v. bothnicusL. 

— v. ornatus Herbst. 

— v. barbareœL. 
frenatus Laich. 

— v. callifer Suff. 

— t. flavescens Schneid. 

— v. semimgerWs. 

— v. FabriciiWs. 
flavipes F. 

— v. nigrescens Gradi. 

— v. dtspar Ws. 

— v. signatifrons Suff. 
chrysopus Gmel. 
frontalis Marsh, 
ocellatus Drap, 
labiatus L. 

— v. exilis Steph. 

— v. digrammus Suff. 
exiguus Schneid. 
Moraei L. 

— v. vittiger Mars. 

— v. bivittatus Gyll. 

— v. arquatus Ws. 
vittatus F. 

— v. negligens Ws. 
bilineatus L. 

— v. mœstusWs. 
pygmœus F. 

— v. amœnus Drap, 
fui vus Goeze. 

— v.fulvicollis Suff. 
macellus Suff. 
ochroleucus Fairm. 
populi Suff. 

pusillus F. 

— v. immaculatus Westh. 

— v. Marshami Ws. 
rufipes Goeze. 

Pachybrachys Suff. 

hieroglyphicus Laich. 

— v. ictericus Ws. 

— v. tristis Laich. 
tessellatus 01. 



tessellatus v. setkiops^Ws. 
CYCLICA 

EUMOLPINI 

Lamprosoma Kirby. 
concolor Sturm (C. M.) 

Pachnephorus Redtb. 

tessellatus Duft. 

— v. sabulosus Duft. 

— v. villosus Redtb. 

Adoxus Kirby. 

obscurus L. 

— v. epilobiiWs. 

— v. vitis F. 

Chrysomelini. 

Colaphus Redtb. 

sophise Schall. 

Colaspidema Laporte. 

atrum 01. 

Gastroidea Hope. 

viridula Deg. 
polygoni D. 



Timareha Latr. 

tenebricosa F. 
*montana Fairm. 
violaceonigra Deg. 

— v. serea Fairm. 

— v. rugosaDuft. 
metallica Laich. 

Chrysomela L. 

*hemispha3rica Germ. 
hsemoptera L. 
*femoralis01 (C. M.) 
gottingensis L. 

— v. Sturmi Westh. 
limbataF. (CM.) 
staphylea L. 
sanguinolentaL. 
marginalis Duft. 
carnifex F. 



183 



carnifex v. eœrulescens Suffr. 
marginata L, (C. M. C. W.) 

— v. cinctella Gyll. 

— v. solitaria Ws. 
analis L. 

— v. lomata Herbst. 
fuliginosa 01. v. galii Ws. 
orichalcia Mull. 

— v. lamina F. 
brunsvicensis Grav. 
geminata Payk. 
hyperici Forst. 

— v. ambigua Ws. 

— v. privigna Ws. 
*salvise Germ (C. M.) 
cerealis L . 

— v. alternans Panz. 

— v. ornata Ahr. 
coerulans Seriba. 
fastuosa Scop. 

— v. speciosa L. 
graminis L. 
menthastri Suff. 
varians Schall. 

— v. centaura Herbst. 

— v. pratensis Ws. 

— v. sethiops F. (C. M.) 
polita L. 

Orina Chevr. 

♦tristis F. 

*gloriosa F. v. speciosa Suff. 

*cacalise Schrank. 

Phytodecta Kirby. 

viminalis L. 

— v. Ghradli Heyd. 

— v. bicolor Kraatz. 

— v. 10 punctata L. 

— v. Baaderi Panz. 

— v. cincta Ws. 

— v. calcarata F. (C. M.) 
rufipes Deg. 

— v. 6 punctata F. 
flavicornis Suff. 
Linnaeana Schrank. 

— v. decostigma Duft. 

— v. Kraatzi Westh. 

— v. nigricollis Westh. 

— v. Satanas Westh. 
olivacea Forst. 

— flavicans F. 

— litura F. 

— nigricans Ws. 
5 punctata F. 

— v. unicolor Ws. 

— v. flavicollis Duft. 



5 punctata v. sorbi Ws. 

— v. obscura Grimm. 
pallida L. 

— v. decipiensVïs. 

— v. borealis 01. 

— v. frontalis 01. 

Phyllodecta Kirby. 

vulgatissimaL. 

— v. xstiva Ws. 

— v. obscura Ws. 
tibialis Suff. 

— v. cœrulea Ws. 

— v. Cornelii Ws. 
vitellinse L. 

— v. nigrica Motsch. 
laticollis Suff. 
atrovirens Cornel. 

Hydrothassa Thoms. 

aucta F. 

— v. glabra Herbst. 
marginella L. 
hannoverana F. 

— v. popentillr Herbst. 

— v. calthx Ws. 

— v. germanica Ws. 

Prasocuris Latr. 

phellandrii L. 

— v. ,m'Ws. 

— v. cicuts Ws. 
junci Brahm. 

— v. atra Duft. 

Selerophaedon Ws. 

carniolicus Germ. 

Phaedon Latr. 

pyritosus Rossi. 
Ixvigatus Duft. 
cochlearit» F. 

— v. neglectus Sahlb. 

— v. hederx Suff. 
armoraciae L. 

Plagiodera Redtb. 

versicolora Laich. 

Melasoma Steph. 

œnea L. 

— v. vitellinx Scop. 



184 



œnea v. hsemorrhoidalis L. 
cuprea F. 
lapponica L. 

— v. curvilineaDeg. 

— v. litura Mars. 

— v. bulgharensis F. 
20 punctata Scop. 

— v. pustulata Ws. 
collaris L. 

— v. geniculata Duft. 

— v. thoracica Ws. 

— v. salicis F. 

— v. (fown'caMotsch. 
♦alpina Zett. 

populi L. 
tremulse F. 
saliceti Ws. 

QALERUCINI. 



Oaleruzv. 
Agelastica Redt. 

Phyllobrotica Redt. 



alni L. 



4 maculata L. 

— v. munda Ws. 

Luperus Geoff. 

nigrofasciatus Goeze. 
pinicola Duft. 

— v. sylvestris Ws. 
longicornis F. 

niger Goeze. 
flavipes L. 

Loohmaea Ws. 

capreae L. 

— luctuosa Ws. , 
suturalis Thoms. 

— v. nigrita Ws. 
crataegi Forst. 

— v. Mnotata Duft. 

G-alerucella Crotch. 

viburni Payk. 
nymphœae L. 

— v. aquatica Fourcr. 
sagittarise Gyll. 
lineola F. 

luteola Mull. 
calmariensis L. 



calmariensis v. lythri Gyll. 
pusilla Duft. 
tenella L. 

Galeruea Geoff. 

tanaceti L. 
interrupta 01. 
♦littoralis F. 
Pomonae Scop. 

Sermyla Chap. 

halensis L. 

— v. cuprina Ws. 

Euluperus Ws. 

*xanthopus Duft. 

Halticw. 
Podagrica Foud. 

fuscipes L. 

— v. metallescens Ws. 

— v. Foudrasi Ws. 
malvœ 111. 

— v. xnescens Ws. 
fuscicornis L. 

Derocrepis Ws. 

rufipes L (C. M. C. W.) 

— v. obscura Ws. 

Crepidodera Chevr. 

transversa Marsh, 
ferruginea Scop. 

Oohrosis Foud. 

ventralis 111. 

— v. nigriventris Bach, 
salicariae Payk. 

— v. picicollis Ws. 

Bpitrix Foud. 

pubescens Koch. 

— v. ferruginea Ws. 

Chalcoides Foud. 

nitidula L. 
metallica Duft. 

— xruginosa We. 



185 



metallica cuprea Ws. 
splendens Ws. 

— v. laeta Ws. 

— v. gaudens Steph. 
helxines L. 

— v. picicornis Ws. 

— v. fulvicornis F. 

— v. jucunda Ws. 
aurata Marsh. 

— v. pulchella Steph. 
chloris Foud. 

— v. Foudrasi Ws. 

Hippuriphila Foud. 

Modeeri L. 

— bimaculata Ws. 

— chalybra Ws. 
nigritula Gyll. 

Mantura Steph. 

Matthewsi Curt (C. W.). 

— v. bicolor Ws. 

— v vraria Kutsch. 
obtusata Gyll (C. W.). 
amttgua Kutsch. 
chrysanthomi Koch. 
rustica L. 

— v. suturalis Ws. 

Chaetosnema Steph. 

chlorophana Duft (C. M.). 
semicœrulea Koch. 

— v. saliceti Ws. 
coacinna Marsh. 
compressa Letz. 
confusa Boh. 
Mannerheimi Gyll (C. M.)- 

— v. fallax Ws. 
subcœrulea Kutsch. 
aridula Gyll. 
arida Foud. 

— v. xstiva Ws. 
Sahlbergi Gyll. 

— v. cyanescens Ws. 
hortensis Fourcr. 

Psylliodes Steph. 

cucullata 111. 
attenuata Koch. 

— v. picicornis Steph. 
cupreata Duft. 
chrysocephala L. 

— v. erythrocephala L. 

— v. anglica (C. M. C. W.) 



napi F. 
obscura Duft. 
cuprea Koch. 
instabilis Foud. 
affinis Payk. 
circumdata Redtb. 

— v. intégra Ws. 
marcida 111. 
dulcamarse Koch. 
hyoscyami L. (C. M.) 

— v. cupronitens Forst. 

— v. cœrulescens Ws. 

— v. chalcomera 111. 

— v, cardui Ws. 
luteola Mull. 
picina Marsh. 

— v. melanophtalma Duft. 

Haltiea Geoff. 

quercetorum Foud. 

— v. brevicollis Foud. 

— v. mnescens Ws. 
ampelophaga Guér. 
lythri Auté. 

— v. senescens Ws. 
tamaricis Schr. 
oleracea L. 

— v. nobilis Ws. 

— v. lugubris Ws. 
pusilla Duft. 

— v. montana Foud. 

Hermaeophaga Foud. 

mercurialis Foud. 

JBatophila Foud. 

rubi Payk. 

Phyllotreta Foud. 

armoracùe Koch (C. M.) 
exclamatioois Thunb. 

— v. vibex Ws. 
ochripes Curt. 

— v. cruclata Ws. 
tetrastigma Com. 

— v, dilatata Thoms. 
flexuosa 111. 

— v fenestrata Ws. 
sinuata Steph. 

— v. discedens Ws. 
uudulata Kutsch. 

— v. lilineata Ws. 
vittula Rebtb. 
nemorum L. 



186 



atra F. 

cruciferae Goeze. 

serea Ail. 

diademata Foud. 

nodicomis Marsh. (C. M. C. W.) 

nigripes F. 

Aphtoua Chevr. 

cyparissise Koch. 

lutescens Gyll. 

pseudacori Marsh. 

venustula Kutsch. 

pygmaea Kutsch. 

cyanella Redtb. 

coerulea Fourcr. (C. M. C. W.) 

— v. arnescens Ws. 
euphorbiae Schrank. 

— v. cyanescens Ws. 
atrovirens Forst. 
herbigrada Curt. 

Longitarsus Latr. 

fuscoœneus Redtb. 
anchusœ Payk. 
obliteratus Rosh 
niger Koch. 
parvulus Payk. 
holsaticusL. (C. M. C. W.) 

— v. pulirarius L. 
4 guttatus Pontopp. 

— v. binotatus Ws. 

— v. vittatus Ws. 
brunneus Duft. 

— v. picinus Ws. 
fulgens Foud. 

— v. exhaustus Ws. 
luridus Scop. 

— v. nigricans Ws. 
dorsalisF. (C. M. C. W.) 
nasturtii F. 

suturalis Marsh. 

atricillus L. 

suturellus Duft. 

piciceps Steph. 

viduus Ail. 

curtus Ail. 

melanocephalus Deg. 

exoletus L. 

verbasci Panz (C. M. C. W.) 

— v. dorsalis Rossi. 
latéral i s 111. 
patruelis Ail. 

lycopi Foud. 
pratensis Panz. 
ballotse Marsh. 
juncicola Foud. 



ferrugineus Foud. 
tabidus F. 
xruginosus Foud. 
succineusFoud. 
rubiginosusFoud. 
ochroleucus Marsh, 
pellucidus Foud. 
membranaceus Foud. 
gracilis Kutsch. 



Dibolia Latr. 



occultans Koch. 
Forsteri Boch. 
cryptocephala Koch. 
cynoglossi Koch. 

Apteropeda Chev. 

globosa 111. 
orbiculata Marsh. 

Mniophila Steph. 

nmscorum Koch. 

Sphseroderma Steph. 

testaceum F. 
cardui Gyll. 

Hispini. 

Hispa L. 

atra L. 

Cassidini. 

Cassida L. 

viridis L. 
murrœa L. 

— v. maculata L. 
sanguinosa Suff. 
rubiginosa Mull. 
vibex L. 
chloris Suff. 
stigmatica Suff. 
denticollis Suff. 
sanguinolenta Mull. 
nebulosa L. 
subferruginea Schrk. 
flaveola Thunb. 
vittata Villers. 
nobilis L. 

margaritacea Schall. 
hemisphserica Herbst. 



187 



TABLES DICHOTOMIQUES DES ESPÈCES BELGES DE LA FAMILLE 
DES CHRYSOMELIDAE. 



1. Antennes insérées sur le front ou devant les yeux, très rapprochées. . . 2. 

— Antennes éloignées l'une de l'autre insérées sur les côtés de la tête ... 6. 

2. Prothorax au moins aussi long que large, ordinairement plus long, sou- 

vent cordiforme ou denté sur les côtés, en général de couleur métal- 
lique 3. 

— Prothorax rarement aussi long que large, habituellement plus large, 

jamais denté sur les côtés ni cordiforme; ordinairement de couleur 

non métallique 5. 

3. Premier segment de l'abdomen aussi long que tous les autres réunis. Donaciini. 

— Premier segment de l'abdomen pas plus long que les deux suivants 

réunis 4. 

4. Ponctuation des élytres fÎEe et irrégulière, prothorax sans aspérité sur 

les côtés Sagrini. 

— Ponctuation soit régulière, soit forte et irrégulière mais dans ce cas le 

prothorax est muni d'aspérités sur les côtés ... . . Criocerini. 

5. Couleurs diverses, dessus glabre ou pui escent mais sans épine . Gaïerucini. 

— Entièrement noir, prothorax et élytres couverts de longues et fortes 

épines Hispini. 

6. Antennes serratiformes Clytrini. 

— Antennes filiformes ou épaissies à l'extrémité 7. 

7. Deux derniers segments de l'abdomen soudés entre eux ; tête retirée sous 

le pronotum, pygidium découvert, élytres glabres • . . Cryptocephalini. 

— Segments de l'abdomen libres, tête dégagée ; pygidium recouvert par les 

élytres sauf rarement à son extrémité. 8. 

8. Hanches antérieures arrondies 3 e article des tarses bifide. . . Eumolpini. 

— Hanches antérieures transversales, 3 e article des tarses non bifide rare- 

ment bilobé Chrysomelini. 



SAGRINI. 

Un seul genre ne renfermant qu'une seule espèce belge. 

Orsodacne Latr. 

Pronotum à ponctuation peu serrée, ordinairement 
testacé ainsi que les élytres, mais la coloration est 
très variable : Elytres à suture et base de la marge 
latérale noires (v. lineola Lac); Élytres testacées 
avec l'extrémité noire (v. melannra F.); Élytres 
testacées à marche latérale et parfois suture noires, 
prothorax noir ou brun foncé (v. limbata 01.). 
Insecte entièrement noir à l'exception de l'abdomen, 
le devant de la tête, prothorax, disque des élytres 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 16 



188 

testacés (v. glabrata Panz.). Élytres bleu noirâtre 
prothorax roux (v. cantharoides F.). Entièrement 
noir sauf pattes et antennes testacées (v. Duft- 
schmidi Ws.) cerasi L. 

DONACIINI. 

1. Corps de couleur non métallique, élytres épineuses 

à l'extrémité, dernier article des tarses plus long 

que les précédents réunis ILemonia. 

— Corps de couleur métallique, élytres non épineuses 

à l'extrémité, dernier article des tarses moins long 
que les précédents réunis. 

2. Élytres tronquées à l'extrémité, premier segment de 

l'abdomen plus long que les autres réunis, mandi- 
bules peu proéminentes Donacia. 

— Elytres arrondies à l'extrémité, premier segment de 

l'abdomen égal aux autres réunis, mandibules 
proéminentes Plateumaris. 

ILemonia Latr. 

1. Cuisses postérieures fortement renflées; élytres pro- 
fondément striées ponctuées, ces points noirs chez 
le type sont parfois concolores (v. Chevrolati Lac). 
Ou remplacés par des traits noirs (v. lineata Che- 
vrol.). Epine apicale externe longue; Pronotum 
marqué de deux lignes noires, parfois sans ligne 
(v.Jlavicollis Bellev.) appendiculata Panz. 

— Cuisses postérieures à peine renflées, élytres faible- 

ment ponctuées, points noirs des stries parfois 
remplacés pardes traits noirs (v. Curtisi Lac). Dent 
apicale externe des élytres courte .... mutica F. 

Donacia Fab. 

1. Elytres glabres ... ; 2. 

— Élytres fortement pubescentes 19. 

2. Pronotum presque lisse souvent impressionné, cuis- 

ses postérieures dentées (2 ç?, 1 9) dépassant l'extré- 
mité des élytres crassipes F. 

— Pronotum fortement ponctué 3. 

3. Cuisses postérieures dentées; pattes le plus souvent 

de la couleur du corps, parfois en partie rougeâtres. . 4. 

— Cuisses postérieures non dentées ; pattes et antennes 

rougeâtres au moins en partie 15. 



189 

4. Pattes en partie rougeâtres ; cuisses postérieures attei- 

gnant ou dépassant l'extrémité des éljtres .... 5. 

— Pattes de la couleur du corps; cuisses postérieures 

n'atteignant pas ordinairement l'extrémité des 
éljtres 6. 

5. Pattes violettes avec la base des cuisses et ordinai- 

rement les tibias rougeâtres, cuisses postérieures 
bidentées, dent interne parfois très faible ou nulle 
(v. 9 pàellandrii Sahl.) ; 3 e article des antennes un 
peu plus long que le 2 e et beaucoup plus court que 
le 4 e . Dessus bronzé ou cuivreux rarement violet 
plus ou moins foncé (v. autumnalis Westh. dentata Hoppe. 

— Pattes rougeâtres, dessus des cuisses, jambes et tarses 

violets; 3 e article des antennes d'un tiers au moins 
plus long que le 2 e et un peu plus court que le 4 e . 
Dessus bronzé violacé versicolorea Brahm. 

6. Cuisses postérieures atteignant ou dépassant l'extré- 

mité des éljtres, parfois plus courtes. Éljtres à 
bande longitudinale pourpre le long de la suture ; 
3 e article des antennes double du 2 e . . . aquatica L. 

— Eljtres sans bande longitudinale pourpre le long de la 

suture 7. 

7. Cuisses postérieures bidentées atteignant ou à peu 

près l'extrémité des éljtres ; pronotum ridé. Dessus 

violet verdàtre ou obscur, rarement bleu . sparganii Ahr. 

— Cuisses postérieures unidentées n'atteignant pas l'ex- 

trémité des éljtres 8. 

8. Eljtres sans impression ; antennes mêlées de rous- 

sâtre surtout à l'extrémité ; angles antérieurs du 
prothorax très saillants, 2 tubercules saillants du 
chaque côté du pronotum .... appendiculata Ahr. 

— Éljtres à impressions plus ou moins distinctes; anten- 

nes non mêlées de roussàtre, angles antérieurs du 
prothorax peu ou pas saillants 9. 

9. Pronotum couvert sur son disque de points enfoncés, 

mais non sur ses cotés où il est fortement ridé . . . 10. 

— Pronotum couvert de points enfoncés sur son disque 

et sur ses bords latéraux sans trace de ride ou 

traces faibles 11. 

10. Eljtres à bande submarginale cuivreuse ou pourpre, 
souvent commencement de seconde bande à la base 
(v. mttala Panz), parfois éljtres unicolores (v. uni- 
color Westh.); 3* article des antennes à peine plus 
long que le 2« limbata Panz. 



190 

— » Élytres d'un bronzé obscur unicolore, 3 e article des 

antennes double du 2° antiqua Kunze. 

1 1 . Base des élytres couverte presqu'entièrement de petits 

points serrés 12. 

— Base des élytres couverte de points enfoncés dans la 

dépression numérale seulement 13. 

12. Bronzé obscur opaque; 2 e article des antennes 

beaucoup plus petit que le 3 e , le 4 e égal aux 2 e et 3 e 

réunis ; dent des cuisses postérieures forte . obscura Gyll. 

— Bronzé plus clair, 2 e article des antennes presqu'égal 

au 3 e ; 4 e plus petit que le 2 e et 3 e réunis ; dents des 
cuisses postérieures très faible . . . brevicornis, Ahr. 

13. Impressions des élytres peu marquées; prothorax 

rétréci à la base, portant un tubercule derrière 
l'angle antérieur ; dent des cuisses postérieures forte 
et aiguë; 3 e article des antennes à peu près égal au 
2 e ; dessus bronzé verdàtre, parfois pourpre (v. por- 
phyrogenita Westh.) thalassina Germ. 

— Impressions des élytres bien distinctes, prothorax pas 

ou peu rétréci à la base sans tubercule derrière 
l'angle antérieur 14. 

14. Pronotum à ponctuation forte et enfoncée, 3 e article 

des antennes près du double du 2 e de forme 
allongée ; dent des cuisses postérieures forte. 
Dessus vert doré, parfois la tête et le pronotum 
sont bleuâtres (v. collaris Panz.) les élytres restant 
vert doré ou étant aussi bleuâtres . . bicolora Zschach. 

— Pronotum à ponctuation médiocre, peu enfoncée ; 

3 e article des antennes à peu près égal au 2 e , de 
forme un peu plus globuleuse ; dent des cuisses 
postérieures très petite souvent à peine distincte. 

impressa Payk. 

15. Élytres unicolores sans bande longitudinale de cou- 

leur différente de celle du fond 16. 

— Élytres à bande longitudinale de couleur différente de 

celle du fond 18. 

16. Pattes et antennes entièrement ferrugineuses parfois 

un peu rembrunies clavipes F. 

— Antennes bronzées ; base des articles ferrugineuse ; 

cuisses bronzées à base ferrugineuse 17. 

17. Angles de la troncature de l'extrémité des élytres 

arrondis ; 3 e article des antennes égal au 2/3 du 4 e ; 
dessus bronzé verdàtre parfois rouge ou pourpre 



191 

(v. sangiiinea Westh.) ou bleu (v. pulcherrima 
Hummel.) simplex F. 

— Angles de la troncature des éiytres bien marqués 

plus ou moins aigus ; 3 e article des antennes égal à 

la moitié du 4 e mdgaris v. concolor Westh. 

18. Assez convexe; 3 e article des antennes égal au 2 e ; 

angles de la troncature des éljtres arrondis, dessus 
bronzé verdàtre rarement foncé ou noirâtre (v. 
tenebrans Westh.) semicuprea Panz. 

— Assez déprimé, 3 e article des antennes plus grand que 

le 2 e ; angles de la troncature des éiytres plus ou 

moins aigus vulgaris Zschach. 

19. 3 e article des antennes double du 2 e ; prothorax 

n'ayant pas de tubercule arrondi derrière l'angle 
antérieur, interstries des éiytres convexes surtout 
vers la base, et particulièrement le 3 e . . tomentosa Ahr. 

— 3 e article des antennes seulement un peu plus long 

que le 2 e . Prothorax ayant derrière l'angle antérieur 
un tubercule arrondi ; interstries des éiytres plans 

cinerea Herbst. 

Plateumaris Thoms. 

1. Entièrement de couleurs métalliques diverses : bleu 

(y.festucœ F.) vert bronzé ou doré (v. micans Panz.) 
bronzé ou cuivreux obscur (v. armata Payk.) rouge 
(v. nympliœae F.) noir à reflet métallique (v. tenebri- 
cosa, Westh.); 3 e article des antennes double du 2 e . sericea L. 

— Pattes et antennes en tout ou partie testacées (sauf 

parfois toutes noires chez discolor Panz) 2. 

2. Prothorax glabre, pattes et antennes variées de testacé 

ou rarement entièrement noires, 3 e article des anten- 
nes un peu plus long que le 2 e discolor Panz. 

— Prothorax légèrement velu, 3 e article des antennes 

double au moins du second 3. 

3. Grand allongé, prothorax violet ou pourpré foncé. 

braccata Scop. 

— Plus petit et plus court bronzé (9) ou noir {$) .... 4. 

4. Prothorax rétréci à la base à ponctuation confluente 

surtout à la base ; 2 e article des antennes très court 

le 1/3 du 3 e consimilis Schrank. 

— Prothorax non rétréci à la base, côtés presque droits, 

points non confluents 5. 

5. Antennes courtes, ne dépassant pas le milieu du corps, 



192 

rousses, parfois avec l'extrémité des articles noire. 
Des exemplaires à élytres fortement ponctuées con- 
stituent la variété pallipes Kunze . . . abdominalis 01. 

— Antennes longues dépassant la moitié du corps, noires 

à 1 ers articles roux rustica Kunze. 

CRIOCERINI. 

1. Prothorax épineux sur les côtés, élytres irrégulière- 

ment ponctuées Zeugophora. 

— Prothorax non épineux sur les côtés, élytres réguliè- 

rement ponctuées 2. 

2. Ongles des tarses soudés à la base, élytres unicolores 

bleues ou noires Lema. 

— Ongles des tarses non soudés à la base ; élytres rouges 

avec ou sans points noirs, ou bleues à taches jaunâ- 
tres Crioceris. 

Zeugophora. Kunze. 

1. Mesosternum jaune, pronotum moins fortement ponc- 

tué, tête et écusson jaunes dans le type, dessus de la 
tête et écusson noirs ou brunâtres dans la var. fron- 
talis Suffr scutellaris Suffr. 

— Mesosternum noir, pronotum très fortement ponctué. . 2. 

2. Tête noire à l'exception de la bouche, épines du 

prothorax aiguës, cuisses postérieures noirâtres, 
rarement jaunes (v. australis Ws.) . . ftavicollis Marsh. 

— Tête entièrementjaune, épines du prothorax obtuses, 

cuisses postérieures jaunes subspinosa F. 

Lema Lac. 

1. Entièrement bleu ou noir 2. 

— Prothorax et pattes jaunes, élytres bleuâtres ou noires 

(v. atrata Waltl.) melanopush. 

2. Pronotum à ligne médiane élevée lisse, limitée de 

chaque côté par une série de points enfoncés . cyanella L. 

— Pronotum à ligne de points sur le disque mais sans 

ligne médiane élevée lisse 3. 

3. Prothorax plus fortement rétréci à la base, à dépres- 

sion presque lisse striolée sur les côtés et le fond seu- 
lement, disque à 2 rangées de points ; élytres à stries 
enfoncées, bleues et parfois noires (v. obscura Steph.). 
Insecte peu allongé lichenis Voet. 



193 

— Prothorax moins fortement rétréci à la base; dépres- 

sion ponctuée, disque à 3 rangées de points 4. 

4. Dépression du prothorax à points fins mais très ser- 
rés, stries des elytres peu enfoncées. . . Erichsoni Suff. 

— Dépression à points forts mais espacés; stries des 

ëlytres fortement enfoncées; insecte plus allongé 
(forme de melanopus L.) seplentrionisWs. 

Erioceris Geoff. 

1. Elytres jaunes ou rouges avec ou sans points noirs . . 2. 

— Elytres bronzées verdàtres ornées de taches ou ban- 

des jaunâtres. Le pronotum, ordinairement rouge à 
taches verdàtres, devient vert noir à bords rouges 
dans la var. campes tris L. en même temps que la 
base des fémurs et des tibias est rouge . . . asparagi L. 

2. Elytres rouges sans points noirs, prothorax très forte- 

ment échancré sur les côtés 3. 

— Elytres jaunes ornées de points noirs, ordinairement 

12 parfois 10 ou 8; prothorax non échancré sur les 

côtés 12 punctalaL. 

3. Tête, pattes et abdomen entièrement noirs . . . lilii scop. 

— Tête et pattes rouges en partie ainsi que les deux der- 

niers segments de l'abdomen. Antennes noires ou 
plus ou moins rouges à la base (v. rufipes Herbst) 
ou rouges à premiers articles noirs (v. Suffriani 
Schmidt) Pronotum orné parfois d'une tache basale 
noire (v. collaris Lac) merdigera L. 

CLYTRINI. 

1 . Elytres jaunes avec ou sans taches noires ou bleuâtres. . 2. 

— Elytres unicolores, d'un bleu plus ou moins noir ou 

verdâtre Gynandrophtalma. 

2. Prothorax bleu vert métallique ou noir 3. 

— Prothorax jaune rougeàtre Coptocephala. 

3. Tête et prothorax glabres, prothorax vert bronzé ou 

bleuâtre, elytres sans taches ou avec un point hume- 
rai noir Labidostomis. 

4. Tête pubescente, prothorax noir, elytres ordinaire- 

ment à 4 ou 6 points noirs 4. 

4. Prothorax fortement pubescent, elytres marquées 

chacune de 3 points noirs Lachnaea. 

— Prothorax glabre, elytres marquées chacune ordinai- 

rement de 2 points noirs Clythra. 



194 

Labidostomis Lac. 

1. Petit 3, 5 à 7; Front fortement sillonné, légèrement 

ponctué convexe; élytres avec ou sans point humerai 

noir longimana L. 

— Plus grand 5 à 10 mill.; front fortement ponctué à 

sillon faible ou nul 2. 

2. Elytres sans point humerai noir, front presque 

plan tridentata L. 

— Elytres à point humerai noir, front convexe 3. 

3. Plus allongé; tête nettement impressionnée, prono- 

tum à points assez gros, serrés souvent con- 
fluents humer alis Schneid. 

— Beaucoup plus court; tête moins impressionnée, pro- 

notum à points plus petits et plus espacés, point 
humerai des élytres gros . . lucida Germ. v. axillaris Lac. 

Lachn^ea Lac. 
Une seule espèce belge ôpunctata Scop. 

Clythra Laich. 

1. Une tache rougeâtre derrière l'œil. Pronotum assez 
fortement ponctué sur le disque, sillon frontal bien 
marqué 4 punctata L. 

— Pas de tache rougeâtre derrière l'œil. Pronotum pres- 

que lisse sur le disque, sillon frontal affaibli lœviusculaRa.tzeb. 

Gynandrophtalma Lac. 

1. Prothorax entièrement jaune 2. 

— Prothorax noir bleu très largement bordé de jaune ... 3. 

2. Large et trapu, antennes d'un noir brun avec les 

4 premiers articles fauves ; élytres assez fortement 
ponctuées salicina Scop. 

— Allongé , antennes jaunes légèrement rembrunies ; 

ponctuation des élytres plus faible . . . iïavicollis Charp. 

3. Partie discoidale bleue du pronotum lisse, palpes 

noirs; 4 i/s à 6 mill aurita L. 

— Partie discoidale bleue du pronotum ponctuée palpes 

roux; 2 1/2 à 4 mill affinis Hellw. 

Coptocephala Lac. 

1. Pattes jaunes à cuisses en partie bleuâtres, unifasciata Scop. 

— Pattes entièrement bleuâtres scopolina L. 



195 



CRYPTOCEPHALINI. 

1. Pattes antérieures de longueur normale; cuisses peu 
élargies ; pronotum fortement rabattu sur les 
côtés Cryptocephalus. 

— Pattes antérieures très longues à cuisses très élargies; 

pronotum peu abaissé sur les côtés; éljtres jaunes 
àtaches noires ou noires avec ou sans taches jaunes, 
peu régulièrement ponctuées .... Pachybrachys. 

Cryptocephalus Geoff. 

1. Grands (3 mill. au moins) couleurs diverses .... 2. 

— Petits (3 mill. au plus) éljtres régulièrement striées 

ponctuées, jaunes avec ou sans taches ou bandes noi- 
res, ou noirs avec ou sans taches ou bandes jaunes . . 24. 

2. Pronotum à rebord latéral large, élytres irréguliè- 

rement ponctuées, rouges avec ou sans points noirs 

très rarement noires à taches rouges 3. 

— Pronotum à rebord latéral étroit, éljtres de couleurs 

diverses mais régulièrement striées ponctuées 

quand elles sont jaunes ou rouges [pini excepté) . . 7. 

3. Pronotum unicolor, noir $ ou rouge Ç. Éljtres rou- 

ges ordinairement sans tache noire; front noir 

orné dedeuxpetites taches jaunes le long des jeux, coryli L. 

— Pronotum noir à taches ou bandes jaunes, front noir 

sans tache jaune 4. 

4. Cuisses non tachées de blanc à leur extrémité, jambes 

noires; éljtres rouges marquée de 2 taches noires, 
1 humérale et 1 médiane parfois absente (v. Imme- 
ralis Ws.), bord latéral concolore. distinguendus Scheid. 

— Cuisses tachées de blanc à leur extrémité 5. 

5. Toutes les jambes rousses, bord latéral des éljtres 

concolore cordiger L. 

— Jambes noires (excepté parfois les antérieures un peu 

ferrugineuses à l'intérieur) bord latéral des éljtres 

noir 6. 

6. Bord latéral des éljtres étroitement noir; pjgidium 

presque toujours taché de jaune . . . 8 punctatus Scop. 

— Plus fortement ponctué, bord latéral des éljtres large- 

ment noir, pjgidium noir. Pronotum noir à ligne 
médiane jaune raccourcie ç^ ou dilatée en forme 
d'ancre Q, parfois jaune à 5 taches noires (v. thora- 



196 

cicus Ws.); élytres à 3 taches noires chacune, les 
2 taches basales parfois réunies en une fascie trans- 
verse (v. pictus Suffr.) ; rarement élytres noires à 
tache basale, fascie médiane ondulée et tache 
apicale rouges (v. separandus Suffr.) ou noires à 
lunule basale, une petite tache médiane et une 
autre apicale rouges (v. Gyllenhali Ws.) 6 punctatus L. 
7. Entièrement violet, vert doré ou pourpre sans aucune 
partie jaune; élytres irrégulièrement et ordinaire- 
ment rugeusement ponctuées 8. 

— Élytres ordinairement régulièrement striées ponc- 

tuées; insecte au moins en partie jaune 11. 

<S. Violet parfois un peu noirâtre ou verdàtre (v. sma- 
ragdinus Suffr.). Pronotum couvert de points peu 
serrés et peu enfoncés violaceus Laich. 

— Vert doré quelquefois bleu ou pourpre ; pronotum 

couvert de points très nombreux, très serrés et 

enfoncés . 9. 

9. Grand 5,5 à 8 mill.; pygidium sans carène bien 
marquée à son extrémité; pronotum cintré au devant 
de la base 10. 

— Plus petit 4 à 5,5 mill. ; pygidium portant une carène 

bien marquée à son extrémité; pronotum à bord 
latéral droit, non cintré au devant de la base. hypocliœridis'L. 

10. Angles postérieurs du prothorax aigus, ponctuation 

des élytres plus serrée, moins rugeuse, prosternum 
bidenté à la base; dernier segment ventral du çj à 
impression précédée de 2 petits tubercules élevés ; 
doré ou jaune doré (v. pratorum Suff.) ou bleu 
(v. cœruleus Ws sericeus L. 

— Angles postérieurs du prothorax presque droits; 

ponctuation des élytres plus rugeuse; prosternum 
non denté à la base; dernier segment ventral du $ 
à impression non précédée de tubercule. . aureolus Suff. 

11. Jambes antérieures fortement élargies et aplaties; 

insecte entièrement roussâtre sauf parfois le dessous 

noirâtre (v. abietis Suffr.) pini L. 

Jambes antérieures normales 12. 

12. Cuisses et jambes au moins les antérieures, en tout 

ou partie jaunes 13. 

— Cuisses et jambes entièrement noires ou bleues . . . 18. 

13. Pronotum lisse ou très finement ponctué 14. 

— Pronotum distinctement ponctué 16. 



197 

14. Élytres entièrement bleues ou noires à l'exception 

parfois des épipleures qui sont jaunes 15. 

— Elytres noires à larges taches marginale et apicale 

jaunes; taches marginales quelquefois dilatées 
jusque près de la suture (v. bivittatus Gyll.) rare- 
ment élytres jaunes ornées de 2 fascies noires 
étroites (v. arguatus Weise) ; pronotum noir à 
angles postérieurs jaunes; parfois bordures anté- 
rieures et latérales ainsi qu'une tache basale rousses 
(v. mttiger Mars) Morœi L. 

15. Elytres et pronotum entièrement bleus, pattes toutes 

jaunes chez la 9 l es antérieures seules jaunes en 

partie chez le çf - nitidus L. 

— Elytres noires à bord latéral jaune près de la base, ou 

rarement unicolores(v.^w#^/?'0%<9 S uff). Prothorax 
à angles antérieurs seuls jaunes dans la 9 a Dor " 
dures latérales et antérieure jaunes dans le (ff, celle- 
ci parfois interrompue au milieu (v. nigrescen* 
Gradl). Tête jaune, front quelquefois noir avec deux 
traits testacés (v. dispar Ws.) JlavipesF. 

16. Pattes antérieures seules jaunes à l'exception du 

dessus des cuisses; élytres bleuâtres, pronotum noir 
avec la marge antérieure et les angles postérieurs 
jaunes punctiger Payk. 

— Cuisses antérieures et intermédiaires jaunes au moins 

en partie 17. 

17. Elytres à stries plus fortement ponctuées et très 

régulières; cuisses postérieures entièrement noires. 
Elytres soit jaunes marquées chacune de 5 points 
noirs dont quelques uns sont parfois effacés (v. solu- 
tus Ws.) et d'autres fois au contraire confluents 
(v. scenicus Ws.) soit noires, unicolores ou ornées 
près de l'écusson de 2 taches et à la base de points 
rougeàtres (v. moestus Ws.) Dans ces trois variétés 
le pronotum est jaune à 2 ou 4 taches noires. Il 
devient aussi noir à marge antérieure et ligne mé- 
diane testacées (v. bothnicus L.) ou orné en plus de 
2 points oblongs jaunes (v. ornaUis Herbst.) enfin 
rarement il est tout noir (v. barbareœ L.) Dans ces 
trois dernières variétés les élytres sont noires. 

10 maculatus L. 

— Elytres à stries ponctuées moins fortes et moins régu- 

lières; cuisses postérieuresjaunes en dessous. Elytres 
noires avec deux petites taches scutellaires jaunes; 



198 

pronotum jaune à 2 bandes ou 2 ou 4 petits 
points noirs, parfois sans tache les élytres étant 
alors jaunes à tache humérale (v. callifer Suff.) 
ou 2 à 5 points noirs (v . Jlavescens Schneid.) quel- 
quefois confluents (v. seminiger Ws.). Enfin les 
élytres deviennent presque toutes noires le prono- 
tum portant deux taches postérieures noires (v. Fa- 
bricii Ws.) frenatus Laich. 

18. Prothorax, tête, pattes d'un bleu métallique, élytres 

de même couleur parfois avec un point apical ou 

une large bande dorsale jaune 19. 

— Prothorax, tête et pattes noirs, élytres rouges ou 

jaunes avec ou sans bandes ou points noirs ou noires 

à taches rousses 22. 

19. Front taché de jaune, pronotum du $ bordé de jaune 

antérieurement jantliinus Germ. 

— Front et pronotum sans tache jaune 20. 

20. Noir bleu, premiers articles des antennes brunâtres 

en dessus, jaunes en dessous, trochanters couleur 
des pattes ; élytres plus fortement ponctuées entiè- 
rement noir bleu ou à petite tache apicale jaune 
(v. terminatus Germ.) chez le $; jaunes à bord 
latéral et suture noir bleu chez la 9 • • • onarginatus F. 

— Bleu ou verdàtre ; antennes à base plus claire élytres 

moins fortement ponctuées, entièrement bleues ou 
verdàtres .... 21. 

21. Trochanters testacés,prothoraxà points forts; 1 ers ar- 

ticles des antennes noirâtres en dessus, stries des 
élytres mieux marquées parvulus Mull. 

— Trochanters bleus ou testacés (v.Jtavil abris Thoms.), 

prothorax faiblement ponctué, stries des élytres 
peu enfoncées surtout vers l'extrémité; 1 ers articles 
des antennes ordinairement entièrement testacés. 

cœrulescens Sahlb. 

22. Pronotum à angles antérieurs fortement pubescents, 

élytres jaunes à bande dorsale et suture noires, 
bandes dorsales parfois réunies derrière l'écusson 
(v. négligeais Ws.), bord latéral concolore . . tittat%s F. 

— Angles antérieurs du pronotum non pubescents, bord 

latéral des élytres noir 23. 

23. Elytres à interstries plans, rouges marquées de deux 

points noir, un humerai, un médian parfois rem- 
placé par un trait noir (v. sanguinoltntus Scop.) ra- 
rement unicolores, quelquefois noires à taches trans- 
versale et apicale rouges (v. ThomsoniWs.) . bipunctatus L. 



199 

— Interstries des éljtres assez convexes , celles-ci 

noires avec une grande tache apicale rousse, biguttatus Scop. 

24. Pronotum noir avec ou sans fine bordure jaune . . . 25. 

— Pronotum jaune ou rougeâtre. 

25. Éljtres entièrement noires sauf parfois le bord latéral 

près de la base 26. 

— Élytres jaunes avec ou sans bande noire, ou noires à 

tache apicale rousse 29. 

26. Prosternum jaune; pronotum finement bordé de 

jaunâtre antérieurement, épipleures des éljtres 
jaunes frontalis Marsh. 

— Prosternum noir; pronotum et éljtres sans bordure 

jaune 27. 

27. Pronotum ridé, surtout sur les côtés . . exiguus Schneid. 

— Pronotum lisse 28. 

28. Front noir sans tache excepté parfois le long de l'œil 

(v. digrammus Suff.) ; pattes jaunes sauf les cuisses 
qui sont noirâtres surtout les postérieures, parfois 
pattes intermédiaires noires (v. exilis Steph.). labiatus L. 

— Front noir avec le bord des jeux et ordinairement 

2 taches jaunes. Pattes entièrement jaunes sauf 
quelquefois une petite tache noire aux cuisses 
postérieures ocellatus Drap. 

29. Pronotum ridé; éljtres jaunes à suture et bande 

dorsale jaune, très rarement noires à tache basale 

et bords latéral et apical jaunes (v. mœstus Ws.) bilineatus L. 

— Pronotum lisse ou finement ponctué 30. 

30. Eljtres jaunes, suture et tache humérale noires, par- 

fois une bande dorsale noire (v. amœnus Drap.) pygmœus F. 

— Elvtres noires, large tache apicale et bord latéral 

plus ou moins testacés chrysopus Gmel. 

31. Eljtres noires, bord latéral plus ou moins jaunes . . 32. 

— Eljtres testacées avec ou sans le calus humerai, la 

suture et une tache sur la bosse apicale noires. 

32. Eljtres d'un noir brun souvent avec des parties plus 

claires, bord latéral et apical jaune, pronotum sans 

tache noirâtre devant l'écusson. . . y.Marslmmi Ws. 

— Eljtres d'un noir profond, bord latéral jaune mais 

non l'apical; pronotum parfois taché de noirâtre au 
devant de l'écusson ruflpes Goeze. 

33. Tibias antérieurs arqués, abdomen noir, pjgidium 

testacé populi Suff. 

— Tibias antérieurs non arqués 34. 

34. Dessous testacé ochroleucus Fairm. 



200 

— Dessous noir. 

35. Pygidium jaune pâle macellus Suff. 

— Pygidium noir 36. 

36. Stries des élytres affaiblies à partir du milieu 

presqu'éffacées par derrière, élytres jaunes, calus 
humerai, suture, tache médiane vague souvent 
absente (v. immaculatus Westh.) noires. Proster- 
num muni en avant d'une mentonnière . . pusillus F. 

— Stries des élytres bien marquées dans toute la lon- 

gueur, suture et calus noirs, parfois élytres entière- 
ment jaunes (v •. fuhicollis Suff.); prosternum sans 
mentionnière fulvus Goeze. 

Pachybrachys Suff. 

1. Mésépimères noirs à taches jaunes; élytres à stries 
ponctuées assez régulières, jaunes à 5 taches jaunes 
confluentes, sans reliefs luisants parfois les taches 
sont séparées et l'une ou l'autre manque [\.iclericus 
Ws.) d'autres fois les élytres sont entièrement noires 
sauf quelques traits jaunes (v. tristis Laich.) 

hieroglyphicus Laich. 

— Mésépimères noirs sans tache jaune ; élytres sans stries 

distinctes, noires à taches jaunes portées sur des 

reliefs luisant ou toutes noires (v. œthiops Ws.) tesellatus 01. 

EUMOLPINI. 

1. Prothorax aussi large que les élytres à la base Lamprosoma. 

— Prothorax beaucoup plus étroit que les élytres à la base. . 2. 

2. Petit 2 à 4 mill. dessus couvertdepubescence blanche, 

bronzé, élytres fortement striées-ponctuées. Pachnephorus. 

— Assez grand 5 à 6 mill. noir ou brun, élytres irrégu- 

lièrement ponctuées Adoxus. 

Lamprosoma Kirby. 
Une seule espèce concolor Sturm. 

Pachnephorus Redtb. 

Une seule espèce belge, 2 à 2,5 mill. parfois plus 
grand 3 à 4 mill. interstries des élytres plus fine- 
ment pointillés (v. sabulosus Gebl.) quelquefois 
dessus entièrement couvert de squamules blanches 
(v. villosïis Redtb) tesellatus Duft. 



201 

Adoxus Kirby. 

Une seule espèce, élytres et pattes noires ou parfois 
brunâtres les stries des élytres restant bien marquées 
(v. épilobii Ws.) ou effacées (v. vitis F.) . . obscurus L. 

CHRYSOMELINI. 

1. Prosternum sans prolongement postérieur, élytres 

irrégulièrement ponctuées 2. 

— Prosternum prolongé postérieurement, élytres sou- 

vent striées ponctuées 5. 

2. Tibias postérieurs munis d'une forte dent à leur 

extrémité externe Gastroidea. 

— Tibias postérieurs sans dent à leur extrémité externe . . 3. 

3. Elytres prolongées en pointe à leur extrémité .... 4. 

— Élytres non prolongées en pointe à leur extrémité, 

insectes aptères à élytres soudées Timarcha. 

4. Tibias et tarses testacés, élytres d'un vert ou bleu 

métallique Colaphus. 

— Tibias, tarses, élytres noirs Colaspidema. 

5. Dernier article des palpes tronqué 6. 

— Dernier article des palpes plus ou moins aigu .... 8. 

6. Tibias postérieurs munis sur leur dos d'une rigole, 

prothorax beaucoup plus étroit que les élytres à 

leur base; élytres irrégulièrement ponctuées. Melasoma. 

— Tibias postérieurs sans rigole, prothorax à peu près 

de même largeur que les élytres à leur base .... 7. 

7. Calus humerai saillant; 1" segment de l'abdomen de 

la longueur du métasternum Orina. 

— Calus humerai non saillant ; 1 er segment de l'abdomen 

plus long que le métasternum Chrysomela. 

8. Elytres irrégulièrement ponctuées, insecte très 

arrondi Plagiodera. 

— Elytres régulièrement striées ponctuées au moins sur 

le dos 9. 

9. Tibias postérieurs fortement dentés à leur extrémité 

externe, ongles dentés ; élytres ordinairement rouges 

ou jaunes à points noirs Phytodecta. 

— Tibias postérieurs non dentés à leur extrémité externe ; 

élytres métalliques unicolores ou à bandes jaunes . . 10. 
10. Ongles dentés, insecte assez allongé, élytres unico- 
lores, prothorax à base arquée Phyllodecta. 

— Ongles non dentés 11. 



202 

11. Allongé, élytres souvent bordées de jaune 12. 

— Ovale court convexe, élytres sans bande jaune pro- 

notum à ponctuation, fine et uniforme .... Piledon. 

12. Élytres unicolores, pronotum à très gros points 

espacés, à base courbe Scleropiledon. 

— Elytres souvent bordées de jaune, pronotum plus 

finement ponctué, base droite 13. 

13. Prothorax transversal, non rebordé à la base plus 

court et plus large Hydrothassa. 

— Prothorax carré ou même plus long que large rebordé 

à la base, insectas plus allongés .... Prasocuris. 

Colaphus Redtb. 
Une seule espèce belge sophiœ Schall. 

Colaspidema Laporte. 
Une seule espèce belge atrum 01. 

Gastroidea Hope. 

1. Pronotum, base des antennes et pattes roux; élytres 

vertes ou bleues , . polygoni L. 

— Pronotum, base des antennes et pattes d'un vert doré 

comme les élytres viridula Deg. 

Timarcha Latr. 

1. Noir ou violacé, pronotum finement rebordé .... 2. 

— Bronzé, pronotum non rebordé. . . . metallica Laich. 

2. Grand 11 à 18 mill. Prothorax fortement rétréci à la 

base; élytres paraissant lisse à simple vue . tenebricosa L. 

— Plus petit 8 à 13 mill. ; prothorax presque pas rétréci 

à la base; élytres paraissant rugeuses à simple vue. . 3. 

3. Pronotum à points serrés ayant sa plus grande 

largeur vers le milieu, élytres noires parfois viol- 
lettes ou vertes, plus ou moins cuivreuses (v. œrea 
Fairm.) quelquefois fortement rugeuses (v.rugosa 
Duft) moloceonigra Deg. 

— Pronotum à points espacés, ayant sa plus grande 

largeur après le milieu montana Fairm. 

Chrysomela L. 

1. Prothorax et dessous du corps vert doré ou cuivreux, 

élytres entièrement rouges brique polita L. 



203 

— Prothorax et élytres de même couleur ou à peu près . . 2. 

2. Elytres noires ou bleuâtres bordées de jaune ou de rouge . 3. 

— Elytres sans bordure jaune ou rouge souvent de cou- 

leur métallique 8. 

3. Bordure rouge des élytres s'étendant sur toute la base. 

limbata F. 

— Bordure rouge des élytres ne s'étendant pas sur la base . 4. 

4. Elytres irrégulièrement ponctuées, sans lignes réguliè- 

res de points plus gros, pronotum à bourrelet large 

et gouttière bien marquée. . . • 5. 

— Elytres à lignes régulières de gros points entremêlés 

de points irréguliers plus petits, gouttière latérale du 
pronotum peu marquée sauf à la base ou nulle. ... 6. 

5. Disque du pronotum peu convexe, ponctué, élytres 

grossièrement ponctuées, bordure jaune presque tou- 
jours limitée à la dernière ligne de points, sanguinolenta L. 

— Disque du pronotum convexe, presque lisse, élytres 

plus finement ponctuées, dernière ligne de points 
presque toujours placée sur la bordure jaune. 

marginalis Duft. 

6. Gouttière du pronotum marquée au moins à la base . . .7. 

— Gouttière nulle; espèce petite 3,5 à 6,5. Elytres noires 

ou violettes (v. lomata Herbst.) analis L. 

7. 5,5 à 9 mill. moins allongé, bleu noirâtre, lignes régu- 

lières de points peu visibles ; parfois la ponctuation 
est plus forte et la teinte plus violette (v. cœrules- 
cens Suffr.) carnifex F. 

— 5 à 7 mill. ; plus allongé lignes régulières de points des 

élytres bien visibles; élytres bronzées ou verdàtres, 
parfois brunes à éclat vert ou bronzé et bordure pâle 
(v. cinctella Gy\\.) ou noires plus ou moins métalliques 
à bordure testacée (v. solitaria Ws.). . . marginata L. 

8. Prothorax à côtés droits; espèces d'un noir bleu .... 9. 

— Prothorax à côtés courbes; espèces presque toujours de 

couleur métallique 11. 

9. Milieu des cuisses rouge femoralis 01. 

— Pattes entièrement bleu noir 10. 

10. Pronotum absolument sans gouttière . . . haemoptera L. 

— Gouttières du pronotum marquées au moins à la base. 

(Le type de cette espèce ne se rencontre pas en 
Belgique) fuliginosa 01. v. gallii Ws. 

11. Elytres à lignes de points régulières ordinairement 

gemellées , 12. 

— Elytres irrégulièrement ponctuées 16. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 17 



204 

12. Gouttières du pronotum entières et bien marquées. . . 13. 

— Gouttières du pronotum marquées à la base seulement, 

souvent précédées de quelques gros points 14. 

13. Pronotum entièrement lisse; dessus bronzé parfois 

vert noirâtre métallique (v. lamina F.). . orichalcia Mull. 

— Pronotum ponctué salviae Germ. 

14. Elytres finement ponctuées entre les lignes gemellées 

qui sont très distinctes et formées de très gros points ; 
dessus vert bronzé, parfois noir bleuâtre ou violet 
(v. ambiguaW s. )ou tout noir [\ . privignaWs.)hyperici Forst. 

— Elytres fortement ponctuées entre les lignes gemellées 

rendues ainsi moins distinctes 15. 

15. Points des lignes gemellées peu profonds, peu distinctes 

surtout à la base, 3 ou 4 premiers articles des anten- 
nes testacés ; pronotum vert cuivreux, elytres plus 
rougeàtres brunsvicensis Grav. 

— Points des lignes gemellées plus forts, plus distincts à 

la base, premiers articles des antennes noirs brunâ- 
tres, dessus bleu noirâtre geminata Payk. 

16. Blond roussàtre; Gouttière du pronotum entière, staphylea L. 

— Ordinairement de couleur métallique; gouttière mar- 

quée seulement à la base ou interrompue vers le 

milieu 17. 

17. Base des antennes et tarses roux, pronotum sans bour- 

relet ni gouttière. Violet ou noir bronzé (v. Sturmi 
Westh.) goettingensis L. 

— Pattes de la couleur du dessus du corps ou gouttière 

du pronotum bien marquée 18. 

18. Gouttière interrompue au milieu, antennes et pattes 

brunes hemisphaerica Germ. 

— Antennes et pattes de la couleur du corps 19. 

19. Pronotum à impression profonde à la base: pattes et 

dessous du corps violet foncé, elytres ordinairement à 
bandes rouges, violettes et vertes, parfois vertes à 
bandes violettes (v. ornala Ahr.) ou d'un cuivreux 
obscur à bandes vertes ou violettes peu marquées ou 
nulles (v. allernans Panz) cerealis L. 

— Pronotum à impression basale nulle ou peu marquée . . 20 

20. Petit, 4,5 à 6 mill ; très arrondi; antennes noires à 

premier article de la couleur du dessus du corps ; 
elytres et pronotum couverts de petits points ser- 
rés égaux. Vert bronzé, cuivreux doré (v. cen- 
taura Herbst) bleu violacé (v. pratensis Ws.) ou 
noir(v. aethiops F.) varians Schall. 



205 

— Plus grand ordinairement et plus allongé, pronotum et 

élytres couverts de points moins serrés et d'inégale 
grandeur 21. 

21. 2* et 3 e articles des antennes rougeâtres 22. 

— Antennes entièrement noires ou 1 ers articles de la cou- 

leur du corps 23. 

22. Petits à 7 mill. ; élytres d'un vert doré avec la suture et 

une bande dorsale bleuâtres; d'autres fois d'un cui- 
vreux rougeâtre, la suture et la bande dorsale étant 
largement vertes ou bleuâtres [v.speciosa L.). fastuosa Scop. 

— Grand 8 à 11 mill. ; élytres convexe vers leur extré- 

mité, suture et bord externe à reflet rougeâtre. graminis L. 

23. Bleu violet, élytres souvent ornées d'une bande ver- 

dâtre plus claire mal limitée coerulans Scriba. 

— Vert doré sans bande dorsale, élytres déprimées à leur 

déclivité postérieure menthastri Suff. 

Orina Chev. 

1. Premiers articles des antennes concolores; dernier 

article des palpes à peine tronqué, gouttière latérale 

du pronotum entière cacaliae Schrank. 

— Premiers articles des antennes rougeâtres en dessous 

à l'extrémité 2. 

2. Allongé; bourrelet du pronotum moins marqué, der- 

nier article des palpes largement tronqué, proster- 
num canaliculé, élytres d'un vert doré unicolore 
ou avec la suture et une bande dorsale violacée 

(v. speciosa Suff.) gloriosa F. 

— Large; bourrelet du pronotum large et bien marqué, 
dernier article des palpes peu tronqué, prosternum 
non canaliculé tristis F. 

Phytodecta Kirby. 

1. Petit, 3,5 à 5 mill.; très convexe; tibias antérieurs 
faiblement dentés, interstries des élytres lisses, 
celles-ci jaunes avec la suture noire, ou toutes 
jaunes (v. flavicans F.) ou suture et bande dorsale 
noires (v. litura F.) ou toutes noires sauf parfois 
de faibles traces testacées [nigricans Ws.). olivacea Forst. 

— Plus grand, plus allongé, tibias antérieurs fortement 

dentés ou non dentés 2. 

2. Tibias antérieurs dentés 3. 

— Tibias antérieurs non dentés; pronotum fortement et 

rugueusement ponctué surtout sur les côtés .... 6. 



206 

3. Cuisses rouges, élytres marquées chacune de cinq 

taches noires ou parfois de trois (v. 6 punc- 
tataY.) rujtpes Deg. 

— Cuisses noires 4. 

4. 3 e article des antennes aussi long ou seulement un 

peu plus long que le 5 e ; 10 e plus large que long. . . 5. 

— 3 e article des antennes double du 5 e ; 10 e au moins 

aussi long que large; élytres sans tache, ou parfois 
à taches noires (v. decostig ma Duft.). Prothorax noir 
bordé de rouge ou tout noir les élytres étant dans 
ce cas sans tache (v. Kraitzi Westh.) ou avec taches 
(v. nigricollis Westh.) ou enfin entièrement noires 
(v. Satanas Westh.) Linnaeana Schrank. 

5. Pattes entièrement noires ; élytres rouges ornées de 

taches noires, souvent 5 chacune (v. 10 punctata L) 
ou sans tache le prothorax étant alors entièrement 
rouge (v. Gradli Heyd.) ou noir [bicolor Kraatz), 
parfois les taches sont confluentes (v. Baaderi 
Panz), enfin les élytres deviennent noires avec la 
bordure et 2 taches rouges (v. cincta Ws.) ou toutes 
noires (v. calcarata F.) viminalis L. 

— Tibias testacés, élytres soit entièrement noires, soit 

entièrement rouges sans tache, prothorax toujours 

tout noir Jlavicomis Suff. 

6. Avant dernier article des antennes plus long que large, 

prothorax légèrement dilaté sur les côtés vers le 
milieu, épipleures à rebord interne s'arrêtant un 
peu après le milieu; élytres maculées de noir; 
insecte très souvent entièrement testacé (v. unico- 
lor Ws.) parfois le pronotum est entièrement roux 
ou avec 2 bandes noires, les taches des élytres 
étant souvent confluentes (v. fiamcollis Duft.) ou 
tout noir sauf quelquefois une ligne médiane testacée, 
les taches des élytres étant alors confluentes (v. sorbi 
Ws.) enfin le dessus devient entièrement noir 
(v. obscurci Grimmer) 5 punctata F. 

— Avant dernier article des antennes aussi large que 

long, prothorax à côtés subparallèles; rebord interne 
élevé jusqu'à l'angle apical. Elytres sans taches 
parfois maculées de noir la poitrine et l'abdomen 
étant noirs (v. decipiens Ws.) d'autres fois le pro- 
notum est tacheté de noir et les taches des élytres 
confluentes (v. borealis 01.) enfin l'insecte devient 
presqu'entièrement noir (v. frontalis 01.) . . pallida L. 



207 

Phyllodecta. Kirby. 

1. Articles 4 à 6 des antennes à longs poils; pronotum 

rebordé à la base, pattes concolores; élytres ayant 
une sorte de coulisse entre le 7 e et 8 e interstrie, peu 
régulièrement ponctuées sur le dos, confusément 
sur les côtés. Bronzé bleuâtre, parfois vert bronzé 
sans reflet bleuâtre (v. œstiva Ws.) ou noir violacé 
(v. obscura Ws.) mdgatissima L. 

— Article 4 à 6 des antennes peu poilus ; pronotum non 

rebordé à la base, élytres sans coulisse 2. 

2. Tibias testacés en partie, ou bien bronzés (v. Cornelii 

Ws.). 4 e article des tarses très long, tête non excavée 
entre les yeux. Bronzé parfois verdâtre ou noir 
bleuâtre (v. cœrulea Ws.) tibialis Suff. 

— Tibias jamais testacés; 4 e article des tarses moins long. 3. 

3. Tête pas ou peu excavée entre les yeux; prothorax non 

dilaté et arrondi sur les côtés avant le milieu. Bronzé 
verdâtre ou doré parfois presque tout noir (v. nigrica 
Motsch.) mtellirtcB L. 

— Tête fortement excavée derrière les yeux, prothorax 

largement dilaté et arrondi sur les côtés avant le milieu. 4. 

4. Interstries des élytres plans, antennes assez longues 

et robustes, ongles des tarses à dent forte. Bleu 
verdâtre laticollis Suff. 

— Interstries des élytres subconvexes, surtout l'extré- 

mité du 8 e ; antennes courtes, peu fortes; ongles des 
tarses à dent faible. Noir bronzé ou bleuâtre 

atrovirens Cornel. 

Hydrothassa Thoms. 

1. Prothorax non bordé de jaune, élytres â lignes 

ponctuées fortes, bordées de jaune ou entièrement 

d'un noir bleuâtre (v. glabra Herbst) .... aucta F. 

— Prothorax bordé de jaune 2. 

2. Assez étroit et allongé, ponctuation du pronotum 

plus fine et plus serrée, élytres constamment sans 

bande dorsale, la bordure seule jaune . . marginella L. 

— Plus court et plus large, pronotum à gros points 

espacés; élytres à bande dorsale jaune parfois 
interrompue (v. jpotentillx Herbst) ou raccourcie à 
une de ses extrémités (v. caltfae Ws.) ou enfin 
entièrement effacée (v. germanica Ws.) Bord laté- 
ral jaune hannoverana F. 



208 

Prasocuris Latr. 

1. Prothorax bordé de jaune, tibias et parties des cuisses 
jaunes, élytres à bandes latérale et dorsale jaunes, 
cette dernière quelquefois raccourcie, ou interrom- 
pue (v. sii Ws.) ou nulle (v. cicutœ Ws.) . phellandrii L. 

— Entièrement bleu foncé ou noir (v. atra Duft.), 

étroit, allongé, ponctuation des élytres fine, junci Brahm. 

SCLEROPHjEDON Ws. 

Une espèce prise en Allemagne non loin de notre 
frontière carniolicus Germ. 

Ph^edon Latr. 

1. Rebord latéral interne des élytres n'atteignant pas le 

milieu, très convexe, bronzé, calus humerai non 
marqué pyritosus Rossi. 

— Rebord latéral interne des élytres prolongé jusque la 

suture; ordinairement bleu ou verdàtre 2. 

2. Calus humerai marqué 3. 

— Calus humerai nul, stries ponctuées des élytres peu 

nettes, antennes noires. Noir bronzé ou noir 
violacé lœmgatus Duft. 

3. Calus humerai fortement marqué, bien limité en 

dedans ; dernier segment de l'abdomen largement 
bordé de jaune, épistome à impression triangulaire ; 
antennes noires. Bleu plus ou moins noirâtre, armoracùe L. 

— Calus humerai moins marqué, mal limité, dernier 

segment de l'abdomen étroitement bordé de jaune, 
épistome sans impression, deux premiers articles 
des antennes en partie roussâtres. Bleu, parfois vert 
bronzé (v. negleclus Sahlb.) ou noir, (v. hederœ S uffr.) 

cochlearùeF. 

Plagiodera Laich. 
Une seule espèce versicolora Laich. 

Melasoma Steph. 

1. Pronotum vert ou bleu largement bordé de jaune. . . 2. 

— Pronotum entièrement métallique sans bordure jaune . . 4. 

2. Élytres unicolores 3. 



209 

— Élytres jaunâtres ornées de 20 taches bronzées ou 

verdâtres parfois plus ou moins confluentes (v. pus- 

tulata Ws) 20 punctata Scop. 

3. 3 e article des antennes plus du double du 4 e ; protho- 

rax plus convexe, moins fortement échancré anté- 
rieurement; côtés plus arrondis, ponctuation des 
élytres plus fine et plus serrée; insecte plus petit et 
plus étroit alpina Zett. 

— 3 e article des antennes ordinairement de moitié plus 

long que le 4 e ; prothorax moins convexe profondé- 
ment échancré antérieurement. Espèce plus grande 
et plus large. Élytres d'un bleu noirâtre ou verdâtre 
(v. salicis F.), parfois noires avec ou sans reflet 
bronzé (v. daurica Motsch), pattes ordinairement 
rousses avec l'extrémité des cuisses noire, d'autres 
fois presque toutes noires (v. genicnlata Duft.), le 
pronotum a quelquefois la bordure antérieure et la 
bordure postérieure testacées (v. thoracica Ws.) collaris L. 

4. Elytres métalliques ou jaunes à taches bleuâtres. . . 5. 

— Élytres rouges ou testacées, unicolores ou à angle 

apical noir 7. 

5. Pronotum sans gouttière ni bourrelet, abdomen étroite- 

ment bordé de jaune. Vert bronzé, cuivreux doré 

(v. mtellinx Scop.) ou violet (v. Jiœmorrhoidalis L.) œnea L. 

— Gouttière et bourrelet latéral du pronotum bien mar- 

qués 6. 

6. Élytres unicolores bronzées ou bleuâtres, abdomen 

très largement bordé jaune à tous les segments, cuprea F. 

— Dernier segment de l'abdomen seul bordé de jaune; 

élytres jaunes à taches bleuâtres, les dernièrestaches 
parfois en forme de cercle (v. litura Mars), quelque- 
fois les élytres sont bleuâtres avec des traits ou 
points testacés (v. curvilinea Deg.) ou entièrement 
bleuâtres (v. bulgharensis F.) lapponicah. 

7. Angle apical des élytres noir, cote latérale des élytres 

marquée d'une seule série de points sur son bord 
externe populi L. 

— Angle apical des élytres concolore, cote latérale 

densément ponctué sur son bord externe 8. 

8. Bord latéral du prothorax fortement arqué, gouttière 

droite et profonde atteignant presque la marge 
antérieure; article ongulifère des tarses terminé à 
son extrémité interne par une petite dent pointue, tremula; F. 



210 

— Bord latéral du prothorax faiblement arqué, gout- 

tière peu profonde, fortement raccourcie par devant ; 
article ongulifère des tarses arrondi à son extrémité 
interne saliceti Ws. 

GALERUCINI. 

1. Hanches antérieures contigùes ou presque contigùes, 

peu ou pas séparées du prosternum, intermédiaires 
presque contigùes ; pattes postérieures non propres 
au saut. Espèces ordinairement assez grandes 
(Galeruzae) 2. 

— Hanches antérieures distinctement séparées du pros- 

ternum, intermédiaires plus ou moins écartées, 
pattes postérieures propres au saut, espèces en 
général très petites (Halticse) 9. 

2. Cavités cotyloïdes des hanches antérieures ouvertes 

par derrière 3. 

— Cavités cotyloïdes des hanches antérieures fermées 

par derrière 7. 

3. Épipleures des élytres nuls, celles-ci jaunes à larges 

taches noires Phyllobrotica. 

— Épipleures des élytres bien marqués 4. 

4. Entièrement violet plus ou moins noir. . . Agelastica. 
— ■ Au moins en partie jaune 5. 

5. Dessus du corps densément pubescent, élytres paral- 

lèles testacées, plus ou moins noirâtres, avec ou sans 

bande noire Galerucella. 

— Dessus du corps glabre 6. 

6. Élytres parallèles Luperus. 

— Élytres élargies postérieurement, jaunes ou rouges, 

taille de 4 à 6 mill Lochivlea. 

7. Prothorax testacé, élytres d'un vert doré . . . Sermyla. 

— Prothorax et élytres concolores 8. 

8. Élytres noires ou testacées élargies postérieurement, 

pattes noires, taille de 6 à 10 mill Galeruca. 

— Élytres parallèles, bleuâtres, pattes jaunes. . Euluperus. 

9. Antennes de 11 articles; tarses insérés à l'extrémité 

des tibias 10. 

— Antennes de 10 articles ; tarses insérés assez bien 

avant l'extrémité des tibias Psylliodes. 

10. Pronotum marqué à la base d'un sillon transversal . . 11. 

— Pronotum sans sillon transversal à la base .... 18. 

11. Élytres régulièrement striées ponctuées 12. 

— Elytres irrégulièrement ponctuées 17. 



211 

12. Élytres glabres 13. 

— Élytres pubescentes Epitrix. 

13. Élytres testacés ou rouges 14. 

— Élytres de couleur métallique, ou noires 15. 

14. Sillon transversal du pronotura peu marqué, tuber 

cules frontaux déprimés, espèces plus petites, 2 à 
2,5mill Ochrosis. 

— Sillon transversal du pronotum bien marqué, tuber- 

cules frontaux convexes, espèces plus grandes 3 à 

5 mill Crepidodera. 

15. Prothorax roux, parfois un peu rembruni, élytres 

bleues, pattes rousses, excepté quelquefois les cuis- 
ses postérieures Derocrepis. 

— Prothorax noir ou de couleur métallique 16. 

16. Carène faciale ponctuée, élytres sans tache apicale, 

testacée, de couleur métallique brillante . . Chalcoides. 

— Carène lisse, élytres bronzées à large tache apicale 

testacée, ou d'un noir bleuâtre .... Hippuriphila. 

17. Sillon du pronotum limité de chaque côté par 

un trait longitudinal bien marqué . . . Herm^eophaga. 

— Sillon du pronotum s'étendant d'un côté à l'autre sans 

trait longitudinal ... Haltica. 

18. Eperon du tibia postérieur bifide, tête rétirée sous 

le pronotum Dibolia. 

— Éperon du tibia postérieur simple, tête dégagée ... 19. 

19. 1 er article des tarses postérieurs moins long que la 

moitié du tibia 20. 

— 1 er article des tarses postérieurs plus long que la 

moitié du tibia Longitarsus. 

20. Prothorax testacé, élytres bleues ou vertes . . Podagrica. 

— Prothorax ordinairement noir ou métallique, et quand 

il est testacé les élytres le sont également .... 21. 

21. Élytres régulièrement striées ponctuées 24. 

— Élytres irrégulièrement ponctuées 22. 

22. Très convexe, presqu'hémisphérique, entièrement 

roux testacé Sph^eroderma. 

— Oblong, souvent déprimé, noir ou bleu avec ou sans 

taches ou bandes jaunes, ou testacé pâle 23. 

23. Tibias postérieurs déprimés à leur extrémité supé- 

rieure; entièrement soittestacé soit noir ou verdàtre. 
Les 4 tibias antérieurs au moins et souvent les 
cuisses jaunes Aphtona. 

— Tibias postérieurs non déprimés, élytres noires à 

taches ou bandes jaunes ou entièrement noir 



212 

bleuâtre mais dans ce cas toutes les pattes sont 
entièrement noires Phyllotreta. 

24. Oblong ou cylindrique 25. 

— Presqu'hémisphérique très convexe 27. 

25. Bord externe des tibias fortement échancré . Ch^etocnema. 

— Bord externe des tibias non échancré 26. 

26. Ovale, pattes entièrement rousses., élytres unicolores, 

noires Batophila. 

— Cylindrique, cuisses au moins en partie noires ou 

bronzées Mantura. 

27. Très petit, 1 mill., extrêmement convexe, noir par- 

fois un peu bronzé, derniers articles des antennes 
presqu'en massue Mniophila. 

— Plus grand, 2,5 à 3 mill. moins fortement convexe, 

derniers articles des antennes simplement épaissis. 

Apteropeda. 

Agelastica Redtb. 
Une seule espèce alni L. 

Phyllobrotica Retb. 

Une seule espèce belge. Elytres jaunes ornées chacune 
d'une large tache numérale et une un peu après le 
milieu. Tache humérale parfois effacée (v. munda 
Ws.) 4 maculata L. 

Luperus Geoff. 

1. 2 e et 3 e articles des antennes à peu près égaux. ... 2. 

— 3 e article des antennes beaucoup plus long que le 2 e . . 3. 

2. Elytres jaunes, suture et bord marginal noirs. 

nigrofasciatus Goeze. 

— Élytres noires, pronotum jaune taché de noir, ou 

entièrement noir de poix (v. sihestris Ws.) pinicola Duft. 

3. Prothorax noir ou brun noirâtre 2. 

— Prothorax roux 5. 

4. Plus petit, 3 à 4,5 mill., plus allongé, élytres plus 

fortement ponctuées, antennes noires, 1 ers articles 
roussâtres en dessous niger Goeze (3 1 . 

— Plus grand 4 à 5mill. , élytres plus finement ponctuées, 

4 premiers articles des antennes testa ces . longicornis F. 

5. Plus petit, 3 à 4,5 mill., moins allongé, élytres plus 

fortement et plus régulièrement ponctuées, niger Goeze 9- 



213 

— Plus grand 3,8 à 5 mill. plus allongé elytres moins 

fortement et moins régulièrement ponctuées . Jlavipes L. 

Lochmaea Weise. 

1. Elytres rouge de sang. Tête et prothorax rouges avec 

ou sans taches noires parfois presqu'entièrement 

noirs ainsi que les pattes (v. binotata Duft.) crataegi Forst. 

— Elytres testacées, parfois noirâtres 2. 

2. Plus terne, pronotum et elytres entièrement couverts 

de gros points; quelquefois elytres plus ou moins 
noires (v. luctiwsa Ws.) capreaeh. 

— Plus brillant, pronotum peu ponctué, presque lisse 

dans sa partie antérieure, elytres couvertes de points 
beaucoup plus petits et plus nombreux ; suture 
souvent noire. Insecte parfois tout noir excepté 
les genoux et les bords du pronotum qui restent 
testacés (v. nigrita Ws.) suturalis Thoms. 

Galerucella Crotch. 

1. Assez court et assez convexe; tête grosse, mandibules 

longues et fortes; pronotum et elytres à ponctuation 
excessivement fine et serrée viburni Payk. 

— Plus allongé, moins convexe; tête moyenne ou petite, 

mandibules assez courtes, ponctuation plus forte et 

moins serrée 2. 

2. Rebords interne et externe des elytres réunis avant 

l'angle suturai 3. 

— Rebords interne et externe des elytres prolongés 

séparément jusque l'angle apical 5. 

3. Angle apical des elytres prolongé en pointe; hanches 

intermédiaires visiblement séparées ; elytres soit 
noirâtres avec la bordure pâle, soit entièrement 
testacées. (v. aquatica Fourcr.) .... nymphaeœ L. 

— Angle apical des elytres non prolongé en pointe; han- 

ches intermédiaires presque contiguës 4. 

4. Prothorax dilaté et arrondi sur les côtés, non rebordé 

à la base, à fossettes peu profondes, elytres avec ou 
sans bande dorsale noire, plus pubescentes, antennes 
noires avec la base de tous les articles ordinairement 
jaune. Taille de 5 à 6 mill lineola F. 

— Prothorax dilaté anguleusement et sinué devant les 

angles postérieurs, rebordé à la base, à fossettes bien 



214 

marquées ; élytres moins pubescentes, antennes noi- 
res, 1 er article et base des quelques suivants jaunes. 

sagittariae Gyll. 

5. 3 e Article des antennes égal au 4 e ou plus court; 

ponctuation des élytres très serrée un peu confluente, 
une bande noire partant du calus humerai, angle 
apical arrondi. Grand 6 à 8 mill luteola Mull. 

— 3 e Article des antennes plus long que le 4 e , ponctua- 

tion des élytres moins serrée, angle apical aigu un 
peu prolongé en pointe ordinairement. Plus petit: 3 
à 5 mill 6. 

6. Plus allongé, antennes noires à 1 er * articles roux, taille 

de 3,5 à 5 mill 7. 

— Beaucoup plus court; antennes entièrement testacées, 

parfois un peu rembrunies à l'extrémité, élytres avec 

ou sans bande noire; taille de 3 à 4 mill. , . tenella L. 

7. Dernier segment de l'abdomen seul testacé, élytres à 

points gros presqu'ocellés, une bande noire partant 
du calus humerai, ou sans bande (v. lylhri Gyll.) 

calmariensis L. 

— Deux derniers segments de l'abdomen testacés ; élytres 

à points beaucoup plus petits et plus nombreux, pusilla Duff. 

Galeruca Geoff. 

1. Elytres d'un testacé plus ou moins brunâtre, à côtes 

plus foncées, saillantes et fort interrompues, interrupta 01. 

— Côtes des élytres concolores 2. 

2. Prothorax et élytres testacés. Gouttière latérale des 

élytres moins arrondie et moins profonde à l'épaule 

que chez tanaceti. Angles du prothorax aigus. Pomonœ Scop. 

— Prothorax et élytres noirs (brunissent souvent un peu 

après la mort) ...,..., 3. 

3. Gouttière latérale des élytres profonde près de l'épaule 

qu'elle contourne et avancée le long de la base; 

angles du prothorax arrondis tanaceti L. 

— Gouttière latérale des élytres peu profonde, ne dépas- 

sant pas l'épaule; angles du prothorax aigus, littoralis F. 

Sermyla Chapuis. 

Une seule espèce. Testacé, écusson et antennes noirs, 
vertex et élytres d'un vert brillant parfois d'un cui- 
vreux bronzé (v. cuprina Ws.) haïensis L. 



215 



Euluperus Weise. 



Une espèce dont l'unique capture belge n'est probable- 
ment qu'accidentelle xanthopus Duft. 

PODAGRICA Foud. 

1 . Pattes entièrement noires, pronotum finement ponctué, 
rouge ou rarement noir (v. Foudrasi Ws); élytres 
noires" plus ou moins bleuâtres parfois d'un noir 
bronzé (v. metallescens Ws.) fuscipes L. 

— Pattes rouges au moins en partie 2. 

1. Elytres finement et confusément ponctuées, pronotum 

très finement ponctué, tête et pattes entièrement 
rouges fuscicornis L. 

— Elytres ponctuées en lignes régulières à la base, bleuâ- 

tres ou verdàtres quelquefois d'un noir bronzé (v. 
aenescens Ws.); pronotum fortement ponctué, som- 
met de la tête noir ainsi que le milieu des cuisses. 

mahae Illig. 

Derocrepis Ws. 

Une seule espèce belge. Élytres noires bleuâtres, pattes 
rousses, tête et prothorax roux parfois couleur de 
poix, les cuisses postérieures étant noires (v.oàscura 
Ws.) rufipes L. 

Crepidodera Chevr. 

1. Stries des élytres profondes et non géminées, pro- 
notum très finement ponctué dans son milieu ou lisse, 
impression entièrement ponctuée. Plus petit 3 à 4 
mill ferruginea Scop. 

— Stries des élytres fines réunies ordinairement 3 par 3, 

pronotum distinctement ponctué sur son disque, 
impression ponctuée à la base seulement, plus grand 
4à5mill transversa Marsh. 

Ochrosis Fond. 

1. Plus court et plus convexe, prothorax arrondi sur les 
côtés, à impression peu marquée, une fois et demie 
aussi large que long. Quelquefois tête et prothorax 
brun de poix (v. picicollis Ws.) . . . salicarix Payk. 



216 

— Moins court, moins convexe, prothorax à peine arron- 

di sur les côtés, impression plus profonde, deux fois 
aussi large que long. Rarement le dessus est brun 
(v. nigriventris Bach.) ventralis Illig. 

Epitrix Fond. 

Une seule espèce belge. Dessus noir on parfois 
ferrugineux avec la suture et le bord latéral des 
ély très noirs (v. ferruginea Ws.). . . pubescens Koch. 

Chalcoides Foud. 

1. Stries ponctuées des ély très fines, interstries poin- 

tillés ; prothorax doré, élytres bleuâtres . . nilidula L. 

— Stries ponctuées des élytres profondes et très régu- 

lières, interstries lisses ou imperceptiblement 
pointillés, élytres et prothorax ordinairement 
concolores 2. 

2. 4 ou 5 premiers articles des antennes jaunes les 

autres noirs 3. 

— Antennes entièrement testacées ou à derniers articles 

rembrunis 4. 

3. 5 premiers articles des antennes testacés ; prothorax 

cuivreux rougeàtre, élytres vertes, dorées ou bronzées 

(v. pulchella Steph.) parfois violettes . . aurata Marsh. 

— 4 premiers articles des antennes testacés ; élytres et 

prothorax verts, concolores ou souvent le prothorax 
plus clair, quelquefois les élytres sont bleuâtres 
(v. Foudrasi Ws.) chloris Foud. 

4. Pronotum finement ponctué, impression profonde, 

dessus vert, bronzé obscur (v. œruginosa Ws.) ou 
cuivreux doré (v. cuprea Ws.) .... metallica Duft. 

— Pronotum fortement ponctué 5. 

5. Pronotum à points moins profonds, impression peu 

profonde; derniers articles des antennes rembrunis; 
cuisses postérieures noirâtres. Élytres cuivreuses 
plus ou moins rougeàtres ou vertes bronzées (v. 
lœta Ws.) ou violettes (v. galiciens Steph.) splendensWs. 

— Points du pronotum profonds, impression enfoncée, 

antennes et pattes ordinairement entièrement 
rousses parfois rembrunies (v. picicornis Ws.). 
Elytres vertes ou dorées à bord latéral plus ou 
moins bleuâtre, quelquefois cuivreuses, rougeàtres 
{fulvicomis F. ou bleuâtres (v. jucunda Ws.). helscines L. 



217 



Hippuriphila Foud. 



1. Bronzé obscur. Extrémité des élytres largement 
testacée ou marquée seulement d'une petite tache 
testacée bien limitée (v. bimaculata Ws.) ; quelque- 
fois les élytres sont d'un bleu d'acier brillant (v. 
clialybœa Ws.) Modeeri L. 

— Noir, élytres sans tache testacée .... nigritula Gyll. 

Mantura Steph. 

1 . Élytres bronzées ou verdàtres à extrémité rousse ... 2. 

— Elytres unicolores 3. 

2. Pronotum plus fortement ponctué, à impression 

latérale longue et profonde, base des élytres ver- 
dâtre, quelquefois les élytres sont ferrugineuses 
avec le bord latéral bronzé (v. suturalis Ws.). rustica L. 

— Pronotum moins fortement ponctué et plus densément, 

impression latérale courte, base des élytres d'un 
bronzé parfois un peu obscur . . . chrysanthemi Koch. 

3. Tous les interstries des élytres lisses 4. 

— Intervalle entre la bordure latérale et la l re strie forte- 

ment ponctué; dessus vert bronzé, parfois protborax 
noir ou bleu, les élytres étant vertes ou cuivreuses 
(v. bicolorWs.)ou prothorax vert cuivreux et élytres 
bleues (v. œraria Fond.) Malthewsi Curd. 

4. Sillon transversal du front effacé, pronotum plus forte- 

ment ponctué obtusata Gyll. 

— Sillon transversal du front profond, pronotum plus 

faiblement ponctué ambigua Kutsch. 

Chjstocnema Steph. 

1. Tête nettement carénée dans sa partie antérieure ... 2. 

— Tête aplatie dans sa partie antérieure, sans carène. . . 4. 

2. Grand 2,7 à 4 mill., vert doré. . . . chlorophana Duft. 

— Plus petit 1,5 à 2,5 mill. ; élytres bleuâtres ou bronzées. . 3. 

3. 4 cuisses antérieures ferrugineuses; prothorax bronzé, 

élytres bleuâtres ou plusrarementbronzées(v..?#^c^£ 

Ws.) semicœrulea Koch. 

— Toutes les cuisses noires ; dessus entièrement bronzé 

plus ou moins obscur concinna Marsh. 

4. Elytres très régulièrement striées ponctuées, même sur 

le dos, dessus noir quelquefois un peu bleuâtre. 

compressa Letz 



218 

— Élytres à ponctuation confuse sur le dos des élytres, 

régulière sur les côtés et l'extrémité 5. 

5. Front aussi fortement ponctué que le devant de la tête, 

pronotum à points forts et gros 6. 

— Front notablement moins fortement ponctué que le 

devant de la tête, pronotum ordinairement à ponctua- 
tion plus fine , 7. 

6. Bronzé plus ou moins obscur, 4 cuisses antérieures 

testacées ou rembrunies seulement sur le dessus ; 
antennes testacées à derniers articles noirâtres. 

hortensis Fourcr. 

— Bleu plus ou moins verdàtre ou noirâtre (v. cyanes- 

cens Ws.), cuisses noires; 1 ers articles des antennes 
brunâtres Sahlbergi Gyll. 

7. Bleu plus ou moins noirâtre 8. 

— Bronzé parfois un peu obscur 10. 

8. Rangée de points du devant de la tête droite; élytres 

à ponctuation plus forte et moins serrée. . confusa Boh. 

— Rangée de points du devant de la tête en arc; élytres 

à points plus fins et plus serrés 9. 

9. Plus grand 2,2 à 3,2 mill.; élytres confusément 

ponctuées sur la majeure partie du dos, rarement 

à reflet bronzé (y.fallax Ws.). . . Mannerlieimi Gyll. 

— Plus petit 2 à 2,5 mill. ; élytres confusément ponc- 

tuées à la base seulement, près de l'écusson. 

subcœrulea Kutsch. 
10. Plus grand 2,5 à 3 mill. et plus allongé, tarses et base 

des antennes rembrunis aridula Gyll. 

— Plus petit 1,6 à 2,5 mill.; plus court; tarses et base 

des antennes ferrugineux, parfois rembrunis (v. 
œstita Ws.) arida Foud. 

Psylliodes Latr. 

1 . Tibias postérieurs peu courbés ; 2 e et 3 e articles des 

antennes presqu'égaux et un peu plus courts que 

le 1» 2. 

— Tibias postérieurs fortement courbés ; 2 e article des 

antennes distinctement plus court que le 1 er . 

2. Tête en grande partie rouge. Pattes ferrugineuses 

avec les cuisses postérieures d'un noir bronzé, quel- 
quefois les pattes sont rembrunies (v. erythro- 



219 

cephala L.), pronotum et élytres d'un bleu verdàtre, 
parfois les élytres sont testacées et le pronotum 
est bronzé obscur (v. anglica F.). Grand 3 à 
4,8 mill chrysocephala L. 

— Tête de la couleur du pronotum 3, 

3. Élytres bronzées, bleuâtres ou noirâtres 4. 

— Élytres testacées 10. 

4. Élytres tronquées à l'extrémité à angles arrondis, pro- 

notum très fortement ponctué, tête perpendiculaire 
enfoncée dans le prothorax cucullata Illig. 

— Élytres non tronquées à l'extrémité angles aigus; tête 

dégagée 5. 

5. Élytres bleues plus ou moins noirâtres, tibias anté- 

rieurs testacés, pronotum finement ponctué. . . napi F. 

— Bronzé ou noirâtre 6. 

6. Sillons frontaux profonds en forme d'X, front non 

ponctué, finement granulé, élytres à extrémité testa- 

cée, parfois unicolores (v. picicornis Steph.) attenuata Koch. 

— Sillons frontaux effacés 7. 

7. Rebord interne des yeux dilaté triangulairement au- 

dessus des antennes; pronotum fortement ponctué. 

cupreata Duft. 

— Rebord interne des yeux non dilatés au-dessus des antennes. 8. 

8. Noir plus ou moins bronzé; sillon oculaire interrompu ; 

toutes les cuisses noirâtres instabilis Fond. 

— Bronzé souvent verdàtre ou obscur; sillon oculaire 

non interrompu ; cuisses antérieures souvent ferrugi- 
neuses 9. 

9. Ponctuation du pronotum serrée; élytres plus convexes 

à stries mieux marquées en arrière . . . obscura Duft. 

— Ponctuation du pronotum très écartée sur le disque, 

élytres un peu déprimées à stries effacées en arrière. 

cuprea Koch. 

10. Insecte entièrement testacé, souvent à reflet bronzé 

sur le prothorax marcida Illig. 

— Insecte au moins en partie noir 11. 

11. Pronotum testacé fortement ponctué; suture des ély- 

tres noire ; marge inférieure des cuisses postérieures 
anguleuse a finis Payk. 

— Suture et marge des élytres noires, marge inférieure 

des cuisses postérieures arrondie; pronotum noir ou 
quelquefois ferrugineux, les élytres étant alors sans 
bordure noire (v. intégra Ws.) . . . circumdata Redtb. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII, 18 



220 

12. Élytres bleues ou vertes, pronotum à points fins entre- 

mêlés de gros points 13. 

— Elytres brunes ou ferrugineuses, pronotum uniformé- 

ment ponctué 14. 

13. Tibias antérieurs noirs, tubercules frontaux un peu 

déprimés en avant, élytres à stries et interstries 

moins fortement ponctués dulcamarœ Koch. 

— Tibias antérieurs testacés, tubercules frontaux non 

déprimés, stries et interstries des élytres plus forte- 
ment ponctués. Parfois les tibias sont ferrugineux, 
assez noirâtres, les élytres moins ponctuées et le 
pronotum plus resserré antérieurement (v. chalco- 
mera Illig ); élytres vertes ou légèrement cuivreu- 
ses (v. cuproniteus Fôrst.) ou bleues (v. cœmlescens 
Ws.) ou enfin d'un noir bronzé (v. carduiWs.) hyoscyami h. 

14. Festons frontaux distincts; noir de poix, souvent 

plus roux (v. melanoplithalma Duft) . . . picina Marsh. 

— Festons frontaux indistincts; ferrugineux, poitrine et 

abdomen noirs, espèce moins convexe . . luteola Muller. 

Haltica Geoff. 

1. Grand 4 à 6 mill.; tubercules frontaux saillants, 

nettement limités 2. 

— Plus petits 3 à 4 mill., tubercules frontaux déprimés, 

mal limités. 

2. Prothorax beaucoup moins large à la base que les 

élytres; tubercules frontaux en triangle allongé, 
obliques entre eux; ponctuation des élytres très 
fine tamariscis Schrank. 

— Prothorax aussi large ou presqu'aussi large que les 

élytres à la base; tubercules frontaux arrondis ou 
triangulaires et parallèles entre eux 3. 

3. Base des élytres presque de même largeur que le 

prothorax, calus humerai peu marqué ; élytres 
finement ponctuées, angle humerai arrondi ; bleu 
foncé parfois verdàtre (v. œnescens Ws.) . . lythri Aub. 

— Base des élytres notablement plus large que le pro- 

thorax; calus humerai bien marqué, élytres forte- 
ment ponctuées, angle humerai marqué 4. 

4. Angles antérieurs du prothorax aigus et saillants 

prothorax plus fortement ponctué, élytres plus 
convex s sans carène; vert bronzé. . ampelopliaga Guer. 

— Angles antérieurs du prothorax arrondis ; élytres 



221 

vertes ou bleues noirâtres (v. azuresccns Ws.) avec 
une forte carène partant du calus humerai. Quelque- 
fois cette carène est effacée et l'insecte est plus 
convexe (v. brevicollis Foud.) . . . quercetorum Foud. 

5. Sillon du pronotum profond; élytres à points dis- 
posés en petites séries à la base, moins arrondies 
postérieurement; verdâtre, cuivreux (v. nobïlis 
Ws.) ou bleu (v. lugwbris Ws.) 3,5 à 4,2 mill. oleracea L. 

— Sillon du pronotum peu marqué, surtout vers le 
milieu, élytres fortement arrondies postérieure- 
ment. Vert bronzé, parfois noir bleuâtre (v. mon- 
tanaYouà..) pusilla Duft. 

HerMjEOPHAGA Foud. 
Une seule espèce belge mercurialis F. 

Batophila Foud. 
Une seule espèce belge rubi Payk. 

Phyllotreta Foud. 

1. Élytres noires à bandes ou taches jaunes 2. 

— Elytres bleues ou noires sans bande ni tache jaune . . 10. 

2. Bande jaune des élytres très large, bords suturai et 

latéral étroitement noirs, calus humerai jaune. 

armoraciœ Koch. 

— Bande jaune moins large, suture et bord latéral 

largement noirs, au moins au milieu, calus humerai 

noir 3. 

3. Bande jaune droite ou sinueuse mais non échancrée 

dans son milieu 4. 

— Bande jaune échancrée ou même interrompue au 

milieu, ce qui rend les élytres noires à 4 taches 
jaunes 6. 

4. Bande jaune sinueuse recourbée vers la suture à la 

base et à l'extrémité; tibias bruns sauf à la base. 
Parfois bande étroite et presque droite (v. bili- 
neata Ws.) undulata Kutsch. 

— Bande jaune presque droite, légèrement recourbée 

vers la suture 5 

5. Tibias entièrement jaunes; plus grand 2 à 2,5 et 

plus finement ponctué nemorum L. 

— Tibias bruns excepté à la base, plus petit 1,5 à 

2,3 mill. et plus fortement ponctué. . . mttula Redtb, 



222 

6. Cuisses antérieures testacées, tache numérale noire, 

séparée de la bordure latérale noire, bande jaune 
parfois interrompue (v. cruciata Ws.) . . ochripes Curt. 

— Cuisses antérieures noires à l'exception des genoux; 

tache humérale noire réunie à la bordure latérale. . 7. 

7. Prothorax et élytres peu convexes ; bande jaune 

fortement et anguleusement recourbée vers la 
suture à la base et à l'extrémité ; échancrée mais 
rarement interrompue au milieu (v. discedens Ws.) 

sirmata Steph. 

— Prothorax et élytres assez convexes, bande jaune non 

ou faiblement et non anguleusement recourbée à la 
base vers la suture, généralement interrompue au 
milieu 8. 

8. Petit 1,2 à 1,5 mill ; tibias antérieurs généralement 

testacés, quelquefois rembrunis ; élytres à points 
confus et serrés, ornées de 4 taches jaunes parfois 
dilatées et confluentes (v. mbex Ws.) . exclamationis Thunb. 

— Plus grand 2 à 2,5 mill. tibias antérieurs noirs, sauf 

à la base 9. 

9. Bande jaune des élytres non recourbée à la base vers 

la suture; échancrée ou interrompue (v . fenestrata 
Ws.) au milieu ; élytres ponctuées en série à la base. 

flexuosa Illig. 

— Bande jaune recourbée à la base vers la suture ordi- 

nairement interrompne, quelquefois entière (v. 
dilatata Thoms.); ponctuation des élytres écartée, 
non en série à la base tetrastigma Com. 

10. Antennes entièrement noires nigripes F. 

— Premiers articles des antennes testacés 11. 

11. Prothorax presque carré, vertex à peu près lisse, 

pronotum et élytres à points fins. . . nodicornis Marsh. 

— Prothorax beaucoup plus large que long 12. 

12. Elytres couverts de points forts, disposés en séries 

longitudinales, front et vertex couverts de gros 
points 13. 

— Ponctuation des élytres tout à fait confuse, vertex 

lisse, du moins au sommet 14. 

13. Noir sans reflet; ponctuation des élytres plus forte; 

1 er article des antennes d'un jaune plus sombre. . atraY. 

— Noir avec de forts reflets verts ou bleus, ponctuation 

des^élytres plus faible, 1 er article des antennes d'un 

jaune plus clair eruciferœ Goeze. 



223 

14. Noir bronzé; vertex ponctué sauf au sommet, points 

des élytres fins aerea Ail. 

— Vertex non ponctué, séparé du front par une ligne de 

points, ponctuation des élytres plus forte. Noir. 

diademala Foud. 

Aphtona. Chevr. 

1. Élytres jaunes 2. 

— Élytres vertes, bleues ou noires 3. 

2. Suture des élytres concolore, ponctuation des élytres 

fine; 3 à 4 mill cyparissiœ Koch. 

— Suture noire vers le milieu, élytres beaucoup plus for- 

tement ponctuées, 2 à 2,5 mill. , lutescens Gyll. 

3. Toutes les cuisses rembrunies au moins à la base ... 4. 

— 4 pattes antérieures entièrement testacées 5. 

4. Pronotum lisse, élytres à ponctuation moins forte, calus 

humerai plus saillant ; noir bleuâtre . . venustula Kutsch. 

— Pronotum distinctement ponctué, élytres plus forte- 

ment ponctuées, calus humerai moins saillant; bleu. 

pseudacori Marsh. 

5. Vert clair; pronotum et élytres à ponctuation forte et 

rugueuse ; calus humerai presque nul ; élytres arron- 
dies séparément à l'extrémité; cuisses postérieures 
testacées, parfois rembrunies à l'extrémité, herbigrada Gurt. 

— Pronotum plus finement ponctué, élytres arrondies 

ensemble à l'extrémité 6. 

6. Elytres plus ou moins déprimées; fortement ponctuées, 

calus humerai très saillant; cuisses postérieures bru- 
nes ; noir bronzé ou bleuâtre (v. cyanescens Ws.) 

euphorbiœ Schrank. 

— Elytres plus convexes, calus humerai moins saillant . . 7. 

7. Plus grand 2,2 à 2,7. Cuisses postérieures jaunes, 

souvent en partie rembrunies ; bleu quelquefois 
cuivreux (v. œnescens Ws.) cœrulea Fourcr. 

— Petit, 1 à 1,5 mill. Cuisses postérieures entièrement 

rembrunies; noir ou bleu foncé 8. 

8. Elytres rugueuses, calus humerai peu saillant; noir 

un peu bronzé atrovirens Forst. 

— Elytres à ponctuation assez forte mais non rugueuse, 

un peu en série à la base 9. 

9. Pattes et antennes d'un testacé plus sombre, prono- 

tum presque lisse, ponctuation des élytres effacée en 
arrière. Violet foncé , , cyanella Redtb. 



224 

— Pattes et antennes plus claires, pronotum pointillé, 

ponctuation des élytres distincte jusque l'extrémité; 

bleu noirâtre pygmœa Kutsch. 

Longitarsus Latr. 

1. Élytres entièrement bronzées, noires ou brunes. ... 2. 

— Élytres testacées avec ou sans taches noires, ou noires 

à taches ou marge latérale testacées 9. 

2. Dessus bronzé 3. 

— Dessus noir ou brun 4. 

3. Base des élytres beaucoup plus large que le pro- 

thorax, calus humerai très saillant, pronotum forte- 
ment ponctué fuscoœneus Redt. 

Base des élytres un peu plus large seulement que le 
prothorax, calus humerai peu saillant, pronotum 
moins fortement ponctué obliteratus Rosh. 

4. Très petit, 1 à 1,4 mill.; ponctuation des élytres très 

fine, calus humerai marqué, tibias testacés, noir 
souvent un peu brunâtre parvulusP&yk. 

— Plus grand 1,5 à 3 mill.; élytres beaucoup plus forte- 

ment ponctuées (excepté brunneus Duft) 5. 

5. Dessus d'un noir profond 6. 

— Dessus brun 7. 

6. Élytres ponctuées en lignes régulières au moins à la 

base niger Koch. 

— Élytres irrégulièrement ponctuées . . . anchusœ Payk. 

7. Calus humerai fort développé, lisse et brillant, quel- 

quefois effacé, l'insecte étant aptère (v. exhaustus 
Ws.), épaules très larges, ponctuation des élytres 
forte et en série jusqu'au delà du milieu. . fulgens Fond. 

— Calus humerai nul ou peu distinct, épaules moins 

larges 8. 

8. Pronotum à points fins plus ou moins écartés, non 

granulé, points des élytres confus s'atténuant pro- 
gressivement vers l'extrémité, presque pas en séries 
à la base, angle apical presque droit . . brunneus Duft. 

— Pronotum à points assez forts, finement granulé, ély- 

tres fortement ponctuées, en séries assez régulières 

à la base, angle apical arrondi luridus Scop. 

9. Élytres noires à taches testacées ou à bordure laté- 

rale jaune 10. 

— Élytres testacées avec ou sans taches noires .... 14. 
10. Élytres noires à taches testacées 11. 



225 

— Élytres noires largement bordées de jaunâtre . dorsalis F. 

11. Prothorax roux, élytres noires plus ou moins brunâtres, 

ornées de 4 taches testacées. luridus Scop. v. nigricans Ws. 

— Prothorax noir de poix 12. 

12. Angle apical presque droit, élytres à tache apicale 

testacée brunneus Duft. v. picinus Ws. 

— Angle apical arrondi 13. 

13. Élytres à tache humérale parfois très petite (v. puli- 

carius L.), testacée, plus fortement ponctuées ; 4 
premiers articles des antennes ferrugineux . holsaticus L. 

— 6 premiers articles des antennes ferrugineux, élytres 

plus finement ponctuées, ornées chacune de 2 taches 
testacées parfois confluentes (v . vittatusWs.), quelque- 
fois l'une des taches est effacée (v. binotatus Ws.) 

4 guttatus Pontop. 

14. Dessous du corps noir ou brun de poix, élytres testacées 

ordinairement avec la suture, le bord externe ou des 

taches noires 15. 

— Dessous du corps d'un jaune uniforme, pronotum et 

élytres testacées sans suture noire 29. 

15. Suture des élytres largement noire 16. 

— Suture concolore ou un peu rembrunie 27. 

16. Tête et prothorax tous deux entièrement noirs . . . 17. 

— Tête et prothorax non tous les deux noirs 19. 

17. Élytres convexes, très arrondies aux épaules à points 

fins, irrégulièrement disposés. . . . suturellus Duft. 

— Élytres moins convexes, épaules moins arrondies. . . 18. 

18. Bord externe des élytres concolore, élytres ponctuées 

régulièrement à la base, taille de 2 mill. au moins. 

suturalis Marsh. 

— Bord externe des élytres noir, élytres confusément 

ponctuées, taille de 2 mill. au plus. . . . nasturtii F. 

19. Tête brune, testacée ou cuivreuse 22. 

— Tête noire 20. 

20. Pronotum assez fortement ponctué, élytres ornées 

ordinairement de taches noires lateralis 111. 

— Pronotum faiblement ponctué, élytres sans taches 

noires 21. 

21. Prothorax presque carré, élytres déprimées, taille de 

plus de 2 mill piciceps Steph. 

— Prothorax deux fois plus long que large, élytres con- 

vexes, taille de moins de 2 mill curtus k\\. 

22. Tête et pronotum roussàtres avec un fort reflet 



226 

cuivreux, fortement ponctués, paraissant rugueux. 

atricillus L. 

— Tête et pronotum sans reflet cuivreux 23. 

23. Grand, 4 mill. ; pronotum lisse ou très finement 

pointillé; élytres ornées généralement d'une tache 
noire parfois divisée le long du bord externe 
(v. dorsalis Rossi) verbasci Panz. 

— Plus petit, moins de 2,5 mill 24. 

24. Élytres en ovale allongé, convexes, pronotum à côtés 

très surbaissés 25. 

— Élytres en ovale court, un peu déprimées sur le dos, 

pronotum à côtés peu surbaissés 26. 

25. Ponctuation des élytres en séries dans la première 

moitié, plus forte, suture plus largement noire. patmelis Ail. 

— Ponctuation des élytres confuse; suture étroitement 

noire ou rembrunie, pronotum rougeâtre ou roux 

clair comme les élytres melanocephalus Deg. 

26. Ponctuation des élytres plus forte et plus régulière 

à la base; dernier segment de l'abdomen et 
pygidium roux juncicola Foud. 

— Ponctuation des élytres moins forte, en séries moins 

régulières à la base, dernier segment de l'abdomen 

et pygidium noirs lycopi Foud. 

27. Tête noire ou brune, prothorax noir ou testacé foncé, 

élytres jaunâtresarrondies séparément à l'extrémité. 

pratensis Panz. 

— Tête ferrugineuse, prothorax jaunâtre; élytres arron- 

dies presqu'ensemble à l'extrémité 28. 

28. Prosternum roux, prothorax presque carré, élytres 

finement et confusément ponctuées, épaules plus 
saillantes exoletus L. 

— Prosternum noir, prothorax une fois et demie plus 

large que long, élytres densément ponctuées en 

séries sur le dos, épaules arrondies . . ballotae Marsh. 

29. Élytres convexes; 1 er article des tarses postérieurs 

à peine aussi long que la moitié du tibia . . tabidus F. 

— Élytres subdéprimées; 1 er article des tarses posté- 

rieurs plus long que la moitié du tibia 30. 

30. Calus humerai distinct 31. 

— Calus humerai indistinct 33. 

31. Élytres ponctuées en séries à la base . . pellucidus Foud. 

— Élytres confusément ponctuées 32. 

32. Extrémité supérieure des cuisses postérieures noire. 

ochroleucus Marsh. 



227 

— Toutes les pattes concolores gracilis Kutsch. 

33. Elytres et pronotum très finement presqu'indistincte- 

ment pointillés; élytres convexes en ovale court . . 34. 

— Elytres et pronotum assez fortement ponctués . . . 35. 

34. 2 e et 3 e articles des antennes égaux, élytres d'un jaune 

très clair presque blanc, translucides. . succineus Foud. 

— 2 e article des antennes plus court que le 3 e , élytres 

d'un jaune moins clair œruginosus Foud. 

35. Antennes très longues, presque delà longueur du corps, 

pronotum et élytres à ponctuation forte et grossière. 

rubiginosus Foud. 

— Antennes dépassant à peine le milieu du corps. . . . 36. 

36. Elytres en ovale court viduus Ail. 

— Elytres oblongues 37. 

37. Elytres nettement arrondies séparément à l'extrémité; 

pronotum plus faiblement ponctué, élytres fortement 
à la base, moins fortement vers l'extrémité. 

memhranaceus Foud. 

— Elytres presqu'arrondies ensemble à l'extrémité, pro- 

notum distinctement, élytres fortement ponctués. 

ferrugineus Foud. 

Dibolia Latr. 

1. Dessus noir; pattes entièrement d'un brun de poix, 

pronotum fortement ponctué occultans Koch. 

— Tibias, antérieurs au moins, ferrugineux 2. 

2. Dessus d'un bronzé verdàtre; tous les tibias ferrugi- 

neux; pronotum fortement ponctué . . cynoglossi Koch. 

— Tibias antérieurs seuls ferrugineux 3. 

3. Dessus noir; taille de 2,5 mill ; pronotum fortement 

ponctué Fôrsteri Bach. 

— Dessus bronzé; taille de 1,5 à 2 mill.; tibias anté- 

rieurs seuls ferrugineux .... cryptocephala Koch. 

Apteropeda Chevr. 

1. Plus petit 2,5 à 2,8 mill.; interstries des élytres 
ponctués; couleurs diverses, ordinairement bleu ou 
bronzé, rarement noir . . . . . . orbiculala Marsh. 

— Plus grand 2,8 à 3 mill. ; interstrips des élytres 

lisses; noir à reflet bronzé globosa III. 

Mniophila Steph. 
Une seule espèce muscorum Koch. 

ANNALIS l>E LA SOC. ENTOM. in; BELGIQUE, I. XXXVII. 11) 



228 

SPHiERODERMA Steph. 

1. Plus grand, 3 à 3,2 mill.; plus ovale, pronotum et 
élytres couverts de points beaucoup plus gros à la 
base cardui Gyll. 

— Plus petit, 2,8 à 3 mill.; plus arrondi, pronotum et 

élytres à points fins testaceum F. 

HISPINI. 
Un seul genre belge Hispa. 

Hispa L. 
Une seule espèce belge atra L. 

CASSIDINI. 

Un seul genre Cassida. 

Cassida L. 

1. Pattes entièrement noires, élytres maculées de noir, 

rouges ou vertes (v. maculata L.) murrœa L. 

— Pattes jaunes au moins en partie 2. 

2. Elytres ponctuées en lignes régulières, distinctes, au 

moins près de la suture 4. 

— Elytres à ponctuation tout-à-fait confuse 3. 

3. Grand, 8 à 9 mill.; peu convexe, abdomen noir 

bordé de jaune .... - viridis L. 

— Petit, 4 à 5 mill.; assez convexe, abdomen ordinaire- 

ment entièrement jaune .... hemisphctrica Rerbït. 

4. Front jaune 5. 

— Front noir 7. 

5. Elytres à lignes très régulières de gros points un peu 

ocellés, sans tache noire ; interstries pas ou très peu 
saillants Jiaveola Thunb. 

— Elytres à lignes moins régulières de points non ocellés, 

interstries des élytres saillants 6. 

6. Stries ponctuées des élytres peu régulières, élytres sans 

tache noire, cuisses jaunes . . . subferrvginea Schrk. 

— Stries ponctuées des élytres plus régulières, élytres 

maculées de noir, cuisses noirâtres .... ncbulosa L. 

7. Abdomen jaune margaritacea Schall. 

— Abdomen noir avec ou sans bordure jaune 8. 

8. Corps oblong, expansion latérale des élytres ne formant 

presque pas d'angle avec la partie dorsale des élytres. 



229 

Vivant, l'insecte a sur chaque élytre une bande 

d'un doré verdàtre 9. 

— Corps moins allongé ; expansion latérale faisant un 

angle bien marqué avec la courbure des élytres, de 
manière à former une sorte de gouttière latérale . . .10. 
9. Strie suturale enfoncée, base des cuisses noire, bordure 

jaune de l'abdomen étroite nobilis L. 

— Strie suturale peu ou pas enfoncée, cuisses concolores, 

bordure jaune de l'abdomen étroite. . . vittata Villers. 

10. Elytres à tache basale prolongée en queue sur la suture 

jusqu'à l'extrémité des élytres vibex L. 

— Elytres avec ou sans tache basale, mais la tache n'est 

jamais prolongée sur la suture au-delà de la moitié . .11. 

11. Deux premiers tiers des cuisses nettement noirs; 

angles du prothorax droits ou aigus . . rubiginosa Mull. 

— Cuisses jaunes ou parfois enfumées à la base. Mais le 

noir est toujours peu profond et mal limité ; angles du 

prothorax souvent très arrondis 12. 

12. 3 e interstrie des élytres plus élevé et plus large que le 5 e . 13. 

— 3 e et 5 e interstries peu élevés, le 3 e pas plus que le 5 e . 15. 

13. Angles du prothorax droits ou aigus, tache des élytres 

non interrompue . . . ... . . sanguinolenla Mull. 

— Angles du prothorax arrondis 14. 

14. 3 e interstrie distinct sur toute sa longueur, stigmatica Suffr. 

— 3 e interstrie moins élevé, non distinct sur toute sa lon- 

gueur cJdoris Suffr. 

15. Pronotum denté à la base près des angles. denlicollis Suffr. 

— Pronotum non denté à la base près des angles. 

sanguinosa Suffr. 



ANNALES 



.,-•■ 






f * 



SOCIETE ENTOMOLOGIQU 



BELGIQUE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 



Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



Compte-rendu de l'assemblée mensuelle 
du 6 mai 1893. 

Présidence de M. Tosquinet. 

Présents: MM. Becker, Crahay, L.Coucke, Hippert, Kerremans, 
Lameere, Séverin, Thirot et Berge, secrétaire. 

La Séance est ouverte à 8 heures. 

Les procès-verbaux des séances antérieures sont approuvés. 

Admissions. Le Conseil a admis en qualité de membres effectifs : 

M. Balassoglo, capitaine d'artillerie à Tiraspol, gouvernement 
de Kherson, Russie méridionale, présenté par MM. Candèze et 
Séverin. 

M. G. Verhas, chimiste, rue Archimède, 33 à Bruxelles, présenté 
par MM. Tosquinet et Berge. 

Conférence: M. le D r Robbe a donné le vendredi 28 mars au 
local de la Société des Ingénieurs à la Bourse, la première 
Conférence organisée par notre société. 

Un nombreux auditoire a prêté une attention soutenue à l'histoire 
des Papillons dont le conférencier avait entrepris l'étude. 

L'assemblée vote des remerciements chaleureux au D r Robbe, 
qui a si heureusement ouvert la série de nos Conférences. 

Correspondance. M. Graf-Kriisi, de Gais (Suisse), fait don à la 
Société d'un filet à Papillons d'un nouveau système. 

Rapport sur le travail de M. Brenske. Les rapporteurs dépose- 
ront les conclusions pour la Séance du mois de juin. 

Communications. M. Séverin annonce que le Musée Royal 
d'Histoire Naturelle vient d'acheter la Collection de feu notre 
collègue Maurissen, de Maestricht. Cette Collection parfaitement 
conservée est constituée par des Diptères, des Névroptères et des 
Orthoptères représentés par 1200 espèces et 5200 exemplaires dont 
le plus grand nombre de ces insectes a été capturé dans le Limbourg 
belge et hollandais. Les déterminations ont été faites par de savants 

ANNALES t>E LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXX YU. 20 



232 

spécialistes tels que MM. Albarda, Bolivar, de Selys et Vanderwulp. 

M. Hippert communique à la Société diverses variétés de 

Lépidoptères présentant des particularités intéressantes. 

Travaux présentés pour Us Annales. L'Assemblée décide 
l'impression des divers mémoires présentés. 

Excursion. Sur la proposition de M. Hippert, l'Assemblée décide 
de se rendre le dimanche 11 juin à Chastre. 

Départ à la Gare du Luxembourg 9 h. 06 du matin. 

La Séance est levée à 9 heures. 



LES CHRYSOBOTHRINES D'AFRIQUE 
par Cli. Kerremans. 

Le groupe des Chrysobothrines d'Afrique comprend une série 
d'espèces placées par leurs fondateurs dans les genres Belionota, 
Actenodes, Colobogaster et Chrysobothris, dont les limites ont tou- 
jours été fort indécises jusqu'à l'apparition d'une notice de M. le 
général Quedenfeldt(') qui permit de fixer d'une manière définitive 
les caractères des différents genres de ce groupe. Reprenant peu 
après l'étude de l'éminent entomologiste allemand^ 5 ), je fus amené 
à fonder le genre Pseudactenodes. Depuis ( 3 ), j'ai reconnu la néces- 
sité de séparer du genre Aclenodes toute une série d'espèces africai- 
nes dont le faciès, très uniforme, est voisin de celui des Belionota. 

Il ne reste donc plus actuellement dans le genre Actenodes que 
les espèces du Nouveau Continent, deux espèces de l'Afrique propre- 
ment dite et quelques espèces de Madagascar. 

Le consciencieux travail de M. le général Quedenfeldt ne portant 
que sur les récoltes de M. le Major von Mechow, j'ai cru utile de 
citer, dans la présente étude, tous les genres et toutes les espèces et 
de signaler en quelques mots les différences les plus marquées entre 
chacune de celles-ci, au risque de tomber dans des redites. 

L'identification des espèces devient de jour en jour plus difficile 
et la dissémination des types rend presque impossible leur compa- 
raison avec les spécimens à déterminer ; en outre, la disparition de 
certains types anciens, décrits d'une façon fort sommaire, nous 
laisse dans une grande perplexité, la description pouvant indiffé- 
remment s'appliquer à un certain nombre de formes affines. 

Si j'ai pu examiner la plupart des types cités, c'est grâce à 

(«) Berl. Ent. Zeit., t. 30 (1886), p. 9-21. 

( 2 ) Comptes rendus Soc. Ent. Belge, t. 34 (1890), p, 133. 

(■) Annales Soc. Ent. Belge, t. 37 (1893), p. 111. 



233 

l'obligeance de nos collègues étrangers chez lesquels j'ai trouvé 
toujours le même empressement à me faciliter mes recherches. 
MM. Gestro, du Musée de Gènes, Heller, du Musée de Dresde, Kolbe, 
du Musée de Berlin, Hitsema, du Musée de Leyde et Séverin, du 
Musée de Bruxelles, ont depuis longtemps rompu avec les traditions 
de certains Musées dont les règlements surannés instituent la mise au 
secret des cartons, enfouis sous une vénérable couche de poussière. 
Quant à MM. L. Fairmaire et R. Oberthiir, leur inépuisable 
prévenance est telle que je puis considérer comme miennes, pour 
l'étude, leurs précieuses collections. 



La tribu des Chrysobothrines est caractérisée de la manière 
suivante : 

Cavité sternale formée dans son fond par le métastemum et 
latéralement par le mésosternum ; plaques des hanches postérieures 
distinctement dilatées intérieurement, leur marge postérieure 
oblique; èpimères métatlioraciques recouvertes en partie par le 
prolongement latéral de V abdomen; front rétréci à V insertion 
des antennes ; yeux très rapprochés sur le vertex; antennes dentées 
à partir du quatrième article, leur troisième article très allongé. 

Cette tribu, l'une des plus naturelles de la famille des Buprestides, 
est répandue sur toute la surface du globe, hormis les régions 
polaires et est largement représentée en Afrique. Elle se subdivise 
en deux groupes : 

Troisième article des tarses profondément échancré et terminé par deux 
longues épines 1. Acténodites. 

Troisième article des tarses inerme. ses côtés ne dépassant pas le 
quatrième 2. Chkysobothbites. 

1. — Chrysobothrites. 

Ce groupe est représenté en Afrique par quatre genres; il réunit 
tous les Chrysobothrines ayant le quatrième article des tarses pro- 
fondément échancré et se terminant par deux longues épines très 
aiguës; leur forme est oblongue-ovalaire, allongée et parfois 
acuminée en arrière. 

1. Écusson médiocre, triangulaire 2. 

Écusson très allongé et fortement acuminé au sommet . . Belionota Eschs. 

2. Le premier article des tarses médians et postérieurs à peine plus long 

que le suivant 3. 

Le premier article des tarses médians et postérieurs aussi long que les 

suivants réunis Pseudaetenodes Kerr. 

3. Fémurs antérieurs inermes Megactenodes Kerr. 

Fémurs antérieurs armés d'une forte dent sur la tranche interne ('j. 

Actenodes Lac. 

(') Ad. Hilari Cast, et Gory, du Brésil, fait exception; il a les fémurs antérieurs 
inermes. 



234 

Belionota Eschs. ('). 

Très anciennement connu, ce genre, d'abord considéré comme 
appartenant à la faune Indo-Malaisienne, s'était peu à peu accru 
d'un certain nombre d'espèces qui doivent en être séparées. Il est 
très nettement caractérisé par le troisième article des tarses pro- 
fondément échancré et terminé par deux longues épines, par la 
présence d'une lamelle membraneuse au troisième et au quatrième 
article des tarses, par le bord antérieur du métasternum profon- 
dément échancré, l'échancrure en angle très aigu, par l'abdomen 
largement sillonné, les bords du sillon formant une saillie en 
carène se prolongeant en pointes aiguës et enfin par l'absence de 
différences sexuelles extérieures appréciables. 

Quatre espèces sont actuellement connues en Afrique : 

1. Extrémité de l'écusson arrondie; forme très robuste 2. 

Extrémité de l'écusson très aiguë 3. 

2. Élytres nuancés de rouge cuivreux sur les côtés avec leur bordure 

marginale extérieure bleue ; côtes des élytres fines, mais bien 

marquées linei/topennis Sol. 

D'un bronzé cuivreux uniforme, brillant sur le pronotum, côtes des 
élytres à peine sensibles, la première, longeant la suture et le tiers 
antérieur de la seconde seuls bien marqués eolossa nov. sp. 

3. Pronotum d'un rouge feu sur les côtés à la base ..'... prasina Tbunb. 
Pronotum unicolore canalicidata Fab. 

1. B. lineatopennis Sol., Ann. Soc. Elit. Fr., t. 2 (1833), 
p. 308. — Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1839), p. 3, pi. 1, f. 1. 

Je ne connais de cette grande et belle espèce qu'un seul indi- 
vidu, typique et provenant du Sénégal. Il fait partie de la coll. 
R. Oberthiir. 

2. B. eolossa nov. sp. — Oblongo-ovata, elongata, magna, 
subcnprescenti senea, pronoto nitido, abdominis segmentis postice 
cyaneo marginatis ; capite val de et grosse punctalo, fronte vix 
convexa, medio subcarinala; pronoto grosse pïinctato, utrinqtie 
longe basin iwpresso; elytris planatis, densissime et subtilissime 
punctatis ; prosterno gibboso; ab domine large sulcato, snlca tomen- 
tosa et punctata, utrinque ad latera impresso, segmento ultimo lœvi, 
subglabro, summo medio emarginato. — Long., 42; lat., 15 mm. 

Ovale oblong, allongé, d'un bronzé uniforme très légèrement 
cuivreux, le pronotum d'un bronzé clair, la marge postérieure des 
segments abdominaux étroitement nuancée de bleu d'acier. 

Tête grossièrement ponctuée, front médiocrement convexe, longi- 
tudinal? ment caréné au milieu, la carène peu accentuée etsurmontée 
d'une dépression oblongue. 

(') Zoologischer Atlas, 1. 1 (1829), p. 9. 



235 

Pronotum grossièrement ponctué, la ponctuation espacée sur le 
disque, très serrée et anastomosée sur les côtés ; il est très légèrement 
convexe sur le disque, une fois aussi large que haut à la base, de la 
largeur de la tête au sommet, la marge antérieure à peine échan- 
crée, les côtés antérieurs très obliques, les postérieurs formant un 
angle presque droit avec la base, qui est sinueuse avec un lobe 
médian très large, tronqué et peu avancé; les côtés sont profondé- 
ment impressionnés de part et d'autre à la base, l'impression 
semilunaire et séparée d'une seconde dépression antérieure par un 
espace situé sur le même plan que le disque. 

Écusson en triangle très allongé, son angle apical arrondi au 
sommet; il est couvert d'une ponctuation spéciale formée de points 
oblongs placés obliquement et semblant converger vers le milieu qui 
est lisse et paraît former ainsi une carène longitudinale irrégulière 
divisant l'écusson dans son milieu. 

Élytres presque plans, infléchis sur les côtés, un peu plus larges 
que le pronotum à la base, arrondis à l'épaule, droits sur les côtés 
jusqu'au milieu, ensuite insensiblement atténués et arrondis au 
sommet; ils présentent une ponctuation très fine et si dense que 
les intervalles entre les points semblent former un réseau très 
irrégulier et offrent une côte suturale bien marquée, une seconde 
côte, peu accentuée, parallèle à la première et des traces à peine 
sensibles des côtes qui se remarquent distinctement sur les élytres 
de l'espèce précédente. 

Prosternum gibbeux entre les hanches antérieures, la gibbosité 
lisse et surmontée, au milieu de sa marge antérieure d'une très 
faible dépression. 

Abdomen très largement sillonné au milieu, le sillon formé sur 
chacun des quatre premiers segments par une dépression rectan- 
gulaire grossièrement ponctuée, très rugueuse et laissant émerger 
de chaque point une villosité d'un jaune terne; côtés des seg- 
ments abdominaux impressionnés au milieu de chacun d'eux, la 
dépression finement tomenteuse; dernier segment d'apparence 
lisse et presque glabre, échancré au sommet. 

Fémurs offrant des séries parallèles de petites rides irrégulières 
et transversales. 

Ukambani (Afrique orientale) ; Coll. R. Oberthùr : un seul 
exemplaire, par Bâtes. 

Cette superbe espèce est plus robuste que la précédente, d'une 
coloration uniforme, les dépressions du pronotum sont plus accen- 
tuées et la largeur du sillon abdominal plus prononcée. 

3. B. prasina Thunb., Nov. sp. Ins., t. 5 (1789), p. 90 = 
pyrotis Illig., Wied. Arch., t. 1 (1790),|p. 119, pi. 1, f. 3 = 
scutellaris Web,, Obs. Ent. (1801), p. 72. 



236 

L'habitat de cette espèce, suffisamment connue pour qu'il soit 
superflu de la décrire à nouveau, est très étendu et j'en ai vu des 
exemplaires de Bagamoyo (Zanzibar), Maurice et La Réunion; on la 
trouve dans tout l'Hindoustan et elle est commune à Java. 

4. B. CANALicuiATAFab., Mani. y t. 1 (1787), p. 181 = Cham- 
pioni Murray, Trans. Linn. Soc, t. 23 (1862), p. 451 . 

Cette espèce est commune dans toute l'Afrique équatoriale, de 
l'est à l'ouest ainsi qu'à Madagascar ; sa couleur, bien qu'uniforme 
sur la région supérieure, est très variable et passe du bronzé clair 
au noir brillant; sa taille varie aussi considérablement. 

J'en ai vu des exemplaires de Madagascar, Bagamoyo, Niam- 
Niam, Itimbiri et Luluabourg (Congo), Quango, Gabon et Guinée. 

Pseudactenodes Kerr.('). 

Genre purement africain, intermédiaire entre le précédent et le 
g. Megactenodes qui suit. L'absence de sillon abdominal, l'échan- 
crure arrondie du bord antérieur du métasternum, le premier 
article des tarses médians et postérieurs aussi long que les suivants 
réunis et les différences sexuelles résidant en la forme de l'extrémité 
du dernier segment abdominal qui est légèrement échancrée chez le 
$ et faiblement lobée chez la 9 le distingnent du g. Belionota, 
dont il réunit, à peu de chose près, les autres caractères. 

On ne connaît actuellement de ce genre que les trois espèces qui 
suivent : 

1. Élytres unicolores 2. 

Élytres bronzés avec la suture verte et une bande d'un rouge feu 

longeant celle-ci Schmidti Qued. 

2. Côtés du pronotum dorés ou d'un rouge feu ; élytres d'un vert foncé 

avec les côtes élargies et noires; écusson très petit, en triangle 

équilatéral chrysotis Illig. 

Côtés du pronotum de même nuance que les élytres ; celles-ci d'un 
bronzé verdàtre; côtes élytrales amincies et concolores; écusson 
en triangle allongé vitticollis Har. 

1. Pseud. Schmidti, Qued., Berl. Ent. Zeit., t. 35 (1890), 
p. 135 = Iris Kerr., G. B. Soc. Ent. Belge, t. 34 (1890), p. 137. 

Les bandes longitudinales pourprées des élytres, dont la suture est 
verte alors que les côtés sont d'un bronzé obscur, distinguent suffi- 
samment cette espèce des deux suivantes. 

Afrique orientale : Tabora et Mandera. 

2. Pseud. chrysotis Illig., Wiedem. Arch., t. I (1800), p. 121 
= longitarsis Thoms., Typ. Bupr. (1878), p. 73. 

Guinée et Tabora. 

(') Compt. rend. Soc. Ent. Belge, t. 34 (1890), p. 137. 



237 

3. Pseud. vitticollis Har,, Mitt. Milncli. Eut. Ver., t. 2 
(1878), p. 105. 

Cette espèce ressemble beaucoup à cJirysotis qui précède; comme 
chez celle-ci les élytres sont presque droits sur les côtés et très 
atténués en arrière, tandis que Sclimi&ti les a plus arrondis sur les 
côtés et moins atténués au sommet, mais elle est d'un vert moins 
franc que cJirysotis, légèrement bronzée et entièrement unicolore 
en dessus, sauf la partie médiane du pronotum qui est bleuâtre et 
très brillante; les côtes ély traies sont amincies, peu saillantes et 
paraissent être de la même nuance que le fond tandis qu'elles sont 
larges et noires chez la précédente espèce ; enfin le dessous est égale- 
ment d'un vert bronzé. 

Guinée, Congo. 

Megactenod.es Kerr. ('). 

Tête inégale, variable suivant l'espèce et le sexe; épistome 
échancré ou bisinué, souvent armé d'une petite dent médiane; 
vertex sillonné; cavités antennaires assez grandes, triangulaires; 
antennes atteignant à peine le milieu des côtés du pronotum, le 
premier article en massue allongée et très légèrement arqué, le 
deuxième très court, globulaire, le troixième aussi long que le 
premier, cylindrique ou subtriangulaire, dans ce cas légèrement 
aplani, le quatrième le plus large de tous, triangulaire, les suivants 
semblables au quatrième, mais diminuant graduellement en lar- 
geur; pores antennaires concentrés dans une fossette allongée en 
forme de sillon et occupant la face inférieure des articles. 

Pronotum plus large que haut, de la largeur de la tête au sommet, 
arrondi ou sinué sur les côtés, bisinué à la base dont les côtés 
forment un vide anguleux avec ceux de la base des élytres, Je lobe 
médian large, arrondi et peu avancé. 

Ecusson moyen, triangulaire et fortement acuminé en arrière. 

Elytres allongés, déprimés, cunéiformes, obliquement tronqués le 
long de l'écusson, avancés en un lobe arrondi dans le sinus du 
pronotum, arrondis à l'épaule avec un calus humerai saillant, la 
suture droite, les côtés atténués suivant une courbe régulière, 
Pextrémité arrondie, inerme ou dentée à la suture; ils sont, en 
général, très finement granuleux et ponctués et présentent, départ 
et d'autre, six côtes lisses plus ou moins accentuées, mais dont 
l'allure est presque constante : la première, suturale depuis le som- 
met jusque vers le quart antérieur où elle se sépare de la suture 
pour s'incurver le long de l'écusson, à une certaine distance de 

(') Ann. Soc, Uni, Belge, t. 37 (1893), p. 111. 



238 

celui-ci ; la deuxième, parallèle à la première ; la troisième courte, 
sinueuse, partant du calus humerai pour finir vers le quart supé- 
rieur; la quatrième partant de l'épaule, parallèle à la troisième et 
se confondant avec la deuxième vers le sommet; la cinquième 
partant du même point que la précédente pour longer le bord exté- 
rieur à peu de distance de celui-ci et la sixième formée par le bord 
lui-même. Ils présentent, en outre, à la base et de chaque côté, une 
dépression transversale et oblique située au dessus du calus humerai. 

Prosternum plan, lancéolé au sommet qui est inséré entre les 
branches du mésosternum sur les côtés, son extrémité venant 
s'insérer dans une échancrure arrondie du métasternum. Ce 
dernier plan, très finement sillonné longitudinalement. 

Abdomen variable suivant les espèces quant à la forme de la 
dépression médiane de chacun des quatre derniers segments ; le 
premier de ceux-ci très large et longitudinalement sillonné au 
milieu, les trois suivants subégaux entre eux, le cinquième allongé 
légèrement courbe sur les côtés qui sont terminés en pointe aiguë, 
le sommet échancré chez le <3\ lobé ou bisinué chez la Ç. 

Fémurs antérieurs inermes; les articles des tarses subégaux 
entre eux, les épines de l'échancrure du troisième article très 
longues, dépassant toujours le quatrième; une lamelle membra- 
neuse au troisième et au quatrième article. 

Ce genre sépare des Actenodes une série d'espèces à faciès 
uniforme, rappelant celui des genres qui précèdent, à fémurs 
antérieurs inermes. 

Les différences sexuelles, outre la forme de l'extrémité du 
dernier segment abdominal, qui est constante pour les Q9? son t 
très variables chez le ç? et résident, suivant les espèces, dans la 
forme des tibias et des fémurs, dans celle des antennes ou dans 
l'allure de l'échancrure du dernier segment abdominal. 

Sept espèces sont actuellement connues : 

1. Élytres très finement ponctués avec des côtes lisses 2. 

Élytres chagrinés . reticutata Klug. 

2. Extrémité de l'élytre dentée à la suture 3. 

Extrémité de l'élytre inerme à la suture 5. 

3. Front sillonné 4. 

Front rugueux, non sillonné ... punctata Silb. 

4. Sillon frontal prolongé sur le vertex .... Westermanni Cast. et Gory. 
Sillon frontal non prolongé sur le vertex, interrompu à sa partie supé- 
rieure par un court sillon transvertal ... ... ebenina Qued. 

5. Pronotum unicolore . 6. 

Pronotum d'un rouge feu ou doré sur les côtés .... tenuecostata Qued. 

6. Entièrement vert clair ou cuivreux brillant chrysifrons Qued. 

Tête et antennes bleues a*, ou d'un cuivreux^brillant $, antennes des 

o*o* très élargies et dentées des deux côtés. . . laticornis Cast. et Gory. 

1. Meg. reticulata Klug, Mon. Berl. Ac. (1855), p. 646; 



239 

Peters Reis. (1862), p. 193, pi. 11, f. 13 = nervosa Klug, Mon. 
Berl. Ac. (1855), p. 647; Peters Reis.[\m2), p. 194, pi. 11, f. 14. 

Les élytres chagrinés distinguent cette espèce de toutes les 
autres du genre; elle est d'un bronzé obscur, très légèrement 
cuivreux en dessus et la dépression médiane de chacun des 2 e , 3 e 
et 4 e segments abdominaux est très large et trapézoïdale. Tout 
au plus pourrait-elle être confondue avec Act. scabriuscula Qued., 
mais celle-ci a les fémurs antérieurs dentés intérieurement et le 
sillon abdominal n'existe que sur le premier segment. 

Elle a été trouvée au Zanguebar, à Mpwapwa et au Zambèse. 

2. Meg. punctata Silb., Rev. Ewt., t. 5 (1838), p. 108 = 
levior Quedenf., Berl. Ewt. Zeit., t. 30 (1886), p. 19. 

La forme de cette espèce rappelle celle de Bel. canaliculaia 
Fab., mais elle est plus robuste et plus élargie que celle-ci. Elle 
est le plus souvent d'un bronzé clair avec les élytres d'un bronzé 
obscur et verdàtre et les tarses verts. 

On la distingue des espèces qui suivent par sa forme allongée 
et atténuée à l'extrémité et par l'absence de sillon frontal ; le 
front est plan et très finement granuleux et le sillon abdominal 
affecte une forme quadrangulaire sur chacun des segments, 2, 3 
et 4. 

cf Tibias légèrement arqués; dernier segment abdominal 
unidenté sur les côtés, largement échancré au milieu, le sommet 
de l'échancrure subanguleux. 

9 Dernier segment abdominal unidenté sur les côtés, bisinué 
et très faiblement échancré au sommet. 

Côte d'Or, Gabon, Congo, Quango, Cameron, Itimbiri. 

Silberman donne Madagascar pour patrie à cette espèce, mais 
avec doute. Les nombreux exemplaires que j'ai eu l'occasion 
d'examiner proviennent tous de la région occidentale de l'Afrique. 
Le point d'habitat le plus oriental est l'Itimbiri, où l'espèce est 
commune. 

3. Meg. Westermanni Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1837), 
Belion., p 5, pi. 1, f. 3 = femorata Guér., Rev. Zool. (1840), 
p. 107 = Boliemanni Fâhr., Ins. Gafr., t. 1 (1851), p. 326 -= 
œnea Thoms., Typ. Bupr. (1878), p. 74 = Thomsoni Kerr., 
G. R. Soc. Ent. Belge, t. 34 (1890), p. 136. 

D'un vert métallique plus ou moins clair, bronzé ou cuivreux ; 
le front finement granuleux, plan et longitudinalement sillonné de 
l'épistome au vertex, le sillon très mince. 

cf Dessous d'un cuivreux pourpré très brillant et mélangé de 
vert métallique ; fémurs renflés, surtout les postérieurs qui sont 



240 

en outre arqués ; dernier segment abdominal très profondément et 
très largement échancré au sommet, le milieu de l'échancrure 
tronqué, les côtés fortement lobés et unidentés extérieurement; 
sillon abdominal s'élargissant graduellement de la base au sommet, 
peu élargi sur les trois premiers segments, large et très accusé sur 
le quatrième, le cinquième très large, tronqué au sommet et 
caréné sur les côtés. 

9. Dessous cuivreux; fémurs normaux, dernier segment abdo- 
minal unidenté de part et d'autre sur les côtés, le milieu bilobé 
avec une faible échancrure médiane; sillon abdominal accentué 
sur le premier segment. 

Le femorata Guér. est un cf à fémurs très développés de 
Westermanni tandis que Boliemanni Fâhr. et aenea Thoms. sont 
des cfcf dont les fémurs le sont moins. 

Cette espèce est commune dans toute l'Afrique intertropicale ; 
j'en ai vu de très nombreux exemplaires de Libéria, Guinée, 
Congo, Quango, Niam-Niam, Zanguebar et Natal. 

4. Meg. ebenina Qued., Berl. Ent. Zeit., t. 30 (1886), p. 17, 
pi. 1, f. 9. 

Cette espèce est reconnaissable à son apparence lisse, à ses 
côtes élytrales peu prononcées, à sa forme élargie et écourtée; 
elle se distingue des autres espèces par le sillon frontal bien 
accusé chez le <3\ légèrement élargi au milieu du front, aminci et 
prolongé sur le vertex jusque contre le bord antérieur du prono- 
tum tandis que chez la 9, il n'est pas prolongé sur le vertex et est 
coupé, vers le tiers supérieur, par un petit sillon transversal per- 
pendiculaire au premier. Le sillon abdominal est peu accusé, 
chacun des segments 2, 3 et 4 offrant dans son milieu une faible 
dépression à fond rugueux ; les segments abdominaux sont posté- 
rieurement bordés de bleu et l'extrémité du dernier segment est 
profondément échancrée en demi cercle chez le ç$ avec les côtés 
de l'échancrure aigus et dentiformes. Une seconde dent aiguë se 
remarque à côté de la dent formant la limite extérieure de l'échan- 
crure ; chez la 9, le dernier segment abdominal affecte, à l'extré- 
mité, la forme d'un w élargi dont l'échancrure médiane est peu 
prononcée. 

M. Quedenfeldt semble n'avoir fait sa description que sur des 
99- Outre les différences sexuelles qui précèdent, les ç^cf sont 
toujours plus brillants en dessous que les 99 e ^ ^ a tête ainsi que 
les antennes sont d'un vert métallique clair, tandis que les bords 
du pronotum et les côtés antérieurs des élytres sont nuancés 
de vert. 

Peu commun : Guinée, Gabon, Quango et Région du Cap. 



241 

5. Meg. tenuecostata Qued., Berl. Ent. Zeit., t. 30 (1886), 
p. 20. 

Grande et très belle espèce de l'Ogowé, facilement reconnais- 
sable à son front plan, granuleux, surmonté d'un sillon simi- 
circulaire placé entre les yeux, à son pronotum d'un rouge feu 
ou cuivreux sur les côtés postérieurs, à ses côtes ély traies très 
fines et à son sillon abdominal large mais peu accusé; le dessous 
est d'un vert métallique très brillant. 

C? Dernier segment abdominal unidenté de part et d'autre et 
profondément échancré au milieu, l'échancrure semi-circulaire, 
les lobes latéraux tronqués. 

9 Dernier segment abdominal unidenté de part et d'autre, lobé 
au milieu, le lobe très faiblement échancré, l'échancrure arrondie. 

6. Meg. chrysifrons Qued., Berl., Ent. Zeit., t. 30 (1886), 
p. 16, pi. 1, f. 8 et 8 a . 

Le faciès de cette espèce la rapproche beaucoup du Meg. Wes- 
termanni Cast. et Gory, mais sa coloration est plus claire que 
celle-ci et d'un beau vert métallique ou cuivreux et le sillon 
abdominal est formé, sur les segments 2, 3 et 4, par un espace 
triangulaire grossièrement ponctué; la marge postérieure de 
chacun des segments est étroitement bordée de bleu. 

cT. Front d'un vert clair, rugueusement ponctué et présentant 
trois sillons longitudinaux, très profonds, dont les deux externes 
sont dorés; tibias postérieurs sinués au milieu. 

9- Front doré, sillonné entre les yeux, le sillon ayant, de 
chaque côté un espace lisse, tuberculiforme ; tibias postérieurs, 
presque lisses; extrémité du dernier segment abdominal avancée 
en un lobe arrondi très faiblement échancré au milieu. 

Quango, Stanley Falls, Itimbiri. 

Je n'ai vu de cette espèce que quatre exemplaires 99- Les 
caractères du cf sont reproduits d'après le Général Quedenfeldt. 

7. Meg. laticornis Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1837), 
Chrysob., p. 58, pi. 10, f. 80 = unicol or Cast. et Gory, l. c, 
p. 3, pi. l,f. 2. 

Les différences sexuelles sont très marquées chez cette espèce 
dont le caractère distinctif commun aux deux sexes est d'avoir 
sur chacun des segments abdominaux 2, 3 et 4 un espace granu- 
leux en triangle très-élargi et peu élevé dont la base repose sur 
la bordure postérieure des segments qui est d'un bleu d'acier, 
tandis que ce triangle est presqu'équilatéral chez l'espèce pré- 
cédente. 

ç?. Antennes ayant les articles 2 à 11 dentés intérieurement 



242 

et extérieurement, s'élargissent graduellement du premier au 
quatrième article et diminuant ensuite insensiblement jusqu'au 
dernier, le plus souvent d'un beau-bleu métallique, parfois avec 
les articles terminaux dorés ou d'un rouge feu très éclatant; 
front d'un bleu très brillant, sa partie supérieure offrant trois 
impressions très profondes affectant la forme d'un O, sa partie 
inférieure très granuleuse, l'épistome avec deux courtes carènes 
longitudinales. Extrémité du dernier segment abdominal échan- 
crée, l'échancrure arrondie ; tibias postérieurs sinués. 

9 Front cuivreux, très brillant, granuleux, surmonté de deux 
dépressions obliques parallèles aux yeux; extrémité du dernier 
segment abdominal lobée, le milieu du lobe médiocrement échan- 
cré; tibias postérieurs presque droits. 

Guinée, Gabon, Congo, Quango, Niam-Niam. 

Les (3^ paraissent moins abondants que les 99. 

Actenodes Lac. (*). 

Après avoir séparé du groupe des Acténodites toutes les espèces 
qui précèdent, il reste une série de formes à fémurs antérieurs 
offrant une forte dent sur la tranche interne et présentant tous les 
caractères assignés par Lacordaire à son genre Actenodes. La 
partie antérieure du métasternum, sur laquelle vient se poser 
l'extrémité inférieure du prosternum, n'est plus si fortement 
échancrée que dans les genres qui précèdent, elle est même le plus 
souvent tronquée et l'écusson est toujours très petit, quoique 
triangulaire. 

La majeure partie des espèces de ce genre appartient à la faune 
Sud-Américaine. Celles de la région africaine sont les suivantes : 

1. Pas de carène frontale 2. 

Une carène frontale 6. 

2. Élytres fortement chagrinés 3. 

El ytres impressionnés sur le disque 4. 

3. Élytres allongés, arrondis à partir du tiers supérieur . . scabriuscula Qued. 
Élytres écourtés, élargis au tiers supérieur, ensuite brusquement 

atténués curvtpes Gory. 

4. Pronotum unicolore 5. 

Pronotum vert ou cuivreux avec une tache discale oblongue et les 

côtés violacés ornatieollis nov. sp. 

5. Élytres unicolores acuminipennis Gory. 

Elytres bordés de pourpre obscur circumdata Gory. 

6. D'un bronzé obscur œnea Gory. 

D'un vert métallique terne gabonica Thoms. 

1. Act. scabriuscula Qued., Berl. Eut. Zeit., t. 30 (1886), 
p. 18, pi. 1, f. 10. 

(') Gênera, t. 4 (1857), p. 72. 



243 

Cette espèce ressemble beaucoup, au premier aspect, au Meg. 
reticulata Klug., mais elle est moins robuste que celle-ci. 

Le prosternum est étroit, allongé et saillant entre les hanches 
les segments abdominaux sont bordés postérieurement de bleu et 
la dépression des segments 2, 3 et 4 est à peine sensible et 
remplacée par un espace granuleux. 

<$ Dernier segment abdominal largement et profondément 
échancré en demi cercle, les lobes latéraux arrondis et unidentés 
extérieurement. 

9 Dernier segment abdominal unidenté latéralement et lobé au 
milieu, le lobe faiblement échancré. 

Quango. 

2. Act. curvipes Gory, Monogr. Supp., t. 4 (1841), p. 179, 
pi. 30, f. 174. 

Avec cette espèce commence la série des Actenodes à élytres 
brusquement atténuées à partir du tiers supérieur. Celle-ci est 
large et très écourtée ; le front, grossièrement ponctué, présente 
entre les yeux un profond sillon transversal et sinueux surmonté 
d'une fossette, séparés l'un de l'autre par deux mammelons; 
le pronotum, granuleux et ponctué, présente à la base, une 
impression préscutellaire ovale et une autre, de chaque côté, 
dans l'angle inférieur; les élytres sont fortement chagrinés avec 
quelques côtes irrégulières; ils sont arrondis à l'épaule, droits sur 
les côtés jusqu'au tiers supérieur, ensuite brusquement atténués 
et séparément acuminés au sommet ; les tibias antérieurs sont 
légèrement arqués et tout le corps est d'un bronzé clair, brillant et 
très légèrement verdàtre avec les tibias et les tarses bleus. Le <$ 
a le dernier segment abdominal échancré au sommet avec l'échan- 
crure arrondie ; la 9 a I e dernier segment abdominal à peine 
sinué. 

Madagascar. 

3. Act. ornaticollis nov. sp. — Ovata, apice valde acumi- 
nata, capit-e vîridi-aeneo vel cupreo, thorace viridi-aurato, utrin- 
que violaceo plagaque oblonga média et violacea ; elytris nigro- 
aeneis; subtus niolacei-aenea, prosterno medioque corporis inter- 
dum viridibus, pedïbus aeneis, tarsis cyaneis; capite punctato, 
nertice mediovix longitudinaliter stclcato, f route antice impressa; 
thorace sparsim punctato, antice truncato et attenuato, ad latera 
subsinuato, utrinque ad basin fossulato, postice sinuato, lobo 
medio basali producto et rotundato; scutello laevi, mimito et 
triangulari; elytris vix scabrosis, ad basin utrinque oblique 
impressis, apice separatim acuminatis, disco vage longitudinaliter 



244 

impresso; suhtus dense et subtile punctata. — Long., 12-17; 
lat., 4,5-6,5 mm. 

Ovalaire, très atténuée à l'extrémité, tête d'un bronzé verdâtre 
parfois cuivreuse; pronotum vert doré ou cuivreux avec une tache 
oblongue discale et les côtés violacés ; élytres d'un bronzé obscur; 
dessous d'un bronzé violacé avec le prosternum et parfois le 
milieu de la région métathoracique et abdominale d'un vert doré ; 
pattes bronzées, tarses bleus. 

Tête ponctuée; front déprimé entre les yeux, vertex sillonné. 

Pronotum plus large que haut, de la largeur de la tête au 
sommet, finement ponctué, la ponctuation régulière et espacée, 
les côtés obliques et légèrement sinués, la base fortement sinuée 
avec le lobe médian avancé, large et arrondi ; il présente, de 
chaque côté, à la base, une très petite dépression. 

Élytres peu convexes, plus larges que le pronotum à la base, 
élargis et arrondis à l'épaule, presque droits jusqu'au tiers posté- 
rieur, ensuite brusquement atténués, séparément acuminés et 
dentés au sommet; ils sont très finement chagrinés et présentent 
de part et d'autre une dépression oblique de chaque côté de la 
base et de-vagues impressions longitudinales dont la plus appa- 
rente est sinueuse et longe le bord extérieur à une certaine 
distance de celui-ci. 

Dessous très finement et très densément ponctué avec l'extré- 
mité du dernier segment abdominal rugueuse; prosternum large, 
lancéolé au sommet; mélasternum sillonné longitudinalement. 
Pattes finement ponctuées. 

çj Extrémité du dernier segment abdominal échancrée, l'échan- 
crure arrondie. 

9 Extrémité du dernier segment abdominal bisinuée et faible- 
ment échancrée au milieu. 

Madagascar (coll. R. Oberthûr). 

4. Act. acuminipennis Gory, Monogr. supp., t. 4 (1841), 
p. 184, pi. 31, f. 181. 

Espèce voisine de la précédente, mais plus robuste que celle-ci 
et entièrement d'un bronzé clair. La fossette frontale est mieux 
accusée; les côtés du pronotum sont plus sinueux, l'angle inférieur 
plus aigu, les côtés sont plus grossièrement ponctués et les fosset- 
tes basilaires sont plus accusées; enfin, la ponctuation élytrale et 
celle du dessous sont également plus accentuées que chez l'espèce 
qui précède. L'échancrure de l'extrémité du dernier segment 
abdominal du çf est suliangulaire. 

Madagascar. 



245 

5. Act. circumdata Gory, Monogr. supp., t. 4 (1841), p. 183, 
pi. 31, f. 180. 

Cette espèce est un peu plus écourtée et plus élargie que celle 
qui précède. Elle se reconnaît à la bordure carminée de la marge 
extérieure des éljtres dont les dépressions discales sont plutôt 
transversales que longitudinales; le front est profondément sillonné 
dans toute sa longueur et le sillon est coupé transversalement, 
vers le milieu, par un autre sillon perpendiculaire au premier. 

Madagascar. 

6. Act. .enea Gory, Monogr. supp. t. 4 (1841), p. 185, pi. 31, 
f. 182. 

La plus petite espèce africaine du genre ; elle est d'un bronzé 
obscur avec quelques taches vertes ou cuivreuses sur le pronotum, 
le plus souvent au nombre de quatre, placées sur le disque, deux 
vers la marge supérieure et deux à la base ; la partie médiane du 
dessous est d'un vers doré. La carène frontale est peu accusée et 
surmontée de deux mammelons oblongs séparés par un sillon et 
parallèles aux yeux et les dépressions des élytres offrent la même 
disposition que l'espèce précédente. 

Madagascar. 

7. Act. gabonica Thoms., AtcJi. Ent., t. 2 (1858), p. 74. — 
La carène frontale bien accusée et semi circulaire, la coloration 
d'un vert uniforme, les petites rides transversales irrégulières du 
pronotum et des élytres, dont les dépressions discales sont à peine 
sensibles séparent cette espèce de toutes celles qui précèdent. 

Gabon. 

2. Chrysobothrites. 

Ce groupe est représenté en Afrique par les deux genres qui 
en font partie; il réunit les CJirysobothrines ayant trois ou quatre 
lamelles distinctes aux tarses antérieurs et trois aux tarses 
postérieurs et le troisième article des tarses non prolongé en épine 
aiguë, ses extrémités ne dépassant pas le quatrième. 

Fémurs antérieurs inermes Colobogaster Sol. 

Fémurs antérieurs armés d'une forte dent Chrysobotkris Eschs. 

Colobogaster Solier('). 

Ce genre se reconnaît à sonfacies tout particulier : le front est 
très fortement caréné entre les yeux à sa partie supérieure ; le 
pronotum est médiocrement convexe et arrondi sur les côtés, sa 

(») Ann. Soc. Ent. France, t. 2 (1833), p. 308, pi. 12, f. 28. 



246 

base est très fortement bisinuée et le lobe médian, très avancé 
dans les élytres est tronqué à son sommet; les élytres sont paral- 
lèles sur les côtés et arrondis à l'extrémité ; le prosternum, bombé 
à sa partie antérieure est très large et fortement bisinué au 
sommet. 

Il n'est réprésenté en Afrique que par une seule espèce : 

Colob. nigrita oliv., Entom., t. 2 (1790), gen. 32, p. 40, pi. 9, 
f. 96. — Fabr., Ent. Syst., supp. (1798), p. 134 = senegalensis 
Cast. etGory, Monogr., t. 2 (1837), Colobog. p. 13, pi. 3, f. 12 = 
carenifrons Gory , Monogr. supp., t. 4(1841), p. 155, pi. 26, f. 51. 

D'un bronzé obscur, parfois à reflets verdàtres ou cuivreux, 
surtout vers les côtés postérieurs des élytres, qui sont dentés en 
scie à partir du tiers supérieur jusqu'au sommet; celui-ci est 
arrondi. Le dernier segment abdominal est longitudinalement 
bicaréné. 

Sénégal. 

Chrysobothris Eschs.('). 

Après l'élimination des espèces qui précèdent , il reste une 
longue série de formes répandues sur toute la surface du globe, 
et ayant toutes un caractère commun résidant en l'armature des 
fémurs antérieurs qui offrent une très forte dent située vers le 
milieu de la tranche inférieure, mais toujours plus près du tibia 
que de la hanche; le front est le plus souvent surmonté d'une 
carène, c'est-à-dire qu'il est situé sur un plan inférieur au vertex, 
les élytres sont dentés sur la moitié postérieure des côtés et le 
dernier segment abdominal est le plus souvent caréné longitudi- 
nalement au milieu. 

Les espèces d'Afrique actuellement connues sont les suivantes : 

1. Forme allongée; élytres arrondis à l'extrémité, non brusquement atté- 

nués à partir du tiers supérieur; lobe médian de la base du prono- 

tum tronqué 2. 

Forme écourtée; élytres brusquement atténués à partir du tiers supé- 
rieur; lobe médian de la base du pronotum arrondi 3. 

2. Élytres fortement chagrinés, à côtes longitudinales irrégulières; d'un 

bronzé obscur légèrement cuivreux en dessus ; faciès des Megacte- 

nodes fatalis Har. 

Elytres finement ponctués, avec une impression irrégulière vers le tiers 
supérieur près de la marge extérieure ; faciès des Colobogaster . 

parallela nov. sp. 

3. Elytres présentant cinq côtes y compris la suture 4. 

Elytres unis, sans côtes, mais plus ou moins impressionnés sur le dis- 
que et le long de la marge externe 14. 

(') Zoologischer Atlas, t. 1 (1829), p. 9. 



247 

4. Trois fossettes bien marquées sur chaque élytre 5. 

Pas de fossettes sur les élytres; ceux-ci plus ou moins impressionnés 

sur le disque et le long delà marge externe 8. 

5. Côtes des élytres amincies 6. 

Côtes des élytres larges et très accusées ; dessous d'un vert métallique 

très brillant au milieu, les côtés d'un cuivreux éclatant . chrysostigma L. 

6. Côtés du pronotum parallèles 7. 

Côtés du pronotum légèrement dilatés en avant affinis Fab. 

7. Carène frontale à peine accusée Solieri Cast. et Gory. 

Carène frontale très prononcée, arquée inflma nov. sp. 

8. Côtes élytrales fines, peu accusées 9. 

Côtes élytrales très accusées; deux carènes frontales; entièrement 

• d'un bronzé clair ; élytres rugueux abysainica Fairm. 

9. D'un bronzé plus ou moins obscur 10. 

D'un vert métallique éclatant, à reflets bleus . . smaragdinea nov. sp. 

10. Élytres très finement ponctués, fortement dentés sur les côtés postérieurs. 11. 
Élytres chagrinés et transversalement ridés, très finement dentés sur 

les côtés postérieurs aeraria Rar. 

11. Carène frontale arquée 12. 

Carène frontale droite et tranchante 13. 

12. Dessous concolore, tibias cuivreux auripes Cast. et Govy. 

Dessous vert brillant au milieu capensis nov. sp. 

13. Épistome et antennes concolores salebrosa nov. sp. 

Épisome et antennes cuivreux pilifrons nov. sp. 

14. Bronzé; pronotum parfois vert ou bleu avec les côtés et le disque 

d'un rouge l'eu 15. 

D'un vert doré brillant pantocklora Guér. 

15. Pronotum bleu ou vert; ses côtés d'un rouge feu 16. 

Pronotum unicolore 19. 

16. Pronotum plus large à la base qu'au sommet, ses côtés sinueux et 

obliques 17. 

Pronotum plus large au sommet qu'à la base; ses côtés obliques, 
légèrement arqués empyrea Gerst. 

17. Partie antérieure des côtés du pronotum saillante en dehors 18. 

Partie antérieure des côtés du pronotum non saillante en dehors; 

élytres à peine plus larges que le pronotum guttata Oliv. 

18. Pronotum bleu avec une bande longitudinale pourprée, élargie vers 

la base ; très écourté cyanicollis Cast. et Gory. 

Pronotum vert avec les côtés et une tache basilaire médiane allongée 
et pourpre howas nov. sp. 

19. Vertex concolore 20. 

Vertex rouge feu; côtés du pronotum droits .... rugifrons nov. sp. 

20. Côtés du pronotum droits ou sinués 21. 

Côtés du pronotum arqués rotundicolis nov. sp. 

21. Pronotum plus large ou au moins aussi large en avant qu'en arrière. . . 22. 
Pronotum plus large à la base qu'au sommet, ses côtés sinueux .... 23. 

22. Côtés du pronotum arqués ou sinueux 24. 

Côtés du pronotum parallèles regradata Wallengr. 

23. Côtés du pronotum sinueux 25. 

Côtés du pronotum arqués 26. 

24. Pronotum bi-impressionné sur le disque foveioollis nov. sp. 

Disque du pronotum noir; base des élytres verdàtre . . . oincta nov. sp. 

25. D'un bronzé plus ou moins obscur en dessus 27. 

D'un bleu foncé en dessus indigaoea nov. sp. 

26. D'un bronzé obscur eurta nov. sp. 

D'un bronzé clair cuprina Klug. 

27. Brillant en dessous ; pattes métalliques et concolores 28. 

Dessous, pattes et tarses bruns picipes nov. sp. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXV'II. 21 



248 

28. Pronotum ponctué sur les côtés, carène frontale anguleusement avancée 

au milieu nigrita nov. sp. 

Pronotum ridé sur les côtés; carène frontale sinueuse . . . dorsata Fabr. 

1. Chrys. fatalis Har., Mitth. Miïnch. Eut. Ver., t. II 
(1878), p. 105; Col. Hefte, pt. 14 (1879), p. 99. 

Oblong ovale, allongé, d'un bronzé sombre en dessus, cuivreux 
en dessous; carène frontale arquée et très prononcée surmontée 
d'une dépression cuivreuse et finement granuleuse au milieu de 
laquelle se remarque un bourrelet lisse bifurqué en avant et 
caréné au milieu ; pronotum transversal, à peine sinué en avant, 
arrondi sur les côtés, fortement bisinué à la base avec le lobe 
médian avancé et tronqué; il est très rugueux et sa rugosité 
consiste en petites rides on.luleuses, vagues sur le disque et très 
accusées sur les côtés ; élytres allongés, granuleux, avec des côtes 
longitudinales peu prononcées, irrégulières et parfois interrom- 
pues; ils sont dentelés tout le long du bord extérieur, à partir 
du milieu jusqu'à l'extrémité, qui est arrondie. Dessous for- 
tement granuleux; prosternum large, plan, profondément sil- 
lonné le long du bord antérieur, fortement bisinué à son som- 
met; dernier segment abdominal iongitudinalement caréné au 
milieu. 

cT extrémité du dernier segment abdominal profondément 
échancrée, l'échancrure anguleuse, les côtés fortement unidentés 
de part et d'autre. 9 extrémité du dernier segment abdominal 
subtronquée ou très faiblement lobée, les côtés fortement uni- 
dentés de part et d'autre. Les dents terminales plus écartées chez 
la 9 que chez le ç$. 

Marungu — côte occidentale du Tanganyka — (cap. Storms); 
Mamboia, Zanguebar. 

Cette espèce rappelle, pour le fades, le Megacten. reticulala 
Klug. et YActeu. scabriuscula Qued. dont elle se distingue notam- 
ment par ses fémurs antérieurs dentés. 

2. Chrys. parallela nov. sp. — Oblouga, elongata, supra 
nigra, subtus œueo-viridis ; capite punctato ; f route carinata, 
carina leviter bisinuata, vertice lougitudinaliter sulcato, postice 
arcuatim caualiculato ; pronoto autice angustiori, summo mx 
siuuato, ad basiu valde Usiuuato, lobo medio basali iruucato et 
producto, lateribus anticis obliquis et posticis rectis ; elytris ptmcta- 
tis et subtile rugosis, ad latera antica rectis, postica sulrotuudatis 
et gradatim attenuatis, atrinque post médium serratis apice utrin- 
que unidentatis, ad basiu utrinque bifossulaiis et post médium 
unifossulatis. Subtus niditor, prostemo lato, sîibconvecco, antice 



249 

transversim sulcato, postice valde bisinuato ; abdominis segmenta 
ultimo longitudinaliter carinato. — Long., 16; lat., 6 mm. 

Oblong, allongé, noir en dessus; d'un vert bronzé en dessous; 
tête ponctuée, front caréné, la carène légèrement bisinuée et très 
faiblement lobée au milieu, le lobe aigu, surmontée d'un sillon 
transversal arqué ; vertex longitudinalement sillonné, ce sillon 
allant rejoindre le sillon pré-carénal. Pronotum plus large à la 
base qu'au sommet, très légèrement convexe, à peine sinué en 
avant, très fortement bisinué à la base avec le lobe médian avancé 
et tronqué, les côtés antérieurs obliques en avant et droits en 
arrière ; il présente des séries transversales de petites rides 
onduleuses plus prononcées sur les côtés que sur le disque. Élytres 
ponctués et très finement rugueux, plus larges que le prono- 
tum à la base, droits sur les côtés, atténués suivant une courbe 
régulière à partir du tiers supérieur et dentés en scie à partir 
du milieu jusqu'à l'extrémité dont la dent suturale est plus 
prononcée que les autres; ils présentent de part et d'autre deux 
fossettes basilaires dont la première est située au milieu du 
lobe qui s'avance dans l'échancrure du pronotum et dont la 
seconde est située à l'épaule et une impression arrondie, à fond 
finement granuleux et légèrement cuivreux située vers le milieu 
du tiers supérieur et plus près du bord extérieur que de la 
suture ; ils offrent en outre des côtes longitudinales très peu 
accusées. Dessous ponctué, plus brillant que le dessus; proster- 
num large, peu convexe, sillonné transversalement en avant le 
long du bord antérieur, fortement bisinué au sommet; premier 
segment abdominal longitudinalement canaliculé au milieu, les 
segments 2, 3 et 4 impressionnés de part et d'autre sur les côtés, 
le dernier segment caréné longitudinalement au milieu ; fémurs 
renflés et transversalement ridés, les antérieurs armés d'une 
forte dent. 

Je n'ai vu de cette espèce que deux exemplaires 9 du Gabon 
(coll. L. Fairmaire et R. Oberthùr). 

Elle ressemble au Colob.nigritaOliv., dont elle rappelle le faciès, 
mais ses fémurs dentés ne permettent pas de la laisser dans ce 
genre. En résumé, les deux espèces qui précèdent me paraissent 
être des Chrysobothris aberrants. 

3. Chr. chrysostigma Linné, Syst. Nat., Ed. X, t. 1 (1758), 
p. 409. 

Europe centrale et méridionale, Sibérie, Algérie. 

4. Chr. affinis Fab., Ent. syst., t. 4, app. (1794), p. 450 = 
chrysostigma Herbst , Fussl. Arch., t. 5 (1784), p. 117, pi. 28, 



250 

f. 6B. = congener Payk., Faun. suec, t. 2 (1789), p. 222 = 
assimulans Sturm., Cat. (1843), p. 61. 
Europe, Algérie. 

5. Chr. Solieri Cast. et Gory, Monogr., t. 2(1837), p. 10, 
pi. 2, f. 14 = consentanea Dej., Cat., 3 e éd. (1838), p. 90 = pini 
Kling., SUlt. Ent. Zeit. (1845), p. 347. 

Europe méridionale, Algérie. 

Les trois espèces qui précèdent sont suffisamment connues pour 
qu'il soit inutile de les décrire ; elles ne sont citées ici que pour 
mémoire, parce qu'elles ont été trouvées dans le nord de l'Afrique. 
En réalité, elles appartiennent à la grande faune paléarctique, 
dans laquelle est comprise la région méditerranéenne et je doute 
que leur habitat s'étende au delà de l'Atlas. 

6. Chr. intima nov. sp. — Obscure aenea, nitida, vertice 
fulgido, tarsis subcyaneis, elytris utrinque trifoveatis, foveis 

subvirescentibus ; capite antice punclato , fronte griseotomentosa et 
rugata, carina frontali arcuata et bisinnata, epislomo quadrisi- 
nuato; thorace subquadrato, transverso, transversim rugato, 
antice leviter sinuato, lobo medio antice subproducto , ad latera 
utrinque antica et postica rotundato, medio sinuato ; basi valde 
bisinuata ; elytris minute et conferlim punclatis, utrinque costatis, 
ad basin, in médium et post médium foveatis, foveis sublïlissime 
viridi-granulosis, ad latera postica serratis. Subtus punctata et 
granulosa; femoribus subsquammulatis ; segmento ultimo rotun- 
datim arcicato, medio carinato. — Long., 8; lat., 3 mm. 

D'un bronzé obscur et brillant avec le vertex d'un rouge feu, 
les tarses bleus et trois fossettes à fond finement granuleux et 
verdâtre sur chacune des élytres. 

Tête ponctuée sur le vertex et sillonnée de petites rides sur le 
front qui est couvert d'une villosité grisâtre et dont le fond est 
légèrement nuancé de vert ; carène frontale bisinuée et échancrée 
au milieu, épistome formée de quatre lobes arrondis et égaux 
entre eux. 

Pronotum transversal, subquadrangulaire, garni de rides trans- 
versales ; la marge antérieure très faiblement bisinuée avec le 
lobe médian peu avancé, les côtés tronqués antérieurement et 
postérieurement, légèrement sinués au milieu; la base fortement 
bisinuée avec le lobe médian large, avancé et arrondi. Écusson 
petit, triangulaire et granuleux. 

Elytres finement et régulièrement ponctués, plus larges que le 
pronotum à la base, arrondis à l'épaule avec le calus humerai 
saillant et allongé, les côtés droits jusqu'au delà de la moitié où ils 



251 

s'atténuent pour s'arrondir à l'extrémité, les bords postérieurs 
fortement dentés en scie à partir du milieu jusqu'au sommet; ils 
présentent de part et d'autre cinq côtes élevées y compris la 
suture et sont ornés de trois fossettes : la première au milieu et 
contre la base, dans le lobe ; la deuxième, discale, vers le tiers 
antérieur et à égale distance du bord extérieur et de la suture ; 
la troisième, vers le tiers supérieur, plus près du bord extérieur 
que de la suture. 

Dessous granuleux et ponctué; fémurs offrant une sculpture par- 
ticulière formée de rides irrégulières imitant des écailles ; der- 
nier segment abdominal longitudinalement caréné au milieu et 
échaneré à l'extrémité, l'échancrure arrondie. 

Delagoa Bay, un seul exemplaire cf ; ma collection. 

Cette jolie petite espèce rappelle les trois précédentes du groupe 
européen. Elle se distingue notamment de celles-ci par la disposi- 
tion toute spéciale de l'épistome qui se termine en quatre lobes 
arrondis. 

7. Chr. abyssinica Fairm., Ann. Soc. Ent. Fr., t. 60 
(1891), p. 243. 

Espèce bien caractérisée par sa forme allongée et oblongue, 
par ses côtes ély traies sinueuses et bien marquées et par l'absence 
de fossettes sur les élytres. Sa nuance varie du bronzé noir au 
bronzé clair et légèrement cuivreux. La seule espèce dont elle se 
rapproche est le Chr. œraria Harold. 

D'Abyssinie. 

8. Chr. smaragdinea nov. sp. — Oblongo ovata, splendide 
cœruleo viridis, nitida, tibiis tarsisqîie violaceis ; cajrite punctato, 
vertice longitudinaliter sulcato, carina frontali siniiata ; thorace 
punctato, transverso, subquadrato , ad latera itirinque arcuato ; 
elytris punctatis ,utrinque costulatis et ad basinbiimpressis. Subtus 
nitida, stemo tibiisque sqicammulatis, abdomine punctato, ad 
latera n 'trinque albido fossulato, segmento abdominis ultimo 
carinato, apice rotundatim emarginato. — Long. 10,5., lat. 4mm. 

Oblong-ovale, d'un superbe vert à reflets bleus avec les tibias et 
les tarses violacés. Tête ponctuée, carène frontale bisinuée, sur- 
montée d'un sillon transversal arqué; vertex longitudinalement 
sillonné; articles dentés des antennes cuivreux. Pronotum trans- 
versal, ponctué, très faiblement sinué en avant, fortement bisinué 
en arrière, le lobe médian offrant une fosette préscutellaire 
arrondie; les côtés à peine arqués. 

Élytres très finement granuleux et ponctués, un peu plus larges 
que le pronotum à la base, arrondis à l'épaule, légèrement sinués, 
et graduellement élargis jusqu'au tiers supérieur où ils offrent leur 



252 

plus grande largeur, atténués ensuite suivant une courbe régu- 
lière ; ils présentent chacun deux impressions à la base et offrent 
de part et d'autre cinq côtes élevées, y compris la suture, et plus 
accusées vers celle-ci que sur les côtés extérieurs. Dessous ponc- 
tué sur l'abdomen et squammeux sur le sternum ; fémurs paraissant 
garnis d'écaillés; segments abdominaux impressionnés de part et 
d'autre, le fond de l'impression garni d'une efflorescence d'un blanc 
jaunâtre; dernier segment caréné longitudinalement au milieu et 
échancré à l'extrémité; l'échancrure arrondie. 

Cap de Bonne-Espérance : un seul exempl. tf, de la collection 
R. Oberthùr, par Mnizsech. 

Cette espèce, par sa coloration et ses côtes ély traies ne peut 
être confondue avec aucune autre du groupe africain ; tout au plus 
pourrait-on la prendre pour la Chr. pantochlora Guér., mais les 
caractères de cette dernière espèce sont très différents. 

9. Chr. jsraria Har., Mon. Àc. Berl. (1878), p. 217. 

Cette espèce est voisine, mais très distincte, de Chr. abyssinica 
Fairm. Plus large et moins allongée que cette dernière, elle offre 
en outre un pronotum moins écourté et des côtes élytrales moins 
marquées; enfin la dentelure latérale des côtés postérieurs des 
élytres est très fine et très serrée, tandis qu'elle est large et 
espacée chez Y abyssinica. La coloration est d'un bronzé clair et 
doré. 

De Zanzibar. 

10. Chr. auripes Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1837), p. 9, 
pi. 2, f. 12. 

Prenant pour terme de comparaison le chr. dorsata Fab., géné- 
ralement connu et existant dans toutes les collections, on remarque 
que Y auripes est moins robuste que cette espèce; la carène fron- 
tale est bisinuée et échancrée au milieu, les rides concentriques 
du front ont leur centre commum plus près de la carène que de 
l'épistome; le pronotum est presqu'aussi large en avant qu'en 
arrière, ses côtés sont légèrement infléchis en avant et en arrière 
et droits au milieu ; les élytres offrent des côtes peu accusées mais 
sensibles à l'œil nu ; la couleur brillante des tibias, qui sont 
cuivreux, tranche sur la nuance foncière du dessous. 

Sénégal. 

11. Chr. capensis nov. sp. — Suparallela. aeneo cuprea, 
nitida; subtus aeno cuprea, medio corporis viridi-aureo, tibiis 
cîipreis, tarsis violascentibus ; capite punctato, fronte transversim 
striato, carina frontali subsinuata, epistomo via; sinuato, vertice 
viœ sulcato; thorace subquadrato, antice ad latera subdilatato, 
postice angulatim attenuato, dorso punctato et transversim rugato, 



253 

margine antica bisinuata, lobo medio antico amplo et producto, 
basi val de bisinuata; elytris densissime et subtilissime pmnctalis, 
utrinque ad basin bi-impressis, longe marginem extemam rugatis 
et serratis, dorso utrinque costato. Subites punctato; femoribus 
transversim rugatis ; abdominis segmenlo ultimo carinato. — 
Long., 7,5; lat., 3 mm. 

Espèce voisine de Chr. auripes Cast. et Gory, dont elle se 
distingue par la coloration du dessous, qui est verte au milieu ; 
les tibias sont cuivreux et les tarses violacés. La carène frontale 
est à peine sinuée, les rides du front au lieu d'être circulaires, 
sont parallèles, transversaux et ondulés au milieu ; le pronotum 
est plus large en haut qu'à la base, le lobe médian du sommet est 
très avancé et les côtés sont coupés obliquement vers la base à 
partir du milieu. La ponctuation élytrale est moins forte et la 
dentelure des côtés tout en remontant plus haut jusqu'à hauteur 
de l'épaule est plus petite et moins espacée que chez auripes. 

Du Cap de Bonne Espérance; un seul exempl. çf, coll. R. Ober- 
thiir, par Mnizsech. 

12. Chr. salebrosa nov. sp. — Aenea, subtus nitidior, elytris 
ad latera subpurpurascentibus , tarsis cyaneis ; capite antice 
transversim rugato et utrinque super antennas fossulato, carina 
frontali subarcuata; fronte super carinam arcuatim sulcata; 
thorace subquadralo, transversim et undulatim rugato, margine 
antica sinuata, lobo medio antico producto, lateribus utrinque 
sinuatis, basi valde bisinuata, lobo medio amplo et producto; 
scutello triangulari; elytris yunctatis, ad latera et ad basin 
utrinque valde rugatis, basi utrinque bifoveata, dorso costato. 
Subtils punclata, femoribus undulatim rugatis ; abdominis seg- 
mento ultimo arcuatim utrinque rugato, medio carinato. — Long., 
9 ; lat., 3, 5 mm. 

Voisine de l'espèce précédente quant au faciès, mais plus 
robuste et plus rugueuse ; elle s'en distingue notamment par la 
coloration uniforme du dessous, par la disposition toute spéciale 
des rides frontales et par les fossettes pré-antennaires. 

Elle est, en dessus, d'un bronzé obscur tournant au pourpre sur 
les côtés des élytres et les tarses sont bleus; le dessous est plus 
brillant que le dessus et d'un bronzé rougeâtre. 

Niam-Niam ; un seul exemplaire du Musée de Berlin, par 
Schlùter. 

13. Chr. pilifrons nov. sp. — Supra nigra, nitida, clypeo et 
antennis cupreis, subtus nitida, virescenti-nigra ; capite punctato, 
albido pubescenli, carina frontali laeviet acuta; fronte circulatim 
rugato , tliorace subquadrato, antice angusliori, postice valde 



254 

sinuato, ad latera sinuato, dorso aequaliter et subtiliter punctato 
atque transversim levissime rugato ; elytris ad latera grosse et 
confertim, in dorsum minute punctatis, basi utrinque U-impressa, 
disco transversim, laterïbus posticis longitudinaliter utrinque 
vage depressis. Subtus punctata, abdominis segmentis utrinque ad 
latera vage depressis et albido tomentosis, segmento ultimo cari- 
nato, summ-o tridentato et bilunato. Long. 13,5 mm., lat. 5,5 mm. 

D'un faciès rappelant celui de Chr. dorsata Fab., cette espèce 
s'en écarte par les côtes bien accentuées des élytres, par la nuance 
du clypeus et des antennes et par l'armature de l'extrémité du 
dernier segment abdominal dont la carène médiane s'avance de 
façon à séparerl'échancrure en deux; le segment est ainsi bi-échan- 
cré et tridenté. La tête est finement ponctuée et les rides concen- 
triques du front ont leur centre commun plus près de l'épistome 
que de la carène frontale qui est lisse, tranchante et droite. Le 
pronotum, un peu moins large au sommet qu'à la base, est sembla- 
ble, pour l'allure des côtés (qui constitue le meilleur guide pour 
la séparation des espèces africaines) à dorsata, tandis que l'écusson 
est en triangle allongé, curviligne et très aigu au sommet. La 
ponctuation des élytres est plus grossière que chez l'espèce qui 
précède taudis que les vagues dépressions qui se remarquent sur le 
disque et le long des côtés postérieurs sont les mêmes. 

Gabon : un seul exemplaire de la Coll. R. Oberthùr. 

14. Chr. pantochlora Guérin, Voy. Lefebv. (1847), p. 276, 
pi. 2, f. 2. 

La seule espèce africaine avec laquelle elle pourrait être confon- 
due est Chr. smaragdinea Kerr. qui précède. Comme celle-ci elle 
est d'un splendide vert métallique, aussi brillant en dessus qu'en 
dessous, mais le pronotum est large, transversal et ses côtés sont 
très arrondis ; les élytres sont à peine plus larges que le pronotum 
à la base et n'ont pas de côtes; ils sont plus grossièrement 
ponctués, plus rugueux que chez smaragdinea et la dentelure 
des côtés est à peine sensible à l'œil nu. 

Je rapporte à cette espèce un exemplaire de TAbyssinie, de la 
collection R. Oberthùr. 

15. Chr. empyrea Gerst., Arcli.fur Nat., t. 37 (1871), p. 53; 
von der Deken's Reis., t. 3, pt. 2, p. 143, pi. 8, f. 2. 

Espèce voisine de cyanicollis Cast. et Gory qui suit (n° 17) et 
plus voisine encore de liowas Kerr. (n° 18). Le front est d'un 
vert métallique clair et brillant, le vertex rouge-feu; le pronotum 
est beaucoup plus large au sommet qu'à la base, droit sur les 
côtés antérieurs jusqu'au milieu, ensuite obliquement atténué; 
il est d'un vert bleuâtre très brillant avec les côtés d'un rouge 



255 

feu. Les élytres sont d'un vert foncé ou d'un bronzé verdâtre 
tandis que le dessous est verdâtre au milieu avec les côtés nuancés 
de pourpre violacé. 
Mozambique. 

16. Chr. guttata Oliv., Entom., t. 2 (1790), gen. 32, p. 69, 
pi. 6, f. 58 — picticollis Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1837), 
p. 4, pi. 1, f. 4 = iridicolor Thoms., Typ. Bupr., 1878, p. 79. 

Ressemble à Vempyrea qui précède, mais plus robuste et moins 
écourtée que cette espèce, avec les côtés du pronotum sinués. 
Ce dernier est plus large en arrière qu'en avant. 

La coloration est très variable ; le rouge des côtés du pronotum 
envahit souvent la base de celui-ci, dont le disque passe du vert 
doré clair au vert obscur et les élytres sont cuivreux, verts, bleus 
ou violets avec tous les tons intermédiaires. Le dessous, toujours 
vert métallique au milieu, est aussi très variable sur les côtes mais 
le plus souvent d'un cuivreux éclatant. 

Du Sénégal. 

17. Chr. cyanicollis Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (lS37),p. 5, 
pi. 1, f. 5. 

Facilement reconnaissable à son front bleu clair, au vertex 
d'un pourpre violacé, au pronotum d'un beau bleu clair avec 
une très faible ligne médiane violacée, aux élytres bronzés, au 
dessous d'un beau vert clair au milieu, et à sa forme générale 
écourtée. 

Madagascar. 

18. Chr. howas nov. sp. — Oblongo-ovata. capite antice 
viridi-metallico , postice purpureo; tliorace viridi metallico, ad 
latera purpureo, dorso longe basin inlerdum purpureo ; elytris 
aeneis ; subtus viridi melallica, pedibus cwpreo-aeneis ; carina 
frontali producta et lobata, capite punctato, fronte rotundatim 

rugato; tliorace punctato, antice sinuato, lobo medio producto et 
rotundato, ad latera sinuato, angulis anticis acutis et productis, 
basi valde bisinuata, lobo medio basali rotundato; elytris subti- 
lissime punclatis, subconvexis, dorso vage transversim foveato. 
Subtus punctata; femoribus transversim rugatis; abdominis 
segmento ullimo carinato et apice angulatim lunato. — Long., 
7-10; lat., 3-5 mm. 

Très voisine de cyanicollis qui précède, elle s'en distingue 
notamment, outre le système de coloration toujours constant dans 
les deux espèces, par le pronotum plus allongé et moins sinué sur 
les côtés ; l'angle antérieur, très aigu et très avancé chez l'espèce 
précédente, est ici moins accentué. 

Madagascar ; coll. R. Oberthiir. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 22 



256 

19. Chrys. rugifrons nov. sp. — Oblongo-ovata, apice atte- 
nuala, capite tkoraceque cuprei-viridibws, vertice purpureo; 
elytris viridibus, subbrunneis ; subtus nitida, viridi metaUica; 
capite antice longiludinaliter rugato, postice grosse punctato ; 
carina frontali producta, leviter arcua'a; thorace subquadrato, 
antice ampliori, margine antica bisinuata, lobo medio antico pro- 
dwcto, adlatera vix arcuato, basi valde sinuata, lobo medio roiun- 
dato, dorso subtilissime granulato et densusime punctato ; scutello 
minuto, triangulari ; elytris minute et dense punctatis, utrinque ad 
basin foveatis, dorso leviter transversim impresso, ad latera 
post médium serratis. Subtus punctata, subrugata; femoribus 
transversim rugatis. — Long., 1 1 ; lat., 5 mm. 

Cette espèce se rapproche, pour le faciès, de Chr. dorsataF&b., 
mais elle en diffère par la forme du pronotum qui est plus large en 
avant qu'en arrière, par l'allure des rides frontales qui ne sont 
pas concentriques, et par la coloration. La tête et le pronotum 
sont d'un vert cuivreux, le vertex d'un pourpré violacé obscur, 
les élytres d'un vert brillant légèrement brunâtre et le dessous 
ainsi que les pattes sont d'un vert métallique brillant. 

Bagamoyo; un seul exemplaire de la coll. R. Oberthùr. 

20. Ohrys. rotundicollis nov. sp. — Oblonga, supra 
virescenti-cyanea, subtus nitida, nigro-viridis ; capite postice 
grosse punctato, antice de})resso, punctato et irregulariler mgato, 
post epistomum, inter cavitates antennarum, transversim impresso ; 
carina frontali subsinuata ; thorace transverso, utrinque ad latera 
leviter transversim- et undulatim rugato, dorso picnctato, antice 
sinualo, lobo medio antico producto, laterïbus valde rotundatis, 
ad basin valde bisinuato, lobo medio basali lato, producto et 
rotundato; elytris leviter granulalis et subtile punctatis, utrinque 
ad basin bifoveatis, dorso leviter transversim impresso, ad latera 
utrinque post médium serratis. Subtus irregulariler rugata. — 
Long., 10; lat., 4,5 mm. 

Le pronotum relativement court et ayant les côtés très arrondis, 
la fossette transversale qui se remarque au dessus de l'épistome 
entre les cavités antennaires, la nuance d'un bleu verdàtre sombre 
en dessus et d'un noir verdàtre brillant en dessous distinguent 
cette espèce de toutes celles qui précèdent. 

Mozambique; un seul exemplaire de la coll. R. Oberthùr, par 
J. Thomson. 

21.CHRYs.REGRADATAWallengr.,^^om.7 7 ^^r.,1881, p. 16. 

C'est avec doute que je maintiens cette espèce, dont je n'ai pas 
vu le type, et que je soupçonne fort n'être qu'une des nombreuses 
formes de Chr. dorsata Fab.; si je l'ai maintenue, c'est que, 



257 

d'après l'auteur, elle semble avoir les côtés du pronotum parallèles. 
Au surplus, voici le texte de Wallengreen : 

Aenea, niticla; capite rugoso-punctato , fronte refusa, longitu- 
dinaliter sat profunde canaliculata, margine clypei sinuato; 
prothorace transverso, elytris angustiore, basi apiceque bisinuato, 
lateribus parallelis, marginatis, confertim transverse strigoso, 
dorso xquali; elytris obscure œneis, confertim rude puncïatis, 
basiunifoveolalisjitcmerisoblongo elevatis, margine laterali postice 
serrulato; corpore infra magis œneo, ventre immaculato ;femoribus 
anticis valde incrassatis, subtus dente validissimo armatus. — 
Long., 8-9 mill. 

Transvaal. 

Le type de cette espèce se trouve au Musée du Lycée de Malmoë 
(Suède), où il est conservé avec un soin si jaloux, que jamais 
personne n'a pu l'avoir en communication. 

22. Chrys. foveicollis nov. sp. — Oblonga, supra subvires- 
centi nigra, subtus nigra abdominis segmentis postice sub cupreo- 
cinctis; capite postice grosse punctato, antice reticulato, vice 
circulation rugato, carina frontali snbsinuata; thorace subqua- 
drato, transverso, dorso modice, ad latera grosse et confertim 
punctato, dorsoque utrinque angulatim fossulato, antice sinuato, 
lobo medio antico producto, ad latera subsinuato, angulis anticis 
modice productis, basi valde sinuata, lobo medio basali amplo et 
rotundaio; elytris in dorsum modice, ad latera grosse et confertim 
punctatis, post médium utrinque serralis, basi bifoveata, dorso 
transversim et suboblique depresso. Subtus grosse et confertim punc- 
tata ; femoribios undulatim rugalis. — Long. 11,5 ; Jat. 4,5 mm. 

Voisine, quant à l'ensemble du faciès, de dorsata Fab., mais 
avec les côtés du pronotum parallèles et légèrement sinueux au 
milieu, le pronotum grossièrement ponctué sur les côtés, le disque 
finement ponctué et présentant au milieu et au dessus de l'écusson 
deux dépressions ou fossettes anguleuses. Le dessous est d'un 
cuivreux sombre, quoique brillant. 

La Réunion ; un seul exempl. du Musée de Dresde. 

23. Chr. cincta nov. sp. — Oblonga, supra nigra, nitida, 
subvirescens, capite thoraeeque ad latera cuprescentei viridibus, 
elytris ad basin et ad latera aniica virescenlibus ; subtus viridi- 
metallica nitidissima, abdominis segmentis quatuor ultimis obscu- 
rioribus ; capite antice valde depresso et drculatim rugato, postice 
grosse punctato, carina frontali arcuatim et subangulatim pro- 
ducta, post carinam vertice arcuatim sulcato; thorace transverso, 
subquadrato, dorso punctato, ad latera transversim rugato, antice 
subrecto, postice valde bisinuato, lobo medio basali rotundaio et 



258 

producto, lateribus anticis subrotundatis, mediis sinuatis, posticis 
oblique attenualis; elytris punctatis, ad basin utrinque biimpressis, 
dorso transversim vage impresso, lateribus posticis serratis. 
Subtus punctata ; femoribus transversim rugatis; abdominis seg- 
mento ultimo longitudinaliter carinato, utrinque longitudinaliter 
rugato, apice tridentato et arcuato, dente média minuta — Long., 
12; lat., 4,5 mm. 

Espèce voisine de dorsata Fab., mais distincte de celle-ci par 
la forme du pronotum qui est aussi large en avant qu'en arrière, 
sinué sur les côtés, et par la coloration d'un noir brillant .légère- 
ment verdàtre avec la tête et les côtés du pronotum d'un vert doré 
cuivreux et brillant, la base et les côtés antérieurs du pronotum 
nuancés de vert et le dessous d'un vert métallique très brillant 
avec les quatre derniers segments abdominaux sombres. 

Du Gabon; deux exemplaires de la Coll. R. Oberthur. 

24. Chrys. indigacea nov. sp. — Curta, suboblongi, nitida, 

cyaneo nigra; subtics nigra; capite antice bicirculatim rugato, 

poslice punctato, carina frontali subrecta ; fronte post carinam 

arcuatim sulcata ; thorace snbquadrato, anlice bisinuato, lobo medio 

producto et rotundato, postice angustiori, ad latera arcuato et 

transversim rugato, dorso tenuissime punclalo; elytris subtile 

punclatis, ad basin utrinque bifoveatis, dorso vage impresso, ad 

latera transversim, vage rugatis, post médium serratis. Subtus 

punctata; femoribus transversim rugatis; segmento abdominis 

ultimo apice lunalo et bidentalo, medio carinato. — Long. 8 ; lat., 

3,5 mm. 

La forme générale de cette espèce est plus trappue que celle de 
dorsata Fabr. ; elle est aussi moins robuste que celle-ci, et d'un 
bleu sombre en dessus. Le pronotum est transversal, bisinué en 
avant avec le lobe médian arrondi et avancé, plus large en avant 
qu'en arrrière et ses côtés sont franchement arqués. 

Mozambique et Bagamoyo (coll. Oberthur); Zanguebar (Musée 
de Berlin). 

25. Chrys. curta nov. sp. — Curta, suboblonga, nitida, supra 
viridi aenea, capite viridi aurato antice in frontis depressionem 
et justice cupreo aenea; subtus aenea; capite antice circulatim 
rugato, postice grosse punclato, longe oculos subsquammoso, carina 
frontali arcuata, medio producta ; fronte supra carinam arcuatim, 
vertice longitudinaliter sulcata; thorace transverso, subquadrato, 
postice leviter angustiori, ad latera utrinque rugato, dorso punc- 
tato, antice bisinuato, lobo medio antico producto, ad latera 
utrinque arcuato, basi valde sinuata, lobo medio basait rotundatim 
producto; elytris densissime punctatis et granulatis, utrinque ad 



259 

latera rugatis et ad basin Mimpressis, dorso medio nage impresso, 
laterïbus posiicis serratis. Subtus pun data ;femoribus transversim 
rugatis; abdominis segmento ultimo apice emarginato, medio 
carinato. — Long. 10; lat. 4 mm. 

Voisine de la précédente, mais un peu plus robuste et plus 
élargie que celle-ci et d'un bronzé verdàtre en dessus avec le 
vertex et la dépression frontale le plus souvent d'un bronzé 
obscur tandis que l'épistome et la région avoisinant les yeux sont 
parfois d'un vert brillant; dessous bronzé. 

Du Zanguebar : Musée de Dresde; coll. Oberthûr et Kerremans. 

26. Chr. cuprina Klug. ; Symb. Pliys. (1829), I. 392, pi. 3, 
f. 13 = œneifrons Fairm., Mission Revoit, Col. (1882), p. 53. 

Je réunis au cuprina de Klug., le cJir. œneifrons Fairm., 
considérant le premier comme le tf de la seconde. 
Ambukhol, Somalis. 

27. Chrys. picipesnov. sp. — Elongata, oblongo-ovata, supra 
nigra, subtus nigro jncea anlennis, abdominis segmentis pedibus- 
quebrunneis\ capite punctato, fronte circulatim rugala, vertice 
longitudin aliter sulcato ; thorace subquadrato,antice leviter angus- 
tiori et sinuato, ad latera leriter sinuato et dense transversim 
rugato, basi valde sinuata, lobo medio basali producto et rotun- 
dalo, dorso punctato; elytris punctalis, utrinque ad latera rugatis 
et post médium serratis, basi biimpressa. Subtus punctata ; abdo- 
minis segmentis quatuor primis leviter sulcatis, ultimo carinato; 
femoribus transversim rugatis. — Long., 9,5-12; lat., 3,5-4,5 mm. 

Cette espèce est plus allongée et plus élancée que celles qui 
précèdent et que Chr. dorsata dont elle offre plusieurs caractères, 
notamment la forme du pronotum qui est légèrement atténué en 
avant avec les côtés sinueux, mais sa coloration toute spéciale, 
très rare chez les Chrysobothrines, est d'un brun de pcix en 
dessous avec les antennes, les pattes et l'abdomen d'un brun clair. 

Borna et Léopoldville (Congo); -Karéma (côte orientale du 
Tanganika); ma collection. 

28. Chrys. nigrita nov. sp. — Oblongo-ovata, supra nigra, 
capite nitido , viridi ; subtus viridis, abdom?iis segmentis obscurio- 
rïbus ; capite antice depresso et circulatim rugato, carina frontali 
subrotundata, antice medio producta, postice arcuatim sulcata, 
vertice longitudinaliter sulcato; tliorace transverso, sublxm , 
dorso vix punctato, ad latera utrinque confertim punctato, antice 
leviter sinuato, lobo medio anlico vix producto, ad latera vix 
sinuato , basi valde bisinnata , lobo medio basali producto et 
rotundalo; elytris sublœvibus, densissime et leviter punctatis, ad 
basin utrinque bifoveatis, dorso vix transversim impresso longe 



260 

marginem externam tUrinque vage impressis, ad latera postice 
serratis. Subtils punctata, femoribus transversim rugatis. — 
Long., 12,5; lat.,5 mm. 

Espèce très voisine de dorsata qui suit et dont elle se distingue 
par le pronotura relativement court, non transversalement ridé 
sur les côtés, mais seulement ponctué, la ponctuation plus gros- 
sière et plus dense que sur le disque où elleesttrès peu prononcée, 
quoique régulière; les côtés du pronotum sont presque droits, à 
peine sinués et très légèrement obliques 

Un seul exemplaire de l'Ogowé; ma collection. 

29. Chrys. dorsata Fab., Mantiss. Ins., t. 1 (1787), p. 179 = 
serrata Fab., Ent. Syst., t. 2 (1794), p. 200 = spinipes Thunb., 
Nov. Act. Upsal., t. 9 (1827), p. 42 = chalcophana Klug, 
Symb. Pliys. (1829), p. 38, pi. 3, f. 12 = boschismani Cast. et 
Gory, Monogr., t. 2 (1837), p. 5, pi. 1, f. 6 = Sparmanni Cast. 
et Gory, l. c, p. 6, pi. 2, f. 8 = caffra Cast. et Gory, l. c. 
p. 8, pi. 2, f. 10= spinimana et cuprina T)e'y,Cat., 2 e éd. (1838), 
p. 90 = Deyrollei Thoms., Àrch. Ent., t. 2 (1858), p. 73 = 
spuriaMàrs., Abeille, t. 2 (1865), p. 1 1 1 = roseiventris Thoms , 
Typ. Bupr., 1878, p. 79 == impressifrons Fairm. C. R. Soc. Ent, 
Belg., t. 28 (1884), p. 145 = îaeviuscula Fairm., Ann.Soc. Ent. 
Fr., t. 60 (1891), p. 243 = dentala Klug mss. = Boccandei 
La Ferté mss. 

Les formes décrites sous les noms qui précèdent ne me 
semblent pas pouvoir être séparées de Chrys. dorsata F 'ab., et 
paraissent n'être que des variations detail'e, de couleur et peut- 
être de localité. Les nombreux exemplaires que j'ai pu examiner 
montrent tous la même stucture, et la forme du pronotum, 
légèrement atténué en avant et sinué sur les côtés, est invariable- 
ment la même; quant à la nuance du front, elle pourrait n'être 
qu'une simple différence sexuelle, tous les <$<$ qu'il ma été donné 
d'examiner ayant le front plus brillant que celui des 99» e ^ I e 
plus souvent d'un vert métallique. 

C'est ainsi que le Chrys. clialcophana Klug, n'est, suivant moi 
qu'un dorsata Fab. un peu plus robuste que le type, et d'un bronzé 
cuivreux clair, et que les Chrys. Sparmanni, cafra et spinimana 
offrent, sur les élytres des traces de côtes à peine sensibles. 

Cette espèce est commune dans toute l'Afrique, du Nord au Sud 
et de l'Est à l'Ouest, sauf dans la région Méditerranéenne et à 
Madagascar, d'où je n'en ai pas vu un seul exemplaire. Elle existe 
aussi aux îles Maurice et La Réunion. 



261 



DESCRIPTIONS OF SOME NEW SPECIES 
of DONACINjE and CRIOCERINjE 

CONTAINED IN THE BRUSSELS MUSEUM AND THAT OF MY OWN, 

by Martin Jacoby. 

Donacia frontalis n. sp. — Narrow and parallel, œneous, 
above glabrous, the head with two tubercles ; thorax not longer 
than broad, closely pimctured, nonstrigose; elytra closely punc- 
tate-striate, the interstices transversely strigose throughout, the 
apex truncate. 

Length. 3 1/2 lines. 

Of very narrowly-elongate, almost subcylindrical shape, the 
head rather produced, the eyes large, the intermediate space 
raised into two distinct tubercles which are divided by a longitu- 
dinal groove, the entire surface of the head very closely punc- 
tured, the clypeus and labrum closely pubescent, the antennse 
extending scarcely, to the middle of the elytra in the female 
black, the basai joint obscure cupreous, the third joint but 
slightly longer than the second, the fourth one half longer than 
1he preceding, thefifth joint nearly double the length ofthe fourth; 
thorax subquadrate, scarcely longer than broad, the sides dis- 
tinctly swollen from the apex to the middle where a distinct 
construction is visible, the anterior angles without any tubercles, 
the surface slightly convex, closely and finely punctured without 
any transverse strigse, the middle ofthe dise with an indistinct 
short longitudinal groove; scutellum large, pubescent; elytra 
with a slight suturai dépression below the base, regularly and 
distinctly punctate-striate, the interstices finely transversely 
strigose; underside densely clothed with silvery pubescence, legs 
obscure cupreous, the posterior femora unarmed and extending to 
the first three abdominal segments. 

Bab.: China, Woosong (from Chapuis' collection, in that ofthe 
Brussels Muséum and my own). 

The narrow and parallel shape of this species, the tubercles 
between the eyes and the sculpture of the thorax, are its principal 
characteristic, the three spécimens before me seem to be ail 
females. 

Donacia recticollis n. sp. — Fuscotis and closely pubescent, 
the antennœ and legs fîdvotis, thorax obscure œneous very finely 



262 

strigose, elytra dark fichons, strongly punctate-striate, the 
interstices smooth* slightly convex. 

Length 4 Unes. 

Head greenish aeneous, the base with a narrow transverse 
fulvous band, very finely punctured and strigose, clothed with 
very short pubescence only visible under a strong lens, the space 
between the eyes with a longitudinal narrow groove, labrum and 
mandibles fulvous, antennse about half the length of the body, 
fulvous, the apex of each joint stained with fuscous, the basai 
joint entirely of that colour, the third joint more than twice the 
length of the second, the fourth the longest, the terminal joints 
much shorter; thorax subquadrate, slightly broader than long, 
its sides perfectly straight, the anterior angles very slightly tuber- 
culate, the dise with a dépression at each side and a rather deep 
fovea near the base, greenish-aeneous, the margins more fulvous, 
the surface impunctate, very finely strigose at the sides and more 
strongly so near the base; scutellum pubescent; elytra strongly 
flattened, slightly depressedbelow the base near the suture ; fulvous, 
the punctures strong and regular, the interstices entirely smooth, 
raised near the sides and at the apex, the latter truncate; legs 
slender, fulvous, the femora with a more or less distinct elongate 
aeneous markat their upper surface and armed with an acute tooth 
below near the apex; underside densely covered with whitish 
pubescence. 

Edb.\ India, Berhampur. In the collection of the Calcutta Muséum 
and that of my own. 

Although evidently closely allied to D. Delesserti Lac, the 
présent species differs in the elongate third joint of the antennae, 
the straight sides of the thorax and the entirely smooth elytral 
interstices also in their fulvous colour. 

Lema africanan. sp. — Fulvous, the dise of the thorax, the 
breast and part of the abdomen black, thorax subquadrate, nearly 
impunctate; elytra strongly punctate-striate, the interstices with 
a fewfine punctures, fulvous, a transverse band below the middle, 
black. 

Var. : Thorax fulvous with two black spots, underside fulvous, 
the sides of the breast with a black spot. 

Length 3 i/s-4 Unes. 

Head deeply constricted behind the eyes, the vertex with two 
strongly raised tubercles, eyes not very deeply notched, antennœ 
not extending to the middle of the elytra," fulvous, the first 
four joints shining, the rest opaque, terminal joint fuscous, the 
third and fourth equal; thorax subquadrate, modéra tely deeply 



263 

constricted at the sides, the dise with a double row of very minute 
punctures, the basai sulcus rather deep, the entire dise black, the 
sides fulvous; scutellum truncate at its apex; elytra with a slight 
dépression below the base, the latter rather swollen, the punctures 
strong anteriorly, finer below the middle, the ninth row entire, 
the interstices flat throughout, impressed hère and there with a 
few minute pnnetures, a transverse band below the middle, not 
extending to the sides, black; the breast and abdomen, the last 
two segments excepted, and the claws black. 

Eab. : Africa, Sierra-Leone (Collection Jacoby). 

I kow of no similarly coloured species described, which will 
find its place probably near L. uslulata Lac. In the variety the 
black dise of the thorax is replaced by two small spots and the 
elytral band is much wider than in the type, but structural diffé- 
rences I cannot find ; it is probable that the species is subject to a 
good deal of variation in regard to colour. 

Lema atrofasciata n. sp. — Fulvous, the Jiead anteriorly, the 
antennx [the basai joint excepted), the apex of the four posterior 
femora, the tarsi and the breast, blach, thorax impunctate, elytra 
strongly punclate-striate, fulvous, each with a broad longitudinal 
band not extending to the base or the apex. 

Leugth 2 lines. 

Head sparingly pubescent, fulvous, the vertex finely punctured, 
the eyes large, broadly but not deeply notched, lower portion 
of the face, black, terminal joint of the palpi, acute, autennae 
slender, nearly extending to the middle of the elytra, the 
third and fourth joints equal, each longer than the second 
joint, the basai joint fulvous, the others black or obscure fulvous, 
stained more or less with black, the terminal joints but slightly 
thickened; thorax not longer than broad, the basai sulcus very 
deep, the surface impunctate; scutellum black, its apex sinuate; 
elytra with a very slight dépression below the base, strongly 
punctate-striate, the interstices costate at the sides and at the 
apex, impunctate, each elytron with a broad black band, pointed 
and abbreviated at the apex and extending laterally from the 
second to the seventh row of punctures; the breast and the sides 
of the first abdominal segment as well as the posterior half of the 
four posterior femora and the tarsi, more or less, black, sparingly 
clothed with yellow pubescence. 

Hab. : Africa, Cameroos. 

Easily known by the black band of the elytra. Several spécimens 
are contained in my collection. 



264 

Lema transvalensis n. sp. — Broaà and robust, jjale 
flavous, the antennae [the first joint excepted), the knees and the tarsi, 
black; thorax stibquadrate, punctured medially and anteriorly, 
elytra strongly pîmctate-striate, the interstices with a single row 
of fine but distinct punctures. 

Length 4 1/2 lines. . 

Of broadly subquadrate shape and of very pale flavous colour, the 
head constricted behind the eyes, the space in front of the latter 
finely rugose, antennse with the basai joint flavous, the second 
small and globular, black, the third and fourth equal, short, 
shining, the three following joints pubescent (the others broken 
off), thorax subquadrate, deeply constricted at the middle, the dise 
with several rows of very fine punctures at the middle and some 
others near the anterior angles; scutellum truncate at its apex; 
elytra much broader than the thorax, the basai portion slightly 
raised, strongly impressed with large somewhat elongate punc- 
tures, which diminish gradually in size towards the apex, the 
interstices with a single row of fine punctures, the ninth row 
entire, the shoulders smooth and impunctate; underside and legs 
flavous, the knees, tarsi and clawjoints black, mesosternum finely 
rugose throughout; the apex of the tibias at the inner side black 
and clothed with yelîow pubescence. 

Eab : Africa, Transvaal (my collection). 

The single spécimen, contained in my collection is no doubt 
closely allied to L. crassipes Lac, L. jolofa, and several others 
from Madagascar, but it differs from ail in the non-rugose elytral 
interstices which are distinetly punctured and in the colour of the 
knees and tibias; the thorax has also three or four rows of fine 
punctures, instead of two as is gênerai ly the case. L. pallida Cl. 
has an impunctate thorax and L. rufo-adumbrata Cl. has diffe- 
rently coloured legs and antennae. 

Lema turgida n. sp. — Palefuhous, the last six joints of the 
antenme and the tarsi, black, thorax subquadrate, nearly impunc- 
tate, elytra convex, strongly punctale-striate, the ninth striœ 
entire. 

Var. Legs nearly entirely black. 

Length 3 5/4-4 lines. 
Head deeply constricted behind the eyes, the latter deeply notched, 
clypeus rather swollen, impunctate, palpi strongly robust, antennae 
extending a little beyond the base of the elytra, the lower four 
joints and the base of the fifth fulvous, the other joints black, 
gradually and strongly widened, the terminal joints scarcely longer 
than broad; thorax subquadrate, but moderately constricted atthe 



265 

sides, the basai sulcus indistinct, the surface rather flattened, with 
a few very minute punctures at the middle of the dise and a small 
fovea at the middle of the basai sulcus; scutellum not longer than 
broad; elytra subcylindrical, the basai portion moderately raised, 
deeply punctate-striate, the interstices impunctate, flat, exceptnear 
the apex , where they are slightly con vex , the latéral margin strongly 
raised and accompanied by a deep row of punctures, underside and 
legs fulvous, a spot at the sides of the breast, the extrême apex of 
the tibiae and the tarsi, black. 

Hab. '. Africa, Gaboon (my collection). 

L. turgida differs principally from any of its African allies by 
the nearly impunctate and subquadrate thorax and the colour of 
the underside and legs in connection with the short robust antennae 
which gives the species the appearance of a Crioceris, especially 
that of C. sanguinea Clark; it is however a true Lema, the variety 
does not diflfer except in the colour of the legs. 

Lema lateralis n. sp. — Dark metallic blue, antenne black, 
the upper part of the head, the thorax and the abdomen, fulvous ; 
thorax impunctate; elytra metallic blue, strongly punctate-striate, 
the sides with a fulvous band, the ninth row of punctures entire. 
Length 2 1/2 lines. 

Head not constricted behind, impunctate, the vertex fulvous, the 
lower portion and the space surrounding the eyes, bluish-black, 
eyes deeply notched, antennae not extending to half the length of 
the elytra, gradually widened towards the terminal joints, black, 
the third and fotirth joints equal; thorax not longer than broad, ful- 
vous, the sides but moderately constricted at the middle, the basai 
sulcus deep and placed nearly at the middle, the surface impunc- 
tate; scutellum piceous; elytra without basai dépression, the punc- 
tures deep, gradually diminishing in size posteriorly, the interstices 
slighly couvex at the apex, the surface metallic blue, the sides with 
afulvous band, commencing at the shoulder, strongly widened at the 
middle and abbreviated before the apex; the breast and legs dark 
bluish-black, the abdomen fulvous. 

Eab. : India (my collection). 

L. lateralis seems closely allied in coloration to L. praeclara 
Clark, likewise from India, but differs in the colour of the antennae 
and that of the underside and legs. I ara indebted to M. Duvivier 
for this beautiful species. 

Lema glabricollis n. sp. — Riifous ; thorax slighily longer 
than broad, impunctate; elytra with a short basai dépression, 
deeply punctate-striate, violaceous-blue, tlie extrême apex fulvous 
ninth row of punctures entire. 

Length 2 3/4 lines. 



266 

Head impunctate, not constricted behind the eyes, the space 
between the eyes raised, not divided by a groove, eyes not very 
deeply notched, clypeus and labrum piceous, antennœ fulvous, exten- 
ding to half the length of the elytra, the third and fourth joints 
equal, the terniraal joints not thickened ; thorax slightly longer 
than broad, the anterior portion rather strongly transversely wide- 
ned, the sides not very deeply constricted, the upper margin of the 
constriction in shape of an acute edge, \*hen viewed sideways, the 
basai sulcus deep and placed at some distance from the base, the 
surface entirely impunctate, rufous ; scutellum fulvous, its apex 
emarginate ; elytra with a short but distinct dépression below 
the base, deeply and strongly punctate-striate, theinterstices convex 
at the apex, slightly rugose anteriorly, the surface, violaceous-blue, 
the extrême apex fulvous ; underside aud legs rufous, clothed with 
golden-yellow pubescence. 

Eab, : Cambodga, also Malacca (Coll. Brussels Muséum and 
Jacoby). 

The fulvous colour of the antennas, that of the legs, the impunc- 
tate thorax distinguishes this species from L. slriato-punctata 
Lac. and the colour of the elytra, from other species from this 
région ; four spécimens formerly in the collection of Chapuis, 
are before me. 

liema multimaculata n. sp. — Fulvous, the antennœ [the four 
basai joints excepted), the apex of the femora. that of the tibia and 
the tarsi, black; thorax subquadrate, nearly impunctate; elytra 
strongly punctate-striate, the interstices finely punctured, the 
scutellum, a spot on the shoulder, a second one before and a third 
below the middle, blach, abdomen spotted with black. 

Length 3 Unes. 

Head not constricted behind the eyes, impunctate, the latter 
deeply notched, the clypeus impunctate, antennse short, exten- 
ding only to the base of the elytra, black, the lower four joints 
more or less fulvous, shining, the rest opaque, pubescent, third 
and fourth joints short, equal; thorax subquadrate, with a few 
scarcely perceptible punctures at the dise, the basai sulcus not 
very deeply impressed; elytra without basai dépression, closely 
and deeply punctate-striate, the interstices with a single row of 
punctures, a spot surrounding the scutellum, the latter itself, 
a small spot on the shoulder, another near the suture before the 
middle and a larger one near the apex, black, the interstices 
flat; the ninth row of punctures entire, the sides of the breast 
and a large spot at the sides of the first two abdominal segments, 
black, the latter as well as the entire underside impubescent 



267 

and shining, nearly impunctate, the apex of the femora (the 
anterior four to a greater extend), the tibiae more or less and the 
tarsi, entirely black. 

Hab. : Hongkong. 

A single spécimen, formerly in the Chapuis collection and 
named L. scutata is contained in the Brussels Muséum, the spe- 
cies is not difficult to recognize on account of the sculpture and 
pattern of the elytra. 

Lema Severini n. sp. — Black, above fulvous ; thorax 
broader tlian long with a latéral anterior sulcus ', finely punctured; 
elytra very deeply and closely punctate-striate, the ninth row 
entire, the interstices convex at the apex. 

Length 2 lines. 

Head not constricted behind the eyes, the latéral grooves nearly 
absent, clypeus and labrum black, antennae not extending to half 
the length of the elytra, black, the basai joint fulvous, the third 
and fourth joints equal; thorax short, the anterior portion trans- 
verse, broader than the length of the thorax, the angles rather 
distinct, the sides with a transverse sulcus anteriorly, the basai 
sulcus very distinct, the surface with some fine punctures at the 
middle of the dise; scutellum truncate at the apex; elytra slightly 
and gradually depressed below the base, fulvous, very closely and 
strongly punctate-striate, the interstices somewhat convex at the 
base and at the apex, impunctate; underside black, sparingly 
pubescent, the base of the anterior tibias and the apex of the 
abdomen more or less fulvous. 

Eab. : Australia, Clarence River (in the collection of the 
Brussels Muséum, and that of my own, formerly in the Chapuis 
collection). 

This species resembles L. hœmatomelas in coloration but may 
be known by the latéral anterior sulcus of the thorax (resem- 
bling in that respect L. coromandeliana), the principal diffé- 
rence however, separating L. Severini from most of its allies, 
may be found in the almost entire absence of the supra-orbital 
grooves of the head. 

Lema Semperi n. sp. — Rufous, antennse flânons ; thorax 
subcylindrical, impunctate, elytra metallic Mue, finely punctate- 
striate, the apex fulvous. 

Var. : Tibias black at their outer margin. 

Length 2 1/2 lines. 

Head impunctate, deeply constricted behind the eyes, the latter 
very prominent, the intermediate space without a groove, scarcely 
raised, the entire surface fulvous, antennae extending slightly 



268 

beyond the base of the elytra, flavous, the lower four joints 
shining, the others opaque, pubescent; thorax slightly longer than 
broad, not much widened anteriorly, the sides rounded at the 
angles, the latéral constnction deep, the basai sulcus rather deep, 
the surface entirely impunctate; scutellum fulvous, its apex 
rounded; elytra with a small but distinct dépression below the 
base, bright metallic blue, the apex fulvous, the punctures widely 
placed, strong within the dépression, fine posteriorly and nearly 
obsolète at the sides and apex, the ninth row entire ; the inter- 
stices flat and smooth, underside and legs fulvous, sparingly clothed 
with yellow pubescence ; posterior femora not extending beyond 
the first two abdominal segments. 

Hàb. : Isabela, Philippine Islands (Semper). In the collection of 
the Brussels Muséum and that of my own. 

Of similar coloration than L. glabricollis ,but the elytral punctua- 
tion very fine and the fulvous colour of the apex of greater extend. 

Lema Staudingeri n. sp. — Pale fulvous, the antennœ 
stained with fus cous, the apical halfofthe elytra dark violaceous; 
thorax impunctate, elytra with deep basai dépression, strongly 
punctate-striate anteriorly, abdomen obscure piceous. 

Lengih 2 i/-2 lines. 

Head impunctate, fulvous, eyes nearly entire, carina distinct, 
short, labrum black, antennae slender and long, fulvous, the 
lower joints stained with fuscous at the apex, the eighth, ninth 
and tenth joints entirely of that colour, the terminal joint obscure 
fulvous, third and fourth joints equal ; thorax scarcely longer than 
broad, the anterior portion strongly swollen, widened anteriorly, 
the basai sulcus deep, the surface entirely impunctate : elytra with 
the basai portion strongly raised, transversely depressed below 
the élévation, the punctures deep within the dépression, more 
finely anteriorly and posteriorly, the apical half dark violaceous ; 
posterior femora with a short triangular tooth. 

Hab. : New Guinea. 

This species, of which I received a single spécimen from 
D r Staudinger without particular locality, is very closely allied to 
L. connectens Baly, also to L. papuana and L. Boisduvali, it 
differs however from either in the entirely fulvous legs (instead 
of having the posterior femora black) from L. connectens, it further 
differs in the black labrum and in the margin of the dark 
portion of the elytra, which is convex anteriorly instead of concave, 
the latter being the case in ail the spécimens of L. connectens, the 
type of which 1 hâve examined in the British Muséum. 

Crioceris philippinensis n. sp. — Flavous, shining, the 



269 

antennae [the ftrst joint excepted) and tlie tibiœ and tarsi, black; 
thorax subquadrate, nearly impunctale; elytra with some distinct 
punctures at tliebase only, the dise impunctate . 

Length 5 lines. 

Head constricted behind the eyes, the vertex with a short longi- 
tudinal groove, eyes deeply notclied, the space surrounding them, 
slighly rugose, clypeus swollen, nearly impunctate with a few 
yellow hairs, palpi slender, antennae not extending much beyond 
the base of the elytra, black, the first joint fulvous, the three fol- 
lowing ones short, shilling, the other joints pubescent, nearly equal 
and moderately dattened, longer than broad; thorax scarcely longer 
than broad, subcylindrical, the sides not very deeply constricted, 
the basai sulcus rather feeble, placed close to the basai margin, the 
surface convex, with a few fine punctures, placed longitudinally at 
the dise ; scutellum edged with fuscous; elytra with a very obsolète 
dépression below the base, flavous and shining like the rest of the 
upper surface, with rows of small piceous spots, but without punc- 
tures except near the basai portion, where four short rows of deep 
punctures are placed, which only extend as far as the dépression, 
the latéral margin is aecompamed by a deeply impressed groove ; 
the breast and the femora, like the head and thorax, are of a more 
fulvous colour and darker than the other parts, tibiae and tarsi 
black. 

Hab. : Philippine Islands (Collection Brussels Muséum and 
my own). 

The four spécimens, formerly contained in the Chapuis col- 
lection and named by this author G. nucea Lac. var. certainly 
seem to me to be distinct from that species. Lacordaire describes 
the anfenna? and legs as fulvous, which is not the case hère and 
the elytra hâve no trace of any pur.ctuation except near the base; 
since ail the spécimens before me do not differ from each other in 
any way, I think I am justifîed as considering the species distinct 
from G. nucea. 

Crioceris obscuro-plagiata n. sp. — Black, thorax fl avons, 
strongly punctur éd. ; elytra flavous, strongly but remotely punc- 
tured anteriorly, the punctures veryjïne at the dise, each elytron 
with an obscure longitudinal band from the middle to the apex, 
femora fulvous at the base. 

Hab. : 4 lines. 

Head black, the neck fulvous, constricted, the anterior portion 
sparingly pubescent, antennae very short, only extending to the 
base of the elytra, black, the lower two or three joints shining, 
the rest opaque, pubescent, broader than long; thorax not longer 



270 

than broad, the sides very moderately constricted, the surface 
irregularly, remotely and strongly punctured, the basai sulcus 
only indicated; scutellum black ; elytra feebly depressed below the 
base, strongly and remotely punctate-striate, the punctures strong 
at the base and near the latéral margin, the others much finer, 
the interstices flat, an obscure fuscous band occupies the greater 
portion of the dise, from before the middle to the apex, not 
extending to either margin; the underside nearly black, sparingly 
clothed with grey pubescence, the abdomen more piceous ; femora 
fulvous, the knees, tibias and tarsi, black. 

Hab. : Queensland (Collection Brussels Muséum). 

Distinct in its system of coloration from any of its congeners 
from the Australian région. 

Crioceris papuana n. sp. — Broad, robust, fulvous*, the 
antennx (the basai joints excepted) black, thorax subcylindrical , 
impunclate, elytra black, shilling, the base strongly raised, 
entirely impunclate, a few punctures below the base excepted. 

Length 3 1/2 lines. 

Head elongate, deeply constricted behind the eyes, the latter 
deeply notched, clypeus produced, rather swollen, antennae short, 
not extending beyond the base of the thorax, the lower four joints 
obscure fulvous, shiniug, the rest black, the third and fourth joints 
equal,the terminal joints slightly longer than broad; thorax but 
little longer than broad, subcylindrical deeply constricted at the 
middle, the surface impunctate; scutellum pubescent, narrowly 
elongate; elytra with the basai portion strongly raised, depressed 
below it, the dépression with a few punctures, rest of the surface 
entirely impunctate, the sides below the shoulders with another 
elongate dépression; underside and legs fulvous, clothed with yel- 
low pubescence ; mesosternum elongate, not narrowed in front. 

Hab. : New Guinea. 

At first sight, this species, of which I possess a single spécimen, 
seems identical with G. obliterata Baly, but although closely 
allied to that species, a number of différences seem to prove it to 
be another insect; in G. papuana the clypeus is produced and 
convex, the antennas are much shorter (not longer than half the 
length of the body as in G. obliterata), the elytra are entirely 
devoid of punctures (the few at the base excepted), the latéral 
margin is flat without any impressed groove, the legs are entirely 
fulvous and the mesosternum is of différent shape. 

Crioceris Severini n. sp. — Piceous below, above fulvous, 
tarsi pale fulvous, thorax elongate, impunclate, elytra with the 
basai portion highly raised, irregularly and deeply foveolate- 



271 

punctate, with a transverse piceous spot below the middle at the 
sides. 

Leiigth 4 lines. 

Broad and robust, the head elongate, deeply constricted behind 
the eyes, the latter large, deeply notched, the surrounding grooves 
deep, clypeus swollen, finely punctured, antennae scarcely exten- 
ding to the base of the thorax, fulvous, the three penultimate joints 
rather darker, the first four joints shining, short (the basai joint 
excepted), the following transversely widened, opaque; thorax 
longer than broad, subcylindrical, rather strongly constricted 
below the middle, the surface entirely impunctate; elytra much 
broader than the thorax, the basai portion below the scutellum 
acutely raiced into a blunt point, the région round the élévation 
and that near the apex and sides impressed with single deep 
punctures (almost absent in one spécimen), the rest of the dise 
entirely impunctate, with a subtriangular transverse piceous spot 
below the middle, not quite extending to the suture; underside dark 
fulvous, the sides of the breast and a spot at the sides of the 
abdominal segments black, sparingly clothed with short yellow 
pubescence, legs very robust, ail the femora strongly and rather 
suddenly swollen, the tarsi pale fulvous. 

Hab. : Sumatra (in the Brussels Muséum and my own collection). 
This interesting species is the third or fourth in which the 
elytra show a hump-like élévation at the base, it is very closely 
allied to G. camelusDxxs'w . (placed in Lema in Donckier's list of 1885), 
but differs from that species in the very short antennae, in the 
colour of the elytra and the absence of the rows of punctures 
(even when examined under a strong lens) visible in C. camelus 
according to the author's description, the colour of the legs also 
differs in the two species; the short antennae and the absence 
of any fine punctuation of the thorax and elytra also séparâtes 
this species from C. dromedarius Baly. 

I hâve great pleasure in dedicating this species to my friend 
M. G. Severin, through whose kindness I am enabled to describe 
the species. 

Notes. 

Lema laticollis Jac. — This species, described by myself in the 
Transact. Ent. Soc. London, 1888, is I believe identical 
with Crioceris nigroptenctata Lac. The spécimen being 
glued to a card, prevented me unfortunately to examine the 
claws carefully. 

Lema robusta Jac. (Ann. Mus. Gen., 1892). ■ — This name mustbe 
changedtoZ. crioceroides on account of L. robiistaLacorà. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 23 



272 



DESCRIPTIONS OF SOME NEW SPECIES 
of PHFTOPHAGOUS COLEOPTERA from Bolivie 

L»y Martin Ji»col>y. 

A small collection of Phytophaga from Santos Marcos in Bolivia 
has been lately acquired by the Belgian Muséum and has been 
submitted to me for examination ; ail the spécimens were collected 
at an élévation of 2000 meter ; the greater portion of them repre- 
sent well known forms also found in Ecuador and other places of 
South America, a certain number seem to be undescribed or new, 
of thèse as far as I was enabled to do, I give hère the descriptions. 

Megalopus nigrovittatus n. sp. 

Fulvous ; thorax piceous, the margins and two small spots near 
the base, /lavons, elytra strongly punctured, fiavous, a narrow 
transverse band at the base and another below the middle, black, 
posterior femora with a strong tooth. 

Length4 lines. 

Of narrow and nearly parallel shape, the head closely 
punctured between the eyes, fulvous at the vertex, with a small 
flavous spot between the antennae, clypeus with a narrow transverse 
black spot, the punctured space between the eyes nearly black 
(antennae broken off) ; thorax not longer than broad, slightly 
narrowed in front, the dise piceous, the base fulvous, the anterior 
and latéral margins flavous as well as two small spots at the sides 
near the base, the surface with a few small punctures; scutellum 
piceous, finely punctured; elytra longitudinally depressed near the 
suture and at the sides, rather strongly and closely punctured, 
flavous, with a narrow transverse band at the base which envelopes 
the shoulders and extends downwards for some distance along the 
latéral margin, another band is placed below the middle across 
the elytra; below fulvous, the sides of the breast and of the 
abdomen, flavous; legs fulvous, the posterior femora very robust, 
armed with a strong and curved tooth, the posterior tibiae 
strongly curved, clawjoint piceous. A single spécimen. 

Lema semiflava n. sp. 

Black, the first joint of the antennae, the head, thorax and the 
apex of the abdomen flavous ; thorax impunctate, elytra with a 



273 

deep basai dépression, ihe anterior two tMrds dark bine, the apex 
and the extrême latéral margin flavous. 

Length 3 lines. 

Head deeply constricted behind the eyes, impunctate, the Iatter 
not very deeply notched, the latéral grooves distinct, the apex of 
the clypeus, the labrum and the palpi black, the Iatter strongly 
incrassate; antennae slender and filiform, black, the basai joint 
flavous, the fourth joint one half longer than the third; thorax 
scarcely longer than broad, the sides deeply constricted, the 
anterior portion strongly transverse, the basai sulcus deep, the 
surface impunctate with the exception of a few fine punctures at 
the middle of the dise; scutellum black, longitudinally sulcate, its 
apex truncate; elytra with a deep dépression below the base; 
rather strongly and somewhat remotely punctate-striate, the punc- 
tures diminishing gradually posteriorly, the interstices flat, slightly 
raised near the apex, the Iatter flavous, the anterior two tbirds 
metallic dark blue, the latéral margin flavous, the ninth row of 
punctures entire. 

Underside and legs black, the last four abdominal segments 
flavous. 

L. semiflava of which a single spécimen only is before me, is 
nearly allied in coloration to L. semicyanea Jac. from Ecuador, 
but differs in the colour of the head, thorax and legs, also in the 
greater extend of the blue colour of the elytra. 

Habrophora montana n. sp. 

Palefulvons, pubescent above, thorax finely gramdale-punctate, 
transversaly sulcate, elytra rather strongly punctured, with longi- 
tudinal smooth narrow spaces, apical joints of the antennae tipped 
with black. 

Length 1 1/2 line. 

Head closely and finely punctured, shining, the anterior edge of 
the clypeus deeply concave-emarginate, eyes broadly sinuate at 
their inner margin, antennae slender, extending beyond the middle 
of the elytra, fui vous, the third and the three following joints slender, 
equal, the terminal joints shorter, black at the apex ; thorax one 
half broader than long, closely covered with pale fulvous pubescence, 
the dise broadly transversely sulcate, fulvous, the extrême latéral 
margin sometimes fuscous; elytra wider at the base than the 
thorax, the shoulders prominent, the punctuation strong and 
arranged in closely approached rows ; the interstices more or less 
pubescent and forming smooth longitudinal spaces in the maie 



274 

insect, the female with a latéral costa commencing at the shoulders 
and gradually disappearing towards the apex; claws bifld. 

This small species bas quite the appearance of a Xanthonia, but 
the emarginate eyes and distinct margin of the thorax place it in 
the présent genus. 

Chalcophana divisa n. sp. 

Black, the head and thorax fulvous , very sparingly punctured, 
elytra fulvous at the anterior half, black posteriorly, the latter 
portion very closely and irregularly punctured, legs fulvous, 
slreaked with black. 

Length 3 1/2 lines. 

Head with a few minute punctures, deeply longitudinally grooved 
between the antennae, the labrum piceous, the antennae slender, 
black, the lower two joints and the third joint below, fulvous, 
third and fourth joints equal ; thorax twice as broad as long, 
narrowed in front, the sides slightly rounded at the middle, the 
anterior angles acute, the surface irapressed with a few minute 
punctures; scutellum black; elytra strongly convex with a very 
slight dépression towards the sides at the base, the anterior half 
fulvous, punctate-striate, the punctures much larger and closely 
placed at the sides, the posterior half black, very closely, strongly 
and irregularly punctured, the interstices at the sides closely 
reticulate, the sides with a rather obsolète costa and a more 
distinct but shorter one at the shoulder (9); underside black with 
a greenish gloss, legs fulvous, the outer edge of the femora and 
tibiae and the tarsi entirely black. 

Of this species, only a single female spécimen is contained in this 
collection, it difïers from C. seminigra Har. and Q. dimidiala Baly 
in the entirely irregular and almost confluent punctuation of the 
elytra at their posterior portion and the black breast and abdomen. 
0. Jacobyi Baly although similarly coloured, diflers also totally in 
the sculpture of the elytra. 

Chalcophana suturalis n. sp. 

Rufous, antennae [the lower three joints excepted) black ; thorax 
finely and sparingly punctured ; elytra metallic green, regularly 
and strongly punctate-striate , the sides costate, the suturai, latéral 
and apical margins, rufous. 

Length 3 1/2 lines. 

Fem. Head closely and finely punctured, antennae black, the 
lower three joints fulvous; thorax at least twice as broad as long, 



275 

the sides nearly straight, the anterior angles produced outwards, 
the dise very sparingly and finely punctured, rufous ; elytra bright 
metallic green, with a distinct basai dépression, strongly puuctate- 
striate anteriorly, the punctures arranged in double rows near the 
suture, the sides with three or four more or less distinct costae, 
the suturai and latéral margins and the apex, rufous, underside 
and legs entirely rufous. 

There are two female spécimens before me, which do not differ 
from each other, they agrée with several other species in sculp- 
turing, but difier from any in the colour of the elytra; the maie 
differs probably in having no elytral costae. 

Chalcophana multipunctata n. sp. 

Fulvous, the antennae (the lower three or four joints excepted) 
and the tarsi, blach; thorax closely and irregularly punctured ; 
elytra closely and strongly punctured, with a distinct greenish 
gloss, the base without dépression. 

var. Antennae and legs fulvous. 

Length 2 i/a-3 1/2 lines. 

Head finely and rather closely punctured with a central longi- 
tudinal groove, the lower portion impunctate, the clypeus triangu- 
larly emarginate, antennae long and slender, the terminal joints 
gradually thickened, bluish-black, the lower three or four joints 
fulvous; thorax twice as broad as long, narrowed in front, the 
sides nearly straight, slightly rounded before the middle, the 
anterior angles mucronate, the surface closely and irregularly 
punctured, the punctures of différent sizes, slightly rugose, elytra 
fulvous, with a metallic green gloss without any basai dépression, 
convex, strongly and closely punctured in iows, the latter 
indistinct at the sides, partly confluent, the punctuation scarcely, 
if at ail finer towards the apex, the interstices at the latter place 
broad, impunctate and convex; underside more or less stained 
with piceous. I cannot find any published description of a 
Chalcophana agreing with the présent species in regard to the 
colour of the antennae and tarsi and the strong and close 
punctuation of the elytra which are without dépressions or costae 
and not of a metallic green colour like so many of its congeners, 
but having only a more or less distinct greenish gloss over the 
fulvous ground colour. The punctuation of the thorax differs slightly 
in the spécimens and in the variety the antennae and legs are 
entirely fulvous. 



276 



Otilea seminigra n. sp. 

Fulvous, the antennae, tarsi and the abdomen black; thorax 
very sparingly punctured, the sides bidentate, elytra closely and 
strongly punctured, black. 

Length 4 lines. 

Head distinctly but sparingly punctured at the middle, fulvous, 
clypeus with a few punctures at the base only, antennae with the 
terminal joints slightly thickened, black, the lower three joints 
fulvous, the third and fourth joints of equal length; thorax more 
than twice as broad as long, the sides bidentate, obliquely shaped 
below and before the teeth, the surface with a few punctures, the 
sides with a deep dépression, more strongly punctured, fulvous; 
scutellum fulvous; elytra without basai dépression, strongly and 
closely punctured, the punctures arranged in closely approached 
rows and of much larger size at the sides than near the suture; 
the breast and legs fulvous, the abdomen and the tarsi black ; 
prosternum very deeply bilobsd. 

A single spécimen. 

Doryphora biannulata n. sp. 

Fulvous, antennae black, thorax with four greenish spots, 
strongly punctured, elytra closely punclate slriate, fulvous, a spot 
near the scutellum, another at the sides and a large spot near the 
apex, fiavous, surrounded by metallic green ring-shaped bands, 
at the base and apex. 

Length 6 lines. 

Head sparingly and finely punctured, fulvous, labrum flavous, 
antennae rather long, sîender, black, the apex of the last joint 
flavous ; thorax scarcely more than twice as broad as long, the sides 
straight from the base to beyond the middle, the anterior angles 
acute but not produced, the surface strongly, irregularly but not 
very closely punctured, with four greenish-black spots placed 
transversely, the two middle ones being the largest; scutellum 
fulvous; elytra rather closely and regularly punctate-striate with 
a ring-shaped metallic green band at the base and a larger and 
less regularly one below the middle, enclosing a flavous spot, the 
sides at the shoulders also with a more elongate flavous mark, 
the latéral margin at the base metallic green; underside and legs 
fulvous; mesosternal process long and curved. 

A single spécimen. 



277 



Doryphora purpureo-fasciata n. sp. 



Black, head and thorax obscure purplish, the latter closely and 
strongly punctured, elytra geminate punctate-striate, purplish, 
the basai margin, a transverse band at the middle and two spots 
at the apex, flavous. 

Length 5 lines. 

Head finely punctured, purplish, labrum flavous, antermae black, 
not extending much further than the base of the thorax, the last 
six joints flattened, the fourth and fifth equal, short; thorax more 
than twice as broad as long, purplish-violaceous, the sides rather 
strongly rounded anteriorly, the anterior angles acute, fulvous, 
the surface rather remotely and strongly punctured at the dise, 
more closely and finely so at the sides, the interstices irregularly 
convex; scutellum nearly black; elytra closely and strongly gemi- 
nate punctate-striate, the basai margin, a narrow transverse band 
at the middle and two spots placed transversely near the apex, 
tiavous, the rest of the surface in shape of two broad transverse 
bands, purplish; underside and legs black, the mesosterrial process 
long and straight. 

A single spécimen, differing from any of its allies with transverse 
bands by the purplish colour of the anterior and posterior band and 
the two flavous spots near the apex. 

Doryphora picturata Jacoby. 

A second spécimen of this species, described by myself in the 
supplément to M r Whymper's book « Travels amongst the Andes 
of Ecuador » is contained in this collection, proving the species to 
be an inhabitant of the mountainous régions of South America. 

D euterocampta boliviana n. sp. 

Black, the head and sides of the thorax fulvous; elytra bluish- 
black , finely punctate-striate, two spots at the base, a transverse 
band at the middle and the apex, pale flavous. 

Length 3 1/2 lines. 

Head impunctate, fulvous, the middle portion flavous, antennae 
extending beyond the base of the thorax, black, the basai joint 
stained with fulvous below ; thorax more than twice as broad as 
long, fulvous, the middle of the dise in shape of a longitudinal band, 
black, impressed with a few punctures ; scutellum longer than 
broad, black ; elytra with closely approached punctures arranged 



278 

in rows, nearly black, a spot near the scutellum, one on the 
shoulder, a transverse bartd at the middle, not extending to the 
suture and a triangular spot at the apex, pale yellow; underside 
and legs black; sides of the breast strongly but not closely 
punctured, claw-joiut and claws simple. 

Somewhat allied in coloration to D. Jiistrionica Stal., but with 
differently coloured legs and elytral pattern. 

Deuterocampta inornata n. sp. 

Fulvous, the antennae and legs black; thorax rather strongly 
and closely punctured, elytra closely geminate punctate-striate. 

Length 4 lines. 

Head finely and sparingly punctured, fulvous, the apical joint of 
the palpi black at -the base, antennae extending to the base of the 
elytra only, rather slender, the apical joints gradually widened, 
black, the basai two joints fulvous below; thorax strongly trans- 
verse, more than three times as broad as long, the sides nearly 
straight, moderately produced at the anterior angles, the dise 
irregularly but rather strongly and closely punctured, with a 
small fovea at each side, the latter of paler colour than the 
middle of the dise; elytra closely and rather regularly geminate 
punctate-striate, ail the punctures surrounded by a piceous ring; 
below fulvous, the sides of the breast obscure piceous, parapleurae 
distinctly punctured, legs black. 

A single spécimen allied to D. nigricus and D. neptis Stâl., but 
separated from either and other similarly coloured species by the 
geminate punctures of the elytra and the very transversely-shaped 
thorax. 

Cosmogramma angustofasciata n. sp. 

Black, the basai joints of the antennae fichons; thorax finely 
and rather closely punctured, elytra finely punctate-striate near 
the suture, a narrow subsutural and latéral band, joined at the 
apex, the basai margin and a short transverse stripe below the 
middle, bright yellow. 

Length 2 3/4 lines. 

Head finely and irregularly punctured, the basai joints of the 
palpi fulvous, the terminal joint larger than the preceding one, 
antennae with the apical joints thickened, black, the lower 
four joints more or less fulvous; thorax not more than twice 
as broad as long, the sides straight at the base, slightly rounded 
in front, the surface irregularly and finely punctured, more 



279 

distantly so at the dise than at the sides, of a slightly bronze-black 
colour; elytra much wider than the thorax, finely punctate-striate 
near the suture, more irregularly punctured at the sides, the third 
interstice and the latéral margin bright yellow, thèse two bands 
connected at the apex and at the basai margin, another short trans- 
verse stripe not extending to the suture and projecting at right 
angles from the latéral margin is placed below the middle ; claw- 
joint dentate. 

A single spécimen, distinct from any of its allies by the short 
transverse flavous stripe placed below the middle of the elytra. 

Plagiodera quadriplagiata n. sp. 

Black; thorax finely rugose-punctate, elytra extremely closely 
and strongly punctured, bluisch-blach , a large transverse patch at 
the base and another one, more rounded, near the apex, pale 
flavous. 

Length 3 Unes. 

Of rounded and convex shape, the head finely and closely punc- 
tured, palpi rather long, antennae extending beyond the base of 
the elytra, black, the lower two joints fulvous, terminal joints 
but slightly dilated, much longer than broad ; thorax more than 
twice as broad as long, the sides slightly rounded, the anterior 
margin deeply concave, the surface finely rugose and punctured; 
scutellum smooth; elytra crowded with strong punctured, the 
interstices also minutely punctate hère and there and rather convex, 
a bright pale yellow spot of transverse shape is placed near the 
base, but does not extend to either margin, another more rounded 
spot is situated near the apex, each spot occupying about one-third 
of the length of the elytra, underside and legs black ; prosternum 
strongly raised longitudinally. 

I know of no similarly coloured species of Plagiodera. 

Lactica thoracica n. sp. 

Ovate, convex, fiavous, the antennae, tibiae and tarsi black, 
sides of thorax straight, the lalter without distinct sulcus; elytra 
very minutely punctured. 

Length 2 lines. 

Head with a single puncture near the inner margin of the eyes, 
the rest of the surface impunctate, flavous, eyes widely separated, 
frontal tubercles absent, carina distinct, apical joints of the palpi 
piceous, antennae slender, extending to more than half the length 
of the elytra, black, the basai joint flavous below, the fourth joint 



280 

slightly longer than the third; thorax scarcely twice as broad as 
long, narrowed in front, the sides straight, the anterior angles 
slightly oblique, the surface impunctate without any basai sulcus, 
the latéral grooves just indicated ; elytra convex, extremely minu- 
tely punctured; underside and legs coloured as above, a streak on 
the upper edge of the anterior femora and the tibiae and tarsi, black. 
This small Lactica agrées in everything with its many similarly 
coloured allies except in the almost total absence of a thoracic 
sulcus, the latter is however frequently obsolète in several other 
species, although not to that extend as in the présent one, this 
character together with the straight sides of the thorax and the 
gênerai convex shape will assist in the récognition of L. thoracica. 

Oedionychis bolivianus n. sp. 

Black, the liead, thorax and the abdomen parlly Jlavous ; 
elytra Hue or cupreous, impunctate, tlie latéral margin and the 
apical third portion, Jlavous. 

Length 3 1/2 lines. 

Head impunctate, flavous, the labrum and the palpi black; 
antennae black, slender; thorax rather more than twice as broad as 
long, the sides rounded, narrowed towards the apex, the anterior 
angles produced into a tooth, the dise entirely impunctate, flavous, 
rather broadly flattened at the sides; scutellum black; elytra with 
a dépression below the base, scarcely widened posteriorly, metallic 
blue orcupreous, the apical portion broadly and the latéral margin 
narrowly flavous; breast and the legs black, abdomen at the sides 
flavous, the metatarsus of the posterior legs longer than the follo- 
wing joint, claw-joint strongly swollen. 

Allied to 0. sagulata Erichs., but differing in the impunctate 
elytra and their flavous apex which extends upwards to a third of 
their length. I also possess this species from Colombia. 

Schematiza apicicomis n. sp. 

Black, the lower portion of the face and apical two joints ofthe 
antennae flavous, thorax fuscous, the sides flavous ; elytra fnely, 
ruqose, fuscous, the latéral margin and a spot at the apex flavous. 

Length 2 1/4 lines. 

Of narrowly elongate shape, the head fuscous at the vertex, 
flavous between the antennae, the labrum black, antennae short, 
gradually and slightly thiokened at the apical joints, black, the 
last two joints flavous, the third joint the longest, thorax twice as 
broad as long, the sides slightly rounded at the middle, flavous, 



281 

the dise fuscous, finely rugose; scutellum obscure fulvous; elytra 
opaque, closely and finely rugose, the latéral margin flavous, this 
colour gradually narrowed tow.irds the apex, the latter with a 
round tîavous spot, not emarginate ; legs fuscous, the base and 
apex of the femora and the base of the tibiae flavous. A single 
spécimen, evidently closely allied to *S. annulicornis Clark, but 
difiering in the entirely black lower joints of the antennae and their 
two apical flavous joints, also in having the latéral flavous margin 
of the elytra narrowed posteriorly and with an extra apical 
flavous spot. 

Diabrotica Gahani n. sp. 

Below more or less fulvous, above pale green, antennae 
fulvous, the apical joints paler; thorax impunctate, shining, 
without dépressions ; elytra finely rugose-punctate, green, the 
suture at the base rufous. 

Length 3 lines. 

Head impunctate, green, the labrum and palpi fulvous, antennae 
extending to more than half the length of the elytra, fulvous, the 
ninth, tenth and the base of the terminal joint flavous, the basai 
joint green, the third twice as long as the second, the fourth joint 
as long as the preceding two together; thorax subquadrate, the 
surface smooth, shining and impunctate; scutellum fulvous; elytra 
slightly widened posteriorly with a short longitudinal sulcation 
below the shoulders, the surface closely rugosely-punctate, opaque, 
green, the suture at the base rufous, this colour in shape of a 
short triangular spot; breast, tibiae and tarsi fulvous, abdomen 
flavous, femora green. 

Allied to D. subsulcata Baly and several other species, but 
differing in the colour of the suture at the base of the elvtra, the 
green colour of the latter is however subject to variation and 
sometimes becomes flavous after death. 

Luperodes bolivianus n. sp. 

Flavous, the head, the breast and the poslerior tibiae and tarsi 
black, thorax impunctate ; elytra closely pnnetured, the anterior 
half and a transverse band below the middle, metallic blue. 

Length 3 Unes. 

Head impunctate, black, shining, the lower four joints of the 
antennae fulvous, the following three joints black, the rest wanting, 
the third joint shorter than the fourth ; thorax subquadrate, one 
half broader than long, the sides nearly straight, the posterior 



282 

angles oblique, the surface impunctate, flavous ; scutellum flavous; 
elytra closely punctured, the anterior portion to a little more than 
the middle and a narrow transverse band below the latter, 
raetallic bine, the basai and latéral margins, a narrow stripe, divi- 
ding the blue bands and the apex, flavous ; first joint of thé posterior 
tarsi very long, the femora and the abdomen flavous. 

A simgle spécimen. 

This species greatly resembles in coloration Diabrotica gratiosa 
Baly, but is a true Luperodes. 



ENTOMOLOGIE APPLIQUEE 

INSECTES NUISIBLES. 



L'ORGYIE PUDIBONDE 
par .5. Crahay, 

Sous-Inspecteur des Eaux et Forêts. 

On signale dans différentes forêts des environs de Bertrix et de 
Paliseul, l'apparition d'un nombre considérable de Papillons de 
YOrgyie pudibonde [Dasychira, Orgyia ou Bombyx pudibundd). 
Cette apparition était prévue, car l'an dernier une invasion de 
chenilles de ce Lépidoptère s'était signalée par ses ravages. Plus de 
300 hectares de futaie de hêtre avaient été entièrement dépouillés 
de leurs feuilles pendant les mois de juillet et d'août. L'Orgyie 
s'attaque à tous les arbres feuillus et même aux fruitiers et aux 
arbrisseaux, mais le hêtre est de beaucoup son préféré. Quant aux 
résineux, ils restent indemnes; sauf le mélèze. Nous donnons 
ci-après d'après M. de Binzer, maître des forêts en Prusse, les 
principaux caractères de cet insecte nuisible : 

Le papillon femelle mesure 23 Q,m de longueur et 52 ram d'envergure. 
Le mâle est plus petit. — Les ailes antérieures sont blanc-sale avec 
le pourtour gris-brun et 2 bandes transversales sombres. Les ailes 
postérieures sont à peu près blanches. L'époque de l'accouplement 
arrive généralement en mai et dure jusque fin juin. Pendant le 
jour, le papillon est paresseux, et il se repose sur les arbres avec 
les ailes en forme de toit. 

Au crépuscule, il commence à voltiger et c'est alors que s'effectue 
la fécondation. Aussitôt après, la femelle dépose ses œufs en tas 
irréguliers, à une faible hauteur, sur l'écorce des arbres où elle 
les attache solidement. 



283 

En juillet, les chenilles apparaissent déjà. A ce moment, elles 
sont presque noires et longuement poilues. Après la première mue, 
elles prennent une couleur brune avec des taches jaune-verdâtre 
et elles possèdent alors sur le 4 e et jusqu'au 7° anneau, des brosses 
de poils proéminents, séparées entre elles par des incisions d'un 
noir de velours. Le dernier anneau porte un pinceau de poils 
rouges, qui est caractéristique et qui a fait donner à cette chenille 
son nom allemand de queue rouge (Rothschwanz). 

Dans les premiers temps, ces chenilles se tiennent rassemblées, 
mais elles se séparent aussitôt si on les dérange et elles tissent 
alors rapidement un fil, à l'aide duquel elles se préservent de la 
chute. 

Après la deuxième mue, elles semblent avoir perdu cette faculté, 
surtout lorsqu'elles sont surprises par une secousse un peu brusque. 
Elles tombent alors sur le sol où elles séjournent un certain temps, 
repliées sur elles-mêmes. Mais bientôt elles se raniment etremontent 
de nouveau sur les malheureux hêtres. Avec chaque mue s'accroît 
le besoin de nourriture et, à la fin, elles dévorent les feuilles 
jusqu'au sommet de l'arbre, en ne laissant intacte que la nervure 
principale. 

L'Orgyie n'apparaît pas régulièrement partout, et heureusement. 

Elle est très rare en certaines contrées ; ailleurs, comme à l'île 
de Rùgen, elle se présente de temps en temps dans une mesure 
effrayante. En Alsace pendant l'année 1848, la chenille de cette 
espèce dépouilla complètement des forêts de plusieurs centaines 
d'hectares. Mais comme cela arrive souvent avec l'Orgyie, la 
calamité prit fin d'elle-même, faute de nourriture. Tout était 
dévoré. Les chenilles étaient si nombreuses qu'elles couvraient le 
sol sur une hauteur de plusieurs centimètres. La putréfaction de 
ces corps, dit M. de la Blanchère, donnait lieu à une odeur infecte 
et répandait des miasmes qui faisaient craindre l'invasion de la 
peste et du choléra. En souvenir de l'année où elle était apparue, 
les paysans alsaciens surnommèrent cette chenille, la chenille de la 
République. 

En règle générale l'Orgyie pudibonde n'apparaît pas deux années 
de suite. Les poils de ce bombyx, qui se séparent facilement, 
peuvent déterminer des affections dangereuses chez le gibier ou le 
bétail pâturant en forêt et on doit, pour ce dernier, éviter soigneuse- 
ment de le conduire à proximité des cantons infestés. 

Fin septembre, ou commencement d'octobre, les dégâts sont 
terminés. La chenille descend alors des arbres pour se transformer 
en nymphe entre les herbes et les broussailles. Elle se place dans 
un cocon épais et repose ainsi, jusqu'au printemps, sur le sol. 



284 

Les arbres souffrent évidemment des dégâts de l'Orgyie, mais 
on doit remarquer que cet insecte n'arrive qu'à la fin de l'été, alors 
que la feuille n'élabore presque plus et on ne doit pas oublier que les 
feuillus, à l'inverse des résineux, possèdent la propriété de renou- 
veler leur feuillage en entier chaque année. Ce n'est guère que dans 
les jeunes recrûs et sur les arbres fruitiers qui avoisinent une forêt 
envahie, que les dommages peuvent devenir importants. 

Que faire, du reste, lorsque l'invasion est constatée? Ramasser et 
tuer les chenilles, dit-on. Mais il y en a des milliards ! — Récolter 
les nymphes? — Mais cela est très coûteux et ce remède a été 
reconnu jusqu'à présent inefficace. L'homme est désarmé, ou à peu 
près, contre des adversaires si petits et si redoutables. 

Signalons toutefois le moyen qui va être mis en œuvre par 
l'administration des Eaux et Forêts en prévision d'une multiplica- 
tion exagérée pendant la seconde année. Les œufs étant nus et 
déposés sur l'écorce des hêtres à 3 mètres de hauteur environ, on 
se propose de les engluer, c'est-à-dire de les couvrir d'une huile 
spéciale (Raupenleim) que l'on fabrique en Allemagne. D'un autre 
côté, on formera au-dessus des lieux de ponte un anneau de glu que 
les chenilles ne parviendront pas à franchir. De la sorte, si ces 
mesures sont quelque peu générales, il esta supposer que beaucoup 
d'œufs gâteront par asphyxie et qu'un nombre considérable de 
chenilles ne pouvant faire l'ascension, mourront de faim. 

Espérons aussi que la sécheresse prolongée que nous subissons, 
empêchera la maturation d'une grande quantité d'œufs et que nos 
forêts luxembourgeoises, déjà si éprouvées par tant de causes 
diverses, échapperont cette année aux attaques de leurs petits 
ennemis. 



ANNALES 






• r 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE 



BELGIQUE 



TOME TBENTE-SEPTIEME 



VI 

Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



VI 



Compte-rendu de l'assemblée mensuelle 
du 3 juin 1893. 

Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. Candèze, L. Coucke, de Selys-Longchamps, 
Dubois, Giron, Hippert, Kerremans, Lameere, Ledrou, Michel?, 
Robbe, Rousseau, Séverin, Van Nerom, Vincent et Berge secré- 
taire. 

M. Fairmaire, membre d'honneur de notre Société et président 
d'honneur de la Société entomologiquë de France, assiste à la 
séance. 

M. Verhas a fait excuser son absence et adresse une lettre de 
remerciements pour son admission comme membre effectif. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

Le procès-verbal de la séance du 6 mai est approuvé. 

Admissions de membres nouveaux : Le Conseil a admis comme 
membres effectifs : 

M. E. Rodenbach, 180, rue du Nord, à Roulers, présenté par 
MM. Séverin et Kerremans. 

M. J. Vincent, météorologiste à l'Observatoire royal, 58, 
Boulevard Militaire, à Bruxelles, présenté par MM. Séverin et 
Kerremans. 

Et M. le lieutenant Rom, rue de Cologne, 247, à Bruxelles, 
présenté par MM. Robbe et Berge. 

Correspondance. M. Forel nous expédie la note rectificative qui 
suit au sujet de son article sur la classification des Formicides : 

Partout : Thymides .... lisez Thynnides . 



P. 161 : Spterogyma . 
» 162 : Orapachys. 
» 162 : Lieponera . 
» 163 : Thempsomyrmex 
» 163 : Pseudodichshadia 



ANNALES DE LA SOC. ENTOM. Ut ISELGIQIJE, T. XXXVII. Ji 



» Apterogyna. 

» Cerapachys. 

» Lioponera. 

» Champsomyrmex. 

» Pseudodichthadia. 



286 





. lisez Perty. 
» Lund. 




» Aner gâtes. 
» Triglyphothrix. 
» Prenolepis. 
» Pseudolasms. 




» OpisiJiopsis Emery. 
» Pergande. 
» Oecop/iylla. 
» ZW/fl Torre. 



164 : Pertg . . . 
164: Huud . . . 

165 : Auergates. . 
165 : Triglyphathrix 
165 : Prenslepis. . 
165 : Pseudolosius . 
165 : Myrmecopsis Sm. 
165 : Pergaude . 
165 : Decophylla 

» 166 : Dalle Torre 

Rapport sur le travail de M. Brensle. Les rapporteurs 
MM. Candèze et Berge concluent à l'impression de ce travail; 
l'Assemblée adopte ces conclusions. 

Communications: M. Séverin annonce que M. Sauveur a fait 
don à la Société de sa Collection de Donacides contenues dans 
quarante caisses. L'Assemblée vote de vifs remerciements au géné- 
reux donateur. 

— M. le D r Candèze lit la note suivante : 

La Campine continue à rester un pays de cocagne pour les 
entomologistes belges. 

Nos collègues bruxellois ■ — les anciens — se souviennent des 
découvertes qu'y ont faites autrefois Weyers, Van Volxem, 
L. Mors, Fologne, Colbeau et autres. 

Leur terrain de chasse de prédilection était Calmpthout, dans 
la Campine anversoise. 

La limbourgeoise ne lui cède aucunement, sous ce rapport. 

J'ai déjà signalé, il y a deux ans, la découverte d'une jolie 
variété de Y Elater Pomonx, que l'un de nos plus habiles investi- 
gateurs, M. J. Gérard, y a opérée. 

Cette fois-ci, il s'agit encore d'une variété remarquable d'un 
autre Etaler, rencontrée par le même entomologiste. 

Tout récemment M. Gérard a trouvé sur des arbrisseaux, à 
Diepenbeek, non loin de Hasselt, deux spécimens de YElakr 
sanguinolentus qui, au lieu d'avoir les élytres d'un beau rouge 
vif, comme d'habitude, les a d'un jaune de paille, avec la tache 
suturale et fusiforme noire, caractéristique de l'espèce. 

J'ai donné à cette forme intéressante le nom de Elater sangui- 
nolentus Eschsch. , \a.r.paleatus. Je dis intéressante, car les Elater 
à élytres rouges, dont YE. sanguinens est le type, se sont 
toujours fait remarquer, jusqu'ici, par une grande fixité de 
coloration. 

— M. Hippert signale la capture de divers Papillons parmi 
lesquels on peut citer : 



287 

Aspilatis adspersaria Q V ris à Spa, Macroglossa fuciformis 
capturé à Warnant, Agrotis Ripas provenant aussi de cette 
dernière localité, et enfin Erebia Médusa pris sur la route 
d'Anthée. 

Communications pour les Annales : L'Assemblée décide l'im- 
pression des divers travaux dont il est donné communication. 

Excursion. Sur la proposition de M. Hippert, l'Assemblée 
décide de se rendre le 9 juillet au Berg. Départ de la Place de 
la Reine à Schaerbeek à 8 h. 42 minutes du matin. 



NOTE SUR QUELQUES COLÉOPTÈRES 

DES ENVIRONS DE LANG-SONG, 

par M. Iv. Fairmaire. 

Un de mes collègues, M. de la Perraudière, déjà connu par ses 
recherches entomologiques au Tonkin, a bien voulu me donner une 
grande partie des insectes recueillis autour de Lang-Song par un 
de ses compagnons d'armes, M. Florentin. Ce dernier a d'autant 
plus droit à nos éloges qu'il ne s'occupe pas d'insectes et qu'il a fait 
des découvertes intéressantes. 

Plusieurs des espèces qu'il a récoltées sont nouvelles et font bien 
comprendre que nous trouvons dans le haut Tonkin, une faune 
plus riche et bien différente de celle de la région basse et maritime. 
Elle a peu de rapports avec celle du Yunnan et semble intermédiaire 
entre les faunes Chinoise et Birmane, mais elle est, pour le 
moment, beaucoup moins riche. 

Toxocerus Florentini. — Long. 14 mill. — Ovatus, supra 
parum conveccus, œneo-metallicus , nitidus, capile prothoraceque 
medio obscurius œneis ; capite antice leviter attemiato, laterïbus 
marginato, asperato, antice truncato, labro lato, brevi; antennis 
fuscis, clava leviter arcuata, stipite haud longiore ; protlwrace 
liaud transverso, elytris angustiore, antice angustato, laterïbus 
postice cum angulis rotundalis, dorso densissime punctato, paulo 
rugoswlo, postice laterïbus auguste et leviter arcuatim impresso ; 
scutello depresso, dense punctato, oblongo, aj)ice obtuse acnminalo ; 
elytris ovatis, basi truncatis, a medio postice atte?iualis, apice 
sat rotundath, dorso dense pimctato-rugosnlis, ad sculellum 
depressis ; subtus cum pedibus fusco-cyanescens, parum nitudus, 
abdomine rufescente, leviter purpurino micante, dense fidvido- 
piloso, pedibus satfortiter punclatis,femoribus anlicis rufopilosis, 



288 

tibiis anticis fortiter tridentatis, dentibus 2 apicalibus majoribus. 

Ressemble beaucoup au T. Rothschildii Fairm., du Kiukiang, 
en diffère par la massue des antennes beaucoup plus courte, le 
corselet est moins court, plus atténué en avant, rembruni comme la 
tête, n'avant qu'un étroit liseré métallique, plus finement ponctué 
et l'abdomen roussâtre. 

La découverte de cet insecte dans les montagnes du Tonkin est 
fort intéressante. 

Serica clypeata. — Long. 7 à 8 mill. — Ovata, postice 
ampliata, convexa, supra nigro, velutino, leviter pruinosa; clypeo 
nilido, grosse laxe punctato, antice et lateribus marginato, 
margine anticofere truncato, utrinque rotundato, antennis piceolis, 
clavafusca, quadrifoliata; prothorace longitudine duplo latiore, 
antice a basi valde anguslato, margine postico ante angulos vix 
sensim sinualo, Ms fere rectis ; scutello acule ogivali; elytris 
apice abrupte rotundatis, subtruncatis, dorso subtiliter striatis, 
intervallis planis, externis vix convexiusculis, parce punctatis; 
subtus rufocastaneus, pyqidio dilutiore, triangulari, convexo 
grosse punctato, pectore fere hem, coxis posticis et abdomine valde 
punctatis, pedibus posticis latis compressis. 

Ressemble à Y orientalis Mot., de Chine et du Japon, mais le 
chaperon n'est pas sinué en avant, il n'est pas rugueux, la suture 
clypéale est droite, le corselet n'est pas ponctué, le pygidium est 
plus ponctué ainsi que les hanches postérieures, et la massue des 
antennes a 4 feuillets comme Yobscura Blanch., de Chine. 

Apogonia cinerascens. — Long. 1 1 mill. — Ovata, crassa, 
convexa, postice paulo ampliata, obscure œneo-cuprina, modice 
nitida, pilis setulosis adpressis, rufulo-cinereis dense vestita; 
capile lato, dense punctato, paulo rugosulo, antice rugosius, 
margine antico auguste infuscato et reflexo, antennis rufs ; pro- 
thorace longitudine duplo latiore, basi elytris haud angusliore, 
antice sat angustato, dorso dense punctato, subrugosulo, margine 
postico medio brevissime lobato, anqulis paulo obtusis; scutello 
obtuse ogivali, dense punctato, medio levissime elevato; elytris 
sat brevibus, medio paulo ampliatis, apice sat abrupte rotundatis, 
dorso densissime sat subtiliter punctato -rugosulis, sutura basi 
mx elevata, utrinque costulis 2 parum dislinguendis; pygidio 
punctato-rugoso, dense vestito ; subtus dense sat subtiliter punctato, 
magis picescens, minus villosus, pedibus sat punctatis, tibiis 
anticis bidentatis. 

Cette espèce est remarquable par sa taille, sa coloration et sa 
vestiture; elle paraît se rapprocher de VA. sericea Gestro, mais 
chez cette dernière le chaperon est légèrement échancré, séparé de 



289 

la tête par une dépression assez profonde et le pygidium est caréné 
lungitudinalement. 

On trouve à Célèbes l'espèce suivante qui lui ressemble extrême- 
ment : 

A. celebiana. — Même taille et même coloration, mais le corps 
est plus oblong, à ponctuation un peu plus grosse et moins serrée 
à vestiture moins dense formée par des soies un peu squamiformes 
blanchâtres, qui laissent mieux voir la sculpture et notamment les 
côtes longitudinales des élytres, la suture clypéale est bien marquée 
les tibias antérieures sont semblables. Paraît voisine de VA. vestita 
Sharp, mais cette dernière est d'un brun rougeàtre et le pygidium, 
qui porte des écailles, est terminé par des poils blancs, fins, longs, 
hérissés. 

Apogonia rufoaenescens. - Long. 7 mill. — Ovata, postice 
paulo ampliata, modice convexa, rufa-testacea, nitida, capite, 
prothorace scutelloque mridimicantibus , elytris parum virescen- 
tibus ; capite dense punctato, clypeo grossius punctato* f ère trun- 
cato, sutura clypeali impressa; prothorace brevi, elytris paulo 
angusliore, antice sat fortiter angustato, dorso sat dense punctato , 
angulis anticis aculiusculis, posticis obtusis; scutello poïito; 
elytris fortiter parum dense punctatis, coslulis vix convexmscidis 
sed striis sat impressis; subtus dense punctata, metasterno medio 
lœvi. albido-pilosula. pygidio grosse punctato, rugosulo; tibiis 
anticis sat fortiter bidentalis. 

Paraît voisine de VA. ferruginea Burin., mais cette dernière est 
d'un brun rougeàtre, à ponctuation grosse et égale, 1 ecusson est 
ponctué à la base. 

Phytalus capucinus. — Long. 19 mill. — Oblongo-ovatus, 
ellipticus, medio ampliatus, convexus, piceolo-rufescens, parum 
nitidus, setulis griseo-rufulis sat dense vestitus; capite densis- 
sime parum grosse jmnctalo, margine antico paulo reflexo, medio 
obsoletissime sinuato, utrinque rolu?idato, sutura clypeali nulla; 
prothorace transverso, elytris parum angustiore, brevi, antice 
angustato, dorso dense punctato, basi utrinque late leviter sinuato, 
angulis posticis redis, lateribus prope basin obsoletissime angu- 
lato-rotundatis ; scutello late ogival t\ dense punctato; elytris ad 
liumeros sat rotundatis, medio leviter ampliatis, apice f ère truncatis 
sed exlus rotundatis, dense punctalo-rugosulis, sutura sat lata et 
utrinque costulis 2 paulo elevatis, et cosla submarginali magis 
elevata, basi et apice àbbreviata ; pygidio densissime punctato, 
lateribus ruguloso, dense vestito, apice sat abrupte rotundato, 
et ante apicem utrinque, obtuse luberoso ; subtus cum pedibus fulvo- 
pilosus, abdomine infuscato, dense ruguloso-punctato et griseo* 



290 

setuïoso, setulis laterïbus et apice gradatim albescentibus et 
metapleuris similiter albidis , tibiis anticis bidenlatis, tarsis graci- 
libus uwguibus acute appendicnlatis. 

Plus grand et plus large que le Phytalus ? laterico status , à 
corselet non rugueux, avec les côtés arrondis un peu anguleusement 
près de la base, puis convergents, presque droits, les élytres plus 
finement rugueuses, moins arrondies à l'extrémité, le pygidium 
plus large, bien plus finement et densément ponctué, ayant sur 
chaque côté un tubercule très obtus ; le dessous du corps est bien 
plus finement ponctué et sa coloration est différente. 

Auomala russiventris. — Long. 16 mill. — Ovata, sat 
lata, modice convexa, supra viridi-metallica, valde nitida, stibtus 
cum pedibus similiter nitida sed rufescens, tibiis cupreis, tarsis 
fusco-xneis ; capite densissime punctato, antice rotundato et 
subtiliter reflexo, sutura clypeali vix dislinguenda, antennis 
piceis; protliorace transverso, longitudine duplo latiore, basi 
elytris liaud angustiore, antice angustato, lateribus medio leviter 
arcuatis, dorso densissime punctato, basi subtiliter marginato et 
utrinque late sinuato, angulis poslicis vix obtusis ; scutello lato, 
fere semirotundato , dense punctato ; elytris breviler ovatis, medio 
leviter ampliatis, apice abrupte rolundatis, sat dense inaequaliter 
punctatis, subtiliter rugosulis. sutura et utrinque lineis 5 leviter 
elevatis; pygidio lato, dense sat subtiliter punctalo-strigosulo ; 
abdomine strigosulo-punclulato, pectore sat dense punctato, 
rufovilloso, pedibus fortiter punctatis, tibiis extus sat obtuse 
bidentatis, tarsis sat cr assis, anterioribus arliculo ultimo crassato, 
arcuato, unguiculo externo magno, crasso, apice inaequaliter Jisso, 
interno breviore, valde arcuato et aculo, breviore. 

Ressemble aux A. rufocuprea et chamxleon, mais plus visible- 
ment et plus densément ponctuée, les élytres ont des côtes à peine 
distinctes, les pattes sont plus robustes et le bord antérieur de la 
tête est plus arrondi ; la forme est aussi bien plus large. 

Anomala iride-orufa. — Long, 13 mill. — Ovata, convexa, 
tota dilute rufula, nitida, leviter metallico-micans ; capite 
densissime punctato, margine antico latissime arcuato, leviter 
rejïexo, sutura clypeali tenuiler impressa ; protliorace brevi, 
transverso, elytris basi paulo latiore, antice a basi arcuatim 
angustato, dorso parum fortiter densissime punctato, basi 
utrinque late leviter sinuato, angulis posticis subacutis ; scutello 
sat lato, obtuse ogivali, dense punctato ; elytris ovatis, medio 
ampliatis, ad Jiumeros liaud angulatis, sat fortiter striatis, striis 
lœvibus, intervallis convexis, dense 2wnctulalo-rugulosis, 2° 3° 
que ante apicem confusis, stria 3" cum octava apice arcuatim 



291 

conjuncta, intervallis externis angustis, angulo suturali fere 
rotundato ; subites cum pygidio subtiliter coriacea, segmento 
ventrali ullimo apice infuscato ; pedibus validis, tibiis anticis 
apice bidentalis, dente apicali elongato, unguibus simplicibus. 

Ressemble à une Anomala sulcipennis très grosse, plus large, 
plus fortement striée et ponctuée, la coloration est la même ainsi 
que la forme des tibias antérieurs. 

Popilia Fese. Kr. Deut. ent. Zeits, 1892, 269. — Long. 8à9 
mill. — Aureo vel cyaneo-viridis, tliorace laieribus minus crebre 
distinclins punctato, disco lœvi, sœpius sicuti laieribus purptt- 
ratis, elytris fulvo-testoceis, plerumque nigro marginatis, pone 
sculellnm distinctius impressis, impressione ad liumeros usque 
producia, pygidio bi/asciculato, foriiter minus crebre punclato . 

Yar. : tliorace viridi-aureo , elylris laieribus ni gris. 

Var. : tliorace cyaneo-viridi, laieribus interdum subauralis, 
elytris laieribus latins nigris, basi macula triangulari. 

Var. : tliorace laieribus cyaneo-viridi, disco elytrisque nigris. 

Cette description convient à d'assez nombreux exemplaires 
trouvés à Lang-Song, parmi lesquels on retrouve la I e variété, 
mais les autres ne s'y retrouvent pas ; la bordure noire des élytres 
n'existe pas, et il y a des individus à corselet cuivreux avec les 
élytres d'un brun foncé violacé. 

Singhala basipennis Fairm. — Cette espèce décrite d'après 
des individus provenant de Koui-Tchéou, se retrouve à Langsong 
avec une variété unicolore, sans bande jaune à la base des élytres 
(var. immaculata). D'après M. Heller cet insecte paraît être 
le même que S. transversa Burm. de Ceylan, dont voici la 
description : 

Aira, nilida, subglobosa, punctato, ; elytris foriiter striato- 
punctalis. — Var. ; vitta elytrorum transversa testacea. 

Encore plus courte et plus ramassée que S. Dalmanni, d'un noir 
non métallique mais brillant, fortement ponctuée, chaperon plus 
long, légèrement sinué au millieu. Elytres à lignes régulières de 
gros points, parfois une large tache transversale d'un jaune pâle 
immédiatement derrière l'écusson. Pygidium à ponctuation légère- 
ment rugueuse, poitrine, abdomen et fémurs à villosité grise éparse. 

L'insecte de Burmeister aurait 2 lignes allemandes; la nôtre en 
a 2 1/2, le chaperon n'est nullement sinué, le corselet présente une 
forte ponctuation avec une bande médiane lisse un peu élevée, le 
pygidium est assez fortement ponctué, non rugueux. 

La bande jaune des élytres envahit parfois toute la base, et chez 
les (3\ le pygidium est parfois jaunâtre. 

Une nouvelle espèce du même genre a été décrite de la Chine 
méridionale, mais n'a pas encore été signalée au Tonkin : 



292 

Singhala Schaiblei Nonfr. Ent. Nachr. 1892, 89. — Long. 8 
mill. — Corpore breviore; supra glabra, oiitidissima, violaceo- 
xnea, subites saturate viridis, metallica. Capite aureo-viridi, 
nitido, dense et fortiter punctato : clypeo minute marginato, subro- 
tundalo, ruguloso ; antennis nigro fuscis. Tliorace convexo, trans- 
verso, angulis anticis acute extensis; subliliter punctato, glabro, 
viridï-metallico, nitidissimo. Scutello cordato, dense punctato, 
viridi. Elytris brevïbus, plants parallèle rude punctatis, œneis, 
refexibus violaceis, postice utrinque macula rotundata brunnea. 
Pygidio convexo, plane punctato, viridi, cupreo-micante . Subtus 
sparsim pilosa, totidem aciculato-striala, viridi-œnea, nitens. 

Ingrisma rasuta. — Long. 25. mill. — Fusca, modice nilida, 
elytris viridibus, nitidis,metasterno virescente, metapleuris fuscis, 
pygidio et ab domine castaneis, pedibus fusco-xnescentibus, femori- 
bus anticis rufescentibus ; capite sat dense punctato, medio longitu- 
dinaliter elevato, clypeo basi constricto, apice utrinque dilatalo 
margine anticohand truncato, rejlexo ; protJwrace partm transver- 
so, a basiantice satfortiler anguslato, lateribus modice marginato, 
dorso subliliter alutaceo , medio parce punctulato , lateribus dense 
ac fortius, margine postico medio levissime sinuato, angulis sat 
rotundatis; scutello acuto, sublilissime alutaceo et punclulis 
sparsuto; elytris sat dense sat fortiter punctatis , punctis fuscis , 
dorso ad 7iumeros, basin et scutellum auguste infuscatis, disco 
subseriatim punctatis, sutura fusca, postice elevata et spinosa; 
pygidio sat subliliter dense strigoso-rugosulo ; peclore lateribus 
vix punctulalo, processu mesosternali elongato, paulo obliquo, 
coxas anticas altingente, coxis posticis exlus ru fis, abdomme 
alutaceo, tibiis anticis apice tanlum nnispinosis, posterioribus 
intus dense rufo-pilosis . 

Cet insecte et le suivant présentent beaucoup d'analogie avec 
Y H. euryrrhina Gestro, de Birmanie; mais cette dernière est 
entièrement d'un vert bronzé métallique en dessus et en dessous 
avec les pattes bronzées et les tardes noirs ; en outre les élytres 
sont striolés sur les côtés ainsi que les côtés en dessous. 

Cette espèce et la suivante forment une coupe générique assez 
bien caractérisée par la forme du chaperon qui est relevé et élargi 
au bord antérieur et celle de la saillie mésosternale qui est étroite, 
assez acuminée et bien détachée un peu obliquement; mais si ces 
2 insectes se rapprochent par les caractères ci-dessus, ils diffèrent 
par la structure des tibias, car la première les a tous inermes, et 
la seconde a les antérieurs bidentés, les 4 postérieurs dentés au 
milieu, mais les tibias des deux espèces sont ciliés intérieurement. 

Ce groupe se rapproche plus des Trigonophorus que des Rkom- 



293 

borhina par la forme de la saillie mésosternale et la structure du 
chaperon. 

Ingrisma cupreola. — Long. 23 mill. — Prœcedenti afjinis, 
sed minor, anguslior et aliter colorata, rubro-cuprascens , valde 
nitida. prothorace [lateribus et basi angustis exceptis) fusco , tibiis 
4 anticis et tarsis totis piceo-fuscis, tibiis posterioribus conco- 
loribus ; capite dense ruguloso-punctato, medio longitudinaliter 
paulo elevato, clypeo basi liaud constricto, sed apice utrinque 
angitlatim dilatato, vertice et margine antico fuscis, hoc refexo, 
liaud truncato ; prot7iorace a basi arcuatim angustaio, dorso 
dense punctalo, ad angulos posticos impressiusculo , his obtus s 
subrotundalis , margine postico medio leviter sinuato ; scutello 
acuto, alutaceo, lateribus sparsim punctulato; elytris sat fortiter 
sublineato-punctatis , punctis apice et extus obsolescentibus, sutura 
sat elevata, apice liaud spinosa ; pygidio sat fortiter asperato ; 
subtus fere lœvis, prosterni et abdominis lateribus punctulatis, 
processu mesosternali magis infero, tenuiori, leviter arcuato, 
valde producto : femoribus cicalricosis , tibiis anticis latioribus, 
extus sat fortiter bidentatis. 

Se distingue de la précédente, outre la coloration et la taille, par 
le chaperon non rétréci à la base, la forme générale plus étroite, 
le pygidium rugueux et les tibias antérieurs larges et bidentés, 
ce qui lui donne une certaine analogie avec les Anomalocera de 
Hope; mais la massue des antennes n'a rien d'extraordinaire. 

Tseniodera rufosquamosa. — Long. 15 mill. — Ovato- 
oblonga, postice leviter attenuata, subviolaceo-fusca, nitida, 
vertice, protlwrace tolo et elytris setulis squamosis erectis rufis 
dense vestitis, peciore et femoribus in tus dense rufo-pilosis, 
segmentis ventralibus utrinque pallido, rufulo tittatis; capite 
dense rugoso-punctalo, antice subtilius, clypeo antice medio 
arcuatim emarginato, utrinque sat rotundato, antennis fuscis ; 
prothorace transverso, elytris angustiore. a medio antice angus- 
tato, basi medio breviter rotundato-lobato, angulis poslicis obtuse 
rotundatis, dorso densissime punctato, postice medio sat laie 
parum profundo impresso ; scutello dense squamosulo ; elytris 
basi dilatatis, extus fere lobalis, dein fere par ail élis, vix attenuatis, 
apice separatim rotundatis, dorso subtiliter dense punctulatis, 
lateribus oblique dense strigosulis, costa discoidali modice elevata, 
basi latiore, sutura post médium elevata, inlervallo 1° subtiliter 
striato ; pygidio dense strigosulo, fere opaco ; subtus sat dense 
punctata, tibiis anticis sat fortiter trideniatis. 

Cette espèce est remarquable par sa vestiture formée de soies 
squameuses dressées et serrées couvrant le sommet de la tête, le 



294 

corselet et probablement toute l'élytre ; dans l'unique individu que 
je décris cette vestitnre ne couvre que la base des élytres, ce qui 
permet de voir sur chacune 3 petites taches blanchâtres, 2 vers la 
suture, 1 sur le bord externe; mais on voit des traces des écailles. 
Le corselet n'est que légèrement lobé au milieu. 

Tseniodera Perraudierii. — Long. 19 mill. — Oblongo- 
ovata, postice leviter attenuata, dorso planiuscula, nigra, opaca, 
clypeo rufo, capiie vittis 2 prolhoraceque vittis 4 (2 discoidalibus, 
parallelis, 2 marginalibus) Jlavo pubescentibus , elytris vitta 
marginali a scutello, incipiente, postice angusta, post médium 
intus transversim dilatata, vitta suturait angustissima et vitta 
interna ab humero incipiente, partent ante médium abbreviata 
rubris, et utrinque maculis 5 albido-favidis, 2 externis, 2 prope 
suturant, ultima subapicali transversa ; pygidio rubro, basi nigro 
et macula média pallida ; subtus nitida, pectore utrinque pallido 
maculato, segmentis veniralibus utrinque pallido bimaculatis, ano 
rubro, tibiis tarsisque rubris; capiie grosse punctato, fronte 
medio carinulata, clypeo antice angustato apice emarginato, 
utrinque rotundato ; protJwrace sat transverso, elytris angusliore, 
a medio antice angustato, convexiusculo, postice liaud depresso, 
postice medio sat Jortiter emarginato ; prothor ace a medio antice 
angustato, basi medio sat fortiter lobato et utrinque leviter sinuato, 
angulis obtuse redis, dorso fortiter acupunctato , medio lœviore, 
longiiudinaliter elevato, subcostato ; scutello acuto, nigro, Jlavido 
angustissime marginato; elytris basi dilatatis, post liumeros laie 
leviter sinuatis, postice attenualis, apice extus rotundatis, ad 
suturam longiiudinaliter paulo depressis, subtiliter lineolatis, 
costa discoidali basi sat crassa, parte extern a paulo rugosula, 
sutura postice magis elevata; pygidio opaco. asperato ; subtus 
fortiter punclata, metasterno medio lœvigato, processu fortiter 
compresso, elevato, obtuse rotundato; pedibîis fortiter punctatis, 
anlicis acute tridentatis. 

Cette espèce est bien recommandable aux quatre bandes presque 
parallèles du corselet qui en outre est légèrement convexe, un peu 
caréné au milieu et nullement déprimé vers la base; elle est très 
voisine, mais distincte, de la virgala Jans. dont elle diffère par le 
corselet peu arrondi sur les côtés, non rétréci en arrière, l'écusson 
autrement coloré, etc. Je la dédie à mon collègue, M. de la Per- 
raudière, à qui je dois la communication des insectes récoltés par 
M. Florentin. 

Taeniodera zebraea. — Long. 17 mill. — Oblongo-ovata, 
supra planiuscula, fusca, opaca, capite vittis 2, prol/wrace 
vitta média antice bifida, basi dilatata et utrinque versus latera 



295 

obliquata, sculello, vitta suturali, sculellum amplectante, ante 
post médium et apice breviter expansa et utrinque maculis flavo- 
tomentosis, subtus nitida, pectore lateribus Jlavo, cumfemo.ribus 
intus dense Jlavo-villoso, abdomine utrinque vittis 4 transversis 
Jlavo-tomenlosis ; capite dense punctato, medio carinulato, antice 
sat fortiter emarginato et utrinque rolundato, prothorace angusto, 
antice angustato, poslice late rotundalo, angulis posticis valde 
obtusis ; scntello acuto, utrinque auguste nigro lineato ; elytris 
ad humeros nalde rotundatis, postice a basi attenuatis, ad 
suturam longitudinaliter depressis, apice separalim rotundatis, 
dorso subliliter striatis, disco costula obtusa parum convexa 
signatis ; pygidio Jlavo. dense villoso, utrinque punclo pnceo 
signato ; abdomine medio longitudinaliter impresso, lateribus 
punctato, processu mesosternali brevi, paulo compresso-globoso ; 
tibiis anticis tridentatis . 

Cette jolie espèce est d'une coloration assez remarquable, noire, 
avec des bandes d'un jaune un peuocracéquilui donnentunecertaine 
ressemblance avec quelques Gymmetis. La bande saturale ressemble 
assez à celle de la T. Mouholi, le corselet est presque plan en 
arrière, légèrement convexe en avant, largement et assez fortement 
arrondi au bord postérieur ; les élytres ne sont que faiblement 
sinuées derrière les épaules. 

Tseniodera ornata Saund., Trans. Ent. Soc. Lond., 1852, 
31, pi. 3, fîg. 5. — Long. 14 mill. — Oblonga, postice attenuata, 
capite prothorace quefuscis, nitidulis, Tioc vitta média et utrinque 
vitta marginali Jlavis, opacis, sculello jlavo, fusco marginato, 
elytris rubrorufis, opacis, apice nitidulis, medio plaga nigra 
communi, costam extus Tiaud superante, paulo ante médium a 
macula flav a, ad suturam auguste prolongata interrupta et ante 
apicem a macula simili Jlava terminata, basi vittula brevissima 
postJiumerali et vitta exlerna medio abbreviata nigris, Jiac 
maculis 2 fiavis transversim signata ; capite dense rugoso t 
antice emarginato, vertice carinula brevi polita signato, antennis 
rufis ; prothorace sat angusto, parum transverso, lateribus 
rolundato, basi medio partim lobalo, dorso-oalde rugoso, basi 
medio paulo impressiusculo, margine auguste polito; elytris ad 
humeros valde rotundatis, ad suturam planalis et subtiliter 
striolatis, apice strigosis, utrinque costa sat laia, antice bifida et 
planiore, extus transversim plicatulis, apice fortius ; pygidio 
fusco, aspero-rugato, Jlavo maculato; subtus fusco-nigra, nitida, 
grosse punctala, pectore lateribus, Jlavo late induto, segmentis 
ventralibus utrinque flavo viltatis, tibiis anticis acute triden'atis. 

Cet insecte découvert en Chine par Fortune, se retrouve aux 
environs de Lang-Song. 



296 

La bande noire externe des élytres atteint parfois 1 épaule et 
rejoint aussi la bande suturale. 

Cetonia ventralis. — Long. 15 mill. — Ovata subquadrata, 
supra paulo planiuscula, indumento umbrino-velutino dense 
vestita, pallido marmorata, ad suturam brunneo plagiata, subtus 
brunneo-metallica nitidissima, lateribus indumento cervino dense 
vestitis; capite antice truncato, leviter rejlexo, angulis rotunda- 
tis ; prothorace elytris angustiore, antice a medio fortiter angu- 
stalo, lateribus fere medio leviter angulatis et postice obsolète 
sinuatis margine postico ad scutellum leviter sinuato, utrinque 
laie rotnndalo, angulis posticis rolundatis, dorso sat dense modice 
punclato; sciUello apice brunneo et obtuse rotundato, elytris 
subquadratis , post humeros laie sinuatis, apice abrupte rolun- 
datis, dorso dense punclatis, sutura postice paulo elevata, callis 
ante apicalibus latis, Iransversis ; pygidio piceolo-refescente, 
punctato ,pundis rubiginosis sparsuto; subtus cum pedibus fortiter 
parum dense punctata, processu sternali brevi, basi constrido, 
apice fere truncato, pedibus validis, tibiis anticis apice unispi- 
nosis. 

Cette Cétoine, dont la vestiture et la coloration rappellent 
certaines Gymnelis d'Amérique, est remarquable par le dessous du 
corps dont le milieu est lisse et extrêmement brillant à côté d'une 
vestiture générale mate et veloutée. Cette coloration la rapproche 
de la C. mandarina, qui diffère par une vestiture plus fine, non 
pubescente, les élytres plus étroites, plus atténuées en arrière, à 
suture épineuse et par le corselet non angulé latéralement. 

Nyctobates indosinicus. — Long. 23 mill. — Elongato- 
oblongus, sat convexus, niger, parum nitidulus, subtus cum pedi- 
bus nitidior; capite subtïliter punctulato , ad oculos leviter plicato, 
sutura clypeali medio obsolela, ad latera sat profunda; anlennis 
crassis, médium prollwracis haud attingentibus, articulis 4-40 
iransversis; protliorace transverso, elytris valde angustiore, antice 
a medio attenuato, discofere rugoso-punctato, lateribus fere lœvi 
et opaculo, medio longitudinaliler levissime impresso, angulis 
posticis acute redis, anticis obtusis ; elytris oblongis, postice vix 
sensim amplialis, apice obtusis, dorso striolato-punctulatis, striis 
et punctis apice obsoletis, intervallis lxvibus,planatis, basi obso- 
lète convexiusculis ; subtus subtilissime punctulatus, prosterno 
inter coxas bistriato, mesosterno vix impresso, femoribus leviter 
clavatus, anticis subtus obtusissime angulatis, tibiis redis. 

Diffère du parvicollis par son corselet plus large, rugueux et 
longitudinalement impressionné au milieu et ses fémurs assez 
renflés au milieu. 



297 

Nyctobates quadricollis. — Long. 11 mill. — Prxcedenti 
simillimus, et tantnm protlwrace magis quadrato, laterïbus nullo 
modo sinuato aut undulato, angulis anticis magis rotundalis , 
dorso sat fortiter ', undique xqualiter punclato, medio haud rugo- 
sulo, disco obsolète quadriimpresso angulis poslicis magis exser- 
tis, elytris brevioribus, paulo subtilius lineato-punctatis, inter- 
vallis subtiliter sed distincte punctulatis, punctulis brevissime 
setulosis, femoribus anterioribus subtus minus ampliatis. 

Derosphœrus grandipes. — Long. 15 mill. - Cette espèce 
ressemble à tous les Derosphœrus, mais elle est bien plus grande, 
d'un noir assez brillant, avec des antennes dépassant notablement 
la base du corselet et des pattes très grandes, les fémurs clavi- 
formes, allongés, les postérieurs dépassant presque les élytres ; 
la tête et le corselet sont un peu plus mats que les élytres et sans 
ponctuation, les stries sont peu profondes et assez faiblement 
ponctuées, sauf à la base. 

Artactes nitidiceps. — Long. 8 mill. — Hemispliœricus , 
supra purpurinus aut œnescens, parum nitidulus, capite nitidis- 
simo, virescente aut cxruleo, protlwrace elytrisque angustissime 
cœruleo aut viridi nitide marginatis , sculello nitidissimo, cœruleo 
aut viridi; capite suàtilissime punctato, antice truncato, summo 
breviier sulcato, antennis sat validis, apice crassioribus, fuscis, 
nitidis, articulis nltimis opacis; protlwrace brevissimo, elytris 
angusiiore, lateribus vix arcuatis angulis anticis apice rotundatis, 
dorso subtiliter punctulato, marginibus anlico et basait medio 
anguste sed nitidissimo cxruleis; elytris amplis, convexis, ad 
angulis anticis prothorace latioribus, dorso sat subtiliter lineato- 
punctatis; subtus cum pedibus valde nitidns, cœruleus aut 
virescens, pectore lateribus punctato, abdomine basi subtiliter 
striolato; $ tarsis latissimis. 

Ressemble à VA. cyaneolimbatus , mais un peu plus grand, un 
peu moins arrondi en arrière, avec le corselet plus finement 
ponctué, plus arrondi latéralement, les élytres à épaules un peu plus 
saillantes, et la coloration très peu brillante, ce qui fait mieux 
ressortir le brillant de la bordure externe et de la tête. 

Pseudeumolpus Florentini. — Long. 11 mill. — Ovatus, 
convexus, valde nitidus, capite protkoraceque fusco-cœruleis 
elytrh cupreolo-œneis, subtus cum pedibus fuscus, minus niti- 
dus, leviter cœruleo-micans, capite subtiliter punctulato, antice 
cum labro infuscato clypeo transversim impresso, oculis antice sat 
approximatis ; protlwrace transverso, elytris valde angusiiore, 
antice angustalo, lateribus valde rotundatis, dorso polito, basi 
paulo purpnrino-micante, angulis posticis acutiusculis , scutello 



298 

ogivali,fere Ixvi; élytris breviter ovatis, ad humeros, sat angu- 
latis, postice liaud ampliatis, apice obtuse rotundatis, dorso 
parum, profunde slriato-punctatis, striis basi fere crenatis, 
intervallis lœvibus, vix conv exiusculis ; subtus hevis, metapleuris 
paulo punctatis, abdomine vix perspicue punctulato, pedibus 
punctatis, sat gracilibus, tibiis anterioribus leviter arcuatis, femo 
ribus dente sat acuto, armatis. 

Diffère de ses congénères par sa forme extrêmement courte et 
ses élytres assez fortement striées. 

Camarimena cupreostriata. — Long. 16 mill. — Parum 
elongata, convexa, cupreola, sat nitida, capite prothoraeeque 
minus nitidis , cœruleo tinctis , subtics nitidior, prosterno, segmen- 
Us abdominalibus basi, elytrorum margine reflexo et pedibus cœru- 
leis ; capite dense sat fortiter, summo tenuiter punctato, inter 
oculos fere rugosuïo, labro truncato, dense fulvo-ciliato; antennis 
brevibus, fuscis, articulis ultimis latis, compressis ; protliorace 
valde elytris angustiore, antice attenuato, sat fortiter sat dense 
punctato, angulis posticis subacutis. basi sat late marginata, scu- 
tello cœruleo, punctulato; elytris oblongis, ad humeros angulatis, 
postice ampliatis, punctulato- striatis striis angustis, parum 
impressis nitide cupreis, ad latera cœruleis; intervallis con- 
vexiusculis , fere hevibus; prosterno et mesosterno fere rugose 
punctatis, illo late arcuatim cavato ,metasterno lateribus punctato, 
mediofere Ixvi, metapleuris intus fortiter punctatis et subsulcatis , 
abdomine sat dense punctato et subtilissime striolato, femoribus 
clavatis, cupreo- tinctis, sat subtïliter, tibiis fortius ac densius 
punctatis. — Indo-Chine. 

Forme de G. variabilis Walker, mais plus courte, d'une colora- 
tion et d'une sculpture très différentes; sous ce dernier rapport se 
rapprocherait de C. parabolica, mais la taille est plus forte, le 
corselet est moins étroit, moins rétréci en avant, les angles posté- 
rieurs sont bien moins saillants, la ponctuation est forte et bien 
moins serrée, les stries des élytres' sont moins profondes, moins 
fortement ponctuées. 

Le faciès de cet insecte rappelle plutôt celui des Encyalesthus. 

Camarimena nitidipes. - Long. 18 à 22 mill. — Elongata, 
convexa, xnescenli-cuptreola, sat nitida; capite dense punctato, fere 
rugosuïo, summo Ixviore, sutura clypeali lateribus impressa; an- 
tennis gracilibus , protlioracis basin longe super antibus, brunneis, 
apice vix sensim crassioribus ; prot/iorace elytris valde angustiore, 
longitudine vix latiore, antice leviter attenuato, lateribus fere 
redis, dorso dense sat fortiter punctato , linea média obsoletissime 
impressa, basi paulo incrassata, Ixvi, angulis posticis acute redis; 



299 

scutello ogivali, punctulato ; elytris valde oblongis, poslice leviter 
ampliatis, apice paulo acuminatis, dorso striatis, slriis dense 
subtiliter crenulalis, intervallis convexiusculis , ahitaceis, sub- 
tiliter transversim cicatricosis ; pectore sat nitido, subtiliter 
coriaceo-punctulato , pleuris sat dense punctatis, abdomine parum 
nitido, densissime strigosulo-punclato,femoribus clavatis, lœvïbus, 
nitidissimis , apice punctulalis, tibiis cuprariis fortiter sat dense 
punctatis, tarsis gracilïbus, infuscatis ; $ minor, longior, magis 
virescens, Q major, crassior, abdomine rage purpurascente, 
segmentis 2 ultimis infuscatis . 

Ressemble, pour la forme allongée, à C. variabilis, mais la 
ponctuation du corselet est plus fine, plus serrée et la sculpture 
des élytres est fort différente. 

Strongylium convexipenne. — Long. 14 mill. — Oblon- 
gum* longitudinaliter arcuatum, transversim valde convexum 
cœrulescenti-nigrum, sat nilidum, parce griseo-villosulum; capite 
punctulato, fronte medio leviter sulcatulo, ociclis approximatis, 
antennis corporis médium fere attingentibus, basi sat gracilibus 
articulis 5 ultimis compressis, latis, opacis, 5° sequenti vix 
longiore; prothorace transverso, elytris angustiore, antice angus- 
talo, lateribus a basi arcuatis, dorso grosse punctato, rugosulo, 
basi marginato, utrinque sat fortiter sinuato, angulis posticis 
aculis ; scutello acuto, rugosulo; elytris paulo compressis, sub- 
striato-punctatis , punclis basi grossis, post médium multo mino- 
ribus, apice fere obsoletis, sed slriis magis impressis, intervallis 
planis, laxe punctatis, transversim paulo plicatulis, lateribus 
evidentius; subtus dense punctulatum, griseo-villosum, pedibus 
elongatis, punctulalis. 

Ressemble beaucoup au S. gibbosulum Fairm. du Kinkiang, en 
diffère, outre la coloration, par la taille plus faible, la forme plus 
courte, le corselet bien plus court, avec les côtés plus arrondis en 
avant, le disque plus grossement et moins densément ponctué, etles 
élytres à points assez gros, mais non en forme de fossettes et 
devenant plus petits dès le milieu avec les intervalles tout à fait 
plans; le dessous du corps est plus ponctué et l'extrémité de 
l'abdomen est concolore. 

NETOPHA n. g. 

Corpus elongalum,fusiforme. Caput ovatum, clypeo sat magno, 
convexo, labro lato, truncato. Mandibulx arcuatx, apice integrœ. 
Palpi maxillares, articulo ullimo br éviter triangulari, angulis 
valde aculis. Oculi a prothorace distantes , renif ormes. Prothorax 
elytris angustior, subtiliter marginatus , antice et basi truncalus. 



300 

Prosternum iniercoxas angustum, mesosternum modice excava- 
tum, processus intercoxalis sat elongatum et acutum. Peàes sat 
elongati, modice graciles, femora sat crassa, tarsi antici lati, 
trilamellali, ptostici longiores, articulo 1° elongato. 

Ce genre se rapproche plus du groupe australien des Atractus et 
Tanychilus pour la forme générale, il s'en éloigne par les 
mandibules arquées, non bifides. Il diffère des Allecula par le corps 
plus allongé, le chaperon plus développé, le labre plus court, entier 
et le corselet plus étroit. 

N. pallidipes. — Long. 9 mill. — Elongata, gracilis, tota 
rufotestacea ; pedibus pallide flavidis, capite subtilissime punctato , 
supra et ante oculos transversim impresso, clypeo convexo, labro 
clypeo haud angustiore, antennis gracïlïbus, elytrorum médium 
super antibus , articulo 5° quarto parum breviore, ceteris subœqua- 
libus; prothorace elytris valde angustiore, longiludine parum 
latiore, antice vix altenuato, dorso densissime punctato, basi trans- 
versim obsolète et ulrinque foveola minuta impresso, angulis 
posiicis redis; scutello truncato, fere Ixvi, elytris elongatis, 
postice angustatis, apice obtusis, sat longe pilosellis, sat fortiter 
crenato-striatis, intervallis convexis fere lœvihis; subtus magis 
ru/us, nitidus, subliliter punctatus, peclore lateribus punctato, 
segmento venir ali ultimo late leviter impresso. 

Allecula luridipes. — Long. 11 mill. — Elongata, convexa, 
fusca, nitida, obsolète cœrulescens, ore piceo, antennis iiedïbusque 
dilule lestaceis, geniculis fuscis ; capite dense punctato, supra et 
ante oculos transversim profunde sulcato. clypeo convexo, labro 
magno, dilatato antice sinuato et ulrinque rotundato, oculis 
magnis, approximatis ; antennis gracilibus, pubescentïbus , arlicu- 
lis 2° 3°que œqualibus, ceteris?; prothorace parvo, elytris valde 
angustiore, antice sat fortiter angustato, dorso dense fortiter 
punctato, basi marginato et utrinque sinuato, angulis sat acute 
redis; scutello valde obtuso, pundulato, paulo convexo; elytris 
elongatis, post médium attenuatis, apice separatim rotundatis, ad 
humeros oblique rotundatis, dorso fortiter crenulato-striatis, 
pilosis ; intervallis convexiusculis, sat dense sat subliliter punctato - 
rugosulis ; subtus subtiliter pundata, pleuris fortiter pundatis, 
pedibus sat magnis, sat gracilibus, pilosis, femoribus parum 
crassis, tarsis anlicis lalis, articulis 3° et 4° late lamellatis, 
4" brevissimo. 

Ressemble assez à VA. arcuatipes, mais un peu plus étroite, 
à corselet bien plus atténué en avant, plus fortement ponctué, les 
côtés à peine arqués, les stries plus crénelées, avec les intervalles 
bien plus ponctués, les pattes plus longues ; la coloration est aussi 
différente. 



301 

Cistelomorpha nigrotibialis. — Long. 11 mill. — Oblongo- 
ovata, valde convexa indumento testaceo-Jlavo, pubescenle dense 
vestita, parum nitida, subtiliter pubescens, abdominis apice 
denudato, antennis [articulis 2 primis exceptis) tibiis tarsisque 
infuscatis ; capite milice sat producto, ptcnciulato, inter oculos 
transversim sulcatulo , labro in fuscato, nitido, apice sinuato, oculis 
distantibus, antennis sat gracilibus, médium corporis liaud attin- 
gentibus, articulis apice subnodulosis, 3° quarto longiore ; protJw- 
race transverso, elytris basihaud angustiore, antice valde angustato, 
laleribus a basi fortiter arcualis, basi Jiaud sensim bisinuato, 
angulis posticis redis; scutello triangulari, sat acuio; elytris 
oblongis, ad liumeros rotundatis, apice obtuse rotundatis, dorso sat 
fortiter striatis, striis dense crenalis, intervallis convexiusculis, 
parum dense pimctato-asperis, paulo inœqualiter latis; subtus 
subtiliter pubescens, pedihcs sat gracilibus , unguibus rufo-testaceis . 

Plus petite et plus courte que les grandes Cistelomorpha, formant 
la transition entre elles et la suivante. 

Cistelomorpha piceiventris. — Long. 8 mill. — Oblongo- 
ovata, elliptica, modice convexa, nitidula, supra rufo-testacea, 
subtiliter pubescens, elytris magis testaceis, vix nitidiorïbus, 
subtus castanea, abdomine, femorum apice tibiisque piceis; capite 
parvo, antice attenuato, dense punctato, labro injuscato, antennis 
castaneo-piceolis , parum gracilibus, médium corporis attingen- 
tibus, articulo 5° quarto snbœquali, céleris apice paulo angulatis; 
prothorace transverso, elytris parum angustiore. antice valde 
angustato* lateribus a basi sat fortiter arcuatis, dorso subtiliter 
densissime punclato, medio subtiliter lineata, basi utrinque late 
sinuato et minute foveolato, angulis haud obtus atis ; scutello fere 
triangulari, subtiliter punclulato, apice valde obtuso; elytris 
oblongo-ovatis, apice obtusis, sat striatis, striis subtiliter densis- 
sime crenulatis, intervallis leviter convexis, subtiliter densissime 
coriaceo-punctatis ; subtus dense vix distincte punctulata, pedibus 
mediocribus. 

Le faciès de cet insecte ne rappelle guère celui de ses congénères 
et se rapproche plutôt de quelques Cistèles européennes, mais 
l'extrémité des mandibules me semble entière. Quant à la différence 
de niveau entre le métasternum et l'abdomen, elle est bien vague et 
variable dans la même espèce. 

Casnonidea tibialis. — Long. 9 mill. — Elongata, sat 
convexa, rufotestacea, nitida, capite antice fumato , g enubus et tibiis 
fuscis, tarsis testaceis ; capite lœvi, supra et ante oculos profunde 
transversim impresso, oculis magnis, clypeo antice anguslato, 
labro basi angustalo, apice dilatato; antennis parum gracilibus, 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVI 1. 25 



302 

médium corporis haud altingentibus, articulis 3 primis paulo 
fumatis, 4° et 3° xqualïbus, ultimo ceteris longiore ; prothorace 
elytris fere dimidio angustiore, latitudine vix longiore, basi 
angustato, lateribus antice leviter rotundatis, basi breviter sinua- 
lis, dorso subtilissime punctulato, basi forliter marginato et 
extus angulato; scutello triangulari-ovato, apice obtuso ; elytris 
elongatis, ad humeros angulalim rotundatis, apice obtusis, dorso 
fortiter punctato-striatis , intervallis convexis, Ixvïbus, 4°, 3° et 5° 
punctis aliquot distantibus impressis, subtus lœvis, lateribus 
punctatis. 

Ressemble à la C. uniformis Fairra., de la même région, mais 
plus jaune, plus claire, avec les antennes plus grêles, le 1 er article 
atteignant le milieu de l'œil, le 3 e plus long que le 4 e , le corselet 
moins court, plus rétréci en arrière, l'écusson plus étroit, plus 
pointu, les élytres plus étroites, à stries moins fortement crénelées 
et à intervalles bien plus lisses; la coloration des pattes est aussi 
très différente. 

Mordella cinereo-nigra. — Long. 8 mill. — Elongata, 
postice gradatim attenuata, supra parum convexa, dense cinereo- 
pilosa, pilis adpressis, capile medio denudato nigro, prothorace 
vitta média, antice subinlerrupita et utrinque macula rotundata 
denudalis nigris , elytris sutura angustissima, basi utrinque maculis 
duabus (humerali oblonga), ante médium macula transversali 
valde dentata, medio maculis %,post médium plaga magna trans- 
versa communi denudatis nigris, pygidio medio auguste nigro- 
lineato, subtus cum pedibus dense cinereo-pilosa, fere plumbea; 
capite sat lato, convexiusculo , rugosulo-plicato, pMcis medio con- 
vergentibus, antennis gracilibus, sat brevibus, fuscis, palpis basi 
obscure ferrugineis ; prothorace elytris paulo latiore, antice atte- 
nuato, lateribus leviter rotundalo, margine postico utrinque late 
sinuato, angulis posticis obtusis; scutello dense cinereo ; elytris 
elongatis, a basi leviter altenuatis, apice separatim rotundatis, 
densissime subliliter coriace o-punctatis, sutura tenuiter elevata; 
2)ygidio elongato, medio carinulalo; subtus subtilissime dense 
punctulata, ptedïbus gracilibus, femoribus compressis, transversim 
strigosis. 

Forme de Vannulata Redt., mais corselet plus large, débordant 
les élytres ; coloration analogue avec un dessin différent. 



303 



COLEOPTERES DU HAUT TONKIN 
par L. Fairmaire. 

Mon excellent collègue, M, Lamey, a bien voulu me remettre 
une collection fort intéressante de Coléoptères recueillis par son 
neveu, M. L. Lamej, capitaine d'infanterie de marine, dans le 
nord du Tonkin. Ces insectes diffèrent notablement de ceux du 
bas pays, ils ont été capturés dans un rayon de 6 kilomètres 
autour du poste de Hà-lang, situé dans une région montagneuse, 
versant occidental de la chaîne du Yunnan. 

Malgré cette contiguïté, il y a peu de rapports entre les deux 
contrées ; très peu d'espèces se rencontrent des deux côtés de la 
chaîne ; notamment les Carabes, les Cychrus, les Feronia, si 
répandus dans le Yunnan, font ici complètement défaut. 

Mais cela peut dépendre de la saison où les insectes ont été 
recueillis, et de la difficulté d'explorer les hauts sommets habités 
par ces Carabiques. En revanche on y trouve desCétonides et des 
Anomalides encore inconnues, le g. GolialJiopsis dont les deux 
espèces connues appartiennent aux montagnes de la Birmanie et 
de l'Assam, une Serica magnifique, etc. 

Parmi les espèces de la Chine qu'on retrouve dans le haut 
Tonkin, je citerai : Glycyphana Bealiœ, mandarina, fulvistemma, 
modesta, Euclilora viridis. Cypliochihis farinosus, Lachnosterna 
plwmbea, Singhala basipennis, Catharsius molossus, sinicus^ 
OntJiophagus luridipennis , Phxochrous Davidis, Idiocnema sul- 
cipennis, etc. 

Le mémoire actuel ne concerne que les Scarabéides et les 
Hétéromères. Il suffira pour montrer que M. le capitaine Lamey, 
qui n'est pas entomologiste, a bien mérité de notre étude favorite 
en récoltant une suite si intéressante de Coléoptères. 

SCARABÉIDES. 

Onthophagus luridipennis Boh. — Long. 6 mill. — Ovatus, 
sat convexus, fusco-senescens, sat nitidus, prothoracis angulis- 
anticis late et vittula tenui média posticali testaceis, elytris 
testaceo-piceis, basi et apice testaceis, levissime senescentibus ; 
capite dense punctato, antice angulato et sat fortiter reflexo, 
vertice utrinque cornu gracili, divaricato, leviter arcuato armato; 
prothorace transverso, antice vix angustiore, lateribus rotundato, 
dorso dense punctulato, leviter rugosulo, linea média dilutiore 
lsevi, subimpressa, antice medio oblique declivi, subimpresso, 



304 

margine supero levissime sinuato ; elytris brevibus, ante médium 
postice paulo attenuatis, parum profunde crenulato-striatis, inter- 
vallis vix convexiusculis, parum dense subtiliter punctulato- 
asperatis, sutura laeviore, anguste aneomicante; pjgidio laxe 
asperulo-punctato, testaceo, parum maculato; subtus squalide 
testaceus, pectore fusco, abdomine transversim fusco vittato, 
pedibus anticis infuscatis ; $• 

Ressemble à YO. tauncs, mais beaucoup plus petit, la tête est 
plus rétrécie et plus angulée en avant, très légèrement anguleuse 
de chaque côté, les cornes sont plus grêles, le corselet est plus 
court, arrondi sur les côtés, à peine rétréci en avant, plus forte- 
ment ponctué ainsi que les élytres. La coloration est différente du 
taurus typique, mais ressemble beaucoup à certaines variétés 
moins colorées ; les interstries des élytres ne sont pas alterna- 
tivement un peu plus convexes. 

Onthophagus dorsofasciatus. — Long. 8mill. — Breviter 
ovatus, fusco-senescens, nitidus, subtiliter griseo-setosulus, elytris 
rufis, plaga magna transversa fusco-plumbea, valde dentata 
et lacerata, extus dilatata, macula humerali et altéra apicali 
similiter fuscis, pygidio rufo, fusco plagiato, subtus testaceo 
plagiatus, femoribus plus minusve testaceis; capite antice fere 
rotundato, integro, dense punctato, subtiliter rugosulo, transver- 
sim bicarinato, carina clypeali arcuata ; prothorace transverso, 
lateribus rotundatis, basi obsolète brevissime sinuatis, dorso forti- 
ter sat dense punctato, antice utrinque leviter angulato et medio 
lineola leviter elevata, postice abbreviata, basi medio obsolète 
impresso ; elytris paulo plauiusculis lateribus sat rotundatis, 
subtiliter striatis, intervallis vix convexiusculis, fortiter sat 
dense punctatis, paulo rugosulis; pygidio laxe punctato; pectore 
lateribus laxe fortiter, medio densino subtiliter punctato, abdo- 
mine fere laevi, femoribus anticis crassis, grosse punctatis, tibiis 
anticis 4-dentatis, dente supero brevissimo ; Q. 

Ressemble au trituber Wied., mais plus grand, moins brillant, 
à ponctuation beaucoup plus forte, notamment sur la tête, le 
corselet n'ayant qu'un faible relief de chaque côté et les pattes 
étant bien plus robustes. 

Onthophagus nitidiceps. — Long. 3 1/3 mill. — Brevissime 
ovatus, crassus piceo-aenescens, nitidus, rufopuberulus; capite 
summo laevi et transversim concavo, fronte cornu gracili parum 
elongato armata, ciypeo rugosulo, antice medio leviter sinuato ; 
prothorace lateribus rotundato, antice paulo angustiore, margine 
postico subtiliter marginato, angulis posticis rotundatis, dorso 
fortiter sat dense punctato; elytris minus convexis et magis 



305 

piceis, lateribus dilutioribus, subtiliter striatis, striis fere laevibus, 
intervallis planiusculis, sat subtiliter punctato-asperulis, sutura 
basi depressa; pygidio sat dense fortiter punctato; pedibus rufo- 
piceis, tibiis anticis tridentatis. 

Oniticellus tonkineus. ■ — Long. 9 à 10 mill. — Ovatus, 
brunneo-aenescens, modice nitidus, elytris dilutioribus, vage fer- 
rugineo tinctis, interdum lateribus et apice ferrugineis, subtus 
cum pedibus nitidior, his ferrugineis; capite fere laevi, antice 
subtruncato, genis fere truncatis; prothorace elytris haud angus- 
tiore, antice angustato, lateribus basi leviter sinuatis, dorso sat 
dense punctulato, postice medio longitudinaliter impresso ; scu- 
tello minuto sed distincto; elytris leviter striatis, striis vix 
punctulatis, intervallis planiusculis, vix punctatis, alternatim 
levissime convexis; pygidio laevi; tibiis anticis fortiter 4-dentatis. 
<$ cornu frontali leviter arcuato, transversim compresso, apice 
furcato, prothoracis cornu antico horizontali, supra sulcato, 
apice emarginato, parte antica laevi, metallico-micante; 9 capite 
antice transversim carinato, carina frontali utrinque breviter 
cornuta, prothorace fortius punctato, antice medio late breviter 
lobato lobo medio depresso, ad angulos rotundato, utrinque infra 
denticulo signato. 

La coloration de cette insecte rappelle celle des Onthophagus 
Worsissa et Negus ; elle est un peu variable et passe parfois au 
verdâtre, mais toujours avec les fémurs d'un roussâtre clair. 

Ammœcius crassulus. — Long. 4 1/2 mill. — Ovatus, valde 
convexus, niger, nitidus ; capite sat lato, antice fere truncato, sed 
utrinque late rotundato, subtiliter sat dense punctulato, sutura 
clypeali utrinque leviter elevata, clypeo antice medio paulo con- 
vexo, genis obtuse angulatis; prothorace tranverso, elytres haud 
angustiore, lateribus leviter rotundatis, antice vix angustiore, 
dorso dense sat fortiter punctato, basi haud marginato, angulis 
obtusis, anticis fere rectis ; scutello acuto, insequali; elytris brevi- 
bus, apice sat abrupte declivibus et rotundatis, dorso sat fortiter 
crenulato-striatis, intervallis planis, alutaceis ; tibiis anticis for- 
titer tridentatis, tarsis rufescentibus, metatarso duobus sequenti- 
busconjunctis aequali. 

Forme de VA. rugifrons, mais avec le chaperon fortement 
arrondi de chaque côté et le corselet densément ponctué ; le bord 
antérieur du chaperon est un peu relevé de chaque côté et déprimé 
au milieu, ce qui le fait paraître légèrement sinué. 

Homaloplia rufoplagiata. — Long. 4 à 4 1/2 mill. — Ovata, 
valde convexa, fusca, subopaca, pruinosa, capite prothoraceque 
paulo aeneo-micantibus, elytris utrinque plaga magna discoidali 



306 

rufa, sœpius medio interrupta; capite antice truncato et paulo 
reflexo; prothorace brevi, antice angustato, lateribus a basi 
rotundatis, dorso vix distincte punctulato medio obsolète lineato, 
basi utrinque late sinuato, angulis sat obtusis; scutello acute 
triangulari; elytris brevibus, sat late punctulato-striatis, inter- 
vallis leviter convexis, haud punctatis ; pygidio punctulato, 
setosulo; subtus magis pruiosa, abdomine picescente, pedibus 
interdum rufopiceis ; antennarum clava sat magna, trilamellata. 
Ressemble extrêmement à la Serica cruciala, de Madagascar, 
qui me paraît une BomalopUa, mais notablement plus grande, 
moins villeuse, avec l'écusson moins large, les côtes des élytres 
moins convexes, leur coloration moins miroitante, la bande dis- 
coïdale plus rouge et les pattes plus larges, plus comprimées. 

Phseochrous ruflcollis. — Long. 7 mill. — Minor, ovatus, 
convexus, piceus, nitidus, prothorace obscure rufo, elytris lateri- 
bus, apice et sutura rufescentibus, subtus cum pedibus testaceo- 
rufus, tibiis paulo obscurioribus; capite subtiliter dense punctato, 
summo lsevi, antice leviter emarginato; prothorace transverso, 
parum dense sat subtiliter punctato, antice angustato, lateribus 
fere rectis, anguste marginatis ; scutello vix punctulato ; elytris 
dense substriato-punctatis, intervallis angustis, sutura elevata et 
utrinque intervallis 3 vix perspicue paulo elevatis; subtus laevis. 

Ce Phœoclirous est remarquable par son corselet très étroite- 
ment rebordé sur les côtés; il est en outre assez petit et la 
coloration du corselet est assez spéciale, mais n'ayant vu qu'un 
seul individu, je ne puis certifier que cette coloration soit normale. 

HYPSELODERUS n. g. 

Ce genre est extrêmement voisin de Liparochrus d'Australie ; 
il en diffère par le corps moins court, la tête arrondie et rebordée 
au bord antérieur, cachant toute la bouche, la massue des anten- 
nes globuleuses, le 1 er feuiilet n'emboîtant pas les deux autres, le 
corselet ne débordant pas les élytres, à peine plus étroit, déclive 
sur les côtés qui sont faiblement marginés et seulement en avant, 
ayant de chaque côté, au-dessus des angles postérieurs, un pli 
très saillant, oblique, l'écusson en triangle allongé, les élytres à 
épaules plus marquées, le calus humerai très convexe, assez 
étroitement marginées ; les tibias antérieurs sont fortement tri- 
dentés et crénelés au-dessus, l'éperon terminal est assez court. 

H. denticollis. — Long. 5 i/i mill. — Ovatus, postice 
ampliatus, valde convexus, rufopiceus, valde nitidus ; capite sat 
dense punctato, margine antico fere rotundato, leviter reflexo ; 



307 

prothorace longitudine plus duplo latiore basi elytris haud angus- 
tiore, lateribus sat marginatis, antice tantum arcuatis, dorso 
dense sat fortiter punctato, margine postico medio elevato et 
utrinque declivi, postice utrinque oblique fortiter plicato ; scutello 
laevi ; elytris punctis grossis seriatis, haud striatis, ante apicem 
fere subgibbosulis et sat abrupte declivibus, apice rotundatis; 
subtus punctatus, tibiis anticis sat fortiter tridentatis. 

Hoplia opalescens. — Long. 5 1/2 mill. — Ovata, castanea, 
squamules rotundis capite prothoraceque pallide carneo-rufulis 
elytris magis margaritaceis dense vestita, punctis denudatis spar- 
suta, elytris plagula posticali magis nuda signatis ; capite rugoso, 
antice leviter attenuato; prothorace transverso, elytris angustiore^ 
antice angustato, lateribus a basi leviter arcuatis, basi medio fere 
angulatim arcuata, utrinque leviter sinuata, angulis posticis valde 
obtusis, anticis acutiusculis, scutello apice obtuso ; elytris breviter 
ovatis, medio paulo ampliatis; pygidio dense squamoso; subtus 
punctata, dense argenteo-squamosa, tibiis anticis tridentatis, pedi- 
bus anticis unguiculo externo apice fisso. 

Ressemble assez à Yaurotincta Fairm., du Tonkin, mais la colo- 
ration n'est pas aussi brillante, les côtés du corselet ne sont pas 
si fortement arrondis en arrière, les élytres ne sont pas impres- 
sionnées et les tibias antérieurs sont moins fortement dentés. 

Serica iridicauda. — Long. 10 à 12 mill. — Ovata, postice 
ampliata, fortiter convexa, fusco-cœrulescens, nitida, leviter 
virescenti-micans, elytris postice splendide cyaneo et cypreo iri- 
deis ; capite summa lsevi ; clypeo fortiter sat dense punctato, 
antice fere truncato, margine paulo reflexo et utrinque rotundato, 
sutura clypeali sat fortiter impressa, palpis antennisque piceis, 
his 10-articLilatis, prothorace brevi, antice fortiter angustato, 
dorso parum dense sat grosse punctato, basi utrinque transversim 
impresso, angulis posticis satacutis; scutello triangulari, apice 
paulo obtuso, medio costato, utrinque punctato, elytris sat bre- 
viter ovatis, apice abrupte rotundatis, dorso late ac fortiter 
sulcatis, sulcis fundo sat fortiter punctato-crenatis, intervallis 
convexis, basi paulo planioribus, postice magis elevatis, ante 
apicem transversim impressis et cœruleo-metallico tinctis, subtus 
leviter cyaneo et purpurino micans, lateribus fortiter punctata, 
pygidio sat grosse parum dense punctato, metasterno medio sul- 
cato, tibiis anticis tridentatis. 

Cet insecte est remarquable par la coloration chatoyante, plus 
arrêtée et plus splendide à l'extrémité des élytres où elle forme 
des bandes transversales et changeantes. Il ressemble, sous ce 
rapport, à la S. splendens, de Madagascar, mais le corselet est 



308 

plus grossement ponctué, les élytres sont profondément striées 
avec les intervalles presque complètement lisses. 

Serica immutabilis Gyll. — Long. 9 1/2 mill. — Ovata, 
convexa, postice vix sensim ampliata, picea, parum nitida, vage 
metallescenti-micans, lateribus rufopiceis; capite summo infus- 
cato, sat subtiliter punctato, parte antica valde nitida, rufula, 
fortius punctata, margine reflexo, sutura clypeali arcuata, lateri- 
bus magis distincta; antennis squalide testaceis, clava stipite 
longiore ; prothorace brevi, longitudine duplo latiore, antice 
angustato, lateribus sat rotundatis, subtiliter sat dense punc- 
tulato, antice et lateribus subtilius, margine postico utrinque 
sinuato, anguîis pnsticis obtusis; elytris apice abrupte rotundatis, 
dorso fortiter striatis, intervallis convexis, sat fortiter punctatis; 
subtus dense punctata, abdomine et pygidio minus dense punc- 
tatis, pedibus compressis, fere lsevibus, tibiis anticis fortiter 
bidentatis. 

Hilyotrogus cribratulus. — Long. 12 mill. — Oblongus, 
sat fortiter convexus, medio leviter ampliatus, squalide et dilute 
lutoso-testaceus, nitidus, glaber; capite brevi, sat lato, antice 
fere truncato, sed utrinque rotundato, fortiter dense punctato, 
antice marginato; sutura cljpeali impressa; prothorace valde 
transverso, longitudine duplo latiore, antice parum angustato, 
dorso dense fortiter punctato, sat ruguloso, lateribus antice 
paulo obtuse crenulatis, angulis posticis obtusis; scutello apice 
rotundato, medio leevi; utrinque fortiter punctato; elytris ovatis, 
apice extus valde rotundatis, dense sat fortiter punctatis, sutura 
elevata et utrinque lineis 3 vix distincte elevatis; pygidio fortiter 
dense punctato; subtus laxe punctatus, lateribus sat late griseo- 
pruinosis, tibiis anticis sat acute bidentatis, tarsis gracilibus, sat 
elongatis, unguibus acute appendiculatis. 

Ressemble un peu à VIT. Davidis, mais plus petit, plus étroit, 
moins rugueux et plus ponctué, avec le corselet légèrement 
impressionné à la base, au milieu. L'écusson plus relevé au 
milieu, les élytres à côtes moins larges et les tibias antérieurs 
n'ayant que 2 dents marquées, la 3 e à peine indiquée. 

Anomala cinabarina. — Long. 10 mill. - Ovata, convexa, 
postice levissime ampliata, tota rufo-rubra, valde nitida subtus 
paulo magis rufula ; capite densissime punctata-ruguloso, minus 
nitido, antice subtruncato, utrinque rotundato, sutura clypeali 
tenui, recta; prothorace elytris angustiore, valde transverso, 
antice sat angustato, lateribus medio rotundato, dorso fere polito, 
punctulis laxe sparsisto, margine postico subtiliter marginato, 
angulis obtuse rectis, anticis paulo productis ; scutello late ogivali, 



309 

lateribus et apice punctato; elytris sat brevibus, ad humeros 
rotundatim angulatis et elevatis, dorso substriato-punctatis, striis 
extus grossius punctatis et paulo irregularibus, intervallis fere 
planis, lasvibus, disco fere medio sat late impressis, intervallis 
7°, 9°que basi leviter convexis ; pygidio brevi, sat fortiter 
punctato; subtus lateribus punctata, pedibus validis, femoribus 
posticis latis, compressis, tibiis posticis medio inflatis, tibiis 
anticis fortiter bidentatis, unguibus 4 anticis paulo inaequalibus, 
longiore et crassiore apice fisso, 2 posterioribus fere sequalibus, 
integris. 

La forme, la sculpture et la coloration de cet insecte ne per- 
mettent pas de le rapprocher des Anomala que je connais et 
pourtant je ne puis le séparer de ce genre. 

Anomala platypyga. — Long. 8 1/2 mill. — Ovata, postice 
ampliata, sat fortiter convexa, rufa, valde nitida, capite pro- 
thoraceque leviter aaneo-micantibus, subtus cum pedibus paulo 
dilutior; capite dense sat fortiter punctato, fronte planata, clypeo 
antice modice reflexo, fere truncato, sutura clypeali tenui sed 
distincta; prothorace elytris haud angustiore, valde transverso, 
longitudine fere duplo latiore, antice a medio sat fortiter angus- 
tato, lateribus antice arcuatis, dorso parum dense punctato, 
versus angulos, posticos levissime impresso, his sat obtusis; 
scutello lato, punctato ; elytris brevibus, postice ampliatis, apice 
separatim rotundatis, dorso sat fortiter punctato-striatis, striis 
grosse punctatis, suturali paulo profundiore; 2 a basi valde irre- 
gulater punctata, intervallis sat inaequaliter latis, vix convexius- 
culis, 5° postice, 7° basi punctatis, callo humerali sat convexo; 
pygidio late triangulari, apice fere truncato, medio late depresso, 
fortiter sat dense punctato; subtus punctulata, pectore villosulo, 
pedibus brevibus, crassis, tibiis anticis tridentatis, dense supero 
obsoleto, ceteris validis, tarsis crassis, anterioribus unguiculo 
externo apice bifido, unguiculis posterioribus integris, 

Ressemble un peu à VA. scintillans, mais bien plus petite, à 
corselet plus fortement arrondi sur les côtés avec les angles anté- 
rieurs effacés, à élytres bien plus courtes, plus grossement striées 
et à pygidium plan, presque tronqué. 

Anomala scintillans. — Long. 13 mill. — Ovata, convexa, 
postice vix ampliata, rufa, nitidissima, prothorace capiteque 
cupreolo micantibus, hoc antice opaculo, elytris dilute ccerules- 
centi-micantibus ; capite antice late rotundato et leviter marginato, 
densissime sat subtiliter punctato, rugosulo , sutura clypeali 
aenescente; antennis rufulis, clava (basi excepta) fusca ; protho- 
race transverso, elytris angustiore, undique marginato, antice 



310 

tantum a medio angustato, dorso sat subtilîter laxe punctato, 
basi utrinque transversim impressiusculo, angulis posticis fere 
rectis, anterioribus sat acute productis, scutello ogivali, parce 
punctato; elytris ante médium paulo ampliatis, margine externo 
breviter crassato, dorso substriato-punctatis, striis apice abbre- 
viatis, sed 2 a et 3 a apice arcuatim conjunctis, 5 a basi fere usque 
ad médium transversim plicatula, intervallis planis, lsevibus, 
submarginali basi elevato, callis humeralibus et ante apicalibus 
convexis, latis ; pygidio dense sat fortiter punctato, lateribus 
impresso, apice piloso; subtus cum pedibus rufula, metallico- 
micans, haud villosa, pectore lateribus fortiter punctato, metas- 
terno medio profunde sulcato, abdomine transversim sat fortiter 
punctato, pedibus validis, tarsis fusco annulatis, tibiis anticis 
bidentatis, dente apicali oblongo, obtuso, tibiis posticis crassis, 
tarsis intermediis solis unguiculo externo subtiliter fisso. 

La forme du corselet rappelle celui des Phyllopertha, mais la 
tête et les pattes sont celles des Anomala. 

Anomala. bivirgulata. — Long. 13 mill. — Ovata, convexa, 
virescenti-senescens, metallica, nitida, elytris dilute testaceis, 
disco medio utrinque signaturis 2 brunneis, interna minutissima, 
altéra paulo majore ; capite sat subtiliter densissime ruguloso- 
punctato, antice late rotundato et leviter reflexo, sutura clypeali 
tenui, viridi; antennis testaceis, clava vix obscuriore; prothorace 
transverso, antice arcuatim angustata, dorso dense parum grosse 
punctato, medio et lateribus obsolète impressiusculo, lateribus 
medio foveola viridi-nitida signato, basi subtiliter, medio obsolète 
marginata, medio late rotundata, utrinque laevissime sinuata, 
angulis rectis ; scutello obtuse ogivali ; subtiliter dense punctu- 
lato; elytris substriato-crenulatis, interstitio 2° lato, sat dense 
punctato, intervallis convexiusculis, 3°, 6°, 9°que paulo magis 
elevatis, callo humerali et callo subapicali sat convexis; pygidio 
breviter conico, dense subtiliter punctulato-strigoso, griseo- 
villoso ; subtus senea, nitida, sed dense, lateribus praesertim, 
griseo-fuliginoso-villosa, pedibus nitidioribus, laxe villosis, tibiis 
anticis sat fortiter bidentatis, dentibus acutis, tibiis posticis parum 
crassis, tarsis anterioribus crassis, articulo 5° valido, subtus 
obtuse dentato, unguiculo externo validiore, apice profunde fisso, 
tarsis intermediis unguiculo apice breviter fisso, posterioribus 
integro. 

Ressemble, pour la forme et la coloration générale, aux variétés 
pâles de Y A. Fritscliii, mais la tête est moins tronquée, le corselet 
est plus densément et plus finement ponctué, ainsi que Técusson, 
les élytres sont moins convexes, à côtes peu marquées, le pygi- 
dium est conique, plus finement ponctué-striolé, velu, ainsi que le 



311 

dessous du corps, les tibias antérieurs ont 2 fortes dents et aux 
4 tarses antérieurs, le crochet externe est fendu à l'extrémité. 

Anomala punctulicollis. — Long. 20 mill. — Ovata, con- 
vexa, postice leviter ampliata, obscure seneo-virescens, nitida, 
glabra; capite densissime punctato, antice late leviter rotundato 
et paulo marginato, sutura clypeali indistincta; prothorace trans- 
verso, a basi antice arcuatim angustato, dorso dense parum for- 
titer punctato, basi leviter marginato et late leviter utrinque 
sinuato, angulis posticis fere rectis, anticis paulo prominulis; 
scutello ogivali, sat dense punctulato; elytris striato-crenulatis, 
striis primis profundioribus, intervallis lsevibus, paulo, inaequali- 
bus, 2° latiore, irregulariter punctato, 3° angustiore, 4° paulo 
latiore, ceteris alternatim paulo convexis, striis 2 a , 3 a et submar- 
ginali apice profundis; pygidio subtiliter dense strigosulo-rugoso ; 
subtus paulo picescens, pectore lateribus dense punctato et parce 
rufovilloso; abdomine transversim strigosulo-punctato ; pedibus 
fortiter punctatis, tibiis anticis obtuse bidentatis, dente apicali 
elongato, apice latiore et rotundato, fere cochleato. 

Ressemble à VA. microcephala de Colombie, mais plus grande, 
plus oblongue, plus ponctuée avec les élytres moins nettement 
striées, une coloration générale plus verdàtre et la saillie mésos- 
ternale nulle. 

Popilia dilutipennis Fairm. — J'ai décrit cette espèce 
sur de petits individus; mais j'en trouve un qui atteint 10 mill. 
parmi les récoltes de M. le capitaine Lamey et qui ne diffère, en 
outre de la taille, que par le pygidium d'un vert métallique. 

Popilia angulicollis. — Long. 9 1/2 mill. — Prsecedenti 
aflânis sed prothorace paulo cupreo micante, lateribus haud flavo, 
elytris sutura anguste, lateribus sat late fusco vittatis; capite 
fortius dense punctato, clypeo obscuriore ; prothorace lateribus 
'rotundatim angulato, angulis posticis fere rectis, dorso sat 
fortiter laxe punctato, basi fere lsevi ; scutello sat fortiter' punc- 
tato ; elytris medio ampliatis, post scutellum transversim impres- 
siusculis, sat fortiter striatis, striis parum punctatis intervallis 
parum convexis, laevibus, humeris supra impressis; pygidio aeneo 
et purpurino mixto, sat fortiter parum dense punctato, maculis 
albis satlatis; subtus cuprea, segmentis ventralibus basi seneis, 
lateribus dense albido-pilosis, pedibus validis, tarsis cœrulescenti- 
fuscis. 

Cette Popilia ressemble aussi à la straminipennis Kr., mais 
le corselet est plus fortement ponctué, ses côtés sont plus angu- 
leusement arrondis, l'écusson est plus ponctué et les élytres sont 
impressionnées derrière l'écusson. 



312 

Taeniodera furcata. — Long. 16 mill. — Oblonga, ad 
humeros dilatata, supra planiuscula, fusca, opaca, prothorace 
ochraceo trivittato, vitta mediana antice furcata, lateralibus 
abbreviatis, scutello vitta média anchoriformi ochracea, elytris 
rufis, ad suturam nigro trifasciatis, fascia média extus angulata et 
usque ad humerum prolongata, hac vitta externa flavo biguttata, 
fascia prima apice flavo-marginata et striga apicali transversa 
tenui flava, subtus fusca, valde nitida, lateribus late flavo-ochraceo 
plagiatis; capite dense rugato, costula média tenui, basi latiore 
et polita signato, clypeo late emarginato ; prothorace parum 
transverso, antice a medio angustato, lateribus antice rotundatis, 
dorso dense asperato ; scutello acuto ; elytris ad humeros dilatatis, 
postice leviter attenuatis, dorso suturam versus subtiliter, extus 
haud striatis, suturam versus longitudinaliter leviter depressis ; 
pygidio punctato-rugoso ; corpore subtus parum dense grosse 
punctata, pedibus rugoso-punctatis, tibiis anticis breviter acute 
tridentatis. 

Heteronychus interruptus. —Long. 14 à 17 mill.— Ovatus, 
convexus, valde convexus, fusco-niger, nitidus ; capite earioso- 
rugoso, fronte transversim levissime impressa, carina clypeali 
medio interrupta et leviter bituberculata, clypeo antice angustato 
et obtuse biangulato ; prothorace sat amplo, lateribus antice 
rotundato, dorso lœvi, aut potius indistincte punctulato, antice 
œquali, haud impresso, margine postico vix bisinuato, angulis 
posticis valde obtusis ; scutello lsevi ; elytris postice vix ampliatis, 
fortiter punctato-striatis, striis extern is tantum punctis indicatis, 
intervallis planiusculis, 2° latiore, punctis aliquot seriatis, callo 
anteapicali sat convexo, apice fortiter dense punctato ; pygidio 
laevi, basi sat fortiter punctato; subtus lateribus punctatus, pedi- 
bus validis, tibiis fortiter tridentatis, dente superno paulo magis 
distante et intervallo antea unicrenulato, margine supero pluri- 
crenulato. 

Ressemble à Y H. arator, mais moins court, le chaperon n'est 
pas tridenté en avant, la carène clypéale est interrompue au 
milieu en formant deux petits tubercules, le pygidium est forte- 
ment ponctué à la base et le dessous du corps est d'un brun noir 
comme le dessus. Voisin du 2)iceus Fab., des Indes orientales, mais 
bien plus grand, avec le corselet presque lisse, à peine ponctué vers 
les angles antérieurs, le pygidium assez densément ponctué à la 
base et les tibias antérieurs n'ayant que de faibles crénelures 
au-dessus de la dent supérieure. 

Les crochets antérieurs $ sont égaux et assez grêles. 

On trouve en Cochinchine : 1° une espèce bien voisine pour la 



313 

taille, la forme et la coloration [H . punctolineatus n. sp.); elle en 
diffère par les stries des élytres qui sont à peine marquées, même 
la suturale, le chaperon est un peu plus tronqué, Técusson est 
plus large, le pjgidiumplus densément et plus longuement ponctué, 
le corselet est encore plus lisse. 

2° Une autre moins voisine [H. monodon n. sp.), n'ayant que 
12 à 14 mill. et très distincte par la tête couverte d'aspérités 
serrées, la carène clypéale relevée au milieu en un court tuber- 
cule conique, le chaperon plus rétréci et plus obtus en avant, le 
corselet assez fortement ponctué sur les côtés et aux angles, à 
peine visiblement au milieu, le bord antérieur très faiblement 
impressionné au milieu ; les élytres sont fortement striées et 
les stries fortement ponctuées, les intervalles sont un peu 
convexes, le 2 e n'a que quelques points à la base; le pygidium est 
entièrement et fortement ponctué ; le dessous du corps est 
fortement ponctué sur les côtés et les tibias antérieurs sont tri- 
dentés, ayant seulement un petit angle à peine distinct après la 
dernière dent. 

Enfin au Cambodge une petite espèce [H. cribratellus n. sp.) 
n'a que 10 mill.; elle est plus cylindrique, d'un brun noir en 
dessus, d'un brun de poix en dessous avec les pattes; la tête est 
rugueusement ponctuée, avec le bord antérieur un peu relevé 
aux angles, la carène clypéale bien marquée de chaque côté, 
interrompue au milieu et formant 2 petites saillies très obtuses, le 
corselet présente une ponctuation assez forte, médiocrement 
serrée, très fine au milieu, le bord antérieur est uni, l'écusson 
est très triangulaire, les élytres sont striées-ponctuées, mais les 
stries médiocrement profondes, les points assez forts, assez serrés 
et presque en ligne sur les côtés, les intervalles sont légèrement 
convexes, lisses, le 2 e avec quelques points à la base, la strie 
suturale est très profonde vers l'extrémité ; le pygidium est 
entièrement et fortement ponctué; le dessous du corps est assez 
fortement ponctué sur les côtés, les tibias antérieurs sont triden- 
tés avec une petite dent avant et une après la 3 e dent. 

Trichogomphus tonkinens. — Long. 50 mill. — Subqua- 
drato-oblongus, convexus nigrofuscus, nitidus; capite brevi, 
antice fere truncato, cornu valido, paulo compresso, arcuato, 
apice obtuso armato ; prothorace quadratim transverso, elytris 
haud angustiore, lateribus fere parallelis, antice angulatim 
constrictis et abrupte rotundatis, dorso valde coriaceo, medio 
valde elevato, gibboso, laevi, gibbere antice bilobato, labis obtusis, 
lateribus antice supra angulos obtuse breviter productis, margine 
postico utrinque fortiter sinuato, angulis posticis fere rectis, 



314 

parte antica retusa antice medio laevigata; scutello lato, obtuse 
angulari, leviter coriaceo; elytris ad numéros angulatis, apice 
valde rotundatis, dorso grosse lineato-punctatis, lineis geminatis, 
punctis et lineis post médium obsoletis, intervallis similiter sed 
irregulariter punctatis, linea suturali striata, apice profundiore; 
pygidio dense rugoso-punctato, medio transversim lsevigato ; 
subtus lasvis, pectore laxe punctato, abdomine lateribus dense 
rugosulo et rufo villoso, pedibus validis, femoribus latis, lsevibus, 
tibiis anticis obtuse tridentatis. 

Paraît voisin du T. Martdbani, mais ce dernier, comme ses 
congénères, a les élytres lisses, n'ayant que quelques points 
autour de l'écusson, le corselet est aussi long que large et la 
gibbosité dorsale est composée de 2 saillies conjointes et relevées. 

Cosmonota cribellata. — Long. 14 mill. — Ovata, postice 
leviter attenuata, supra planiuscula, nigra nitida, subtilissime 
setosula, pectore lateribus rubiginoso-villoso, abdomine lateribus 
maculis griseo-villosis signato ; capite antice subquadrato, dense 
sat subtiliter rugoso, margine antico reflexo ; prothorace elytris 
parum angustiore, a basi antice sat fortiter angustato, dorso dense 
strigoso-punctato, margine postico ad scutellum late sinuato et 
anguste polito, angulis posticis rotundatis ; scutello acuto, basi 
parce punctato , elytris dense fortiter aspero-punctatis, basi gros- 
sius, post scutellum transversim sat profunde impressis, sutura a 
medio postice elevata et lsevi, disco utrinque obsolète bicostulatis, 
callo postico prominente; pygidio subtiliter dense strigosulo ; 
pectore lateribus punctato, abdomine fere laevi, pedibus piceis, 
fortiter punctatis, femoribus anticis pubescentibus, tibiis anticis 
strigosis, minute dentatis. 

Voisine de la R. setîilosa, mais beaucoup plus petite, plus noire, 
la tête est plus carrée en avant, la ponctuation du corselet est 
plus striolée, l'écusson n'a que quelques points à la base, les élytres 
sont plus finement ponctuées, l'impression postscutellaire est plus 
profonde, les tibias antérieurs sont plus étroits, striolés, avec les 
dents à peine marquées, l'abdomen est presque lisse, avec des 
taches latérales plus marquées ; enfin la vestiture du dessus du 
corps est beaucoup plus fine. 

Rhomborhina fuscipes. — Long. 22 à 23 mill. — Viridis, 
splendens, prothorace (marginibus exceptis) scutelloque levissime 
rufescentibus, tibiis tarsisque fusco-piceis; capite antice quadrato 
et levissime ampliato, densissime punctato, apice truncato, parum 
reflexo, antennis fuscis; prothorace antice a basi angustato, minus 
transverso, lateribus sat fortiter marginato, dorso densissime 
punctato, angulos posticos versus leviter oblique impresso, mar- 



315 

gine postico medio sinuato, angulis posticis vix obtusis, anticis 
sat acutis; scutello acuto, lateribus parce punctato; elytris postice 
leviter attenuatis, apice fere truucatis, sed extus rotundatis, dorso 
dense punctulatis, punctis fuscis, lateribus subtiliter transversim 
strigosulis, sutura apice elevata et acuta; pjgidio parum fortiter 
punctato, utrinque impresso, subtus lsevis, pectore lateribus parce 
punctato, coxis posticis sat dense punctatis, extus paulo rufescen- 
tibus, processu mesosternali producto, apice obtuso, femoribus 
cicatricosis, tibiis rugatis, anterioribus apice tantum spinosis. 

Ressemble assez à la japonica, mais plus petite, plus étroite, 
plus atténuée en arrière, d'une coloration plus verte et plus gaie, 
avec le chaperon plus fortement rebordé, le corselet plus étroit, 
plus allongé, plus densément ponctué, le pygidium à fines aspé- 
rités écartées, la saillie prosternale bien plus étroite et les tibias 
bruns comme les tarses. 

Cetonia Guillotii Fairm, Ann. Soc. Belg., 1891, C. R., 7. 

Cette Cétoine que j'ai décrite d'après des individus provenant 
du Kin-Kiang, se retrouve dans le haut Tonkin, tant à Lang-Song 
qu'à Hâ-Lang. 

Ces exemplaires diffèrent un peu de ceux du Kin-Kiang par la 
taille plus forte, la ponctuation plus marquée, le chaperon plus 
angulé; la coloration est d'un brun rougeâtre, mate et assez 
veloutée chez les çf, un peu métallique et plus brillante chez les Q. 

Goliathopsis Lameyi Fairm. Ann. Soc. Ent. Fr., 1893, 
B. VII. — Long. 11 mill. — Ovatus, crassus, dorso planiusculus, 
nigro-fuscus, opacus, sat dense breviter fulvido-hirtulus, capite et 
cornubus intus dense pallido-squamosis,prothorace disco punctis 4 
et striga média basali tenui pallidis, elytris utrinque macula 
marginal! paulo post médium, macula anteapicali communi et 
utrinque punctulo similiter pallidis; prothorace valdetrans verso, 
convexo, elytris angustiore, lateribus fortiter angulatim rotun- 
dato, punctis ocellatis parum profunde sat dense impresso, angulis 
obtusis; scutello sat magno, triangulari; elytris basi extus valde 
lobatis, dein postice vix attenuatis, apice extus valde rotundatis, 
dorso planiusculis, punctis occellatis sat magnis, parum profundis, 
intus rufulis, obsitis; propygidio transversim costulato, pygidio 
planiusculo, dense ocellato-punctato, apice plicato et laevi ; subtus 
indumento squamoso fulvido dense vestitus, ano glabro, nitido, 
femoribus punctatis, fulvido-squamosis, tibiis (basi excepta) 
tarsisque nudis, nitidis, tibiis anticis acute bidentatis ; $ capite 
medio concavo, utrinque cornu gracili compresso, apice oblique 
sinuato-truncato et medio acute unidentato armato. 

Ce joli insecte porte à trois le nombre des espèces connues de 



316 

Goliathopsis . Il se rapproche du 0. capreolus Gestro, de Birmanie, 
par la conformation des cornes, mais il en diffère, ainsi que du 
cervus Janson, de Siam, par la coloration, ainsi que par la forme du 
corselet qui est bien plus court et plus anguleusement dilaté sur 
les côtés ; le cervus a en outre les cornes céphaliques plus courtes, 
moins tronquées. 

HÉTÉROMÈRES. 

Cyptus orientalis. — Long. 6 1/2 mill. — Ovatus, sat con- 
vexus, piceo-fuscus, subopacus, setulis pallide fulvis sat dense 
vestitus; capite dense subtiliter punctato-asperulo, clypeo medio 
sat profunde parum late emarginato, utrinque rotundato, genis 
angulatis, antennis brevibus, apice clavatis ; prothorace elytrorum 
basi haud angustiore, longitudine duplo latiore, lateribus antice 
rotundato, angulis anticis sat rotundatis, dorso dense subtiliter 
punctato-asperato, basi medio sat fortiter rotundato, utrinque, 
leviter impresso, angulis acutiusculis; elytris ovatis, sat fortiter 
striatis, intervallis planiusculis, dense subtiliter punctato-aspe- 
rulis; subtus subtilissime punctatus et setulosus, tibiis anticis 
apice valde dilatatis, ante médium extus dente obtuso armatis, 
apice sat obtuse angulatis, femoribus anticis latis, ante apicem 
angulatis et sinuatis. — Cochinchine (ma coll.). 

Ressemble extrêmement au C. intermedius Fairm. du Congo, 
en diffère par la forme moins courte, les joues plus fortement 
anguleuses, les angles antérieurs du corselet plus arrondis, les 
postérieurs moins aigus, les élytres un peu plus oblongues, les 
interstries plus plans et les fémurs antérieurs angulés et sinués 
en dessous avant l'extrémité. 

Il est assez intéressant de retrouver en Cochinchine un insecte 
dont le genre est essentiellement africain. Aussi je me permets 
d'en insérer ici la description, bien qu'il n'appartienne pas au haut 
Tonkin. 

Holaniara angulatipes. — Long. 7 mill. — Oblonga, sub- 
parallela, sat convexa, tota fusca, nitida ; capite brevi, subtiliter 
punctato, clypeo antice medio impressiusculo, antennis sat graci- 
libus, prothoracis médium valde superantibus, articulo 3° quarto 
paulo longiore, ultimo majore ; prothorace parum transverso, 
antice a medio leviter angustato, dorso subtiliter dense punctu- 
lato, basi recta, haud impressa, angulis rectis, anticis valde 
obtusis; scutello triangulari, apice obtuso, laeviusculo; elytris 
ovato-oblongis, apice rotundatis, sat fortiter striatis, sed striis 
modice punctatis, intervallis convexiusculis, subtili'ssime punc- 



317 

tulatis; tibiis anterioribus medio angulatim arcuatis, extus laevi- 
bus, tarsis posterioribus articulo 1° quarto paulo longiore. 

Ressemble à VU. vidua, de Madagascar, mais en diffère notable- 
ment par le corselet sans impressions basilaires, les élytres 
fortement striées et les tibias antérieurs coudés anguleusement, 
nullement denticulés ni crénelés en dehors. 

Holaniara phylacoides. — Long, ô mill. — Ovato-oblonga, 
convexa, piceo-fusca, nitida, ore, antennis pedibusque rufopiceis; 
capite subtiliter punctato, antice leviter biimpresso, antennis sat 
vallidis, apicem versus gradatim latioribus, articulis 5-10 valde 
transversis ; prothorace antice leviter attenuato, densissime sub- 
tiliter punctulato, basi leviter biimpresso, scutello triangulari, 
apice obtuso; elytris fortiter striatis, striis parum fortiter, basi 
fortius punctatis, intervallis fere planis,la9vibus; subtus punctata, 
tibiis anticis modice denticulatis. 

Forme et sculpture de Y amaroides , mais beaucoup plus petite 
avec les élytres plus courtes, à stries moins ponctuées, les antennes 
plus courtes, à articles courts, transversaux, et le corselet plus 
court, moins rétréci en avant, plus finement ponctué. 

Uloma demersicollis. — Long. 8 mill. — Oblonga, subpa- 
rallela, convexa, piceo-nigra, nitida, elytris apice obscure rubri- 
catis; capite punctato, transversim biimpresso, antennis rufopiceis, 
sat validis, prothoracis médium fere superantibus, articulis 4-10 
subtransversis ; prothorace parum trans verso, lateribus fere paral- 
lelis, antice tantum arcuatis, dorso sat dense parum fortiter 
punctato, basi bisinuato et medio utrinque transversim leviter 
impressiusculo; scutello valde obtuso, lseviusculo; elytris fortiter 
punctato-striatis, striis fere crenatis, intervallis convexiusculis, vix 
perspicue punctulatis ; subtus dense fortiter punctata, pedibus 
piceo-rufis, tibiis anticis vix arcuatis, extus subtilissime denticu- 
latis ; ç? prothorace dimidia parte antica intrusa, margine postico 
medio obtuse bituberoso, 9 prothorace aequali, antice paulo 
angustiore. 

Voisin de VU. picicornis, mais un peu plus grande et plus 
robuste, avec le corselet moins court, moins arrondi sur les côtés, 
l'impression antérieure du $ plus grande, s'étendant jusqu'au 
milieu du disque, la ponctuation plus forte, les élytres plus forte- 
ment striées-ponctuées, à intervalles plus convexes et les tibias 
antérieurs à denticulations extrêmement fines. 

Nyctobates flavoarcuata. — Long. 9 mill. — Elongata, 
sat convexa, fusca, sat nitida, prothorace rubro, elytris utrinque 
maculis 2 flavis, l a ante médium, suturam haud attingente, ad 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 26 



318 

marginem fortiter retroarcuata et acuta,2 a ante apicemferelunata, 
apice ipso rubricante; capite dense punctato, antennis apice dilata- 
tis, basin prothoracis fere attingentibus, prothorace transverso, 
elytris vix angustiore, lateribus vix rotundato, dorso dense sat 
fortiter punctato, basi utrinque leviter sinuato, marginato, angulis 
posticis rectis, haud productis, anticis valde obtusis, scutello 
obtuse rotundato ; elytris fere parallelis, oblongis, striato-puncta- 
tis, striis parum profundis et apice punctis tantum indicatis, inter- 
vallis fere planis, lsevibus, humeris plicatulis; subtus picea, 
pedibus obscure rubricatis, tibiis anticis rectis. 

Ressemble assez au N. rufoplagiatus Fairm. du Vieux Calabar, 
mais bien plus petit et plus étroit, avec le corselet faiblement 
bisinué à la base, les angles postérieurs non pointus, la ponctua- 
tion plus fine, plus serrée, les élytres plus striées, à taches jaunes, 
fortement arquées en dehors, l'antérieure en arriérera postérieure 
en avant et l'extrémité d'un rouge obscur comme le corselet et les 
pattes. 

Menephilus tetrastictus. — Long. 11 mill. — Oblongus, 
subparallelus, convexus, fusco-niger, nitidus, elytris utrinque 
maculis 2 rubris, l a ante médium, transversa, nec suturam nec 
marginem attingente, vix dentata, 2 a ante apicem, irregula- 
riter quadrata, valde dentata; capite subtiliter dense punctato, 
antennis crassis, apice latioribus ; prothorace transverso, late- 
ribus rotundato, antice et basi fere œqualiter angustato, basi 
sat crasse marginata, sat fortiter bisinuata, angulis posticis sat 
exsertis, dorso sat subtiliter sat dense punctato; scutello trian- 
gulari, apice obtuso; elytris ad humeros rotundatis, postice 
leviter ampliatis, apice obtusis, dorso fortiter punctato-striatis 
punctis grossis, intervallis convexis, laevibus; tibiis anticis leviter 
arcuatis. 

Ressemble extrêmement au M. quadriplagiata Fairm., de 
Zanzibar, n'en diffère guère que par la taille plus lourde, le cor- 
selet plus convexe, bien moins densément ponctué, les élytres plus 
fortement striées, avec les intervalles plus convexes. 

Encyalesthus subsulcatus. — Long. 14 mill. — Oblongus, 
postice haud ampliatus, valde convexus, fuscus, nitidus, vage 
cœrulescens ; capite subtilissime punctulato, inter oculos obsolète 
impresso, sutura clypeali inter oculos adscendente, clypeo sub 
oculos impresso, oculis reniformibus ; antennis basin prothoracis 
fere attingentibus, articulis 5 ultimis dilatatis, articulo 3° quarto 
multo longiore ; prothorace subgloboso, basi breviter constricto, 
dorso subtilissime dense punctulato, basi sat fortiter marginato, 
angulis breviter acutiusculis; scutello triangulari, laîvi; ely- 



319 

tris fortiter punctato-striatis, striis basi latioribus et grossius 
punctatis, intervallis convexis, lsevibus ; subtus subtilissime 
ponctulatus, prosterno inter coxas profunde sulcato segmentis 
abdominalibus basi levissime striolatis, tibiis anticis levissime 
arcuatis. 

Voisin du brevicornis à raison des stries des élytres, mais plus 
profondes et plus grossement ponctuées, le corselet est plus glo- 
buleux avec les côtés brièvement sinués à la base, les antennes 
sont plus longues, plus fortement et plus brusquement élargies à 
l'extrémité. 

Encyalesthus viridistriatus . — Long. 11 mill. — Oblon- 
gus, convexus, postice leviter ampliatus, fusco-metallescens, 
nitidus, vage cœruleo tinctus, elytris purpurino micantibus, striis 
virescentibus ; capite subtiliter punctato, inter oculos obsolète 
impressiusculo, antennis brevibus, fuscis, apice opacis; protho- 
race fere subgloboso, elytris valde angustiores subtiliter sat 
dense punctato, basi sat fortiter marginato ; scutello ogivali, lsevi 
medio impressiusculo ; elytris leviter striatis, striis sat subtiliter 
punctatis, intervallis vix convexiusculis, fere planis, laevibus; 
subtus cum pedibus magis cœruleus, lsevis, abdominis segmentis 
basi subtiliter striolatis, 1° medio basi punctulato et apice medio 
impresso, 3° apice medio late foveolato, tibiis anticis leviter 
arcuatis. 

Cet Encyalesthus est remarquable par sa coloration et les 
impressions de l'abdomen ; c'est une des plus petites espèces. Il 
ressemble assez au sîibviolaceus, mais il en diffère par la taille 
plus faible, le corselet plus globuleux, bien plus finement ponctué, 
les élytres plus finement striées à intervalles plus lisses, et 
l'abdomen à peine ponctué à la base. 

Strongylium clavicorne. — Long. 19 mill. — Sat elongatum, 
valde convexum, longitudinaliter sat arcuatum, fuscum, vage 
cœrulescens, nitidum, apice densius griseo-pilosum, subtus cum 
pedibus fusculo-cœruleum, griseo-pubescens ; capite brevi, vertice 
rugoso, antice dense punctato et transversim impresso, oculis 
antice approximatis, antennis médium corporis haud attingen- 
tibus, basi gracilibus, articulis 5 penultimis compressis, latiori- 
bus, 7-10 gradatim brevioribus, fuscis, ultimo ferrugineo, paulo 
angustiore, 5 primis cœruleis, nitidis, 3° quarto longiore, protho- 
race paulo transverso, elytris angustiore, antice arcuatim angus- 
tato,dorso fortiter punctato-rugoso, carina laterali fere indistincta, 
basi levissime bisinuato, angulis acutiusculis ; scutello oblonge 
triangulari, dense punctulato; elytris elongatis, a medio postice 
declivibus, ad humeros oblique rotundatis, apice obtusis, dorso 



320 

foveoseriatis, suturam versus leviter striatis, striis et foveis apice 
raulto minoribus, intervallis convexis, ad latera fere clathratis ; 
subtus dense punctulatum pectore medio lœvi, segmento ventrali 
ultimo apice fortiter punctato, impressiusculo, pedibus dense 
punctato-rugosulis, tibiis rectis. 

Voisin du macrops, mais un peu plus petit, plus gibbeux, à 
antennes plus longues, plus grêles à la base, plus comprimées et 
plus élargies vers l'extrémité avec le dernier article roussàtre ; le 
corselet est moins court, plus atténué en avant, bien plus rugueux 
et l'écusson est plus étroit. 

Strongylium crurale. — Long. 17 mill. — Elongatum, 
crassum, convexum, viridi-aeneum, nitidum, subtus paulo cœru- 
lescens, pedibus piceis, femoribus plus minusve obscure sangui- 
neis; capite rugoso-punctato, oculis parum convexis, valde appro- 
ximatis, antennis fuscis, parum gracilibus, prothoracis basin 
parum superantibus, apicem versus haud sensim crassioribus, 
articulo 3° quarto valde longiore; prothorace trans verso, antice 
angustiore, basi et antice marginato, dorso modice punc- 
tato, medio leviter canaliculato ; scutello medio impressiusculo, 
apice rotuudato; elytris ad numéros oblique rotundatis, apice 
obtusis, dorso fortiter punctato-striatis, punctis postice et in 
2 striis primis obsolescentibus, intervallis convexis, laevibus, 
suturam versus transversim leviter triimpressis, margine late- 
rali leviter cœrulescente ; pectore lateribus fortiter punctato, 
abdomine subtiliter punctulato, pedibus fortiter ac dense punc- 
tatis. 

Ressemble au S. imbreum, mais bien plus grand, à corselet 
régulièrement convexe, avec la ponctuation bien plus fine, plus 
écartée, non rugueuse et le sillon médian moins marqué; les 
antennes ont le 3 e article notablement plus long que le 4 e . 

Strongylium holcopterum. — Long. 24 mill. — Elongatum, 
subcylindricum, subseneo-fuscum, sat nitidum, capite protho- 
raceque opaculis, capite sat subtiliter dense punctato, inter oculos 
profunde foveato, oculis magnis, convexis, antice valde approxi- 
matis; antennis?; prothorace transverso, elytris angustiore, antice 
paulo angustato, lateribus leviter rotundato, dorso dense punc- 
tato, fere rugosulo , medio obsolète sulcato , lateribus tenui- 
ter, basi fortiter marginato ; scutello late triangulari, apice 
obtuso; elytris elongatis, ad numéros rotundatim angulatis, 
apice obtusis, profunde sulcatis, sulcis usque ad apicem pro- 
ductis, crenulatis, basi fortius , intervallis lsevibus, convexis, 
basi magis elevatis; pectore rugoso punctato, metasterno medio 
laevi et basi fortiter impresso, impressionis fundo sulcato, abdo- 



321 

mine sat subtiliter punctato, pedibus valde elongatis, fortiter ac 
dense punctatis. 

Ressemble au 8. chinense, mais bien plus grand, avec le corselet 
plus large, plus rugueux, plus nettement rebordé sur les côtés, 
les yeux plus rapprochés en avant, séparés en dessus par une pro- 
fonde fossette et les élytres plus longues, plus profondément 
striées et plus fortement crénelées. 

Strongylium taciturnum. — Long. 13 mill. — Oblongum, 
postice vix sensim ampliatum, valde convexum, fusculo-aenescens, 
sat nitidum, sat dense griseo-villosum, capite prothoraceque paulo 
magis aeneis; capite sat dense punctato, oculis convexis, modice 
approximatis, antennis basin prothoracis valde superantibus, basi 
asneis et gracilibus, articulis 6 ultimis fuscis, opacis, sat late com- 
pressis, gradatim latioribus ; prothorace transverso, elytris 
angustiore, antice leviter angustato, grosse et inaequaliter punc- 
tato, rugosulo, medio leviter sulcato ; scutello ovato, angusto, 
medio fortiter costato ; elytris ad numéros angulatis, fortiter sub- 
striato -punctatis, punctis ante apicem obsolescentibus, striis 
postice magis impressis, intervallis planiusculis vage punctulatis; 
pectore lateribus fortiter punctato, abdomine subtilius dense punc- 
tulato. 

Voisin du villosum, mais diffère par la coloration, les yeux un 
peu moins rapprochés, la ponctuation du corselet plus grosse, 
rugueuse, mais moins serrée, l'écusson caréné et les stries des 
élytres moins fines, bien plus fortement ponctuées a la base avec 
les intervalles presque imponctués. 

Allecula navicularis. — Long. 8 1/2 mill. — Oblongo-ellip- 
tica, sat fortiter convexa, piceo-fusca, sat nitida, fulvido-villosula; 
capite dense punctato, sat brevi, antice attenuato, antennis elon- 
gatis, rufo-piceis, articulis 2 primis magis rufescentibus, 3° 4° que 
eequalibus; prothorace transverso, elytris haud angustiore, antice 
sat fortiter angustato, lateribus vix arcuatis, antice fere lobatim 
rotundato, dorso densissime punctato, margine postico utrinque 
vix sinuato, dein leviter obliquato, angulis fere rectis; scutello 
sat minuto, subtruncato, elytris oblongo-ovatis, basi truncatis, 
apice obtusis, punctato-striatis, punctis postice obsolescentibus, 
intervallis convexiusculis, sat dense punctato-asperatis; pedibus 
dilute testaceis, femoribus paulo crassato-compressis, tarsis poste- 
rioribus articulo 1° tribus ceteris conjunctis sequali, 3° lamellato. 

Cet insecte et le suivant ne se rattachent au g. Allecula que par 
la lamelle de l'avant-dernier article des tarses ; l'ampleur du cor- 
selet et des élytres, non atténuées avant l'extrémité, rappelle 
plutôt certaines Cistélides. 



322 

Allecula nuceipennis. — Long. 7 à 7 1/2 mil]. — Prsece- 
denti valde affinis, sed paulo minor, dilute piceolo-testacea, 
nitida, capite prothoraceque obscurioribus et minus nitidis, 
similiter pilosula ; capite subtilius punctato , antennis graci- 
lioribus, articulo 3° quarto breviore, prothorace densissime 
punctato, fere rugosulo, margine postico magis bisinuato et 
utrinque distinctius impressiusculo ; scutello abrupte rotundato, 
elytris similiter sculpturatis, striarum punctis paulo magis im- 
pressis; tarsis anterioribus articulis 2, 3, 4, poster ioribus 3 et 
4 lamellatis. 

Cistelomorpha rufina. — Long. 17 à 18 mill. — Oblongo- 
elongata, eliiptica, convexa, rufo-ferruginea, sericans, vix 
nitidula, ore, antennis pedisbusque (femoribus exceptis) nigris; 
capite angusto, antice attenuato, inter antennas profunde sulcato, 
supra antennas impresso; antennis parum gracilibus, corporis 
médium fere attingentibus, articulo 2° brevissimo, ceteris subse- 
qualibus prothorace brevi, transverso, elytris parum angustiore, 
antice valde angustato, lateribus arcuatis, margine postico 
utrinque late leviter sinuato, angulis sat obtusis, scutello 
augusto, elytris elongatis, apice obtuse rotundatis, sat fortiter 
striatis, striis subtiliter dense punctatis, intervallis vix convexius- 
culis, subtilissime dense coriaceis ; subtus laevis. 

C. sanguinosa. — Long. 13 à 18 mill. — Praacedenti forma 
simillima, sed aliter colorata, supra obscure rubricata, sangui- 
nosa, haud sericans, fere subopaca, subtus cum capite, antennis 
pedibusquenigra; antennis médium corporis attingentibus, articulo 
1° minus brevi, oblongo; prothorace angustiore, subtilissime 
dense punctulato, basi fere recto, obsolète bisinuato, disco linea 
longitudinali obsolète impresso ; scutello nigro, triangulari, 
apice haud angustato; elytris similiter striatis, intervallis lsevio- 
ribus; subtus lsevis; ç? segmento ventrali ultimo truncato et 
transversim impresso. 

Cistelomorpha melanopyga. — Long. 11 mill.— Elliptico- 
oblonga, convexa, sulphureo-flava,vix nitidula, antennis (articulis 
2 primis exceptis), segmentis abdominalibus 2 ultimis, tibiis 
tarsisque fusco-nigris ; capite angusto, antice prolongato et atte- 
nuato, antennis gracilibus, médium elytrorum attingentibus, 
articulo 3« quarto paulo longiore ; prothorace elytris basi haud 
angustiore, brevi, antice valde arcuatim angustato, margine 
postico fere recto, angulis rectis dorso, medio obsolète sulcatulo; 
scutello triangulari ; elytris ovato-oblongis, apice obtusis, subti- 
liter crenulato-striatis, striis apice paulo profundioribus, inter- 



323 

vallis subtilissime dense coriaceis,vix convexiusculis, apice magis 
convexis, alternatim paulo sensim angustioribus ; subtus Jsevis, 
abdomine lateribus longe impresso. 

Forme et coloration de Yaxillaris Fairm. du Bengale, mais 
avec le corselet plus large à sa base, les pattes noires, sauf les 
fémurs, et les deux derniers segments ventraux noirs au lieu d'un 
seul; les stries des élytres sont aussi moins crénelées. 

Le g. Cistelomorplia Redt. ne se distingue guère des vraies 
Cistela que par les mandibules non fendues à l'extrémité et par la 
saillie intercoxale large, triangulaire, aiguë, pénétrant dans le 
métasternum, tandis qu'il est très étroit et souvent caché sous les 
hanches postérieures chez les vraies Cistela. Ce dernier caractère 
est souvent assez difficile à apprécier. 

A cette occasion, je dois dire qu'il faut ranger dans le g. Ciste- 
lomorplia les espèces suivantes : 

Cistela Davidis Fairm. , C. simillima Fairm., C. apicipalpis 
Fairm., toutes trois de la Chine. 

1 . Lagria canescens. — Long. 14 à 15 mill. — Ovata, postice 
ampliata, valde convexa , medio gibbosula, fusco-metallescens, 
vage cœrulescens, modice nitida, pilis rufulo-griseis sat dense 
hirtula, subtus picea aut piceo-rufa, nitidior, pedibus antennisque 
fuscis ; capite lsevi, dense rugoso-punctato, antennis sat crassis, 
apicem versus paulo crassioribus, prothoracis basin superantibus, 
articulo 3° quarto parum longiore, ultimo duobus prsecedentibus 
conjunctis vix aequali, apice acuminato; prothorace paulo trans- 
verso, elytris fere dimidio angustiore, lateribus anticecum angulis 
rotundato, ante basin paulo sinuato, dorso dense punctato-rugoso, 
postice transversim impresso, angulis posticis rectis ; scutello sat 
subtiliter dense punctulato, apice obtuso; elytris ampliatis, postice 
ampliatis, apice valde obtusis, dorso rugoso-plicatulis, intersti- 
tiis, fortiter et sat subtiliter punctatis, interdum post scutellum 
obsolète impressis; subtus subtiliter punctata, abdomine impres- 
siusculo. 

Ressemble assez à la pminosa, mais bien plus brillante et 
rugueuse, à longue villosité au lieu depubescence, à antennes nota- 
blement plus courtes; la sculpture des élytres est bien plus grosse, 
plissée, sans lignes longitudinales un peu élevées; la tête est plus 
petite et les yeux sont bien moins rapprochés. 

2. Lagria externa. — Long. 15mill. — Praecidenti simillima, 
capite subtilius punctato, haud rugosulo, antennis gracilioribus, 
prothorace paulo angustiore et longiore, lateribus antice vix 
arcuatis, basi paulo latiore, dorso vix punctulato, subtiliter trans- 



324 

versim strigosulo, ante basin utrinque fortiter impresso; scutello 
longiore, vix punctuato, elytris grosse punctatis, sed minus rugo- 
sis, griseo pubescentibus, haud hirtulis, lateribus postice plagulis 
minutis politis parum regulariter biseriatis signatis, subtus fusco- 
picea, nitida, pedibus fuscis. 

3. Lagria parvicollis. — Long. 10 à 12 mill. — Praeceden- 
tibus affinis, sed multo minor et minus convexa, similiter colorata, 
griseo-villosula ; capite brevi, fortiter punctato, oculis sat approxi- 
matis, antennis fuscis, prothoracis basin paulo superantibus, api- 
cem versus vix crassioribus, articulo ultimo duobus praecedentibus 
conjunctis aequali, extus apice acuminato; prothorace sat brevi, 
inaequali, sat punctato, postice utrinque transversim profunde 
impresso, lateribus antice rotundatis, ante basin rotundatis; 
scutello subtiliter punctato, triangulari, apice valde obtuso; ely- 
tris rugoso-punctatis, intervallis elevatis; subtus cum pedibus 
fusca. 

Forme et coloration des espèces précédentes, mais bien plus 
petite, bien moins convexe ; se rapproche davantage de la der- 
nière pour la sculpture du corselet qui est plus fortement impres- 
sionné de chaque côté avant la base, comme pincé avec les 
doigts. 

4. Lagria crassicornis. — Long. 6 à 9 mill. — Elongata, 
modice convexa, postice vix sensim ampliata, apice sat acuminata, 
fusca, sat nitida, vix metallescens, albido-pilosa, prothorace et 
interdum capite rufis; capite brevi, fortiter sat dense punctato, 
inter antennas transversim impresso ; antennis fuscis, validis, 
basin prothoracis longe superantibus apicem versus gradatim 
crassioribus, articulo ultimo <ff sex prœcedentibus conjunctis haud 
breviore, Q duobus praecedentibus aequali aut parum longiore, 
articulo 3° <$ quarto vix, 9 multo longiore ; prothorace subqua- 
drato, elytris haud dimidio angustiore, antice vix angustiore, 
lateribus fere rectis, ante basin leviter sinuatis, dorso dense 
parum fortiter punctato, interdum transversim strigosulo, ante 
basin utrinque fortiter impresso ; scutello punctulato, apice valde 
obtuso; elytris oblongis, dense punctatis, subtiliter rugosulis, 
epipleuris rufescentibus. 

Ressemble beaucoup, au premier abord, à la L. anisocera qui se 
trouve aussi auTonkin, mais plus petite, plus étroite, ayant la tête 
et le corselet plus fortement ponctués, les élytres plus finement 
ponctuées et bien moins rugueuses, les antennes plus épaisses, 
surtout vers l'extrémité, le dernier article plus gros ; enfin le 
dessous du corps est brun comme les élytres, tandis qu'il est roux 
chez Yanisocera. 



325 

Le (fp est petit, plus étroit, avec les antennes bien plus épaisses 
à l'extrémité; la 9 est plus grande, plus rugueusement ponctuée, 
avec les antennes peu épaissies vers l'extrémité, le dernier article 
bien plus petit. 

5. Lagria tigrina. — Long. 10 mill. — Oblonga, postice 
leviter ampliata, sat convexa, ferrugineo-testacea, modice nitida, 
parce pilosa; capite, prothorace, pedibus antennisque piceis, ely- 
tris maculis numerosis nigris sparsutis; capite brevi, punctato, 
interoculos foveolato, his sat approximatis, antennis gracilibus, 
apicem versus vix sensim crassioribus, corporis médium haud 
attingentibus, articulo 3° quarto subaequali, ceteris brevioribus, 
ultimo duobus praecedentibus conjunctis aequali, prothorace haud 
transverso, elytris dimidio angustiore, lateribus ante angulos 
anticos tantum rotundato, postice vix sensim sinuato, dorso dense 
ruguloso-punctato et postice utrinque impressiusculo; scutello 
late obtuso, punctulato ; elytris ad humeros angulatis, sat fortiter 
rugoso-punctatis, apice obtusis; subtus punctulata, abdomine 
lateribus impressiuscula. 

Voisine, pour la forme, de Yimpressicollis, mais la coloration 
des élytres la distingue de toutes les autres espèces; la multipunc- 
tata Fairm., qui offre un dessin analogue, est bien distincte par la 
forme convexe et dilatée des élytres. 

6. Lagria Lameyi. — Long. 9 1/2 à 10 1/2 mill. — Oblonga, 
postice ampliata, sat convexa, rufopicea, parum nitida, parce 
pilosa, elytris rufulo-ferrugineis, plagulis elevatis dilutioribus 
laevibus maculosis; capite brevi, fortiter punctato, antennis sat 
gracilibus, médium corporis fere attingentibus, apice vix crassio- 
ribus, piceis, articulis 3-10 subsequalibus, ultimo duobus praece- 
dentibus, conjunctis fere aequali; prothorace haud transverso, 
elytris dimidio angustiore longitudine haud latiore, antice ad 
angulos tantum arcuatim angustato, dorso rugoso-punctato, ante 
basin utrinque leviter transversim impresso; scutello punctato, 
triangulari, apice valde obtuso; elytris oblongis, post médium sat 
fortiter ampliatis, apice obtusis, dorso fortiter dense punctatis, 
plagulis laevibus ornatis; subtus punctata, abdomine lateribus 
impressiusculo. 

La sculpture toute particulière des élytres rend cette espèce 
facile à reconnaître; elle se rapproche, sous ce rapport, de la 
L . rubiginea Fairm., du Tchang-Yang, mais la coloration est bien 
différente, les plaques des élytres sont plus grandes, moins nom- 
breuses, mieux limitées. C'est un insecte fort remarquable par sa 
sculpture et sa coloration. 



ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 



27 



326 

ADDITION AUX BUPRESTIDES DES INDES ORIENTALES, 
par Cli. Kerremans. 

Le présent fascicule comprend le relevé des Buprestides recueillis 
par MM. Andrewes, Bell et Corbett dans différentes régions de 
l'Inde. 

Comme il Ta fait pour M. Candèze, qui nous a donné en avril 
dernier (') une étude sur les Élatérides récoltés par ces entomolo- 
gistes, M. Andrewes a gracieusement mis à ma disposition les 
nombreux et intéressants Buprestides capturés par ses amis et lui. 

J'estime qu'il est inutile de donner un nouvel aperçu géographique 
des régions explorées par MM. Andrewes, Bell et Corbett, suffi- 
samment décrites par M. Candèze, mais je crois devoir rappeler 
que M. Andrewes a exploré le Belgaum, M. Bell le Kanara et 
M. Corbett la Birmanie. 

L'ensemble de ces récoltes nous donne 81 espèces, parmi 
lesquelles 41 formes nouvelles. Ce résultat nous prouve combien 
est encore peu connue la faune hindoue, et nous fait désirer 
vivement voir MM. Bell et Corbett, encore actuellement dans 
l'Inde, continuer leurs intéressantes recherches auxquelles nous 
pouvons prédire le même succès. 

CHALCOPHORINI. 

1. Philocteanus igneiceps Saund., Trans. Ent. Soc.,, 1872, 
p. 242. — Birmanie, un seul exemplaire. 

2. Philoct. buphthalmus Thoms., Typ. Bupr., 1878, p. 13. 
— Kanara, pendant la saison des pluies, autour des arbres en 
fleurs ; assez commun. 

3. Demochroa Corbetti nov. sp. — Ovata, elongata, apice 
dilatata; capite pnrpureo, vertice coeruleo, mridi micanti, 
antennis nigris; thorace ad latera rugoso et purpureo, disco laevi 
et cœmleo; elytris ocliraceis, basi apiceque granulatis, mridi 
auratis, nitidissimis , cupreo micantibus, fasciisque duabus trans- 
versis cyaneo-molaceis omatis. — Long., 36; larg., 11 mm. 

Ovale, allongée, légèrement élargie au tiers supérieur ; tête d'un 
pourpré brillant sur le front, autour des yeux et sur les côtés du 
vertex, celui-ci d'un bleu éclatant à reflets verts, antennes noires; 
pronotum bleu sur le disque et pourpré brillant sur les côtés ; 
élytres d'un bel ocre jaune mat avec une tache oblique à la base 

(') Ann. Soc. Ent. Belge, t. 37 (1893), p. 168. 



327 

et une autre, droite à l'extrémité, d'un vert doré clair très brillant 
à reflets cuivreux et deux bandes transversales d'un bleu violacé, 
et velouté, la première longeant la partie verte de la base, la 
seconde surmontant celle de l'extrémité ; sternum et pattes d'un 
pourpre violacé, région médiane du prosternum et abdomen d'un 
vert bleu à reflets pourprés; tarses obscurs. 

Tête finement et irrégulièrement ponctuée sur la partie bleue 
tandis que les parties pourprées le sont grossièrement et sont en 
outre très granuleuses; front creusé entre les yeux; vertex sillonné. 

Pronotum de la largeur de la tête au sommet, la marge antérieure 
faiblement échancrée, les côtés postérieurs élargis et arrondis, la 
base bisinuée avec le lobe médian large et arrondi ; il présente une 
vague ligne longitudinale lisse au milieu, de part et d'autre une 
dépression située dans le lobe latéral et la région pourprée des côtés 
est grossièrement ponctuée et fortement granuleuse tandis que la 
ponctuation du disque est moins prononcée, quoique irrégulière. 

Élytres plus larges que le pronotum à la base, arrondis à l'épaule, 
sinueux à hauteur de la hanche postérieure, élargis au tiers 
supérieur et ensuite atténués suivant une courbe régulière jusqu'à 
l'extrémité, qui offre une épine suturale; ils présentent de part et 
d'autre cinq côtes plus accentuées sur le disque qu'aux deux 
extrémités; la région verte est très finement granuleuse, les bandes 
bleues sont d'apparence veloutée et la partie jaune est très finement 
et très régulièrement pointillée. 

Dessous finement granuleux et ponctué; fémurs et tibias bril- 
lants, densément et finement ponctué. 

Du pronotum et de toute la région inférieure émerge un poil 
très espacé et d'un blanc jaunâtre. 

Cette superbe espèce, la troisième connue du genre Demochroa, 
provient delà rivière Attaran, au Nord du Tenasserim (Birmanie). 

4. Demochroa gratiosa H. Deyr., Ann. Soc. Eut. Belg., t. 8 
(1864), p. 3, pi. 1, f. 1. — Tharrawaddy (Birmanie); 3 exem- 
plaires. 

5. Chrysochroa Peroteti Guér., Rex>. Zool., 1840, p. 327. 
— Kanara : un seul exemplaire. 

6. Chrysochroa chinensis Cast. et Gory, Monogr., t. I (1837), 
p. 7, pi. 2, f. 5. — Kanara : 4 exemplaires. 

7. Chrysochroa ixora Gory, Monogr. Supp., t. 4 (1841), 
p. 54, pi. 10, f. 54. — Kanara : 3 exemplaires. 

8. Chrysochroa mutabilis Oliv., Entom., t. 2 (1790), gen. 32, 
p. 7, pi. 8, f. 78, a. 6. — Belgaum, Kanara; pendant les pluies, 
de juillet à octobre. 



328 

9. Chrysochroa levior nov. sp. — Ovata, elongata, capite 
pronotoque aurato-aeneis, vertice viridi aurato, antennis brunneis; 
elytris violacei-brumieis, viridimicantibus ; subtus ochracei pulve- 
rulens, média parte purpurei brunnea, ad latera viridi aurata 
nitidissima ; pedibus viridi auratis, tarsis testaceis, siibvires- 
centibus; capite valde sulcato, fronte granulosa, vertice subtile 
punctato ; pronoto subconvexo, piano, ad latera vix arcuato ; elytris 
subtïlissime et densissime punctatis, disco subcostato, apice uni- 
spinoso. — Long., 39; larg., 11,5 mm. 

Ovale allongée, tête et pronotum d'un bronzé doré, vertex vert 
doré, antennes brunes; élytres d'un brun violacé à reflets verts; 
dessous garni d'une abondante pulvérulence d'un jaune soufre, sa 
partie médiane d'un brun pourpré, les côtés et les pattes d'un vert 
doré très brillant; tarses testacés, parfois à reflets verts. 

Tête fortement creusée entre les yeux ; front très granuleux ; 
vertex finement ponctué et sillonné, la ponctuation espacée. 

Pronotum à peine convexe, plan et irrégulièrement ponctué sur 
le disque, les côtés granuleux et grossièrement ponctués, la marge 
antérieure et la base faiblement bisinuées, les côtés obliques, à 
peine arqués. 

Élytres très finement et régulièrement ponctués, obliquement 
tronqués à l'épaule où ils sont limités par une ligne élevée lisse, 
légèrement arqués sur les côtés antérieurs, atténués suivant une 
courbe régulière jusqu'au sommet, dont l'épine suturale est très 
aiguë ; ils présentent des séries longitudinales de points très fins et 
des traces de côtes sur le disque ; à la base, de part et d'autre, se 
remarquent deux dépressions irrégulières. 

Dessous finement granuleux sur les côtés, lisse et à peine ponctué 
au milieu ; pattes finement pointillées ; dernier segment abdominal 
du cf anguleusement échancré à l'extrémité. 

Belgaum : 3 exemplaires. 
Cette espèce est très voisine des Clir. mutabilis Oliv. à élytres 
d'un brun violacé. Elle s'en distingue notamment par l'allure des 
côtés du pronotum et par son mode de sculpture. Tandis que les 
côtés du pronotum de mutabilis sont très arqués et élargis en 
arrière et que son disque est très irrégulièrement ponctué avec 
quatre impressions plus ou moins prononcées, chez le levior, le 
pronotum est à peine arqué sur les côtés et son disque est très 
régulièrement ponctué; enfin, cette dernière espèce est plus 
élancée, plus acuminée au sommet et plus lisse que l'autre et ses 
côtes élytrales sont à peine accusées. 

10. Psiloptera fastuosa Fabr. , Syst. Bnl. y 1774, p. 216. — 
Belgaum, Kanara ; excessivement commun en août et septembre, 
pendant les pluies. 



329 

11. Psiloptera cœrulea Oliv., Fntom., t. 2 (1790), gen. 32, 
p. 21, pi. 4, f. 35. — Belgaura, Kanara; sur l'Acacia arabica, 
pendant les pluies. 

12. Psiloptera cupreosplendens Saund., Cat. Bupr. (1871), 
p. 25 = curmpes Gory, Monogr. supp., t. 4 (1840), p. 104, pi. 18, 
f. 101. — Kanara : un seul exemplaire. 

13. Psiloptera viridans nov. sp. — Oblongo ovata, supra 
viridi aurata, nitida, stilura aurea; sublus cuprea, nitidissima, 
viridimicans ; capite piano, grosse pnnctato ; pronoto fere convexo, 
antice angustiori, adlatera dense, medio minus punctato ; elytris 
grosse striatopunctatis , interstriis longitudinaliter fossulatis, 
apice Mspinosis. Sublus granulosissima et grosse punctata; pros- 
terno lœvi, utrinque sulcato; pedibus grosse punctatis. — Long., 
14-23; larg. 4, 5-7 mm. 

Oblong ovale, allongé, d'un vert brillant en dessus avec la suture 
dorée; dessous d'un cuivreux très brillant à reflets verts. 

Tête plane, grossièrement ponctuée, les intervalles de la ponctua- 
tion formant un réseau irrégulier et anastomosé. 

Pronotum en trapèze, peu convexe, couvert d'une grosse ponctua- 
tion irrégulière assez dense sur les côtés ; la marge antérieure très 
faiblement bisinuée, les côtés obliques et légèrement arqués, la 
base à peine bisinuée, les angles postérieurs presque droits. 

Eljtres à peine plus larges que le pronotum à la base, légèrement 
sinués sur les côtés antérieurs et brusquement atténués à partir du 
tiers supérieur, obliquement tronqués et biépineux au sommet; ils 
présentent des séries longitudinales de gros points enfoncés, entre 
lesquelles se remarquent quelques fossettes formées par une agglo- 
mération de points minuscules, très irrégulièrement espacées, 
excepté le long de la marge antérieure où elles sont très accentuées 
et rapprochées. 

Dessous très granuleux et grossièrement ponctué; prosternum 
lisse et sillonné de part et d'autre, le sillon formé d'une série de 
points enfoncés ; pattes grossièrement ponctuées. 

Kanara; un seul exemplaire; Silhet (Chevrolat) ; Inde Méri- 
dionale. 

Espèce voisine mais très distincte de Ps, cupreosplendens Saund. 
par sa forme plus allongée et par le système de coloration; elle 
offre une certaine ressemblance avec le Ps. monilis Chevr., du 
Mexique. 

14. Psiloptera affinis Saund., Trans. Eut. Soc., t. 5 (1866), 
p. 305. — Paundgé, Tharrawaddy (Birmanie); 14 exemplaires de 
taille très variable. 



330 

15. Iridotaenia blawchardi Gory, Monogr. supp., t. 4 (1840), 
p. 65, pi. 12, f. 65. — Kanara : un seul exemplaire. 

SPHENOPTERINI. 

16. Sphenoptera mediocris nov. sp. — Elongata, navicu- 
laris, supra obscure arnea, subpurjmrea, elytris clarioribus, 
pronoto ad latera ctcprescenti-purpureo tincto; subtus violascenti- 
œnea, nitidissima; capite punctato, inœquali, tertice sulcato; 
pronoto subtile punctato ; elytris striatopunctatis. — Long., 13; 
larg., 4,5 mm. 

Allongée, naviculaire, d'un bronzé obscur et pourpré en dessus, 
plus clair sur les élytres que sur le pronotum dont les côtés sont 
bordés d'une teinte d'un cuivreux pourpré ; tète, antennes et tarses 
noirs; dessous bronzé violacé très brillant. 

Tête ponctuée, inégalement bossuée, épistome étroit, profondé- 
ment échancré ; vertex sillonné. 

Pronotum en trapèze plus large que haut, bisinué au sommet 
avec le lobe médian large et arrondi, les côtés antérieurs obliques 
avec une carène latérale postérieure lisse atteignant le quart 
supérieur; la base bisinueuse, son lobe médian tronqué; il est 
couvert de gros points finement granuleux dans leur fond et les 
intervalles entre ces points sont très finement pointillés. 

Écusson large; sa base droite, les côtés arrondis; le sommet 
bisinué et avancé en pointe très aiguë. 

Élytres surélevés à la base, presque trois fois aussi longs que le 
pronotum, un peu plus larges que celui-ci à la base, sinués à 
hauteur des hanches, très légèrement dilatés vers le tiers supérieur 
et ensuite atténués jusqu'aux épines terminales qui sont très aiguës 
et dont l'externe, légèrement saillante en dehors, est plus éloignée 
de la médiane que ne l'est celle-ci de la suturale; la médiane dépasse 
notablement ses voisines alors que l'externe est beaucoup plus 
élevée que la suturale; les élytres sont très finement pointillés et 
granuleux sur toute leur surface et présentent des séries longitudi- 
nales et régulières de points enfoncés. 

Prosternum très profondément canaliculé au milieu dans toute 
sa longueur ; dessous et pattes très finement granuleux et ponc- 
tués; premier segment abdominal très vaguement sillonné au 
milieu de la base. 

Kanara; un seul exemplaire. 

17. Sphenoptera cincticollis nov. sp. — Elongata, navicu- 
laris, capite, antennis, pronotoque nigris, hoc ad latera cuprescenti- 
violaceo et nitido, elytris obscure cyaneis ; subtus cuprescenti- 



331 

violacea, nitidissima, àbdominis segmento ultimo cyaneo; tïbiis 
tarsisque obscuris; capite inxquali, verlice vix sulcato; pronoto 
trapezoidali, punctaio, disco ad basin transversim impresso; 
elytris striatopunctatis, apice tridentaiis. — Long., 15; larg., 
5,5 mm. 

Allongée, naviculaire, la tête, les antennes et le pronotum noirs, 
les côtés de ce dernier d'un cuivreux violacé brillant ; élytres d'un 
bleu foncé; dessous d'un cuivreux violacé très brillant avec 
l'extrémité du dernier segment abdominal bleue ; tibias et tarses 
obscurs. 

Tête ponctuée, inégalement bossuée ; épistome étroit et échan- 
cré; vertex faiblement sillonné. 

Pronotum en trapèze plus large que haut, très médiocrement 
bisinué au sommet, les côtés antérieurs subarrondis avec une 
carène latérale postérieure lisse, presque droite et atteignant le 
quart supérieur; la base à peine sinueuse, son lobe médian droit; 
il présente sur le disque, à la base, une faible dépression trans- 
versale et il est couvert d'une ponctuation régulière et dense dont 
les intervalles sont très finement pointillés. 

Ecusson très large ; la base droite, les côtés arrondis, le sommet 
bisinué et avancé en pointe aiguë. 

Élytres surélevés à la base, presque trois fois aussi longs que 
le pronotum, un peu plus larges que celui-ci, sinués à hauteur des 
hanches, un peu dilatés vers le tiers supérieur et ensuite atténués 
jusqu'aux épines terminales qui sont médiocrement aiguës et dont 
l'extérieure, légèrement saillante en dehors, est située plus haut 
que les deux intérieures ; la médiane rapprochée de la suturale 
et plus avancée que celle-ci. 

Prosternum canaliculé longitudinalement au milieu ; sternum 
et fémurs présentant des séries de petites rides irrégulières dont 
l'allure offre l'aspect de fausses écailles ; tibias et abdomen 
ponctués; dernier segment abdominal sillonné le long du bord 
extrême qui est arrondi, le sillon présentant des séries de petites 
rides parallèles au bord. 

Belgaum; un seul exemplaire. 

18. Sphenoptera cupriventris Kerr., C. R. Soc. JSnt. Belge, 
t. 34(1890), p. 203. — Belgaum, Kanara; très commun. Pris 
souvent dans les éclaircies d'abattis de l'année précédente et dans 
les grands arbres gisant à terre; se trouvent en général à la 
circonférence, dans des galeries elliptiques, avec la tête et le 
thorax hors de la tige, dans une rainure de l'écorce qui n'est 
jamais entièrement transpercée. Les larves sont d'un blanc 
jaunâtre avec de fortes mandibules; quelques nymphes ont aussi 
été remarqués parmi les insectes parfaits. 



332 

19. Sphenoptera nigerrima nov. sp. — Subovata> elongata, 
biconvexa, nigra, femoribus tibiisque iriseis; capite punctato et 
granuloso, veriice sulcato; pronoto conveœo, antice angustiori, 
subtile punctato ; scutello antice truncato, apice bisinuato et acuto; 
elytris slriatopunctatis, apice mediocriter tridentatis. — Long., 
14; larg., 4 mm. 

Ovalaire, allongé, biconvexe, entièrement noir avec les fémurs 
et les tibias irisés. 

Tête rugueuse, ponctuée et granuleuse ; épistome étroit et 
fortement échancré; vertex très finement sillonné. 

Pronotum convexe, plus étroit au sommet qu'à la base, à peine 
plus large que haut, les côtés arrondis, leur carène presque 
droite, très légèrement sinueuse et atteignant le quart supérieur 
des côtés ; le sommet sinué avec un lobe médian avancé, très large 
et arrondi; la base sinueuse avec son lobe médian tronqué et peu 
avancé ; il est entièrement couvert d'une ponctuation fine et irré- 
gulièrement espacée dont les intervalles sont très finement poin- 
tillés. 

Écusson large, tronqué à la base, arrondi sur les côtés, bisinué 
au sommet et terminé en pointe aiguë. 

Élytres deux fois aussi longs que le pronotum, insensiblement 
plus larges que celui-ci à la base, le calus humerai à peine accusé, 
la marge latérale extérieure saillante, les côtés atténués suivant 
une courbe régulière jusqu'au sommet qui est faiblement tridenté, 
les dents terminales formant le prolongement de trois carènes 
sensibles seulement au sommet ; ils sont couverts de stries lon- 
gitudinales et régulières de points allongés entre lesquels se 
remarque une seconde rangée de points fins, très irrégulièrement 
espacés, disparaissant par endroits et entre lesquels les élytres 
sont très finement pointillés. 

Dessous finement pointillé et couvert d'une seconde ponctuation 
plus épaisse que la première et irrégulière ; prosternum plan, 
bordé d'un sillon formé d'une série de points; base du premier 
segment abdominal plane au milieu, le dernier segment arrondi 
et creusé dans son pourtour extrême d'un sillon offrant des séries 
de rides parallèles. 

Belgaum; en décembre, un seul exemplaire. 

20. Sphenoptera aenea Fab.; var. falsa Kerr., Ann. Soc. 
Eut. Belge, t. 36 (1892), p. 185. — Belgaum, Kanara; avant les 
pluies, dans les herbes, en juin : 3 exemplaires. 

21. Sphenoptera Andrewesi nov. sp. — Oblongo ovata, 
elongata, supra nitida, aeneo-cuprea ; sublus virescenti aeneo 
cuprea, abdomine acl laterafemorihisquecupreo vaoiegatis; capite 



333 

grosse punctato etgranluoso, verlice sulcato, inter oculos Mtuber- 
culato; pronoto subtile punctato, disco quadrifossulato\ scutello 
transverso, elliptico, apice acuminato ; elytris subtile punctatis et 
grosse striatopunctatis, ad latera utrinque transversim rugatis, 
apice tridenlatis. — Long., 10,5; larg., 3 mm. 

Oblong ovale, allongé, d'un bronzé clair, cuivreux et brillant 
en dessus; dessous d'un bronzé cuivreux brillant légèrement 
verdâtre avec les côtés de l'abdomen et les fémurs nuancés par 
places d'un pourpré obscur; antennes noires; tarses obscurs. 

Tête granuleuse et grossièrement ponctuée, sillonnée sur le 
vertex et bitubereulée entre les yeux ; épistome étroit et 
échancré. 

Pronotum peu convexe, plus étroit en avant qu'en arrière, 
fortement sinué au sommet avec le lobe médian avancé et large; 
la base fortement bisinuée avec son lobe médian peu avancé et 
légèrement échancré ; les côtés presque droits, à peine sinués, la 
carène latérale sinueuse, dépassant à peine le milieu des côtés; 
il est très finement pointillé sur toute sa surface et présente des 
points enfoncés, irrégulièrement espacés et plus denses sur les 
côtés que sur le disque; celui ci présente en outre quatre dépres- 
sions irrégulières dont deux à la base, des deux côtés et au dessus 
de l'écusson et les deux autres au dessus des premières. 

Écusson transversal, elliptique, acuminé au sommet. 

Elytres trois fois aussi longs que le pronotum, de la largeur 
de celui-ci à la base, droits sur les côtés jusqu'au tiers supérieur 
où ils s'élargissent insensiblement pour s'atténuer ensuite suivant 
une courbe régulière jusqu'à l'extrémité qui est tridentée, la dent 
extérieure courte et située plus haut que la médiane, celle-ci large 
et obtuse, la suturale à peine accentuée ; les deux dents extérieu- 
res formant le prolongement de deux côtes larges, peu accusées. 
Les élytres sont très finement pointillés sur toute leur surface 
et offrent des séries longitudinales de gros points enfoncés; 
ils montrent en outre sur les côtés, de part et d'autre, des rides 
transversales irrégulières et sont sillonnés le long de la suture, 
à partir du tiers supérieur jusqu'à l'extrémité. 

Dessous très finement granuleux et couvert d'une ponctuation 
irrégulière et espacée; prosternum plan, sillonné de part et d'autre 
sur les côtés, le sillon formé d'une série de points; premier 
segment abdominal plan et uni au milieu, les autres ornés d'une 
plaque lisse, triangulaire, de chaque côté à la base ; dernier seg- 
ment très légèrement échancré au milieu, sillonné le long du 
pourtour extrême; le sillon rugueux. 

Belgaum : un seul exemplaire. 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE ItELGiyiiE, T. XXXVII. "28 



334 

22. Sphenoptera crebrepunctata Kerr., Ann. Soc. Ent. 
Belg., t. 36 (1892), p. 189. — Kanara; un seul exemplaire. 

23. Sphenoptera cyaniceps Kerr., G. R. Soc. Ent. Belg., 
t. 34 (1890), p. 203. -— Belgaum; un seul exemplaire 9. 

24. Sphenoptera fulgidiceps Kerr., Ann. Soc. Ent. Belg., 
t. 36 (1892), p. 190. — Kanara; un seul exemplaire. 

25. Sphenoptera auricollis Kerr., I. c, p. 191. — Maulmein; 
deux exemplaires. 

26. Sphenoptera deducta Kerr., I. c, p. 192. — Belgaum, 
en juin; un seul exemplaire. 

27. Sphenoptera indica Cast. et Gory, Monogr., t. 2 (1839), 
p. 37, pi. 10, f. 57. — Belgaum, Kanara; cinq exemplaires. 

28. Sphenoptera Perroteti Guér., Rev. Zool. (1841), p. 328. 
— Belgaum, Kanara ; commun pendant les pluies ; se capture 
facilement au fauchoir. 

29. Sphenoptera. gossypii Kerr., Ann. Soc. Ent. Belg., t. 36 
(1892), p. 195. — Belgaum; assez commun. 

ANTHAXINI. 

30. Anthaxia collaris nov. sp. — JVigra, capite pronotoque 
ficlgidis; capite piano, subtile rugoso; pronoto ad latera rotundalo 
et subtile rugoso, disco undulatim rugato, utrinque in angulos 
posticos fossulato; elylris suàtilissime granulosis, longe basin 
transversim depressis, ad latera postica utrinque serratis, apice 
separatim rotundatis. — Long., 4,5; larg., 1,5 mm. 

Noire avec la tête et le pronotum d'un rouge feu. 

Tête plane, sans sillon, finement rugueuse, la rugosité consis- 
tant en un très fin réseau de cercles minuscules entourant un point 
presqu'imperceptible. 

Pronotum un peu plus large que haut, dilaté sur le milieu des 
côtés, la marge antérieure droite avec le lobe médian avancé et 
arrondi; la base presque droite, très légèrement sinueuse; les 
côtés régulièrement arqués; il présente, de chaque côté, la même 
rugosité que sur la tête et, sur le disque, une série de petites 
rides onduleuses, transversales et très irrégulières et offre, de 
chaque côté, dans l'angle inférieur, une fossette arrondie. 

Élytres de la largeur du pronotum à la base, obliquement élar- 
gis à l'épaule avec le calus humerai saillant, légèrement sinueux 
à hauteur des hanches postérieures, brusquement atténués à partir 
du tiers supérieur, séparément arrondis et très faiblement dentelés 
au sommet; ils sont très finement granuleux et présentent, le 



335 

long de la base, une profonde dépression transversale se prolon- 
geant au dessous de l'écusson. 

Dessous très finement granuleux. 

Belgaum; prise une seule fois en mai, en battant les buissons. 

31. Anthaxia subviolacea nov. sp. — Aenea, subviolacea, 
pedibus cvpreo aeneis; capite piano, subtile rugoso; pronoto ad 
latera utrinque postica fossulalo ; elytris ad basin transversim 
depressis^ apice serratis et separatim rotundatis. — Long., 3,5; 
larg., 1 mm. 

Entièrement d'un bronzé obscur très légèrement violacé; pattes 
d'un bronzé cuivreux. 

Tête plane, sans sillon, finement rugueuse, la rugosité consis- 
tant en un réseau de cercles minuscules entourant un point 
presqu'imperceptible. 

Pronotum presqu'aussi large que haut, dilaté sur le milieu des 
côtés, la marge antérieure presque droite, à peine sinuée, avec le 
lobe médian peu avancé ; la base droite, les côtés plus arqués 
en avant qu'en arrière ; il présente la même rugosité que celle de 
la tête et offre en outre, de chaque côté, dans l'angle inférieur, 
une fossette subarrondie. 

Ecusson en triangle curviligne, rugueux, tronqué à la base. 

Élvtres de la largeur du pronotum à la base, subarrondis à 
l'épaule avec le calus humerai allongé, saillant et perpendiculaire 
à la base, légèrement sinueux à hauteur des hanches, brusquement 
atténués à partir du tiers supérieur, séparément arrondis et den- 
telés au sommet; ils sont très-finement granuleux ou plutôt 
subsquammeux et présentent, le long de la base, une profonde 
dépression transversale interrompue par l'écusson. 

Abdomen en partie visible en dessus à cause du rétrécissement 
des élytres ; dessous très finement granuleux. 

Belgaum ; prise une seule fois en mars, autour des champs 
cultivés. 

32. Anthaxia virescens nov. sp. — Capite, pronoto 
pedibusque viridi auratis, elytris aeneis, sublus nitida, nigra; 
capite piano, subtile rugoso utrinque longe oculos depresso; 
pronoto transverso, utrinque in angulos posticos foveato ; elytris 
subtile granulosis, longe basin transversim depressis, ad latera 
postica utrinque serratis, apice separatim rotundatis. — Long. 
3, 5; larg., 1, mm. 

Tête, pronotum et pattes d'un vert doré; élytres bronzés; 
dessous noir brillant. 

Tête plane, très légèrement déprimée de part et d'autre sur le 



336 

front contre les yeux, finement rugueuse, la rugosité consistant 
en un très fin réseau de cercles minuscules entourant un point 
presqu'imperceptible . 

Pronotum plus large que haut, élargi sur le milieu des côtés, 
la marge antérieure très légèrement sinueuse avec le lobe médian 
large et peu avancé; la base très légèrement sinueuse avec le 
lobe médian très large et à peine accusé, les côtés arqués anté- 
rieurement et sinueux à l'extrémité inférieure avec l'angle basi- 
laire saillant et subaigu ; il présente une rugosité consistant en 
un fin réseau de cercles oblongs, irréguliers et transversaux et 
offre, de chaque côté, dans l'angle inférieur, une fossette arrondie. 

Écusson rugueux, droit à la base et sur les côtés antérieurs, 
atténué au sommet. 

Élytres de la largeur du pronotum à la base, à peine élargis à 
l'épaule, très faiblement sinueux à hauteur des hanches, atténués 
à partir du tiers supérieur où ils sont dentelés jusqu'au sommet 
qui est séparément arrondi; ils sont très finement granuleux ou 
plutôt subsquammeux et présentent, le long de la base, une 
profonde dépression transversale interrompue par l'écusson. 

Dessous à peine rugueux; pattes finement ponctuées. 

Belgaum; un seul exemplaire. 

33. Anthaxia rudis nov. sp. — Supra aenea, subcicprea, capite 
rubro-cuprea ; subtus aenea, nitida; capite piano, subtile rugoso ; 
pronolo subtile rugoso, utrinqtce ad latera subdepresso ; elytris 
rugosis, ad latera postica serralis . — Long., 5; larg., 1,5 mm. 

D'un bronzé légèrement cuivreux en dessus avec la tête d'un 
cuivreux rougeàtre; dessous bronzé brillant. 

Tête plane, finement rugueuse, la rugosité consistant en un très 
fin réseau de cercles minuscules entourant un point presqu'imper- 
ceptible; épistome légèrement relevé et échancré. 

Pronotum un peu plus large que haut, dilaté sur les côtés anté- 
rieurs, la marge supérieure très faiblement échancrée, la base à 
peine sinueuse, les côtés droits au milieu, légèrement incurvés 
antérieurement et postérieurement; il présente la même rugosité 
que la tête et est légèrement déprimé de chaque côté, à la base, 
près des angles postérieurs. 

Ecusson subtriangulaire, tronqué à la base, légèrement arqué 
sur les côtés, faiblement déprimé au milieu et finement granuleux. 

Elytres à peine plus larges que le pronotum à la la base, 
légèrement arrondis à l'épaule, droits sur les côtés jusqu'au tiers 
supérieur où ils sont dentés, et s'atténuent brusquement jusqu'à 
l'extrémité, qui est séparément arrondie ; ils sont granuleux et 
plus rugueux que le pronotum. 



337 

Partie supérieure des segments abdominaux visible en dessus; 
dessous rugueux; pattes ponctuées. 

Belgaum ; prise une seule fois dans les champs cultivés : 

CHRYSOBOTHRINI. 

34. Belionota prasina Thunb., Nov. Spec. Ins., t. 5. (1789), 
p. 90. — Prise une fois à Belgaum, pendaut les pluies; commune 
à Kanara où elle vit sur le Terminalia paniculata, creusant des 
galeries elliptiques irrégulières, dans lesquelles on trouve souvent 
des femelles mortes. 

ACM^EODERINI. 

35. Ptosima apicata Waterh., Ann. Mag. Nat. Hist., 5* S ie , 
t. 9 (1882), p. 172. — Kanara; un seul exemplaire. 

36. A.cmaeodera stictipennis. Cast. et Gory, Monogr., t, I 
(1836), p. 26, pi. 8, f. 45. — Kanara; deux exemplaires. 

37. Acmaeodera cincticollis nov. sp. — Nigra, pronoto 
flavocincto, illo elytrisqtie flavomaculatis ; prosterno pedibusque 
castaneis ; capite rugoso et grosse punctato ; pronoto valde convezo, 
subtile et dense punctato ; elytris punctatostriatis, ad latera antica 
serratis. — Long. 7; larg. 2,25 mm. 

Entièrement noir, avec les côtés du pronotum et des élytres et 
le disque de ceux-ci ornés de taches et de bandes irrégulières d'un 
jaune fauve ; prosternum et pattes d'un brun marron clair; de la 
ponctuation du dessus émerge un poil très court, d'un blanc 
jaunâtre. 

Tête rugueuse et grossièrement ponctuée; antennes épaisses. 

Pronotum très convexe, plus étroit en avant qu'en arrière, de 
la largeur de la tête et arrondi au sommet, les côtés fortement 
arqués, la base tronquée; il est entièrement couvert d'une fine 
ponctuation, dense et très régulière. 

Elytres de la largeur du pronotum à la base, légèrement arron- 
dis à l'épaule avec le calus humerai saillant et d'un noir brillant, 
sinués à hauteur des hanches, atténués et dentelés à partir du tiers 
supérieur jusqu'à l'extrémité; ils présentent des séries longitudi- 
nales et régulières de points enfoncés et les taches fauves des 
élytres sont plus étendues sur la moitié antérieure que sur la 
postérieure où elles ne consistent qu'en une bande transversale 
élargie vers la suture et située vers le tiers supérieur, suivie 
d'une bande préapicale très irrégulière. 

Dessous et pattes très finement ponctués. 

Prome (Birmanie) ; un seul exemplaire. 



338 

38. Acmseodera Belli nov. sp. — Oblongo ovata, elongata, 
supra aenea, niticla, subtus nigra, omnina albido pubescens; 
capite grosse punctato ; pronoto convewo, antice sinuato, omnino 
dense punctato : elytris rugosis et striato-pionctatis , apice subro- 
tundatis et vice serratis. — Long., 4; larg., 1,25 mm. 

Oblong-ovale, allongé, d'un bronzé brillant en dessus, noir en 
dessous et garni d'une courte pubescence blanchâtre, espacée et 
plus dense à l'extrémité des élytres que sur le restant du corps. 

Tête grossièrement ponctuée. 

Pronotum presqu'aussi large que haut, très convexe, sa marge 
antérieure sinueuse avec le lobe médian large et avancé ; les côtés 
fortement arqués ; la base tronquée ; il est entièrement couvert 
d'une ponctuation très dense. 

Élytres de la largeur du pronotum à la base et très légèrement 
élargis à l'épaule, le calus humerai peu saillant, les côtés faible- 
ment sinueux à hauteur des hanches, faiblement élargis au tiers 
supérieur et ensuite brusquement atténués jusqu'au sommet qui 
est médiocrement arrondi et finement dentelé; ils sont rugueux, 
ponctués, présentent des séries longitudinales de gros points 
enfoncés et offrent, à la partie supérieure, des sillons parallèles 
à la suture et dont le plus rapproché de cette dernière est plus 
avancé sur le disque que le second. 

Dessous très granuleux. 

Kanara; pris une seule fois en mai, volant dans la forêt. 

JULODINI. 

39. Sternocera sternicornis Linné, Syst. Nat., Ed. X (1758), 
t. 2, p. 660. — Ceylan. 

40. Sternocera aequisignata. Saund., Trans. Ent. Soc, t. 5 
(1866), p. 298. — Paundge, Tharrawaddy : cinq exemplaires. 

41. Sternocera Diardi Gory, Monogr. supp. t. 4 (1840), p. 
4, pi. 1, f. 2. — Belgaum, Kanara; très-commun en juin et en 
juillet, au commencement des pluies. 

42. Sternocera laevigata Oliv., Entom., t. 2 (1790), gen. 
32, p. 87, pi. 12, f. 139. — Belgaum, Kanara, Poona; assez 
commun. 

43. Sternocera orientalis Herbst, var. basalis Cast. et 
Gory, Monogr. t. 1 (1836), p. 9, pi. 2, f. 7. — Belgaum, Nag- 
pore; commun. 

44. Sternocera chrysis Fabr., Syst. Ent. (1774), p. 218. — 
Belgaum, Kanara, Madura; très commun. 



339 

AGRILINI. 

45. Melibseus minutus no y. sp. — Oblongus, elongatus, 
aeneus, sparse et minute griseo-tomentosus ; capite subtile picnctato, 
mec sulcalo ; pronoto transversim rugato, ad latera sinuato et 
serrato ; elytris transversim rugatis. — Long., 4; larg., 1 mm. 
environ. 

Oblong, allongé, bronzé ; la ponctuation laissant émerger un 
poil court, d'un blanc grisâtre. 

Tête finement ponctuée et faiblement sillonnée longitudina- 
lement. 

Pronotum un peu plus étroit au sommet qu'à la base, la marge 
antérieure avancée et arrondie ; les côtés très sinueux, les bords 
crénelés ; la base fortement bisinuée, le lobe médian avancé et 
tronqué; le disque convexe. Il est couvert de petites rides trans- 
versales irrégulières et laisse émerger de la ponctuation une très 
courte villosité blanchâtre très éparse. 

Écusson tronqué à la base, échancré sur les côtés ; le sommet 
très aigu. 

Élytres de la largeur du pronotum à la base et laissant un vide 
anguleux entre celle-ci et l'épaule, légèrement sinueux à hauteur 
des hanches, faiblement élargis vers le tiers supérieur et séparé- 
ment arrondis à l'extrémité ; ils présentent une rugosité consistant 
en rides transversales irrégulières et sont couverts d'une très 
courte villosité blanchâtre, chaque poil émergeant de la ponc- 
tuation. 

Dessous rugueux; pattes ponctuées. 

Belgaum ; un seul exemplaire pris en mars, en fauchant dans 
les cultures. 

Cette espèce rappelle, pour la taille et le fades le M. Villersi 
Crotch., d'Europe; mais elle en est très distincte. 

46. Coraebus pictus nov. sp. — Elongatus, apice attenuatus, 
supra argentei viridis, pronoli disco elytrisque anticis aurez 
micantibus, cyanei-nigro-plagiatus, abbido villosus ; subtus claro- 
viridis, abdominis segmentis femoribus, tibiisque cyaneis; capite 
grannloso, antice transversim carinato , fronte sulcata et undula- 
tim rugata; pronoto valde convexo, ad latera utrinque deplanato; 
disco biplagiato ; elytris granulosis, ad latera postica serratis, 
utrinque quinque plagiatis. — Long., 10; larg., 3 r 5 mm. 

Allongé, atténué à l'extrémité, d'un vert argenté en dessus avec 
la région latérale de la partie antérieure des élytres et le disque 
du pronotum avec des reflets dorés, orné de taches veloutées d'un 
noir bleuâtre et d'une très courte villosité dense et d'un blanc 



340 

soyeux, donnant à l'insecte une apparence argentée; dessous vert 
clair, garni d'une courte villosité blanche, excepté sur les côtés 
des segments abdominaux qui sont d'un bleu d'acier ainsi que les 
fémurs et les tibias. 

Tête granuleuse, sillonnée transversalement au dessus des 
cavités antennaires, creusée sur le front et garnie de rides ondu- 
leuses ayant l'apparence de fines écailles. 

Pronotum très convexe sur le disque, aplani sur les côtés, la 
marge antérieure bisinuée avec le lobe médian avancé et large, 
les côtés sinueux, obliques en avant, échancrés en arrière; la base 
fortement bisinuée avec le lobe médian large et subarrondi; le 
disque saillant, les côtés déprimés et carénés, la carène très- 
sinueuse ; il est granuleux et offre des petites rides transversales 
et sinueuses interrompues sur deux taches oblongues, d'un noir 
bleuâtre velouté, situées de part et d'autre de la région saillante 
du disque. 

Écusson finement granuleux, triangulaire et caréné longitudi- 
nalement à la base. 

Élytres granuleux, arrondis à l'épaule, légèrement sinueux à 
hauteur des hanches, atténués et très finement dentelés à partir 
du tiers supérieur ; ils offrent chacun cinq taches d'un noir 
bleuâtre velouté, les deux premières, subarrondies, sur la moitié 
antérieure, placées Tune sous l'autre à égale distance des côtés et 
de la suture, la troisième, transversale, un peu au dessous de la 
deuxième mais contre le bord extérieur, les deux suivantes, trans- 
versales, placées l'une sous l'autre à l'extrémité, allant du bord 
extérieur jusqu'à peu de distance de la suture. 

Dessous très finement granuleux ; dernier segment abdominal 
sillonné le long du bord extrême. 

Kanara ; un seul exemplaire. 

47. Coraebus suturalis nov. sp. — Elongatus, obscure 
viridi auratus, supra subaeneus, elytris apice cyaneo-violaceis, 
transversim post médium cyaneo zonatis ; subtus obscure aeneus, 
subviolaceus ; capite grosse punctalo et sulcato; pronoto punctato, 
rugoso ad latera utrinque serrato; elytris apice serratis. — 
Long., 7,5; larg., 2 mm. 

Allongé, d'un vert doré obscur et légèrement bronzé en dessus 
avec deux bandes préapicales et transversales et l'extrémité des 
élytres d'un bleu violacé obscur; dessous d'un bronzé obscur à 
reflets violacés. 

Tête grossièrement ponctuée et longitudinalement sillonnée. 

Pronotum grossièrement ponctué, presqu'aussi large que haut, 
bisinué au sommet avec le lobe médian avancé et élargi ; les côtés 



341 

arrondis en avant et légèrement sinueux en arrière ; la marge 
latérale crénelée ; la base fortement bisinuée avec le lobe médian 
avancé et très légèrement sinueux. 

Écusson cordiforme, élargi, très finement granuleux. 

Élytres rugueux et grossièrement ponctués, un peu plus larges 
que le pronotum à la base, le calus humerai très accentué, légère- 
ment sinueux à hauteur des hanches, très faiblement élargis vers 
le tiers supérieur, ensuite atténués jusqu'à l'extrémité, qui est 
finement dentelée; ils présentent, sur les côtés antérieurs, des 
petites rides transversales irrégulières et sont en outre couverts 
d'un poil court, blanchâtre émergeant de la ponctuation et plus 
serrée vers la partie postérieure où il forme des bandes très 
vagues limitant les parties violacées. 

Dessous rugueux et ponctué. 

Belgaum; pris une seule fois en juin. 

48. Coraebus gongis Gory, Monogr. supp., t. 4(1841), p. 278, 
pi. 46, f. 270. — Kanara; deux exemplaires. 

49. Asymades capucinea nov. sp. — Oblonga, curta, con- 
vexa, subviolascentei nigra, pronoto ad latera elytrisque prope 
apicem cinereo tomentosis; subtus violascentei aenea, utrinque 
segmentis abdominis ad latera ochraceo villosis ; capite rugoso et 
punclalo, longitudinaliter sulcato, fronte biconvexa; pronoto 
subcoriaceo, disco globoso, ad latera utrinque deplanato ; elytris 
convexis, subgranulosis, apice oblique tmncatis et subtile serratis. 
— Long., 9; larg., 3,5 mm. 

Oblong, écourté et convexe, d'un noir très légèrement violacé en 
dessus avec les côtés du pronotum et des bandes irrégulières préapi- 
cales d'un jaune terne mélangé de roux doré; dessous d'un bronzé 
violacé obscur avec une houppe de courts poils d'un jaune sale sur 
chacun des côtés de l'extrémité des segments abdominaux. 

Tête ponctuée et rugueuse, sillonnée longitudinalement ; la partie 
supérieure du front légèrement saillante et formant, entre le sillon, 
deux mammelons peu prononcés ; elle est couverte d'une villosité 
très éparse et d'un roux doré excepté sur les saillies frontales. 

Pronotum plus large que haut, bisinué en avant avec un lobe 
médian large et très avancé; les côtés très élargis, aplanis et 
arrondis, le disque élevé et saillant, la base fortement bisinuée avec 
le lobe médian avancé et arrondi ; il est finement rugueux et ses 
bords sont couverts d'une villosité d'un jaune sale, courte mais très 
dense tandis que le disque est couvert d'une villosité rare et très 
espacée d'un roux doré. 

Écusson finement granuleux, très large, tronqué à la base, 
arrondi sur les côtés, bisinué et acuminé au sommet. 



342 

Élytres convexes, finement granuleux, de la largeur du prono- 
tum à la base avec le calus humerai saillant, légèrement sinueux 
à hauteur des hanches, élargis au tiers supérieur, ensuite atténués 
jusqu'au sommet où ils sont tronqués obliquement et très finement 
dentelés; ils sont couverts d'une très courte villosité d'un roux 
doré émergeant de la ponctuation et présentent un dessin de 
bandes sinueuses d'un jaune sale, mieux accusées au sommet que 
sur la région antérieure. 

Dessous finement granuleux et ponctué. 

Belgaum ; pris une seule fois à la fin de juillet. 

50. Sambus zonalis nov. sp. — JVigro-violaceus, captite, 
pronoto elytrommqne apicibus fulgidis, elytris transversim et 
undulalim cinereo-pubescentibus ; capite rugoso; fronte trans- 
versim carinata, vertice convexo, sulcato et circulation rugato ; 
pronoto medio convexo, ad latera utrinque planato et carinato; 
elytris vix coriaceis, ad latera antica serratis, apice separatim 
rotundatis. - Long., 9; larg., 3 mm. 

D'un noir violacé avec la tête, le pronotum et l'extrémité des 
élytres d'un rouge feu, ces dernières ornées de bandes transver- 
sales ondulées et pubescentes d'un gris cendré. 

Tête rugueuse; front séparé de l'épistome par une carène 
transversale; vertex saillant, creusé au milieu, les parties sail- 
lantes garnies de petites rides concentriques. 

Pronotum très rugueux, bombé sur le disque, bisinué en avant 
avec le lobe médian avancé et arrondi ; les côtés aplanis et 
carénés; la base fortement bisinuée avec le lobe médian avancé et 
arrondi ; la marge latérale finement crénelée, arrondie en avant, 
sinueuse en arrière ; il est très rugueux, le disque présente des 
séries de petites rides concentriques et sa nuance rouge-feu 
s'assombrit sur les côtés. 

Élytres finement chagrinés, de la largeur du pronotum à la base, 
la marge extérieure finement crénelée à l'épaule; sinués à hau- 
teur des hanches, légèrement élargis vers le tiers supérieur, sépa- 
rément arrondis à l'extrémité ; ils présentent de part et d'autre 
quatre bandes transversales garnies d'une pubescence d'un gris 
cendré plus accentuées vers l'extérieur que vers la suture. 

Dessous très rugueux, ponctué et laissant émerger de la ponc- 
tuation un poil court, d'un gris cendré; les segments abdominaux 
entièrement garnis d'une pubescence de la même nuance ; fémurs 
irisés. 
Rangoon ; un seul exemplaire. 

51. Polyonychus mucidus Chevr., Silb. Rev. Ent.,t. 5(1837), 
p. 102. — Belgaum, Kanara; fin de juillet, cinq exemplaires. 



343 

52. Agrilus amabilis nov. sp. — Elongatus, apice attenuatus; 
elytris cyaneis, nitidis albiclo utrinque bipunctatis, capile viridi, 
pronoto jmrjmreo, cîipreo; metasteruo, coxis posticis abdominisque 
segmento tertio large albido maculatis ; capite rugoso; f route 
excavata, vertice sulcato ; pronoto subquadrato ,undulatim et trans- 
versim rugato, medio biimpresso ; elytris subtile granulosis, ad 
basinutrinque transversim depressis, disco longitudinalitercostalo, 
longe suturam depressis, apice ad latera utrinque unidentatis, 
deiu separatim rotundatis et serratis. — Long., 12; larg. 2,5 mm. 

Allongé, atténué à l'extrémité ; élytres d'un bleu indigo brillant, 
la tête verdâtre, le pronotum d'un cuivreux pourpré avec deux 
points blancs sur chaque élytre et le métasternum, les hanches 
postérieures ainsi que le troisième segment abdominal largement 
maculés, sur les côtés, d'une pubescence feutrée d'un blanc pur; 
antennes légèrement cuivreuses ; dessous d'un noir bleuâtre 
brillant; pattes noires. 

Tête très rugueuse ; front excavé ; vertex sillonné ; bords 
supérieurs des cavités antennaires réunis par une carène trans- 
versale. 

Pronotum presque carré, à peine plus large en avant qu'en 
arrière, la marge antérieure à peine sinuée; la postérieure forte- 
ment bisinuée avec le lobe médian avancé et légèrement émarginé; 
carène latérale inférieure sinueuse et invisible en dessus ; carène 
latérale antérieure sinueuse, peu distante de l'inférieure et s'en 
rapprochant insensiblement pour la rejoindre et se confondre avec 
elle vers le quart supérieur; carène latérale postérieure arquée, 
rejoignant l'antérieure vers le milieu des côtés ; il est couvert de 
petites rides onduleuses et présente, au milieu du disque, deux 
dépressions placées l'une sous l'autre. 

Écusson transversal, finement granuleux, caréné transversale- 
ment au milieu et acuminé au sommet. 

Élytres un peu plus larges que le pronotum à la base, légèrement 
sinueux à hauteur des hanches, à peine élargis au tiers supérieur, 
atténués jusqu'à l'extrémité qui est armée d'une épine extérieure 
très aiguë et ensuite séparément arrondis et dentelés; ils sont 
très finement granuleux, la base présente, de part et d'autre, une 
profonde dépression transversale le long du pronotum, et le disque 
montre une côte longitudinale formant, avec la suture, une sorte 
de large sillon peu profond. 

Dessous très finement granuleux et ponctué. 

Kanara; un seul exemplaire. 

53. Agrilus grisator nov. sp. — Elongatus, viridis, sub- 
aeneus, subtus nitidior; elytris cinereo undulatim pubescentibus ; 



344 

capite granuloso, fronte depressa; pronoto stcbquadrato, trans- 
versim et undulatim rugalo, utrinque ad latera et m niedio 
depresso; elytris subsquammosis , ad basin large depressis, apice 
serratis et separatim rotundatis. — Long., 7,5-8,5; larg., 2 mm. 

D'un vert terne légèrement bronzé, plus brillant en dessous 
qu'au dessus, avec les élytres ornés de bandes onduleuses et 
pubescentes d'un gris cendré. 

Tête granuleuse ; front déprimé. 

Pronotum presque carré, un peu plus large à la base qu'au 
sommet, la marge antérieure sinueuse avec le lobe médian large 
et arrondi; la base bisinuée, son lobe médian avancé et tronqué; 
carène latérale inférieure sinueuse, invisible en dessus ; carène 
latérale antérieure, sinueuse et se rapprochant insensiblement de 
l'inférieure pour se confondre avec elle vers la base; carène posté- 
rieure à peine sensible, arquée ; il est entièrement couvert de 
petites rides transversales sinueuses et présente, de part et 
d'autre, une dépression latérale située vers le milieu des côtés 
et une troisième dépression discale, médiane, située plus près du 
sommet que de la base. 

Ecusson élargi, sillonné tranversalement dans toute sa largeur, 
acuminé au sommet. 

Élytres un peu moins larges que le pronotum à la base, où ils 
offrent une large dépression peu profonde, le calus humerai très 
accentué, les côtés sinueux à hauteur des hanches, élargis vers le 
tiers supérieur et graduellement atténués ensuite suivant une 
courbe peu prononcée jusqu'au sommet qui est séparément arrondi 
et dentelé ; ils sont très finement granuleux, subsquammeux et 
présentent trois bandes grisâtres, onduleuses et très peu accen- 
tuées quoique assez larges. 

Dessous très finement granuleux et ponctué, plus brillant que 
le dessus. 

Kanara ; très commun. 

54. Agrilus fragilis nov. sp. — Elongatus, niger, fronte 
mridi nitida, pronoto elytrisque cinerero pubescentibus ; capite 
granuloso, sulcalo ; pronoto granuloso et subtile punctato ; elytris 
apice serratis et separatim rotundatis. — Long., 5.; larg., 1 mm. 

Allongé, d'un noir mat avec le front d'un vert brillant, le pro- 
notum et les élytres garnis d'une pubescence fine et irrégulière- 
ment espacée, d'un gris cendré. 

Tête finement granuleuse, sillonnée longitudinaleraent. 

Pronotum plus long que large, un peu plus étroit à la base 
qu'au sommet, la marge antérieure droite, à peine sinueuse, les 
côtes modérément arqués ; la base fortement bisinuée, son lobe 



345 

médian large, avancé et légèrement émarginé ; carène latérale 
inférieure très oblique, invisible en dessus; carène latérale supé- 
rieure antérieure droite, à peine sinueuse et se confondant avec 
l'intérieure vers la base du pronotum; carène postérieure nulle. 
Le pronotum est très granuleux et finement ponctué. 

Écusson élargi, transversalement caréné dans toute sa largeur, 
acuminé au sommet. 

Élytres granuleux, un peu plus larges que le pronotum à la 
base, arrondis à l'épaule, légèrement sinueux à hauteur des han- 
ches, élargis au tiers supérieur, ensuite atténués jusqu'au sommet 
qui est dentelé et séparément arrondi ; ils sont couverts d'une 
courte villosité grisâtre formant des bandes onduleuses très 
vagues. 

Dessous finement granuleux et subsquammeux. 

Kanara; cinq exemplaires. 

55. Agrilis sp. ? — Un seul exemplaire de Thawawaddy, trop 
défraîchi et trop incomplet pour pouvoir se fixer une opinion. 

56. Agrilus ventralis nov. sp. — Curtus, nigro cyaneus, 
capite pronolique margine anteriori purpnrei-micantïbus ; capite 
granuloso, longitudinaliter sulcato , fronte grisei-villosa ; pronoto 
iindulatim et transversim rugato ; elytris granulosis, apice serratis 
et separatim o'otundatis. — Long., 4; larg., 1,25 mm. 

Ecourté, noir bleuâtre avec quelques reflets pourprés sur la 
tête et la marge antérieure du pronotum; pattes très légèrement 
cuivreuses. 

Tête finement granuleuse, sillonnée longitudinalement et gar- 
nie à la partie antérieure du front d'une courte pubescence grise. 

Pronotum presqu'aussi large que haut, offrant des petites rides 
onduleuses et transversales et garni d'une courte pubescence grise, 
dense sur les côtés et au milieu où elle forme une ligne longitudi- 
nale ; la marge antérieure sinueuse, les côtés faiblement arqués ; 
la base sinueuse avec le lobe médian avancé et tronqué ; carène 
latérale inférieure très sinueuse; carène supérieure antérieure 
médiocrement sinueuse et rejoignant l'inférieure vers la base du 
pronotum; carène postérieure sinueuse, sensible à la base seulement 
et se perdant peu à peu dans la structure générale vers le milieu 
des côtés. 

Écusson élargi, caréné transversalement et acuminé au sommet. 

Élytres à peine plus larges que le pronotum à la base, très 
granuleux, sinués à hauteur des hanches, peu élargis vers le tiers 
supérieur où ils laissent distinctement apercevoir la région supé- 
rieure des côtés de l'abdomen, atténués et séparément arrondis 
au sommet, qui est dentelé. 



346 

Dessous granuleux. 
Kanara, un seul exemplaire. 

57. Agrilus repercussus nov. sp. — Elongatus, supra mridi 
aeneus, fronte, pronoti lateribus elytrorumque antica parte 
obscure carmineis; subtus nigro aeneus; capite piano, rugato; 
vertice vix sulcato; pronolo subquadrato , undulatim et trans- 
iter sim rugato, ad latera utrinque depresso; elytris transversim 
rugatis, apice serratis et separatim rotundatis. — Long., 7,5; 
larg., 2 mm. 

Allongé, d'un vert bronzé terne avec le front, les côtés du 
pronotum et le tiers supérieur des élytres d'un carminé obscur; 
dessous et pattes d'un noir bronzé. 

Tête plane, finement granuleuse et garnie d'un réseau de petites 
rides; vertex faiblement sillonné. 

Pronotum subcarré, la marge antérieure faiblement bisinueuse, 
les côtés arrondis en avant, faiblement sinueux en arrière, l'angle 
de la base aigu ; la base bisinuée avec le lobe médian tronqué et 
avancé; carène latérale inférieure sinueuse; carène latérale 
supérieure antérieure sinueuse et se rapprochant insensiblement 
de l'inférieure qu'elle rejoint à la base du pronotum; carène 
postérieure très sinueuse et rejoignant l'antérieure au delà du 
quart supérieur; il est couvert de rides transversales onduleuses 
et est très légèrement déprimé sur les côtés. 

Écusson large, transversal, quadrangulaire et caréné en avant, 
bisinué et acuminé au sommet. 

Elytres peu élargis, convexes, déprimés de part et d'autre à la 
base où ils sont de la largeur du pronotum, légèrement sinueux 
à hauteur des hanches, faiblement élargis vers le tiers supérieur, 
ensuite anténués, séparément arrondis et fortement dentés en scie 
à l'extrémité ; ils laissent à découvert une portion latérale de la 
partie supérieure des segments abdominaux et offrent une rugosité 
constituée par des séries transversales de petites rides inter- 
rompues. 

Dessous finement granuleux. 

Belgaum; un seul exemplaire pris dans la forêt, en mai. 

58. Agrilus viridifrons nov. sp. — Elongatus obscure 
submrescenti aeneus, fronte femoribusque nitidis, mridi-metal- 
licis ; capite piano vix granuloso, antennis aureis, fronte fere 
sulcata; pronoto transversim et arcuatim rugato, ad latera antica 
rolundato, postica sinuato ; elytris vix granulosis, apice serratis 
et separatim rotundatis. — Long., 5,5; larg., 1,5 mm. 

D'un bronzé verdàtre obscur avec le front et les fémurs d'un 
vert métallique brillant. 



347 

Tête plane, très finement granuleuse ; antennes dorées; vertex 
très faiblement sillonné. 

Pronotum un peu plus large en avant qu'en arrière, la marge 
antérieure sinueuse avec le lobe médian arrondi et large, les côtés 
arrondis antérieurement et faiblement sinués postérieurement, 
l'angle de la base presque droit ; la base fortement bisinuée avec le 
lobe médian large et légèrement émarginé; carène latérale infé- 
rieure sinueuse; carène supérieure antérieure longeant l'inférieure 
très près de celle-ci pour se confondre avec elle vers le tiers 
postérieur; carène postérieure à peine sensible dans l'angle de la 
base; il est entièrement couvert de petites rides parallèles et 
arquées. 

Ecusson caréné tranversalement, acuminé au sommet. 

Elytres très finement granuleux, à peine plus larges que le 
pronotum à la base, presque droits sur les côtés, légèrement 
élargis au tiers supérieur, ensuite atténués jusqu'à l'extrimité qui 
est arrondie et dentée en scie; ils laissent à découvert une très 
faible portion de la région supérieure des côtés des segments 
abdominaux. 

Dessous granuleux. 

Belgaum; un seul exemplaire pris, en février, dans les champs 
cultivés. 

59. Agrilus verecundus nov. sp. — Elongakis, supra 
convexus; capite subcyaneo viridi, pronoto elytrisque carmineis 
mridi-micanlibus ; subtus obscure viridis; capite piano, nix 
granuloso ;pronoto subtransverso, undulatim et transversim rugato 
ad latera utrinque rotundato, disco anlice depresso ; elytris subtile 
granulosis, longe suturam nage longitudinaliter stclcalis, apice 
serratis et separaiim rotnndatis. — Long., 4,5; larg., 1.25 mm. 

Allongé, convexe en dessus; tête d'un bleu verdâtre; pronotum 
et élytres carminées avec quelques reflets d'un vert métallique; 
vert obscur en dessous. 

Tête plane, très finement granuleuse. 

Pronotum transversal, un peu plus large en avant qu'en arrière, 
la marge antérieure très sinueuse avec le lobe médian avancé et 
arrondi; les côtés faiblement arqués; la base fortement bisinuée 
avec le lobe médian avancé et médiocrement émarginé ; carène 
latérale inférieure à peine sinueuse; carène supérieure antérieure 
droite, rejoignant l'inférieure vers le quart supérieur; carène 
postérieure nulle ; il est couvert de petites rides transversales 
onduleuses et est faiblement impressionné à la partie antérieure 
du disque. 

Écusson transversalement caréné, acuminé au sommet. 



348 

Élytres convexes, finement granuleux, faiblement évidés le long 
de la suture, impressionnés de part et d'autre le long de la base 
où ils sont de la largeur du pronotum, légèrement sinueux à 
hauteur des hanches, faiblement élargis au tiers supérieur et 
atténués ensuite jusqu'à l'extrémité qui est séparément arrondie 
et dentée en scie. 

Dessous très finement granuleux. 

Kanara; un seul exemplaire. 

60. A.GRILUS sp. ? — Un exemplaire de Kanara, trop incomplet 
et trop défraîchi pour pouvoir se prononcer avec certitude. 

61 . Agrilus modicus nov. sp. — Elongatns, supra vîrescenti- 
nigro aeneus, fronte niridi-cyanea, meiallica, elytris undulatim 
cinereo-plagiatis ; subtus obscurus ; capite magno, rugoso; fronte 
planala, vertice sulcato; pronoto subquadrato, antice producto; 
elyh'is rugosis et punctatis, apice mx serratis et separatim rotun- 
datis. — Long., 5; larg., 1,25 mm. 

Allongé, d'un bronzé obscur très légèrement verdâtre avec le 
front d'un vert bleu métallique et les élytres ornés de taches 
onduleuses d'un gris cendré ; dessous noirâtre, garni d'une très 
courte pubescence grise. 

Tête forte, granuleuse, plane sur le front, sillonnée sur le vertex. 

Pronotum presque carré, un peu plus large en avant qu'en 
arrière, la marge antérieure fortement bisinuée avec le lobe médian 
arrondi, très large et très avancé ; les côtés à peine arqués ; la base 
fortement bisinuée avec le lobe médian avancé et tronqué; carène 
latérale inférieure droite; carène supérieure antérieure faiblement 
sinueuse et rejoignant insensiblement l'inférieure à la base du 
pronotum ; carène postérieure très arquée, peu accusée et rejoignant 
l'antérieure vers le milieu des côtés ; il est couvert de petites rides 
transversales arquées et présente, ça et là, une très courte villosité 
d'un gris cendré. 

Écusson caréné transversalement, acuminé au sommet. 

Élytres rugueux ponctués, de la largeur du pronotum à la base 
légèrement sinueux à hauteur des hanches, élargis au tiers 
supérieur, ensuite atténués jusqu'au sommet qui est à peine 
dentelé et séparément arrondi ; ils présentent sur la partie 
antérieure des bandes onduleuses formées d'une très courte 
pubescence grise et, vers le sommet, une bande transversale de 
même nature. 

Dessous ponctué et finement granuleux. 

Kanara; très commun. 



349 



TRACHYNI. 



62. Endelus œneus nov. sp. — Subovatus, antice dilatatus, 
2)ostice attenuatus, supra niticlus, œneus, subtus niger; capite 
angusto, oculis parallelis, fronte granulosa et excavata; pronoto 
transverso, antice valde emarginato, ad latera antica valde 
punctato, arcuato et deplanato, postica recto; basi utrinque ad 
latera recta, medio producto et truncato, disco convexo tix j>wnc- 
tato; elytris convexis, longitndinaliter striato-punctatis, ad latera 
antica utrinque depressis. — Long., 2,75; larg., 1,25 mm. 

Ovalaire, très élargi en avant et atténué en arrière, d'un bronzé 
très brillant en dessus, sombre en dessous. 

Tête étroite ; yeux parallèles ; front creusé et granuleux. 

Pronotum très transversal, fortement émarginé en avant, les 
côtés antérieurs très arqués et aplanis, les postérieurs droits; la 
base droite sur les côtés, avancée en un lobe tronqué au milieu ; le 
disque élevé; il présente une ponctuation très éparse au milieu et 
très dense sur les côtés. 

Elytres convexes, légèrement déprimés sur les côtés à hauteur 
des hanches postérieures, de la largeur du pronotum à la base, 
droits sur les côtés jusqu'au milieu, ensuite brusquement atténués 
jusque l'extrémité qui est très finement dentelée et arrondie ; ils 
sont très finement granuleux et présentent en outre des séries 
longitudinales de gros points enfoncés. 

Dessous finement granuleux. 

Kanara ; trois exemplaires. 

63. Trachys bicolor Kerr., C. R. Soc. Ent. Belge, t. 34 
(1890), p. 208. — Belgaum, Kanara; commun. 

64. Trachys simulans nov. sp. — Oblongo-ovata; stipra 
viridis, subœnea; pronoto utrinque depresso et rufo-tomentoso , 
elytris griseo-tomentosis ; supra nigra, tarsis testaceis ; capite vix 
excavato, fronte sulcata; pronoto utrinque longe basin depresso ; 
elytris granulosis. — Long., 3,25; larg., 1,25 mm. 

Oblong-ovale, d'un vert clair légèrement bronzé en dessus, le 
pronotum couvert, dans les dépressions latérales, d'une pubes- 
cence roussàtre, molle et lâche, les élytres garnis d'une courte 
pubescence espacée grisâtre; dessous noir, tarses testacés ; 
antennes noires. 

Tête médiocrement excavée, front sillonné. 

Pronotum beaucoup plus large que haut, de la largeur de la tête 
et profondément émarginé au sommet, les côtés obliques et médio- 
crement arqués, la base très sinueuse avec le lobe médian très 

ANNALES t)E LA SOC. ENTO.M. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 2'.> 



350 

large, avancé et arrondi ; il est fortement déprimé de part et 
d'autre à la base. 

Écusson très petit, subtriangulaire. 

Élytres sans côtés caréniformes le long du bord extérieur, de 
la largeur du pronotum à la base, légèrement saillants à l'épaule, 
sinués ensuite et atténués à partir du milieu suivant une courbe 
régulière jusqu'à l'extrémité; ils sont très granuleux et ponctués 
et couverts d'une courte villosité grisâtre. 

Dessous très finement granuleux et couvert d'une ponctuation 
irrégulière et très espacée. 

Kanara; un seul exemplaire. 

65. Trachys fallax nov. sp. — Subovata, obscure viridi- 
œnea, grisei-villosa fronte pronotique lateribus claro-viridi-œneis ; 
subtus nigra, pedibus aeneis; capite punctato, subtile granuloso, 
vix excavato ; pronoto ad latera utrinque fere deplanato; elyiris 
punctatis et granulosis. — Long., 2,5; larg., 1,25 mm. 

Ovalaire, d'un bronzé verdàtre très obscur sauf dans l'excava- 
tion frontale et sur les côtés du pronotum, qui sont d'un bronzé 
verdàtre clair; dessous noirâtre; pattes bronzées. Le dessus est 
couvert d'une courte villosité grisâtre, très espacée partout, sauf 
le long de la région suturale. 

Tête ponctuée et finement granuleuse, médiocrement excavée 
longitudinalement. 

Pronotum transversal, beaucoup plus large que haut, de la lar- 
geur de la tête au sommet, la marge antérieure fortement échancrée 
sur les côtés et très faiblement sinuée au milieu, le lobe médian à 
peine accusé, quoique sensiblement anguleux; les côtés obliques et 
faiblement sinueux; la base fortement bisinuée avec le lobe médian 
avancé, large et arrondi ; il est granuleux et ses bords postérieurs 
sont légèrement aplanis. 

Ecusson très petit, triangulaire. 

Elytres granuleux et ponctués, sans côte ni carène le long du 
bord extérieur, un peu plus larges que le pronotum à la base, le 
calus humerai oblique et médiocrement saillant, la marge anté- 
rieure sinueuse, la postérieure atténuée suivant une courbe régu- 
lière jusqu'à l'extrémité qui est très finement dentelée. 

Dessous et pattes très finement granuleux. 

Kanara; un seul exemplaire. 

66. Trachys virescens Kerr., A%%. Mus. Gênes, 1892, p. 
828. — Belgaum; un seul exemplaire, pris en mai. 

67. Trachys divergens nov. sp. — Oblongo-ovata, lata, 
capite pronotoque viridi-xneis , elytris obscure œ?ieis, violacei 



351 

micantibus, griseo mllosis ; stiblus nigra; capite magno, subtile 
granuloso, mx excavato, fronte sulcata; pronoto sublxvi, elytris 
granulosis. — Long., 2,25; larg., 1,25 mm. 

Oblong ovale, élargi; tête et pronotum d'un bronzé verdâtre 
clair, élytres d'un bronzé obscur à reflets violacés garnis de 
bandes onduleuses peu accentuées et formées d'une courte villo- 
sité grisâtre ; dessous noirâtre. 

Tête forte, finement granuleuse, faiblement excavée, à peine 
sillonnée sur le front et le vertex. 

Pronotum très transversal, beaucoup plus large que haut, la 
marge antérieure échancrée sur les côtés et faiblement sinuée au 
milieu avec un lobe médian à peine accusé ; les côtés obliques et 
à peine arqués ; la base fortement bisinuée avec le lobe médian 
large, avancé et arrondi; il est faiblement ponctué et d'apparence 
lisse et est couvert d'une très rare villosité grisâtre. 

Ecusson très petit, triangulaire. 

Élytres très granuleux, sans carène ni côte caréniforme le long 
de la marge extérieure, à peine plus larges que le pronotum à la 
base, très faiblement sinueux à hauteur des hanches, ensuite 
atténués suivant une courbe régulière ; ils présentent des bandes 
irrégulières et onduleuses formées d'amas de poils courts et 
grisâtres. 

Dessous finement granuleux. 

Belgaum; un seul exemplaire. 

68. Trachys nitida nov. sp. — Oblongo ovata, supra sub- 
œnescenti nigra, griseo nillosa; subtus nigra; capite excavato, 
fronte sulcata ; pronoto subrugoso ; elytris rugosis. — Long. , 2,75 ; 
larg., 1,75 mm. 

Oblong-ovale, élargi, d'un noir brillant très légèrement bronzé 
en dessus; noir en dessous; le dessus couvert d'une pubescence 
espacée d'un gris blanchâtre, celle des élytres ne laissant de glabre 
que des espaces oblongs sur la partie antérieure et irréguliers sur la 
partie postérieure. 

Tête creusée, finement ponctuée et sillonnée sur le front. 

Pronotum très transversal, beaucoup plus large que haut, très 
finement granuleux et offrant en outre une ponctuation éparse; la 
marge antérieure très échancrée sur les côtés et bisinuée au milieu 
avec le lobe médian à peine accusé, mais sensiblement anguleux; 
les côtés obliquement arqués; la base fortement bisinuée avec le 
lobe médian avancé, large et arrondi; il est couvert d'une villosité 
très éparse et d'un blanc grisâtre. 

Écusson petit, triangulaire. 



352 

Élytres rugueux, sans carène ni côte caréniforme le long de la 
marge extérieure, de la largeur du pronotum à la base avec le calus 
humerai saillant; droits sur les côtés antérieurs, atténués suivant 
une courbe régulière à partir du milieu jusqu'à l'extrémité. 

Dessous très finement rugueux et couvert en outre d'une ponctua- 
tion très espacée. 

Belgaum; un seul exemplaire. 

69. Trachys parvula nov. sp. — Gurta, subovata, supra 
nigra, subxnescens, grisei-tomentosa, capite pronotique lateribus 
aurei-xneis ; sultus nigra, nitida ; capite magno, punctato, antice 
vix excavato, fronte sulcata; pronoto lœvi, clisco vix punctato, 
lateribus rugosis et deplanatis ; elytris rugosis, antice ad latera 
transversim rugatis. — Long., 2; larg., 1 mm. 

Écourté, ovalaire, d'un noir très légèrement bronzé avec la tête 
et les côtés du pronotum d'un bronzé doré clair ; le dessus couvert 
d'une villosité d'un gris cendré clair et formant un vague dessin 
onduleux; dessous noir brillant. 

Tête forte, ponctuée, faiblement excavée au dessus de l'épistome, 
sillonnée sur le front entre les yeux. 

Pronotum beaucoup plus large que haut, déprimé de part et 
d'autre sur les côtés, la marge antérieure échancrée, les côtés 
obliquement arqués, la base fortement bisinuée avec le lobe médian 
large, avancé et arrondi ; il est d'apparence lisse et faiblement 
ponctué sur le disque tandis que les côtés sont rugueux et aplanis. 

Écusson très petit, triangulaire. 

Élytres sans carène ni côte caréniforme le long de la marge 
extérieure, très rugueux et montrant, sur les côtés antérieurs, des 
rides transversales irrégulières ; ils sont déprimés de part et d'autre 
le long de la base avec le calus humerai saillant et transversal, 
les côtés antérieurs droits, les postérieurs obliques à partir du 
milieu, le sommet tronqué. 

Dessous moins rugueux que le dessus, très finement granuleux 
et couvert en outre d'une ponctuation très éparse. 

Belgaum; pris une seule fois à la fin de décembre. 

70. Trachys rotimdata nov. sp. — Oblongo-ovata, supra 
obscure virescenti-œnea, sparse ochracei-albo-villosa ; supra nigra; 
capite laevi, sparse punctato, antice vix excavato,fronte vertieeque 
sulcatis ; pronoti disco laevi, lateribus rugosis et depressis; elytris 
rugosis, ad latera antica irregulariter transversim rugatis. — 
Long., 2,5; larg., 1,5 mm. 

Ovale oblong, d'un bronzé verdâtre très obscur en dessus et 
couvert d'une villosité éparse d'un blanc jaunâtre; dessous d'un 
noir mat. 



353 

Tête lisse, faiblement ponctuée, médiocrement creusée, sillon- 
née sur le front et le vertex. 

Pronotum beaucoup plus large que haut, bisinué au sommet 
avec le lobe médian peu accusé ; les côtés obliquement arqués, la 
base fortement bisinuée avec le lobe médian large, arrondi et 
avancé; il est déprimé de chaque côté vers la base, dans l'angle 
inférieur où il est également plus rugueux que sur le disque, qui 
est lisse et à peine ponctué. 

Écusson très petit, triangulaire. 

Elytres sans carène ni côte caréniformele long delà marge exté- 
rieure, rugueux et présentant de part et d'autre sur les côtés 
antérieurs des rides irrégulières et transversales, le calus humerai 
peu saillant, les côtés sinués sur la moitié antérieure et graduel- 
lement atténués suivant une courbe régulière jusqu'au sommet. 

Dessous très finement granuleux. 

Belgaum ; un seul exemplaire. 

71. Trachys Andrewesi nov. sp. — Oblongo ovata, curta, 
nigra, supra niticla, capite subœneo, subtile punctato, antice 
excavato , fronte sulcata, ocliraceo-mllosa ; pronoto transverso, ad 
latera rugoso; disco vix punctato, elytris valde rngosis etpunctatis, 
griseo-tomentosis. — Long., 2,5; larg., 1,25 mm. 

Ovale oblong, écourté, d'un noir brillant légèrement bronzé sur 
la tête et le pronotum; dessous noir. 

Tête finement ponctuée, excavée en avant au dessus de l'épis- 
tome, sillonnée sur le front et le vertex et garnie d'une villosité 
jaunâtre, courte et rare. 

Pronotum très transversal, beaucoup plus large que haut, la 
marge antérieure profondément échancrée sur les côtés et sinuée 
au milieu avec le lobe médian à peine accusé; les côtés obliquement 
arqués, la base fortement bisinuée avec le lobe médian très large, 
avancé et arrondi ; il est un peu plus rugueux sur les côtés que sur 
le disque qui est faiblement ponctué, et il est garni de poils épars, 
courts, d'un jaune terne et plus denses sur les côtés que sur le 
disque. 

Écusson très petit, triangulaire. 

Elytres sans carène ni' côte caréniforme le long de la marge 
extérieure, très rugueux et ponctués, de la largeur du pronotum à 
la base, le calus humerai saillant, les côtés droits jusqu'au milieu, 
ensuite atténués jusqu'au sommet; ils sont couverts d'un vague 
dessin onduleux formé d'une pubescence grise très espacée. 

Dessous finement granuleux. 

Belgaum; six exemplaires. 



354 

72. Trachys pilosula iov. sp. — Subovata, supra obscure 
œna, griseo-tomentosa; subtus iiigra, nitida ; capite punctato, 
excavato; fronte sulcata; pronoto utrinque ad latera deplanato; 
elytris granulosis. — Long., 2,5; larg., 1,25 mm. 

Ovalaire, d'un bronzé obscur en dessus et couvert d'une pubes- 
cence grise; dessous d'un noir brillant. 

Tête ponctuée, excavée et sillonnée sur le front. 

Pronotum beaucoup plus large que haut, fortement émarginé en 
avant, très arqué sur les côtés, fortement bisinué au sommet, avec 
le lobe médian arrondi, avancé et large; il est plus granuleux sur 
les côtés que sur le disque, ses côtés sont légèrement aplanis et il 
est entièrement couvert d'une pubescence jaunâtre plus dense sur 
les côtés que sur le disque. 

Écusson très petit, triangulaire. 

Élytres sans carène ni côte caréniforme le long de la marge exté- 
rieure, à peine plus larges que le pronotum à la base, saillants à 
l'épaule avec le calus humerai bien accentué et surmontant une 
dépression transversale ; les côtés graduellement atténués suivant 
une courbe régulière à partir du sinus de l'épaule jusqu'à l'extré- 
mité; ils sont très rugueux et couverts d'une villosité grise peu 
dense. 

Dessous finement granuleux. 

Kanara; un seul exemplaire. 

73. Trachys atra nov. sp. — Subovata, supra nigro-violacea 
et griseo-tomentosa, cajrite subpurpureo-micanii ; subtus nigra; 
capite subtile punctato , fronte sulcata, vix concava; jwonoto granu- 
losissimo et subtile ymnctato; elytris rugosis, granulosis, callo 
liumerali oblique carinato. — Long., 3 ; larg., 1,5 mm. 

Ovale-oblong, entièrement noir avec la tête d'un bronzé verdâtre. 

Tête très finement granuleuse, inégale, excavée longitudinale- 
ment au milieu et le long des yeux, ces excavations formant 
trois sillons élargis et peu prononcés; vertex finement sillonné. 

Pronotum transversal, beaucoup plus large que haut, le sommet 
profondément émarginé, les côtés obliquement arqués, la base 
fortement bisinuée avec le lobe médian arrondi, avancé et très 
large; il est granuleux et finement pointillé et couvert d'une rare 
pubescence d'un gris blanchâtre. 

Ecusson très petit, triangulaire. 

Élytres sans carène ni côte caréniforme le long de la marge 
latérale, finement granuleux avec des vagues séries longitudinales 
de points enfoncés ; ils sont de la largeur du pronotum à la base, 
légèrement sinueux à hauteur des hanches, graduellement atténués 
ensuite suivant une courbe régulière jusqu'à l'extrémité et sont 



355 

couverts d'une villosité grise formant de vagues dessins onduleux. 
Dessous finement granuleux et ponctué. 
Kanara ; deux exemplaires. 

74. Trachys violascens nov. sp. — Subovata, nigro-violacea, 
subalbido-tomentosa, capite pur pur ei-micanti, subtus nigra; capite 
subtile punctato, fronte vix excavata ; pronoto granuloso et subtile 
punctato , antice val de emarginato ; elytris granulosis , callo 
humero oblique carinalo ; subtus granulosa et punctata, metasterno 
transversim rugato. — Long., 3,5; larg., 2 mm. 

Ovalaire, d'un noir violacé avec des reflets pourprés sur la 
tête, garni en dessus d'une courte pubescence d'un blanc grisâtre 
formant des dessins onduleux sur les élytres ; dessous noir. 

Tête brillante, finement ponctuée ; front faiblement concave et 
sillonné. 

Pronotum très transversal, beaucoup plus large que haut, la 
marge antérieure profondément échancrée, les côtés obliques, à 
peine arqués, la base fortement bisinuée avec le lobe médian large, 
avancé et arrondi ; il est très granuleux et finement pointillé. 

Écusson triangulaire, très petit. 

Élytres sans carène ni côte caréniforme le long de la marge 
extérieure, très rugueux, granulés, un peu plus larges que le 
pronotum à la base, très légèrement arrondis et dilatés à l'épaule, 
le calus humerai surmonté d'une courte carène oblique; les côtés 
arrondis et graduellement atténués suivant une courbe régulière 
jusqu'à l'extrémité. 

Dessous granuleux et ponctué ; métasternum offrant des séries 
transversales de petites rides ; pattes ponctuées. 

Kanara; deux exemplaires. 

75. Trachys obliqua Kerr., Ann. Soc. Eut. Belge, t. 36 
(892), p. 223. — Kanara; deux exemplaires. 

76. Trachys excavata nov. sp. — Subovata, nigra, capite 
pronotoque œneis, albido-villosis ; fronte valde excavata; pronoto 
antice valde emarginato ; elytris coriaceis, apice subtile serratis. 
— Long., 3; larg., 1,75 mm. 

Ovalaire, tête et pronotum bronzés, élytres et dessous noirs ; 
les premiers garnis d'une courte villosité blanchâtre formant des 
dessins onduleux, très vagues. 

Tête ponctuée, profondément excavée, les yeux bordés d'une 
carène surmontant l'excavation frontale; front sillonné. 

Pronotum ponctué, très transversal, beaucoup plus large que 
haut, profondément échancré en avant, les côtés obliquement 



356 

arqués, la base fortement bisinuée avec le lobe médian avancé, 
large et arrondi. 

Écusson triangulaire. 

Élytres fortement chagrinés, sans carène ni côte caréniforme le 
long de la marge extérieure, un peu plus larges que le pronotum à 
la base, le calus humerai saillant, les côtés arqués et graduelle- 
ment atténués jusqu'au sommet, qui est finement dentelé. 

Dessous faiblement granuleux. 

Kanara; un seul exemplaire. 

77. Trachys .ENEoeuPREAKerr., G. R. Soc. Ent. Belge, t. 34 
(1890), p. 208. — Belgaum, Kanara; assez commun en février 
dans les champs cultivés. 

78. Trachys morosa nov. sp. — Subovata, lata; capite pro- 
notoque aureis, elyiris cyaneo-nigris; subtus nigra; fronte exca- 
vata; elytrisvagerufo-villosis, tUrinque longe marginem extemnm 
unicostatis. — Long., 2,75 larg., 2 mm. 

Ovalaire, élargi; tête et pronotum dorés; élytres d'un noir 
bleuâtre; dessous noir. 

Tête ponctuée et excavée; les yeux entourés d'une carène for- 
mant les bords de l'excavation frontale, 

Pronotum finement granuleux, ponctué, beaucoup plus large que 
haut, la marge antérieure profondément échancrée, les côtés for- 
tement arqués, la base très sinueuse avec le lobe médian avancé, 
large et faiblement émarginé. 

Écusson transversal. 

Elytres présentant de part et d'autre, à une certaine distance 
de la marge extérieure une côte élevée partant de l'épaule, au 
calus humerai, pour aboutir au sommet; ils sont sillonnés trans- 
versalement à la base et de la largeur du pronotum ; le calus hume- 
rai est saillant, les côtés sont graduellement atténués suivant une 
courbe régulière jusqu'au sommet; ils sont en outre fortement 
chagrinés et présentent, ça-et-là, les vestiges d'une pubescence 
rousse. 

Dessous finement granuleux. 

Prome ; un seul exemplaire. 

79. Trachys sparsa nov. sp. — Subovata, apice acuminata, 
supra molascentei-nigra, rufo-mllosa, subtus nigra; capite exca- 
vato, subtile j^mctato; elytris subtile granulalis, utrinque longe 
marginem externum unicostatis. — Long., 2,5; larg., 1,5 mm. 

Ovalaire, acuminé au sommet, d'un noir violacé brillant en 
dessus et garni d'une courte villosité rousse, très peu dense ; noir 
en dessous. 



357 

Tête faiblement ponctuée et excavée. 

Pronotum chagriné, beaucoup plus large que haut, fortement 
émarginé en avant, les côtés obliques et médiocrement arqués, la 
base fortement bisinuée avec le lobe médian avancé et émarginé; 
il est déprimé sur les côtés antérieurs où il est plus rugueux que 
sur le disque. 

Écusson triangulaire. 

Élytres présentant de part et d'autre une côte élevée longeant 
la marge extérieure à une certaine distance de celle-ci depuis le 
calus humerai jusqu'à l'extrémité; ils sont finement chagrinés, 
de la largeur du pronotum à la base, atténués à partir de l'épaule 
suivant une courbe régulière jusqu'au sommet. 

Dessous granuleux. 

Belgaum; deux exemplaires pris en mai dans les champs cultivés. 

80. Trachys acuta nov. sp. — Snltriangnlaris , antice rotun- 
data, poslice val de acuminata, nigra, nitida, sparse ochraceo- 
villosa; capite punctato, fronte eœcavata; elytris coriaceis, vage 
longitudinaliter imnctatostriatis , longe marginem extemnm uni- 
costalis; subtus granulata. — Long., 2,75; larg., 1,5 mm. 

Subtriangulaire, arrondi en avant et très acuminé en arrière; 
d'un noir très brillant et couvert d'une courte villosité jaunâtre, 
très éparse. 

Tête ponctuée et finement granuleuse; yeux bordés d'une carène 
saillante formant les bords de l'excavation frontale qui est peu 
accentuée. 

Pronotum beaucoup plus large que haut, profondément échan- 
crée en demi cercle au sommet, les cotés très arqués et aplanis en 
avant, la base fortement bisinueuse avec le lobe médian large, 
avancé et faiblement émarginé ; il est très finement granuleux et 
pointillé sur le disque, tandis que les côtés sont assez rugueux, 
surtout en avant. 

Écusson triangulaire. 

Élytres présentant de part et d'autre, le long de la suture, une 
côte partant du calus humerai pour aboutir au sommet; ils sont 
fortement chagrinés et présentent des vagues séries longitudinales 
de points; ils sont en outre droits de l'épaule au sommet et s'arron- 
dissent à l'extrémité. 

Dessous finement granuleux. 

Belgaum, Kanara; deux exemplaires. 

81. Trachys lilliputana Kerr., G. R. Soc. Ent. Belge, t. 34 
(1890), p. 208. — Belgaum; huit exemplaires pris en mars dans 
les champs et en mai dans les bois. 



358 



LES COLLECTIONS ENTOMOLOG1QUES 

DU FEU FERDINAND REIBER, 
par* G. Séverin. 

Il est d'usage parmi nous lorsque nous avons à déplorer la perte 
d'un membre, de rappeler par quelques mots de souvenir les faits 
saillants de son existence, en mentionnant plus spécialement les 
services rendus à l'entomologie. Il est vrai que Reiber n'était plus 
membre de notre Société depuis 1880, mais le service posthume 
qu'il rend à ses anciens collègues, en léguant ses belles collections 
à notre Musée Royal d'Histoire Naturelle est tel, que nous croyons 
répondre au sentiment de tous en offrant, non pas une notice 
nécrologique proprement dite, que d'autres plus autorisés que nous 
se chargeront de faire, mais un compte rendu succinct de sa collec- 
tion et des travaux qui en sont résulté. 

Né le 16 septembre 1849 à Strasbourg, Reiber réunit dès son 
enfance une collection de Papillons qu'il vendit plus tard pour ne 
pas être tenté de négliger ses études en élevant des chenilles. Mais 
en 1869 il recommença ses chasses dans les environs de sa ville 
natale et c'est alors qu'il comprit la nécessité de borner ses recher- 
ches à un ordre ou à une faune. 

Animé d'un grand amour pour son pays, il choisit fort naturel- 
lement l'étude de la faune alsacienne, ce qui lui permit de satis- 
faire son goût vif pour l'Histoire naturelle en général. Il allait au 
fond des choses et ne se contentait pas de collectionner unique- 
ment, car il prouva par des recherches dans tous les domaines de 
la Zoologie, un réel talent d'observateur. 

Ses publications furent nombreuses et s'étendirent à d'autres 
branches que l'Histoire naturelle, mais nous ne nous occuperons 
ici que de ceux ayant trait à l'Entomologie. Nous en donnerons 
la liste complète à la fin de cette note. 

Vers 1874 il offrit une première collection locale d'Hémiptères 
au Musée d'Histoire naturelle de Strasbourg, mais il en réunit 
ensuite une nouvelle, fort importante, qui servit de type aux cata- 
logues de l'Alsace et de la Lorraine publiés en 1876 et 1879, en 
collaboration avec son ami et maître le D r Puton de Remiremont. 
Plus tard il étendit cette collection à la faune de l'Europe entière 
en y ajoutant les nombreuses espèces rapportées de ses voyages 
et séjours en Provence, Allemagne, Hongrie, Bohême, Espagne, 
Algérie et Tunisie. Cette collection contient en outre de nom- 
breux types dus aux relations qu'entretenait Reiber avec les princi- 
paux hémiptéristes de l'époque. 



359 

Ce fut ensuite au tour des Coléoptères à fixer son attention. Il 
en réunit une belle collection locale contenant de nombreuses 
espèces rares ou des variations intéressantes, surtout parmi les 
espèces à larves Xylophages qu'il chassa de préférence et avec 
beaucoup d'habileté. 

Il en fit, à deux reprises, des rélevés en citant les espèces 
nouvelles ou rares pour la faune de son pays et il compléta ainsi 
utilement les catalogues de l'Alsace et des Vosges que publièrent 
J. Wencker et G. Silbermann en 1866. 

En 1879, Reiber hérita de la vaste collection de Coléoptères 
de son ami Léon Goubert, ancien entreposeur de tabacs à 
Nancy, qui avait réuni un véritable gênera des Coléoptères. Seul 
les Carabes furent remis à feu Gehin de Remiremont. Goubert 
avait beaucoup chassé en Alsace et en Provence où il prit bon 
nombre d'espèces rares, dont quelques unes nouvelles, qui furent 
décrites par divers spécialistes. Les Staphylins, Carabides et 
Curculionides seuls me paraissent avoir une classification spéciale 
et ne furent point fondues dans les collections de Reiber. 

Enfin une petite série d'Orthoptères complète ces collections. 
Ils servirent au Catalogue local de M. D. Pierrat et furent déter- 
minés par notre savant collègue M. le prof. Bolivar, de Madrid. 

Reiber préparait ses insectes avec un soin tout spécial et vraiment 
remarquable, au point que les Micro-Coléoptères offrent souvent des 
petits chefs-d'œuvre. Il étudia et détermina lui-même ses insectes, 
mais il ne négligeait jamais de soumettre les espèces difficiles aux 
plus savants spécialistes afin d'obtenir une collection vraiment 
typique sous le rapport de l'exactitude des déterminations. 

Tout ce que nous savons de notre regretté collègue nous montre 
son grand amour pour le pays natal ; il nous a donc paru intéres- 
sant de rechercher la cause de la préférence qu'il nous témoigne 
en nous léguant ses collections. 

Une de ses lettres écrite en 1878 nous renseignera à ce sujet, 
car nous y lisons que « la communication des collections aux spé- 
« cialistes et le système de la division du travail est un bel exemple 
« que tous les Musées, ces nécropoles perdues pour l'ordinaire 
« devraient imiter » et il ajoute « je ferai comme M. Becker et je 
« déposerai mes propres collections au Musée de Bruxelles, assuré 
« que je serai qu'elles profiteront réellement à la science. » 

Nous voyons d'un autre coté dans un travail intéressant sur les 
Progrès de l'Entomologie en Alsace, écrit en 1885, qu'il réclame 
en termes énergiques le rétablissement de l'ancien ordre des choses, 
c'est-à-dire de l'exposition à la vue du public des collections locales 
du Musée d'Histoire Naturelle de Strasbourg, qu'il avait aidé à 



360 

former et à agrandir et qui étaient destinées à entretenir le goût de 
l'Histoire naturelle chez ses citoyens. Il y dit encore qu'un « Musée 
« ne doit pas être un arcane, mais un moyen d'instruction mis 
a libéralement et gracieusement à la disposition de chacun, d 

Reiber aima ses collections autrement qu'en simple collectionneur 
et il reste logique avec lui-même en les offrant au Musée qui 
remplit le mieux à son idée, les conditions qu'il croit nécessaires à 
l'avancement de sa chère science. Cet hommage constitue une 
précieuse approbation et une invitation de persévérer dans la voie 
tracée. Il dispose de sa collection avec le désir de montrer aux 
grands et petits Musées qui l'entourent, que les murailles de Chine 
qu'ils élèvent autour d'eux ne font que ralentir le développement 
des études. Il leur fait comprendre qu'il est nécessaire de sortir 
de cette immuabilité administrative, et qu'il faut rompre avec ces 
traditions et règlements surannés, bons tout au plus aux temps 
barbares où les moyens de communication étaient rudimentaires. 
Qu'aurait il dit, s'il eut pu lire, comme nous le faisions récemment, 
que l'existence de quelques types perdus dans un petit Musée de 
collège d'un pays du Nord, affolait ses dirigeants au point d'en 
refuser la communication à un savant indigène ayant une réputation 
universelle. M. Candèze à pu écrire dans la préface de son récent 
catalogue des Elatérides, que le temps n'était pas bien éloigné où 
une bonne Monographie demanderait à son auteur un tour de 
monde préalable. Il suffirait de la communication des types précieux 
de Musée à Musée, afin d'en amener la multiplication par compa- 
raison, ce qui rendrait tout travail possible et même facile, dans 
chaque centre intellectuel de quelque importance. 

Le don de cette collection Reiber est précieux pour nous, surtout 
à cause des travaux de ceux de nos collègues qui s'occupent de la 
Faune belge. 

On commence, depuis un certain temps, à inventorier nos 
richesses en enregistrant les captures d'une authenticité indiscutable, 
mais cette méthode est fort lente et un peu rudimentaire, car elle 
exige une réunion de circontances trop heureuses pour ne pas être 
forcément rares. Une méthode comparative achève plus rapidement 
cet inventaire et offre moins de chances d'erreur ou d'oubli. Les 
entomologistes établissent à cette fin le relevé des captures faites 
dans les contrées qui environnent le plus directement leur pays 
et forment ainsi, par la similitude des faunes, la liste des insectes 
dont l'indigenat est possible et probable. Leur attention est attiré 
alors plus spécialement sur les espèces et variations rares et 
intéressantes à découvrir et le travail de détermination se trouve 
guidé d'une façon plus précise. 



361 

La Faune de l'Alsace et même des Vosges, a une grande ressem- 
blance avec celle que nous trouvons dans les parties élevées de la 
province belge du Luxembourg, de sorte que la présence delà collec- 
tion ayant servi à la formation du catalogue des contrées citées, 
constitue pour nos travailleurs un aide des plus utiles. 

Nous garderons donc précieusement ces collections et nous 
ferons ce qui sera en notre pouvoir, pour accomplir le vœu de 
Reiber en soumettant ses chères bestioles à tous ceux qui voudront 
s'en servir pour leurs travaux. Son nom restera parmi nous en 
grand honneur comme celui d'un savant qui aura beaucoup contri- 
bué aux progrès de l'entomologie dans^nos pays. 

LISTE DES NOTES ET TRAVAUX ENTOMOLOGIQUES 
de feu F. REIBER. 

1 . Les insectes de la Promenade Lenôtre à Strasbourg. 

Bulletin de la Société d'Histoire naturelle de Colmar 
1873-4. p. 467. 

2. Catalogne des Hémiptères Hètèroptères de l'Alsace et de la 

Lorraine (en collaboration du D r Puton). 
Bull. cit. 1875-6. p. 51. 

3. Des régions entomologiques de V Alsace et de la chaîne des 

Vosges. 
Bull. cit. 1877-8. p. 63. 

4. Promenade entomologique à Vile du Rhin près de Strasbourg. 

Bull, cit. 1877-8. p. 81. 

5. Catalogue des Hémiptères Homoptères de V Alsace, et de la 

Lorraine. 

Bull. cit. 1879-80. p. 50. (en coliab. de D' Puton). 

6. Supplément au catalogue des Hémiptères Hètèroptères de 

V Alsace et de la Lorraine (en collaboration du D r Puton). 
Bull. cit. 1879-80, p. 78. 

7. Coléoptères nouveaux ou intéressants pour V Alsace et la 

chaîne des Vosges. 

Bull. cit. 1879-80, p. 443. 

8. Insectes divers recueillis en Alsace par M. F. Reiber. 

Bull. cit. 1879-80, p. 446. 

9. Note sur la Zoologie de la cathédrale de Strasbourg. 

Bull. cit. 1881-82, p. 217. 
10. Lépidoptères pris à Strasbourg contre les globes de V Eclai- 
rage électrique. 

Bull. cit. 1881-82, p. 251. 



362 

11. Aperçu des progrès de V Entomologie en Alsace. 

Bull. cit. 1883-85, p. 505. 

12. Note sur le phylloxéra en Al s ace- Lorraine. 

Bull. cit. 1883-85, p. 551. 

13. Les Cicadines d'Europe par le D T Fieber. 

(Traduit de l'Allemand par Ferd. Reiber, de Strasbourg). 



ENTOMOLOGIE APPLIQUEE 

INSECTES NUISIBLES. 



EMPLOI DE DIVERS PRODUITS CHIMIQUES INORGANIQUES 

POUR LA DESTRUCTION DES INSECTES NUISIBLES, 

pat» Albert Berge. 

La destruction des insectes nuisibles a depuis longtemps appelé 
l'attention des chercheurs; de nombreux procédés ont été proposés, 
mais, il faut bien le reconnaître la question est loin d'être résolue. 

Peut-être doit-on en trouver la cause dans ce fait qu'on est trop 
tenté de rechercher un insecticide général, applicable sans aucun 
examen préalable des mœurs des adversaires contre lesquels on 
lutte. 

La seule méthode à suivre est d'étudier parfaitement la manière 
de vivre de l'insecte que l'on se propose de détruire, puis de le 
combattre à l'aide d'un des insecticides appropriés dont on aura 
aussi étudié les propriétés d'une façon approfondie. C'est pourquoi 
j'ai pensé qu'il serait utile de passer successivement en revue les 
divers insecticides connus, de manière à en discuter la valeur, 
laissant aux spécialistes le soin d'en indiquer le mode d'emploi dans 
chaque cas particulier. 

Je m'occuperai aujourd'hui de l'étude des poisons minéraux, 
réservant pour un prochain article l'examen des composés organi- 
ques pouvant être utilisés pour la destruction des insectes. 

Le chlorure de chaux peut rendre de grands services comme 
insecticide ; son action est très énergique. Malheureusement il ne 
peut être appliqué en agriculture à cause de l'action délétère qu'il 
exerce sur les végétaux. De plus il ne faut pas oublier que ce 
composé détériore le linge, les boiseries et les métaux ; mais il est 
d'un excellent secours pour la destruction des blattes, punaises, 
fourmis etc. Le mode d'emploi le plus aisé est de le mêler à la chaux 



363 

et d'en blanchir les murailles et les plafonds des endroits conta- 
minés, en ayant bien soin d'en faire pénétrer la plus grande quan- 
tité possible dans les diverses fentes et crevasses qui s'y trouve- 
raient. 

Les insectes, larves ou œufs touchés par du chlorure de chaux 
périssent immédiatement ; sans compter que l'odeur de ce corps 
chasse ceux des parasites qui n'auraient pas été tués. 

V acide sulfureux est aussi un très bon insecticide. Des fumiga- 
tions de ce corps agissent d'une façon très énergique, mais au point 
de vue de l'agriculture son emploi est très limité car ce composé 
nuit aussi aux diverses plantes qu'il serait chargé de protéger. 

L'acide sulfureux peut être employé avec succès pour la destruc- 
tion des charançons qui s'attaqueut aux grains placés dans des 
greniers. Dans ce but on se sert de l'acide contenu sous pression 
dans des cylindres en fer. On adapte au robinet de dégagement de 
cet appareil un tuyau de caoutchouc terminé lui-même par un tube 
de fer d'environ 1 mètre. Ce dernier est enfoncé dans le mont de 
grains; dès qu'on ouvre le robinet, l'acide ne tarde pas à s'échapper, 
et vient remplir tous les interstices de ces monts de grains, tuant 
ainsi rapidement le plus grand nombre des parasites. 

Lorsqu'on opère par simple fumigation, on éprouve quelquefois 
une certaine difficulté à enflammer le soufre pour produire l'acide 
sulfureux, c'est pourquoi on se sert souvent du mélange suivant 
qui brûle très bien : 



Soufre en fleur . . 


. 8 parties. 


Nitrate de potasse . 


. . 3 » 


Son » 


. . 3 » 



Le bisulfite de calcium, jouit aussi de propriétés insecticides 
remarquables, mais son action est très locale ; il n'a du reste aucun 
avantage sur l'acide sulfureux gazeux. 

Les vapeurs nitreuses, obtenues par l'action du cuivre ou du fer 
sur l'acide nitrique étendu de son volume d'eau, donne sensiblement 
les mêmes résultats que l'acide sulfureux. Il peut être surtout 
utilisé lorsqu'il y a danger à employer la combustion du soufre. 
Son action délétère sur les plantes est cependant encore plus éner- 
gique; de plus les métaux sont rapidement mis hors d'usage par 
ces vapeurs. 

Le salpêtre préconisé par quelques entomologistes ne paraît pas 
être utilisable. Il en est de même du borax et de Y alun. 

La chaux a été recommandée comme insecticide, mais son action 
paraît peu utile. La chaux fraîchement éteinte répandue sur le sol 
donnne certains résultats. Mélangée à de la naphtaline son action 



364 

est beaucoup plus énergique; enfin on a proposé de l'éteindre avec 
une solution à 5 pour 1000 de sulfate de cuivre de façon à obtenir 
ainsi une sorte de bouillie bordelaise qui donne dans beaucoup de cas 
de très bons résultats. 

Les sulfures de sodium, potassium et calcium, peuvent détruire 
quelques insectes, mais leur action ne paraît pas bien efficace. 

Le sulfure de carbone pur ou emprisonné dans de la gélatine est 
employé avec succès comme insecticide ; mais son usage n'est pas 
sans danger pour les plantes, et de plus la grande facilité avec 
laquelle il s'enflamme en fait un auxiliaire dangereux. C'est pour- 
quoi on préfère se servir d'eau saturée de sulfure de carbone qui 
ne présente pas ces inconvénients. 

Le suif ocarb ouate de sodium ou de potassium a une action 
insecticide très énergique et peut être considéré comme un excellent 
moyen de destruction des insectes. Les solutions aqueuses à î/io et 
à 1/5 agissent sur les œufs et n'ont pas d'action nuisible sur la 
plante. 

Le phosphore est un insecticide très efficace; malheureusement 
sa grande toxicité ne permet pas d'en généraliser l'emploi. 

Le sulfate de fer a été proposé pour la destruction des insectes, 
mais son action est peu énergique. 

Le sulfate de cuivre est très employé en agriculture pour la 
protection des végétaux contre divers parasites. Il est tantôt 
utilisé seul, tantôt mêlé avec de la chaux ou autres matières. 

La bouillie bordelaise est une solution de sulfate de cuivre 
additionnée de chaux en proportions variables; généralement pour 
1000 litres d'eau on se sert de 15 à 40 k os de sulfate de cuivre et 
10 à 20 k os de chaux. Les diverses plantes peuvent être arrosées 
avec ces solutions sans qu'il y ait à craindre pour leur dévelop- 
pement. M. Mohr, dans son « Traité des insecticides » propose de 
remplacer la chaux par du carbonate de soude et d'ajouter j/s litre 
d'ammoniaque à 24" Baume par hectolitre de matière. Ce dernier 
procédé est paraît-il de beaucoup supérieur à la bouillie bordelaise. 

Le sulfate de zinc en solution à i/ioo donne d'assez bons résultats. 
On recommande d'ajouter à cette solution 1/2 pour 100 d'ammo- 
niaque, de cette façon l'action insecticide est plus énergique et la 
plante souffre moins. 

Larseniate de cuivre détruit parfaitement les insectes. M. Riley 
l'a proposé pour la destruction de la doryphora; malheureusement 
c'est un poison très violent qui ne peut être employé qu'avec 
beaucoup de circonspection. 

Le sublimé corrosif présente aussi les mêmes inconvénients. 

Nous voyons que parmi les composés inorganiques bien peu ont 



365 

une réelle efficacité; sauf des cas très spéciaux nous ne pouvons 
recommander comme insecticides de cette catégorie que : 

Le chlorure de chaux. 

L'acide sulfureux 

Le sulfure de carbone en solution dans Veau. 

Le sulfocarbonate de potassium. 

Le sulfate de cuivre et les diverses préparations qui en dérivent. 

Nous examinerons dans un prochain travail quels sont les insec- 
ticides organiques et quels sont les services qu'on peut en attendre. 
— M. Lameere communique à l'Assemblée un travail de M.Giard 
sur les champignons parasites du hanneton. 



ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 30 



A VENDRE 

Tome I. des Annales : Catalogue des Buprestides, par Ch. Kerremans. 
Prix': 10 fr. 
S'adresser Place du. Musée, 20, Bruxelles. 






ANNALES 












SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQU 



BELGIQUE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 



VII 

Ce numéro doit être conservé ; il ne sera pas envoyé une 

seconde fois. 



BRUXELLES 
AU SIÈGE DE LA SOCIETE 

20, RUE DU MUSÉE, 20 

1893 



SOCIÉTÉ ENTOMOLOGÎQUE DE BELGIQUE. 



VII 



Compte -rendu de l'assemblée mensuelle 
du 1 juillet 1893. 

Présidence de M. Tosquinet. 

Présents : MM. de Selys-Longchamps, Hippert, Jacobs, 
Lameere, Séverin, Vincent et Berge secrétaire. 

MM. Becker, Candèze et Coucke ont fait excuser leur absence. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

Le procès-verbal de la séance du 3 juin est approuvé. 

Travaux pour les annales. L'Assemblée décide l'impression de 
tous les mémoires présentés; elle autorise en outre la publication 
au prochain compte-rendu d'un travail de MM. E. et L. Coucke 
sur les Stratiomyides de Belgique. 

Communications diverses. M. Hippert signale la capture de 
quelques Lépidoptères rares. 

Excursion. L'Assemblée, sur la proposition de M. Hippert, 
décide de se rendre le dimanche 13 août à Rhisnes. Départ de la 
gare du Luxembourg à 9 h. 6 du matin. 

La séance est levée à 9 heures. 



LÉPIDOPTÈRES NOUVEAUX DE L'AMÉRIQUE DU SUD 

PRINCIPALEMENT DE LOJA ET ENVIRONS (Equateur), 
par Paul Dognin. 

Pedaliodes Corderoi n. sp. 

54 à58millimètres. Dessus brun à reflets roux, surtout aux infé- 
rieures, les supérieures traversées au delà de la cellule par un trait 
blanc plus large chez la 9, droit et qui s'arrête dans l'aile sans 
atteindre le bord terminal. 

Dessous des supérieures brun, strié de blanc à la côte et à l'apex, 
avec le trait blanc s'avançant plus nettement jusqu'à la côte et 
deux petits yeux l'un au dessus du trait blanc, l'autre en dessous, le 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXV11. 31 



368 

premier pupille de blanc. Dessous des inférieures entièrement strié, 
brun à la base, puis plus clair et blanchâtre en approchant du bord. 
2 c? et 2 9. Rivière Numbala 1885 et 1891. Cette espèce a quel- 
que analogie avec Peclaliodes Porina Hew. mais en est différente. 

Thysanoprymna Pava n. sp. 

49 millimètres. Dessus des supérieures noir uni, à reflets verts. 
Dessus des inférieures noir bleu, avec une tache allongée, hyaline 
à la base et le bord abdominal très peu garni d'écaillés. Dessous 
des quatre ailes comme le dessus mais le noir des inférieures 
également à reflets verts. 

Antennes pectinées, noir-vert, avec deux petits points blancs à la 
base; thorax noir bleu; abdomen noir bleu annelé de blanc et 
bordé d'une série de petits points blancs de chaque côté ; palpes 
noirs, blancs à la base; pattes noires, la première paire avec les 
cuisses blanches, une touffe de poils blancs à la dernière paire. 

Un $. Merida, Venezuela; 1890. 

Nelo Numbaleusis n. sp. 

32 millimètres. Dessus des ailes d'un noir brun uniforme, les 
supérieures traversées au delà du milieu par une large tache rouge 
qui n'atteint ni la côte ni l'angle interne. Cette tache est carrée 
vers la côte, renflée au milieu et se termine en pointe. Un petit 
trait rouge à la base sur la côte. Dessous de teinte plus mate et 
plus pâle avec les nervures ressortant en noir, la tache et le trait 
des supérieures comme en dessus sauf que ce dernier, plus long, 
atteint la tache. Franges noires. Antennes noires, plumeuses; tête, 
corps et pattes noires. 

2 <ff. Rivière Numbala 1885. 

Cette espèce se place à côté de IÇelo Fustina Druce (Proc. Zool. 
Soc. 1885, pi. 33, fig. 10) mais elle est plus petite, les supérieures 
en sont plus arrondies et la tache plus envahissante. J'ai d'ailleurs 
reçu en nombre de Loja la Fustina bien conforme au type. 

Poly poètes Jipiro n. sp. 

28 et 30 millimètres. Espèce fort voisine à'Flearc/ius Druce 
(Biol. Centr. Am. Heterocera pi. 14 fig. 23) mais différente après 
comparaison avec le type. Dessus des supérieures d'un noir pâle, 
transparent, avec les nervures jaunes et diverses taches blanches 
savoir : deux extrabasilaires (celle du bas plus large), une tache 
arrondie immédiatement après la cellule, enfin une série de petites 



369 

taches subterminales, plus complète dans l'un de mes deux exem- 
plaires que dans l'autre. 

Dessus des inférieures blanc avec une large bordure noire qui 
se termine à l'angle anal. 

Le dessous est semblable au dessus mais les nervures s'effacent 
en partie dans la teinte du fond et les taches, sauf celle au delà de 
la cellule, sont moins nettes ou même disparaissent. 

Antennes crénelées, noires. Tête, thorax et abdomen noirâtres; 
palpes jaunes à la base, à extrémité noirâtre; ptérygodes jaunes à 
la base. 

2 &. Loja, 1891. 

Miresa Pucara n. sp. 

32 millimètres. Dessus des supérieures brun pâle à reflets violacés, 
marqué d'un point cellulaire noir et traversé par une ligne subter- 
minale plus foncée, droite et n'atteignant pas le bord interne. 
Frange longue et plus foncée que le fond de l'aile. Dessus des 
inférieures plus pâle et uni. 

Dessous des quatre ailes grisaille, finement pointillé d'atomes 
noirs, sans autre dessin que l'indication du point cellulaire aux 
supérieures. 

Palpes (puissants) et thorax bruns, antennes (pectinées) et dessus 
de l'abdomen plus pâles; première paire de pattes tachée de blanc 
pur. 

Un $. Zamora près Loja, 1885. Collection H. Druce, deux 
exemplaires pris par Buckley et provenant de Sarayacu. 

Leucula? Lechula n. sp. 

30 à 32 millimètres. Les quatre ailes, demi transparentes, sont 
d'un blanc pur, ont la côte noirâtre et possèdent un point cellulaire. 
Elles ont en outre aux supérieures deux lignes, savoir : une 
extrabasilaire assez droite et une subterminale arrondie et dentée. 
Les inférieures n'ont que la subterminale, beaucoup plus rapprochée 
du bord que celle des supérieures, également dentée et arrondie 
comme l'aile. Tous ces dessins ne se voient distinctement que dans 
les exemplaires très frais. Dessous presque sans écailles, les dessins 
du dessus se voyant par transparence. 

Franges, front, thorax et corps d'un blanc pur; palpes à 
extrémité noirâtre ; antennes pectinées à dessus blanc et lames 
jaunâtres; pattes blanches à extrémité noirâtre. 

20 tf. Loja, 1887 à 1891. 



370 



Fulgurodes Parcitata n. sp. 



44 a 52 millimètres. Dessus des quatre ailes d'un blanc laiteux, 
semi transparent dès que l'insecte n'a plus sa première fraîcheur, 
les supérieures traversées par quatre lignes zigzaguées, brunes, 
savoir : une extrabasilaire et trois extérieures à la cellule. La 
première et deuxième assez largement espacées, la troisième et la 
seconde très voisines, dentées toutes deux de la même façon, la 
quatrième enfin, terminale, partant de l'apex pour s'arrêter un 
peu au dessus de l'angle interne. Inférieures bordées de deux lignes 
dans les exemplaires bien frais, ces deux lignes bien parallèles au 
bord terminal et assez écartées l'une de l'autre. Nervures indiquées 
en brun sauf au centre des inférieures. Franges blanches sur un 
bord finement liséré de brun. 

Dessous d'un ton plus gris avec une partie des dessins du dessus 
se voyant par transparence; en outre beaucoup d'exemplaires sont 
envahis de noir à l'apex et à la côte des supérieures ainsi qu'aux 
bords terminaux des quatre ailes. Franges comme en dessus. 

Palpes blancs à extrémité brune. Antennes pectinées, beaucoup 
plus fortement chez le <5 que chez la 9; tête et thorax plus ou 
moins envahis de poils bruns, corps blanc finement annelé de brun, 
pattes blanches avec les dessous et l'extrémité noirâtres. 

Cette espèce semble fort commune et j'ai sous les yeux une série 
de 55 spécimens provenant des divers environs de Loja. Elle a été 
prise notamment à Santa Barbara en août 1886. Comme dans tout 
ce groupe, la 9 es * f°rt rare e ^ J e n ' en possède que quatre 
exemplaires parfaitement semblables aux ç$ d'ailleurs, les antennes 
exceptées. 

Fulgurodes Ahumata n. sp. 

35 à 38 millimètres. Cette petite espèce a les mêmes dessins que 
la précédente mais si les bases des ailes restent blanches les moitiés 
extérieures sont absolument enfumées. Supérieures avec l'extra- 
basilaire dans la partie blanche, les trois autres lignes visibles dans 
la partie extérieure enfumée. Inférieures avec la partie blanche 
bien délimitée, la bordure enfumée terminale contenant une double 
ligne parallèle au bord et une éclaircie blanche vers l'angle anal. 

Dessous encore plus sombre que le dessus et sans dessins 
apparents, l'éclaircie blanche réduite aux supérieures à la moitié 
interne, aux inférieures à peu près à l'espace cellulaire. Nervures 
noires. 

Franges enfumées à extrémités blanchâtres. Palpes, tête et 
thorax enfumés, pattes noirâtres avec les intérieurs blanchâtres; 



371 

abdomen enfumé en dessus, blanchâtre en dessous. Antennes pecti- 
nées, noirâtres. 

4tf. Loja, 18S7et 1890. 

Fulgurodes? Mayor n. sp. 

ç? 6 9 7 centimètres. Cette grande espèce diffère par quelques 
détails de nervulation du genre Fulgurodes typique mais s'y rattache 
par son faciès et ses dessins qui sont les mêmes que ceux des espèces 
précédentes. Bord terminal des quatre ailes légèrement renflé. 
Dessus des supérieures lavé de gris roux, taché de brun à la base, 
avec une éclaircie blanchâtre à l'angle interne et traversé par les 
quatre lignes usuelles, dentées, brunes et largement dessinées. 

L'extrabasilaire et la seconde plus rapprochées l'une de l'autre 
que dans Parcitata, la quatrième (terminale), atteignant tout à fait 
l'angle interne. Nervures bien indiquées comme dans les espèces 
précédentes. Dessus des inférieures blanc, avec une légère ombre 
terminale, une ligne subterminale parallèle au bord et un petit trait 
brun entre les deux, au bord abdominal. Franges blanchâtres sur 
un liséré brun, très fin. Dessous blanchâtre, enfumé le long de la 
côte des supérieures, les dessins du dessus réapparaissant en partie; 
parmi ceux-ci la première ligne aux supérieures et la subterminale 
aux inférieures bien marquées, enfin les nervures nettement brunes. 

Antennes brunes, modérément pectinées chez le çf, beaucoup 
moins fortement encore chez la 9. Palpes bruns; tête, thorax 
et pattes gris bruns; corps gris finement annelé de brun. 

Une paire, bien pareille quant aux dessins, prise à San Francisco 
près Loja, la 9 en a °ût 1886. 

Fulgurodes? Perasata n. sp. 

47 millimètres. Nervulation de l'espèce précédente. Ailes arron- 
dies. Dessus des quatre ailes blanchâtre, estompé en partie de gris, 
les supérieures avec la côte plus noire à la base et les quatre lignes 
usuelles; l'extrabasilaire et la seconde spécialement bien dessinées, 
la troisième oblitérée en partie. Dessus des inférieures avec la 
double ligne subterminale parallèle au bord, bien indiquée, et entre 
ces deux lignes une troisième, moins nette ou même souvent 
réduite à une suite de points. Nervures bien marquées. 

Franges blanches sur un liséré brun. 

Dessous presqu'entièrement envahi de gris brun sauf dans la 
partie interne des ailes, de teinte plus foncée à la côte, à l'apex 
des supérieures et au bord terminal des inférieures et contenant 
une éclaircie blanche extra cellulaire à chaque aile ainsi qu'une 
série de petites lunules blanches, le long du bord terminal des 
inférieures. Franges comme en dessus. 



372 

Antennes pectinées; tête, thorax, abdomen et pattes gris. 9 plus 
petite avec les antennes moins pectinées mais d'ailleurs pareille 
aux cf. 

11 cT 1 9> Lo J a e * environs, 1885 à 1890. 

Nïpteria Clerigata n. sp. 

32 à 34 millimètres. Les quatre ailes blanches bordées de noir 
brun, la bordure selargissant à l'apex des ailes, surtout des 
supérieures. Dessous comme le dessus mais avec un trait blanc 
central dans la partie noire apicale des supérieurs et la partie 
abdominale des inférieures largement teintée de noir. Flanges 
noires. 

Antennes pectinées noir brun ; trompe jaune ; palpes, tête, 
thorax, pattes et dessus de l'abdomen noir brun, dessous du corps 
blanchâtre. 

Cette espèce a le port et la taille de Perigramma Religiosa 
Thierry-Mieg et en est excessivement voisine. Elle se reconnaît au 
premier coup d'œil par le trait blanc apical du dessous des 
supérieures lequel est remplacé dans Religiosa par un point blanc 
situé à l'extrémité de l'apex; en outre la partie noire apicale des 
premières ailes est arrondie dans Clerigata, coupée plus carrément 
dans Religiosa. J'ai reçu les deux espèces en nombre égal de Loja. 

8cT. Loja, 1888 et 1890. 

Nipteria Legata n. sp. 

cT 31 à 33 9 37 millimètres. Dessus des ailes blanc, bordé 
comme dans l'espèce précédente de noir brun mais de teinte très 
pâle et avec l'indication d'une tache au bord extérieur de la cellule. 

Dessous des supérieures comme le dessus, avec une éclaircie 
pâle à l'extrémité de l'apex. Dessous des inférieures entièrement 
teinté de noir brun pâle, les nervures ressortant en teinte plus 
foncée. Franges noirâtres. 

Antennes pectinées plus fortement chez le cT que chez la 9> 
noirâtres ainsi que la tête, le thorax, les pattes et le dessus de 
l'abdomen, dessous plus pâle; palpes pâles à la base, noirâtres à 
l'extrémité. 

4tfet 1 9. Loja, 1887 à 1890. 

Nipteria Pecalba n. sp. 

34 à 40 millimètres. Dessus gris brun, un peu moucheté aux 
inférieures avec la frange entrecoupée de blanc. Supérieures avec 



373 

trois taches costales, blanches, dont la dernière double et l'apex, 
plus ou moins moucheté de blanc. Inférieures avec une tache cellu- 
laire et la trace d'une ligne plus sombre. 

Dessous avec les dessins du dessus mais mieux marqués et 
beaucoup plus fortement moucheté de blanchâtre aux inférieures 
ainsi qu'à l'apex et au bord terminal des supérieures. La côte des 
supérieures est plus sombre et la dernière tache costale, rejoignant 
les marbrures blanches apicales, forme juste avant l'apex une tache 
triangulaire brun foncé bien marquée. Base des inférieures avec 
une ou deux taches brunes. 

Antennes pectinées, gris brun comme les palpes, la tête, le 
thorax et le corps. 

13 tf. Loja, 1885 à 1892. 

Cette espèce est évidemment fort voisine de Nipteria Flamma- 
traria Gn. que je ne connais pas mais celle-ci a la tête jaune. 

Nipteria Cenagosa n. sp. 

46 à 50 millimètres. Dessus des quatre ailes à fond blanc terne 
avec la côte des supérieures et le bord terminal des quatre ailes 
envahis de gris brun. Les supérieures ont en outre la côte coupée 
par trois taches rousses, un point cellulaire et un commencement 
de ligne quittant la côte avant l'apex, se dirigeant tout droit dans 
l'aile mais se terminant aussitôt la partie blanche atteinte. 

Aux inférieures un point cellulaire et immédiatement après, 
coupant l'aile en deux, une bande transversale gris brun qui se 
fond dans l'aile immédiatement avant d'atteindre le bord abdo- 
minal. Franges entrecoupées de brun et de blanchâtre. 

Dessous comme le dessus mais les dessins mieux marqués et la 
bordure gris brun des ailes moins unie, envahie de blanchâtre et 
mouchetée. Antennes pectinées, gris brun ainsi que les palpes, 
la tête, le dessus du corps et les pattes; dessous du corps blanc mat 
en partie. 

13 cf. Loja, 1885 à 1891. Cette espèce se place entre les 
Nipterias Cassaria Gn. et discoloraria H. Sch. que j'ai toutes deux 
reçues en grand nombre de Loja. De Cassaria elle se distingue 
aisément par ses dessins, plus nets, son fond beaucoup moins 
marbré; de discoloraria par sa teinte blanche, le commencement 
de ligne aux supérieures plus droit et plus rapproché de l'apex, etc. 

Nipteria Pardata n. sp. 

36 à 41 millimètres. Dessus gris avec la côte des supérieures 
finement saupoudrée de blanchâtre, un point cellulaire à chaque 



374 

aile et, immédiatement après la cellule, une ligne vague, souvent 
oblitérée, aux supérieures. Dessous comme, le dessus, mais de 
teinte plus foncée, les dessins mieux marqués et les inférieures 
finement saupoudrées sur toute leur surface. Antennes pectinées ; 
palpes, tête, corps et pattes gris. 

Six cf. Loja, 1890 et 1891. Cette espèce se distingue aisément 
de toutes celles que je connais par le fond finement saupoudré de 
ses ailes, elle me semble devoir se placer près à'Incoloraria Gn. 
que j'ai également reçu en grand nombre de Loja. 

Genussa Cercata n. sp. 

42 à 48 millimètres. Dessus et dessous des quatre ailes blanc 
laiteux, bordés de gris souris à la côte et au bord terminal ; cette 
bordure s'élargissant à l'apex des ailes. Dessus des supérieures tra- 
versé en outre à peu près au premier tiers par une ligne pâle en 
forme de V. Dessous des inférieures teinté de gris au bord abdomi- 
nal. Nervures bien indiquées. Franges grises. 

Antennes pectinées, gris souris comme les palpes, la tête, le 
thorax et le dessus de l'abdomen. Dessous du corps blanchâtre, 
pattes grises à intérieur blanchâtre. 

3 cf. Loja, 1885, 1890 et 1892. Cette espèce se place entre 
Genussa Altaba, Druce et Genussa Panopea, Thierry-Mieg. 

Erateina Punsara n. sp. 

31 millimètres. Dessus des supérieures noir transversé oblique- 
ment par un trait blanc, un peu jnfléchi au centre et n'atteignant 
pas le bord terminal. Dessus des inférieures noir, les nervures 
indiquées en jaunâtre et toute la moitié inférieure teintée de rouge, 
le bord terminal restant bordé de noir ; les franges alternativement 
noires et jaunâtres. Dessous des inférieures brun ferrugineux avec 
le trait blanc du dessus et la ligne subterminale usuelle. Dessous 
des inférieures d'un rouge ferrugineux avec les nervures jaune 
pâle, une double ligne subterminale de même tonalité et la frange 
comme en dessus. 

Cette espèce est fort voisine à' Erateina Artabates Druce, elle se 
rapproche également de Lineata Saunders, mais les inférieures 
sont envahies de rouge sur une plus grande surface, le trait 
oblique des supérieures est moins droit. 

Un tf. Loja, 1890. 



375 



LISTE DES CLÉRIDES DE MADAGASCAR, 

par M. L. Faîniinire. 

La famille des Clérides est assez largement représentée à 
Madagascar, et cette richesse relative fait un contraste avec la 
pauvreté de la côte zanzibarienne, au moins d'après ce que nous 
connaissons jusqu'à présent. 

Cette famille présente plusieurs types généraux spéciaux, dont 
quelques uns fort curieux comme les iïfyrmecomœa, Cteniopacliys 
et Cleropostus qui n'ont pas d'analogues sur le continent. D'autres 
comme les Stenocylidnis, nombreux en espèces, les Platyclems 
et Insfcnilicus, n'ont pas de représentants africains; le g. Eburi- 
fera qui renferme les espèces australiennes compte aussi quelques 
congénères à Madagascar. Il faut dire que dans cette famille, 
comme dans plusieurs groupes, on trouve certaines analogies 
avec la faune australienne; ce ne sont pas les mêmes espèces, 
ni les mêmes genres, mais il résulte de la physionomie générale 
un rapprochement qui s'impose involontairement à l'observateur. 

La liste ci-après établit le nombre des Clérides de Madagascar, 
connus jusqu'à présent. 

Beaucoup d'espèces sont nouvelles et proviennent de la riche 
collection de notre collègue, M. R. Oberthur, qui me les a com- 
muniquées très obligeamment; je lui en adresse mes vifs remer- 
ciements. 

J'y ai ajouté les descriptions de plusieurs espèces dont je 
n'avais publié que des diagnoses. 

Cylidrus cyaneusFah.(C Vescoi Fairm.). M yrureconira simplicipesFsàvm.,\.c.,A&. 

— Espèce répandue depuis l'Afri- — lalesellata n. sp. 

que orientale jusqu'à Taiti. Pallenis acutipennis Cast. 

— fasciatus Cast. — bicolor Spin. 
Cteniopacliys tenebrosus Fairm., Soc. — elegans Spin. 

Belg., C. R., juin 1889. — suturata n. sp. 

Cladiscus rugosus Waterh , Cist., XXIV, — aulica Kl. 

530 — semiazurea Fairm., 1. c, 48. 

Tillus multicolor Fairm., Ann. But. Fr., — apicalts Fairm., Soc. Belg., C. A'., 

1885, 43. juin 1889. 

Achlamys Waterh. Cist. Bnt., 1879, 530. — angustïformis Fairm , 1. c, 48. 

— uniformis Wat., 1. e. 531. — rugidicollis Fairm., Soc. Belg., 
Enoplioides Fairm., Ann. Bnt. Fr., 1S85, C. R., 1885. 

44. — semijava Fairm., Xaturalïsle,\881, 

— Oberthurii Fairm., 1. e. 57, fig. 8. 

Myrmecomxa Fairm., Ann. Bnt. Fr., — pleuralis Fairm., Soc. Belg., C. R., 

1885, 44. 1*89. 

— Rafrayi, Fairm., 1. c, 45. — bipunctala Fairm., Natural., 1887, 

— strangulata Fairm-, 1. c., 45. 57, fig. 9, 



376 

Pallenis semigranosa Fairm., Natural., 
1887, 57, fig. 10. 

— setnirufa n. sp. 

— tricolor Lap, 

— tenuepicta n. sp. 

— semisuturata. 

— maculicollis n. sp, 
*- pictidorsis n. sp. 

— gibberosa n. sp. 

— cribellata n. sp. 
~- scabricollis n. sp. 

— diversiventris Fairm., 4wn. JF«^. 

JV., 1885, 49. 

— vidua Kl., Fairm., 4fl». Ent. Fr., 

1885, 50. 

— aulica Kl., Fairm., 1. c, 50. 

— bifascis Fairm., 1. c. 51 {digrapMs 

Fairm., Soc. Belg., C R-, juin, 
1889). 

— bipenicillata Waterh., 1. c, 530, 

Fairm., 1. c. 52. 

— biconigera Fairm., 1. c. 52. 

— divisicollis Fairm., 1. c , 53. 

— ebemna n. sp. 

— tubei'opilosa Fairm., 1. c, 54. 

— plicata Fairm., l.c. 54, pi. II, fig. 5. 

— arcitenens Fairm., 1 c, 55. 

— araneipes n. sp. 
Stenocylidrus semiopacus n. sp. 

— strangulatus n. sp. 

— stricticollis n. sp. 

— geniculatus n. sp. 

— rugicollis n. sp. 

— serricornis n. sp. 

— elegans Spin. — Fairm., 1. c, 55. 

— venustus Kl. — Fairm. l.c, 55. 

— venustus, var. : longulus Kl. 

— venustus var : frontalis Waterli. 1. 

c.,531. 

— tenues triât 'us n. sp. 

— azureus Kl. — Fairm., 1. c , 56. 

— cyaneoniger Fairm., 1. c, 56. 

— elegans Spin. 

— novemgutattus Fairm., Natural, 

18b7,71,fig. 3. 

— fasciicolhs n. sp. 

— griseocaudatus Fairm., Ann. Ent. 

Fr., 1885, 56. 

— notaticollis n. sp. 

— nigratus Fairm., 1. c, 56. 

— longepunctatus Fairm., 1. c , 57. 

— minor Fairm., 1. c.,58. 

— melaleucas Fairm., 1. c, 58. 

— melanocrossvs Fairm., 1. c, 58. 

— truncatulus n. sp. 

— acuteserratus n. sp. 

— atrocyaneus n. sp. 

— Jastigtatus Kl. — Fairm., 1. c, 59. 



Stenocylidrus dispat n. sp. 

— strangulatusFaivm., Soc.Ent.Eelg. 

C. i?.,juin, 1889. 

— Simulator n. sp. 

Rhopalocerus CoquereliiFa.irm.,âiin, Ent. 

Fr., 1885, 60. 
Tilloclerus fulvoarcuatus Fairm., 1. c, 61. 

— auricomus Kl. — Fairm., 1. c, 61. 

— aurosus Fairm., 1. c, 62. 

— testaceipes Fairm., Soc. Belg. C. R., 

juin 1889. 
Liostylus stricticollis Fairm. Ann. Ent, 
Fr., 1885, 63. 

— anthicoïdes Fairm., 1. c, 63. 
Phlœocopus tuberosus Kl. — Fairm., 

1. c, 63. 
Opilo callosus Fairm., n. sp. 

— lignicolor Fairm., 1. c, 64. 

— biocellatus Fairm. , 1. c, 64. 

— brunneotinctus Fairm., 1. c, 65, 

pi. 111, fig. 6. 

— dorsoplagiatus Fairm., Ann. Belg. 

C. i?.,juin, 1889. 
— • marmoreus Fairm., 1. c. 

— coronatus Fairm., 1. c. 

— fastuosus n. sp. 

I'tatyclcrus planatusL&p. — Fairm. Ann. 
Ent. Fr., 18b5, 66. 

— pallidopictus n. sp. 

— elungatus Spin. — Fairm., 1. c, 36. 

— Lacordairet Th. — Fairm., id. 

— Raffrayi Fairm , 1. c, 62. 

— metalhnus Fairm., b. c, 67. 

— commummaculaFoLÏvm.,i(l. 
Lissa ulicus lnvis Waterh., 1. c, 532. 

— geniculatus Fairm., Soc. Belg. C. R. 

juin, 1889. 

— compressicollis Fairm., 1. c. 
Tarsosternus univittatus Rossi. 
Eburifera callosa Kl. — Fairm., Ann. 

Ent. Fr., 1885,70. 

— nilidicoltis Fairm., 1. c, 70. 

— tuberculicollis Waterh, 1. c, 532. — 

Fairm., 1 c.,10. 

— lœvicolhs Waterh., 1. c, 533. — 

Fairm., 71. 

— inclita Waterh., 1. c, 533. — 

Fairm , 71. 

— longipennis n. sp. 

— suturalis n. sp. 

— russata n. sp. 

— apicalis n. sp. 

— tetrasticta n. sp. 

— basicrus n. sp. 

— semivirens n. sp. 

— semiaurantiaca n. sp. 

— zonata n. sp. 

— quadribullata n. sp. 



377 

CleropiestusOberthtriiYdÀvva.,Ann.Belg. Evenus Jiliforniis Lap. Fairra., Ann. 

C 22., juin, 1889. Ent. Fr., 1885, 72. 

Enoplium ccerulans n. sp, 

Cteniopachys Fairm., Soc. Belg., 0. 7?., juin, 1889. — Tarsi 
5 artïculati, prothorax lateribus haud marginatus. Tarsorum arti- 
culus l us supra distinctus, caput brève. Antennae 1 1-articulatae. 
Oculi tenuiter granulati, antice leviter sinuati. Antennae brèves, 
prothoracis basin haud attingentibus, crassae, articulis 4-10 bre- 
vibus, latis, imbricato-serratis, 3° triangulari, sat lato, ultimo 
praBcedenti longiore. Prothorax elytris angustior, basi valde 
angustato. Elytra subparallela, costulata, apice conjunctim rotun- 
data. Pedes brèves, tarsi sat lati, lamellati, unguibus basi longe 
appendiculatis. 

Ce genre semble se rapprocher des Cladicus, mais il en diffère 
essentiellement par ses antennes courtes, épaisses, à articles 
presque imbriqués, son corselet assez court, rétréci seulement à la 
base, ses élytres à côtes et son corps assez épais, médiocrement 
allongé. Le dernier article des palpes maxillaires est grêle, allongé, 
celui des labiaux cultriforme. Les yeux ne sont pas réniformes, 
seulement un peu sinués en avant, près de l'insertion des antennes. 
Le labre est court, entier. 

C. tenebrosus. — Long. 16 1/2 mill. — Elongatus, nigro- 
velutinus, opacus, macula magna frontali, prothoracis utrinque 
vitta laterali et striga brevi interhumeralem aurantiacis; protho- 
race postice fortiter constricto et basi sat dilatato angulis sat 
productis; scutello ogivali, elytris ad humeros angulatis, subparal- 
lelis, apice abrupte rotundatis, punctis sat grossis geminatira 
seriatis, intervallis alternatim costula angusta subglabra et vitta 
latiore velutina signatis; subtus cum pedibus fuscus cœrulescens, 
sat nitidus, griseo-villosulus, pectore subtiliter coriaceo, pedibus 
punctatis. — Tamatave et forêt d'Alahakato [Perrot, coll. Oberthur). 

Myrmecomea latesellata. — Long. 8 mill. — Oblongus, 
valde convexus, medio depressus, postice leviter ampliatus, fuscus, 
fulvo pubescens et hirtulus, elytris medio vitta lata transversa 
pallide fulva, lateribus dilatata; capite prothorace angustiore, 
dense subtiliter granulato, tarsis oreque rufis, mandibulis apice 
fuscis; prothorace globoso, basi abrupte breviter constricto, dorso 
densissime subtiliter rugosulo-punctato, basi valde breviter 
depresso, lœviusculo; scutello concolore ; elytris ad humeros 
angulatis, medio vix sensim angustatis et supra leviter depressis, 
postice convexis, subtiliter dense ruguloso-punctatis dense fulvo- 
pilosulis, basi breviter seriato-punctatis, crenatis, intervallis 
rugosulis, extus fortius, vitta média subtiliter lineato-punctata, 



378 

fere glabra; subtus cum pedibus pallide pilosa, — Antsianata 

(coll. Oberthiir). 

C'est avec un peu de doute que je range cet insecte avec les 
Myrmecomea, ne pouvant, sur un seul individu collé, constater 
diverses particularités. Mais il se rapporte assez bien à ce genre 
pour le faciès général, surtout pour le corselet et les élytres 
déprimées au milieu, très convexes à l'extrémité. 

Pallenistenuepicta. — Long. 11 à 14 mill. — P. tricolori. 
simillima, sed minor, vix angustior, prothorace angustiore, basin 
versus magis attenuato, dorso multo subtilius rugosulo, elytris 
similiter seriato punctatis, sed basi collosis, subtilius guttulatis, 
sutura postice pube albida breviter marginata, pedibus fusco-cyaneis 
femoribus basi rufis, antennis multo gracilioribus. — Antsianaka 
[Humblot et Perrot, coll. R. Oberthiir). 

Chez un individu un fémur antérieur est fortement bifide à 
l'extrémité avec un tibia peu développé. 

Les fémurs sont parfois entièrement d'un bleu foncé. 

P. semisuturata. — Long. 12 mill. — Prsecedenti nimium 
affînis, similiter colorata, sed angustior, elytris apice paulo acumi- 
natis, guttis paulo majoribus, sed duabus primis anîe médium paulo 
obsoletis, marginalibus magis retrorsum sitis, sutura sat longe pube 
albida marginata, prothorace angustiore, lateribus magis rectis, 
dorso magis rugoso, pedibus antennisque rufis, his sat gracilibus. 
— Ténérive [Perrot, coll. R. Oberthiir). 

Les flancs du corselet sont marqués, à la base, d'une tache d'un 
bronzé foncé. 

P. maculicollis. — Long. 12 mill. — Forme et coloration 
du tenuepicla, en diffère par la forme plus étroite, le corselet 
ayant de chaque côté, à la base, sur les flancs, une grande tache 
d'un bleu noir; les élytres ont, de chaque côté, 2 ou 3 taches 
blanches, la 1* extrêmement petite, marginale derrière l'épaule, la 
2 e discoïdale avant le milieu, la 3 e après le milieu submarginale; 
cette dernière disparaît parfois ainsi que la 2 e et les élytres 
paraissent immaculées, la I e tache étant alors à peine distincte, 
le corselet est plus atténué en arrière et un peu plus rugueux. — 
Antsianaka (Pe?'rot, coll. R. Oberthiir) ; la variété sans tache, de 
Ténérive. 

P. semiflava Fairm., Naturaliste, 1887, 57, fig. 8. — 
Long. 14 mill. — Elongata, subcylindrica, cyanea, capite protho- 
raceque rufis, elytris modice nitidis, immaculatis, subtus cum 
pedibus caerulea, nitidior, capite alutaceo, rufovilloso; antennis 
fuscis, articulis 2 primis et tertio fere toto rufis, ab articulo 5° ser- 



379 

ratis, apicem versus latioribus et paulo opacis, prothorace oblongo, 
postice attenuato, basi laeviter constricto, subtilissime dense punc- 
tulato, parte postica a medio transversin subtiliter plicatula, lateri- 
bus evidentius; scutello senescenti, griseo-sericante convexiusculo; 
elytris elongatis, apice obtuse rotunclatis, basi fere usque ad médium 
grosse seriato-punctatis, basi fere striatis, intervallis subtiliter 
rugoso-punctatis, a medio dense sat subtiliter rugoso-punctatis, 
apice extremo nitidioribus; subtus subtiliter rugulosa punctata, 
griseo-villosa. — Madagascar ( ' D v Pipili). 

Cette espèce doit se placer avant le P. Iricolor à cause de ses 
élytres qui sont médiocrement arrondies à l'extrémité; elle diffère 
des espèces voisines par l'absence de points blancs et par les pattes 
entièrement bleues. Elle ressemble au P. semigranosa Fairm., 
mais en diffère, outre la taille beaucoup plus grande, par le corse- 
let plus allongé, moins étranglé à la base, par les élytres sans 
taches, l'écusson gris et la coloration des pattes. 

P. pleuralis Fairm., Soc. Ent. Belg., C. R., juin, 1889. — 
Long. 11 mill. — PraBcedenti simillima, sed nudior, antennis vix 
serrulatis, apice tantum nigris, prothorace multo breviore, antice 
ampliato, ruguloso-punctato, haud strigosulo, scutello niveo, elytris 
brevioribus, apice magis rotundatis; similiter rugosulis, seriebus 
punctatis medio haud abbreviatis, sed prolongatis et postice paula- 
tim decrescentibus, ante apicem obliteratis; subtus caerulea, niti- 
dior, griseo-sericans, metapleuris et maculis abdominis lateralibus 
niveis. — Madagascar. 

P. apicalis. Fairm., Soc. Belg., C. R., juin 1889. — Long. 
14 mill. — Elongata, parallela, convexa, capite prothoraceque 
rufis, parum nitidis, elytris cyaneis, subopacis, apice cœrulescenti- 
bus, nitidis, subtus cum pedibus cœrulea nitida, antennis fusco- 
cœruleis articulis 2 primis rufis ; capite fere laevi, labro fusco, oculis 
sat convexis, reniformibus, antennis parum gracilibus, serratis; 
prothorace oblongo-ovato, basi valde angustato, dorso utrinque 
fere transversim subtiliter plicatulo, basi abrupte declivi, margine 
basali fnsco-cœruleo ; scutello albidopubescente, elytris elongatis, 
apice obtuse rotundatis, subtiliter dense granulosis, basi fortiter 
seriato-punctatis, seriebus ante médium abbreviatis, intervallis 
subtilius granulatis; subtus griseo-pubescens, abdomine punctulato. 
— Ténérive [Perrot, coll. Oberthiir). 

Voisin de Yangnstiformis, mais plus grand, sans taches sur les 
élytres qui sont très obtuses à l'extrémité et présentent à la base 
des séries fortement ponctuées, régulières, mais assez courtes. Les 
yeux sont également réniformes et assez saillants. 

P. tricolor Lap. — Le métasternum porte de chaque coté une 



380 

tache blanche. Chez un individu de la collection Oberthiir les pattes 
sont entièrement noires. 

P. bipuncta ta Fairm., Naturaliste, 1887, 57,fig. 9. — Long. 
11 mill. — P. semijlavœ Fairm. colore affinis sed multo minor, 
prothorace breviore postice magis abrupte constricto et lateribus 
valde impresso, disco fusco bipunctato, scutello niveo, elytris 
apice valde rotundatis, longe punctato-seriatis, seriebus tantum ad 
quintam partem apicalem interruptis, dorso utrinque ante médium 
punctulo minutissimo niveo signatis, metasterno utrinque niveo 
vittato. 

P. semirufa. — Long. 10 mill. — Slenocylidro semiopaco 
simillima, fere similiter colorata, sed longior, scutello et elytris 
utrinque guttis 3 niveis, l a post humerali, 2 a fere mediana ovatula, 
3 a post médium submarginali ovata, pedibus fuscis, femoribus basi 
rufis, antennis rufis, articulis 4 ultimis fuscis, latioribus, prothorace 
postice minus attenuato, dorso minus rugoso,basi minus contracto, 
elytris apice obtuse rotundatis, basi usque ad médium sat fortiter 
seriato-punctatis, postice dense rugosulis. — Antsianaka (Perrot, 
coll. R. Oberthiir). 

Outre les taches détaillées ci-dessus il existe, un peu derrière 
l'écusson, sur la suture, un petit trait de pubescence bianche, très 
étroit et qui doit disparaître facilement. 

P. semigranosa, Fairm., Naturaliste, 1887, 57, fig. 10. — 
Long. 9 mill. — P. bipunctatx forma affinis, capite, antennis, 
palpis prothoraceque croceoflavis, hoc minus brevi, postice valde 
coarctato, dorso dense punctato, scutello niveo, elytris basi 
seriato-punctatis, seriebus mox ante médium abbreviatis, postea 
dense aspero-rugosis, utrinque post médium, prope marginem 
externum, macula oblonga nivea signatis, meso-et metasterno 
utrinque vitta nivea signatis, pedibus fuscis, femoribus croceis, 
supra et apice fuscis. 

P. pictidorsis. — Long. 11 mill. — S. gibberoso primo 
intuitu simillima, sed elytris medio fere piceo-aeneis, basi simili- 
ter gibbosis, guttulis similiter dispositis, sed longiuspubescentibus, 
fere floceosis, guttula mediana majore obliqua, minus alba, punctis 
serierum majoribus, pedibus rufis distincta. — Antsianaka [Per~ 
rot, coll. R. Oberthiir). 

Malgré sa grande ressemblance avec le P. gibberosa, celui-ci 
me paraît bien distinct par la teinte d'un brun clair faiblement 
bronzé qui occupe le milieu des élytres et par la vestiture des 
gouttes blanches qui est plus longue, un peu floconneuse, notam- 
ment sur la tache médiane, plus grande et plus oblique. 



381 

P. gibberosa. — Long. 11 à 12 mill. — Oblonga, sat 
convexa, sat nitida, fusco-pilosa, capite prothoraceque ruas, 
elytris cyaneis, basi cœruleis, post médium purpurinis, scutello 
et utrinque maculis 5 niveis, subtus fuscus, pectore lateribus 
niveo maculato, pedibus fuscis, femoribus ruas, antennis fuscis, 
basi rufis; capite subtilissime dense ruguloso-punctato, antennis 
sat elongatis, articulis 5-10 sat serratis ; protliorace haud trans- 
verso, fere globoso, basi constricto et depresso, lateribus leviter 
rotundato, dorso dense sat subtiliter ruguloso-punctato, linea 
média longitudinali obsolète impressa et ante basin transversim 
strigosulo; scutello fere rotundato; elytris ad humeros parum 
angulatis, apice separatim rotundatis, basi usque ad guttulam 
medianam seriatim grosse punctatis, postice sat subtiliter densis- 
sime ruguloso-punctatis, basi utrinque tuberculo sat magno, fere 
globoso, rugoso, fusco-piloso ornatis ; metasterno postice utrinque 
late niveo-pubescente, pedibus sat brevibus, sat gracilious, albido- 
villosis. — Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthûr). 

Extrêmement voisin du piclidorsis; en diffère par la coloration 
des élytres dont la ponctuation basilaire est moins forte, les taches 
moins grandes, à pubescence moins épaisse et les callosités basi- 
laires plus saillantes. 

P. cribellata. — Long. 11 à 14 mill. — Prœcedentibus 
valde affinis, rufa, pilosella, elytris cœruleis, scutello rufo, nudo, 
elytris utrinque albo-biguttatis, média transversa majore, externa 
paulo obliqua ; antennis serratis, piceis, articulo 1° rufo; elytris sat 
elongatis, basi paulo minus gibbosis, grosse seriato-punctatis, post 
médium minus grosse, sed dense et minus regulariter punctatis, 
apice subtiliter rugosulis ; subtus fusca, prosterno et mesosterno 
rufis, metasterno lateribus late albido-sericeo, tibiis tarsisque rufis. 
— Madagascar [Perrot, coll. R. Oberthûr). 

Cette espèce est remarquable par la ponctuation qui, en se modi- 
fiant notablement, se prolonge après le milieu presque jusqu'à 
l'extrémité, et par le dessus des élytres qui ne présentent que deux 
gouttes blanches de chaque côté; l'écusson est dépourvu de pubes- 
cence blanche. 

P. scabricollis. — Long. 8 mill. — Sat elongata, subcy- 
lindrica, cœrulea, nitida, levissime virescens, parce villosula, 
scutello concolore, elytris utrinque albo quadriguttatis, l a submar- 
ginali st 2 a discoïdali ante médium, 3 a discoidali et 4 a submarginali 
post médium, antennis pedibusque rufis; prothorace convexo, ante 
basin constricto, dorso sat fortiter intricato-rugoso, basi trans- 
versim fortiter depresso, elytris ad humeros angulatis, apice sat 
rotundatis, angulo suturali paulo prominente, dorso fortiter seriato- 



382 

punctatis, punctis fere ad 3/4 longitudinis prolongatis, parte apicali 
dense rugosa; pectore utrinque niveo bimaculato. — Madagascar 
(Perrot, coll. R. Oberthûr). 

Cette espèce, qui ressemble assez au P. noiaiicollis , est facile à 
reconnaître par l'absence de taches blanches sur le corselet et 
l'écusson et parla disposition des taches discoïdales qui forment un 
carré. 

P. ebenina. — Long. 11 mill. — Elongata, convexa, 
nigra, valde nitida, elytris utrinque ante médium puncto minute- et 
paulo post médium striga extus oblique arcuata tenui eburneis, 
sutura ante apicem utrinque linea albopubescente comitata; pilis 
pallide fulvis sat longis laxe hirtula, pedibus densius; capite con- 
vexiusculo, fere lsevi, prothorace paulo angustiore, antennis brevi- 
bus, gracilibus, articulis 3 ultimis ditatatis, compressis, ultimo 
oblique truncatulo ; prothorace breviter ovato, basi sat fortiter con- 
stricto et transversim impresso, lateribus leviter rotundatis, dorso 
laevi, antice haud impresso; scutello fere pentagono, sublsevi; 
eljtris sat elongatis, basi truncatis, ad humeros sat angulatis, 
apice obtuse rotundatis, fere parallelis, dorso medio levissime 
depressis et postice paulo convexis, basi breviter aspero-seriatis, 
ad suturam laevibus, extus seriebus asperatis ad strigam ebur- 
neam terminatis, dorso lœvibus; pedibus elongatis, femoribus 
posticis, elytrorum apicem attingentibus. — Diego-Suarez (Perrot, 
coll. Oberthûr). 

Cet insecte ressemble assez hYEburifera calîosa Klug., mais il 
est bien plus grand, d'un noir très brillant, les élytres n'ont qu'un 
point blanc en avant et la strie médiane est bien plus oblique, moins 
arquée, la surface est lisse, sauf les séries fortement rugueuses de 
la base qui n'atteignent pas le milieu, à l'exception des externes 
qui s'arrêtent à la strie oblique ; le corselet est rétréci tout à fait à 
la base, sans impression antérieure, l'écusson est concolore et les 
pattes sont bien plus grandes. 

Très voisin du P. divisicollis Fairm., mais bien plus grand avec 
le corselet très différent, ainsi que la sculpture des élytres. 

P. digraphis Fairm. — C'est un individu de bifascis dont 
l'extrémité des élytres présente une pubescence moins marquée 
et dont les faisceaux de poils sont renversés en arrière au lieu 
d'être perpendiculaires; les antennes paraissent un peu plus grêles, 
le corselet est plus impressionné en avant, la I e bande des élytres 
est un peu interrompue. Ces différences sont très probablement 
sexuelles. 

P. araneipes. — Long. 8 \j-2 mill. — Elongata, convexa, 
medio depressa, rufa, nitida, capite prothoraeeque piceo-fuscis, illo 



383 

antice anguste et basi rufo, lateribus medio striga obliqua albo- 
sericea ornato, elytris medio paulo fumatis et vitta tenui pallidiore 
convexa, marginem versus valde obliquata, striga tenuissima 
albosericea ornata signatis, capite subtiliter transversim plicatulo, 
epistomate et ore rufo, oculis parum convexis, antennis basi graci- 
libus, articulis 6 ultimis latioribus; prothorace oblongo-ovato, 
postice attenuato, ante basin coarctato, dorso medio, antice et 
postice laevi, sed lateribus subtiliter dense striolato, antice trans- 
versim sat fortiter impresso, basi depresso; scutello rotundato; 
elytris ad humeros sat angulatis et elevatis, medio depressis et 
levissime angustatis, postice valde convexis, basi usque ad médium 
seriato-punctatis et utrinque tuberculo compresso sat elevato signa- 
tis, postice fere laevibus; mesosterno lateribus albostrigato, pedibus 
sat magnis, sat gracilibus, posticis longioribus. — Antsianaka 
[Perrot, coll. Oberthùr). 

Remarquable par sa coloration rousse et ses grandes pattes 
postérieures; ressemble assez au P. qîiadriplicala, mais, outre la 
coloration, le corselet n'est pas striolé sur le disque et les séries 
ponctuées des élytres s'arrêtent à la bande arquée du milieu. 

Stenocylidrus semiopacus. — Long. 10 mm. — Palleni 
bicolori simillimus, fere similiter coloratus, capite prothoraceque 
rufis, opacis ; illo basi transversim cœruleo-nigro, paulo longiore, 
postice magis attenuato, subtilius densissime ruguloso-punctato, 
scutello albricante, elytris longioribus, apice brevius acuminatis, 
cœruleis, parum nitidulis, unicoloribus, dense punctato-asperatis, 
basi modice seriato-punctatis, seriebus mox ante médium oblitera- 
tis, subtus fusco cœrulans, lateribus immaculatis, pedibus anten- 
nisque fuscis, his basi rufis, apicem versus minus crassis. — 
Madagascar (Perrot, coll. R. Oberthùr). 

Malgré la grande ressemblance de cette espèce avec le Pallenis 
bicolor, elle s'en distingue facilement par le corselet plus atténué 
en arrière avec la base foncée, les élytres plus longues, bleues, avec 
des séries ponctuées à la base et la coloration du dessous du corps 
et des pattes. Les yeux sont plus saillants, comme chez les Stenocy- 
lidrus. 

S. strie ticollis. — Long. 10 mill. — Elongatus, iinearis ; totus 
cœruleus, modice nitidus, griseo-pilosulus, scutello et elytris 
utrinque guttis 3 niveis, l a externa et 2 a discoidali punctifor- 
mibus, 3 a post médium, externa, majore, rotundata, pedibus et 
ore rufis; capite subtiliter dense rugosulo-punctatis, oculis sat 
magnis, globosis, antennis gracilibus, rufis, ante apicem infuscatis, 
articulo ultimo rufo, oblongo, acuminato ; prothorace elongato, 
postice attenuato, ante basin sat fortiter constricto, dorso sat 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVII. 32 



384 

subtiliter dense rugoso-punc tato, antice transversim obsolète 
impressiusculo, basi dilatato, transversim depresso, lsevi, niti- 
dissimo; elytris valde elongatis, apice breviter acuminatis, basi 
seriato-punctatis, seriebus crenulatis, medio confusis, dorso dense 
aspero-rugosis, apice vix paulo lœvioribus; pectore utrinque albo- 
maculato, tibiis anticis paulo obscurioribus, femoribus interdum 
apice infuscatis. — Antsianaka (Perrol, coll. R. Oberthùr). 

S. strangulatus Fairm., Soc. Belg., 0. R., juin, 1884. — 
Long. 12 i/-2 mill. — Elongatus semi-cylindricus, cœruleus, 
nitidus, pilosus, scutello griseo-pubescente, elytris apice pilis 
albidis densioribus signatis; capite subtiliter punctulatorugosulo, 
ad oculos plicato, his convexis, exsertis; an tennis prothoracis 
basin haud attingentibus, fusco-cœrulis, articuleis 4-10 serratis, 
ultimo longiore, paulo acuminato; prothorace latitudine sesquilon- 
giore, lateribus antice fere rectis, parallelis, basi fortiter constric- 
tis, dorso fortiter punctato-rugoso, parte constricta transversim 
plurisulcata; scutello ovato, convexiusculo, elytris fere parallelis, 
apice separatim obtuse rotundatis, dorso dense seriatofoveolatis, 
foveolis ante apicem tantum abbreviatis, intervallis transversim 
plicatis, parte apicali irregulariter punctulato-rugosula; subtus fere 
la3vis, pedibus villosis. — Madagascar (Perrot, coll. Oberthùr). 

Ce grand Stenocylidrus présente le faciès des Pogonosloma; il 
diffère de ces congénères par le corselet plus brusquement rétréci à 
la base, les séries fovéolées des élytres prolongées beaucoup plus loin, 
le 2 e article des antennes très court, le 3 e un peu plus long que le 4 8 . 

S. serricornis. — Long. 14 mill. — Elongatus, cyaneus, 
subopacus, scutello, elytris utrinque guttis 3, l a marginali 
ante médium, 2 a fere mediana, 3 a marginali post médium et 
vittula suturali postica albis, ores pedibus antennisque rufis, his 
apice vix obscurioribus, articulis 4-10 sat fortiter serratis, capite 
fulvo-pubescente, epistomate rufo, prothorace oblongo-ovato, postice 
attenuato, ante basin sat constricto, dense rugosulo, antice dense 
punctato; elytris sat elongatis, ante apicem attenuatis, sat fortiter 
punctato-seriatis, parum paulo ovatis, parum densatis, paulo post 
médium obliteratis, elytris postice dense sat subtiliter rugosulis, 
basi oblonge paulo elevatis et parce albido-pilosulis; prosterno et 
mesosterno medio rufis, mesosterno et metasterno lateribus albo 
maculatis, tarsis paulo obscuratis. — Antsianaka (Perrot, coll. 
R. Oberthùr). 

Remarquable par sa taille, ses antennes en scie et ses élytres 
très légèrement renflées de chaque côté de l'écusson, n'ayant cha- 
cune que 3 taches blanches, plus une bande postérieure le long de 
la suture et formée d'une pubescence peu serrée. 



385 

S. geniculatus. — Long. 9 mill. — S. stricticolli affinis, 
sed nitidior, scutello minuto et utrinque punctulis 3 albis, 1° mar- 
ginali post humerum, 2° discoidali ante médium, 3° submarginali 
paulo post médium, pectore utrinque albo bimaculato, antenuis, 
ore pedibusque ruas, femoribus apice et tibiis basi recte fuscis. — 
Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthùr). 

Ressemble beaucoup au striclicollis, mais les élytres sont plus 
atténuées en arrière et plus acuminées, elles sont plus finement 
rugueuses et les points blancs sont très petits; l'extrémité des 
fémurs et la base des tibias sont noirâtres et d'une manière 
tranchée. 

S. rugicollis. — Long. 8 à 10 mill. — j$. stricticolli valde 
similis, sed paulo nitidior, prothorace magis rugoso, basi similiter 
coarctato et pleuris cavato, praescutello niveo, sed scutello ipso 
concolore, elytris similiter seriato-punctatis et postice rugosis, 
sed apice obtusis, nullo modo acuminatis, et utrinque guttis 4 
ornatis, 4 a anteapicali, prope suturam sita, antennis, ore et pedi- 
bus rufis, femoribus apice tibiisque basi longe infuscatis, antennis 
gracilibus, articulis 9 et 10 infuscatis. — Antsianaka (Perrot, 
coll. R. Oberthiir). 

Ressemble exrêmement au stricticollis, mais outre les 4 taches 
sur chaque élytre, l'écusson est concolore, c'est la base qui est 
blanche; en outre le corselet est plus rugueux et l'extrémité des 
élytres est très obtusément arrondie au lieu d'être brièvement 
acuminée. 

S. tenuestrigatus. — Long. 6 mill. — Elongatus, subcy- 
lindricus, cœruleus, parum nitidus, eljtris magis cyaneis, 
utrinque strigis 3 niveis, l a tenuissima post humerali, 2 a dis- 
coidali oblonga ante médium, 3 a paulo post médium submarginali, 
scutello niveo, pectore lateribus niveo maculato, abdomine, 
pedibus, ore et antennis rufis; capite lato, brevi, subtilissime 
rugosulo-punctato, antennis gracilibus, articulis 3 ultimis majo- 
ribus, ultimo multo majore; prothorace ovato, basi sat abrupte 
breviter constricto, dorso sat subtiliter densissime granulato; 
elytris ad numéros angulatis, apice separatim truncatulo-rotun- 
datis, basi seriato-punctatis, post médium densissime inordinate 
punctato-rugosis et subtiliter griseo pubescentibus; pectore utrin- 
que niveo maculato. — Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthùr). 

Voisin du venus lus % mais moins étroit avec le corselet plus 
globuleux, la tète concolore, les élytres à taches oblongues, presque 
linéaires et les pattes rousses. 

S. novemguttatus Fairm., Naturaliste, 1887, 71, fig. 3. 
— Long. 7 mill. — Oblongus, convexus, atrocyaneus, parum 



386 

nitidus, prothorace dense punctato, basi valde constricto, antice 
fascia transversa et postice macula griseo-villosis, scutello niveo, 
elytris seriato-punctatis, punctis ante apicem tantura obliteratis, 
apice ruguloso-punctatis , et macula griseo-villosa sat magna 
terminatis, dorso utrinque maculis 4 niveis, l a subhumerali, 2 po- 
sticis fere transverim positis, interna prope suturam; meso- et 
metasterno niveo-vittatis, abdomine rufo, medio fusco, pedibus 
rufis femoribus (basi excepta) fuscis, antennis basi rufis. 

S. fasciicollis. — Long, 8 mill. — Parum elongatus, con- 
vexus, niger, subopacus, prothorace antice fascia lata trans- 
versal^ lateribus et postice macula sat minuta média griseo- 
pubescentibus, scutello et elytris utrinque maculis 4 niveis, 
depressis, l a marginali posthumerali, 2 a discoidali ante médium, 
3 a marginali post médium, 4 a prope suturam, apice grisea pubescen- 
tibus, pectore utrinque albo-bimaculata, pedibus antennisque rufis, 
his apice infuscatis, femoribus fusco-cyaneis, posterioribus basi 
rufis; capite dense ruguloso-punctato, oculis parum convexis; 
prothorace subgloboso, lateribus rotundato, postice haud abrupte 
coarctato, dorso sat subtiliter densissimo punctato, leviter rugosula, 
antice haud impresso, basi transversim depresso et striato ; elytris 
apice conjunctim rotundatis, fere usque ad apicem fortiter seriato 
punctatis, seriebus crenatis, intervallis rugosulis; apice dense 
punctato-rugosis. — Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthiïr). 

Espèce bien reconnaissable à son corselet presque globuleux, 
couvert en avant d'une large bande pubescente grise avec une tache 
de même couleur à la base, et à ses élytres d'un noir bleu, chacune 
à 4 tâches, les 2 postérieures à peine séparées par la suture et pres- 
que sur la même ligne que la dernière tache marginale à séries 
ponctuées allant, en s'afifaiblissant, presque jusqu'à l'extrémité qui 
est couverte d'une pubescence grise comme celle de la partie anté- 
rieure du corselet. 

Diffère du novemguttatus par la taille plus forte, le corselet plus 
globuleux, la tache grise apicale plus petite et la coloration des 
antennes, des pattes et de l'abdomen. 

La pubescence des taches des élytres est extrêmement courte, 
comme rasée et fait paraître ces taches presque déprimées. 

S. notaticollis. — Long. 9 1/2 mill. — Primo visu S. gris- 
cocaudato valde affinis et fere similiter coloratus, sed oculis vix 
convexis, antennis haud serratis, prothorace subtilissime punc- 
tulato, antice lateribus vix rotundato postice minus angustato, 
antice utrinque macula et medio baseos striga niveis signato, scu- 
tello niveo, elytris similiter guttatis, sed maculis 2 posterioribus 
intus punctulo niveo comitatis plaga apicali albida minore, seriebus 



387 

punctatis gradatim postice decrescentibus et paulo ante apicem 
abbreviatis; subtus cum pedibus rufus, pectore et abdomine late- 

ribus niveo maculatis, tibiis basi paulo infuscatis. Antsianaka 

(Perrot, coll. Oberthùr). 

S. atrocyaneus. — Long. 7 mill. — Atrocyaneus, opaous, 
scutello et elytris utrinque maculis 2 dense niveis, l a discoidali 
ante médium, 2 a submarginali post médium leviter arcuata, pectore 
utrinque niveo bimaculato; capite prothoraceque densissime sub- 
tiliter granulatis, hoc valde convexo, basin versus attenuato, ante 
basin constricto; elytris ad humeros modice angulatis, fortiter 
seriato-punctatis, punctis 4-5 iongitudinis attingentibus, parte 
apicali subtiliter rugosula; coxis tarsisque rufopiceis. — Mada- 
gascar (coll. R. Oberthùr). 

Espèce remarquable par sa coloration d'un bleu noir mat, n'ayant, 
sur chaque élytre, que 2 taches blanches, pubescentes, la posté- 
rieure arquée comme chez plusieurs Eburifera. 

S. acuteserratus. — Long. 8 mill. — Elongatus, convexus, 
cœrulescenti- niger, nitidus, villosus, elytris utrinque vittulis 
2 angustis albo-pubescentibus transversim ornatis, l a ante médium 
obliqua, interrupta, 2 a post médium leviter arcuata, apice griseo- 
pubescentibus ; capite dense punctato, antennis fortiter ser-ratis, 
fuscis, basi cum palpis obscure ferrugineis ; prothorace ovato, valde 
convexo, basi fortiter constricto et depresso, dorso dense rugoso- 
punctato; elytris grosse seriato-punctatis, série suturali striata, 
intervallis plicatulis, seriebus ad vittulam posticam abbreviatis, 
apice rugosulo-punctato et rotundato; subtus subtiliter punctatus, 
metasterno solo utrinque albomaculato, tibiis tarsisque rufis. 

Bien distinct par les bandes étroites des élytres, les séries ponc- 
tuées s'arrêtant à la bande postérieure, par les antennes fortement 
en scie et par la coloration des pattes. 

S. Simulator. — Long. 8 mill. — Elongatus, subcylindricus 
rufus, vix nitidulus, prothorace fusco, antice et basi rufo, elytris 
basi (margine basali angusto) et ante apicem late fuscis, scutello et 
elytris utrinque guttis 3, 1° marginali ante médium, 2° ante médium 
suturam versus, 3° post médium marginali albis; capite subtiliter 
sat dense rugosulo-punctato, antennis gracilibus, articulis 3 ultimis 
paulo crassioribus, ultimo longiore, 2°, 3°, 4°que subaaqualibus; 
prothorace ovato-oblongo, postice attenuato, ante basin paulo con- 
stricto, densissime punctato. basi fere laevi ; elytris elongatis, apice 
fere conjuctim rotundatis, basi punctato-seriatis, punctis medio 
confusis, parte postica dense rugosula, parte apicali rufa multo 
laeviore; subtus cum femoribus rufus, pectore lateribus albo- 
maculato, tibiis tarsisque infuscatis. — Antsianaka (Perrot, coll. 
R. Oberthùr). 



388 

Cet insecte est curieux en ce qu'il reproduit la coloration des 
Eburifera russata et suturalis, le corselet ressemble davantage à 
celui de cette dernière espèce, la sculpture des élytres est très diffé- 
rente de celle des deux Eburifera, ainsi que la disposition des taches . 

S. truncatalus. — Long. 8 1/2 mil!. — Elongatus, subcylin- 
dricus, niger, vix nitidulus, scutello convexius-culo et elytris 
utrinque maculis 4 valde planatis, fere rotundatis niveis, l a sub- 
humerali, 2 l discoidali ante médium, 3 a marginali post médium, 
4 a discoidali ante apicem, apice breviter griseo-pubescens, pectore 
utrinque niveo bimaculato, pedibus, antennis et ore rufis, femoribus 
apice supra fusco signatis; capite subtiliter coriaceo, antice trans- 
versim striguso, antennis articulis 4 ultimis majoribus; prothorace 
oblongo, ante basin valde coarctato, pleuris fortiter cavatis, dorso 
dense rugosulo, antice transversim leviter impresso, parte antica 
parum rugosula; elytris elongatis, parallelis, ad humeros angulatis, 
apice fere truncatis, usque ad médium satsubtiiiter seriato-punctatis, 
postice subtiliter punctato-rugosulis. — Antsianaka (Perrot, coll. 
R. Oberthùr). 

Cette espèce est remarquable par les taches des élytres très 
plates, tranchées comme à l'emporte-pièce, par le corselet forte- 
ment creusé sur les flancs à la base et les élytres presque tronquées. 

S. gracilentus. — Long. 6 mill. — Elongatus, valde convexus, 
nigro-caerulescens, parum nitidus, hirtilus, scu tello, elytris utrinque 
maculis 2 ante médium, l a posthumerali, 2 a discoidali, et post 
médium vittula transversa paulo arcuata niveis, elytrorum apice et 
prothorace antice albido-pubescentibus, subtus cuin pedibus nitidior, 
pectore utrinque niveo bimaculato, ore, antennis et femorum basi 
rufis, abdomine utrinque pube albida subfasciato ; capite brevi, dense 
rugoso-pimctato, antennis apice paulo clavatis,ante apicem fumatis, 
articulo ultimo acuto; prothorace dense rugoso-punctato, ante basin 
constricto, basi transversim depresso et arcuatim sinuato; elytris 
subparallelis, ad humeros modice angulatis, apice conjunctim rotun- 
datis, seriato-punctatis, seriebus ad vittam posticam abbreviatis, 
parte postica dense rugosulo - punctata; subtus feri lasvis. — 
Antsianaka (Humblot, coll. R. Oberthùr). 

M. Thomson a décrit, dans le Musée scientifique, 60, 48, un 
Stenocylidrus obsoletus, soi-disant de Madagascar, mais d'après une 
communication de M. R. Oberthùr, c'est un undatus Eug. de 
Bourbon, un peu défloré. Il était difficile de le deviner d'après la 
description. 

S. dispar. — Long. 8 à 9 mill. — Elongatus, fere filiformis, 
convexus, fuscus, nitidus, vage ccerulescens aut senescens, pedibus 
antennis et ore rufis; capite lato, punctulato, antennis gracilibus, 



389. 

articulis 3 ultimis majoribus; prothorace oblongo, ante basin valde 
constricto, pleuris valde impressis, dorso dense punctato, basi abrupte 
depresso; elytris valde elongatis, apice attenuatis, ç? apice acute pro- 
ductis, 9 obtusis, dorso dense sat subtiliter punctato-substriatis, 
striis ante médium obsoletis, reliqua parte dense sat subtiliter gra- 

nulata, scutello et utrinque punctulis 4 albo-pubescentibus. 

Madagascar. 

Cette espèce est remarquable par sa forme très allongée et ses 
élytres acuminées dans l'un des sexes. Elle ressemble un peu au 
G. evenus et surtout au S. rufocaudatus , des Comores. 

Tilloclerus testaceipes Fairm, Soc. Belg., Q. R., juin, 1889. 

— Long. 8 mill. — Forme et coloration de Vaurosus ; en diffère 
surtout par le corselet qui, au lieu d'être fortement plissé et sillonné 
longitudinalement, est couvert de petits tubercules très serrés, d'où 
il résulte une coloration mate, sur les éljtres la bande médiane 
d'un roux doré soyeux est mieux limitée et les séries de gros points 
la dépassent un peu ; en outre les pattes et les antennes sont d'un 
roux ferrugineux, ces dernières moins en scie et un peu enfumées 
à l'extrémité; les élytres sont aussi moins brusquement arrondies à 
l'extrémité. — Madagascar [Perrot, coll. Oberthùr). 

T. aurosus Fairm. — Un 2 e individu, communiqué également 
par M. R. Oberthùr, a 13 mill. de longueur; la grande moitié 
apicale des élytres est couverte d'un velours roux-doré, moins épais, 
plus court et plus sombre au milieu qui est plus convexe, la partie 
antérieure n'est nullement argentée sur les côtés, la dépression 
médiane est plus forte, le corselet, un peu plus convexe, est couvert 
de fortes aspérités et n'est striolé que dans la partie antérieure; 
les pattes paraissent un peu plus grandes. C'est sans doute un mâle 

— Antsianaka et lac Alastra {Perrot, coll. Oberthùr). 

Lissaulicus confossicollis. Fairm., Soc. Belg., C. R-, juin, 
1889. — Long. 6 1/2 mill. — L. lœviWat. simillimus, sed sensim 
minor, similiter coloratus, prothorace antice longius attenuato, 
postice breviter angustato, lateribus parum rotundatis, dorso 
utrinque fovea oblonga profunde impresso, scutello truncato, elytris 
postice ampliatis, lajvibus, basi haud punctatis, sutura apice haud 
albosericea, basi transversim impressis; L.geniculalo Fairm., multo 
minor, prothorace lateribus multo minus rotundato, angustiore, 
antice longius attenuato, elytris angustioribus, lsevioribus, ad 
numéros haud impressis. — Madagascar (coll. du Muséum). 

L. geniculatus Fairm., Soc. Belg., 0. R., juin, 1889. — 
Long. 8 mill. — Oblongus, postice dilatatus, convexus, totus 
miniato-rufus, nitidus, pilosus antennarum articulis 3 ultimis 
(ultimo apice breviter piceo), genubus anguste, tibiarum apice 



390 

tarsisque nigris, his articulo ultimo apice rufescente; capite subti- 
liter punctato, lato, oculis prorainentibus ; antennis gracilibus 
articulis 3 ultimis haud transversis, 9° 10°que triangularibus ultimo 
ovato, obtuse acuminato; prothorace transverso, lateribus valde 
rotundato, antice et postice sequaliter angustato et fere similiter 
coarctato, lateribus basi breviter sinuatis, angulis valde acutis, dorso 
medio rarrisime, lateribus sat dense punctato, utrinque foveolato ; 
scutello lato, brevissimo ; elytris ad humeros sat angulatis, postice 
ampliatis, apice conjunctim rotundatis, irregulariter parum dense 
punctulatis, basi post scutellum leviter elevatis, subtus fere laevis, 
femoribus anterioribus ceteris crassioribus, tarsis rufo-lamellatis. 

— Tamatave, forêt d'Alahakato [Perrot, coll. Oberthiir). 

Opilo callosus. — Long. 16 mill. — Elongatus, convexus, 
modice nitidus, sat dilute castanescens, signaturis fuscis varie- 
gatus, quasi marmoratus, pallido-pilosuîus, elytris utrinque plagis 
2 pallide flavido-lutosis, l a média, fere communi, transversal, 
sat lata, extus postice prolongata et marginem attingente, 2 a apicali, 
sed suturam haud attingente, his plagis lateribus parum regularibus 
et fusco marginatis, sutura apice fusca; capite villosulo, inter 
oculos arcuatim impresso et summo medio longitudinaliter paulo 
elevato, oculos supra setulis paliidis cinctis et utrinque penicillo 
griseo signatis; prothorace basi constricto, rufo-piloso; disco medio 
brevi sulcato, antice utrinque oblique paulo depresso et tuberculo 
obtuso signato, scutello dense albido-pubescente; elytris basi 
truncatis, post médium attenuatis, seriatim foveatis, foveis ad 
plagam mediam interruptis, sed ad latera magis prolongati, parte 
postica inaequali, impressiuscula, elytris basi utrinque tuberculo 
sat prominente, nigris, nitido ornatis, humeris angulatis; subtus 
castaneo et pallido variegatus, abdominis lateribus maculis pallide 
rufulis ornatis, pedibus validis, hirsutis, femoribus anterioribus 
valde clavatis et, cum tibiis, fusco-annulatis. — Madagascar 
(Goudol, coll. du Muséum). 

Ressemble au brunneo-tinclus, mais plus grand, avec le corselet 
presque lisse et bituberculé comme les élytres à leur base. 

O. dorsoplagiatus Fairm., Soc. Belg., G. R., juin, 1889. 

— Long. 15 mill. — Elongatus, modice convexus, brunneus, parum 
nitidus, elytris plaga magna communi pallide fulvida, post médium 
sita, antice ad suturam attonuata, medio dilatata, sed marginem 
externum haud attingente et postice ante apicem angustata, capite 
punctulato, vertice pilis rufis quadratim cincto et medio linea rufo 
pilosa signato, oculis intus approximatis, extus valde convexis; 
antennis gracilibus, prothoracis basin vix attingentibus, piceo- 
rufis, articulo ultimo elongato, praecedentibus 3 conjunictis vix 



391 

breviore; prothorace ovato, elytris angustiore, latitudine sesqui- 
longiores postice attenuato, corso dense, lateribus magis longitu- 
dinaliter, disco arcuatim strigoso-plicatulo, linea medio tenuiter 
impressa, antice et basi subelevata signato ; scutello sat acuto, 
dense pallido-pubescente; elytris elongatis, postice leviter atte- 
nuatis, ad huuieros angulatis, basi foveolis, fundo puncto argenteo 
signatis, seriatim impressis, basi sat densis, in macula dorsali 
distantibus, medio obsolescentibus, lateribus longius impressis, 
intervallis convexiusculis, paulo plicatis; intervallo 3 a basi elevato 
et série 4" basi impressa, apice sat irregulariter rugoso; subtus 
brunneo piceus, nitidior, abdomine punctato, pedibus fulvo-pilosis. 
— Madagascar (Perrol, coll. Oberthùr). 

La tache suturale, atténuée en avant et en arrière rend cette 
espèce facile à reconnaître. 

O. coronatus Fairm., Soc. Belg., G. R.^ juin, 1889. — 
Long. 12 mill. — Oblongus, modice convexus, castaneo-brunneus, 
parum nitidus, elytris basi et lateribus rufo-castaneis, post basin 
transversim rufo subvittatis, atrinque puncto medio prope suturam, 
post mediuim plagulis 2 fere contiguis et plagula anteapicali rufo- 
fulvis; capite antice sat longe rufovilloso, vertice punctato, circulo 
dense rufo-pubescente signato, oculis valde productis ; antennis cum 
pedibus castaneo-rufeseentibus , articulis 9° lOque prsedentibus 
latioribus, apice angulatis, ultimis praecedenti longiore, apice 
latiore et oblique truncato; prothorace lateribus leviter rotun- 
dato, basi constricto, dorso lateribus dense strigoso-rugato, medio 
asperato et leviter impresso, basi transversim depresso et striato; 
scutello dense fulvo pubescente, elytris apice obtuse rotundatis dorso 
seriatim foveolatis, intervallis basi transversim plicatulis, post mé- 
dium vage substriatis, intervallis interrupte et irregulariter elevatis, 
apice extremo rugoso ; subtus brunneus, nitidus, pedibus satvalidis, 
tibiis leviter arcuatis. — Madagascar [Perrot, coll. Oberthiir). 

Ressemble au dorsoplagiatus pour la couronne rousse de la tête 
et la sculpture du corselet, mais ce dernier est bien plus court, plus 
arrondi sur les côtés, moins fortement plissé et un peu impressionné 
au milieu; les élytres sont bien moins allongées, leur sculpture est 
presque semblable, mais plus rugueuse après les séries de fossettes ; 
la coloration est assez semblable, sauf la grande tache dorsale. 

O. marmoreus Fairm., Soc. Belg., C. iï., juin, 1889. — 
Long. 15 mill. — Elongatus, piceolo-rufescens, sat nitidus, capite 
summo, prothorace lateribus, elytris maculatim, post médium pla- 
giatim piceo-maculosis, elytris medio plaga communi pallida sat 
irregulari, extus valde dentato-producta et plaga ante-apicali 
pallida, scutello albido, capite rufo-villoso, post oculos pilispallidio- 



392 

ribus fasciculatis ; antennis gracilibus, basin prothoracis paulo 
superantibus, testaceo-rufis, articulis 3 ultimis paulo crassioribus 
et longioribus, ultimo longiore, leviter arcuato; prothorace elytris 
angustiore, latitudine longiore, antice et basi fere equaliter con- 
stricto, raedio utrinque elevato, linea discoidali medio breviter 
impressa, antice et postice elevata, basi transversim depressa et 
striolata; scutello obtuso, dense albido-pubescente; elytris elonga- 
tis, ad humeros angulatis, postice attenuatis, apice obtusis, basi 
foveolis subseriatira impressis, his foveolis fundo puncta argenteo 
signatis, intervallis transversim plicatulis et basi utrinque tuber- 
culo minuto nigro-signatis, foveolis medio intërruptis, ad marginem 
longius impressis, apice irregulariter rugato ; subtus cum pedibus 
nitidior,brunneo et piceo variegatus, pedibus annulatis, tibiis ante- 
rioribus apice leviter sinuatis. — Madagascar (Perrot, coll. Ober- 
thùr). 

Ressemble beaucoup au dorsoplagiatus, mais en diffère, outre la 
coloration marbrée, parle corselet qui n'est nullement striolé et par 
le dernier article des antennes légèrement arqué. 

O. fastuosus. — Long. 10 à 15 mill. — Elongatus, sub- 
parallelus, parum convexus, sat nitidus, aeneo-cupreolus, violaceo 
micans, capite prothoraceque magis aenescentibus, elytris utrinque 
vittulatenui albido-pubescente, basi obliterata, subtus cœrulescens, 
nitidus, pedibus magis cyaneis; capite subtiliter dense asperulo, 
prope oculos subtilius ac densius, antennis ab articulo 5° gradatim 
latioribus, 9 minus latis, articulo ultimo $ obtuse truncato, 
9 magis ovato; prothorace basi tantum constricto, lateribus fere 
rectis, ante basim rotundatis, dorso paulo planato, densissime 
subtiliter strigosulo-punctato, antice sat laxe punctato; scutello 
brevi, valde obtuso ; elytris ad suturam fere lœvibus, nitidioribus, 
basi et lateribus grosse punctato-substriatis, intervallis valde 
rugosis, postice obsolescentibus bac parte rugosa minus nitida, 
parte lseviore linea albida limitata et postice latiore, disco longi- 
tudinaliter levissime depresso, sutura sat elevata; subtus fere 
laevis, prosterno scabrato, pedibus punctatis, posticis praecipue 
sat elongatis, modice validis et parum villosis, tibiis rugosulis, 
tarsis anticis sat latis, posterioribus sat gracilibus. — Diego-Suarez 
(coll. Oberthûr et la mienne). 

Cette belle espèce n'a guère de rapports apparents avec les 
autres Opilo à raison de sa coloration métallique et changeante; 
mais je ne trouve pas de caractères sérieux pour la séparer. Les 
antennes sont plus élargies vers l'extrémité, les yeux sont un peu 
moins gros et moins convexes; les autres caractères sont bien ceux 
des Opilo, 



393 

Platyclerus pallidopictus. — Long. 9 mill. — Oblongus, 
postice leviter ampliatus, dorso planiusculus, fuscus, nitidus, pilis 
pallido-fulvis longe hirtulus, elytris macula sub-humerali, vitta 
lata média transversa, ad suturam paulo producta, et vitta lata 
apicali pallide fulvis, femoribus dimidia parte basali pallide fulvis 
tibiis, tarsis, ore et antennis rufescentibus; capite fere laevi, oculis 
magnis, parum distantibus; prothorace transverso, elytris angus- 
tiore, postice magis quam antice angustato, lateribus sat fortiter 
rotundatis, dorso lateribus convexo et punctato, antice utrinque 
transversim impresso, medio sat late depresso et dense strigoso, 
strigis convergentibus; scutello fere rotundato rufescente, punctu- 
lato; elytris basi truncatis, ad humeros angulatis, apice conjunctim 
rotundatis, basi et lateribus grosse seriato-punctatis, sed medio 
suturam versus et postice fere laevibus, stria juxta-suturali sat 
depressa et usque post médium sat fortiter punctata; pedibus longe 
villosis, sat magnis, posticis longioribus, femoribus clavatis. 

Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthûr). 

Ressemble au P. planatus, mais la colaboration est assez diffé- 
rente, les yeux sont plus gros et moins écartés, et la sculpture du 
corselet ainsi que des élytres le rend bien facile à distinguer. 

Eburifera longipennis. — Long. 10 mill. — Elongata, fere 
fîliformis, rufa, viliosa, parum nitida, capite, prothorace, elytro- 
rum quarta parte apicali femoribus que 4 posticis apice fuscis, ely- 
tris utrinque guttulis 2 eburneis; capite subtiliter punctulato, inter 
oculos obsolète biimpresso; prothorace haud transverso, basi 
constricto et rufo, dorso sat dense granuîato, antice transversim 
impressiusculo, parte antica parcius granulata; scutello rufo, nudo; 
elytris valde elongatis, usque ad apicem seriato-crenatis, transver- 
sim plicatulis, apice rugosulis; femoribus anticis 2 supra breviter 
fusco signatis. — Antsianaka (Perrof, coll. R. Oberthûr). 

Ressemble assez à YE. suturalis pour la coloration, mais plus 
grande, bien plus allongée, presque filiforme, avec le corselet plus 
étroit, plus brusquement étranglé à la base, presque entièrement 
couvert de granulations assez serrées, un peu moins au bord anté- 
rieur, et les élytres bien plus longues, plus parallèles, à séries 
crénelées allant régulièrement jusqu'à l'extrémité, et à gouttes 
d'un blanc d'ivoire plus petites. 

E. suturalis. — Long. S mill. — Elongata, convexa, vix 
nitidula, rufa, capite, prothorace, elytrorum apice et vitta dis- 
coidali nigro-fuscis, ore, antennis pedibusque rufis, femoribus apice 
supra fuscis, elytris utrinque gutta discoidali ante médium, paulo 
obliqua et paulo post médium lunula convexa arcuata, scutelloque 
albis; capite convexo, lsevi, paulo villosulo, antennis gracilibus, 



394 

articulis 3 ultimis crassioribus ; prothorace haud transverso, postice 
fortiter angustato et constricto, basi et antice rufescente, antice 
arcuatim impresso, dorso laevi, basi transversim depresso; elytris 
elongatis, parallelis, sat inaequalibus, disco et postice laxe granu- 
latis, basi et lateribus fortiter seriato-punctatis, punctis lateralibus 
ad lunulam posticam interruptis apice rufo; abdomine postice longe 
infuscato, metapleuris albo — pubescentibus, femoribus anticis 
modice clavatis. — Antsianaka, lac Alastra [Perrot, coll. R. 
Oberthûr). 

E. russata. — Long. S mill. — E. suturait simillima, 
similiter colorata, sed prothorace amplo, lateribus rotundato, basi 
valde constricto, magna dimidia parte postica dense asperata (basi 
excepta), elytris longe seriato-punctatis, raedio punctis transversim 
confusis, plicatis, postice rugosulis, basi striga suturali brevissima 
fusca, guttis leviter carneis, anticis minus transversis, posticis 
transversis haud arcuatis scutello fere rotundato albo. — Ant- 
sianaka [Perrot, coll. Oberthûr). 

Malgré la grande ressemblance de cet insecte avec le précédent, 
je ne puis croire qu'il y ait seulement une différence de sexe ; la 
sculpture et la forme du corselet sont trop différentes, l'écusson est 
rond au lieu d'être triangulaire, les élytres sont fortement rugueu- 
ses et plissées transversalement au milieu du disque, la partie 
postérieure est rugueuse, les lunules sont carrées et de formes 
différentes, les antérieures moins transversales et les postérieures 
transversales, non arquées. 

E. apicalis. — Long. 7 mill. — Oblonga, convexa, rufa, 
villosa, parum nitida, capite, prothorace (basi excepta) et elytro- 
rum tertia parte apicali fuscis, his basi fusco paulo signatis, 
utrinque bullis 2 convexis, pallide fulvis, l a ante médium, 2 a post 
médium valde arcuata, abdomine apice et pedibus 4 posticis infus- 
catis, femorum basi rufa; capite fere laevi, antennis brevibus, apice 
parum crassioribus; prothorace sat globulato, basi valde coarctato 
et depresso, dorso laxe asperulo, antice utrinque traversim im- 
presso; elytres apice conjunctim rotundatis, sat dense sat fortiter 
asperato-punctatis, rugosis, basi breviter usque ad bullam primam 
leviter seriato-punctatis. — Forêts d'Antsianaka [Bumàlot, coll. 
R. Oberthûr). 

Ressemble un peu à YE. suturalis, mais plus petite, plus courte, 
avec les élytres assez fortement et densément rugeuses. 

E. tetrasticta. — Long. 10 mill. — Oblonga, sat convexa, 
cœrulea , modice nitida , elytris obscure violaceis , utrinque 
maculis 2 albo-eburneis, l a ante médium, fere discoidali, ovata, 
2 a post médium submargïnali, rotundata, scutello niveo, abdomine, 



395 

pedibus, ore et antennis rufis,. tibiis basi infuscatis; capite subti- 
lissime asperulo-punctato, antice griseo-piloso; antennis sat bre- 
vibus, sat gracilibus, apice compressis, articulis 3 ultimis 
crassioribus; prothorace sat globoso, basi coarctato, sat subtiliter 
punctato-asperulo, medio fere laevi, antice utrinque sat fortiter 
transversim impresso; seutello rotundato; elytris ad humeros sat 
angulatis, postice levissime ampliatis, apice conjunctim rotundatis, 
sat fortiter substriato-punctatis, intervallis plicatis, punctis fere 
ad apicem impressis, apice ipso subtiliter dense punctato et sat 
dense griseo-pubescente, hac pube ad suturam paulo prolongata, 
maculis eburneis politis, fere planis; pectore lateribus albo-plagiato, 
pedibus albo-pilosis, femoribus anticis sat infiatis, supra fusco 
signatis. — Antsianaka (Perrot, coll. R. Oberthùr). 

Cette Eburifera est d'une forme plus massive que ses congénères 
et les taches des élytres sont remarquables par leur petit nombre 
et surtout par leur faible convexité. 

E. basicrus. — Long. 9 mill. — Elongata, parum convexa, 
nigra, nitidula, elytris minus nitidulis, utrinque bullis 2 eburneis, 
l a rotunda, ante médium, paulo externa, 2 a post médium, margi- 
nem versus obliquata, seutello niveo, subtus cum femorum basi 
tibiarum apice, tarsis, ore et antennis rufa; capite sat dense sub- 
tiliter asperato, vitta média lœvi, antennis apice infuscatis, articulo 
ultimo apice rufo; prothorace amplo, elytris fere latiore, lateribus 
rotundato, postice angustato et basi breviter coarctato, dorso medio 
transversim, parum dense asperulo, antice utrinque transversim 
obsolète impresso; elytris oblongis, ad humeros angulatis, basi 
levissime latioribus, seriato-punctatis, seriebus-crenatis, intervallis 
ragosis, dorso medio et postice irregulariter seriatis, punctato- 
rugosis, apice tantum sat lœvibus ; subtus rufa, pedibus albido- 
villosis. — Antsianaka [Perrot, coll. R. Oberthiir). 

E. callosa Klug. — Long. 9 mill. — Elongata, sat convexa, 
nigra nitida, seutello albo, elytris vitta lata marginali ab huraero 
usque post médium, vitta brevi obliqua humerali, cum prsecedenti 
basi confusa, et vitta communi brevi, mediana, oblonga rubro-rufis, 
apice extremo rubro-rufo, albo pubescente, disco ante médium 
utrinque gutta elevata et post médium striga anguste elevata, mar- 
ginem versus abrupte oblique angulata eburneis; capite subtiliter 
asperulo, linea média laevi, antennis gracilibus, rufis, articulis 
3 ultimis paulo crassioribus et obscurioribus, prothorace convexo, 
antice rufescente, postice fortiter coarctato, lateribus rotundato, 
dorso laxe asperulo, lateribus medio plaga dense asperula et parce 
albido-villosa, basi valde depressa, transversim striata; elytris ad 
humeros angulatis, postice vix sensim attenuatis, apice rotundatis, 



396 

basi profunde ac dense seriato-punctatis, intervallis asperatis, late- 
ribus usque ad strigam obliquam asperatis, dorso subtilissime laxe 
asperulo fere Isevi, médium transversim impresso ; subtus cum 
pedibus rubro-rufa, femoribus medio infuscatis. — Tamatam, forêts 
d'Alahakato (Perrot, coll. Oberthiir). 

Il m'a paru utile de refaire la description de Klug que j'avais 
transcrite ne connaissant pas l'insecte. La synonymie à!E. Reichei 
Spin. est peut être exacte, mais alors la figure donnée par ce der- 
nier est loin de ressembler. 

E. semivirens. — Long. 8 mill. — Elongata, sat onvexa, 
cœrulea, parum nitida, villosa, capite prothoraceque a3neo~viridi- 
bus, nitidis, scutello niveo, elytris utrinque guttis 2 eburneis 
ovatis, l a ante médium fere discoidali, 2 a post médium submargi- 
nali, subtus cum pedibus nitida, albido-villosa, pedibus anticis, 
ore et antennis ru fis; capite subtiliter dense punctulato, inter 
oculos obsolète impresso, antennis brevibus, gracilibus, articulis 
3 ultimis crassioribus ; prothorace ovato, convexo, basi constricto, 
dorso sat subtiliter sat dense punctato, vitta média laevi, basi trans- 
versim depresso et sulcato; elytris ad numéros angulatis, subparal- 
lelis, apice conjunctim rotundatis, dorso fortiter seriata-punctatis, 
seriebus transversim plicatulis, fere ad apicem prolongatis, apice 
rugoso-punctato, subtiliter albido-pubescente; pectore paulo vires- 
cente, femoribus anticis valde inflatis. — Antsianaka [Humblot, 
coll. R. Oberthiir). 

La colloration des pattes antérieures et la rugosité des élytres, 
ornées chacune de deux gouttes éburnées rendent cette espèce facile 
à reconnaître. 

E. semiaurantiaca. — Long. 6 i/a mill. — Filiformis, parum 
convexa, rufo-aurantiaca, sat nitida, albido-pilosa, elytris cœruleis, 
utrinque guttis 2 ovato-oblongis, sub-marginalibus, l a ante, 2 a post 
médium eburneis, parum convexis ; capite sat lato, subtiliter aspe- 
rulo, oculis valde convexis, antennis gracilibus, articulis 3 ultimis 
majoribus, nltimo prsecedenti multo majore; prothorace subovato, 
postice sat abrupte breviter constricto, dorso subtiliter laxe granu- 
lato, antice utrinque oblique impresso; scutello subtriangulari, 
dense griseo sericans ; elytris elongatis, apice obtusis, fere ad 
apicem seriato-punctatis, basi substriatis, striis crenatis, intervallis 
plicatis, basi sat convexis, apice parum dense irregulariter punc- 
tato ; metasterno cœruleo, tibiis basi et genubus paulo fumatis. — 
Antsianaka {Perrot, coll. R. Oberthiir). 

Cet insecte est plus allongé que la plupart de ses congénères, il 
est moins convexe et les élytres sont ponctuées en lignes presque 
jusqu'à l'extrémité. Bien qu'il n'ait aussi que 4 taches blanches, il 
ne ressemble guère à Yh\ basicrus. 



397 

E. zonata. - Long. 8 roill. — Elongata, subcylindrica, rufa, 
parum nitida, parce villosa, prothorace (margine antico et basi 
exceptis) fusco, elytris vittis 2 latis, transversis 1° fere basali, 
2° ante apicali cseruleofuscis, et, cum scutello, utrinque gut- 
tis 2, fere vesicnlatis, squalido-pallidis, sub-marginalibus, l a ante, 
2 a post médium ornatis ; capite fere laevi, antennis gracilibus, 
articulis 3 ultimis crassioribus ; prothorace modice convexo, laxe 
punctato, antice utrinque oblique impressiusculo, basi breviter 
strangulato et transversim depresso; elytris ad humeros sat angu- 
latis, parallelis, apice conjunctim rotundatis, vitta subbasali fusca 
seriato-punctatis, crenatis, punctis transversis, medio sat irregu- 
lariter dense, subseriatim punctatis, post médium inordinate rugoso- 
punctatis; tibiis infuscatis. — Antsianaka (Perrol, coll. R. Ober- 
thur). 

Cette espèce est facile à reconnaître par les bandes d'un bleu-noir 
qui traversent les élytres, ne laissant à la base qu'une étroite bor- 
dure rousse et par les 2 bulles très renflées, d'un blanc sale, sur 
chaque élytre, la postérieure un peu transversale, se dirigeant 
obliquement vers le bord externe. 

E. quadribullata. — Long. 8 1/2 mill. — Elongata, apice 
attenuata, convexa, nigra, nitida, hirtula, vage cœrulescens, ely- 
tris utrinque bullis 2 ornatis, femoribus basi, tarsis et antennis 
rufulis, his ante apicem infuscatis, articulo 1° supra fusco; capite 
parum convexo, subtillissime punctulato, antennis gracilibus, arti- 
culis 3 ultimis crassioribus; prothorace basi constricto et depresso, 
dorso subtiliter dense strigosulo, antice laevi, utrinque transversim 
impresso ; scutello squalido ; elytris elongatis, ad humeros sat angu- 
latis, apice obtuse acuminatis, dorso insequalibus, cicatricosis, pli— 
catulis et paulo asperatis, utrinque bullis 2 sat squalide eburneis, 
ornatis, l a submarginali, rotundata, ante médium, 2 a marginali, 
ovata, post médium; subtus fusca. — Antsianaka {Humblot, coll. 
R. Oberthùr). 

La sculpture des élytres rend cette espèce facile à reconnaître, 
sa forme est du reste assez anormale dans le genre et rappelle 
beaucoup celle du Stenocylidrus rufocaudalus . 

CLEROPIESTUS Fairm., Soc. Belg., C B. t juin, 1889. 

Corpus valde planatum. Oculi integri, subtiliter granulati; palpi 
omnes articulo ultimo late triangulari ; antenna sat brèves, articulis 
3 ultimis compresso-clavatis, 9° et 10° transversis, ultimo fere 
rotundato, 7°-8°que paulo transversis sed angustioribus. Prothorax 
lateribus hand marginatus, elytris angustior, transversus. Elvtia 



398 

plana. Prosternum sat latum, mesosternum angustius, processus 
intercoxalis acute productus,canaliculatus,Pedes médiocres, femora 
subclavata, anteriora inflata. Tarsi 5 articulât]', articulo 1° occulto. 
Par l'ensemble de ces caractères ce nouveau genre semble se 
ranger dans le groupe des Hydnocérides. Il en diffère par sa forme 
aplatie, qui rappelle du genre Catapiestiis, ses yeux ne débordant 
pas le corselet, ses pattes médiocrement grandes, robustes avec les 
fémurs épais, surtout les antérieurs ; les 2 e , 3 e , 4 e articles des tarses 
sont lamelles. 

C. Oberthurii. — Long. 13 mill. — Oblongus, planus, cœru- 
lescenti-fuscus, opacus, fusco-hirtulus, femoribus anticis corallinis; 
capite prothorace angustiore, rugosulo-punctato, labro angulatim 
emarginato, oculis valde exsertis ; prothorace transverso, lateribus 
angulato-rotundatis, basi sinuatis, dorso dense aspero-rugoso, basi 
transversim salcato; scutello brevi, obtuse truncato, rugosulo; ely- 
tris ad humeros sat rotundatis; post médium vix ampliatis, apice 
obtusis, dorso fortiter crenatis, intervallis alternatim costulatis, 
sutura paulo elevata; subtus subtiliter coriaceus, tibiis 4 anticis 
punctatis, leviter arcuatis. — Madagascar (Perrot, coll. Oberthùr). 

La forme déprimée de ce curieux insecte le rend bien anormal 
dans la famille des Clérides ; sa coloration même est assez singu- 
lière. 

Enoplium coerulans. — Long. 8 mill. — Elongatum, subparal- 
lelum,sat convexum, cœruleum, modice nitidum.elytris paulo post 
médium vittulabrevi tenuissima transversalipallida, pedibus, palpis 
antennisque rufis, his clava atra; capite subtiliter punctato, palpis 
maxillaribus articulo ultimo fere cultriformi,antennarum clava lata, 
trifoliata, prothorace oblongo-quadrato, lateribus parallelis, sat for- 
titer dense rugoso-punctato, linea média lsevi vix elevata, angulis 
posticis fere rectis; scutello ogivali, nigricante, fere opaco; elytris 
elongatis, parallelis, apice rotundatis, sat dense fortiter punctatis, 
paulo post médium fere laevibus, subtiliter alutaceis et ad suturam 
albido-sericantibus ; mesosterno lateribus albido-sericante. — Ant- 
sianaka (Perrot, coll. R. Oberthùr). 

Chez des individus très frais il est probable que l'extrémité des 
élytres est couverte d'une pubescence d'un gris soyeux, et la petite 
bande ou tache qui sépare la partie fortement ponctuée est pout être 
plus distincte. 



399 



LYGŒIDES EXOTIQUES. 

NOTES ET DESCRIPTIONS D'ESPÈCES NOUVELLES, 
par A. L. Montandon. 

Lygoegus Kalmii Stâl. 

Cette espèce est souvent confondue avec Z. turcicus Fabr. 
Les entomologistes américains ne les séparent même pas et j'ai 
reçu de l'éminent professeur M. Uhler, sous le nom de Z. turcicus 
Fabr. deux exemplaires dont l'un est un vrai Z. turcicus Fabr. et 
l'autre un Z. kalmii Stâl. appartenant à la variété c. Stâl qui se 
rencontre je crois plus fréquemment que le type. 

On peut cependant à mon avis considérer ces deux espèces 
comme distinctes. 

Stâl qui a étudié les types de Fabricius dit au sujet de Z. turcicus 
Fabr. : « Signalura trima ca^nlis, cujus Iracliia antica tubercula 
antennifera occupant, rufa. Clavus ante médium m fus. Membrana 
nigra, limbo concolore.... » Enum. Hemipt. IV, p. 107. 

Les deux premiers caractères sont constants sur tous les sujets 
qui me sont passés sous les yeux, mais le troisième peut varier car 
justement l'exemplaire reçu de M. Uhler, provenant de l'État de 
Colorado, et que je rattache sans hésitation à l'espèce de Fabricius, 
a la membrane très étroitement limbée de blanc. 

De même parmi les nombreux exemplaires que j'ai examinés et que 
je rattache à l'espèce de Stâl, Z. Kalmii, j'en ai observé un certain 
nombre où le limbe blanc de la membrane est très rétréci et un 
unique où ce limbe finit même par disparaître complètement. 

Cependant, comme je le dis plus haut, la tache rouge de la tête 
partant du vertex et se divisant derrière le tylus pour envahir les 
joues de chaque côté sur la région des tubercules antennifères, de 
même que le clavus rouge au moins sur la moitié antérieure, sont 
des caractères constants chez Z. turcicus Fabr.; tandis que chez 
Z. kalmii Stâl, le clavus est entièrement noir et la tache rouge de 
la tête le plus souvent réduite à un point allongé sur le vertex, 
rarement un peu bifurqué derrière le tylus, mais n'envahissant 
jamais les joues. En outre Z. turcicus Fabr. est proportionnellement 
un peu plus étroit, plus élancé et généralement de taille un peu 
plus faible que Z. kalmii Sfâl. Chez cette dernière espèce les taches 
noires sur le pronotum et les élytres sont couvertes d'une fine 
pubescence blanchâtre qui leur donne un aspect grisâtre tandis 
qu'elles sont franchement noires presque sans pubescence chez 

ANNALES DE LA SOC. ENTOM. DE BELGIQUE, T. XXXVJi. 33 



400 

L. turcicus Fabr., la tache noire de la marge ély traie chez cette 
dernière espèce est assez acuminée postérieurement, tandis qu'elle 
est plus ou moins arrondie, assez largement obtuse en arrière chez 
L. kalmii Stâl. La dépression semicirculaire de la partie antérieure 
du pronotum, derrière la tête est aussi plus densément et plus gros- 
sièrement ponctuée chez L. Kalmii Stâl que chez L. turcicus Fabr. 

Ces deux espèces affines ont un habitat assez étendu, ma 
collection possède des exemplaires de provenances très diverses : 

L. turcicus Fabr., S' Louis, Missouri; Pennsylvanie; Colorado. 

L. kalmii Stâl., Cap Rouge, Canada (reçu de M. l'abbé Provan- 
cher aussi sous le nom de L. turcicus); Constantine, Michigan; 
Nord de l'IUinois; Long Island, New-York; Pennsylvanie; 
Minnesota; Nord de la Caroline; S' Louis, Missouri; Maryland; 
Utah; Denver; Colorado; Texas; Mexique; Guatemala. 

Stâl a divisé son L. Kalmii en trois variétés : 

Var. : «; à bande transversale rouge sur le disque du pronotum 

entière et à tache blanche géminée discoïdale sur la 

membrane. 
Var. : b ; bande transversale rouge du pronotum réduite à trois 

taches séparées et toujours la tache géminée sur le 

disque de la membrane. 
Var. : c; à membrane noire sans tache discoïdale. 

On observe des passages insensibles entre ces trois formes aux- 
quelles il est je crois inutile d'attribuer des noms nouveaux. Les 
deux taches noires plus ou moins confluentes de la partie posté- 
rieure du pronotum s'avancent plus ou moins sur le disque à la 
rencontre des deux points noirs juxtaposés postérieurement à la 
partie antérieure noire, même chez la var. : c qui est la plus com- 
mune et chez laquelle la bande rouge transversale du pronotum 
apparaît le plus souvent entière et assez régulière. 

La tache géminée discoïdale de la membrane chez les var. a et b 
est souvent très petite, réduite parfois à deux points à peine 
visibles, et, ainsi que je l'ai mentionné plus haut le limbe blanc de 
la membrane se rétrécit fréquemment chez les trois variétés et 
arrive à disparaître complètement chez un exemplaire de la var. c 
provenant de S 1 Louis, Missouri. Du reste cette espèce est sujette 
au melanisme ; les taches noires ont parfois des tendances à tout 
envahir et ma collection possède un autre exemplaire provenant 
également de S 1 Louis, Missouri, var. : melanodermus, mihi, où 
les taches rouges ont presque entièrement disparu sur toute la 
partie supérieure recouverte par la teinte noire à pubescence 
blanchâtre, au point que l'on n'observe plus que très difficilement 
à la loupe quelques vagues et très petites taches sur les parties qui 



401 

devraient être rouges comme chez le type, sur le disque de 
l'élvtre et du pronotum ainsi que près de la base du bourrelet 
inférieur de la marge élytrale ; le disque de l'abdomen est aussi 
rouge avec les points noirs de chaque côté à la base des segments. 

Lygœus consanguineus n. sp. 

Ronge varié de taches noires, couvert sur tout le corps d'une 
très âne pubescence grisâtre qui atténue beaucoup la crudité des 
couleurs. 

Tête noire avec une assez large tache rouge sur le vertex, bifur- 
quée en avant sur les joues de chaque côté du tylus jusqu'au devant 
des tubercules antennifères ; noire sur toute la partie inférieure, 
parfois une tache rouge arrondie au milieu de la base derrière les 
lames rostrales. 

Pronotum rouge avec deux bandes noires longitudinales sur le 
disque, depuis le bord antérieur, un peu rétrécies après ce bord, 
plus larges sur la seconde moitié du pronotum où elles n'arrivent 
pas tout à fait jusqu'au bord postérieur qui reste rouge. 

Ecusson noir avec l'extrême sommet à peine rougeâtre. 

Elytres et clavus rouges avec une étroite bande noire sur la 
suture du clavus et une tache noire discoïdale, allongée longitu- 
dinalement mais n'atteignant pas le bord postérieur; marge élytrale 
un peu décolorée, quelquefois un peu jaunâtre et noirâtre sur 
l'extrême bord de la moitié postérieure. 

Membrane enfumée, noire à la base le long de la suture. 

Poitrine noire avec trois grandes taches rouges transversales 
de chaque côté sur les pièces latérales ; prosthetium bordé de rouge 
latéralement, cette bordure un peu plus étroite en avant. 

Abdomen rouge avec un point noir de chaque côté au milieu de 
chaque segment et l'angle antérieur externe des segments du 
connexivum assez étroitement noir; sixièm3 segment ventral en 
partie noir sur le milieu, irrégulièrement rouge sur les côtés; 
quelquefois aussi une petite bande noire étroite transversale sur le 
milieu de la base des segments. 

Pattes noires, fémurs denticulés en dessous, ainsi que les tibias 
postérieurs chez les cf. Rostre noir, 4 e article plus court que le 3 e . 

Longueur 11 i/a-12 1/2 millimètres; largeur 4 millimètres. 

Rutîsque, Sénégal. — Benue, Niger. — Ma collection. 

Cette espèce est incontestablement très voisine de L. [Spiloste- 
thus) lœniatus Stâl, de laquelle elle diffère par la taille plus forte, 
les côtés latéraux du pronotum rouges ; le dessous de la tête noir 
ou presque entièrement noir; la tache noire discoïdale de la corie 



402 

moins prolongée en arrière; l'abdomen presque entièrement rouge 
et l'écusson noir taché de rouge seulement sur l'extrême sommet. 

Lygoeus melanospiloides n. sp. 

Tête d'un noir velouté sans tache sur le vertex avec l'extrémité 
des joues un peu rougeâtre de chaque côté du tylus noir; rougeâtre 
inférieurement de même que les lames rostrales. 

Pronotum rougeâtre avec deux grandes taches noires subbasales, 
laissant la marge postérieure étroitement rouge, et séparées au 
milieu par la carène médiane rouge ; cette carène ne se continue 
pas sur la partie antérieure du pronotum. 

Élytres rouges avec une grande tache noire discoïdale subarron- 
die, un peu ovalaire longitudinale, touchant la nervure latérale qui 
reste rouge; clavus rouge avec une tache noire assez allongée au 
niveau du sommet de l'écusson ; ce dernier rougeâtre à la base et à 
l'extrémité avec les dépressions latérales noirâtres de chaque côté 
de la carène médiane rouge; membrane noire avec l'angle basai 
interne, un point arrondi sur le disque et une tache arrondie au 
sommet, blancs. 

Dessous du corps entièrement rougeâtre, même sur les orifices 
odorifiques, avec quatre taches noires arrondies de chaque côté sur 
la poitrine, une sur les hanches antérieures, les trois autres situées 
aux angles postérieurs externes des pro, méso et métapleures. 
Sixième segment abdominal brun noirâtre, connexivum immaculé. 

Rostre noir atteignant les hanches postérieures, à 4 e article plus 
court que le 3\ Antennes et pattes brunâtres très foncée3 presque 
noires avec l'extrême base des fémurs et des tibias rougeâtre. 

Longueur 6 i/a-7 millim., largeur 2 i/4-2 i/« millimètres, $ et Q. 
Ile de Poulo Condore, Cochinchine (M. L. Jacquet) ma collection. 

Malgré la couleur du dessous du corps cette espèce doit évidem- 
ment être rattachée au sous-genre Melanocoryphus. Quoique de 
taille un peu plus forte elle est assez voisine de certaines variétés 
de L. [Melanocoryphus) superbus Poil. Reut = punctatogullahis 
Fabr. La grande tache noire discoïdale de la corie lui donne un peu 
l'aspect des Melanospihis fimbrialus Dali et slernalis Dali, dont 
elle s'éloigne totalement par l'absence de carène médiane sur la 
partie antérieure du pronotum, la longueur relative des articles 3 
et 4 du rostre et la coloration de la membrane. 

Graptostethus ? dissidens n. sp. 

Noir varié de rouge et couvert sur tout le corps et les élytres 
d'une fine pubescence grisâtre. Tête très convexe et très inclinée 



403 

en avant, d'un noir mat en dessus et au dessous avec une petite 
tache flave sur le vertex. Premier article des antennes rouge car- 
miné, court, ne dépassant que très-faiblement en avant l'extrémité 
de la tête; deuxième article environ deux fois et demi plus long que 
le premier; le troisième environ les deux tiers du deuxième et le 
quatrième â peine plus court que le second. 

Pronotum noir, trapézoïdal, assez rétréci en avant, régulièrement 
convexe sur la partie supérieure couverte de points enfoncés, espa- 
cés, régulièrement répartis sur toute la surface sans rides ni sillons; 
les cicatrices de la partie antérieure très superficielles et à peine 
visibles. Marge antérieure du pronotum bordée d'un collier rouge 
faisant tout le tour sans interruption, dessus et dessous; ce collier 
un peu sinué en arrière au milieu de la partie supérieure; une 
grande tache rouge carrée de chaque côté du milieu du disque de la 
seconde moitié du pronotum, envoyant latéralement un peu obli- 
quement en avant un prolongement reliant l'angle antérieur externe 
de la tache avec la marge latérale. Bord postérieur du pronotum 
très étroitement flave. 

Ecusson noir mat sans taches. Elytres recouvrant entièrement 
l'abdomen, clavus rouge bordé en arrière tout le long de la suture 
d'une tache noire qui s'avance plus ou moins sur l'élytre à la ren- 
contre d'une tache discoïdale noire, derrière laquelle une autre 
tache noire située un peu après le milieu du bord postérieur de 
l'élytre a aussi des tendances à se réunir à la tache discoïdale. Sur 
un exemplaire du Benué que je prends comme type la tache discoï- 
dale noire de l'élytre n'est pas confluente en avant avec la tache 
de la suture du clavus, ni en arrière avec la tache du bord posté- 
rieur de l'élytre, mais l'espace compris entre ces deux dernières est 
moins rouge que le reste de l'élytre. Sur un autre exemplaire du 
Mozambique, les trois taches noires se rejoignent et l'on peut dire 
que l'élytre est noire avec la marge extérieure rouge, plus large, un 
peu avancée anguleusement vers le milieu, et une tache rouge subar- 
rondie sur le bord postérieur de l'élytre près de l'angle interne. 

Membrane noire avec l'angle interne et une petite tache blanche 
au milieu de la suture ; une grande tache de même couleur, ovale, 
transversale sur le disque avant le milieu, envoyant de chaque 
côté obliquement en arrière un petit prolongement qui atteint le 
bord externe de la membrane un peu en arrière de son milieu. 
Extrémité de la membrane avec une large tache blanche acuminée 
de chaque côté. 

Poitrine noire avec les pièces des pro, méso et métapleures 
bordées de rouge en arrière; les hanches rouges; la bordure 
antérieure du posternum, le dessous des bords latéraux du pronotum, 



404 

étroitement en avant, largement sur la seconde moitié, rouges. 
Orifices noirs. Bord postérieur des métapleures dirigé obliquement 
en arrière, tout à fait divergent du bord postérieur des mesopleures 
qui est dirigé obliquement en avant. Angle postérieur externe des 
métapleures aigu à sommet émoussé. 

Rostre n'atteignant pas les hanches postérieures, à premier 
article assez court ne dépassant pas la base de la tête, 4 e article 
plus court que le troisième. 

Chez l'exemplaire 9 du Benué l'abdomen est rouge avec une 
petite tache noire à la base de chaque segment sur les côtés au 
niveau des stigmates, cette tache est un peu plus grande sur les 
4 e et 5 e segments, et une autre tache noire au milieu du disque à 
la base des 4 e et 5 e segments; base du 6 e segment largement noire; 
pièce génitale noire; connexivum rouge en dessous. Chez l'exem- 
plaire çf du Mozambique la teinte noire a envahi tout le disque de 
l'abdomen dont les côtés seuls et le connexivum restent rouges. 
Pattes noires, légèrement velues mais sans épines ni aux fémurs ni 
aux tibias dans les deux sexes. 

Longueur 8 i/*-9 1/2 millim. largeur 2 i/a-3 i/* millimètres. 
Benué, Niger et Rikatla, Mozambique (M. Junod), ma collection. 

Cet insecte sera probablement séparé un jour du genre Graplos- 
tethus; il a aussi beaucoup d'affinités avec le genre Asjnlocoryplms. 
Si la tache du vertex le rattache au premier, il tient du second 
(dont la validité est contestable) par ses orifices noirs, mais il 
s'éloigne de tous les deux par la coloration de son pronotum taché 
de rouge de chaque côté de la ligne médiane noire, par le premier 
article de ses antennes, rouge et très-court et surtout par son 
écusson sensiblement plus étroit à la base, de forme presque équi- 
latérale. 

Arocatus suboeneus n. sp. 

D'un gris bronzé obscur sur la tête, le pronotum, l'écusson et 
les élytres avec quelques taches mal limitées sur le pronotum dans 
la région des cicatrices aux angles et le long du bord postérieur 
du pronotum; la base des élytres et le sommet de l'écusson flaves 
testacés. 

Tète et élytres couvertes d'une fine pubescence grisâtre man- 
quant par places qui ressortent plus obscures et brillantes sur les 
élytres; pronotum assez brillant, grossièrement ponctué avec la 
ligne médiane un peu ïrrégulière, lisse et légèrement carénée 
s'étendant depuis le bord antérieur jusque sur la voussure de la 
partie postérieure. Écusson lisse et brillant à la base et sur la 
carène médiane, fortement déprimé et ponctué de chaque côté de 
la carène médiane. Élytres sensiblement plus étroites que l'abdo~ 



405 

men, laissant à découvert le connexivum, membrane noire ne 
dépassant pas l'extrémité de l'abdomen. Connexivum rougeàtre 
avec une grande tache rectangulaire longitudinale sur le bord de 
chaque segment. 

Poitrine brunâtre, abdomen rougàtre en dessous. Fémurs d'un 
noir de poix, un peu plus clairs vers la base, extrême sommet 
flave; tibias flaves avec l'extrême base étroitement brunâtre, tarses 
Hâves avec l'extrémité étroitement rembrunie. Antennes noirâtres. 

Longeur 4 5/4 millim., largeur 1 2/5 millim. 

Mozambique, Rikatla (M. Junod), ma collection. 

Blissus hirtus n. sp. 

Brunâtre couvert sur toute la partie supérieure de longs poils 
mous érigés d'un jaune brunâtre. 

Tête brunâtre velue, tylus plus foncé que les joues, pas plus 
longue que large entre les yeux. 

Pronotum brunâtre foncé mat presque noir, velu, avec une 
étroite bordure d'un jaune brunâtre sur la marge postérieure. 

Ecusson très court, noirâtre, velu, environ deux fois plus large 
que long. Elytres velues d'un jaune brunâtre avec l'extrémité des 
nervures noirâtre, ainsi que la marge postérieure sauf l'angle 
apical qui reste jaunâtre. Membrane légèrement enfumée, un peu 
plus foncée vers la base et surtout à l'angle interne. 

Poitrine noirâtre, mate, avec la marge postérieure des méta- 
pleures étroitement jaunâtre, abdomen noirâtre densément couvert 
d'une fine pubescence jaunâtre. 

Antennes velues à premier article et les 3/5 basilaires du deuxième 
article jaunâtres ; l'extrémité du 2 e article ainsi que les deux 
suivants noirâtres; le 4 e article très long environ une fois et demi 
la longueur du deuxième. 

Pattes jaunâtres avec de longs poils clairs, fémurs inermes. 

Premier article du rostre jaunâtre n'atteignant pas les hanches 
antérieures. 1 seul exemplaire macroptère, Hazleton Pennsylvanie 
(M. Dietz) ma collection. 

Longueur 3 2/5 millimètres, largeur du pronotum en arrière 
1 1/4 millimètres. 

Cette espèce de même taille que B. leucopierus Say, paraît 
cependant proportionellement un peu plus élargie, elle en diffère 
par la longue villosité de la partie supérieure, par la teinte beau- 
coup moins foncée sur la tête et le pronotum ainsi que la bordure 
postérieure jaunâtre de ce dernier, par la couleur jaunâtre des 
élytres à angle apical concolore, et la membrane enfumée. 



406 



Blissus pulchellus n. sp. 

Noir sur la tête et le pronotum, abdomen jaune brunâtre dessus 
et dessous. 

Tête noire, couverte de pubescence d'un blond doré, un peu plus 
longue que large entre les yeux, tylus très saillant, brunâtre plus 
clair vers l'extrémité. 

Pronotum noir mat parsemé de poils courts et couchés d'un 
blond doré plus rares sur la partie postérieure. Extrême bord 
postérieur très étroitement brunâtre. Ecusson noir moins de deux 
fois plus large que long. 

Élytres blanchâtres pâles avec une petite tache sur la partie 
antérieure de la commissure du clavus, l'extrémité de la nervure 
discoïdale et une large tache sur l'angle apical noirs. 

Dans la forme macroptère la membrane hyaline transparente 
n'atteint pas tout à fait l'extrémité de l'abdomen; dans la forme 
brachyptère l'élytre n'est que très peu écourtée et présente les 
mêmes dispositions de couleurs, mais la membrane est réduite à 
une petite bande semicirculaire blanchâtre derrière la tache noire 
apicale de la corie. 

Abdomen entièrement jaunâtre en dessus ainsi que le connexivum, 
avec une très fine pubescence blonde pâle; un peu plus foncé en 
dessous avec la même pubescence; poitrine noire, bord postérieur 
des métapleures étroitement jaunâtre. Rostre jaunâtre à premier 
article n'atteignant pas les hanches antérieures, pattes jaunâtres 
velues, à dernier article des tarses rembruni à l'extrémité. Fémurs 
inermes. Antennes velues, les trois premiers articles flaves, le 
quatrième noirâtre. 

Longueur 2 3/4 millimètres, largeur du pronotum en arrière 
5/4 millim. : Buenos Aires, Costa-Rica (M. H. Pittier), ma collection. 

Cette jolie petite espèce ressemble un peu à B . leucoplertis Say 
comme disposition des couleurs ; elle en diffère par sa taille sensi- 
blement plus faible, la villosité blonde plus dense et plus longue qui 
couvre la tête, le devant du pronotum et les élytres, la teinte jau- 
nâtre de l'abdomen, la couleur claire des trois premiers articles des 
antennes et la longueur relativement plus courte du quatrième. 

A. L. MONTANDON. 



401 



EINIGE NEUE ANCHONIDEN 

DES KÔNIGL. NATURHIST. MUSEUM IN BRÛSSEL, 

von J. Faust. 

Das Muséum besitzt ein ungeahnt grosses Artenmaterial aus 
der Anchoniden-Grwpipe; seine Sichtung, bei der sich meine Spal- 
tung dieser Gruppe in 7 Gattungen als zutreffend erwiesen hat, 
ergab annàhernd 100 neuer Arten, von denen nur die hier 
beschriebenen in mehr als einem Exemplar vertreten sind. "Wenn 
sich unter den ùbrigen Unicis auch einige recht characteristisch 
geformte Arten finden, so hielt ich es doch aus mancherlei 
Grùnden fur angezeigt, die Beschreibung dieser Unica dem kiinf- 
tigen Monographen zu ùberlassen, der dann auch die zahlreichen, 
mir bei meiner Arbeit in natura unbekannt gebliebenen Arten 
von Guerin, Boheman, Fâhraeus, Suffrian, Chevrolat, Motschulsky 
und OUif in Betracht zu ziehen hâtte und hier nur auf die grossen 
Schâtze des Brùssler Muséums hinzuweisen. Mit den 17 in dieser 
Arbeit behandelten hat sich die Zahl der beschriebenen Arten 
(132) gegen die im Mûnchner Catalog verzeichneten (56) beinahe 
verdreifacht. 

Unter den mir zur Durchsicht vorgelegten Andwnus- Arten 
befanden sich auch die 10 der Dejeanschen Sammlung, welche 
4 verschiedenen Gattungen angehoren. Es ist nâmlich : 

quadricollis Buquet . = O/ichorhinus cribrithorax Fhs. 

leprosus Dej . . . . — Pseudanchonus nov. sp. \$. 

asperalus Lacordaire. = AncJionus nov. sp. (siehe N° 13). 

suillus Fabr. . . . = — suillus Fabr. und impressus Fhs. 

cribricollis Dej. . . = — cribricollis Coquer. 

sordidus Dej. . . . = — cribricollis Coquer. 

immundus Dej. . . = — immundus nov. sp. und Dejeani 

nov. sp. (siehe N° 16 und 9). 

psiilacus Lacordaire . = — psittacus nov. sp. (siehe N° 12). 

echinakis Lacordaire. = — echinatus nov. sp. (siehe N° 15). 

inaequalis Lacordaire = Rhyparonotm nov. sp. 1 cf. 

Neue Arten. 

1. Leprosomtcs Guerini. 4. Cestophorns Moelofsi. 

2. — lacerta. 5. Caslelnaui. . 

3 — humeralis. 6. Rhyparonotus penicularius 

?4 

ANNALES DE LA SOC. ENIOM. DE BELGlQtB, T. XXXVII. "» 



408 



7. 


Rhyparonoius scapha. 


12. 


A', 


nchonus 


psiltacus. 


8. 


— gryphus. 


13, 




— 


asperaius. 


9. 


Anchonus Dejeani. 


14. 




— 


aegrottis. 


10. 


— madidus. 


15. 




— 


echinalus. 


11. 


— magister. 


16. 




— 


immundus . 



1. Leprosomus Guerini. — AL. Schônherri Fst. rosiro 
prothoraceque nonnihil breviore, hoc subhexagonale tuberculis 
acutis duobus anticis confondis, cornu breviore latiore apice 
minus profunde exciso antice solummodo punctaCo fere unice 
distinctes. — Long. 10, lat. 4 mm. 

Columbia. 

Nicht unmoglich ist es,dass Guerini a\s Varietât zu Schônherri 
gehôrt. Die drei vorliegenden Stùcke des ersteren zeigen jedoch 
die obigen Unterschiede von diesem, zu dessen Beschreibung mir 
nur ein 9 vorlag ; inzwischen erhielt ich auch den $ und heute 
kann ich an diesen beiden, sowie an drei weiteren Stiicken des 
obigen Muséums keine nennenswerthe Verànderlichkeit, weder in 
der Korperform noch in der Sculptur constatiren. Durchaus 
constant bei diesen fiinf Schônherri ist sowohl die tiefe und grobe 
Punktirung an den Seiten und der Unterseite desHornes in seiner 
ganzen Lange als auch der trapezfôrmige Ausschnitt zwischen den 
zwei vorderen Tuberkelspitzen der Thoraxseiten. Beim Schôn- 
herri cf sind die drei Tuberkel auf dem zweiten Spatium der 
abschiissigen Stelle zitzenformig und hoher als beim 9- 

Eine gleiche Tuberkulirung hat auch der Guerini çf, dagegen 
ist das kiirzere Thoraxhorn seitlich nur an der Spitze und weder 
grobnoch tief punktirt und zwischen den zwei vorderen Tuberkeln 
der Thoraxseiten befindetsich ein dreieckiger Einschnitt, welcher 
jene Tuberkeln am Grunde zusammenhângend erscheinen Jâsst. 

2. Leprosomus lacerta. — çf Elongatus, angustus, niger; 
antennis larsisque ferrugineis ; rostro arcuato sublus basin versus 
lamina brevi dentiformi; prothorace octogonale margine antico 
post oculos subtruncato, tuberculis 10 magnis obtusis et parce 
setigeris, antice in cornu crasso brevissimo sulcato ac apice trun- 
cato producto ; elytris antice prothorace aequilatis, latitudine fere 
triplo longioribus, a basi usque ad médium subparallelis tum 
leviter angustatis, punclis seriatim impressis, sutura nonnihil 
elevata, interstitiis tuberculis crassis obtusis, secundo 5, quarto 3 
obsitis. — Long. 9, lat. 2,8 mm. 

Cayenne, N. Granada. 

Dièse zierliche Art schlicst sich unmittelbar an aries Guer. an, 
istaber viel schmàler, hat einen kùrzeren und wenigergekrùmm- 



409 

ten Rùssel, ein viel kiirzeres und dickeres (fast noch dicker als der 
Riissel), an der Spitze nicht ausgerandetes Thoraxhorn, viel 
schlankere Tarsen und knollenfôrmige Tuberkel von ziemlich 
gleicher Grosse ùber den ganzen Riicken vertheilt. 

Thorax an der Basis nicht oder àusserst fein gerandet, seine 
Seiten etwas vor der Mitte parallel, zur Basis leicht geschweift 
und vor der kurz halsfôrmigen Spitze plotzlich zusammen- 
gezogen, das Horn kaum so lang als breit und mit ein Schuppen- 
borstchen tragenden, an der Spitze dichteren Punkten; von den 
vorderen vier querreihigen Tuberkeln sind die âussere» die 
grossten und hochsten ; der nâchste am Seitenrande der kleinste; 
die Hornfurche setzt sich nicht auf den Thoraxrûcken fort, dage- 
gen steht in der Mitte an der Basis dièses ein kurzer Làngskiel; 
nur auf der Unterseite hinter dem Vorderrande sind einzelne 
Punkte, àusserst kleine, seitlich auch an der Basis sichtbar. Die 
schmalen Decken sind von der Mitte nach hinten schlank verengt, 
an der Spitze nicht stumpf gerundet, der Riicken flach, quer-, auf 
der Basalhâlfte nicht lângs gewolbt; von den knolligen Tuber- 
keln des vierten Spatiums ist der basale der grosste, springt aber 
weniger seitlich als noch oben vor ; von den auf Spatium 2 ste- 
henden steht der vorderste um seinen Durchmesser von der Basis 
entfernt, der hinterste ist spitzer auch kleiner und steht oberhalb 
der Spitze ; bei einem Exemplar von Cayenne zeigen die Spatien 
1 u. 3 keinen Tuberkel, 5 nur eine Andeutung, beim zweiten von 
N. Granada, aile dièse drei Spatien noch einen Tuberkel in der 
Mitte der Decken. Die Schenkel sind nur an der Spitze und hier 
auch nicht dicht gekôrnt, die Schienen kaum sichtbar punktirt; 
das dritte Tarsenglied ist schmal dreieckig, and der Spitze abge- 
stutzt und wenig eingekerbt. 

3. Leprosomus humer alis. — cf Praecedenti similis et 
affinis ; prothorace elytrisque longitudinaliter nonnihil convexis, 
illo ante médium rotundato-dilalato, margine antico post oculos 
profonde sinuato, medio in cornu angusto et longo apice emargi- 
nato undique dense rugoso-punctato et basi sulcato producto, sulco 
usque ad marginem basaient continuato, dorso inaequ aliter punc- 
tato mx pluricalloso ; elytris aeque ut in praecedente tubercnlis 
obsitis sed antico in interstitio quarto a basi distante, lateribus 
sensim rotundato-angustatis , apice obtusius rotundatis, sutura 
deplanatis; femoribus granulosis. — Long. 8-8,5, lat. 2,2-2,5 mm. 

N. Granada. 

Zwei c5cf sind noch kleiner u. schmaler, die knolligen Tuberkel 
auf den Decken beinahe ebenso gross als bei lacerla; von den 
Tuberkeln liegt aber der vorderste auf Spatium 4 nicht an, sondera 



410 

hinter der Basis und ragt seitlich mehr vor, auch ist der Tuberkel 
vor dem Apex an der stumpfen Spitze ausgerandet als wenn er 
aus zwei miteinander verwachsenen bestànde; die Decken sind 
von dem vorderen Tuberkel ab nicht parallel sondern allmâlig 
nach hinten verengt, ihre Lângswolbung ist deutlich und hoher als 
die des Thorax ; von den drei Tuberkeln auf Spatium 4 ist der 
mittlere sehr klein, Spatium 6 in der Mitte eine kurze Strecke 
stumpf kielformig. Am auffallendsten unterscheidet sien aber der 
Thorax von dem des lacerta dadurch, dass das an der Spitze aus- 
gerandete Horn mindestens so lang als der Thorax hoch und fast 
nur halb so breit als die Rùsselspitze ist, dass die Knollen auf dem 
Rùcken nur durch flache Beulen angedeutet, die Seiten nicht eckig 
sondern gerundet erweitert sind und dass die basale des Hornes 
bis nahe zur Thoraxbasis verlângert ist. Die zahnfôrmige Erweite- 
rung unten an der Riisselbasis ist etwas niedriger und stumpfer 
als bei lacerta. 

4. Cestophorus Roelofsi. — Oblongus, modice convenus, 
ocliraceo-selosîilus ; antennis articuloque ultimo tarsorum piceis; 
rostro cylindrico confertim punclato; prolhorace suboctogonale 
sulcis tribus remotius punctatis nec setosis, exterioribus arcualis ; 
elytris ellipticis postice longe et subacute attenuatis, sat fortiter 
seriatim 2iunctatis, sutura tota paulo, interstitio secundo ante 
apicem magis elevatis, dorso verrucis dense ochraceo-setigeris 
obsitis, xerruca basali interstitii secundi carinœformi, alte elevata 
et aulrorsim producta; corpore subtus dense sat grosseque punc- 
taio ; articulo penultimo tarsorum dilatato cordi forme. — Long. 
9,5-10, fat. 3,2-3,6 mm. 

Venezuela. 

Mit pararins Kirsch verwandt, viel grosser und gewolbter, der 
Thorax stumpf-achteckig, die Decken hinten schlanker ausgezo- 
gen, ihre Punktirung viel grôber, die Beborstung viel langer und 
dichter, die Warzen viel grosser und auch durch die grobe 
dichte Punktirung verschieden. 

Thorax kaum so lang als breit, seine Hinterecken scharf stumpf- 
winklig, die Seiten von hier ab bis hinter die Mitte stark diver- 
girend, dann, eine ziemlich scharfe Ecke bildend, wieder conver- 
girendundendlichzum schmalen Vorderrandegeschweil't, die Basis 
in der Mitte gerandet; die ziemlich breite Mittelfurche erreicht 
den Vorderrand, die annâhernd dem Seitenrand parallel geboge- 
nen seitlichen, sind vor der Spitze abgekiirzt und verlaufen sich 
nach aussen in eine seitliche flache Furche; der hochste Punkt 
der deutlichen Lângswolbung liegt hinter der Mitte; die flachen 
Wulste zwischen den Furchen sowie die Seiten sind leicht beulig 



411 

und dicht beborstet, erstere von vorne gesehen am Vorderrande 
tuberkelartig. Decken an den Seiten gleichmâssig flach gerundet, 
ihre grosste Breite in der Mitte und hier nur wenig breiter als 
die grosste Thoraxbreite, der Rucken àusserst wenig lângsge- 
wôlbt, Spatium 2 mit einem niedrigen kielformigen Tuberkel an 
der Basis und mit vier rundlichen hinten kleiner werdenden, 
1 mit zwei kleinen, 3 mit drei grosseren, einer sehr hohen kiel- 
formigen und zwei rundlichen, 5 mit zwei oder drei lànglichen 
niedrigen Warzen; die grosse stumpf kielformige an der Basis von 
Spatium 4 tritt nach vorne und aussen vor, verdeckt von oben 
gesehen die Vorderecken der Decken und lâsst die Seiten dieser 
hier parallel erscheinen. 

5. Cestophorus Castelnaui. — Oblongus, dorso deplanatus, 
setosulus, antennis tarsisqiie dïlntioribus ; rostro cylindrico, 
valde arcuato prothorace nonnihil breviore, rugoso-punctato ; 
antennis brevioribus, articulo secundo funiculi primo vix Ion- 
giore; prothorace latiludine longiore, sensim rotundato-dilatato, 
margine antico post oculos sinuato, granulato-punctato, sulcis 
tribus vadosis ex parte impunctatis ; elytris ellipticis basi pro- 
funde emarginatis, angulis antrorsim productis,postice rotnndato- 
actminatis, dorso depla?iatis, postice abrupte obliquo-declivibus, 
indistincte seriatim punctatis, interstitiis secundo et quarto ele- 
vaHs, tertio medio obsolète tuberculatis ; articulo tertio tarsorum 
secundo liaud latiore; metasterno abdomineque passim punctatis. 
— Long. 6,5-8,5, lat. 2,3-3 mm. 

N. Granada. 

Dièse in 2Exemplaren vorliegende Art mit abgeflachtem Riicken 
und nicht erweitertem dritten Tarsengliede schliesst sich an 
buceros Kirsch und ist von ihm durch den an der Basis nicht 
erweiterten Rùssel, andre Thoraxform und Sculptur zu unter- 
scheiden. 

Die grossen Punkte auf dem Rùssel sind flach und sehr dicht, 
stellenweise gereiht gestellt, ihre Zwischenràume zu Runzeln 
zusammenfliessend. Geisselglied 1 kaum langer als 2 und doppelt 
so lang, 3 nooh so lang, die ùbrigen (auch 7) kùrzer als breit. 
Thorax mit der grossten Breite vor der Mitte, zur Spitze geschweift, 
zu den scharf stumpfwinkligen Hinterecken flach gerundet verengt, 
die Basis sehr undeutlich gerandet, die Mitte des Vorderrandes 
vorgezogen,dieflache und breite Mittelfurchein derMitte erweitert, 
die sie begleitenden Wulste in der Mitte eingedrùckt, an der 
Spitze kielfôrmig erhaben; Unterseite sehr weitlâufig kôrnig 
punktirt. Die schrâg nach unten und nach innen umgebogenen Seiten 
des Thorax und der Decken bilden mit dem Rucken eine ziem- 



412 

lich scharfe Kante. Decken mit deutlich eingezogenen und spitzen, 
etwas nach vorne vorgezogenen Aussenecken, Spatium 4 von der 
Basis bis zum Anfang der winklig schrâg abfallenden Stelle, 
Spatium 2 von hier bis vor die Spitze und eine kurze Strecke an 
der Basis niedriger gekielt, die Kiele kôrnig gekerbt und wie die 
flachen lânglicuen Tuberkel mit lângeren gelblichen Bôrstchen 
dicht besetzt; auch auf den umgebogenen Seiten zeigen die Spatien 
einige beborstete Stellen. Schenkel mit sehr kleinen Kornchen 
spârlich besetzt. 

6. Rhyparonotus penicularius. — ç? Elongato-oblongus, 
convexus, niger, setosus; antennis tarsisque rufo-piceis; rostro 
prothorace parum breviore, arcuato, basi constricto, trisulcato, 
tondis inter sulcos granulato-rugosis et setosis; prothorace oblon- 
go, lateribus aequaliter rotundatis ante apicem vix sinuatis, basi 
apiceque truncato, modice convexo, dorso rugoso-granulato sub- 
trisulcato, sublus punctis magnis rage impressis obsito; elytris 
ptrotlioracis basi non latioribus, elongato-ellipticis , longitudi- 
naliler vix convexis, postice rotundato-declivibus, dorso grosse 
punctato-sîibstriatis , interstitiis parum, secundo et quarto antice 
nonniliil convexis, illo postice convexis et tuberculis tribus majori- 
bus apice truncaiis et setigeris ; corpore subtus parce punctato; 
tibiis intus denticulatis ; ariiculo tertio tarsorum vix dilatato, 
apice truncato. — Long. 10, lat. 2,6 mm. 

N. Granada. 

Drei gleiche mânnliche Stiicke mit dreifurchigem, an der Basis 
leicht abgeschùrtem Rùssel bilden mit celsus Bohm. eine kleine 
Gruppe, an welche sich immundus, liber tinus, gracilis Kirsch 
so wie der unten beschriebene scapha anschliessen. Bei allen diesen 
treten die Deckenspatien 2 u. 4 dicht an die Basis heran, die 
Fùhlerfurche ist gegen die untere Augenhàlfte gerichtet, Tarsen- 
glied 3 ist kaum breiter als 2, an der Spitze abgestutzt und jede 
Ecke mit einem Haarzipfel versehen. 

Von celsus unterscheidet sich die neue Art sogleich durch den 
nicht vor sondern in der Mitte und weniger verbreiterten Thorax, 
durch kïirzeren gleichmâssig gebogenen Russel und den Mangel der 
hinten in eine Querreihe gestellten grosseren Tuberkel. Die Decken 
sind an der breitesten Stelle nicht breiter als der Thorax, Spatien 
2 und 4 von der Basis bis zur abschùssigen Stelle, an welcher 
4 plôtzlich in einem grosseren Tuberkel endigt mit je drei bebor- 
steten lânglichen und niedrigen, gewOhnlich durch ein glânzendes 
Kornchen markirten Erhabenheiten; ausserdem 2 auf der vorderen 
Hàlfte der Spitzenwolbung mit drei nach hinten an Grosse zuneh- 
menden zahnformigen Tuberkeln, von denen der letzte aus zweien 



413 

zusamraengesetzt erscheint; die Punkte in den auf dem Rùcken 
nient vertieften Streifen sind gross und stehen zieralich dicht, 
Spatien3u. 5 in der Mitte gewohnlich mit zwei unscheinbaren' 
hinten mit zwei etwas grôsseren Erhabenheiten. Die durchgehende 
Mittelfurche des Thorax ist ebenso flach und unpunktirt aber breiter 
und regelmâssiger als die zwei weit vom Vorder- und Hinterrand 
abgekûrzten Seitenfurchen. 

7. Rhyparonotus scapha. — Angustus, elongatus, antice 
postieeque acuminalus, piceus, setosus; antennis pedibicsque rufis ; 
rostro protJioraceque profunde trisulcatis, illo subreclo ante api- 
cem arcuato, basi mx constricto ; prothorace elongalo, basi paulo 
rotundato, margine antico mx bisinuato, lateribus parallelo, 
intra apicem contracte), sulcis impunclalis, lateribus carinisque 
duabus subacutis rude rugoso-punctatis ; elytris antice prothorace 
aequilatis, lateribus nonnihil rotundato-dilatatis in tertia parie 
apicali valde atienuatis, angulis exteriorïbus basalibus antrorsim 
acute productis, dorso pu?ictis subremotis seriatim impressis, 
interstitio secundo et quarto carinatis postice tuberculis nonnullis 
subconicis obsitis, illo apice in mucrone subobtuso productis; 
corpore subtus sparsim punctato; pedibus gracïlïbus obsolète 
granuloso-punctatis, tibiis intus mx deniiculatis . — Long. 10-11, 
lat. 2,3-2,8 mm. 

Venezuela. 

Besonders der parallelseitige, tief dreifurchige Thorax und die 
hinten lang zugespitzten Decken zeiclinen dièse Art unter den 
bisher beschriebenen dieser Gruppe aus. Der Rùssel ist mit dem 
des celsus bis auf die weniger tiefe basale Abschnurung identisch 
geformt und sculptirt. Thorax um die Hàlfte langer als breit, 
seitlich hinter der Spitze plotlzich halsformig abgesetzt. Decken 
mit flacher Lângswolbung, auch hinten sehr flach abfallend, die 
leicht aufgebogene Basis tief ausgebuchtet, die Aussenecken nach 
vorne spitz vorgezogen, Spatien 2 und 4 sowie die abwechselnden 
auf den Seiten gewolbt, 4 auf der Basalhâlfte besonders hoch und 
kornig punktirt, etwas vor und hinter der Mitte mit je einem 
ovalen Tuberkel, welche mit denen auf Spatium 2 einen Kreis 
bilden; hinter diesem Kreise ist Spatium 2 erhabener als an der 
Basis und endigt dicht ùber der Spitze in zwei zusammenstossende, 
die Deckenspitze um etwa 2 mm. horizontal uberragende abge- 
rundete Zapfen ; auf den umgebogenen Seiten sind die Punkte grùb- 
chenartig und dichter gestellt, auf der Thoraxunterseite ebenso 
gross aber undichter, unregelmàssiger und theilweise durcli fîache 
Runzeln getrennt. Die beiden vorliegenden Mannchen zeigen auf 



414 

Riïssel, Kopf und Decken einzelne schrâg abshtehende, auf den 
Tuberkeln dichter gestellte rothgelbe Borstchen. 

8. Bhyparonotus gryphus. — Oblongus, depressus, niger, 
setulosus; antennis tarsisque ferrugineis ; rostro valde curvato 
fortiter denseque punctato ; prothorace subelongato, lateribus 
aequaliter rotundato, basi reflexo-marginato, dorso impunctato, 
lateribus vittisque duabus dorsalibus granulato, medio anguste 
carinulato; elytris anguste ellipticis, latitudine pïusquam duplo 
longioribus, seriatim ymnctatis , sutura interstio secundo et quarto 
convexis. basi granulatis, postice tuberculis setigeris obsitis; cor- 
pore subtus punctis magnis vadosis; pedibus rugoso-punctatis. — 
Long. 4,5-5,5, lat. 1,3-2 mm. 

Bogota, N. Granada. 

Neben dolosus Kirsch zu stellen ; von diesem besonders durch 
geringere Grosse, andere dem Cestophorus pararius àhnliche 
Korperform, durch die sowohl auf dem Thorax als auch auf den 
Decken in der Mitte liegende grôsste Breite, die aufgebogene 
Thoraxbasis und durch die nicht erhabenen Deckenspatien 1 u. 3 
verschieden. 

Rùssel so lang als der Vorderschenkel, sehr dicht, fast gereiht 
punktirt. Geisselglied 2 um die Hàlfte langer als breit, kùrzer als 3 
und 4 zusammen. Thorax an beiden Enden abgestutzt, der Vorder- 
rand etwas schmâler als die Basis, die Seiten breit gerundet 
erweitert, zu den rechtwinkligen Hinterecken kaum geschweift, 
hinter dem Vorderrande seitlich zusammen gezogen, der Mittelkiel 
hinten vor einer flachen Vertiefung abgekûrzt, Unterseite wie die 
obère gekornelt mit einer glatten unpunktirten Flâche. Decken an 
der Basis genau so breit als die des Thorax, von den Aussenecken 
ab gerundet-erweitert, in der Mitte flach gerundet, vom Spitzen- 
drittel ab stârker verengt, an der Spitze gemeinsam gerundet; 
Spatium 2 u. 4 treten deutlich erhaben etwas spitz-gekornelt an 
die Basis heran, 2 reicht so bis hinter die Mitte, ist hier unter- 
brochen und zeigt dann auf der flachen Spitzenwolbung drei 
lângliche kielartige Erhôhungen, von denen die vorderste die 
lângste und hochste ist, dagegen hort 4 bald hinter dem Vorderrande 
auf und ist bis zur grossten Erhôhung auf 2 in drei oder vier 
kleinere Tuberkel aufgelost; die utngebogenen Seiten zeigen wie 
die Oberseite ziemlich dicht gereihte Punkte, die Spatien 5 u. 6 
wenige kleine Kôrnchen. Die Korner auf dem Thorax tragen eine, 
die Erhôhungen auf den Decken mehrere gelbliche und abstehende 
Borstchen. 

9. Anchonus Dejeani. — Q Ovatus, convexns, niger, parce 



415 

setosus; antennis tarsisque piceis ; rostro femoribus anticis Ion- 
giore, arcualo, basi lateribus vix constricto; prothorace trans- 
verso, maxima latitudine ante médium, basin vemcs rotundalo-, 
autrorsim sinuato-angusiato, dense varioloso-punctato, limbo 
antico in medio tuberculis duobus seligeris munito; elytris breviler 
ellipticis, remote seriatim punctatis, interstitiis plants, dorsalibus 
cristis granulatis et seligeris obsitis, cristis interstitii secundi et 
quarti basin atlingentibus; femoribus dense grosseque punctatis. 
— Long. 4-5, lat. 2-2,6 mm. 

Columbia. 

Nach meiner Bestimmungstabelle ist dièse Art neben brevis m. 
zu stellen, von dem sie sichsogleich durclibedeutendere Grosse und 
die beiden beborsteten Tuberkel am Thoraxvorderrande unter- 
scheidet; sie hat aber grossere Aehnlichkeit mit kleinen Stûcken 
von morulus, bei dem aber die Kâmme der Spatien 2 u. 4 nicht 
an die Basis herantreten und der Thorax vorderrand abgeschnùrt 
ist. Die Decken sind um die Hàlfte langer als breit, ihre Basis 
sehr wenig breiter als die des Thorax aber mit âusserst wenig 
nach vorne vorgezogenen Aussenecken; die Seiten von hier ab 
allmàhig gerundet erweitert, in der Mitte fast doppelt so breit als 
die Thoraxbasis, hinten elliptisch abgerundet, auf dem Rùcken 
nur schwaeh làngsgewôlbt, zur Basis kurz zur Spitze langer 
gerundet abfallend; die Sutur nur am Anfang der abschùssigen 
Stelle mit wenigen Kôrnchen, die Kielstûnke auf den Spatien nach 
hinten zu kùrzer und niedriger, die vorderen auf 1 u. 3 weit, auf 
2 u. 4 dicht hinter der Basis. Bei dem einen der drei vorliegenden 
Stiicke zeigt der Thoraxrùcken jederseits der Mitte wie bei sub- 
spinosus eine etwas lângere, zugespitzte und mehr abstehende 
Borste. 

Mit immundus (16) kann Dejeani nicht verwechselt werden, 
weil bei diesem die kammformigen Erhôhungen auf Spatium 2 
und 4 von der Basis entfernt bleiben. 

10. Anchonus madidus. — Praecedenti similis sed angus- 
tior; prothorace magis contracto, margine antico lobisque oculari- 
bus valde productis, lateribus basin versus minus rolundatis , 
limbo antico haud tuberculato, elylrorum interstitiis interrupto- 
elevatis et minute granulatis. — Long. 4,5, lat. 1,8 mm. 

Columbia. 

Auf dem